La franc-maçonnerie est-elle une institution religieuse?

par WAYNE Jackson

Si toutes les organisations religieuses sont approuvées de Dieu, pouvoir s’identifier alors au plus grand nombre d’entre elles, devrait être l’idéal pour Dieu. Par contre, si le Seigneur honore seulement un organisme rédempteur – l’église qu’il a planifiée, et pour laquelle son Fils est mort (Actes 20:28) – il est alors logique que l’affiliation à tout système religieux humainement conçu, soit opposée à la volonté de Dieu.

Parfois, on nous interroge sur la nature de la franc-maçonnerie (la loge maçonnique). Cette institution est-elle simplement une organisation fraternelle innocente, qu’un chrétien pourrait joindre impunément? Ou bien est-t-elle issue d’une nature religieuse?

Il y en a même parmi les chrétiens – qui soutiennent qu’il n’y a rien d’intrinsèquement mauvais dans la Loge Maçonnique.

N’importe qui, étudiant soigneusement la franc-maçonnerie, découvrira, par une enquête approfondie, que cette institution est très religieuse. Les témoignages suivants émanant des autorités maçonniques compétentes apporteront suffisament de preuves du caractère religieux de cette soit-disant «société secrète».

Témoignage maçonnique:

Dr. Albert G. Mackey était peut-être l’autorité la plus reconnue sur la franc-maçonnerie de tout temps. Son encyclopédie monumentale de la franc-maçonnerie est une œuvre standard chez les maçons. De ce volume, nous citons:

«Je ne suis pas disposé à céder, sur le caractère religieux de la franc-maçonnerie, autant que l’ont fait des frères plus timides. Bien au contraire, je soutiens, sans aucune sorte d’hésitation, que la franc-maçonnerie est, dans tous les sens du mot, sauf un, et qu’elle est la moins philosophique, une institution éminemment religieuse – qu’elle n’est redevable qu’à l’élément religieux qu’elle contient pour son origine et pour sa perténuité, et que sans cet élément religieux, elle ne serait guère digne d’être cultivée par les sages et les bons “(1874, p.640).

Charles Albert Snodgrass, un maçon du 32 defré, a écrit:

«Peu de maçons, s’il en existe, quel que soit leur rang ou leur rang, ont toujours beaucoup appris de sa philosophie profonde, de sa signification religieuse ou de sa foi, ou de ses vérités scientifiques et spirituelles» (Lumière du Sanctuaire de l’Arche Royale, p. ix).

M. Snodgrass a en outre affirmé que la franc-maçonnerie est «une confrérie enseignant une foi spirituelle par l’allégorie, et la science morale par des symboles» (p. “Son but est d’inculquer la révérence due au Dieu Tout-Puissant et la véritable fraternité parmi les hommes” (p.162).

Ces citations parlent avec éloquence. Une autre autorité en la matière est encore plus explicite.

“Nous sommes donc inévitablement conduits à la conclusion que la maçonnerie n’est pas d’origine humaine, mais d’origine divine … Maintenant, mes frères, réalisons que Dieu est l’auteur de notre grande et glorieuse institution, que ses vérités divines étaient révélé par Lui aux premiers représentants de notre race – que ces principes donnés par Dieu ont été adoptés et pratiqués dans tous les âges du monde, et que la maçonnerie est infinie, éternelle et spirituelle, et que pour être des Maçons en œuvres et en vérité, l’esprit de la maçonnerie doit demeurer en nous et dominer sur nos vies »(Moniteur Taylor-Hamilton de la Maçonnerie symbolique, pp 14, 20).

Un numéro du magazine “Le Nouvel Age (The New Age)”, le journal officiel de Scottish Rite Masons, affirme que les Maçons …

“apprennent à ériger un Temple plus durable que le granit ou le marbre – un Temple composé de pierres vivantes, un bâtiment spirituel, une maison non faite avec de mains d’hommes, Eternel et dans les Cieux” (avril 1953, p.228).

Une comparaison de cette citation avec 2 Corinthiens 5:1 et 1 Pierre 2:5 révélera que l’auteur maçonnique a tiré ses descriptions de la Bible.

Des citations comme celles-ci pourraient être multipliées maintes fois. Mais celles-ci sont certainement suffisantes, pour établir clairement que les principaux érudits de la foi maçonnique considèrent leur système comme une religion, et personne de bien informé ne peut le nier.

Symbolisme maçonnique

Même sans les confessions précédentes des autorités maçonniques, une considération des divers symboles formant le tissu de la maçonnerie révélerait l’essence religieuse de ce système.

Le chef d’une loge locale est dénommé le «maître adorateur» ( cela contraste avec Matthieu 23:8-10), et, parmi les autres officiers, il y a le Diacre principal et le Diacre junior. Parmi les Maçons “chrétiens”, le Vénérable Maître est un symbole du Rédempteur, Jésus-Christ (Snodgrass, p.47).

Il y a 33 degrés en maçonnerie, en commençant par l’Apprenti Entré et culminant avec le Souverain Grand Inspecteur général. Les trois premiers degrés sont connus sous le nom de Blue Lodge Masonry. Ces trois degrés sont très importants car, comme l’exprime Snodgrass, c’est «là où nous avons vu la lumière pour la première fois» (page 40).

Pouvez-vous imaginer un homme ayant été chrétien pendant vingt ans, rejoigne la loge maçonnique et confesse qu’ici

«il a vu la lumière pour la prenmière fois»?

Comment une telle confession pourrait-elle refléter le verset Colossiens 1:13 ?

Quand le maçon atteint le degré d’Apprenti Entré, on dit qu’il est passé “des ténèbres à la lumière”. En recevant le second degré, il est dit qu’il est venu de l’ignorance dans la connaissance (Tennessee Craftsman, p.38£)

Encore une fois, nous demandons comment un enfant de Dieu peut-il participer à une telle moquerie des Écritures?

Le troisième degré de la franc-maçonnerie, connu sous le nom de Maître Maçon, est basé sur le meurtre présumé de Hiram Abiff, un citoyen de l’ancienne Phénicie, un contemporain du roi Salomon d’Israël.

Selon l’Ancien Testament, le roi de Tyr a envoyé Hiram pour aider Salomon dans la construction du temple. La tradition maçonnique allègue que Salomon, le roi de Tyr, et Hiram ont signé un accord solennel pour ne jamais révéler la “parole” secrète du mystérieux Maître (mot de passe), jusqu’à ce que le temple soit achevé. Ce mot était censé être le vrai nom de Dieu!

L’histoire maçonnique

…continue ainsi: Un jour, avant l’achèvement du temple, Hiram a été attaqué par trois fripons qui ont exigé de connaître la parole cachée. Quand il a refusé de la leur dire, Hiram a été assassiné. Dans la cérémonie maçonnique, le Vénérable Maître, jouant le rôle de Salomon, ressuscitera Hiram (joué par le candidat) d’entre les morts, en utilisant une poignée de mains secrète désignée comme “la forte proignée de la patte du lion”, et lui administrera le “Cinq points de communion”.

Mais ce mythe maçonnique contredit l’authentique récit biblique. Dans l’Ancien Testament, il est clair que Hiram a achevé l’ouvrage du temple dont il était chargé (voir 1 Rois 7:40, 2 Chroniques 4:11). Il n’a pas été tué avant – comme le raconte la légende maçonnique .

La chambre de la loge maçonnique est généralement située à l’étage supérieur, car les hauts lieux sont sacrés et particulièrement appropriés à des fins religieuses (Tennessee Craftsman, p.19). La loge est censée représenter l’univers tandis que la couverture de la loge symbolise le ciel, “où tous les bons maçons espèrent enfin arriver” ( Tennessee Craftsman, p.21) – y compris les maçons juifs, les maçons musulmans, etc. Comment est-ce qu’un chrétien pourraient s’associé à une telle erreur?

Le symbole maçonnique, contenant l’équerre, le compas et la lettre «G», est un autre exemple du symbolisme religieux de la franc-maçonnerie. Le compas signifie «foi» et l’équerre «raison» (Snodgrass, p.28). Le “G” est synonyme de géométrie; en fin de compte, il s’agit d’une référence au “Grand Géométricien de l’univers” (Mackey, page 302), à savoir, Dieu.

Référence des Écritures citées:

Actes 20:28; 1 Corinthiens 5: 1; 1 Pierre 2: 5; Matthieu 23: 8-10; Colossiens 1:13; 1 Rois 7:40; 2 Chroniques 4: 11
Article de Jackson, Wayne. “Is Freemasonry a Religious Institution?” ChristianCourier.com. Access date: March 19, 2018.  Traduction Vigi-Sectes https://www.christiancourier.com/articles/755-is-freemasonry-a-religious-institution

PRESSE: Quand la franc-maçonnerie lève un coin de voile

THONON-LES-BAINS Rencontre avec Philippe Charuel, grand maître de la Grande Loge de France
LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ I MERCREDI 14 MARS 2018
Photo : Philippe Charuel, 63 ans, a été initié en 1984 à Annecy. Ex-VRP multicartes, il a été élu à la tête de la Grande Loge de France en 2015.
Les francs-maçons sortent du bois. Et c’est plutôt inédit pour cette société qui cultivait jusque-là la discrétion et le secret. Si la franc-maçonnerie lève un coin de voile, c’est officiellement pour réhabiliter son image, écornée par les médias.
L’Annécien Philippe Charuel, grand maître de la Grande Loge de France, donnait lundi soir une conférence à Thonon sur la manière d’être franc-maçon au XXIe siècle. Prolixe, il en donnera près d’une centaine durant l’année, dont une à Ferney-Voltaire le 9 avril.

Que représente la franc-maçonnerie aujourd’hui ?

«On compte actuellement 185 000 francs-maçons en France. La Grande Loge de France est la deuxième en nombre, elle accueille 34 000 personnes dans 950 loges. En Haute-Savoie, il y a 12 loges de cette obédience et une trentaine au total.»

Qu’est-ce que la franc-maçonnerie ?

«C’est une démarche initiatique pour répondre à la question du sens de la vie, de l’existence, et ce, dans une volonté de dépassement de soi, dans l’idée aussi de progresser, d’améliorer ses imperfections au contact des autres […] Concrètement, une loge compte entre 30 et 50 personnes qui se réunissent deux fois par mois pour présenter des travaux, appelés aussi “planches”, et chacun apporte ensuite son point de vue sur le sujet. Des fils conducteurs sont donnés sur l’année et chaque loge participe également à des travaux nationaux, qui font l’objet de synthèses. Elles sont non seulement un enrichissement pour soi, mais intéressent aussi le Parlement, l’Académie des sciences ou des lettres…»

À vous entendre, la franc-maçonnerie serait derrière les plus grandes avancées sociétales…

« Oui, les francs-maçons sont à l’origine de la Révolution française, de la Constituante, de la déclaration des Droits de l’Homme, de la Sécurité sociale, du droit de vote des femmes, des lois sur le planning familial ou l’avortement … Les francs-maçons ont toujours travaillé sur les valeurs morales, éthiques, républicaines, sans idéologie, ni dogme.»

 Quels sont les sujets en réflexion actuellement ?

 «Le transhumanisme, le handicap, la fin de vie… Entre autres. Si nous avons toujours œuvré dans la discrétion, c’est parce que l’on ne travaille pas dans l’immédiateté, mais de façon intemporelle. Au grand jour, nous serions contraints d’entrer dans la cadence de la surconsommation.»

Cette mature correspond à une crise des vocations et à un besoin de renouvellement ?

 «Non, pas du tout. Si avant, nous fonctionnions beaucoup par cooptation, il suffit désormais de faire acte de candidature auprès d’une loge, avec un CV, une lettre de motivation et un extrait de casier vierge. Passé ce premier filtre, une enquête est menée par trois frères et à l’issue, il y a une audition. Ce n’est pas très compliqué. Certaines catégories socio-professionnelles étaient jusque-là surreprésentées, comme les journalistes, les médecins et l’ensemble des professions libérales. Depuis mon élection, j’ai essayé d’introduire ceux qui l’étaient moins : enseignants, agriculteurs ou capitaines d’industrie que l’on considérait comme des affairistes dénués de réflexion humaniste, ce qui était une erreur.»
Propos recueillis par Trek BORLET
Philippe Charuel animera la même conférence lundi 9 avril à 20h30, à ‘Orangerie du château de Ferney à Ferney-Voftaire. Inscription obligatoire via conference.9avril2018(a)gmail.com
Surtitrage de l’article dans par un cadre:
« Les francs-maçons ont toujours travaillé sur les valeurs morales, éthiques, républicaines, sans idéologie, ni dogme»

LE CHIFFRE: 380 €

C’est le coût d’une cotisation annuelle à la Grande Loge de France.
En sont toutefois exonérés les plus de 80 ans et les étudiants.

Note de Vigi-Sectes:

Le livre suivant nous éclaire sur  l’origine, l’histoire et les croyances de la Franc-Maçonnerie.

Auteur: Paul Ranc
La Franc-maçonnerie sous l’éclairage biblique,
Editions Contrastes, Saint-Légier,
1989

Extrait du CHAPITRE IV: La Franc-Maçonnerie a-t-elle une doctrine?

La neutralité théologique ou philosophique n’existe pas et la Franc-Maçonnerie comme tous les autres mouvements ésotériques ou occultes n’y échappent pas…

Le Siècle des Lumières ( “Aufklärung”) est le siècle des philosophes déistes (Voltaire, Rousseau, Diderot, Kant), celui de la prétendue émancipation de l’homme. La philosophie des Lumières se caractérise par le rejet du Dieu trinitaire, le refus de tout dogme chrétien, mais aussi par le fait d’amener l’individu à réfléchir en lui-même et par lui-même sur la finalité de la vie humaine. Autrement dit, la philosophie des Lumières est avant tout une anthropologie excluant toute théologie. Dieu n’est plus transcendant, mais il est immanent. Il n’est plus une réalité objective, il devient subjectif.
Les philosophes des Lumières n’aspirent qu’à la liberté. Non pas la vraie liberté, celle que Christ donne, mais la liberté de l’homme sans Dieu. Désormais, les Droits de l’homme – , la Liberté, Egalité, Fraternité – remplaceront les Droits de Dieu – et l’Amour-Agapé. Cette pseudo-liberté, en fait un véritable esclavage, va en définitive libérer les passions et les fantasmes de l’homme avec les résultats que l’on connaît.

… Aujourd’hui encore, l’idéalisme, en réalité l’utopie, de la Franc-Maçonnerie est très vivace. Par le moyen de maçons bien placés dans la hiérarchie gouvernementale, la Franc-Maçonnerie poursuit sans relâche son combat pour un monde meilleur – , pour une terre nouvelle – . Mais l’histoire, et plus encore la Bible, ne montrent-elles pas que ce combat est sans issue, déjà voué à l’échec? Le péché n’est-il pas la source de toutes les inégalités des hommes?

Presse: Des adeptes d’une philosophie anti-impôts accusés de fraude

le 09 décembre 2017. VINCENT LAROUCHE. La Presse

Quatre adeptes d’une philosophie récemment assimilée en cour à une « secte » ont été arrêtés cette semaine et accusés de fraude fiscale pour avoir entraîné 50 personnes à fausser leurs déclarations de revenus.

Jean-Marc Paquin, 47 ans, de Laval, Pierre Cardin, 62 ans, de Montréal, Guylaine Tremblay, 54 ans, de Contrecoeur, et Sylvain Quirion, 57 ans, de Montréal, ont été arrêtés par la GRC à la suite d’une enquête de l’Agence du revenu du Canada (ARC). Tous ont été relâchés contre promesse de respecter une série de conditions en attendant leur comparution.

Dans un communiqué, l’ARC affirme qu’ils auraient conseillé à 50 individus de déclarer frauduleusement des pertes totalisant 19 millions de dollars, ce qui a permis d’éluder ou de tenter d’éluder le paiement d’un million de dollars en impôts.

Les suspects adhéraient à une philosophie conspirationniste apparentée à celle des « Freemen on the Land » ou des « Citoyens souverains », qui font de nombreux adeptes au Canada et aux États-Unis. Selon un mandat de perquisition de l’ARC, Paquin et Cardin justifiaient leurs actes par une théorie nébuleuse selon laquelle le Canada aurait fait faillite en 1933 et serait maintenant une entreprise appartenant aux États-Unis, qui auraient créé une « entité » économique pour chaque individu né sur leur territoire.

Les enquêteurs croient qu’à eux seuls, Cardin et Paquin auraient propagé leur stratagème auprès d’une bonne centaine de personnes lors de conférences payantes dans des hôtels d’Ottawa, Toronto, Laval et Québec.

« C’EST COMME UNE SECTE »

Paquin avait déjà été poursuivi au civil parce qu’il avait acheté une Porsche Cayenne grâce à un prêt qu’il avait cessé de rembourser, en se basant sur des arguments rappelant ceux de ses conférences. Il prétendait que chaque individu posséderait une « entité juridique » cachée associée à son acte de naissance, qui détiendrait un patrimoine caché lui aussi, ce qui pouvait le dispenser de payer la voiture avec de l’argent réel.

En 2014, le juge de la Cour du Québec Henri Richard l’avait condamné à 27 000 $ en dommages pour avoir fait perdre le temps de tout le monde.

« Vous adhérez à quelque chose de complètement ésotérique, vous vivez sur une autre planète juridique et vous vous encrassez dans cette croyance-là. J’ai de la peine pour vous, vous allez mourir pauvre à cause de ça », avait martelé le juge.

« C’est comme une secte qui vous a lavé le cerveau. Vous ne voyez pas la réalité terrestre, qu’un paiement, ça se fait par chèque ou par argent. »

Paquin s’était lancé en pleine cour dans des incantations en anglais qui, croyait-il, allaient forcer le juge et la partie adverse à se plier à sa volonté. « Non, ça vous l’avez assez couvert. Vous ne l’avez pas couvert ad nauseam, vous l’avez couvert ad vomitum ! », avait coupé le juge.

Paquin avait affirmé qu’il souhaitait plaider coupable puisqu’on ne le laissait pas procéder comme il l’entendait. « Plaider coupable de quoi ? Vous n’êtes accusé de rien, vous n’êtes pas devant une cour criminelle, mais devant un tribunal civil », avait soupiré le juge, avant de le condamner aux dommages.

Le prochain procès de Paquin se tiendra devant une cour criminelle, où il aura le loisir de plaider coupable ou non coupable.

www.lapresse.ca/actualites/201712/08/01-5146498-des-adeptes-dune-philosophie-anti-impots-accuses-de-fraude.php

 

Presse: Mort par sudation: la Cour d’appel rejette l’appel des verdicts de culpabilité

le 08 novembre 2017
STÉPHANIE MARIN
La Presse Canadienne

Les trois personnes condamnées pour la mort de Chantal Lavigne, survenue lors d’un rituel de sudation à Durham-Sud en 2011, n’éviteront pas la prison: la Cour d’appel a rejeté l’appel de leurs verdicts de culpabilité et refuse d’entendre l’appel de leurs peines.

Ils doivent donc prendre le chemin de la prison, et s’y présenter au plus tard le 17 novembre.

Reconnues coupables de négligence criminelle ayant causé la mort en décembre 2014, elles avaient connu leurs peines en janvier 2016: l’organisatrice du séminaire de croissance personnelle Gabrielle Fréchette avait écopé de trois ans de prison, alors que Ginette Duclos et Gérald Fontaine avaient reçu tous deux une peine de deux ans de prison.

La victime, Chantal Lavigne, une femme de 35 ans de Saint-Albert-de-Warwick, participait à un séminaire de 14 jours en juillet 2011, intitulé «Mourir en conscience». Elle est morte à la suite d’une séance de sudation qui avait été organisée par les coaccusés.

Gabrielle Fréchette, qui voyait à l’organisation de cette «activité de croissance et d’épanouissement personnel» et qui agissait à titre de guide spirituel, a ainsi écopé d’une peine plus sévère que Ginette Duclos et Gérald Fontaine dont le rôle était de l’assister, chacun ayant des fonctions bien définies.

Mme Lavigne est décédée, mais plusieurs autres participants avaient été malades, dans des conditions décrites par un coroner comme l’équivalent d’une «cuisson».

«La preuve démontre hors de tout doute raisonnable que les actes ont démontré une insouciance déréglée et téméraire à l’égard de la vie ou de la sécurité des victimes», avait tranché en 2014 la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec à Drummondville.

www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/actualites-judiciaires/201711/08/01-5142826-mort-par-sudation-la-cour-dappel-rejette-lappel-des-verdicts-de-culpabilite.php

 

Ennéagramme: Faites ce qu’il vous dira

9 points équidistant sur un cercle. Un symbole occulte des lois de l’univers ?
9 points équidistant sur un cercle. Un symbole occulte des lois de l’univers ?

Un nouveau livre nous met en garde:

Zoom back camera ! La face cachée de l’ennéagramme de Daniel LAFARGUE. (ISBN: 978-2-37246-005-7)

« Jetons un œil sur la face cachée de l’ennéagramme, comme peut-être Jodorowsky avec sa célèbre injonction finale du film culte La montagne sacrée. Zoom back camera ! pour découvrir l’envers du décor… »

Zoom back camera !
Zoom back camera !

Ce livre de 70 pages fait une critique de la méthode, décrit son influence dans différents milieux religieux, éducatifs (ressources humaines, coach professionnels, enseignants scolaires).

L’ennéagramme en millieu professionel

Le Centre d’Etudes de l’Ennéagramme (www.cee-enneagramme.eu) relate plusieurs témoignages positifs de Consultants en Ressources Humaines, cadres, professeurs, coach, etc.

  • « Cette formation permet de poser un regard bienveillant sur soi même et les autres »

  • « Cela a modifié positivement ma posture et ma façon d’analyser leurs réponses »

    www.cee-enneagramme.eu
    www.cee-enneagramme.eu
  • « La gestion des émotions a été pour moi un parcours initiatique qui a donné de la clarté, du sens et de la profondeur à la connaissance de moi-même, des autres et de la relation. Étant dans une phase de transition personnelle et professionnelle importante, ce travail dans la continuité a été d’autant plus bénéfique. Dans la seconde partie du parcours de certification, ce riche apprentissage s’est doublé d’un chemin de transformation au sens plein du terme. »

  • « La formation proposée par le CEE m’a donné véritablement accès à moi-même. Avec simplicité, clarté et bienveillance, les formateurs m’ont permis de me redécouvrir avec plaisir… »

Nous ne nions pas que de s’examiner ou connaître notre partenaire pour mieux l’aimer et le comprendre peut être positif. Mais les chrétiens manquent-ils d’enseignement de la Parole là-dessus ? Cf. les proverbes (14:21), lettres aux Églises (Phi 2:3); les livres d’édification biblique1.

Car si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui considère sa face naturelle dans un miroir; car il s’est considéré lui-même et s’en est allé, et aussitôt il a oublié quel il était. (Jaques 1:23-24)

Quel miroir cherchons-nous ? Avons-nous besoin des eaux de Mériba ?

L’Éternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas ? (Ex. 17:7)

Le diocèse de Saint-Étienne et le magazine La Vie ont organisé les Rencontres chrétiennes , à Saint-Étienne2, pendant 3 jours en novembre 2013.

Objectif: Découvrir son profil

Mieux se connaître, identifier les traits de sa personnalité, mais aussi mieux ­comprendre les autres dans leur différence, …

Élargir sa réflexion

Ces rencontres proposent de réfléchir et d’échanger sur les plans psychologique, théologique et philosophique…

Selon Anselm Grün3 – un moine catholique allemand se présentant comme accompagnateur spirituel – l’ennéagramme aiderait à la connaissance et conscience de soi pour mieux rencontrer et connaître Dieu.

L’ennéagramme aide à connaître ses point forts et ses points faibles, pour mieux définir notre chemin de vie, et se transformer.

Les théories hérétiques de ce moine sont parfois proches de l’hindouisme, du Nouvel-Âge et généralement de la psychologie moderne.

George Ivanovich Gurdjieff 1866-1949
George Ivanovich Gurdjieff 1866-1949

Elles influencent toute l’Europe. L’ennéagramme se pratique à la sauce « chrétienne » dans différents milieux catholiques, mais pointe aussi son nez chez les protestants évangéliques sympathisant avec l’œcuménisme et la méditation contemplative.

Nous nous associons à Clavin remettant au centre la face de Dieu:

C’est chose notoire que l’homme ne parvient jamais à la pure connaissance de soi-même jusqu’à ce qu’il ait contemplé la face de Dieu, et que, du regard de celle-ci, il descende à regarder soi.

Aspect ésotérique:

L’ennéagramme est le plus souvent associé à d’autres techniques, telles que l’analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique ou l’hypnose éricksonienne, pour ne citer que les plus connues.
Comme nous l’avons déjà mentionné, l’ennéagramme ne se situe pas au même niveau que ces techniques, mais au-dessus. Un exemple particulièrement frappant de cette vocation englobante est fourni par Le grand livre de l’ennéagramme des époux Chabreuil qui donne, en plus du type d’hypnose le mieux adapté, la « bonne technique » à pratiquer pour chaque ennéatype.
Le 2 aura ainsi tout intérêt à pratiquer le reiki ; le 4, le rebirth, etc. … Le problème est que ces techniques ont pour la plupart été épinglées en raison des dérives qu’elles ont entraînées.
(Citation de « Zoom back »)

Psychologie et Bible: Des fiançailles ratées

Quand bien même Gurdjieff4 le créateur de l’ennéagramme n’aurait pas eu un bagage ésotérique et occulte, la boussole spirituelle de notre vie ne saurait se dessiner sur une géométrie de profil psychologique à 9 pointes.

1) La psychologie centre généralement la personne sur elle-même, plutôt que sur la parole de Dieu, vivante et tranchante, qui nous guide et nous renouvelle, nous transforme et nous change.
Ce centrage sur soi-même nous fait oublier le principal: Aimer les autres.

2) La psychologie moderne rejoint l’ennéagramme en se refusant de juger, mais en décrivant seulement des attributs. Aucun caractère n’est ni mauvais ni bon, tous les feux de circulation sont oranges. Le péché est un mythe culpabilisant.

Un de nos  article sur  Carl Gustav Jung met en évidence les activité occultes ou ésotériques du fondateur de la psychologie analytique.

L’eau changée en vin

Pour Paul, la transformation n’est pas un exercice d’amélioration ou de meilleur gestion de soi pour atteindre son potentiel maximum en fonction du profil psychologique de son vieil homme, ou en fonction des connaissances de son nouveau profil.

C’est un changement de nature radical, un passage des ténèbres à la lumière. De leader, il devint un instrument dépendant de Celui qui l’a choisi… et de son prochain (cf. Actes 9:6;15).

J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. (Gal 2:20)

Voici les principales étapes de cette transformation:

1 – Entendre la parole de Dieu personnellement:

Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?

2 – Chercher le Seigneur:

Qui es-tu, Seigneur?

3 – Découvrir le vrai Dieu, et son « vrai5 » soi:

Je suis Jésus que tu persécutes. …

4 – Faire Sa volonté immédiatement:

Tremblant et saisi d’effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse?

Le « moindre des apôtres » fut pour toujours imprégné de la transformation de son Ego . (cf. 1Co 15:9 ; Eph 3:8 ). Paul se recommandait dans ses lettres, non de sa gnose terrestre mais de son appel divin, pour annoncer avec certitude la promesse de la vie en Jésus-Christ.

apôtre de Jésus-Christ, par la volonté de Dieu  (1Co 1:1 ; 2Co 1:1 ; Eph 1:1 ; Col 1:1 ; 2Ti 1:1),

L’ennéagramme dit « chrétien »:
c’est RE-changer le bon vin…
en eau!

Quelque soit notre profil psychologique, et comme aux noces de Cana, suivons cette parole exemplaire de Marie aux serviteurs:

… Faites ce qu’il vous dira. (Jean 2:5) cf. Genèse 41:55, Actes 3:22


1 Exemple: « Diriger avec amour » . Édition Clé, d’Alexander STRAUCH, ISBN 978-2-906090-74-3

2 http://www.lavie.fr/hebdo/2013/3539/apprenez-a-vous-connaitre-grace-a-l-enneagramme-25-06-2013-41886_516.php

3 https://www.youtube.com/watch?v=Nc0d3R89Xo4

4 Quelques citations de Gurdjieff et de son travail, tirées du livre ‘Zoom back Camera’:

« D’une manière tout à fait générale, il faut comprendre que l’ennéagramme est un symbole universel. Toute science a sa place dans l’ennéagramme, et peut être interprétée grâce à lui. Et, sous ce rapport, il est possible de dire qu’un homme ne connaît vraiment, c’est-à-dire ne comprend, que ce qu’il est capable de situer dans l’ennéagramme. Ce qu’il ne peut situer dans l’ennéagramme, il ne le comprend pas. Pour l’homme qui sait l’utiliser, l’ennéagramme rend livres et bibliothèques entièrement inutiles. Il n’est rien qui ne puisse entrer dans l’ennéagramme et y être déchiffré. Un homme isolé dans le désert tracerait-il l’ennéagramme sur le sable, il y pourrait lire les lois éternelles de l’univers. […] L’ennéagramme est un diagramme schématique du mouvement perpétuel, c’est-àdire d’une machine au mouvement éternel. Mais bien entendu, il est nécessaire de savoir comment lire ce diagramme. La compréhension de ce symbole et la capacité d’en faire usage donne à l’homme un très grand pouvoir. C’est le mouvement perpétuel, et c’est aussi la pierre philosophale des alchimistes. »

« Dans les écoles de l’Orient, on connaît des moyens et des méthodes pour séparer l’essence et la personnalité d’un homme. À cette fin, on se sert tantôt de l’hypnose ou de narcotiques spéciaux, tantôt de certaines sortes d’exercices. […] Certains narcotiques ont la propriété d’endormir la personnalité, sans affecter l’essence. »

  • Gurdjieff veut nous faire atteindre un « état supérieur de conscience »

  • L’ennéagramme apparaît donc comme un outil « mésotérique » pouvant constituer une passerelle idéale entre un niveau exotérique d’activités parfaitement licites et un niveau ésotérique nettement plus problématique.

5 Découvrir son « vrai » soi: Expression reprise de nos amis du Nouvel-Âge qui cherchent (en vain) la vérité en eux

Presse: Homéopathie: le scandale Boiron

Article repris avec autorisation de l’auteur (01/2018) Athéenuation IV (twitter: @AtheeIV)

Les laboratoires Boiron, spécialisés dans l’homéopathie, voulant éviter les effets négatifs d’une critique sur Internet et la faire taire, ont au contraire donné une résonance particulière aux propos qui les gênaient, comme souvent en pareil cas.

 



Que s’est-il passé ?

Un blogueur italien, Samuele Riva, a publié sur son site blogzero.it des propos peu amènes pour l’homéopathie et pour les laboratoires Boiron, en particulier sur son produit Oscillococcinum, vendu en masse pour contrer les « états grippaux » avec force publicité télévisée. C’est bientôt la rentrée, vous n’échapperez pas à ces charmants petits spots: « aussitôt oscillo » ! Riva disait en substance sur son blog:

« Il n’y a aucune molécule active dans le produit »
« L’homéopathie est une insulte à l’intelligence»

Ces propos n’ont pas plu aux labos susnommés, qui se sont fendus d’un courrier rageur et menaçant parlant de diffamation, exerçant des pressions sur l’hébergeur pour qu’il supprime le blog. Rappelons qu’ils y a diffamation si les propos incriminés sont infondés. Ces pressions sont un scandale que je dénonce ici, car malheureusement pour Boiron, les propos en question de Riva sont non seulement parfaitement justifiés, mais encore bien en dessous de la réalité. Voyons pourquoi.

L’homéopathie c’est quoi ?

Pour la plupart des gens, les produits homéopathiques sont des « médicaments à base de plante », « produits naturels », ce qui est totalement faux. De plus ils sont vendus en pharmacie, et même en partie remboursés pour certains par l’assurance maladie. Dans ces conditions et avec ces cautions, pourquoi douter de leur sérieux ?

En réalité, ces médicaments n’en sont pas: ils sont totalement inefficaces, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’ils ne contiennent absolument rien. Bien sûr, il ne faut pas compter sur les laboratoires comme Boiron pour diffuser ce genre d’information, qui risquerait de mettre à mal leur très juteux business, consistant principalement à vendre de la poudre de perlimpinpin.

Ça vous semble outrancier ? C’est que vous ne savez pas ce qu’est vraiment l’homéopathie. Alors accrochez-vous au pinceau et lisez la suite, je vous assure que ça en vaut la peine.

L’homéopathie ça vient d’où ?

Les produits homéopathiques ont été inventés par un certain Hahnemann, né en 1755, selon le principe du « soigner le mal par le mal ». Ce principe est souvent nommé « loi de similitude ». Il consiste à administrer au malade, en petite quantité, une substance qui produit les mêmes symptômes que la maladie à soigner, ce qui devrait soigner le mal à la source. Et pour éviter tout problème prévisible d’empoisonnement, Hahnemann a prévu de diluer la substance « active », et même, tant qu’à faire, à la diluer beaucoup, car plus grande serait la dilution, plus actif serait le médicament obtenu !

Poser ces hypothèses, pourquoi pas ? Toute hypothèse, aussi farfelue soit-elle, peut-être formulée. Le tout est ensuite de la confronter correctement à la réalité afin de la valider ou de l’infirmer. Sinon, vous, moi, n’importe qui, peut proclamer avoir inventé un nouveau médicament miracle et le faire gober aux personnes crédules moyennant finances. N’oublions jamais qu’un esprit ouvert c’est bien, mais que cela doit toujours s’accompagner d’esprit critique, si l’on ne veut pas se faire bouffer tout cru par le premier charlatan venu.

Malheureusement, comme cela a trop souvent été le cas en matière de médecine jusqu’au milieu du vingtième siècle, poser le principe de l’homéopathie, c’est le rendre « vrai », au sens performatif du terme. Dites n’importe quoi, mais dites-le avec assurance: voilà la clé du succès ! Donc de validation, point. Pourquoi faire ? Quelques expérimentations faites sur lui-même par Hahnemann lui suffirent pour conclure hâtivement à l’efficacité du procédé, ce dont on pouvait se douter. Sûr de lui, il réussit ensuite à convaincre d’autres personnes. Il donne le nom de « lois » à ses inventions, et cela fait, par enchantement, que ces lois existent. Ces prétendues « lois » donc, inventées il y a 200 ans, bien qu’elles ne soient étayées ni confirmées par strictement rien de probant, contraires à toutes nos connaissances actuelles en physique et en biologie, président encore maintenant à la production et la vente de millions de « médicaments ».

La dilution extrême

Tout élève de lycée le sait bien, la matière, formée de molécules et d’atomes, n’est pas infiniment sécable. Cela veut dire qu’au-delà d’un certain taux de dilution, la probabilité pour qu’il reste dans le résultat de cette dilution une seule malheureuse molécule de la substance initiale devient très, mais alors vraiment très proche de 0. Cela découle de la loi d’Avogadro, loi qui n’a rien d’imaginaire, elle.

Jetez dans la mer à Brest un dé à coudre de votre substance, disons de l’arsenic, laissez s’écouler quelques mois pour un bon mélange, puis sautez dans un avion pour aller prélever un nouveau dé à coudre d’eau de mer en Nouvelle Zélande. Vous obtiendrez alors une dilution d’environ 12CH (voir plus loin), c’est à dire sensée être encore des milliards de fois plus concentrée que certaines utilisées par Boiron.

Reprenons le cas d’Oscillococcinum. La dilution est ici de 200K. Le K, ou le CH, c’est à dire Centésimale Hahnemannienne, presque identique, correspondent au type et degré de dilution. 1CH signifie que le principe actif est dilué 100 fois, c’est à dire un volume de cette substance dans 100 volumes d’excipient, généralement de l’eau. On fait une petite agitation spéciale (on dit une succussion dans le rite de la magie homéopathique inventée par Hahnemann), essentielle puisqu’elle conditionne la réussite de la préparation en la “dynamisant”, puis on prélève un volume du résultat. Et on recommence, pour obtenir 2CH, 3CH, etc. Dans le cas du 200CH ou 200K, on procède donc successivement à 200 fois cette opération.

Pour comprendre pourquoi cette technique vaut vraiment son pesant de cacahouètes, imaginons un volume initial de 1 cm3 d’arsenic. 1CH correspond donc à une dilution d’un centième: un cm3 d’arsenic pour 99 cm3 d’eau. 2CH correspond maintenant à un centième de centième, soit un dix-millième. A 3CH, on arrive déjà à un millionième, c’est à dire, si on le faisait en une seule opération, la dilution de notre cm3 initial d’arsenic dans un mètre cube d’eau. Ça reste encore raisonnable.

Mais comme vous le voyez, cela progresse très vite: 4CH, c’est un cm3 dans 100m3 d’eau, une bonne piscine… 5CH, dans 10000m3 d’eau, un beau petit lac… continuons… A 12CH, on arrive grosso-modo au volume total des océans terrestres…

Un petit calcul simple montre alors que le résultat final pour 200CH est identique à celui que vous obtiendriez en diluant 1cm3 d’arsenic dans un volume d’eau de 100x100x100x…x100 cm3 (avec cette multiplication faite 200 fois), soit 100 puissance 200 cm3, soit encore 10 puissance 400 (c’est à dire un 1 suivi de 400 zéros). Les mots me manquent pour commencer à rendre intelligible le volume d’eau que cela représente. Même exprimé en milliards de milliards d’années-lumière au cube (donc un cube dont l’arrête correspond à la distance parcourue par la lumière dans le vide en un milliard de milliards d’années, l’univers je le rappelle n’étant vieux que de 15 milliards d’années environ), le nombre s’écrirait encore avec une suite d’environ 300 chiffres… Ça fait quand même beaucoup d’eau pour diluer notre petit cm3 initial ! Notre préparation à 200K ou 200CH est cependant sensée être diluée à ce degré absolument pharamineux, tel que vous êtes absolument certain que votre prélèvement final ne contient aucune trace de votre ridicule petit cm3 initial. En réalité, avec Avogadro, le calcul montre qu’il n’y a plus rien du tout à partir de 12CH !

Conclusion: vous avez beaucoup plus de chances de gagner 50 semaines de suite à l’euromillion, que de trouver une seule molécule de principe actif dans l’Oscillococcinum 200K des laboratoires Boiron.

Mais au fait, c’est quoi le principe actif d’Oscillococcinum ?

Si vous n’êtes pas encore tombé de votre chaise, tenez-vous bien ! Car ce principe actif, c’est encore une pure invention, cette fois-ci d’un dénommé Joseph Roy, né en 1891. Ce monsieur voyait un microbe, qu’il a baptisé l’oscillocoque, absolument partout. Comme ces microbes étaient selon lui responsables de la grippe (mais aussi du cancer et d’une foule d’autres choses), il imagina donc de créer des préparations homéopathiques à partir, pourquoi pas, d’extraits de foie de canard de Barbarie, sensé en contenir. Pour quelle raison du foie de canard de Barbarie ? Mystère total. Personne ne le sait, ni ne s’en inquiète d’ailleurs. Une touche glamour peut-être, c’est important pour le marketing. Ou bien probablement Monsieur Roy avait-il sous la main ce jour d’illumination un foie de canard de Barbarie ? Allez savoir ! Et voilà, c’est la recette que continue de suivre Boiron. Mais il y a beaucoup mieux: ce fameux microbe, l’oscillocoque, qui vous l’avez compris donne son nom à Oscillococcinum, est absolument inconnu au bataillon ! Aucun bactériologiste ne l’a jamais vu ! Car Roy, évidemment, était complètement à côté de la plaque… Et comme ce microbe n’existe pas, il faut se lever de bonne heure pour en trouver dans du foie de canard, fut-il de Barbarie.

Oscillococcinum, qu’on le dise en latin ou dans n’importe quelle langue, ça n’existe pas !

Aussi totalement grotesque que cela paraisse, Oscillococcinum est donc une préparation faite à partir d’un principe actif complètement imaginaire, et tellement dilué que même s’il existait il ne pourrait plus en rester de toute façon ! Du « rien » dilué jusqu’à ce qu’il disparaisse, on pourrait appeler ça du « rien de rien »…

Et pourtant, d’après Boiron, ce produit agit pour lutter contre les « états grippaux ». Comment diantre est-ce possible ? Essayons d’être un peu logique…

1) L’hypothèse du foie de canard

Rappelons que ce produit est sensé agir selon les prétendues lois Hahnemanniennes, c’est à dire: similitude et haute dilution. Or on l’a vu, le principe actif de départ, l’oscillocoque, qui a haute dose devrait provoquer les symptômes grippaux, n’existe pas. On part donc d’une dilution de foie de canard vierge de toute contamination microbienne (il faut noter que, quand bien même l’oscillocoque existerait, Boiron ne pourrait partir d’un échantillon contaminé pour sa préparation: il faudrait pour cela une procédure d’autorisation du produit bien plus compliquée, comme pour les vaccins).

On pourrait donc considérer que c’est bien le foie de canard lui-même qui constitue le principe actif de départ. Mais dans ce cas, quid du principe de similitude ? Personnellement, le foie de canard, même à haute dose, ne m’a jamais provoqué de symptômes grippaux…  Mais peut-être est-ce le cas pour Monsieur Boiron ?
Bon, soyons honnête: le foie de canard que l’on déguste à Noël n’a pas grand chose à voir avec celui utilisé par Boiron, puisque ce dernier est en autolyse, c’est à dire qu’on le laisse se décomposer entièrement, et ce pendant 40 jours. Du foie de canard pourri, quoi.

2) L’hypothèse du médicament intentionnel

Il est bien sûr possible d’imaginer un nombre infini de produits comme Oscillococcinum: il suffit de choisir n’importe quel substance ou combinaison de substance dans la nature, puis de lui appliquer un nombre variable de traitements et de dilutions.

De la même manière, les symptômes grippaux constituent un simple échantillon parmi des milliers de symptômes potentiels recensés par la médecine.

Il faut donc constater que si Roy a effectivement « découvert » un médicament comme l’oscillococcinum qui fonctionne, il a eu beaucoup de chance: reposant sur une hypothèse fausse (l’existence de l’oscillocoque), ce produit a pour ainsi dire été conçu « par hasard », comme « tiré au sort » parmi des milliards de combinaisons possibles. Que ce produit s’avère ensuite efficace pile poil contre le mal ciblé au départ, commeRoy le conclut rapidement, voilà qui tient du miracle !

La raison se rebelle devant ce qui semble une si incroyable coïncidence. C’est pourquoi il faut aller plus loin.

On peut faire l’hypothèse d’une aide divine apportée à Roy: Dieu dans sa grande bonté aurait orienté Roy sur la voie de sa découverte, en faisant de fait une « eau de Lourdes », une « onction sainte ».

Pour ma part je propose aux homéopathes et à Boiron une autre explication: celle du médicament intentionnel. La voici: ce qui transforme Oscillococcinum de « rien » en médicament, pourrait être « l’intention » avec laquelle ce produit est fabriqué. Cette « intention », présente dans l’esprit du concepteur et du préparateur du médicament, imprègnerait les énergies sous-jacentes du substrat de dilution qui la mémoriserait grâce à des états quantiques dynamisés par les succussions du produit, puis la restituerait en agissant là aussi sur les états quantiques macroscopiques impliqués dans l’état de santé général du patient. Ainsi, le bruit fond quantique serait dirigé vers la cible, expliquant ainsi l’extraordinaire adéquation entre le produit et son action ciblée. Plausible, non ?

Conclusion définitive sur Oscillococcinum

Si à ce stade, concernant Oscillococcinum, votre esprit critique n’allume pas une grosse lampe rouge clignotante, c’est que vous n’en avez pas. Bonne nouvelle: vous pouvez aussi vous faire soigner par imposition des mains, par réflexologie plantaire, ou toute autre patalogie disponible à foison, cela fonctionnera sur vous sans aucun problème !

Avec ce produit on est, au mieux dans la magie et l’obscurantisme de bas étage, au pire dans l’escroquerie pure et simple. Dans les deux cas, ce produit est bel et bien une incroyable insulte à l’intelligence, comme le disait Riva. Sauf peut-être à l’intelligence commerciale, car pour fourguer ainsi de “l’inexistant imaginaire” à des millions de gens qui en redemandent, il faut quand même être fort, à défaut d’être honnête.

L’honnêteté voudrait que pareil élixir soit rejeté par les homéopathes eux-mêmes, puisqu’il ne cadre même pas avec leur doctrine. Mais pas du tout, bien au contraire. On se pince en lisant les propos effarants de tel homéopathe, qui prétend faire de cette soupe magique, attention accrochez-vous: “le chef de file de nouveaux remèdes élaborés sur le même modèle, pour lutter par une quelconque voie interféron-like plus spécifiquement contre d’autres maladies virales, hépatite, sida et certains cancers, et selon les dosages utilisés, favoriser une action activatrice ou inhibitrice des mécanismes immunitaires, ceci dans une optique curative ou préventive“. Là, on comprend vraiment que c’est grave, docteur.

Bien que l’Oscillococcinum soit fabriqué de manière totalement farfelue, gardons « l’esprit ouvert », comme disent les homéopathes, et demandons-nous si cela fonctionne quand même ? Eh bien non. Aucune étude indépendante sur le sujet ne montre un quelconque gain statistique de santé chez ceux qui en prennent comparé à ceux qui n’en prennent pas. Voilà par exemple, en termes nuancés comme à l’habitude, ce qu’en a conclu un article publiée dans la Cochrane Database en 2009 à partir des résultats de sept études:

« Les données ne sont pas suffisamment solides pour faire des recommandations générales sur une utilisation d’oscillococcinum pour traiter la grippe ni les syndromes de type grippal. Les preuves actuelles ne confirment pas d’effet préventif des produits homéopathiques de type oscillococcinum . »

Résumons: Oscillococcinum est constitué de « rien » extrêmenet dilué, et ne fonctionne pas. Comment appelle-t-on habituellement ce genre de produit ?

C’est pour avoir écrit sur ces faits bien connus (que bien sûr je ne fais que relayer ici, tellement ils sont déjà très abondamment commentés) que Boiron voudrait inquiéter ce blogueur italien, ne réussissant qu’à décupler la fréquentation de son blog. Remarquez, un chiffre d’affaire de plus de 500 millions d’euros avec des produits imaginaires, ça vaut le coup d’être défendu.

Argument de Boiron: cela marche, donc il y a des processus physiques encore inconnus à l’œuvre ?

Boiron, qui ne pousse pas la cuistrerie jusqu’à remettre en cause la loi physique d’Avogadro, et qui est donc bien obligé d’admettre l’absence de tout principe actif dans ses préparations, ne rend pas les armes pour autant. Le labo, qui pose contre toute raison comme vérité de départ que ses produits sont efficaces, est à l’affût de tout semblant d’explication qui rendrait plausible le fonctionnement de médicaments réduits à du simple sucre. Tout y passe: énergies vitales imaginaires, magnétisation, mémorisation du passage du principe actif par l’excipient, et autres billevesées encore et toujours invalidées par des expérimentations indépendantes. Il n’y a pas limite à l’imagination délirante des chercheurs marrons financés par Boiron, qui sont engagés dans une fuite en avant épuisante pour tout le monde. Hélas, à ce petit jeu, les scientifiques risquent fort de se lasser avant Boiron, qui lui a tout intérêt à prolonger la plaisanterie aussi longtemps que possible !

Mais le problème n’est pas là: car pourquoi vouloir trouver une explication à une action qui n’existe tout simplement pas ? Les expérimentations l’ont montré: les médicaments homéopathiques ne sont pas plus efficaces que des placebos « officiels »… Que du sucre, préparé selon une obscure tambouille imaginée à l’époque des saignées, ne soigne pas du tout, cela vous étonne vous ? Moi pas.

Mais vous me direz, si leurs produits se vendent, c’est que leurs clients en sont contents, non ?

Effectivement, certains patients, pas tous loin de là, sont satisfaits de l’homéopathie. Car l’homéopathie fonctionne exactement comme la radiesthésie, l’auriculothérapie, l’acupuncture, la chiropraxie, la psychanalyse, la magnétothérapie, la réflexologie, l’aromathérapie, le shiatsu et certainement quelques autres que j’oublie. Toutes ces pseudo médecines, toutes plus loufoques les unes que les autres dès lors qu’on observe de près leurs prémisses fondamentaux, souvent inventées en des temps obscurs par un père fondateur totalement dénué de méthode scientifique et même de connaissances médicales, opèrent quelques fois, et ce grâce à la suggestion. Dès lors que vous désirez être soigné, que le médecin en qui vous avez toute confiance vous donne un médicament en vous regardant droit dans les yeux, et en vous disant avec assurance « ceci va vous faire du bien », votre propre organisme, dopé par un regain d’optimisme salvateur, va faire tout le travail, à condition bien sûr d’y croire et surtout, surtout… que vous ne soyez pas trop malade ! L’homéopathie est une médecine pour gens bien portants, qui ne supportent pas de sortir du cabinet de leur médecin sans au moins quelques prescriptions médicamenteuses rassurantes… Et cet effet de guérison par suggestion porte un nom déjà cité: l’effet placebo.

Le placebo est le mètre-étalon du médicament dans les études menées de manière impartiale. Ces études sont assez compliquées, car il faut s’assurer de n’introduire aucun biais dans les résultats, dus par exemple aux convictions préexistantes des expérimentateurs (on comprend que des études bâclées faites sur soi-même, comme celles d’Hahnemann, n’aient strictement aucune valeur). Que votre produit ait alors une efficacité sensiblement supérieure statistiquement à un pur placebo utilisé en comparaison, et c’est le jackpot ! Qu’on soit proche du placebo au contraire, et c’est le flop. Car aussi étonnant que cela paraisse, quoi que vous donniez aux patients pour les soigner, il s’en trouvera toujours pour trouver que c’est efficace, et même beaucoup: environ 35 % en moyenne, jusqu’à 50 % parfois ! Pourcentage qui ne doit d’ailleurs pas être bien loin de celui des satisfaits de l’homéopathie, allez chercher pourquoi je dis ça… Attention, on parle évidemment ici de petites affections comme un rhume, et non de pathologie grave. En tout cas, impossible de se baser sur le témoignage de quelques personnes satisfaites pour conclure à l’efficacité d’un médicament quel qu’il soit.

Hélas pour Boiron, non seulement aucune étude sérieuse ne vient montrer une quelconque efficacité de l’homéopathie comparée aux placebos, mais c’est même exactement le contraire. Toutes les études effectuées indépendamment des laboratoires homéopathiques concluent immanquablement à l’égalité d’efficacité des produits homéopathiques avec des placebos. Les études commandées par les labos, elles, soit sont entachées d’erreur, de mauvais protocole, ou même de tricherie, et ne sont pas reproductibles ; soit elles sont carrément non publiées, les résultats n’étant pas ceux escomptés. Autrement dit, ces produits homéopathiques ne sont ni plus ni moins efficaces que les simples morceaux de sucre qu’ils sont d’ailleurs.

Découvre-t-on aujourd’hui cette situation ? Pas du tout: elle était déjà vigoureusement dénoncée en 1860 par le pharmacien inspecteur Poggiale dans un discours:

“Si vous, hommes éclairés, vous n’opposez pas une digue à ces théories incroyables, telles que celles d’Hahnemann, sur les effets des médicaments, je ne crains pas de le dire devant les médecins les plus illustres de l’Europe, la médecine sera avant peu la plus arriérée des sciences naturelles.”

L’homéopathie n’est donc finalement, pour le dire vite, qu’une vaste fumisterie, et voilà selon moi un autre scandale: la survivance anachronique à notre époque de cette patalogie et surtout des laboratoires Boiron eux-mêmes. Le fait que Boiron existe encore aujourd’hui et vende autant de produits homéopathiques montre dans quel état désastreux se trouve la recherche médicamenteuse et surtout la rationalité des méthodes de soin: on se moque aujourd’hui des clystères et saignées de l’époque de Molière ? Il ne faut pourtant pas chercher bien loin d’aussi misérables arriérations.

Un argumentaire typique des pires charlatanismes

Comme souvent dans les logiques charlatanesques bien huilées, le discours est rôdé, bien appuyé sur deux solides pivots:

1) Les produits sont très dilués, donc ne peuvent pas être dangereux: pas besoin donc d’autorisation compliquée de mise sur le marché. Ça on veut bien le croire, car si le « rien » était dangereux, ne parlons pas du « quelque chose » ! D’ailleurs on ne fait pas toute une histoire habituellement pour vendre du sucre…

2) Cependant, même dilués et non dangereux, les produits agissent quand même. Avec quelles preuves ? Là, aucune, il faut croire sur parole les affirmations des homéopathes. Et ils agissent comment ? Mais pourquoi poser cette question, on vous dit que ça agit, que voulez-vous de plus ?

Mais alors, s’ils agissent quand même, ils peuvent certainement agir autant en mal qu’en bien, non ? Ah non. Là encore, par la grâce de l’affirmation homéopathe, ils n’agissent qu’en bien, pour soigner pile poil votre petit bobo, donc sans effet secondaire. C’est comme ça. De preuve, aucun besoin: puisqu’on vous le dit que ça marche. Les preuves, c’est seulement pour les “fermés d’esprit”, les “obtus”, comprenez: ceux qu’on ne prend pas si facilement pour des gogos.

A écouter Boiron et les homéopathes, les « médicaments » homéopathiques constitueraient donc le graal de la médecine: ils ne sont pas toxiques même en quantité importante (il m’arrive pour rire de sucrer mon café avec un tube entier de granules), ils soignent exactement là où ça ne va pas (quand on y pense, les molécules, même absentes, sont quand même très fortes, à croire qu’elles sont téléguidées par l’esprit du patient, ou par « l’intention » du préparateur,  à moins qu’elles ne soient douées d’intelligence ?), et ils ne provoquent pas d’autre effet que celui désiré. On est plus près des potions d’Harry Potter que des découvertes de Pasteur ou Flemming !

Bien sûr tout est dans la suggestion du patient et dans sa relation avec le médecin. On entend dire que plus celui-ci est chaleureux, plus ses prescriptions sont efficaces ! Après tout pourquoi pas, mais pourquoi ne pas utiliser ces leviers puissants que permettraient peut-être la psychologie utilisée de manière transparente et honnête, plutôt qu’enrobés sous des faux-semblants magiques, et offrir une rente indue à Boiron et autres charlatans ?

On voit qu’on est dans un système de croyance typique, où tout repose sur la foi, autrement dit la crédulité, pour faire agir la suggestion salvatrice, et où les détracteurs doivent être soigneusement écartés (ce sont tous des esprits obtus à la solde de l’establishment pharmacologique). Sans parler de religion, on est très proche des dérives reprochées aux diverses sectes comme la scientologie, pour lesquelles les médecines dites douces constituent un formidable terrain de jeu, car la première qualité d’un adepte de secte, c’est d’être très crédule. Hélas, ce n’est pas en réduisant les moyens de la Mivilude, comme ce fut fait récemment, qu’on s’attaquera au problème.

Pourtant, quand on veut s’attaquer à un problème, on sait le faire. Souvenez-vous récemment du ménage effectué dans les fausses “allégations de santé” de divers produits alimentaires par la communauté européenne. On a bien été capable, là, de mettre fin à toute une série de charlatanismes commises pendant longtemps en toute impunité. Il est vrai que la même méthode appliquée aux produits Boiron, et c’est la fermeture immédiate…

Pourquoi une telle survivance ? Oh les raisons ne manquent pas…

Des patients rassurés par le médicament

Il faut convenir qu’il y a chez les patients, en même temps qu’un désir de soin, une demande pour une médecine sensée être moins agressive. D’où le florissant marché des médecines “douces”, qui doivent vous soigner efficacement mais sans vous faire de mal par ailleurs. Pour cela l’homéopathie semble parfaite: à chaque petite bobologie, elle apporte une réponse, sous forme de petites granules faciles à prendre et peu coûteuses. De plus, tout le monde le dit, ce n’est pas dangereux, et pour cause… Pour couronner le tout, ces préparations portent de jolis noms latins, du plus bel effet: il suffit au médecin de dire le nom du médicament au patient pour qu’il commence à agir ! Vous avez dit Molière ?

Cette idée est bien sûr séduisante, mais c’est hélas une utopie. On ne sait toujours pas, aujourd’hui, créer le médicament parfait, c’est à dire ayant une réelle action exclusivement positive et totalement dépourvu d’effet secondaire. C’est hélas un mythe, aussi inaccessible que la Toison d’Or, et ceux qui prétendent fournir ce mythe, ils sont légions, sont des charlatans qui abusent de la crédulité des patients. Si les produits homéopathiques n’ont pas d’effet secondaire, c’est parce qu’ils n’en ont pas plus de primaire. C’est pourquoi la meilleure alternative aux pseudo-médicaments homéopathiques ou autres est encore de ne rien utiliser du tout ! Car ces produits ne “soignent” de toute manière que des affections qui guérissent toutes seules, ou pour lesquelles on ne connaît aucun autre vrai remède…

De la même manière qu’on apprend aux patients que les antibiotiques, ce n’est pas automatique, il faudrait leur apprendre que parfois, il n’y a tout simplement pas de médicament efficace contre telle ou telle affection. Que l’on peut donc sortir de chez son médecin sans une ordonnance longue comme le bras, et que cela ne signifie pas que ce médecin est nul, mais simplement honnête: aucun médicament ne vous fera guérir plus vite. Pas besoin donc de courir chez un autre plus compréhensif qui, lui, vous fournira complaisamment la rassurante liste de produits attendue. Produits qui, s’ils sont homéopathiques, guériront en huit jours ce qui se guérit tout seul en une semaine.

Mais rien n’y fait, il faut du médicament, encore et toujours, même s’il n’y a rien dedans. Les adeptes de l’homéopathie crient à l’insulte lorsque l’on prononce le (gros) mot placebo. Pourtant personne ne remet en cause cet effet puissant et bien connu. Oui mais voilà: que cela marche chez le voisin, peut-être, mais chez moi, jamais de la vie ! Pour une raison toute simple: si on me prescrit un médicament, cela prouve que je suis vraiment malade. Or je veux que la planète entière sache, accepte, reconnaisse que je suis malade. Impossible d’admettre que tout se passe dans ma tête… Donc, si mon médecin me prescrit un médicament pour soigner un banal rhume, qu’importe que celui-ci guérisse tout seul en deux jours, la guérison est forcément le résultat de la prise de médicament, parce que je suis vraiment malade !

Si cela est aussi vrai pour beaucoup de médicaments non homéopathiques plus ou moins efficaces qui mériteraient parfois un bon coup de balai, cela l’est en tout cas pour tous les produits homéopathiques à haute dilution. Que la pommade d’arnica de Boiron agisse par le seul effet du massage, mais sûrement pas grâce à la quantité plus qu’infinitésimale d’arnica qu’elle contient, voilà une chose toute simple à comprendre mais manifestement hors de la portée intellectuelle de beaucoup de gens.

Le consumérisme médical a atteint un tel point aujourd’hui que beaucoup sont convaincus qu’il existe un médicament tout prêt sur l’étagère du pharmacien quelle que soit leur affection. Cette illusion, entretenue par les politiques commerciales de tous les labos pharmaceutiques dans le domaine de la bobologie (allez voir les pubs affichées dans une pharmacie !), trouve hélas vite ses limites. Si l’on prend l’exemple de l’Oscillococcinum, on serait bien en peine de produire un médicament ayant réellement les mêmes effets qu’annoncés, c’est à dire prévenir ou guérir les “états grippaux”, libellé d’ailleurs volontairement flou. Mais prendre un produit, même pas du tout actif, reste plus rassurant que ne rien prendre du tout…

Réduire les abus ne peut donc passer que par l’édification des patients, qui doivent être à même de comprendre la nature de ce qu’ils avalent et comment cela fonctionne. Sinon, pourquoi la majorité rejette-t-elle comme absurde la médecine maraboutique et accepte-t-elle d’autres incongruités comme l’homéopathie ? Trop compliqué pour la plupart des gens ? Vision pessimiste: quand on voit comment les mêmes s’intéressent au fonctionnement de leur voiture, téléphone portable, ordinateur ou autre objet techno, on se dit qu’avec quelques efforts minimes ces gens seraient tout aussi capables de comprendre le B-A-BA de ce qui les soigne.

Un business très lucratif qu’il faut protéger à tout prix

Un business comme celui-là, arrivé à une aussi grande échelle, s’auto-entretient. Un argument facile est en effet de dire: regardez le nombre de personnes satisfaites de ces médicaments, c’est pas une preuve ça ? Preuve de l’importance de l’effet placebo, en fait. Et le nombre de pharmacies affichant crânement « homéopathie » sur la devanture, avec d’ailleurs généralement du matériel marketing fourni par Boiron, c’est pas non plus une preuve ? Pourtant, n’importe quel pharmacien digne de ce nom sait parfaitement qu’en vendant de l’homéopathie, il vend du placebo sans en informer le client. Est-ce vraiment déontologique ? Pas sûr, mais lucratif ça oui.

Ensuite, sachant que Boiron, le plus gros labo homéopathique au monde, est français, et exporte une bonne partie de sa production, quelle est la meilleure conduite à tenir pour les autorités française ? Détruire ce business en le discréditant, ou bien le soutenir en continuant à rembourser ses médicaments, afin d’offrir un argument en or en dehors du pays: « regardez, en France, nos médicament sont remboursés par la Sécu, c’est pas une preuve de sérieux, ça ? » Que ne ferait-on pas pour soutenir notre balance commerciale… Comme c’est hélas souvent le cas en matière de santé publique, le pragmatisme économique prévaut. Rien donc à attendre du côté des autorités sanitaires, qui se discréditent depuis des années par leur silence complaisant sur ce dossier et sur d’autres pour des raisons purement politiques. Pire: les préparations homéopathiques sont dispensées d’Autorisation de Mise sur le Marché, une simple déclaration suffit. Aucun besoin donc de prouver que la préparation est efficace ! Cette procédure d’exception n’est ni plus ni moins que de la complicité de charlatanisme, et cela dure depuis la publication d’un decret de 1948 s’appuyant sur une loi de 1941, promulguée donc par le régime de Vichy !

Il faut quand même mettre au crédit de l’homéopathie, et c’est un argument souvent avancé en sa faveur, que ces produits ne coûtent pas très cher (ce serait un comble étant donné leur contenu). Donc, quitte à rembourser de pseudo-médicaments pour ceux qui ne peuvent pas s’en passer, autant que ce soit des placebos pas chers produits en France, plutôt que des placebos chers produits ailleurs… Effet pervers en retour: ces produits risquent de devenir les médicaments du patient pauvre ou non averti, ne disposant pas des moyens d’acheter des produits réellement efficaces, ou n’ayant pas de recul intellectuel critique face à la réalité homéopathique. C’est exactement ce qui s’est passé en Afrique, où l’homéopathie a été utilisée pour soigner le SIDA, avec les résultats absolument calamiteux qu’on imagine facilement.

Cependant cet âge d’or international pourrait bien avoir une fin proche, car le vent tourne. Des class-actions aux Etats Unis de clients qui se découvrent floués par Oscillococcinum, des procès au Japon suite à des morts, le scandale de l’utilisation de l’homéopathie contre le SIDA en Afrique, une rébellion de l’Association Médicale Britannique, une complaisance moindre de l’OMS, un recul généralisé des ventes dans le monde entier, tout cela sent fortement le roussi pour Boiron.

Nul doute que, protégé par les autorités françaises, Boiron le sera moins par les autorités européennes, qui tôt ou tard donneront un coup de pied dans la fourmilière. Je n’ose pas imaginer les sommes dépensées par Boiron en lobying à Bruxelles et à Strasbourg pour retarder l’inéluctable…

Car enfin, il faut aussi être conscient que Boiron, incapable de justifier ses produits par des études scientifiques sérieuses à l’instar des autres produits médicamenteux, compense cette faiblesse par une machine de guerre juridique visant à faire taire toute voix discordante pouvant troubler leurs ventes de granules magiques et à influer sur les décisions sanitaires qui les concernent. A défaut de chercheurs sérieux et qui trouvent, on paie des avocats qui attaquent.

Tiens au fait, serai-je attaqué à mon tour ? Je n’ose en rêver. Je voudrais bien, et beaucoup d’autres gens avec moi, voir Boiron prouver le caractère diffamatoire de mes propos tenus ici devant un tribunal, tous ces faits étant bien connus et facilement démontrables. Mais Boiron ne commettrait pas l’insigne erreur d’aller devant un tribunal où il perdrait à coup sûr: il préfère probablement utiliser ses moyens financiers considérables à intimider, influencer, soudoyer, diffamer, discréditer: c’est bien plus efficace.

Une poule aux œufs d’or pour les pharmaciens

Le métier de pharmacien de ville est avant tout un métier de vendeur. Certes il faut les connaissances de base, mais les jeunes diplômés qui veulent se faire embaucher dans une officine sont bien souvent sélectionnés sur leurs connaissances des gammes de produits de parapharmacie comme Yves Rocher ou autre Roche Posay, bien plus lucratifs, que sur la posologie ou les interactions des médicaments. Boiron constitue bien sûr l’un de ces gisements aurifères pharmaceutiques.

Si vous allez voir votre pharmacien pour lui demander conseil concernant un petit problème de santé bénin, que croyez-vous qu’il va faire ? Vous vendre un produit, quel qu’il soit. Essayer donc de sortir de la pharmacie sans rien acheter pour voir ! Mais peut-on reprocher à un vendeur de vendre quelque chose plutôt que rien ?

Et si votre affection n’est pas sérieuse, s’il n’existe pas grand-chose d’autre parce que ça ne se soigne pas vraiment et que ça guérit tout seul, vous aurez probablement droit à votre produit homéopathique. Le pharmacien ne risque absolument rien (vous ne pourrez jamais vous suicider avec un produit homéopathique, ni même vous surdoser, encore moins provoquer une interaction néfaste), et c’est toujours ça de pris dans le tiroir-caisse…

Evidemment, bien que cela soit de notoriété publique, hors de question de reconnaître publiquement que l’homéopathie n’est que du placebo, car alors sa vente ne serait plus autorisée par la déontologie. Un pharmacien dira donc toujours que cela « agit », ce qui est justement ce que veulent entendre les clients.

Des médias complices

On aurait du mal à trouver un média grand public qui aborderait de front le problème de l’homéopathie avec le courage nécessaire: sujet trop polémique qui heurterait le lectorat et le ferait fuir. Pire, l’homéopathie est souvent présentée comme une réalité évidente et incontournable dans la plupart des magazines, qui souvent, il est vrai, ne font pas non plus la fine bouche devant l’astrologie et autres fines fleurs intellectuelles. Après-tout ces magazines ne sont pas là pour faire l’éducation des lecteurs, mais pour vendre la soupe qui s’achète.

Même une revue de vulgarisation scientifique comme “Science et Vie”, un temps fer de lance de l’information sur la réalité homéopathique, semble avoir baissé les bras…

Gageons également que les millions de Boiron et son service juridique ne soient pas de nature à encourager une grande témérité éditoriale… Car on a beau avoir raison, les procès intentés par des procéduriers, même abusifs, même s’ils font de la bonne pub quand on les gagne, sont assez enquiquinants, surtout si les adversaires ont les moyens de se payer tous les avocats qu’ils veulent.

Charlatanisme et tromperie sur la marchandise

Aussi bien Boiron, bien sûr, que les pharmaciens qui vendent ses produits, savent parfaitement qu’ils ne contiennent rien et n’agissent pas plus que des placebos. N’est-ce pas une forme de charlatanisme et d’escroquerie ? Les Conseils de l’Ordre sont théoriquement intransigeants avec le charlatanisme, mais là, pschitt !

Ces produits ne contiennent rien, alors que leur étiquette annonce le contraire. N’est-ce pas également une forme basique d’escroquerie ? Si vous achetez de la confiture de myrtille, et qu’en fin de compte cette confiture ne contient pas la moindre trace de myrtille, ne vous sentez-vous pas grugé ? C’est pourtant ce qui se passe avec les médicaments homéopathiques.

Servier, Boiron, même combat

Evidemment, si l’on dit aux patients qu’on leur délivre un placebo, celui-ci perd une bonne partie de son effet. Est-il cependant honnête de lui mentir délibérément sur la nature du produit qu’on lui vend ? Faut-il infantiliser les patients en leur faisant croire à tort qu’on leur délivre un vrai médicament ? Si la réponse des autorités est oui, c’est la preuve que l’intérêt supérieur des patients n’est pas leur priorité. L’affaire récente du Mediator de Servier a rendu à juste titre la population très méfiante à l’égard des médicaments, en poussant d’ailleurs une partie dans les bras de l’homéopathie, qui présente l’avantage de ne pas avoir d’effets secondaires (d’effets primaires non plus hélas).

Servier a défendu bec et ongle son business et ses ventes, Boiron fait exactement la même chose, et de la même manière: en racontant des bobards. Ces laboratoires défendent évidemment leurs intérêts propres avant ceux de leurs clients. Qui donc en douterait ?

La leçon de l’affaire Mediator, qui est selon moi que les gens veulent de la vérité, de la transparence, de l’honnêteté pour tout ce qui touche aux médicaments, sera t-elle comprise et appliquée enfin à ce scandale permanent qu’est l’existence de l’homéopathie ?
————————————————–

Vite ! une cellule de soutien psychologique !

Sources

Merci au site Charlatans.info pour ses articles excellents et très bien informés, qui ont fourni une part des informations publiées ici.

Sur l’affaire Riva:
http://charlatans.info/news/Boiron-veut-faire-taire-ses
http://www.rue89.com/2011/08/20/les-labos-boiron-menace-un-blogueur-antihomeopathie-218524

Sur les problèmes internationaux de Boiron:
http://charlatans.info/news/La-chute-de-l-homeopathie-devient
http://charlatans.info/news/L-OMS-dit-enfin-non-a-l

Un article déjà assez ancien sur Oscillococcinum (ce scandale dure depuis pas mal de temps !):
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article39

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’homéopathie en général:
http://www.zetetique.ldh.org/homeo.html

Sur les techniques des marchands d’attrape-nigauds dont Boiron est l’un de nos plus beaux fleurons:
http://attrape-nigauds.charlatans.info/lois.shtml
(où l’on constate que Boiron respecte à peu près toutes les « lois » citées ici !)

Article 496 du code pénal:
Quiconque, dans le but de s’approprier une chose appartenant à autrui, se sera fait remettre ou délivrer ou aura tenté de se faire remettre ou délivrer des fonds, meubles, obligations, quittances, décharges, soit en faisant usage de faux noms ou de fausses qualités, soit en employant des manoeuvres frauduleuses pour persuader l’existence de fausses entreprises, d’un pouvoir ou d’un crédit imaginaire, pour faire naître l’espérance ou la crainte d’un succès, d’un accident ou de tout autre événement chimérique, ou pour abuser autrement de la confiance ou de la crédulité, sera puni d’un emprisonnement d’un mois à cinq ans et d’une amende de 251 euros à 30.000 euros.”

Presse: Le temple de la science maure d’Amérique, une organisation religieuse d’origine marocaine ?

Yabiladi:  Historiquement, le mot maure désignait différents peuples à différentes époques. Cependant, en référence à l’époque médiévale et plus précisément l’Europe du Moyen-Age, les maures étaient les musulmans. A partir du 20ème siècle, un groupe d’Afro-américains a fondé une nouvelle organisation religieuse, émanant selon eux de l’islam, mais qui se voulait en réalité une influence de multiples croyances. Ils se sont désignés comme maures en référence à leur supposé pays d’origine, le Maroc. Histoire.

 

Fondé en 1913 par Noble Drew Ali alias Timothy Drew, le Temple de la science maure d’Amérique (Moorish Science Temple of America) est une organisation nationale et religieuse américaine. Elle s’appuie sur le principe selon lequel les Afro-américains auraient été les héritiers des Maures de l’Afrique du nord-ouest, et sont par conséquent Maures et musulmans. Le Temple des sciences mauresques devient alors une sous-culture islamique qui réunit les Afro-américains convaincus d’avoir des racines maures.

 

Cette sous-culture islamique, qui voit le jour dans un contexte mouvementé et controversé, notamment par les préludes de la Première Guerre mondiale, est née dans l’Etat de l’Illinois, aux Etats-Unis. La principale motivation de Noble Drew Ali lorsqu’il fonde ce courant est de permettre à ses adeptes de se forger une identité. En effet, en plus de mettre en avant la fierté raciale et l’élévation spirituelle, la doctrine mauresque visait aussi à donner de la visibilité aux Afro-américains à l’échelle internationale et permettre leur participation civique.

C’est que le «prophète» Noble Drew Ali est persuadé des origines maures des Afro-américains, dont il considère le caractère noble et supérieur. Le temple a renforcé cette idée, qu’il liait à l’islam, de façon à ce que les nouveaux membres de cette organisation devaient prouver que leurs ancêtres étaient bien nord-africains, marocains ou asiatiques. Ainsi, pour aspirer à une adhésion à cette organisation religieuse, il fallait que les fidèles soient d’origine maure et plus particulièrement de «l’Empire marocain». C’est à cet effet qu’au moment de se convertir, les néophytes obtenaient une «carte de nationalité».

 

Une communauté en quête d’identité

Les récits historiques ne manquent pas de rappeler que la communauté Afro-américaine faisait régulièrement l’objet de persécutions, soulignant qu’ils étaient perçus comme «Noirs». La ségrégation raciale et le racisme qui régnaient en ont fait la communauté la plus stigmatisée et la plus marginalisée. Ces persécutions deviennent le cheval de bataille de Noble Drew Ali. Et pour cause, le socle principal de sa secte était de trouver une identité et de s’y accrocher au fil des siècles. S’identifier en tant que Marocain ou Asiatique était l’un des moyens pour oublier ce qualificatif ; «noir». La nationalité, l’identité et les racines deviennent les piliers fondamentaux de cette organisation religieuse, comme souligné dans un article publié sur le site officiel du Temple de la science maure d’Amérique: «La véritable nationalité de ce qu’on appelle la personne noire de l’Amérique est américaine maure.»

Toujours dans cette quête d’identité, les adeptes de la nouvelle religion se distinguaient par un port vestimentaire qui leur était propre – les femmes portaient des turbans et les hommes un fez – ainsi que par une différenciation dans leurs noms, en ajoutant des suffixes «El» ou «Bey», accentuant leurs origines nord-africaines et plus précisément maures. L’organisation aspirait à glorifier tout simplement les peuples noirs et surtout les Afro-américains.

Les prières ont également été marquées par cette volonté de trouver une identité autre que celle donnée aux Africains vivant en Amérique. Les expressions comme «connaître votre soi» et «aimer votre nationalité» ont souvent été transmises comme une obligation et représentées comme le seul moyen de gagner l’amour et le respect. «Si vous ne vous connaissez pas, vous laissez l’autorité à quelqu’un d’autre pour vous identifier, et dans le temps, vous serez habitué à cette étiquette. Lorsque vous permettez à quelqu’un d’autre de vous nommer, vous lui avez essentiellement donné le pouvoir de vous définir», énonce la communauté sur son site officiel.

 

Un lien avec l’islam

Le temple de la science mauresque puise sa doctrine en fusionnant plusieurs croyances dont l’islam, le bouddhisme, le christianisme ou encore la franc-maçonnerie. L’organisation avait sa propre version du Coran: «Holy Koran of the Moorish Science Temple of America» parfois abrégé en «Circle Seven Koran», avançant même l’idée que cet écrit serait l’original. Dans ses récits de voyages, leur «prophète» rapporte que c’est lorsqu’il rencontra le grand prêtre d’Egypte qu’il lui remit la version perdue du Coran ; un prêtre qui l’aurait également formé dans le mysticisme. Une version que Noble Drew Ali complétera par la suite en écrivant lui-même les quatre derniers chapitre du livre saint de son organisation religieuse: «Les fils et les filles déchus de la nation asiatique d’Amérique du Nord doivent apprendre à aimer au lieu d’haïr ; et de connaître leur moi supérieur et leur être inférieur. (…) La clé de la civilisation était et est entre les mains des nations asiatiques. Les maures, qui étaient les anciens Moabites, et les fondateurs de la ville sainte de La Mecque.»

Pour cette communauté, seuls deux populations subsistent sur Terre: les Européens et les Asiatiques, ces derniers étant les peuples d’Asie, d’Afrique, du Pacifique mais aussi les Latino-Américains et les Américains. Etaient considérés comme Européens tous les peuples «blancs» qui, d’après Noble Drew Ali, représentaient «l’individu inférieur», soit Satan.

Le mouvement religieux était dirigé conformément aux préceptes de l’islam de manière à ce que chaque fidèle croyait en Dieu, le prophète Mohammed et a lu le Coran. Les changements qui étaient à opérer par rapport à la religion musulmane portaient sur la version coranique et sur le fait que Noble Drew Ali était aussi un «prophète» et une âme réincarnée.

Le mouvement s’est étendu très vite à Chicago où il comptait beaucoup de partisans. En 1926, l’Etat de l’Illinois considérait le temple maure comme une organisation civique chargée d’enseigner aux Afro-américains comment devenir de meilleurs citoyens, rejeter la haine et embrasser l’amour et la tolérance. «L’objet de notre organisation est d’aider dans le grand programme d’épanouissement de l’humanité déchue et d’enseigner ces choses pour faire de nos membres de meilleurs citoyens», a déclaré Noble Drew Ali lors d’un discours publié sur le site officiel. Cela dit, l’islam orthodoxe n’a jamais accepté de reconnaître le «Moorish Science Temple of America» comme une branche de l’islam.

 

Noble Drew Ali, un «prophète» américain

Fils d’un musulman marocain et d’une mère cherokee, Timothy Drew naît de parents tous deux esclaves, le 8 janvier 1886 en Caroline du Nord, et devient l’initiateur de cette nouvelle croyance.

De nombreuses légendes entourent son existence, telles que les récits portaient à croire qu’il était la réincarnation de tous les prophètes. Noble Drew Ali était très respecté par la communauté maure. Il était considéré comme une personnalité influente à Chicago. D’ailleurs, en 1929, il a assisté à l’inauguration du gouverneur de l’Illinois. Il décède des suites d’une tuberculose le 20 juillet de la même année, à l’âge de 43 ans. Cependant, des rumeurs laissent entendre qu’il a été tué par la police.

Après la mort du père-fondateur, le groupe éclate en trois factions rivales, dont certaines existent encore aujourd’hui. C. Kirkman-Bey, qui était son confident, est devenu le dirigeant du groupe le plus important, qui porte toujours le nom de «Moorish Science Temple of America».

Aujourd’hui, les groupes issus du mouvement sont toujours actifs et connaissent un certain succès, surtout dans les institutions carcérales où ils développent un fort prosélytisme. La concurrence et la visibilité médiatique des autres groupes de musulmans noirs américains ou de l’organisation politico-religieuse américaine «Nation of Islam» limitent néanmoins leurs capacités à s’étendre.

www.yabiladi.com/articles/details/53516/temple-science-maure-d-amerique-organisation.html

 

Témoins de Jéhovah: une secte pédo-sataniste fondée par un sioniste franc-maçon?

Un lecteur nous demande:

  • Que pensez-vous du livre  “Témoins de Jéhovah: une secte pédo-sataniste fondée par un sioniste franc-maçon”, par Laurent Glauzy | Le Libre Penseur? Sans doute y a t il à trier ?

Réponse de Vigi-Sectes:

Oh oui, sans avoir lu le livre, mais en ayant consulté son résumé, nous dirons:

Oui : Faisons le tri!
Assurément: Le site libre penseur … pense bien trop libre.

 1) Le spiritiste Johannes Greber

Il est vrai que la Traduction du Monde Nouveau (TMN) a bien été influencée par le Nouveau Testament (NT) de Johannes Greber,  nous avons d’ailleurs évoqué le sujet, dans notre magazine la Route Droite en indiquant quels sont les versets impactés (ex. Mat 27:52)…
 
mais ce ne fut pas en 1920.
Le NT des TdJs est sorti en anglais en 1950, et le spiritiste allemand a commencé le spiritisme à partir de 1923 et a émigré aux états-unis seulement en 1929. Son NT corrompu est sorti en anglais seulement en 1937 . En 1920, il n’avait pas encore commencé la pratique du spiritisme.
 
 
 
Cette datation folklorique est-elle négligeable?… Non,
 
une étude sérieuse sur le sujet expliquera non seulement quels versets ou doctrines ont été manipulés, et étoffera le sujet:
Quand est-ce que Greber est cité dans la TDG ou autres traités, le retournement de situation dans les années 80, en quoi la doctrine des TJs est elle aussi influencée par le spiritisme de Greber, depuis quand et jusqu’à quand, etc … Un livre qui prétend révéler les secrets du passé et des sociétés secrètes ne peut se permettre une si grossière erreur.
Bref, l’auteur mentionne des éléments bien réels, mais de manière inexacte. Il semble ne connaitre que superficiellement le sujet traité.

2) La Franc-maçonnerie

Russel a affirmé lors d’un discours:
 
Bien que je ne l’ai jamais été un franc-maçon … Certaines choses que je fais semblent être identiques avec celles que les francs-maçons font, je ne sais pas ce que c’est [exactement], mais ils me donnent souvent toutes sortes de “tuyaux”(?)  (grips: traduction incertaine: cela peut vouloir dire, coup de mains, idées, inspiration, connaissance, maîtrise) et je les leur rends, je leur dis: je ne sais rien au sujet de la FM, sauf quelques “tuyaux” qui sont venus à moi naturellement.
 
Il est vrai que Russel avait multiples liens indéniables avec les FMs, bien que je ne connaisse aucun réel document prouvant une appartenance officielle…
 
mais ses liens avec la Rose-Croix ne sont pas évidents du tout. RC et FM sont bien différentes. La tombe pyramidale de Russel montre des signes des knight templars (croix et couronne), et pas ceux des rosicruciens (voir la pyramide du dollar).
 
Lors d’une discussion avec Serge Toussaint, le Grand Maître de la Rose-Croix AMORC, il m’a semblé que les FMs et les Rosicruciens ne s’entendent pas bien, on ne doit pas les confondre.
 
Cela dit, le monde de l’ésotérisme est comme un plat de spaghetti, les diverses pseudo-sciences sont interconnectées, on peut commencer pas un bout et finir pas un autre. Il y avait en Pennsylvanie des RCs et des FMs. Certains signes (ou ressemblants) sont communs dans les sociétés secrètes (le disque du soleil, ailé) qui a été utilisé par les TdJs. (la STG est en anglais la “Watch Tower Bible & Tract Society of Pennsylvania”)

3) Fritz Springmeier

Il est vrai que Fritz Springmeier fût un conférencier & auteur de livre de conspiration qui dévoilent des détails ou documents intéressants (et réels) sur les rapports entre Russel et la FM,
mais pas qu’il eut été pasteur… (!?)
 
Il est plutôt connu pour ses fraudes, changement d’identité, vols à main armé, condamnation à plus de 8 ans de prison ferme d’où il est sorti en 2011.

4) Sionisme, le rocher de scandal

On croirait entendre l’Islam!
 
Russel n’aurait pas eu le droit d’être sioniste?
Le Sionisme serait-il du satanisme?
 
Peut-importe si nous voulons, ou pas, être sioniste ,
la seule bonne question à se poser est : Dieu est-il sioniste?
 
Que cela plaise ou pas, Dieu est sionisme, et c’est une composante des Écritures
 
Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, Et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, Dit L’Éternel, ton Dieu. (Amos 9:14-15)
 
Aussi (Esaïe 11:10-12) .
Si le peuple d’Israel, ne retrouve pas son pays promis, alors les chrétiens, étrangers et voyageurs sur la terre, ne retrouverons pas le leur non plus.
 
sur ce simple point, Russel ne serait pas condamnable. On ferait mieux de condamner les passages antisémites de la STG
(voir la réédition d’un livre quand l’antisémitisme était trop flagrant), et la théologie du remplacement ultérieure = rejet du peuple juif comme peuple de Dieu.
 

5) Missionnaires de Satan

C’est le point le plus choquant, mais il n’est pas inutile d’oser l’aborder,  car la problématique est subtile.
Il est vrai que lesTdJs sont hérétiques, et indirectement des missionnaires anti-christiques, mais  Ils n’utilisent pas le pentagramme. Ce n’est donc pas à prendre au sens propre, et au point de mettre un pentagramme sur le couvert d’un livre les concernant.
 
Leur livre qui parle de Christ “Le plus grand homme de tous les temps”,  mentionne 132 fois “Pilate” dans 133 chapitres, et en fait l’éloge, en le revêtant , plus qu’il ne le mérite de ses titres honorifiques “le gouverneur Ponce Pilate”. Ce livre conclue sur qui est Jésus en le citant Pilate en ces termes “Voici l’homme”.  Pourquoi choisir la parole d’un bourreau, et non celle de Christ ou d’un apôtre?
Ce livre sur Christ blasphème à chaque chapitre, du début à la fin. En dénaturant la nature de Christ (Jésus est Yahwée, Jean 8:24), les TdJs annoncent un parfait contre-évangile, aveuglant leurs membres dans le péché jusqu’à la mort (Jean 8:24).  En ce sens, les TdJs sont sans le savoir des ennemis de Christ, et missionnaires de Satan. Mais suggérer qu’ils le soient de manière consciente, comme chez les satanistes (que je connais aussi) n’est pas honnête. Cela discrédite les tentatives légitime de ceux qui veulent dénoncer avec plus de respect pour les TdJs, l’esprit démoniaque derrière ce groupe.
 
Mat 24:4  Et Jésus, répondant, leur dit: Prenez garde que personne ne vous séduise
 
Les images dites “subliminales” existent et sont connues, c’est à mon avis la signature du malin dans cette organisation, mais les images ne sont pas insérés volontairement, les TdJs de Brooklin aussi en ont été surpris et ont écrit sur le sujet.
 
Comme le signale le site de Jacques Luc:

Dans un article publié dans la Tour du Garde du 15 juin 1985, intitulé “Un bruit court: vous en ferez-vous l’écho ?”, l’organisation des Témoins de Jéhovah écrivait notamment:

“Des bruits ont même couru au sujet des publications de la Société Watchtower. On a raconté, par exemple, qu’un dessinateur avait introduit des représentations de démons dans les illustrations, mais qu’il avait fini par être démasqué et exclu ! Avez-vous fait circuler l’un de ces on-dit ? Dans ce cas vous avez – involontairement sans doute – propagé un mensonge, car aucun de ces bruits n’était fondé. Ainsi, ce qui a été dit sur les publications de la Société était incontestablement nuisible. …
“Est-il vraiment raisonnable de penser … que des dessinateurs qui ont voué leur vie à Jéhovah aient dissimulé des visages dans les illustrations d’un périodique ?
Il ne faut surtout pas prendre pour argent comptant ce genre de balivernes.”

Ils sont séduits et trompés sans le savoir … ou sans vouloir le savoir.
 

Conclusion:

… Voici un livre qui mélange du vrai et du faux. Cette entreprise ressemble plutôt à un trop vaste glanage d’informations à sensation sur internet, dans le but de vendre ou d’écrire un livre(?). Il arrive que les opposants ou les déçus de la TdG soient aveuglés par leur zèle. Ils ont quittés la TdG , mais elle n’a pas encore quitté leur tête.
Ils ne savent pas toujours discerner le vrai  du faux, ils rejètent ensemble le vrai (la parole de Dieu) avec le faux (l’idéologie de la TdG), et acceptent le faux (accusations erronées) avec le vrai (Eph 5:10-11).

Recommander ce genre de livre?

Cela risque de discréditer des études plus sérieuses et objectives sur le sujet.
Voici un site, que je prend au hasard, traitant de sujets similaires, qui, bien que superficiel … demeure vrai et documenté correctement.
 
Sans vouloir sembler pédant, nous recommanderons plus volontiers nos propres textes et nos liens:
Notre analyse est mieux documentée, mais surtout, elle dévoile avec plus de mesure et discernement l’esprit derrière cette organisation.

Articles:

 
J’ai personnellement fait des recherches relativement poussées sur l’influence de l’ésotérisme sur la doctrine de Brooklin depuis une 20aine d’années en lisant dans les livres de Greber, ou d’autres chercheurs sérieux du monde entier. D’autres membres de notre comité directeur on voués jusqu’à plus de la moitié de leur vie à l’étude de cette secte.
 
Eric. P.
 
 

Un Cours en Miracles

Ce bestseller est un classique du Nouvel-Âge, mais est aussi reconnu comme un des principaux pilliers de ce mouvement ; sa popularité ne baisse pas, comme le montre cette annonce de vente en ligne.

Nous reproduisons ici l’analyse de Mike Oppenheimer1 de « let us reason ministry » ( traduite de l’anglais), afin de présenter une des sources principale du Nouvel-Âge, dont les manifestations similaires pointent leur nez dans les milieux chrétiens.

Cette nouvelle révélation a commencé en 1965 lorsque Helen Schucman, professeur agrégé de psychologie médicale à l’Université de Columbia à New York, a commencé à recevoir des messages canalisés à partir d’une entité qui allait plus tard s’identifier comme Jésus-Christ.

Les messages ont commencé ainsi:

S’il vous plaît, prenez des notes, …

… et ce n’était pas une option facultative. C’est ainsi que Helen Schucman, une psychologue juive athée a commencé à écrire. Pendant les dix années suivantes, la voix a dicté « d’une voix inaudible » plus de 500000 mots maintenant transcrits et condensés en trois volumes.

Cet ouvrage a été produit au moyen des méthodes suivantes:

  • Écriture automatique: une entité spirituelle guide la main

  • Clair-audience, (audition d’un esprit désincarné) Schucman a écrit ce gros volume, et en attribue la paternité à Jésus en personne.

Ce cours est un livre spirituel et psychologique, mis en forme comme un enseignement systématique consistant en trois documents:

  • 6222 pages de texte,

  • 478 pages de cahiers d’exercices pour les élèves

  • 88 pages de manuel pour les enseignants.

Dr. William Thetford, psychologue clinique à l’Université de Columbia, a été l’un de ses collègues. Il n’a jamais entendu la voix, mais a contribué à la publication de ce cours. Élevé dans l’église de la Science Chrétienne, Thetford croyait aussi que le cours était une réplique des «enseignements originaux de Jésus»3.

Schucman et Thetford ont rencontré le Dr Kenneth Wapnick de la Fondation pour la paix intérieure en 1972. Le droit d’auteur du cours a été remis à Wapnick et à son organisation en 1975. La publication de la première édition d’ « Un Cours en Miracles » a commencé la même année.

Le but principal du cours:

la correction des erreurs du christianisme …. afin de favoriser le développement spirituel à travers l’étude et la pratique de ce livre: Un ensemble de trois livres canalisées par Jésus. … pour enseigner le cours de réinterprétation des principes chrétiens traditionnels tels que le péché, la souffrance, le pardon, l’expiation, et le sens de la Crucifixion … (Fondation pour un cours des miracles, pardon. p. 3-4).

Depuis sa création, le cours n’a aucun scrupule à contester la parole de Dieu, même si elle est écrite par les apôtres qui ont personnellement connu Jésus. Le manuel comprend 365 leçons, une pour chaque jour de l’année.

Ce cours est un début, pas une fin … Désormais, entendez la voix de Dieu … Il dirigera vos efforts, vous dira exactement quoi faire, comment diriger votre esprit, et quand venir à Lui en silence, demandant sa direction sûre et Sa Parole certaine (Cahier, p. 477).

La duperie

Le cours utilise des termes chrétiens usuels, mais avec une signification complètement différente, métaphysique. Avec l’intention de corriger les erreurs de la Bible qui ont offensés les incroyants en raison de leur « étroitesse d’esprit », on enseigne alors que … :

Dieu et Sa création ne sont pas séparés.4 (p. 156). Toutes les routes mènent à Dieu, à la fin.

Le thème sous-jacent du cours est l’hindouisme habillé d’une terminologie chrétienne. On apprend que:

La révélation n’induit que l’expérience. (p. 29)

Quand la révélation de ton unité viendra, elle sera reconnue et pleinement comprise. ( p. 1088).

Le « changement du point de mire de la perception » est l’expérience panenthéiste mystique où la vision du monde change par de nouvelles connaissances.

Dieu est dans tout ce que je vois. (p. 798)

Selon le cours, Jésus est simplement un frère aîné qui a droit au respect pour sa plus grande expérience. Le « Jésus » du cours explique:

Il n’y a rien en moi que tu ne puisses atteindre. Je n’ai rien qui ne vienne de Dieu. La différence entre nous maintenant, c’est que je n’ai rien d’autre. Cela me laisse dans un état qui n’est en toi que potentiel.. Je comble la distance comme ton frère aîné d’une part, et de l’autre comme un Fils de Dieu. (p. 30) .

Jésus

Il est un homme qui est comme tous les autres hommes, et il est l’idée Christ, que tous les hommes possèdent et doivent finalement démontrer. Il devient le modèle pour nous tous. Jésus l’homme a été utilisé par le Christ pour démontrer l’illusion du monde. En réalité, l’homme est toujours dans le ciel. Il est tout simplement l’illusion du péché et de la mort qui ont induit de faux sens de la réalité. Cependant, lorsque l’homme gagne sa conscience du Christ comme Jésus l’a fait, alors, selon le cours, l’homme découvrira également l’illusion du péché. Ainsi, lorsque vous êtes éclairé vous comprenez que le péché n’a jamais été vraiment fait par votre nature, mais ce qui vous a arrêté est l’ignorance de votre propre divinité.

Le cours enseigne que le Christ n’est pas le seul fils engendré …

Jésus est devenu ce que vous devez tous être. … Est-il le Christ? O oui, avec vous… Car le Christ prend de nombreuses formes avec des noms différents … (p. 83-84).

Le Fils de Dieu … n’est pas Jésus mais notre conscience du Christ combiné. Le cours sépare Christ de la personne qui est le seul Christ: Jésus, le Fils de Dieu.

Jésus était un personnage historique, mais le Christ est une condition transpersonnelle éternelle5.

Le nom de Jésus se réfère à celui qui était un homme, mais qui a vu le visage du Christ dans tous ses frères…. Ainsi, il a été identifié avec Christ, un homme qui n’est plus un avec Dieu.

Christ tué n’a pas de sens. (p. 425)

Il est un symbole utilisé en toute sécurité comme un remplacement pour les nombreux noms de tous les dieux auxquels vous priez. (Manuel de l’enseignant (p. 58)

Nous avons donc ici une forme inclusive. Le nom utilisé pour Dieu n’a pas d’importance, Jésus est seulement un nom parmi d’autres…

Car le Christ prend de nombreuses formes avec des noms différents … (p. 83-84).

L’homme

Il nous invite à dire de nous-mêmes: Je suis comme Dieu m’a créé. Son fils ne peut souffrir. Et je suis son fils. (p. 165) La reconnaissance de Dieu est la reconnaissance de soi-même. (p. 147).

Le Saint-Esprit commence par te percevoir comme étant parfait.

Dieu t’a créé comme partie de Lui. (p. 125)

Il n’y a pas de différence entre ta volonté et Celle de Dieu. (p. 195)

Le Cours en Miracles nous assimile à des rayons de soleil qui croient se séparer du soleil, ou à des vagues pensant se séparer de l’océan. Mais, tout comme un rayon de soleil ne peut pas se séparer du soleil, et une vague ne peut pas se séparer de l’océan, nous ne pouvons pas nous séparer les uns des autres. Nous faisons tous partie d’une vaste mer d’amour, d’un esprit divin indivisible.

… L’Unité du Créateur et de la création est ton entièreté, ta santé d’esprit et ton pouvoir illimité. (p. 157.)

Notre réalité ultime, alors le noyau de qui nous sommes, est une seule essence indivise. Nous ne sommes pas seulement semblable dans notre nature essentielle, dit Williamson; nous sommes de la même substance.

Changement de la réalité

Les miracles sont naturels.6 Et quand ils n’y en a pas, c’est que quelque chose a mal tourné.

Ne cherche pas à changer le monde, mais change ta manière de le voir.7

L’homme a créé ce monde illusoire

… de fausses perceptions. Il est né de l’erreur, et il n’a pas quitté sa source.

Parce que l’homme croit qu’il est séparé de Dieu, par son propre ego et croyances erronées, l’homme a créé la réalité dans laquelle il se trouve maintenant.8

Si vous allez assez profondément dans votre esprit et mon esprit, nous avons le même esprit.

Le concept d’un divin, ou de l’esprit “Christ”, est l’idée que, dans notre cœur, nous ne sommes pas identiques, mais en fait le même être.

…Le Monde de séparation NDLR Le terme ‘séparation’ se réfère à la séparation entre Dieu et l’Homme depuis la ‘chute’. Mais la ‘chute’ – qui n’est pas évoquée – renforce la croyance de l’ego dans le péché et la culpabilité, afin de perpétuer l’existence apparente de ce monde. (Glossaire-Index)

Je ne suis touché que par mes pensées. Nous n’en avons pas besoin pour laisser le monde bénéficier du salut . Car dans cette pensée unique tout le monde est libéré à la fin de la peur. (Leçon 228, p. 461.)

Absence de péché

Si nous pouvions prouver que la cause n’a eu aucun effet, alors la cause ne peut plus exister. Si une chose n’est pas une cause, elle n’est pas réelle, parce que tout ce qui est réel doit être une cause et avoir un effet. Si on enlève l’effet, nous éliminons également la cause.9

Nous vivons dans un monde qui est une illusion, ou un état de rêve, donc tout ce que le corps physique fait dans ce monde imaginaire doit nécessairement aussi être une illusion. Il faut alors inclure les faux concepts du péché et de la mort. Tout comme le volume 2 du cours le demande

.. le péché n’est pas réel, et tout ce que vous croyez devant venir du péché ne se produira jamais, car cela n’a pas de cause (p. 179).

Un parallèle similaire est fait avec la mort.

La mort est le rêve central d’où découlent toutes les illusions (vol. 3, p. 63).

Il n’y a ni péché, ni conséquence du péché. Leçon 101.

Le Christ ne voit pas de péché en qui que ce soit. Leçon 159.

Mais ceci contredit leur enseignement qui dit:

Le péché est défini comme un manque d’amour (préface) . Puisque l’amour est la seule chose qui soit, aux yeux du Saint-Esprit le péché est une erreur à corriger plutôt qu’un mal à punir. (préface, p.8 (eng.)

En contredisant outre la déclaration que le péché n’a pas de conséquence, Kenneth Wapnick, de la Fondation pour la paix intérieure, explique:

Si nous essayons maintenant de suivre la pensée du Saint Esprit, et nous voulons prouver que le monde n’est pas réel et que le péché de la séparation n’est jamais arrivé, il est seulement nécessaire de prouver que le péché n’a aucun effet. Maintenant, si la plus grande des conséquences du péché dans ce monde est la mort, la démonstration que la mort est une illusion démontre simultanément que le péché n’existe pas. La séparation [entre Dieu et l’Homme]… la seule réalité, la seule vraie cause, est Dieu. Cette personne était Jésus et sa mission était de montrer qu’il n’y a pas de mort.10

Voici la contradiction interne du cours qui remet non seulement en question la Bible, mais est aussi auto contradictoire. Si le péché n’existe pas pourquoi essayer d’y remédier. S’il n’y a pas de péché alors il n’y a certainement pas de mort .. Pourtant, ils prétendent «La mort est le rêve central dont découlent toutes les illusions. ” (vol. 3, p. 63). Comme son prédécesseur, la Science Chrétienne, elle nie la réalité. S’il est bon comment peut-on dire “le mal n’existe pas» (texte, p. 38). La réalité est réduite à être expliquée par une illusion de ce que l’on rejette, et ce que l’on aime comme n’en étant pas une.

Cette supercherie est propagée par ce que nous appelons des esprits déchus (c-à-d des démons qui accusent Dieu et tentent de convaincre que ce que Dieu sait dans sa parole n’est pas vrai).

Les esprits guides vous sont donnés dans de nombreuses formes …. Leurs noms sont légion, mais nous ne voulons pas aller au-delà des noms que cours lui-même emploie. … Le nom de Jésus est le nom de celui qui était un homme, mais qui a le visage du Christ dans tous ses frères, et s’est alors souvenu Dieu. Alors, il s’est identifié avec le Christ, plus comme un homme seul, mais ‘un’ avec Dieu. L’homme était une illusion … et le Christ avait besoin de sa forme, pour ressembler aux hommes et de les délivrer de leurs propres illusions. (Manuel / clarification des termes 5).11

Ce n’est pas ce que dit la Bible, mais ce cours n’est pas fait pour se référer à la Bible avec précision, mais seulement pour emprunter ses termes.

Christ n’est pas venu pour sauver l’homme de ses illusions, mais du péché. Lequel est enseigné comme étant très réel et chargé de conséquences. Cependant le volume 2 du cours insiste pour dire:

.. le péché n’est pas réel, et que tout ce que tu crois qui doit venir du péché n’arrivera jamais, car cela n’a pas de cause. (p. 179)

La Bible dit pour cette raison que Christ est venu dans le monde pour sauver des pécheurs. Paul écrit le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs (cf. Romain 5:6-8). Il devrait être évident pour tout étudiant de l’Écriture que le « Jésus » dont parle ce “Cours” n’est pas le Jésus de la Bible. Le cours enseigne exactement le contraire de la raison de la venue de Jésus sur terre: sauver l’humanité.

L’Expiation est l’ultime leçon que [l’Homme] ait besoin d’apprendre, car elle lui enseigne que, n’ayant jamais péché, il n’a point besoin de salut. (p. 237)

Ce n’est pas la crucifixion qui a établi l’Expiation; c’est la résurrection. Nombreux sont les chrétiens sincères qui ont mal compris cela. (p. 36).

Le cours imite encore une fois la Science Chrétienne, en niant le seul chemin de réconciliation avec Dieu par la mort de Jésus sur la croix. Il n’est pas surprenant que William Thetford ait contribué à la publication du cours, ayant été élevé dans cette « église ».

Le voyage à la croix devrait être le dernier «voyage inutile ».
Ne fais pas l’erreur pathétique de te «cramponner à la bonne vieille croix». (p. 52)

Avoir pleinement conscience de l’Expiation, c’est donc reconnaître que la séparation ne s’est jamais produite. (p. 98).

Voici exactement l’enseignement de l’antéchrist: Notre état de pécheurs est niénié, ainsi que notre besoin d’expiation comblé sur la croix par Jésus-Christ, à la fois homme et Dieu unique.

Le démon ou esprit déchu qui a dicté tous ces conseils, dévoile son identité en disant:

Ne fais pas l’erreur pathétique de te cramponner à la bonne vieille croix. Le seul message de la crucifixion, c’est que tu peux vaincre la croix. D’ici là, tu es libre de te crucifier toi-même aussi souvent que tu choisis de le faire. Ce n’est pas cet évangile que j’avais l’intention de t’offrir. Nous avons un autre voyage à entreprendre, et ces leçons t’aideront à t’y préparer si tu les lis attentivement. (texte, p. 52).

Se moquer de la croix, notre chemin du salut, ne vient certainement pas de Dieu, mais de l’Ennemi, l’accusateur, qui est Satan le diable.

Le coup de pub:

Marianne Williamson est la fille d’un riche avocat de Houston, 39 ans, et a fait un coup de pub national sur ce cours lorsqu’elle a été en vedette dans le Time magazine. Appelée «Mère Teresa des années 90 par certains de ses partisans. Williamson est l’une des promotrices les plus connues du Cours en Miracles (Time magazine, 29 Juillet 1991, p. 60). Depuis lors, le cours est devenu populaire à Hollywood et accepté par le grand public. De nombreuses célébrités12 ont appris les cours de sagesse métaphysique de Williamson.

Elle a écrit différents livres comme « Un retour à l’amour », recommandant ce Cours en Miracles qui sont devenus des bestsellers. Elle est devenue la représentante excentrique juive la plus éminente de cet autre «Jésus». Elle prospère à Los Angeles comme gourou du Nouvel-Âge, fait des conférences payantes sur ce Cours pour des milliers de personnes.

Elle était invitée au talk-show d’Oprah Winfrey. Oprah a annoncé à ses 14 millions de téléspectateurs, qu’elle avait vécu “157 miracles” dans sa vie comme un résultat direct de la lecture du premier livre de Williamson, « un retour à l’amour ». La conséquence fut immédiate, sa première édition fut épuisée en un jour, et son livre propulsé au No.1 de la liste York des meilleures ventes de livres d’auto-assistance.

Pour cela, mes sincères remerciements à Oprah Winfrey. Son enthousiasme et sa générosité ont donné au livre, et à moi, un public que nous n’aurions jamais eu autrement(Marriane Williamson – Un retour à l’amour p.9)

Différentes organisations humanitaires où Williamson est impliquée13 ont été la cible d’une mauvaise publicité tournant autour de son mauvais caractère notoire et ses traits tyranniques. (Entertainment Weekly, 06/03/92, p 31)

Elle prétend que ce Cours en Miracles était son “échappatoire de l’enfer” personnel. Depuis sa première édition en 1976, il a été vendu à quelques 850000 exemplaires et a donné naissance à plus de 1000 groupes d’étude aux États-Unis et à l’étranger.

Marriane Williamson estime que son message s’adresse à des gens qui cherchent Jésus, mais sans jugement, culpabilité, et doctrine punitive.

Aucune religion n’a le monopole de la plus grande histoire jamais racontée. Vous pouvez trouver la vérité partout, comme dans le Bouddhisme, Jung, Abe Lincoln, Gandhi, Star Wars, ou toute religion.

Cela rejoint la pensée que toute vérité est la vérité de Dieu14, mais la vérité est subjective car elle est laissée à l’appréciation de chaque individu en ce qu’il considère comme faux, si quoi que ce soit peut être faux.

Elle a étudié le zen, la méditation et la planche Ouija, a tenu une librairie métaphysique, et a finalement commencé à parler à des groupes faisant un amalgame à la mode de christianisme, bouddhisme, psychologie populaire … et de « restauration de sagesse » en 12 étapes. Elle se qualifie elle-même de « chienne de Dieu ». (Cité dans CIB juin 1992 vol.8 no.6)

Elle pense que les îles d’Honolulu sont un centre d’énergie psychique du chakra du cœur de la planète, et invite les gouverneurs à une conférence à l’ échelle de l’État sur le bénévolat… Voilà ce que les partisans du Nouvel Age croient, et comment ils avancent. Elle déclare

Nous sommes des êtres saints, les cellules individuelles du corps du Christ” (Marriane Williamson -A retour à l’amour p. 32

Elle qualifie le cours en ces termes

Même s’il prend un autre nom, même s’il prend un autre visage, il est, en substance, la vérité de qui nous sommes (ibid. P. 296)

Jésus et d’autres maîtres éclairés sont nos frères aînés évolués (p. 42)

Tout comme les nouvel-âgeux voient la conscience Christique, elle déclare:

Le concept d’un divin, ou l’esprit de Christ, est l’idée que, dans notre cœur, nous ne sommes pas identiques, mais en fait le même être que Lui.

« Il n’y a qu’un Fils » ne signifie pas que quelqu’un d’autre était Christ, et que nous ne le sommes pas. cela signifie que nous sommes tous Christ. il n’y a qu’une seule personne parmi nous. (p. 30-31). L’idée du panenthéisme disant que nous sommes tous un, interconnecté dans l’être divin, est devenue un moyen populaire de la spiritualité.

Bien que populaire, Williaimson a aussi des détracteurs, comme le magazine Forbes:

Williamson faisait partie de cette nouvelle vague de gourelles sauvages, déesses auto-proclamées, qui font de l’argent en encourageant un discours féministe spirituel qui encourage les femmes à courir dans les bois… ( Forbes, mai 1994)

Le cours a été enseigné à la cathédrale de cristal de Robert du pasteur Schuller15 et a été adopté par des psychologues et même des théologiens. Beaucoup d’églises « chrétiennes » qui en ignorent le danger spirituel ont intégré ses enseignements.

Oprah Winfrey a commencé à enseigner ce Cours en Miracles dans son programme radio Oprah & Friends16 en Janvier, 2008 avec une leçon par jour sur un an, couvrant ainsi les 365 leçons du chapitre « exercice ».

Certaines leçons demandaient de passer votre journée en répétant:

Dieu est dans tout ce que je vois (Leçon n° 29)

Je suis la lumière du monde (Leçon n° 61)

La leçon n° 70 enseigne à l’étudiant de dire et de croire:

Mon salut vient de moi.

Bref, ce cours est une attaque frontale contre l’interprétation littérale de la Bible et l’Evangile, qui voit dans le péché le problème de l’Homme et que nous avons besoin d’un sauveur. C’est du nouvel âge, de l’occultisme et du syncrétisme qui préparent les gens à une religion mondiale dans laquelle Jésus sera juste un enseignant parmi d’autres17 dans la vérité. Et c’est là l’ultime souhait de l’ennemi de Dieu: Il fait de Christ un homme sans vérité du tout, et le rabaisse au niveau d’un aventurier qui découvre de son propre potentiel divin, n’étant ni plus ni moins que quiconque.

Trasuit de © 2009 Let Us Reason Ministries


1 Ministère « Raisonnons ensemble »: letusreason.org/BookR3.htm

2 Il existe plusieurs éditions de ce livre, en anglais et en français, les numéros de pages sont pour la plupart des références au texte anglais.

3 The Holy Encounter, Sept./Oct. 1990, p. 5

4 NDLR: On trouve aussi ces traces de panthéisme dans les bestseller de Rick Warren et de Sarah Young

5 NDLR: Ne vous demandez pas ce que signifient ces élucubrations et celles qui suivent. Ces discours interminables sont des eaux troubles en face de l’eau limpide de la Parole de Dieu, et la simplicité de l’Évangile.

6 NDLR Le moine bénédictin allemand Anselm Grün enseigne globalement la même chose, celui-ci est est versé dans la psychologie, l’hindouisme voire le spiritisme. Quand Christ fait marcher un invalide, ce n’est que l’encouragement d’un dépressif.

7 NDLR: cf. Mat 5:13 Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on?

8 NDLR: Le Saint Esprit et les Écritures nous enseignent que l’homme a perdu depuis la chute sa communion avec Dieu: mais que Dieu a désiré renouer cette relation depuis le début .
Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu? … C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie. (Gen 3:9-24) Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. (Rom 3:23-24)

9 NDLR: Faire douter de l’existence des choses est une séduction du malin, car il est menteur et le père du mensonge (cf. Jean 8:44). Selon la Bible, Dieu a créé toutes choses:

Toutes ces choses, ma main les a faites, Et toutes ont reçu l’existence, dit l’Éternel. … (Ésaïe 66:2a )

Ce qui existe a déjà été appelé par son nom; et l’on sait que celui qui est homme ne peut contester avec un plus fort que lui. (Ecc_6:10 )

Douter de sa propre existence est un signe de malédiction:

Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage: … Ta vie sera comme en suspens devant toi, tu trembleras la nuit et le jour, tu douteras de ton existence. (Deu 28:15-66)

10 NDLR: Et quand il sera venu [ le consolateur], il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: Jean 16:8 Jean14:17 l’Esprit de vérité, …

Ce cours parodie le rôle du Saint Esprit en disant que celui-ci nous témoigne de l’éternelle vérité et nous convainc d’innocence:

Maintenant, dans les mains rendues douces par Son toucher, le Saint-Esprit dépose une image d’un toi différent… C’est l’image d’un corps encore, et elle indique au-delà d’elle-même à la fois ton innocence et celle de ton frère. [ton frère] regardera au-delà vers l’innocence qu’il contemple en toi. Là est la preuve qu’il n’a jamais péché;

La Bible présente la mort comme une réalité, que nous « vivons » depuis le premier commandement donné à l’homme, qui a été rejeté:

L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. (Genèse 2:16-17 ; Cf Jean 11:14) C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,… (Romain 5:12 )

Christ n’a pas nié cette réalité:

Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. (Mat 15:4 ; Cf Marc 7:10)

Mais il a vaincu la mort, affichant ainsi sa divinité: (Cf. Matthieu 27:51-54) Ne pas reconnaître la mort, c’est aussi refusé le don gratuit et la grâce de Dieu:

Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. (Romain 6:23 )

11 NDLR: Ce charabia inintelligible est sensé clarifier des termes, il dénature la réalité et la vérité.

12 Cher, Barbra Streisand, Anthony Perkins, Lesley Ann Warren, Tommy Tune, Roy Scheider, David Geffen, Aube Steel, Oprah Winfrey, Raquel Welch, et Rosanne Arquette.

13 Elle est la fondatrice du Centers for Living pour les personnes atteintes du sida et d’autres maladies mortelles.

14 Cette expression est aussi utilisée par Rick Warren lorsqu’il doit répondre des célébrité du Nouvel-Âge avec lesquelle il travaille..

15 NDLR: C’est un ex-« Pasteur » ‘Evangélique, mais aussi Franc-maçon du 33ème degré et engagé avec de nombreux nouvel-ageux. Il fut le mentor de Rick Warren.

16 http://www2.oprah.com/xm/xm_landing.jhtml Ces références au programme radio viennent de Warren Smith. NDLR c’est un ex-étudiant nouvel-âgeux, aujourd’hui chrétien. Il a écrit de nombreux livres dénonçant les percées du Nouvel-Âge dans le monde évangélique par Rick Warren.

17 NDLR: La réponse de Jésus au jeune homme riche: « Pourquoi m’appelles-tu bon? Nul n’est bon, sinon un seul, Dieu » dissipe toute illusion sur l’éventualité d’une possible multitude de « Bon maître » à ces côtés. cf. Jean 8:24 ,58 ; 10:11-14

Dossier: Mormonisme

Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème!

La Bible – Epître aux Galatiens 1:8-9

Dossier mormonisme


PICT0255-480X360


La plupart des articles de ce dossier nous aiderons à répondre à la simple question:
L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours” est-elle vraiment une Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours?

 

Lien

Tître Auteur Date

outlink1

Utah Lighthouse Ministry: (en anglais)
Site trés sérieux regorgeant d’informations de qualité
Tanner, Jerald & Sandra

Étude systématique: Sectes à visage découvert

Gérard Dagon 1997

La loi mormone sur la progression éternelle Christian Piette 1999

Le mormonisme et la franc-maçonnerie la route droite n°9

Le 11 septembre 1857 la route droite n°36

La théorie d’Adam-Dieu, une certitude mormone désuète Christian Piette 04/2003

L’Église Mormone et les Noirs Christian Piette 04/2003

Joseph Smith, le prophète qui n’obéit pas à ses révélations Christian Piette 04/2003

Joseph Smith le fondateur du mormonisme est-il un prophète ? Christian Piette 04/2003

IDUMEA: Un site mormon dévoilé Christian Piette 04/2003

Comment fut traduit le livre de Mormon ? Christian Piette 04/2003

Le comportement des témoins du livre de mormon accrédite ce dernier ! Christian Piette 04/2003

Joseph Smith et Brigham Young, deux prophètes dévoyés Christian Piette 04/2003

Le Christ des chrétiens est-il le Christ des mormons ? Christian Piette 04/2003

Le Saint-Esprit et le Mormonisme Christian Piette 04/2003

L’arbre est reconnu aux fruits qu’il porte Christian Piette 04/2003

Theosis, devenir Dieu ! Est-ce vraiment la doctrine des pères de l’Église ? Christian Piette 05/2003

La première vision de Joseph Smith est-elle intervenue en 1820? Christian Piette 05/2003

La tricherie est un vilain défaut ! Christian Piette 05/2003

Origine et histoire du mormonisme Christian Piette 06/2003

Réponse à un site mormon roman Christian Piette 10/2003

Le gros problème de la polygamie chez les mormons Christian Piette 10/2003

Mormonisme victime du fanatisme religieux? Christian Piette 10/2003

Curieuses déclarations mormones Christian Piette 11/2003

Nota:
Les anciens articles tirées de la route droite se recoupent parfois en partie avec les articles plus récents. Ils ont donc été retirés du site.