Extrait du livre “la tour de Babel du Nouvel-Âge”,

disponible en anglais chez “Way of Life Literature”. (traduction d’un article de truedsicernment.com)

Carl Gustav Jung (1875-1961),

fondateur de la psychologie analytique, a été influent, non seulement dans la société en général, mais aussi dans le mouvement du Nouvel-Âge et dans presque tous les aspects du “christianisme”. Jung a influencé à la fois les modernistes et les évangéliques.

Ses écrits sont influents dans le mouvement contemplatif. Il a été promu par Paul Tillich, Morton Kelsey, John Sanford, Thomas Moore, Joseph Campbell, John Spong, Richard Foster, Agnes Sanford et Gary Thomas, pour n’en nommer que quelques-uns. La classification de Jung par type psychologique fournit les bases de la partie “Profils de personnalité” du programme SHAPE de Rick Warren, qui a été utilisé par d’innombrables églises et institutions.

C G Jung

Jung (prononcé Young) a été appelé “le psychologue du 21ème siècle” (Merill Berger, The Wisdom of the Dreams, couverture).

Ed Hird a affirmé:

“On pourrait dire sans exagérer que Carl Jung est le Père du néo-gnosticisme et du mouvement du Nouvel-Âge ” (Hird, “Carl Jung, Neo-Gnosticism and the Meyers-Briggs Temperament Indicator” (MBTI), “March 18, 1998; réimprimé dans Who’s Driving the Purpose Driven Church fr: qui conduit le mouvement guidé pour l’essentiel de James Sundquist, Annexe C).

Jeffrey Satinover affirme:

“L’impact direct et indirect de Jung sur le christianisme dominant – et donc sur la culture occidentale – a été incalculable. Il n’est pas exagéré de dire que les positions théologiques de la plupart des dénominations traditionnelles dans leur approche pastorale, ainsi que dans leurs doctrines et liturgies, sont devenues plus ou moins identiques à la théologie psychologique / symbolique de Jung “(Homosexualité et Politique de la Vérité , P. 240, cité par Ed Hird).

Jung a collaboré avec Sigmund Freud de 1907 à 1912, mais après une chute, ils se sont séparés.

Avec cette mode du Nouvel-Âge, Jung a exploré

  • l’hindouisme,
  • le bouddhisme,
  • le taoïsme,
  • le Ching,
  • l’astrologie,
  • le spiritisme,
  • le gnosticisme,
  • l’alchimie,
  • l’interprétation des rêves,
  • le symbolisme du mandala,
  • la théosophie,
  • la mythologie grecque
  • … et plus encore.

Il passa du temps en Inde à étudier les religions orientale et les pratiques populaire. Il écrivit la première introduction au bouddhisme zen. Il a rassemblé l’une des plus grandes collections d’écrits spiritualistes trouvés sur le continent européen (Jeffrey Satinover, The Empty Self, p.28).

Jung a utilisé les méthodes de divination de I-Ching dans les années 1920 1930 et le programme de formation de l’Institut Jung de Zurich comprenait à l’origine cette pratique (Richard Noll, The Jung Cult: Origines d’un mouvement charismatique, 1994, p. 333, cité par Ed Hird).

Dans une lettre à Freud, Jung déclarait:

«J’ai fait des calculs horoscopiques afin de trouver un indice du noyau de la vérité psychologique. … J’ose dire que nous devrions un jour découvrir en astrologie une bonne connaissance projetée intuitivement dans les cieux »(Richard Webster, Why Freud Was Wrong, 1995, page 385).

Dès 1911, Jung cita un théosophe pratiquant, G.R.S. Mead, “de manière régulière dans ses œuvres et tout au long de sa vie” (Richard Noll, The Jung Cult, p. 69).

Jung a été en communication avec des esprits toute sa vie.

Il a «pratiqué

  • la précognition,
  • la clairvoyance,
  • la psychokinésie
  • et le phénomène d’hanter»

(l’Encyclopédie Harper de l’Expérience mystique et paranormale).

Sa mère et sa grand-mère maternelle étaient des “médiums de fantômes”. Sa mère passait une grande partie de son temps dans sa chambre séparée,

“enthousiasmée des esprits qui, selon elle, lui rendaient visite la nuit” (“Carl Jung”, Wikipedia).

Sa famille était fortement impliquée dans des séances de spiritisme. Pendant de nombreuses années, Jung a assisté à des séances avec sa mère et ses deux cousines (John Kerr, A Most Dangerous Method: The Story of Jung, Freud et Sabina Spielrein, 1993, p. 50, 54, cité par Ed Hird). Sa grand-mère, Augusta Preiswerk, “tomba dans une transe de trois jours à l’âge de vingt ans, au cours de laquelle elle communiquait avec les esprits de morts et faisait des prophéties”

(Harper’s).
Dans son jeune âge, Jung estimait avoir deux personnalités, l’une était lui-même, l’écolier, et l’autre était un homme du 18ème siècle. Cette autre personnalité, nommée Philémon, avait sa propre vie et parlait avec Jung. Évidemment, c’était un esprit familier.

Jung eut un coup dur suite à sa séparation d’avec Sigmund Freud, et fût presque suicidaire, il renouvela le contact avec cet esprit et Philémon qui devint son guide. Jung déclara:

«Philémon représentait une force qui n’était pas moi-même… Ce fut lui qui m’enseigna l’objectivité psychique “(James Sundquist, A Review of the Purpose Driven Life).

Philémon apparaissait à Jung comme «un vieillard avec des cornes de taureau … et des ailes d’un pêcheur» et comme Elijah et Salome. Celui-ci s’adressait à Jung en lui donnant le titre de Christ (C.G. Jung: psychologie analytique: notes du séminaire donné en 1925, Princeton University Press, 1989, p. 86, 98).

Après sa séparation d’avec Freud, il a souffert une crise de six ans «pendant laquelle il eu des fantasmes psychotiques» et expérimenta «de nombreux phénomènes paranormaux». Il s’immergea dans “le monde des morts” et écrivit le livre 7 Sermons pour les morts sous le nom d’un écrivain gnostique , Basilides.

Le père de Jung était pasteur, mais doutait. Jung rejetait ouvertement Christ.

Il affirma:

“Le Seigneur Jésus n’a jamais été suffisamment réel pour moi, jamais tout à fait acceptable, jamais tout à fait amical, car encore une fois, je pense à son homologue souterrain [se référant à un de ses rêve immoral récurrent]. … Le Seigneur Jésus m’ a paru en quelque sorte comme un dieu de la mort… Sans le révéler, son amour et sa gentillesse, dont j’ai toujours entendu des éloges, m’ont paru douteux “(Jung, Memories, Dreams, Reflections, p.13).

Il y a d’autres choses que Jung a dites en relation avec Christ qui sont encore plus affreuses, mais je ne désire pas les citer. Il suffira de dire qu’il était un blasphémateur malmené par des puissances démoniaques, et qui rejetait Christ au plus haut point.

Jung considérait toutes les religions comme des mythes, mais se sentait utile. Il croyait que le secret de la vie se trouvait

«au cœur mystique de toutes les religions» consistant en un «voyage de transformation» pour trouver son vrai soi, et l’harmoniser au Divin.

Jung a dit que l’homme devrait

“s’aimer soi-même, car ainsi il aime Jésus, parce que Jésus c’est “vous””
(Bill Isley, «The Ragamuffin Gospel: A Critique», Lettre d’information de Psycho-hérésie Awareness Ministries, juillet-août 2003).

Jung a déclaré que

Jésus, Mani, Bouddha et Lao-Tse sont tous des «piliers de l’esprit»
et qu’il «ne pouvait préférer l’un ou l’autre»
(John Dourley, C.G. Jung et Paul Tillich, p. 65).

Jung croyait à l’«inconscient collectif», étant censé être la conscience universelle de l’humanité se situant au niveau du subconscient. Cela consiste apparemment en la somme de la pensée humaine depuis son évolution animale, et par la psychiatrie et la religion mystique, l’homme peut se plonger dans ce royaume. Jung a défini la conscience collective comme “le sédiment de toute l’expérience de l’univers de tous les temps, étant ainsi l’image de l’univers en formation depuis la nuit des temps.
(Documents recueillis sur la psychologie analytique, «La psychologie du processus inconscient», p. 432).

Ceci, bien sûr, est l’un des dogmes fondamental du Nouvel-Âge et, provient certainement de son étude des religions orientales et de diverses formes de mysticisme occulte, comme la Théosophie.

L’inconscient collectif est un mythe pur.

Richard Webster observe judicieusement que «l’inconscient n’est pas simplement une entité occulte dont l’existence réelle n’a aucune preuves palpables. C’est une illusion induite du langage – une sorte d’hallucination intellectuelle”.
(Richard Webster, Why Freud Was Wrong, p. 250, cité par Ed Hird).

Jung a cherché intensément à comprendre «le psyché» par l’interprétation des rêves. C’est une partie de la “psychologie profonde” qui cherche à comprendre les parties cachées ou profondes de l’expérience humaine.

Il a cru que les rêves reflètent à la fois l’inconscient personnel et l’inconscient collectif , et qu’ils contiennent autant de révélations que de fantasmes.

Jung s’est accroché à la croyance gnostique blasphématoire que le bien et le mal peuvent être conciliés.

“Pour Jung, le bien et le mal se sont transformés en deux principes cosmiques égaux, équilibrés qui appartiennent tous deux à une synthèse globale. La relativisation du bien et du mal par la réconciliation est le cœur des anciennes doctrines gnostiques qui se trouvent dans la spiritualité, donc la morale, de l’homme lui-même. D’où «l’union des opposés» (Satinover, Homosexualité et Politique de la Vérité, p. 240).

Jung s’est associé au principe de l’Église émergente Nouvel-Âgeuse selon lequel “deux chemins sont bons” (Dourley, C. G. Jung et Paul Tillich, p. 279). L’église émergente appelle ceci, “l’orthoparadoxie”.

Jung croyait en la réincarnation et “a tiré beaucoup de ses croyances dans le Livre tibétain des morts”.
(Harper’s Encyclopedia of Mysticism).

Jung croyait au pouvoir de la visualisation.

Il disait que de maintenir des images mentales de Jésus et de Marie avait le pouvoir de surmonter la négativité.
Plus tard dans la vie, Jung s’intéressa aux ovnis et écrivit un livre intitulé Les soucoupes volantes: un mythe moderne des choses vues dans les cieux.

Jung est resté marié à la même femme pendant 52 ans, mais il avait des relations adultères avec d’autres.

NDLR: Jung et Hitler

Et enfin, … on s’étonne que cet homme soit si référencé et admiré en psychologie, n’ayant lui même aucun discernement.

Jung avait certaines croyances communes à Hitler (Hindouisme) et s’est laissé en effet subjugué un temps par le National-Socialisme.

« Les Juifs ont en commun avec les femmes cette particularité .- étant physiquement plus faibles, ils doivent chercher les défauts de l’armure de leurs adversaires, et grâce à cette technique qui leur a été imposée tout au long des siècles, ils sont mieux protégés là où les autres sont plus vulnérables. En sa qualité de membre d’une race dont la culture est vieille de plus de trois mille ans, le Juif est psychologiquement plus conscient de lui-même que nous ne le sommes. C’est pourquoi, d’une manière générale, il est moins dangereux pour le Juif de déprécier son inconscient. En revanche, l’inconscient “aryen” contient des forces explosives et la semence d’un avenir encore à naître. Étant encore jeunes, les peuples germaniques sont parfaitement capables de produire de nouvelles formes de culture et cet avenir a son siège dans l’obscurité de l’inconscient de chaque individu où reposent des semences gorgées d’énergie et capables d’un éclat puissant. Le Juif, qui a quelque chose du nomade, n’a jamais produit et ne produira jamais une culture qui lui soit propre, car tous ses instincts et ses dons exigent pour se développer un peuple hôte, plus ou moins civilisé.
La race juive, dans son ensemble, possède – c’est du moins mon expérience – un inconscient qui ne peut être comparé à l’inconscient “aryen” que sous certaines réserves. À l’exception de quelques individus créateurs, le Juif moyen est déjà bien trop conscient et différencié pour porter en lui les tensions d’un avenir encore à naître. L’inconscient “aryen” a un potentiel supérieur à l’inconscient juif ; tel est l’avantage et le désavantage d’une jeunesse pas encore complètement sevrée de la barbarie. À mon avis, cela a été une grande erreur de la psychologie médicale d’appliquer sans discrimination des catégories juives- qui ne sont même pas valables pour tous les Juifs – à la chrétienté allemande et slave. 

Du coup, on est venu à qualifier le secret le plus précieux des peuples germaniques – leur profondeur d’âme créatrice et intuitive – de marécages banals et puérils 

tandis que mes avertissements se voyaient soupçonnés d’antisémitisme. Ce soupçon émanait de Freud. Or Freud ne comprenait pas la psyché allemande, pas plus d’ailleurs que ses épigones germaniques. Le grandiose phénomène du national-socialisme que le monde entier contemple étonné les a-t-il éclairés ?» (1)

1934, journal officiel de la psychothérapie allemande

Il a ensuite retourné sa veste comme beaucoup après 1940.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *