Critique du livre de John Lennox : Sept jours qui divisent le monde – Le commencement selon la Genèse et la science

Les recherches menées par les scientifiques du personnel de Answers in Genesis ou parrainées par Answers in Genesis sont financées uniquement par les dons des sympathisants.

Cette article (traduit automatiquement et relu par Vigi-Sectes) relate aussi du débat de l’affaire Galilée.

Turpin, Simon. “Review of John Lennox’s Book Seven Days That Divide the World: The Beginning According to Genesis and Science.” Answers Research Journal vol. 5 (2012): 89–97. https://answersresearchjournal.org/seven-days-divide-world-lennox-review/.

Résumé

La question de l’âge de la terre est contestée au sein de l’évangélisme, de nombreux apologistes évangéliques de premier plan plaidant en faveur d’une terre ancienne. John Lennox s’est imposé ces dernières années comme l’un des principaux défenseurs de la foi chrétienne, influençant de nombreux membres de cette génération. Dans son livre Seven Days That Divide the World (Sept jours qui divisent le monde), Lennox cherche à montrer que les chrétiens n’ont pas à être divisés sur la question de l’âge de la terre et que le récit biblique de la création dans la Genèse s’accorde bien avec la science contemporaine. Ce faisant, il tente de montrer que la vision de la création selon le principe de la jeune terre s’apparente à la croyance en une terre fixe. Lennox explique que l’Eglise s’est trompée par le passé dans son interprétation de l’Ecriture à la lumière des découvertes scientifiques, et que les tenants d’une terre jeune se trompent à nouveau. Cet article montrera que les arguments de Lennox en faveur d’une terre ancienne ne peuvent être étayés ni par les Ecritures ni par l’histoire de l’Eglise.

Mots-clés : Lennox, jeune terre, vieille terre, Galilée, pères de l’église, jours de la création, semaine de la création, quatrième jour, mort et souffrance, âge de la terre.

Introduction

John Lennox est professeur de mathématiques et agrégé de philosophie des sciences à l’Université d’Oxford. Il est un disciple dévoué du Christ et un habile apologiste.

Dans son livre Seven Days That Divide the World, Lennox explore le “champ de mines potentiel” de la controverse entre la Genèse et la science. Il a écrit ce livre pour les personnes qui ont été dissuadées d’envisager la foi chrétienne à cause de l’histoire ” … très idiote et non scientifique selon laquelle le monde a été créé en sept jours ” (Lennox 2011, p. 12), pour les chrétiens convaincus qui sont troublés par la controverse, ainsi que pour ceux qui prennent la Bible au sérieux mais ne sont pas d’accord sur l’interprétation du récit de la création (Lennox 2011, p. 12).1 Bien que ce livre n’ait pas pour but d’être exhaustif, il a été écrit en réponse à de nombreuses demandes adressées au Dr Lennox au fil des ans. Il est important de répondre à ce livre car le Dr Lennox est influent dans l’évangélisme, et le livre lui-même est approuvé par de nombreux apologistes évangéliques de premier plan.2

Dans ses écrits précédents, Lennox a noté que le sens du terme “créationnisme” a évolué et qu’il s’accompagne désormais de l’idée que la terre n’a que quelques milliers d’années. Selon Lennox, cela a trois effets malheureux :

Il polarise la discussion en donnant une cible facile à ceux qui rejettent d’emblée toute notion de causalité intelligente dans l’univers.
Elle ne rend pas justice au fait qu’il existe différentes interprétations du récit de la Genèse, même parmi les chrétiens qui attribuent l’autorité finale à la Bible.
Elle obscurcit l’objectif (initial) de l’utilisation de l’expression “dessein intelligent”, qui est de faire une distinction très importante entre la reconnaissance d’un dessein et l’identification du concepteur (Lennox 2009, p. 11).
Lennox, défenseur du créationnisme de l’ancienne terre, croit que l’homme est une “création spéciale directe” de Dieu (Lennox 2011, p. 69), et que les humains n’ont pas évolué. Il affirme qu'”il est crucial pour la théologie du salut qu’Adam ait été le premier membre effectif d’une race humaine physiquement distincte de toutes les créatures qui l’ont précédé” (Lennox 2011, p. 73).

Cette analyse du livre de John Lennox, Seven Days That Divide the World (Sept jours qui divisent le monde), critiquera sept arguments que Lennox utilise pour défendre une interprétation du récit de la création dans la Genèse selon le principe de l’ancienne terre.

Une leçon d’histoire

John Lennox reconnaît qu’il s’agit d’un sujet controversé et que les désaccords à ce sujet ont parfois été acrimonieux. Afin d’obtenir une perspective sur la manière de gérer cette controverse, il se penche sur une autre controverse majeure de l’histoire, la révolution copernicienne.

Cependant, Lennox se contente de soulever la question du géocentrisme, en notant que la Bible, dans certains passages, semble suggérer une terre fixe (voir 1 Chroniques 16:30 ; Psaume 93:1 ; Psaume 104:5 ; 1 Samuel 2:8) et que le soleil se déplace (Psaume 19:4-6 ; Ecclésiaste 1:5) (Lennox 2011, pp. 16-17). En supposant que ses lecteurs acceptent désormais la vision héliocentrique, Lennox pose la question suivante : “Pourquoi les chrétiens acceptent-ils ce “nouveau” point de vue ?

Pourquoi les chrétiens acceptent-ils cette “nouvelle” interprétation et n’insistent-ils pas encore sur une compréhension “littérale” des “piliers de la terre” ? Pourquoi ne sommes-nous pas encore divisés entre les adeptes de la terre fixe et les adeptes de la terre mobile ? Est-ce vraiment parce que nous avons tous fait des compromis et que nous avons asservi l’Écriture à la science ? (Lennox 2011, p. 19).

Malheureusement, l’insinuation ici est que les créationnistes de la jeune terre sont apparentés aux terreurs fixes, et qu’ils devraient rattraper les Galilée de ce monde. Les créationnistes de la vieille terre, en revanche, sont présentés comme ayant démontré que la “terre fixe” et la “jeune terre” sont des interprétations erronées de la science et de l’Ecriture.

Pour une raison ou une autre, il revient sur cette question tout au long du livre, insistant sur le fait que si nous appliquions le même raisonnement que celui que nous utilisons pour interpréter les jours littéralement à l’interprétation des fondations et des piliers de la terre, nous serions toujours en train d’insister sur le fait que la terre ne bouge pas (Lennox 2011, p. 61). Lennox souligne que la question soulevée par la controverse sur Galilée porte sur la manière dont la Bible doit être interprétée. Il note à juste titre qu’il existe différents textes dans la Bible et que notre interprétation devrait être guidée par la “… compréhension naturelle d’un passage, d’une phrase, d’un mot ou d’une expression dans son contexte historique, culturel et linguistique” (Lennox 2011, pp. 21-22). Il souligne également qu’une compréhension littérale d’un texte par endroits ne fonctionnera pas, car la Bible contient des figures de style et des métaphores (Lennox 2011, pp. 23-25).

La leçon que Lennox veut que nous tirions de l’affaire Galilée est que

. . . Les chrétiens ont fini par accepter cette “nouvelle” interprétation [terre en mouvement] et ont cessé d’insister sur une compréhension littérale des fondations et des piliers de la terre .

(Lennox 2011, p. 27)

Il poursuit :

Ces différences étaient-elles simplement motivées par le désir de la faction de la terre en mouvement de s’adapter aux progrès de la science ? . . Les adeptes de la terre en mouvement ont-ils nécessairement compromis l’intégrité et l’autorité des Écritures ? .

(Lennox 2011, p. 27)

Le parallèle évident que Lennox tente d’établir est que les créationnistes de la jeune terre sont comme les partisans de la terre fixe d’autrefois, ce qui implique qu’ils sont scientifiquement analphabètes et qu’ils doivent rattraper la science (Lennox 2011, p. 31). Il s’agit là d’une caricature malheureuse des créationnistes de la jeune terre par Lennox, puisque le genre du récit de la création dans la Genèse a été expliqué depuis longtemps par les créationnistes de la jeune terre. Chaque passage cité ci-dessus qui parle d’une terre fixe est tiré d’un passage poétique.

Par exemple, le Psaume 93:1 déclare : “Le monde est affermi, il ne peut être ébranlé”. Par conséquent, étant donné que des passages tels que celui-ci sont poétiques et fortement chargés d’expressions figurées, nous devrions être prudents avant de conclure qu’un verset spécifique devrait être lu littéralement. Le psalmiste affirme simplement que Dieu a établi la terre et que personne ne peut renverser ses desseins à son égard.

La Genèse 1-11 est clairement écrite comme un récit historique, ce qui n’exclut pas les figures de style. L’utilisation répétée de la consécutive waw, qui est une caractéristique essentielle du récit ajoutant à la narration passée un élément de séquence, permet de l’identifier comme telle (Kaiser 2001, p. 80). Apparaissant 55 fois dans les 34 versets de la Genèse 1:1-2:3, la consécutive waw est cohérente avec le matériel narratif trouvé dans le reste de la Genèse (McCabe 2009, p. 217).

L’élément principal de la poésie hébraïque est le parallélisme et les strophes (Osborne 2006, p. 238), le langage figuratif étant plus prédominant que dans la prose et plus difficile à comprendre (Osborne 2006, p. 239). Mais on ne trouve pas de parallélisme dans la Genèse 1:1-2:3, comme l’affirme E. J. Young :

… Ce n’est pas de la poésie. D’une part, les caractéristiques de la poésie hébraïque font défaut et, en particulier, il n’y a pas de parallélisme .

(Young 1964, pp. 82-83)

Bien que l’on puisse discuter des éléments artistiques du récit de la création dans la Genèse, il est incontestable que la Genèse n’est pas un texte poétique (Blocher 1984, p. 32 ; Hasel 1994, p. 19-21 ; Kaiser 2001, p. 80-82).

L’histoire de l’affaire Galilée montre que l’Eglise s’est trompée dans son interprétation de certains passages de l’Ecriture. La réponse à la question de Lennox, à savoir pourquoi nous ne sommes pas divisés entre les adeptes de la terre fixe et les adeptes de la terre mobile, est la suivante : la Bible n’enseigne pas que la terre est fixe :

  • La Bible n’enseigne pas que la terre est fixe.
  • La science des observations est plus cohérente avec le point de vue héliocentrique.

À l’époque de Galilée, l’Église pensait à tort que la Bible soutenait un système géocentrique en laissant la philosophie aristotélicienne influencer la théologie. Le géocentrisme du système ptolémaïque et aristotélicien était la vision du monde de l’establishment scientifique de l’époque, ce qui a conduit l’Église à interpréter les Écritures selon ce système et à s’en tenir à la tradition plutôt qu’à un enseignement biblique solide.

Galilée lui-même croyait en la fiabilité de la Bible. Il s’opposait à la conception géocentrique de l’univers et cherchait à montrer que la Bible s’accordait avec le système héliocentrique. Galilée luttait contre les principes d’interprétation de l’Église de son époque, aveuglée par la philosophie aristotélicienne.

L’ironie de cette leçon d’histoire est qu’à l’époque de Galilée, l’Église interprétait littéralement les passages poétiques de la Bible, alors qu’aujourd’hui, certains chrétiens affirment que les passages de la Bible écrits comme des récits historiques, tels que Genèse 1-3, doivent être lus comme de la poésie.

La leçon malheureuse à tirer de l’affaire Galilée est que de nombreux chrétiens n’ont pas tiré les leçons de l’histoire. Ils répètent les erreurs du passé en s’obstinant à prendre les idées populaires de l’époque, comme le naturalisme évolutionniste, comme autorité plutôt que la Bible. L’histoire de l’affaire Galilée devrait servir d’avertissement aux évolutionnistes théistes et aux créationnistes de l’ancienne terre.

Les Pères de l’Église

Lennox reconnaît que ni les créationnistes de la jeune terre ni ceux de la vieille terre ne sont des inventions récentes et note à juste titre que Luther, Calvin et la Confession de foi de Westminster ont défendu le point de vue des 24 heures (Lennox 2011, p. 40). Il admet également que “la compréhension des jours de la Genèse comme des jours de vingt-quatre heures semble avoir été le point de vue dominant pendant de nombreux siècles” (Lennox 2011, p. 42).

Néanmoins, il cite l’érudit juif Philon et les pères de l’Église Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin pour étayer son point de vue sur l’ancienne terre (Lennox 2011, pp. 40-42), en soulignant qu’ils n’ont pas été …

influencés par la science contemporaine, comme la géologie et la biologie évolutionniste, mais qu’ils ne croyaient pas que les jours de la création étaient de vingt-quatre heures (Lennox 2011, p. 42).

Malheureusement, il semble que chaque fois que les Pères de l’Eglise sont évoqués dans la discussion sur la Genèse, il y a soit une préférence sur les Pères à utiliser pour défendre la cause, soit une fausse représentation de ce qu’ils croyaient afin de soutenir un point de vue particulier.

Même si Philon, Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin n’ont pas été influencés par la science moderne, ils ont subi d’autres influences, notamment celle de la science de leur époque. Le philosophe juif Philon était enclin à une …

… interprétation plus allégorique de l’Écriture qui rendait la loi juive conforme aux idéaux de la pensée stoïcienne, pythagoricienne et surtout platonicienne .

(Bassler 1985, p. 791)

Il est donc problématique de faire appel à Philon pour interpréter la Genèse. L’engagement de Philon dans la philosophie grecque l’a conduit à allégoriser le texte de la Genèse plutôt qu’à rechercher une exégèse minutieuse du texte biblique. Au contraire, un contemporain de Philon, le commandant militaire juif du premier siècle devenu historien, Josèphe, comprenait le récit de la création dans la Genèse comme une histoire littérale (Josèphe 1897, pp. 28-29).

Lennox reconnaît que les premiers pères de l’Église, Justin Martyr et Irénée, ont fondé leurs idées sur les jours en tant qu’époques sur le Psaume 90:4 et 2 Pierre 3:8. Cependant, Davis Young note que

. … la caractéristique intéressante de ce point de vue patristique est que l’équation des jours et des millénaires n’a pas été appliquée à la semaine de la création, mais plutôt à l’histoire ultérieure. Ils ne pensaient pas que la création s’était déroulée sur six millénaires, mais que la totalité de l’histoire humaine occuperait six mille ans, soit un millénaire d’histoire pour chacun des six jours de la création

(Young 1982, p. 20).3

Origène et Augustin ont été influencés par la philosophie néo-platonicienne. S’ils ne croyaient pas que les jours étaient littéralement de 24 heures, ils ne croyaient pas non plus que la terre était ancienne, mais plutôt qu’elle avait moins de 10 000 ans (Augustin 12.11 ; Origène 1:19). En fait, Augustin ne croyait pas que les jours étaient de vastes étendues de temps, ni que la terre était très ancienne. C’est précisément l’erreur inverse qu’il a commise en croyant que la création était instantanée, en raison de l’influence extérieure de la philosophie néo-platonicienne. Augustin a compris, à partir de Genèse 2:4, que tout a été créé simultanément. Cependant, il devait se fier à la traduction de la Bible en vieux latin, la Vetas Latina. Comme il ne connaissait pas l’hébreu, il ignorait probablement que le mot hébreu pour “instant” (rega’ dans Exode 33:5 et Nombres 16:21) n’est pas utilisé dans Genèse 2:4 (Sarfati 2004, p. 118).

L’utilisation sélective par Lennox de Philon, Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin, afin de justifier son point de vue sur l’ancienne terre, n’est pas justifiée pour deux raisons. Premièrement, ils ne croyaient pas que les jours étaient de longues périodes de temps ou que la terre était vieille. Deuxièmement, leur interprétation du récit de la création dans la Genèse était largement influencée par la philosophie grecque, tout comme de nombreux érudits aujourd’hui ont été influencés par une philosophie mondaine (le naturalisme évolutionniste).

Les jours de la création

En ce qui concerne le récit de la création dans la Genèse, Lennox, contrairement aux évolutionnistes théistes, comprend à juste titre qu’il s’agit d’un récit historique. Affirmant que l’Écriture est la révélation de Dieu, il souligne à juste titre,

Si nous croyons à l’inspiration des Écritures, nous devons prendre le texte au sérieux parce que c’est l’Écriture qui est inspirée et non la compréhension que j’en ai… “.

(Lennox 2011, p. 48).

L'”impression indubitable” du texte, selon Lennox, est celle d’une “séquence chronologique d’événements, donnant la plus brève des brèves histoires du temps. . .” (Lennox 2011, p. 48). Il note à juste titre que le mot “jour” peut avoir un certain nombre de définitions, et souligne quatre significations différentes du mot dans Genèse 1:1-2:4 (Lennox 2011, pp. 50-51).

Dans Genèse 1:5, deux significations principales du mot “jour” apparaissent dans le même verset : “jour” et “vingt-quatre heures”. Il souligne le troisième sens du mot “jour” au septième jour, puisqu’il n’y a pas de mention de “soir et matin” comme pour les six premiers jours. Il estime que le septième jour est sans doute différent des six premiers jours, qui sont les jours d’activité créatrice. Comme d’autres adeptes de l’âge long, Lennox cite Hébreux 4:3-11 pour affirmer que nous sommes toujours dans le repos sabbatique de Dieu (Lennox 2011, p. 50). Quatrièmement, il note que dans Genèse 2:4, le mot “jour” est utilisé pour décrire une période de temps. Il en conclut que dans Genèse 1:1-2:4, le mot “jour” a plusieurs significations distinctes, qui sont toutes des significations naturelles, primaires, “littérales” (Lennox 2011, p. 51). Lennox souligne également que les cinq premiers jours du texte hébreu sont dépourvus de l’article défini, alors qu’il est présent dans les jours six et sept. Lennox pose la question suivante : “Comment devons-nous les interpréter ?”

Lennox a raison de souligner que le mot “jour” peut avoir un certain nombre de significations différentes, bien que les créationnistes de la jeune terre l’aient souligné depuis longtemps. Il a raison d’interpréter les deux sens du mot “jour” dans Genèse 1:5, et son sens dans Genèse 2:4, mais cela ne prouve pas sa conclusion.

Il est important de souligner que lorsqu’il s’agit d’interpréter les jours de la création, nous ne commettons pas l’erreur herméneutique de l’adoption injustifiée d’un champ sémantique élargi (Carson 1996, pp. 60-61). Cela se produit lorsque l’on prend un mot qui peut avoir plus d’un sens dans un contexte et qu’on le place dans un autre contexte où il ne peut pas avoir ce sens.

L’utilisation singulière du mot “jour” (yom) dans Genèse 2:4 est souvent citée comme preuve pour démontrer que le mot se réfère à l’ensemble de la semaine de la création. Cependant, le mot est ici utilisé avec la préposition be préfixée au nom construit yom, ce qui donne “beyom”. Ces mots sont suivis d’une construction infinitive. Cette construction “beyom”, qui signifie “quand” (McCabe 2000, p. 117) (voir aussi Genèse 2:17 ; Exode 10:28) est souvent simplement traduite de manière idiomatique pour résumer la totalité des six jours de la création. Par conséquent, utiliser le mot “jour” ici comme un exemple de jours figuratifs dans le chapitre 1 revient à ne pas reconnaître la différence entre le nom absolu “jour” (Genèse 1) et le nom construit “jour” (Genèse 2:4).

La conclusion de Lennox concernant le septième jour est tout simplement inexacte. Pourquoi n’y a-t-il pas de mention de “soir et matin” au septième jour ? Tout d’abord, il convient de noter que l’œuvre créée par Dieu n’a pas cessé le septième jour, mais qu’elle a été achevée “au septième jour”. Ainsi, Dieu avait achevé (kala’) toute son œuvre, et toutes leurs armées (tsaba’), ce qui signifie que tout était achevé dans les cieux et sur la terre. Les mots de Genèse 2:1 introduisent l’achèvement de la création de Dieu. Le septième jour est mentionné trois fois dans ces versets, ce qui révèle son caractère unique et son importance. Les verbes “achevé”, “reposé” et “béni” indiquent le caractère unique de ce jour et sont tous associés à l’œuvre de Dieu. Le septième jour, comme les autres, est un jour historique littéral de 24 heures.4 Ce n’est pas un jour de création, mais un jour de repos.

Robert McCabe5 a montré qu’il existe un cadre quintuple apparent dans les six premiers jours, qui est absent du septième jour. Ce cadre est utilisé dans Genèse 1:1-2:3 pour façonner chacun des jours :

  • “Dieu dit…”
  • “qu’il y ait…”
  • Accomplissement : “il y eut”
  • Évaluation : “Dieu vit que cela était bon”
  • Et conclusion : “il y eut un soir et un matin”

La formule “soir et matin”, utilisée pour les autres jours, n’est plus nécessaire au septième jour, car elle avait pour fonction rhétorique de marquer la transition entre le jour de la fin et le jour suivant. La semaine de la création est maintenant achevée et il n’était donc pas nécessaire d’utiliser la formule “soir et matin”.

Cependant, ce n’est pas seulement “le soir et le matin” qui manquent au septième jour, aucune des autres parties de ce cadre n’est utilisée le septième jour. Le cadre est utilisé pour représenter avec précision l’œuvre de Dieu impliquée dans son activité créatrice. La raison pour laquelle ce cadre n’est pas utilisé le septième jour est de montrer que Dieu a cessé de créer. Par conséquent, la raison pour laquelle le soir et le matin ne sont pas utilisés est liée aux autres parties du cadre.

En outre, la raison pour laquelle l’article défini est utilisé pour la première fois le sixième jour est d’indiquer l’achèvement de l’œuvre de la création ce jour-là (Keil et Delitzsch 1980, p. 50).

Le septième jour est-il sans fin selon Hébreux 4 ? Non, Hébreux 4:3 fait référence au repos spirituel dans lequel entrent tous les croyants. Hébreux 4 cite Genèse 2:2 et Psaume 95:7-11, et l’auteur s’en sert comme argument pour mettre en garde contre le danger de l’incrédulité. En outre, si le septième jour est sans fin, cela soulève certainement des problèmes théologiques, Dieu maudissant la terre tout en la bénissant et en la sanctifiant (Whitcomb 1973, p. 68).

La nature de la semaine de la création

Lennox pense que l’acte initial de la création (Genèse 1:1-2) est séparé des six jours de création qui suivent en raison de la structure des jours. Chaque jour commence par la phrase “Et Dieu dit” et se termine par l’affirmation “et il y eut un soir et il y eut un matin, nième jour” (Lennox 2011, p. 52). Cela l’amène à conclure que le premier jour commence au verset 3 et non au verset 1 (Lennox 2011, p. 52). Il souligne que le verbe “créa” dans Genèse 1:1 est au parfait, et que

l’usage normal du parfait au tout début d’une péricope est d’indiquer un événement qui a eu lieu avant que l’histoire ne commence. Le récit commence au verset 3

(Lennox 2011, p. 52).

Cela implique que le “commencement” de la Genèse 1:1 n’a pas nécessairement eu lieu le premier jour, comme on le suppose souvent (Lennox 2011, p. 53). Selon Lennox, la création initiale a eu lieu avant le premier jour, mais la Genèse ne nous dit pas combien de temps avant.

Selon Lennox, c’est l’une des principales raisons de croire que la question de l’âge de l’humanité n’a pas été résolue.

que la question de l’âge de la terre (et de l’univers) est une question distincte de l’interprétation des jours, un point qui est souvent négligé. En d’autres termes, en dehors de toute considération scientifique, le texte de Genèse 1:1, en séparant le commencement du jour 1, laisse l’âge de l’univers indéterminé.

(Lennox 2011, p. 53)

Il avance également le point de vue de C. John Collin, selon lequel les jours sont des “jours analogiques”, comme une manière possible d’interpréter les jours. Ce point de vue prend le mot jour dans son sens ordinaire, mais l’applique de manière analogique.

En ce qui concerne la justification de la semaine de création de six jours par Exode 20:8-11, Lennox estime que, bien qu’il y ait des similitudes entre la semaine de création de Dieu et notre semaine de travail, il y a aussi des différences évidentes, ce qui signifie qu’il n’est pas possible de tracer des lignes droites entre la Genèse et notre semaine de travail. Par conséquent, Exode 20:8-11 n’exige pas que les jours de Genèse 1 soient les jours d’une seule semaine (Lennox 2011, p. 57).

Dans une réponse à Stephen Hawking dans un livre précédent, Lennox (2010, pp. 45-46) lui reproche de ne pas avoir lu suffisamment et de ne pas s’être engagé dans la recherche lorsqu’il discute des données bibliques de Genèse 1:1. Il semble que Lennox ferait bien de suivre son propre conseil puisqu’il n’a manifestement pas consulté les spécialistes réputés du créationnisme de la jeune terre qui ont depuis longtemps réfuté ses arguments créationnistes de l’ancienne terre.

Le raisonnement de Lennox, qui consiste à séparer le verset 1:1-2 de la Genèse du verset 3, n’est qu’une version sophistiquée de la théorie des lacunes. Au verset 1, le verbe est au parfait et au verset 3, la consécutive wav est utilisée. Le verset 2, cependant, commence d’une manière différente, le wav étant attaché au nom “la terre” plutôt qu’au verbe à l’imparfait. C’est ce qu’on appelle le waw disjonctif. Cela signifie que le verset 2 est une petite déclaration parenthétique disant quelque chose sur ce qu’était la terre lorsque Dieu l’a créée pour la première fois. Le récit des événements va du verset 1 au verset 3. Le verset 2 n’est pas un récit d’événements, mais une description de l’état de la terre.

De plus, au verset 4, Dieu sépare la lumière des ténèbres, et au verset 5, il appelle les ténèbres “nuit”. Cependant, les seules ténèbres mentionnées jusqu’à présent se trouvent au verset 2, ce qui signifie que le verset 2 décrit l’état de la terre au début de la première nuit. Au verset 5, la première nuit se situe entre le soir et le matin et définit le jour. Il n’est pas nécessaire de placer une lacune n’importe où dans les jours de la création à moins d’essayer de faire rentrer quelque chose, ce qui est en fin de compte ce que Lennox essaie de faire.

En ce qui concerne Exode 20:8-11 et les jours comme étant analogues au jour de repos de Dieu, cela simplifie à l’excès et présente de manière erronée la corrélation entre les deux textes. Exode 20:8-11 a un certain nombre de liens avec la semaine de la création : un schéma “six plus un”, “les cieux et la terre”, “le septième jour”, “le repos”, “la bénédiction” et “la sanctification”. Tout ceci suggère qu’au moins, l’un des objectifs de Dieu en créant les cieux et la terre en six jours littéraux successifs suivis d’un jour de repos littéral était d’établir un modèle à suivre pour son peuple. En outre, Exode 20:8-11 utilise un adverbe de temps (“en six jours”) qui indique la durée de l’activité créatrice de Dieu (Waltke et O’Connor 1990, p. 171).

Le schéma de la semaine de la création est également mentionné dans Exode 31, 14-17, car l’observation du sabbat par Israël était un signe de l’alliance mosaïque. Exode 20 et Exode 31 affirment tous deux que la semaine de la création était littérale et non analogique.

Le problème du quatrième jour

Lennox a déjà laissé entendre que son interprétation de la Genèse était essentiellement textuelle et n’avait pas été influencée par la “science” (Lennox 2011, p. 53), mais il est difficile de le croire au vu de son objection concernant le quatrième jour. Il pose la question suivante :

“S’il y a une dimension chronologique aux jours, comment se fait-il que le soleil ait été créé le quatrième jour ?”

(Lennox 2011, p. 154)

Le texte ne pose aucun problème quant à la création du soleil le quatrième jour, à moins que vous n’essayiez de tenir compte d’une vision séculière de l’origine du soleil, ce que Lennox tente de faire. Dans cette optique, le soleil et les étoiles précèdent la terre.

Il ne peut tout simplement pas comprendre comment les trois premiers jours peuvent être des jours de 24 heures si le soleil n’est pas encore là (Lennox 2011, pp. 58-59). Pour Lennox,

l’alternative logique est que le soleil existait au début de la semaine de la Genèse ; et que le récit du jour 4 devrait être lu à la lumière de ce fait.

(Lennox 2011, p. 59)

Pour ce faire, il examine deux arguments utilisés par Hugh Ross et C. J. Collins. Se référant à Job 38:9, Ross soutient que le soleil, la lune et les étoiles n’ont pas été créés le quatrième jour, mais sont apparus lorsque la couverture nuageuse qui les dissimulait s’est dissipée (Ross 2001, p. 43). Par ailleurs, Collins suggère que le verbe “fait” (‘asah) dans Genèse 1:16 ne signifie pas spécifiquement “créer” ; bien que ‘asah signifie “créer”, il se réfère souvent à “travailler dans quelque chose qui est déjà là”, ou même à quelque chose qui a été “désigné”. Lennox privilégie l’interprétation de Collins, car elle correspond bien à la fonction du soleil et de la lune en tant que lumières visibles dans le ciel. Essentiellement, Dieu parle de leur rôle dans le cosmos, et non de leur création ou de leur apparition (Lennox 2011, p. 59).

Afin de rejeter l’argument de la création du soleil au quatrième jour, Lennox déclare :

Certains ont tenté de surmonter ce problème en postulant l’existence d’une source de lumière non solaire qui a fonctionné pendant les trois premiers jours … bien que nous ne sachions rien d’une telle source de lumière, que ce soit dans les Écritures ou dans la science (Lennox 2011, p. 59).

Ce n’est tout simplement pas vrai. La Bible nous dit que Dieu a créé la lumière le premier jour (Genèse 1:3), mais elle ne nous dit pas quelle en était la source. Est-il vraiment trop difficile pour le Dieu qui est lumière (1 Jean 1:5) de créer une source de lumière sans soleil ni étoiles ? Pas du tout ! En tout cas, on nous dit qu’il n’y aura pas besoin de soleil dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, parce que la présence de la gloire de Dieu fournira l’illumination nécessaire (Apocalypse 21:23).

Lennox ne comprend pas comment les trois premiers jours ont pu être littéralement des jours sans soleil, mais les créationnistes de la jeune terre ont depuis longtemps apporté une solution facile à ce dilemme. La Genèse indique clairement que le soleil a été créé le quatrième jour, et non au début de la semaine de la création. Le soleil est-il simplement apparu le quatrième jour ? Le mot “apparaître” (ra’ah) est utilisé dans Genèse 1:9, alors pourquoi l’auteur n’aurait-il pas utilisé ce mot s’il voulait dire que le soleil et les étoiles sont apparus le quatrième jour ? Il est vrai que les rôles du soleil et des étoiles sont décrits au quatrième jour, mais cela n’empêche pas qu’ils aient été créés ce jour-là. La plus grande faiblesse de cet argument est peut-être que le mot pour “faire” (‘asah) est utilisé tout au long de Genèse 1, et est même utilisé de manière interchangeable avec “créer” (bara dans Genèse 1:26-27) (Mortenson 2007).

La mort et la souffrance

Lennox est conscient des limites du traitement de la question de la mort et de la souffrance dans un livre court (Lennox 2011, p. 76). Il reconnaît néanmoins que la déclaration de l’apôtre Paul dans Romains 5:12 est

une question sérieuse ayant de profondes implications pour la doctrine du salut, car… Si Paul se trompe dans son diagnostic sur l’origine du péché et de la mort, comment pouvons nous nous attendre à ce qu’il ait raison quant à sa solution ?

(Lennox 2011, p. 76).

Il comprend à juste titre que Romains 5:12 se réfère à la mort humaine, estimant que Paul laisse ouverte la question de la mort à des niveaux autres qu’humains (Lennox 2011, p. 78). Par exemple, il estime que puisque l’homme a mangé des plantes, la mort des plantes ne peut pas être un problème ou une conséquence du péché humain, même si les plantes sont mortes (Lennox 2011, p. 78). Cela ne tient pas compte du fait que les plantes ne sont pas considérées comme “vivantes dans l’hébreu biblique ou dans la littérature juive du second Temple” (Kennard 2008, p. 169).

Qu’en est-il de la mort des animaux ? Lennox soutient que la mort a dû exister avant la chute parce que des mammifères comme les baleines, qui ne vivent pas de végétation verte mais d’aliments marins vivants, ont dû causer la mort en mangeant (Lennox 2011, p. 78). Ce faisant, il exclut la possibilité de l’existence d’autres aliments.

Il suggère également que l’absence de mort animale avant le péché humain rend l’existence des prédateurs problématique (Lennox 2011, p. 79), suggérant que si les prédateurs étaient le résultat de la Chute :

. … cela ne ferait-il pas de ce péché le déclencheur d’un processus de création – une caractéristique qui semble très improbable, et sur laquelle la Bible semble rester silencieuse ? Ou bien Dieu a-t-il prévu le changement, intégré à l’avance les mécanismes dans les créatures, puis fait quelque chose pour les mettre en œuvre ? .

(Lennox 2011, p. 79)

Les problèmes soulevés par Lennox pour justifier l’absence de mort animale avant la Chute sont compréhensibles, mais on peut y répondre dans un cadre biblique. La Bible n’utilise jamais le terme hébreu nephesh chayyah (âme vivante/créature) pour désigner les invertébrés, alors qu’elle le fait pour désigner les humains et les poissons (Genèse 1:20 ; 2:7). En outre, les insectes n’ont pas le même type de “sang” que les vertébrés, mais “la vie de la chair est dans le sang” (Lévitique 17:11) (Sarfati 2004, p. 211). Il est donc raisonnable de supposer que le régime alimentaire des animaux avant la chute pouvait inclure des invertébrés. Même ainsi, si nous considérons le fait que Dieu a connu à l’avance la chute (1 Pierre 1:18-20 ; Éphésiens 3:11 ; Apocalypse 13:8), il est également logique qu’il ait programmé les créatures avec l’information nécessaire pour qu’elles puissent s’adapter à la chute.

Il a programmé les créatures avec les informations relatives aux caractéristiques d’attaque et de défense dont elles auraient besoin dans un monde maudit. Ces informations ont été “activées” lors de la Chute (Sarfati 2004, p. 212).

Pour ne pas avoir à argumenter de la sorte, Lennox pense que le rasoir d’Occam (toutes choses égales par ailleurs, la solution la plus simple tend à être la meilleure) doit être appliqué à ce stade afin de limiter la multiplication d’hypothèses inutiles (Lennox 2011, p. 79). Cependant, son application du rasoir d’Occam concerne la déclaration de Paul dans Romains 5:12, qui n’est pas un texte que les créationnistes de la jeune terre utiliseraient pour plaider en faveur de la mort des animaux. Il n’aurait raison dans son application que si Romains 5:12 était utilisé de cette manière. Le rasoir d’Occam doit être préféré lorsqu’il est utilisé avec les textes bibliques corrects concernant l’absence de toute forme de mort avant la chute (Genèse 1:29-31 ; 3:1- 24 ; Romains 8:19-22 ; Apocalypse 21:4 ; 22:3).

Lennox anticipe l’objection selon laquelle Romains 8:20-21 fait référence à toute mort résultant du péché (Lennox 2011, p. 79). Estimant que la corruption, la maladie et la mort humaine peuvent bien être une conséquence du péché humain, mais que la mort des animaux et des plantes ne l’est pas, il ne commente pas Romains 8:22 (Lennox 2011, p. 80).

Il poursuit en laissant entendre qu’il n’y avait pas de mort dans le jardin d’Eden : “Le texte biblique ne donne pas l’impression que le monde entier était comme l’Eden” (Lennox 2011, p. 81). En posant la question suivante

Y avait-il … une différence entre le comportement des animaux à l’extérieur du jardin d’Eden et celui de ceux qui se trouvaient dans la situation idyllique à l’intérieur ? (Lennox 2011, p. 82).

La Bible n’évoque nulle part ces implications. Elle nous dit plutôt que toute la création de Dieu était “très bonne” (Genèse 1:31). L’expression “très bon” est la prononciation par Dieu de l’aboutissement de toute sa création, alors qu’il a déjà qualifié les choses de “bonnes” à six reprises. Dans leur commentaire de la Genèse, les théologiens du 19e siècle Keil et Delitzsch, experts en hébreu biblique, ont commenté Genèse 1:31 :

Par l’application du terme “bon” à tout ce que Dieu a fait, et par la répétition du mot avec l’accent “très” à la fin de toute la création, l’existence de quoi que ce soit de mauvais est absolument niée, et l’hypothèse réfutée …. (Keil et Delitzsch 1980, p. 67).

Le monde très bon que Dieu a créé n’est pas seulement une référence à la morale. Les versets 29 et 30 montrent que l’expression “très bon” s’applique également au régime végétarien de l’homme et des animaux. Il n’y avait pas de “tuer ou être tué” ou de survie du plus fort dans la très bonne création de Dieu.

Bien que Lennox nous implore de noter soigneusement ce que dit l’Écriture, il lui arrive de ne pas suivre son propre principe. En ce qui concerne Genèse 1:30, il pense que l’instruction concernant la végétation comme nourriture a été donnée aux humains et non aux animaux (Lennox 2011, p. 89). La raison en est la suivante :

Les humains venaient d’être informés de ce que devait être leur nourriture. Ils avaient reçu l’ordre de soumettre les poissons, les animaux et les oiseaux. Il serait important qu’ils sachent que la soumission n’incluait pas l’éloignement des animaux de la nourriture des humains, ce qui suggère qu’au moins certains d’entre eux pouvaient être des aliments non végétariens (Lennox 2011, p. 89).

Cependant, il semble ne pas voir du tout le lien avec ce que dit le verset précédent. Genèse 1:29 indique explicitement que la nourriture des humains devait être constituée de végétaux, tandis que le verset 30 nous dit que les animaux devaient également se nourrir de plantes vertes. Cela signifie que les animaux et les humains étaient végétariens dès le départ. Comme le note Hamilton :

À aucun moment, il n’est permis à quoi que ce soit (êtres humains, animaux, oiseaux) de prendre la vie d’un autre être vivant et de la consommer comme nourriture. La domination attribuée au couple humain sur le monde animal n’inclut pas la prérogative de la boucherie. Au contraire, l’humanité survit grâce à un régime végétarien (Hamilton 1990, p. 140).

En essayant d’intégrer la mort des plantes et des animaux dans le monde d’avant la chute, Lennox échoue sur un certain nombre de points. Tout d’abord, il ne reconnaît pas que les plantes n’ont pas le principe de vie (nephesh en hébreu) que les animaux et les humains ont. Deuxièmement, bien qu’il ait raison de souligner que Romains 5:12 fait référence à la mort humaine, son manque évident d’engagement envers les écrits créationnistes de la jeune terre signifie qu’il n’est pas conscient du fait qu’il ne s’agit pas d’un texte que les créationnistes de la jeune terre utilisent pour soutenir qu’il n’y a pas eu de mort animale avant la chute.

D’un point de vue biblique, il y a plusieurs raisons pour lesquelles il n’y a pas eu de mort d’aucune sorte avant la chute. Puisque Dieu a rendu sa création “très bonne” (Genèse 1:31) et que les hommes et les animaux étaient à l’origine végétariens (Genèse 1:29-30), la mort ne pouvait pas faire partie de la création de Dieu. Même après la chute, le régime alimentaire d’Adam et d’Ève était végétarien (Genèse 3:17-19). Ce n’est qu’après le déluge que l’homme a été autorisé à manger des animaux (Genèse 9:3). La chute de Genèse 3 expliquerait mieux l’origine du comportement carnivore des animaux.

En outre, Esaïe 11:6-9 et 65:17-25 font référence à un état futur de la terre qui semble correspondre au monde d’avant la chute, où il n’y avait pas d’activité carnivore. Il est également erroné de lire l’état actuel du monde, qui comprend des prédateurs, dans le récit biblique de la création. Il s’agit du principe uniformisant “le présent est la clé du passé” (popularisé par Charles Lyell), qui suppose que les processus que nous observons dans notre monde actuel sont tels qu’ils ont toujours été. Il s’agit d’une hypothèse courante chez les créationnistes de l’ancienne terre. Cependant, c’est la révélation, et non le présent, qui permet de comprendre le passé.

En ce qui concerne Romains 8:19-22, le mot “création” au verset 19 a fait l’objet d’un débat. Dunn et Moo soulignent tous deux que ce mot fait clairement référence à la création non humaine (Dunn 1988, p. 469 ; Moo 1996, p. 514). Au verset 20, Paul explique pourquoi la création anticipe la révélation des fils de Dieu. “La raison, dit Paul, est que la création subhumaine elle-même n’est pas ce qu’elle devrait être, ou ce que Dieu voulait qu’elle soit ” (Moo 1996, p. 515). C’est ainsi parce que Dieu l’a soumise à la frustration, Lui ” … seul a le droit et le pouvoir de condamner toute la création à la frustration à cause du péché humain ” (Moo 1996, p. 516). Schreiner estime que Paul s’inspire probablement de la tradition de Genèse 3, 17-19, où la création est maudite à cause du péché d’Adam. Il souligne que “futilité” signifie que la création n’a pas rempli le but pour lequel elle a été faite (Schreiner 1998, p. 436). Dunn écrit que “soumis par Dieu. est un passif divin qui se réfère particulièrement à Genèse 3:17-18” (Dunn 1988, p. 470). Le point de vue de Paul au verset 22, un verset que Lennox ne discute pas, est que la création, qui encore une fois n’est pas humaine (Dunn 1988, p. 472), gémit et souffre, non pas à cause des catastrophes naturelles et de la souffrance avant la chute, mais à cause de la chute d’Adam dans Genèse 3, comme Romains 8:19-25 l’indique clairement.

La Bible parle également d’un temps où la création sera restaurée (Actes 3:21 ; Romains 8:21) parce que toute la création “a été soumise à la futilité” (Romains 8:20-22). Les créationnistes de la vieille terre doivent être en mesure d’expliquer dans quel état la création sera restaurée. Sera-t-elle restaurée dans un état de mort et de souffrance ? Le livre de l’Apocalypse indique clairement que dans les nouveaux cieux et sur la nouvelle terre, il n’y aura plus ni douleur ni mort (Apocalypse 21:4) et que la malédiction disparaîtra (Apocalypse 22:3). Comment peut-on se réjouir d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre remplis de mort, quelle qu’elle soit ?

L’âge de la terre

En ce qui concerne l’âge de la terre, Lennox n’est pas convaincu que la lecture de l’ancienne terre soit moins naturelle que celle de la jeune terre, si nous pensons simplement en termes d’âge de la terre (Lennox 2011, p. 66). La raison en est que le texte de Genèse 1, selon lui, sépare la création initiale du premier jour. L’âge de la terre est une question logiquement distincte de la nature des jours (Lennox 2011, p. 66).

Cependant, la compréhension qu’a Lennox de l’âge de l’univers est davantage contrôlée par la théorie du big bang que par le texte biblique :

. Le modèle standard (Big Bang) développé par les physiciens et les cosmologistes peut être considéré comme un déballage scientifique des implications de la déclaration “Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre”. Il y a ici une certaine ironie, dans la mesure où le même modèle cosmologique du Big Bang qui confirme l’affirmation biblique selon laquelle il y a eu un commencement implique également que l’univers est très ancien (Lennox 2011, p. 154).

Malheureusement, Lennox assume le modèle standard du big bang sans argument et n’aborde pas les problèmes bibliques et scientifiques qu’il pose (Williams et Hartnett 2005).

Sa confiance dans le modèle du big bang est malheureuse car il est non seulement basé sur le naturalisme philosophique (la croyance que la nature est tout ce qu’il y a), mais il contredit le récit biblique de la création de plusieurs façons. Tout d’abord, accepter le modèle du big bang revient à ignorer ce que le Créateur a révélé sur la manière dont il a créé l’univers. La Bible enseigne clairement que Dieu a créé tout ce qui se trouve dans les cieux et sur la terre en six jours (Exode 20:11). Cela contraste avec le modèle du big bang, qui explique que la création de l’univers et de la terre s’est étalée sur des milliards d’années. Selon la théorie du big bang, les étoiles existent depuis des milliards d’années avant la terre, alors que la Bible enseigne que les étoiles ont été créées (et non “apparues”) le quatrième jour, trois jours après la création de la terre. La Bible enseigne également que la terre a été créée à partir de l’eau (Genèse 1:2-9 ; 2 Pierre 3:5), alors que le modèle du big bang enseigne que la terre a commencé sous forme de roche en fusion.

Dans sa recherche d’une solution à cette controverse, il propose quatre considérations :

  • Les preuves scientifiques actuelles d’une terre ancienne.
  • L’admission honnête et admirable d’éminents créationnistes de la jeune terre que “les créationnistes récents devraient humblement convenir que leur point de vue est, à l’heure actuelle, peu plausible sur des bases purement scientifiques …”.
  • Le fait que les Ecritures, bien qu’elles puissent être interprétées en termes de terre jeune, n’exigent pas une telle interprétation.
  • Le fait que nous ne savons pas tout (Lennox 2011, pp. 86-87).

Malheureusement, l’argument de Lennox en faveur d’une terre ancienne à partir de Genèse 1 ne fonctionne tout simplement pas, et il est imposé au texte plutôt que d’être lu à partir de lui. Le facteur déterminant dans son interprétation d’une terre ancienne est la “preuve scientifique”, qui est simplement le résultat des hypothèses uniformitaires utilisées pour interpréter la preuve, plutôt que des présupposés bibliques.

Il est étrange que Lennox ait choisi Nelson et Reynolds comme créationnistes de la jeune terre pour interagir avec eux. Le fait qu’on leur ait demandé d’argumenter en faveur des créationnistes de la jeune terre dans le livre Three Views On Creation and Evolution (Nelson et Reynolds 1999, pp. 39-75) est déjà mystifiant, étant donné que leur formation est en philosophie, et non en science ou en théologie.

Le fait qu’il admette que la Genèse peut être interprétée en termes de terre jeune est louable, mais son affirmation selon laquelle la Genèse ne doit pas être interprétée de cette manière n’a rien à voir avec le texte, mais tout à voir avec ses hypothèses a priori concernant l’âge de la terre. Il a également raison de dire que nous ne savons pas tout, mais que nous connaissons Celui qui sait tout, et que nous pouvons lui faire confiance lorsqu’il nous dit combien de temps il a mis pour tout créer.

Conclusion

John Lennox est un chrétien engagé dont les écrits et les débats contre les nouveaux athées, tels que Christopher Hitchens et Richard Dawkins, ont fait beaucoup pour encourager les chrétiens à rester fermes et à défendre leur foi. Cependant, l’une des principales déceptions que suscite ce livre est que Lennox ne s’est manifestement pas penché de manière significative sur l’un des principaux ouvrages créationnistes de notre époque. S’il l’avait fait, il n’aurait peut-être pas eu à écrire ce livre, car la plupart de ses arguments ont été réfutés depuis longtemps. La seule position créationniste de la jeune terre que Lennox semble avoir lue est celle du livre Three Views of Creation and Evolution (Lennox 2011, pp. 66, 86), qui est une présentation très faible de la création de la jeune terre, défendue par des personnes qui ne sont pas du tout des défenseurs connus de ce point de vue. Ses arguments en faveur de la création sur une terre ancienne sont gravement erronés à la lumière des Écritures, et malheureusement, l’histoire a montré que les compromis sur la Genèse sapent la Bible.

Références bibliographiques

Augustin. La Cité de Dieu. Trans. H. Bettenson, 1972. Angleterre : Penguin Books.

Bassler, J. M. 1985. Philo. Dans Harpers Bible Dictionary, ed. P. J. Achtemeier. San Francisco, Californie : Harper & Row, Publishers.

Blocher, H. 1984. Au commencement : Les premiers chapitres de la Genèse. Nottingham, Royaume-Uni : Inter-Varsity Press.

Carson, D. A. 1996. Exegetical fallacies, 2e éd. Grand Rapids, Michigan : Baker Academic.

Chaffey, T. et J. Lisle. 2008. Old-earth creationism on trial : The verdict is in. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Dunn, J. D. G. 1988. Word biblical commentary : Volume 38A, Romains 1-8. Waco, Texas : Word Books Publisher.

Hamilton, V. P. 1990. Le livre de la Genèse, chapitres 1-17. The New International Commentary on the Old Testament, p. 140. Grand Rapids Michigan : Eerdmans.

Hasel, G. F. 1994. Les “jours” de la création dans Genèse 1 : “jours” littéraux ou “périodes/époques” de temps figuratives ? Origins 21, no. 1:5-38.

Josèphe, F. 1897. Les œuvres de Flavius Josèphe. Trans. W. Whiston. Londres, Royaume-Uni : Ward, Lock & Bowden.

Kaiser, W. C. Jr. 2001. Les documents de l’Ancien Testament : Sont-ils fiables et pertinents ? Downers Grove, Illinois : Inter-Varsity Press.

Keil, C. F. et F. Delitzsch. 1980. Commentaire biblique sur l’Ancien Testament, Vol. 1 : Le Pentateuque. Trans. J. Martin. Grand Rapids, Michigan : Eerdmans Publishing.

Kennard, D. 2008. Hebrew Metaphysic. Answers Research Journal 1:169-195. Consulté sur http://www.answersingenesis.org/articles/arj/v1/n1/hebrew-metaphysic le 5 février 2012.

Lennox, J. 2009. God’s undertaker : La science a-t-elle enterré Dieu ? 2e éd. Oxford, Angleterre : Lion.

Lennox, J. C. 2010. Dieu et Stephen Hawking : Whose design is it anyway ? Oxford, Angleterre : Lion Hudson.

Lennox, J. C. 2011. Sept jours qui divisent le monde : Le commencement selon la Genèse et la science. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

McCabe, R. V. 2000. A defense of literal days in the creation week”. Detroit Baptist Seminary Journal 5:97-123. Consulté sur http://www.dbts.edu/journals/2000/McCabe.pdf le 4 février 2012.

McCabe, R. V. 2009. Une critique de l’interprétation du cadre de la semaine de la création. Dans Coming to grips with Genesis : Biblical authority and the age of the earth, ed. T. Mortenson et T. H. Ury. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Moo, D. J. 1996. The epistle to the Romans (The new international commentary on the New Testament). Grand Rapids, Michigan : Wm. B. Eerdmans.

Mortenson, T. 2007. Comprendre l’hébreu de Genèse 1 : Create (bara) & Make (asah) Consulté sur http://www.answersingenesis.org/articles/aid/v2/n1/did-god-create-or-make le 30 mai 2012.

Nelson, P. et J. M. Reynolds. 1999. Young earth creationism. Dans Three views on creation and evolution, ed. J. P. Moreland et J. M. Reynolds. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

Origène. Contra celsum (contre Celse). In Pères ante-nicéens, vol. 4, trad. A. Robert, 1885. Peabody, Massachusetts : Hendrickson Publishers.

Osborne, G. R. 2006. La spirale herméneutique : Une introduction complète à l’interprétation biblique. Rev ed. Downers Grove, Illinois : Inter-Varsity Press.

Ross, H. 2001. The Genesis question : Scientific advances and the accuracy of Genesis. 2e éd. Colorado Springs, Colorado : NavPress.

Sarfati, J. 2004. Refuting compromise : A biblical and scientific refutation of “progressive creationism” (billions of years), as popularized by astronomer Hugh Ross. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Schreiner, T. R. 1998. Romains : Baker exegetical commentary on the New Testament. Grand Rapids, Michigan : Baker Academic.

Waltke, B. K. et M. O’Connor. 1990. Une introduction à la syntaxe de l’hébreu biblique. Winona Lake, Indiana : Eisenbrauns.

Whitcomb, J. C. Jr. 1973. La science de la géologie historique. Westminster Theological Journal 36:68.

Williams, A. et J. Hartnett. 2005. Dismantling the big bang. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Young, D. A. 1982. Christianity and the age of the earth. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

Young, E. J. 1964. Studies in Genesis One. Philadelphie, Pennsylvanie : Presbyterian and Reformed Publishing Co.


Notes de bas de page

  • 1 – Cette citation ne représente pas l’attitude de Lennox, mais l’attitude de quelqu’un d’autre que Lennox cite. Cependant, l’implication des arguments de Lennox dans le livre conduit le lecteur à la même conclusion, à savoir que le créationnisme de la jeune terre est très stupide et non scientifique.
  • 2 – Paul Copan, Ravi Zacharias, Alvin Plantinga, C. John Collins, Doug Groothuis et Henry F. Schaefer III ont approuvé le livre.
  • 3 – Il convient de noter que Davis Young pense que la terre est vieille.
  • 4 – Cette conclusion est basée sur les arguments suivants. Premièrement, elle est incluse dans une séquence numérotée avec les autres jours de la création, qui doivent être compris comme des jours de durée ordinaire. Deuxièmement, Hébreux 4:3-5 n’affirme pas que le 7e jour se poursuit ; il affirme que le repos de Dieu se poursuit. Troisièmement, Adam et Ève ont dû vivre le septième jour avant d’être chassés du jardin ; sinon, Dieu aurait nécessairement maudit la terre le jour même où il l’a bénie et sanctifiée. Enfin, si l’absence de “soir et matin” signifie que le jour est plus long qu’un jour normal (comme le soutiennent les créationnistes de l’ancienne terre), cela semble être une admission involontaire que les six premiers jours étaient d’une durée normale. Voir également Chaffey et Lisle 2008, pp.51-52.
  • 5 – L’argument suivant concernant “le soir et le matin” se trouve dans McCabe (2009, pp.225-242).

L’affaire Galilée : histoire ou hagiographie héroïque ?

par Thomas Schirrmacher

Publié à l’origine dans le Journal of Creation 14, n. 1 (avril 2000) : 91-100.

Résumé

Quinze thèses sont avancées, preuves à l’appui, pour montrer que l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur la relation entre la religion et la science.

La controverse du 17e siècle entre Galilée et le Vatican est examinée. Quinze thèses sont avancées, preuves à l’appui, pour démontrer que l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur les relations entre religion et science. Contrairement à la légende, Galilée et le système copernicien étaient bien vus par les autorités ecclésiastiques. Galilée a été victime de sa propre arrogance, de l’envie de ses collègues et de la politique du pape Urbain VIII. Il n’a pas été accusé d’avoir critiqué la Bible, mais d’avoir désobéi à un décret du papal.

Introduction

Le procès intenté à Galilée (1564-1642) au XVIIe siècle est souvent utilisé comme argument contre les scientifiques et théologiens créationnistes, qui font de leur croyance en la fiabilité de la Bible le point de départ de leur recherche scientifique. Selon les critiques, la foi absolue en la Bible rend les créationnistes aveugles au progrès scientifique et entrave la science. C’est ainsi que Hatisjorg et Wolfgang Hemminger écrivent dans leur livre contre le créationnisme :

Le créationnisme d’aujourd’hui … se retourne contre les grands naturalistes chrétiens des 15e et 16e siècles, contre Copernic, Galilée, Kepler et Newton. Il reprend le procés contre Galilée et argumente en principe avec les inquisiteurs, car la question du procès était, entre autres, de savoir si le scientifique naturel avait la liberté de placer l’expérimentation et l’observation au-dessus de l’Écriture … Les créationnistes d’aujourd’hui ont en principe le même point de vue que les inquisiteurs, car ils suivent leur méthode empirico-biblique. “1

Il s’agit bien sûr d’un non-sens. Galilée était un scientifique qui croyait en la fiabilité de la Bible et qui cherchait à démontrer que le système copernicien (héliocentrique) était compatible avec elle. Il luttait contre les principes contemporains d’interprétation de la Bible qui, aveuglés par la philosophie aristotélicienne, ne rendaient pas justice au texte biblique. Galilée n’a pas été blâmé pour avoir critiqué la Bible, mais pour avoir désobéi aux ordres du pape. Aujourd’hui, la plupart des scientifiques spécialistes de la création lisent la Bible différemment de l’école contemporaine d’interprétation biblique, c’est-à-dire de la critique supérieure, et sont donc critiqués par l’establishment théologique libéral et par les scientifiques naturalistes.

L’image du procès du Vatican contre Galileo Galilei, utilisée par Hemminger et d’autres, n’est pas tirée de la recherche historique mais de l’hagiographie héroïque. L’image d’une lutte à mort entre une église chrétienne totalement bornée et une science naturelle ingénieuse et toujours objective dans l’affaire Galilée repose sur trop de légendes urbaines.

Les biographies de l’auteur anthroposophe Johannes Hemleben2 , la biographie officielle de Galilée de l’ancienne République démocratique allemande (Allemagne de l’Est) d’Ernst Schmutzer et Wilhelm Schultz3 , ainsi que le chapitre consacré à Galilée dans le livre de Fischer-Fabian La force de la conscience4 , sont des exemples d’hagiographies sur Galilée qui sont pleines de légendes urbaines.

Il existe de nombreux exemples d’une « adoration » quasi religieuse de Galilée5 dans la littérature juvénile6 et universitaire7.

Je ne connais qu’une seule réponse exhaustive d’un créationniste (au sens large) à l’utilisation abusive du procès de Galilée par les évolutionnistes. Elle figure dans The Doorway Papers par le théoricien des lacunes Arthur C. Custance.8

Un commentaire encore plus approfondi des créationnistes sur l’affaire Galilée est nécessaire. Le présent article donne une première évaluation et énumère des ouvrages importants, mais il ne peut que contribuer à lancer la discussion.

Koestler a raison de dire que

« peu d’épisodes historiques ont donné lieu à une littérature aussi volumineuse que le procès de Galilée »9.

Avec plus de 8 000 titres sur l’affaire Galilée et les 20 volumes des œuvres complètes de Galilée lui-même, un seul article ne peut pas aborder tous les aspects de la question.

Les 15 thèses suivantes montreront pourquoi l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur la relation entre la religion et la science. Je suivrai principalement les écrits de Galilée lui-même10 , la biographie de K. Fischer11 , les recherches d’A. Koestler sur les documents originaux du procès de Galilée12 , l’essai d’A.C. Custance8 et les recherches scientifiques de l’auteur tchèque Zdenko Solle13.

L’intention des thèses peut être résumée par le jugement de Koestler :

« Je crois que l’idée selon laquelle le procès de Galilée était une sorte de tragédie grecque, une épreuve de force entre la ‘foi aveugle’ et la “raison éclairée”, est naïvement erronée. » 14

Il va sans dire que ces thèses n’ont pas pour but de défendre l’Inquisition ou de nier la valeur scientifique de la pensée ou des recherches de Galilée. Mais Solle a raison lorsqu’il écrit :

« L’image pleine de contrastes, montrant un scientifique héroïque face à l’arrière-plan sombre de l’Inquisition, développera de nombreuses nuances différentes »15.

Thèse 1 : Le système copernicien était bien vu par les autorités ecclésiastiques

Une défense ouverte du système copernicien était, en principe, sans danger. Le système ptolémaïque avait été nié par de nombreux hauts fonctionnaires et astronomes jésuites avant même la naissance de Galilée. Comme le prouve l’exemple de l’astronome de la Cour impériale, Johannes Kepler (1571-1630)16 , nombre d’entre eux suivaient le système copernicien.

« Les Jésuites eux-mêmes étaient plus coperniciens que Galilée ; il est maintenant bien reconnu que la raison pour laquelle l’astronomie chinoise a progressé plus rapidement que l’astronomie européenne est simplement que les missionnaires jésuites leur ont communiqué leurs vues coperniciennes » 17.

Alors que Martin Luther qualifiait l’auteur de De revolutionibus orbium coelestium [c’est-à-dire Nicolas Copernic (1473-1543)] d’ « imbécile », qui mettrait  « tout l’art de l’astronomie sens dessus dessous », le livre n’avait pas été combattu par le Vatican. Il était considéré comme une « hypothèse mathématique », mais il était déjà utilisé depuis longtemps comme aide aux calculs astronomiques. Ce n’est que quelque temps après que d’éminents scientifiques jésuites, comme Pater Clavius, eurent reconnu la fiabilité des observations de Galilée, que Copernic et ses disciples devinrent « méfiants ».18

Le livre de Copernic n’a été mis à l’index du Vatican19 que de 1616 à 1620 et a été réadmis au public après quelques modifications mineures.20 Seul le Dialogo de Galilée est resté à l’index de 1633 à 1837.21

Thèse 2 : Galilée était bien considéré par l’Église

Jusqu’au procès qui lui a été intenté, Galilée jouissait d’une grande estime auprès du Saint-Siège, des jésuites et surtout des papes de son vivant. Ses enseignements étaient célébrés. La visite de Galilée à Rome en 1611, après la publication de son Messager des étoiles, « fut un triomphe ».22 « Le pape Paul V l’accueillit en audience amicale et le Collège romain des Jésuites l’honora par diverses cérémonies qui durèrent toute une journée ».23 Jean Pièrre Maury écrit à propos de cette visite :

Les découvertes de Galilée sont désormais reconnues par les plus grandes autorités astronomiques et religieuses de son temps. Le pape Paul V le reçut en audience privée et lui témoigna tant de respect qu’il ne lui permit pas de s’agenouiller devant lui, comme c’était l’usage. Quelques semaines plus tard, tout le Collegio Romano se réunit en présence de Galilée pour célébrer officiellement ses découvertes. Parallèlement, Galilée rencontre tous les intellectuels romains et l’un des plus célèbres d’entre eux, le prince Federico des Cesi, lui demande de devenir le sixième membre de l’Accademia dei Lincei (Académie des Lynx), qu’il a fondée 24.

La première déclaration écrite de Galilée en faveur du système copernicien, les Lettres sur les taches solaires, a été très bien accueillie et aucune voix critique ne s’est fait entendre. Parmi les cardinaux qui ont félicité Galilée figure le cardinal Barberini, qui deviendra plus tard le pape Urbain VIII et le condamnera en 1633.25 En 1615, une accusation contre Galilée a été déposée mais rejetée par le tribunal de l’Inquisition. De 1615 à 1632, Galilée jouit de l’amitié de nombreux cardinaux et des différents papes.26

Thèse 3 : c’est l’envie, et non la religion, qui a déclenché l’affaire

La bataille contre Galilée n’a pas été lancée par les autorités catholiques, mais par les collègues et les scientifiques de Galilée, qui craignaient de perdre leur position et leur influence. Les représentants de l’Église étaient beaucoup plus ouverts au système copernicien que les scientifiques et les collègues de Galilée. Galilée a évité et retardé une confession ouverte en faveur du système copernicien par crainte de ses collègues immédiats et autres, et non par crainte d’une quelconque partie de l’Église.27

C’était déjà le cas de Copernic lui-même. Gerhard Prause résume la situation :

Ce n’est pas par peur de ses supérieurs dans l’Église – comme on le dit souvent à tort – mais parce qu’il craignait d’être “moqué et sifflé” – comme il l’a formulé lui-même – par le professeur d’université, qu’il a refusé de publier son travail “De revolutionibus orbium coelestium” pendant plus de 38 ans. Ce n’est qu’à la demande de plusieurs représentants de l’Église, et notamment du pape Clément VII, que Copernic s’est finalement décidé à publier son œuvre28.

Seuls quelques scientifiques vivant à l’époque de Galilée ont avoué publiquement qu’ils suivaient Copernic. Certains l’ont fait secrètement, mais la plupart ont nié le système copernicien.29

Ainsi, alors que les poètes célébraient les découvertes de Galilée, qui étaient devenues le sujet de conversation du monde entier, les savants de son propre pays étaient, à quelques exceptions près, hostiles ou sceptiques. La première et, pendant un certain temps, la seule voix savante à s’élever en public pour défendre Galilée fut celle de Johannes Kepler. ‘30

En outre, l’Église représentait non seulement les intérêts des théologiens, mais aussi ceux des scientifiques qui faisaient partie des ordres de l’Église. L’ordre des Jésuites, qui était à l’origine du procès contre Galilée, comprenait les principaux scientifiques de l’époque.

Le cas de Galilée nous confronte à la lourdeur et à la maladresse des changements scientifiques dus aux habitudes sociales de la communauté scientifique, que Thomas Kuhn a décrites dans son célèbre ouvrage, La structure des révolutions scientifiques. Plus d’une fois, ce n’est pas l’Église qui a entravé le progrès scientifique, mais la communauté scientifique !

Thèse 4 : Génie + arrogance – humilité = ennemis mortels

Galilée était un scientifique très obstiné, trop sensible et agressif, qui s’est créé de nombreux ennemis mortels par ses polémiques virulentes, même parmi ceux qui ne suivaient plus la vision ptolémaïque du monde. Koestler montre à plusieurs reprises que cet aspect personnel de nombreuses batailles de Galilée a empêché d’autres scientifiques de travailler avec lui.32

Galilée avait le don rare de provoquer l’inimitié ; non pas l’affection alternant avec la rage que suscitait Tycho, mais l’hostilité froide et implacable que le génie plus l’arrogance moins l’humilité créent chez les médiocres. Sans ce contexte personnel, la controverse qui a suivi la publication du Sidereus Nuncius33 resterait incompréhensible »34.


Koestler ajoute de manière plus générale :

« Sa méthode consistait à ridiculiser son adversaire, ce qu’il réussissait invariablement, qu’il soit dans le vrai ou dans le faux. C’était une excellente méthode pour remporter un triomphe momentané et se faire un ennemi pour la vie » 35.

Solle le dit aussi :

 « Galilée ne craignait pas les attaques personnelles et les moqueries à l’encontre des autres, mais c’était le moyen le plus facile de se créer des ennemis »36.

Koestler commente une réponse immodérée de Galilée à un article anti-Ptolémaïque de l’astronome jésuite Horatio Grassi :

Lorsque Galilée a lu le traité, il a eu un accès de fureur. Il couvrit ses marges d’exclamations telles que “morceau d’asinité”, “éléphantine”, “bouffon”, “poltron malfaisant” et “vilain ingrat”. L’ingratitude consistait dans le fait que le traité ne mentionnait pas le nom de Galilée, dont la seule contribution à la théorie des comètes a été une approbation occasionnelle des vues de Tycho dans les Lettres sur les taches solaires37.

Fischer commente le même événement :

Il est difficile de décider quel est l’aspect le plus remarquable de ce débat : la procédure ouverte des Jésuites contre la physique aristotélicienne des cieux, l’inclination presque dévote d’Horatio Grassi devant l’autorité de Galilée, l’agressivité sans mesure de Galilée, qui a détruit tout ce que Grassi avait dit, ou la rhétorique ingénieuse de Galilée, qu’il a utilisée avec une grande habileté contre Grassi et Brahe, de sorte que Grassi en particulier est apparu comme un personnage pitoyable, qui ne savait pas de quoi il parlait … “38 .

Koestler parle d’un écrit vil et vulgaire de Galilée à l’encontre de B. Capra :

« Dans ses derniers écrits polémiques, le style de Galilée est passé de l’invective grossière à la satire, qui était parfois bon marché, souvent subtile, toujours efficace. Il passa du gourdin à la rapière, qu’il maîtrisa avec une rare aisance… »39

Pour illustrer la démesure de Galilée, Custance mentionne sa réaction face à la rumeur selon laquelle un dominicain de soixante-dix ans aurait mis en doute sa thèse lors d’une conversation privée. Galilée lui écrit une lettre sévère et lui demande des comptes. Le dominicain répondit qu’il était trop âgé et n’avait pas assez de connaissances pour juger la thèse de Galilée, et qu’il n’avait fait que des remarques privées dans une conversation afin de ne pas être traité d’ignorant. Galilée se sent toujours “attaqué”.40

Thèse 5 : Galilée refuse de partager ses découvertes

Galilée ignorait tous les autres chercheurs, ne les informait pas de ses découvertes et pensait qu’il était le seul à faire des découvertes scientifiquement pertinentes. En raison de cette attitude, certains enseignements condamnés par Galilée étaient déjà dépassés, notamment en raison des progrès réalisés par Kepler.

À en juger par la correspondance de Galilée et d’autres documents témoignant de l’opinion qu’il avait de lui-même, il était d’un égoïsme intellectuel fantastique et d’une vanité presque incroyable. Pour illustrer le premier point, on peut citer le fait désormais bien connu qu’il refusait de partager avec ses collègues ou avec des connaissances [telles que] Kepler la moindre de ses découvertes ou idées ; il prétendait même être le seul à pouvoir faire une nouvelle découverte ! Dans une lettre adressée à une connaissance, il s’exprime comme suit :

« Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser, Monsieur Sarsi, qu’il m’a été accordé à moi seul de découvrir tous les nouveaux phénomènes dans le ciel et à personne d’autre. C’est la vérité que ni la malice ni l’envie ne peuvent étouffer ».41

La relation entre Galilée et Johannes Kepler est un bon exemple de ce qui précède et des arguments contenus dans la thèse 4. Galilée avait partagé sa croyance dans le système copernicien avec Kepler dès le début de leur relation et Kepler avait accepté aveuglément, sans preuves, le livre de Galilée Le messager des étoiles.42 Mais Galilée a refusé de donner à Kepler un de ses télescopes, bien qu’il en ait donné à de nombreux dirigeants politiques du monde entier.43 Ce n’est que lorsque le duc de Bavière lui en a prêté un que Kepler a pu utiliser un télescope galiléen.44 Galilée a écrit ses découvertes à Kepler uniquement en anagrammes, de sorte que Kepler n’a pas pu les comprendre. Ce n’est que lorsque le duc de Bavière lui en a prêté un que Kepler a pu utiliser un télescope galiléen.44 Galilée n’a écrit ses découvertes à Kepler que sous forme d’anagrammes, de sorte que Kepler ne pouvait pas les comprendre, mais Galilée a pu prouver plus tard qu’il s’agissait bien de ses découvertes.45 Après cela, Galilée a rompu tout contact avec Kepler. Il a totalement ignoré le célèbre livre de Kepler, Astronomia Nova, qui contient la proposition essentielle des orbites elliptiques, bien qu’il ne s’agisse que d’un développement de Copernic et des découvertes de Galilée46 (cf. thèse 10).

Car il faut rappeler que le système que Galilée défendait était le système copernicien orthodoxe, conçu par le chanoine lui-même, près d’un siècle avant que Kepler ne jette les épicycles et ne transforme l’abstruse construction de papier en un modèle mécanique praticable. Incapable de reconnaître qu’un de ses contemporains avait une part de responsabilité dans les progrès de l’astronomie, Galilée a ignoré aveuglément et même suicidairement le travail de Kepler jusqu’à la fin, persistant dans sa tentative futile de matraquer le monde pour qu’il accepte une grande roue avec quarante-huit épicycles comme une réalité physique “rigoureusement démontrée”. 47

Thèse 6 : Galilée a été un mauvais témoin pour sa propre défense.

Galilée ne s’est pas seulement contredit pendant le procès. Lors d’une discussion orale, il a nié le système copernicien, qu’il avait défendu dans des écrits antérieurs. Koestler écrit à propos de la défense de Galilée au cours du procès :

« Prétendre, face à l’évidence des pages imprimées de ses livres, qu’ils disaient le contraire de ce qu’ils disaient, était une folie suicidaire. Pourtant, Galilée avait eu plusieurs mois de répit pour préparer sa défense. L’explication ne peut être recherchée que dans le mépris quasi pathologique que Galilée éprouve pour ses contemporains. Prétendre que le Dialogo avait été écrit pour réfuter Copernic était si manifestement malhonnête que sa cause aurait été perdue devant n’importe quel tribunal »48.

Si l’Inquisition avait eu l’intention de briser Galilée, c’était évidemment le moment de le confronter aux copieux extraits de ses livres – qui se trouvaient dans les dossiers devant le juge – de lui citer ce qu’il avait dit au sujet des crétins et des pygmées sous-humains qui s’opposaient à Copernic, et de le condamner pour parjure. Au lieu de cela, immédiatement après la dernière réponse de Galilée, les minutes du procès disent :

« Et comme on ne pouvait plus rien faire en exécution du décret, on obtint sa signature à sa déposition et on le renvoya. »

Les juges et l’accusé savaient qu’il mentait, les juges et l’accusé savaient que la menace de torture (territio verbalis) n’était qu’une formule rituelle, qui ne pouvait être mise à exécution …  »49.

Mais ces divergences et même cette hypocrisie se retrouvent tout au long de la vie de Galilée. Au début, vers 1604/1605, alors qu’une supernova très visible s’est rapidement affaiblie et qu’il n’était plus possible de démontrer la parallaxe, Galilée a parfois douté lui-même du système copernicien.50 En 1613, dans sa cinquantième année, Galilée a pour la première fois exprimé par écrit sa conviction que le système était vrai. Mais en 1597, il avait déjà affirmé la même chose dans une lettre privée à Kepler. Pendant 16 ans, « dans ses cours, il n’a pas seulement enseigné l’ancienne astronomie de Ptolémée, mais il a explicitement nié Copernic ».51 C’était le cas, même s’il n’y avait aucun danger à présenter le système copernicien.52

Il n’a avoué sa foi en Copernic que dans des discussions privées et des lettres. Plusieurs auteurs ont expliqué à juste titre cette attitude par la crainte de moqueries de la part d’autres scientifiques. Ce n’est qu’après être devenu célèbre grâce à ses découvertes dans le domaine de la mécanique, de la dynamique et de l’optique que Galilée a admis sa position copernicienne par écrit.

Fischer indique que Galilée pouvait parfois écrire des choses contraires à sa propre opinion53 , notamment dans le but de nuire à d’autres personnes.

Thèse 7 : l’expérimentation n’est pas nécessaire

Galilée n’était pas un scientifique strictement expérimental. Fischer écrit à propos du livre de Galilée De Motu (“Sur le mouvement”) :

On peut douter que Galilée ait fait beaucoup d’expériences pour prouver ses théories. Si tel avait été le cas, il est difficile de comprendre pourquoi il n’a jamais modifié sa position selon laquelle les objets légers sont accélérés plus rapidement au début de leur mouvement naturel que les objets plus lourds. D’après Galilée, de tels tests n’étaient ni nécessaires pour prouver sa théorie, ni suffisants pour la réfuter. Sa démarche était axée sur l’axiome 54.

Koestler se réfère au professeur Burtt, qui suppose que ce sont surtout ceux qui mettaient l’accent sur la recherche empirique qui n’ont pas suivi le nouvel enseignement en raison de son manque de preuves (cf. thèse 8).

Les empiristes contemporains, s’ils avaient vécu au XVIe siècle, auraient été les premiers à se moquer de la nouvelle philosophie de l’univers 55.

Thèse 8 : Pas besoin de preuve

Galilée a toujours agi comme s’il avait toutes les preuves, mais ne les présentait pas et ne pouvait pas les présenter, comme il le disait, parce que personne d’autre n’était assez intelligent pour les comprendre. Koestler écrit :

« Il utilise sa tactique habituelle qui consiste à réfuter la thèse de son adversaire sans prouver la sienne »56.

Comme Galilée ne travaillait pas de manière empirique (cf. thèse 7), mais considérait le système copernicien comme un axiome, il ne ressentait pas le besoin de preuves. Ce n’est que lorsqu’il a été mis sous pression parce qu’il présentait le système copernicien comme prouvé qu’il s’est trouvé en difficulté.

Lorsque le cardinal Bellarmin, qui était responsable du tribunal de l’Inquisition, a demandé amicalement à Galilée ses preuves, afin qu’il puisse accepter sa théorie comme une théorie prouvée, et lui a demandé par ailleurs de présenter sa théorie copernicienne comme une simple hypothèse, Galilée a répondu dans une lettre sévère qu’il n’était pas disposé à présenter ses preuves, car personne ne pouvait vraiment les comprendre. Koestler commente cette réponse :

Comment pouvait-il refuser de produire des preuves et en même temps exiger que la question soit traitée comme si elle avait été prouvée ? La solution du dilemme consistait à prétendre qu’il avait la preuve, mais à refuser de la produire, au motif que ses adversaires étaient de toute façon trop stupides pour comprendre 57.
Galilée a réagi de la même manière lorsque le pape lui-même a demandé des preuves.58

« Mais Galilée ne voulait pas porter le fardeau de la preuve ; car le nœud de l’affaire est, comme on le verra, qu’il n’avait aucune preuve »59.

Koestler écrit à propos d’une lettre antérieure de 1613 :

Pratiquement tous les chercheurs s’accordent à dire que Galilée n’avait aucune preuve physique de sa théorie.60 Certaines parties de la théorie de Galilée n’ont même pas pu être prouvées du tout parce qu’elles étaient erronées et déjà dépassées par les recherches de Kepler (cf. thèses 10 et 5).

Fischer résume :

« Il n’avait pas de preuves vraiment convaincantes telles que le déplacement de la parallaxe ou le pendule de Foucault »61.

Il ne faut pas oublier que l’hypothèse copernicienne elle-même n’a jamais été niée par l’Inquisition, mais seulement qu’elle ne pouvait pas être présentée comme une théorie scientifiquement prouvée ou comme une vérité. En fait, il n’a jamais été question de condamner le système copernicien en tant qu’hypothèse de travail.62 Le système copernicien n’était qu’une “hypothèse de travail officiellement tolérée, en attente de preuves.63

De plus en plus sous pression, Galilée finit par inventer une “arme secrète “64 : la théorie totalement erronée selon laquelle les marées sont causées par la rotation de la terre en tant que telle. Cette théorie, facilement réfutable, était considérée comme la preuve absolue et sûre du système copernicien!65

L’idée entière était en contradiction si flagrante avec les faits et si absurde en tant que théorie mécanique – le domaine des réalisations immortelles de Galilée – que sa conception ne peut être expliquée qu’en termes psychologiques 66.

William A. Wallace a utilisé des manuscrits récemment découverts pour montrer67 que Galilée savait parfaitement que la preuve finale du système copernicien faisait défaut et qu’il dissimulait cela sous sa rhétorique. Jean Dietz Moss a effectué des recherches sur ce type de rhétorique68 et identifie clairement comment les propres textes de Galilée montrent que Galilée savait qu’il devait combler les preuves manquantes par la rhétorique.

Thèse 9 : Ptolémée n’est plus un problème

À l’époque de Galilée, la science n’avait pas à trancher entre Ptolémée et Copernic. Le point de vue de Ptolémée, selon lequel toutes les planètes et le soleil tournent autour de la terre, n’est plus une option réelle. Il importe plutôt que “le choix se porte désormais sur Copernic et Brahe “69 , car tout le monde croyait que d’autres planètes tournaient autour du soleil. La question était de savoir si la terre se déplaçait elle-même ou si elle restait au centre de l’univers. Presque plus aucun expert ne croyait en l’astronomie ptolémaïque. Le conflit opposait Tycho Brahe à Copernic. 70

Tycho Brahe, prédécesseur de Kepler en tant qu’astronome de la Cour impériale allemande, s’en tenait à la position centrale de la Terre, tout en intégrant l’observation des autres planètes se déplaçant autour du Soleil.

Les arguments et les observations auxquels Galilée se référait étaient reconnus, mais ils ne réfutaient que le système ptolémaïque et ne favorisaient pas de la même manière le système copernicien. Ils étaient compatibles avec le système tychonien, qui avait l’avantage de maintenir la position centrale de la terre”.71
Galilée n’a jamais pris position sur cette question ni présenté d’arguments contre Tycho Brahe à l’exception de sa description polémique et totalement déformée du système de Brahe dans son ouvrage contre Horatio Grassi.72

Thèse 10. Galilée a défendu des hypothèses dépassées

Galilée s’est battu avec beaucoup d’obstination non seulement pour le système copernicien, mais aussi pour plusieurs hypothèses qui étaient dépassées et qui constituaient une rechute dans l’ancien système. L’élaboration de cette thèse est déjà contenue dans les thèses 5, 8 et 9. Galilée a défendu les “épicycloïdes” de Copernic, alors que Kepler avait déjà présenté une théorie bien meilleure.73

Son explication erronée des marées, déjà mentionnée, a été utilisée comme sa principale preuve du système copernicien, bien qu’elle soit indéfendable et que Kepler ait découvert la véritable cause des marées dans le pouvoir d’attraction de la lune.74

En 1618, Galilée a expliqué certaines comètes visibles dans un ouvrage enflammé comme étant des réflexions de la lumière, de sorte que personne n’a cru l’astronome jésuite Grassi, qui a réalisé que les comètes étaient des corps volants.75

De nombreux autres exemples ont été examinés par Koestler et Fischer.76

Thèse 11. Galilée a été victime de circonstances personnelles

Cette thèse traite de l’aspect personnel, la thèse suivante de l’aspect politique, bien qu’il ne soit pas facile de les distinguer.

Sous le prédécesseur du pape Urbain (VIII) et son successeur, aucun procès contre Galilée n’aurait eu lieu (voir les thèses 3 et 15). Galilée a été victime de la politique du pape Urbain VIII, qui lui avait été très favorable auparavant. Il ne faut pas oublier qu’en 1615, un premier procès contre Galilée devant le tribunal de l’Inquisition s’est soldé par une décision favorable à Galilée, en raison de l’expertise bienveillante des principaux astronomes jésuites.77

Galilée a été poursuivi en raison de la situation politique et de ses attaques personnelles contre le pape, jamais pour des raisons religieuses. Galilée a été poursuivi en raison de la situation politique et de ses attaques personnelles contre le pape, et non pour des raisons religieuses. Le pape avait entamé la procédure, tandis que le tribunal de l’Inquisition a calmé l’affaire au lieu de l’enflammer.

Le procès de Galilée s’est déroulé sous un pape impitoyable et cruel. Un dictionnaire sur les papes dit :

« Au sein de l’Église, le pontificat d’Urbain a été marqué par un népotisme illimité. Urbain VIII fut une figure tragique sur le trône papal. Son règne a été marqué par de nombreux échecs, dont il était lui-même responsable »78.

Koestler écrit à la fin de sa description du pape Urbain VIII, l’ancien cardinal Barberini, qui pour Koestler était « cynique, vaniteux et assoiffé de pouvoir séculier »79 .

fut le premier pape à permettre qu’un monument lui soit érigé de son vivant. Sa vanité était en effet monumentale et ostensible, même à une époque où la vertu de la modestie n’avait que peu d’utilité. Sa célèbre déclaration selon laquelle il “en savait plus que tous les cardinaux réunis” n’a d’égale que celle de Galilée selon laquelle il était le seul à avoir découvert tout ce qu’il y avait de nouveau dans le ciel. Tous deux se considéraient comme des surhommes et partaient sur la base d’une adulation mutuelle – un type de relation qui, en règle générale, se termine dans l’amertume 80.

Ce pape représentait également un danger pour la science. Le pape a paralysé la vie scientifique en Italie. Le centre de la nouvelle recherche se trouve dans les pays protestants du Nord. 81

L’affaire Galilée était donc principalement un problème intra-catholique et intra-italien, et non une gigantesque bataille entre le christianisme en tant que tel et la science en tant que telle. Le Tribunal de l’Inquisition n’a pas accusé Galilée d’enseigner contre la Bible, mais de désobéir à un décret papal.

Urbain VIII avait favorisé Galilée en tant que cardinal (cf. thèse 1) et lui avait même écrit une ode. Après être devenu pape en 1623, son affection pour Galilée s’est même accrue.82

Peu de temps avant le procès, l’amitié d’Urban s’est transformée en haine. Cela n’est pas seulement dû à la situation politique (cf. thèse 12), mais aussi à l’insouciance personnelle de Galilée, pour ne pas dire aux insultes. Galilée a obtenu du pape en personne le droit d’imprimer son œuvre majeure, Dialogo, avec l’autorisation d’y apporter quelques corrections mineures si nécessaire. Galilée a habilement contourné la censure papale et mis le principal argument d’Urban en faveur du système copernicien ( !) dans la bouche de l’imbécile “Simplicio” qui, dans le Dialogo de trois scientifiques, pose toujours des questions idiotes et défend la vision ptolémaïque du monde.

Mais il ne fallait pas beaucoup de ruse jésuite pour transformer l’adulation périlleuse d’Urban en la fureur de l’amant trahi. Non seulement Galilée était allé, dans la lettre et dans l’esprit, à l’encontre de l’accord de traiter Copernic strictement comme une hypothèse, non seulement il avait obtenu l’imprimatur par des méthodes ressemblant à une pratique brutale, mais l’argument favori d’Urban n’était mentionné que brièvement à la toute fin du livre, et mis dans la bouche du simple d’esprit qui, sur tout autre point, était invariablement prouvé comme ayant tort. Urban soupçonnait même Simplicius d’être une caricature de sa propre personne. C’était évidemment faux, mais le soupçon d’Urban persista longtemps après que sa fureur se fut apaisée… 83

L. Pastor, défenseur de l’infaillibilité papale, a tenté de démontrer que le pape n’avait joué qu’un rôle mineur dans le procès de Galilée et que l’Inquisition (anonyme) avait jugé plus sévèrement que ne l’aurait souhaité le pape, bon ami de Galilée.84 Solle a apporté des preuves convaincantes qu’en réalité, c’est tout le contraire qui s’est produit.85 Le pape a initié le procès pour des raisons personnelles, tandis que les inquisiteurs se sont montrés plutôt laxistes. Parmi les dix juges, certains semblent s’être surtout intéressés à leur propre avenir, tandis que d’autres ont freiné des quatre fers. En fin de compte, il manquait trois signatures à la décision finale, dont au moins deux en guise de protestation. Le seul cardinal qui a fait avancer le procès avec zèle est le frère du pape.

Les initiés ne pouvaient pas ignorer que l’ensemble du procès était douteux. Les hauts fonctionnaires de l’Église et le parti jésuite se sont montrés très réticents 86.

Koestler arrive également à la conclusion que c’est le pape qui a lancé le processus :

« Il ne fait guère de doute que la décision d’engager des poursuites a été prise par Urbain VIII, qui estimait que Galilée lui avait joué un tour de confiance »87.

Thèse 12. Galilée a été victime de circonstances politiques

Galilée a été victime de la politique du pape Urbain VIII, dont la tactique dans la guerre de Trente Ans était totalement confuse. Il a tenté de placer les villes italiennes sous son contrôle et a lutté contre toute opposition au sein de l’Église catholique. En 1644, il échoue dans toutes ces entreprises, bien qu’il ait fait quelques progrès au début.

La situation du Saint-Siège dépendait totalement des batailles politiques de l’époque. Solle écrit :

« Le conseil des inquisiteurs généraux est devenu le reflet des luttes entre les différents partis au sein de l’Église. Ni sous Borgia, ni sous Urbain, il n’était question d’astronomie ou de la foi de l’Église, mais toujours de politique ».88

« Nous devons revenir à la situation politique à Rome, qui a conduit à la transformation d’un astronome impolitique en un criminel. » 89

Fischer adopte un point de vue similaire :

Le souci de l’âme des gens n’était certainement pas le seul motif de l’action de l’Église. La guerre de Trente Ans avait commencé en 1618 et s’était achevée à l’époque du débat verbal. L’Église s’est retrouvée dans la bataille la plus dure pour son existence depuis le début de son histoire 90

Au début, le pape Urbain VIII soutient l’empereur catholique allemand, mais il passe à la France catholique et à la Suède protestante après que ces deux pays sont devenus des alliés. Il prend pour exemple l’impitoyable cardinal français Richelieu et est responsable de la prolongation de la guerre.

En 1627-1630, l’Italie subit en outre la guerre de succession de Mantoue. Au même moment, les deux puissances catholiques, l’Espagne et la France, toutes deux alliées du pape, commencent à se battre l’une contre l’autre. Le chef de l’opposition espagnole au Saint-Siège, le cardinal Borgia, entre en conflit avec le pape sur des questions politiques en 1632, parce qu’un traité de paix est en vue, alors que le pape veut que la guerre continue.91 Un tumulte parmi les cardinaux s’ensuit, après quoi le pape entame une grande purge politique au Vatican, qui touche plus ou moins par hasard tous ceux qui sont favorables à Galilée.92 Le pape entame de nombreux procès par l’Inquisition et devient un souverain de plus en plus cruel.

Les liens suivants ont probablement été fatals à Galilée, parce qu’ils étaient en opposition avec ceux du pape :

Le lien étroit avec la famille des Médicis, dont le prince toscan était issu, et qui, avec Venise93 , a combattu le pape et n’a été réhabilitée qu’après sa mort en 164494 .

Le lien avec l’Autriche95 et l’empereur Rodolphe II par l’intermédiaire de Kepler, le pape ayant lutté avec la France et la Suède contre l’empereur catholique allemand. Le prince de Toscane et l’empereur allemand sont des amis proches.96

Solle a montré en détail que c’est le début du nationalisme “moderne” qui a laissé Galilée entre les fronts du pape nationaliste, des villes italiennes et des partis de la guerre de Trente Ans.97

Ce n’est donc pas l’ombre d’une nuit sombre et moribonde qui a pesé sur le scientifique [Galilée], mais le début des temps modernes 98.

Hemleben, favorable à Galilée, a soutenu qu’il n’aurait pas eu à subir de procès s’il n’avait pas déménagé de Padoue à Florence, car Padoue dépendait de Venise, tandis que Florence dépendait de Rome.99 Padoue offrait une grande liberté à la recherche scientifique, car Venise était indépendante de Rome.100 Même les protestants y étudiaient,101 ce qui était impossible à Florence. L’un des meilleurs amis de Galilée, Giovanni Francesco Sagredo (1571-1620), avait déjà mis en garde Galilée en 1611 contre un déménagement à Florence, car il y serait dépendant de la politique internationale et des Jésuites.102 Mais Galilée a ignoré cette mise en garde et toutes celles qui ont suivi.

Thèse 13. Galilée a précédé Urbain VIII

Galilée est mort en 1642, deux ans avant la mort de son grand ennemi, le pape Urbain VIII, en 1644. Après la mort d’Urbain, toute la situation en Italie a changé et la famille des Médicis est revenue à l’honneur. Galilée aurait certainement été réhabilité (cf. thèse 12).103

Thèse 14. Galilée n’a pas rejeté sa foi

Galilée n’était pas un scientifique non chrétien du siècle des Lumières, mais un catholique convaincu.104

C’est en effet son effort pour démontrer la compatibilité de ses enseignements avec la Bible qui, entre autres choses, l’a mis en conflit avec l’establishment catholique.

Les pensées de Galilée sur la relation entre la foi et la science sont illustrées dans les citations mentionnées par Fischer dans la thèse 7. Solle ajoute :

« En tant que scientifique profondément croyant, Galilée ne pouvait pas vivre avec une divergence entre la science et la foi, qui semblait apparaître lorsqu’il a commencé à interpréter la Bible. En tant que laïc, il s’est heurté à une forte résistance de la part des théologiens… Ses tentatives d’interprétation de la Bible ont été l’une des raisons qui ont conduit au procès. Une autre raison était sa tentative de populariser le système copernicien. » 105

Parce que Galilée interprétait la Bible en tant que laïc et écrivait ses livres en italien courant, et qu’il était donc un précurseur du nationalisme italien (cf. thèse 15), il a rencontré la même résistance que Martin Luther avait rencontrée cent ans plus tôt lorsqu’il avait commencé à utiliser l’allemand dans ses écrits théologiques.

La préface de son principal ouvrage, Dialogo, indique clairement que Galilée ne voulait pas s’opposer à la Bible106 ou à l’Église catholique. Albrecht Folsing écrit :

« De nombreux admirateurs de Galilée aux XIXe et XXe siècles n’ont pu comprendre cette préface que comme une concession à la censure. Certains l’ont interprétée comme un contournement fripon du décret, d’autres comme une soumission indigne, d’autres encore comme une moquerie à l’égard de l’autorité de l’Église … . Pour notre part, nous voulons suggérer que ce texte est une expression authentique de l’intention de Galilée dans les conditions existantes. Le contenu est plus ou moins le même que celui de l’introduction de la lettre à Ignoli de 1624, qui n’avait pas besoin de l’approbation d’un censeur, puisqu’elle n’était pas destinée à être imprimée, mais qui visait à tester le degré de liberté que le pape et le siège romain accorderaient à la discussion scientifique. Même si l’on tient compte de ces aspects tactiques de ces textes (la lettre de 1624 et la préface du Dialogo), il n’y a aucune raison de douter des intentions honnêtes du fidèle catholique Galilée » 107.

En tant que défenseur de l’infaillibilité papale, L. Pastor a affirmé que le pape avait vu en Galilée un danger protestant, mais d’autres en doutent.108 D’une part, l’un des premiers critiques de Galilée était un pasteur protestant de Bohême;109 d’autre part, les écrits de Galilée ont été publiés et imprimés dans des États protestants et ont donc été connus. En outre, Galilée lui-même était un ennemi déclaré du protestantisme.110

Thèse 15. Galilée a défendu la science et la foi

Galilée n’était pas un scientifique qui niait toute métaphysique ou qui prônait la séparation de la foi et de la science (cf. thèse 14). Discutant une citation des Lettres de Galilée sur les taches solaires, Fischer parle en termes plus généraux :

Dans ces dernières phrases, on peut entendre un Galilée quelque peu différent de l’image de Galilée que donne l’interprétation traditionnelle.

La ligne principale des historiographies des sciences, de Wohlwill à Drake, présente Galilée comme un anti-métaphysicien et un anti-philosophe, comme l’initiateur d’une physique basée sur l’expérience et l’observation, comme le défenseur de la science contre les exigences illégitimes de la religion, comme le promoteur d’une séparation de la foi et de la science. Et maintenant, nous entendons une confession d’amour au grand Créateur comme but final de tout notre travail, y compris de notre travail scientifique ! La science comme perception de la vérité de Dieu ! … Les historiographes scientifiques en place ne peuvent se libérer du reproche d’avoir lu les écrits de Galilée de manière trop sélective”.111

Un peu plus loin, Fischer écrit à propos de l’interprétation erronée de l’œuvre de Galilée :

Cette interprétation erronée a conduit à l’incapacité d’évaluer correctement les premiers écrits de Galilée (“Juvenilia”), à ignorer de nombreuses sections à contenu spéculatif et métaphysique disséminées dans les écrits de Galilée, voire à une interprétation erronée de la compréhension par Galilée de la relation entre la science et la foi … “112 .

Références

Hemminger, H. et Hemminger, W., Jenseits der Weltbilder, Naturwissenschaft, Evolution, Schopfung, Quell Verlag, Stuttgart, Allemagne, pp. 201-202, 1991.
Hemleben, J, Galileo Galilei, mit Selbstzeugnissen und Bilddokumenten dargestellt, Rowohts Monographien 156, Rowohlt Verlag, Reinbek, Allemagne, 1969.
Schmutzer, E. et Schiltz, W., Galileo Galilei, Biographien hervorragender Naturwissenschaftler, Techniker und Mediziner 19, B. G. Teubner, Verlagsgesellschaft, Leipzig, Allemagne, 1983.
Fischer-Fabian, S., Die Macht des Gewissens, Droemer Knaur, Munich, Allemagne, pp. 149-200 (chapitre 4 : Galilei oder ‘Eppur si muove’), 1987. Fischer-Fabian commence son chapitre sur Galilée par des exemples de légendes sur Galilée qui ont été réfutées depuis longtemps (p. 149). Il veut néanmoins les utiliser comme des anecdotes, qui ne sont pas historiques mais contiennent une part de vérité (p. 150). Bien qu’il parle souvent des légendes galiléennes (par exemple, à la page 193, il montre que Galilée n’a jamais été torturé), son chapitre sur Galilée est une pure hagiographie, pleine d’héroïsme.
Freiesleben, H.C., Galilei als Forscher, Darmstadt, Allemagne, p. 8, 1968.
Par exemple, le culte du héros avec de nombreuses légendes sur Galilée dans le livre pour la jeunesse du professeur de physique français ; Maury, J-P., Galileo Galilei : Und sic bewegt sich doch !, Abenteuer-Geschichte 8, Ravensburg, Allemagne, 1990. (cf. ma critique dans Querschnitte Jan/Mar 4, p.23, 1991. Galilée aurait découvert grâce à son télescope “des preuves irréfutables de la vision copernicienne du monde” (voir la quatrième de couverture) !)
Molir, W, Naturwissenschaft und Ideologie, Aus Politik und Zeitgeschichte (Beilage zur Wochenzeitung Das Parlament) Nr B15/92, pp. 10-18, en particulier pp. 11-12, 3 avril 1992.
Custance, A.C., The medieval synthesis and the modern fragmentation of thought ; in : Custance, A.C., Science and Faith, The Doorway Papers VIII, Grand Rapids, MI, pp. 99-216, ici chapitre 3 : History Repeats Itself, pp. 152-167, 1978.
Koestler, A., Les somnambules : A History of Man’s Changing Vision of the Universe, Hutchinson, London, p. 425, 1959.
Galileo Galilei, Schriften, Briefe, Dokumente, 2, Berlin, Munic, 1987, ou toute collection anglaise des écrits de Galilée.
Fischer, K., Galileo Galilei, Munich, 1983. Fischer examine très bien dans quelle mesure Galilée a produit un réel progrès scientifique à son époque.
Koestler, Réf. 9, pp. 352-495 ; cf. note de bas de page 12yyy.
Solle, Z., Neue Gesichtspunkte zum Galilei-Prozeß, (mit neuen Akten aus böhmischen Archiven), ed. Hamann, G., Österreichische Akadernie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitziingsberichte 361, Veröffentlichungen der Kommission für Geschichte der Mathematik, Naturwissenschaften und Medizin 24, Vienne, 1980. Une très bonne introduction (sans notes de bas de page) à une vision alternative de l’affaire Galilée peut être trouvée dans les textes mentionnés de Gerhard Prause. Les historiens catholiques ont produit plusieurs réfutations et justifications de l’affaire Galilée, qui n’ont pas été utilisées dans notre article, bien qu’elles soient similaires, voir par exemple plusieurs articles dans : Coyne, G.V., Heller, M. et Zycinski, J., The Galileo affair : a meeting of faith and science ; in : Proceedings of the Cracow Conference 24 to 27 May 1984, Vatican City, 1985, et Brandinfiller, W, Galilei und die Kirche : Ein ‘Fall’ und seine Lösung, Aachen, Allemagne, 1994.
Koestler, Réf. 9, p. 426.
Solle, Réf. 13, p. 6.
Koestler, Réf. 9, p. 355-358.
Custance, Réf. 8, p. 154 avec d’autres documents ; cf. l’addendum dans Koestler, Réf. 9, p. 495.
Mudry, A., Annäherung an Galileo Galilei, introduction de l’éditeur, in : Galileo Galilei, Schriften, Briefe, Dokumente, vol. 2, Berlin et Munich, Allemagne, p. 29.
Index Liborum Prohibitorum (latin : Index des livres interdits), liste de livres autrefois interdits par l’autorité de l’Église catholique romaine parce que dangereux pour la foi et la morale des catholiques romains. La publication de cette liste a cessé en 1996 et elle a été reléguée au rang de document historique. The New Encyclopaedia Britannica, 15e édition, Encyclopaedia Britannica, Inc. Chicago, p. 285, 1992.
Koestler, Réf. 9, pp. 457-459 ; Koestler montre qu’à l’époque de Galilée, de nombreux livres ont été mis à l’index sans aucun inconvénient pour les auteurs. Il montre que même les livres des cardinaux et des censeurs qui jugeaient Galilée étaient mis à l’index.
Hemleben, Ref. 2, p. 167.
Koestler, Réf. 9, p. 426.
Koestler, Réf. 9, p. 426 ; cf. pp. 426-428 ; cf. à propos de la visite, Wohlwill, E., Galilei und sein Kampf für die copernicanische Lehre Vol. 1, pp. 366-392.
Maury, Réf. 6, p. 96. Totalement erronée est la perspective de Freiesleben, Ref. 5, p. 8, qui écrit, à propos de la période postérieure à 1610 : “A partir de ce moment, Galilée a essayé de faire reconnaître le système copernicien, en particulier par les représentants de l’Eglise. Malheureusement, il obtint le résultat inverse. ‘
Koestler, Réf. 9, pp. 431, 432.
Koestler, Réf. 9, pp. 442-443.
Notamment Prause, G., Niemand hat Kolumbus ausgelacht : Milschungen und Legenden der Geschichte richtiggestellt, Dfisseldorf, Allemagne, pp. 182-183, n.d.
Prause, G., Galileo Galilei war kein Mfirtyrer, Die Zeit, p. 78, 7 novembre 1980.
cf. Siemens, D.F., Letter to the editor, Science 147:8-9, 1965. Son autorité est Barber, B., Resistance of scientists to scientific discovery, Science 134:596 ff. 1961 ; cf, Custance, Ref. 8, p. 157. Le meilleur argument en faveur de cette thèse se trouve dans Wohlwill, Réf. 23.
Koestler, Réf. 9, pp. 369-370.
Schmutzer et Schütz, Réf. 3, p. 28.
Outre les citations dans le texte, d’autres exemples de la fureur de Galilée peuvent être trouvés dans Koestler, Ref. 9, pp. 431-432, 433-436, 362-361.
Galilei, G., Sidereus Nuncius (Messager des étoiles), Venise, 1610.
Koestler, Réf. 9, p. 368.
Koestler, Réf. 9, p. 452.
Solle, Réf. 13, p. 9.
Koestler, Réf. 9, p. 467.
Fischer, Réf. 11, p. 128-129 ; cf. thèse 10 sur cette bataille.
Koestler, Réf. 9, p. 363.
Custance, Réf. 8, p. 153.
Custance, Réf. 8, p. 153.
Koestler, Réf. 9, p. 370.
Koestler, Réf. 9, p. 375.
Koestler, Réf. 9, p. 378.
Koestler, Réf. 9, p. 376-377.
Fischer, Réf. 11, p. 169.
Koestler, Réf. 9, p. 438 ; cf. le paragraphe suivant, pp. 438-439.
Koestler, Réf. 9, p. 485.
Koestler, Réf. 9, p. 492.
Fischer, Réf. 11, p. 94.
Koestler, Réf. 9, pp. 357-358 ; cf. p. 431.
Koestler, Réf. 9, cf. thèse 1.
Fischer, Réf. 11, p. 138.
Fischer, Réf. 11, p. 53.
Cité par Koestler, Réf. 9, p. 461.
Koestler, Réf. 9, p. 478.
Koestler, Réf. 9, p. 449 ; cf. pp. 445-451, en particulier les pages 449-450 pour l’ensemble du débat.
Fischer, Réf. 11, p. 148.
Koestler, Réf. 9, p. 436.
Fischer, Réf. 11, p. 123 ; cf. Custance, Réf. 8, pp. 157, 154-155.
Fischer, Réf. 11, p. 122.
Koestler, Réf. 9, p. 437.
Koestler, Réf. 9, p. 437 ; cf. tout le paragraphe.
Koestler, Réf. 9, p. 464.
Koestler, Réf. 9, p. 464-467 ; cf. la thèse 10 sur la théorie des marées.
Koestler, Réf. 9, p. 454.
Wallace, WA, Galileo’s concept of science : recent manuscript evidence ; in : Coyne et al. (ed.), Ref. 13, pp. 15-40.
Moss, J.D., The rhetoric of proof in Galileo’s writings on the Copernican System ; in : Coyne et al. (ed.), Ref. 13, pp. 41-65.
Koestler, Réf. 9, p. 427.
Fischer, Réf. 11, p. 139 ; cf. p. 123.
Fischer, Réf. 11, p. 121.
Fischer, Réf. 11, p. 128-129 ; voir la citation de cette section sous la thèse 4 ; cf. Koestler, Réf. 9, p. 467-468.
Pour développer la thèse 5, cf. Koestler, Réf. 9, p. 378 et Custance, Réf. 8, p. 154.
Koestler, Réf. 9, pp. 464-467, 453-454.
Solle, Réf. 13, p. 13 ; cf. Koestler, Réf. 9, p. 467.
Koestler, Réf. 9 ; Fischer, Réf. 11.
Koestler, Réf. 9, p. 441-442.
Fischer-Wollpert, R., Lexikon der Päpste, Verlag Friedrich Pustet, Regensburg, Allemagne, p. 118, 1985.
Koestler, Réf. 9, p. 471.
Koestler, Réf. 9, p. 471 ; de même Fischer, Réf. 11, p. 145-146.
Solle, Réf. 13, p. 58.
Koestler, Réf. 9, p. 472.
Koestler, Réf. 9, p. 483.
Solle, Réf. 13, pp. 38-39.
Solle, Réf. 13, p. 64 et tout le livre de Solle ; cf. thèse 6.
Fischer, Réf. 11, p. 126 (avec de la littérature supplémentaire).
Koestler, Réf. 9, p. 482.
Solle, Réf. 13, p. 45.
Solle, Réf. 13, p. 22.
Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 25 ; cf. Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 26-27.
cf. Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 54.
Solle, Réf. 13, p. 55.
Solle, Réf. 13, p. 57.
Solle, Réf. 13, p. 64.
Solle, Réf. 13, p. 65.
Hemleben, Réf. 2, pp. 62-64 u. a.
Hemleben, Réf. 2, p. 62.
Hemleben, Réf. 2, p. 32.
Hemleben, Ref. 2, p. 63-64.
Solle, Réf. 13, pp. 64-71.
Cela a été prouvé très clairement par Pedersen, O., Galileo’s Religion, dans : ed. Coyne et autres, Réf. 13, pp. 75-102, en particulier pp. 88-92 sur la foi de Galilée en Dieu et pp. 92-100 sur sa foi catholique et son rejet de toutes les ‘hérésies’ non-catholiques.
Solle, Réf. 13, p. 9 ; cf. le jugement de Fischer, Réf. 11, p. 114-115, cité dans l’explication de la thèse 7.
cf. sur l’attitude positive de Galilée à l’égard de l’Ecriture, Wohlwill, Réf. 23, pp. 485-524, 542-555, en particulier p. 543.
Fölsing, A., Galileo Galilei, Prozess ohne Ende : Eine Biographie, Munich, Allemagne, p. 414 ; cf. aussi p. 414-415, 1983.
Suivant Solle, Réf. 13, p. 38.
Solle, Réf. 13, p. 7.
Wohlwill, Réf. 23, pp. 552-555 ; Pedersen, Réf. 104, pp. 92-100.
Fischer, Réf. 11, p. 114.
Fischer, Réf. 11, p. 115.

Islam et Hindouisme

Car tu as abandonné ton peuple, la maison de Jacob, Parce qu’ils sont pleins de l’Orient, Et adonnés à la magie comme les Philistins, Et parce qu’ils s’allient aux fils des étrangers. Le pays est rempli d’argent et d’or Ésaïe 2:6

De tout temps, les religions démoniaques orientales comme l’hindouisme ont influencé diverses civilisations.

La réincarnation

La doctrine la plus connue de l’hindouisme est la réincarnation. Et le Seigneur nous met en garde … La Bible est claire sur le sujet.

. il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement, … Héb 9:27 

Voici un court extrait de la brochure « Que penser de la réincarnation ? de J. M. NICOLE »1

C’est dans les religions de l’Inde que, depuis le 10e siècle avant Jésus-Christ, la théorie de la réincarnation s’est développée de la manière la plus systématique… Les justes souffrants sont en train d’expier des fautes commises dans une existence antérieure, les pécheurs qui échappent à leur punition dans cette vie se préparent une existence ultérieure douloureuse… La réincarnation s’est infiltrée dans certaines sectes chrétiennes. Les Manichéens (4e et 5e siècles) et plus tard les Albigeois (12e et 13e siècles) la préconisaient et y voyaient une possibilité de salut pour leurs auditeurs, imparfaitement dégagés des liens terrestres …

Cette croyance a largement influencé les sociétés du monde entier (surtout les cercles ésotériques et mystiques). Beaucoup de versets du Coran traduits semblent parler de résurrection, comme dans la Bible, mais en arabe, le Coran parle en fait de re-création, donc de réincarnation.

N’est-ce pas Lui qui commence la création, puis la refait, et qui vous nourrit du ciel et de la terre. Y a-t-il donc une divinité avec Allah?
Dis : “Apportez votre preuve, si vous êtes véridiques! ” Dis : “Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah”. Et ils ne savent pas quand ils seront ressuscités! S.27 :64-65.2

Ne voient-ils pas comment Allah commence la création puis la refait (la fait répéter)3? Cela est facile pour Allah. Dis : “Parcourez la terre et voyez comment Il a commencé la création. Puis comment Allah crée la génération ultime. Car Allah est Omnipotent”. S.29:19-20.

La majorité des traductions du Coran sont volontairement erronées, le texte arabe parle ici de (re)création ou « création plus tard ». Dans la Bible, Dieu a créé Adam et Eve, et nous sommes leur descendance. Dieu ne crée pas continuellement de nouveaux hommes à partir de la poussière, et des femmes de la côte des hommes. Un autre verset est tout aussi clair :

Et c’est Lui qui commence la création puis la refait (puis recommence); et cela Lui est plus facile. Il a la transcendance absolue dans les cieux et sur la terre. C’est Lui le Tout Puissant, le Sage. S.30:27.

Littéralement : Il (Allah) commence la création puis la reproduit. Combien de fois Allah doit-il reproduire sa création? Il ne s’agit pas de la résurrection chrétienne. La réincarnation dans l’Islam est encore clairement visible ici.

Comment pouvez-vous renier Allah alors qu’Il vous a donné la vie, quand vous en étiez privés? [vous étiez morts !] Puis Il vous fera mourir; puis Il vous fera revivre et enfin c’est à Lui que vous retournerez. S. 2:28

Encore une fois, presque toutes les traductions (françaises ou anglaises) mentent. Le français transforme le « vous étiez morts » en « vous en étiez privés / vous n’existiez pas » et le déplace en 2ème position. En arabe4, le cycle vies et morts est écrit littéralement ainsi :

كَيْفَ تَكْفُرُونَ بِاللَّـهِ وَكُنتُمْ أَمْوَاتًا فَأَحْيَاكُمْ ۖ ثُمَّ يُمِيتُكُمْ ثُمَّ يُحْيِيكُمْ ثُمَّ إِلَيْهِ تُرْجَعُونَ ﴿٢٨

1 – vous étiez mort; 2 – Allah donne la vie; 3 – Il fera mourir; 4 – Il fera revivre; 5 – On retourne à Allah
(et après, … combien de répétitions?).

La traduction allemande Khoury5 respecte cet ordre d’étapes 1 à 5 : Mahomet essayait de convaincre ses contemporains d’une fausse doctrine. Embarrassé par ces histoires de réincarnation, certains commentateurs musulmans veulent noyer le poisson, en disant que « vous étiez mort » signifie :

Vous étiez un sperme, de la semence, etc. … mais un sperme n’est pas mort, il est bien vivant !

La vie est sortie de l’eau

Au début il n’y avait rien sauf Brahman. Ensuite Vishnu est sorti de l’eau, puis Vishnu crée Brahman, qui est le dieu créateur, qui fait le monde par son propre corps. Ensuite Shiva se met en colère et détruit tout sauf Brahman.

Dans le Coran, on a aussi cette notion de création à partir d’eau :

Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite, Nous les avons séparés et fait de l’eau, toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas? (S21 :30)6

Ce verset contredit ce que les musulmans croient généralement :

– les djinns terrestres sont sortis du feu, les anges sont faits de lumière.

Pourquoi Mahomet affirme que toutes choses vivantes viennent de l’eau? Il adopte simplement les croyances populaires hindoues de son temps, tout comme nos contemporains de l’Ouest adoptent les mêmes croyances de l’orient (réincarnation) aujourd’hui.

Les première créatures

Certaines de ses croyances relatives au début du monde sont fantaisistes et ridicules, mélangeant créatures mythiques et guerres sans fin, comme dans l’hindouisme ou la mythologie grecque. Nous noterons que diverses théorie scientifiques actuelles de l’ouest font aussi appel à des théories de type science-fiction7  pour expliquer la naissance de la vie terrestre:

La Fatwa 93970 (Isamweb.net) répond ainsi à la question « Y avait-il de la vie avant Adam? »

Il y avait des créatures, et puis les anges disent qu’elles ont été corrompues par les djinns, et il y a eu un bain de sang, Allah a envoyé Satan et une armée, pour tuer les tueurs. Ils vivaient dans les montagnes d’une île.

Le site en question avance un verset du Coran

Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: «Je vais établir sur la terre un vicaire «Khalifa». Ils dirent: «Vas-Tu y désigner quelqu’un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier?»… (S2 :30)

Pourquoi Adam a-t-il dû répandre le sang (tuer)? Qui étaient ceux qui étaient sur terre avant? … La Librairie islamique en ligne8 nous informe ! Attention, cela reste incompréhensible mais cela devient coquasse !

On dit que la sentence était sur vingt-huit nations, … la plupart d’entre elles ont pour origine l’eau, l’air, le feu et la terre. Leurs corps sont comme des corps de lion et avec la tête d’un oiseau, ils ont des cheveux et des queues. Leur discours est un rugissement.

Il y a aussi une nation dont les gens ont deux visages, un devant et un derrière et de nombreuses pattes, et leur langage est comme le chant d’un oiseau.

Il y a aussi les djinns. La caractéristique des djinns, c’est une nation qui ressemble à des chiens avec des queues et leurs paroles sont des marmonnements incompréhensibles.

Il y a aussi une nation dans la création qui est comme de grands serpents avec des ailes, des pattes et des queues.

Il y a aussi une nation où chacun ressemble à la moitié d’un être humain, ils ont un œil, une main et une jambe, ils marchent en sautant et leurs paroles sont comme les paroles des chouettes.

Parmi eux se trouve une nation où chacun a des visages humains et des corps comme des tortues, et dans leurs mains sont des griffes et … leur discours sont comme les hurlements des loups.

Il y a aussi une nation où chacun a deux têtes et deux visages comme les visages d’un grand lion dont la langue n’est pas compréhensible,

et parmi eux se trouve une nation avec des visages ronds qui ont des cheveux blancs et des queues comme les queues de vaches bleues …

Il y a aussi une nation dans la création avec seulement des femmes, elles ont des cheveux et des seins, et il n’y a pas d’hommes.

La plupart des musulmans ignorent complètement ces récits ridicules de leur religion. Un enseignant9 musulman affirme :

L’information n’atteint pas le niveau de la vérité et il n’y a aucune preuve pour cela. Dans le Saint Coran ou la Sunna, ou la science moderne.

C’est une manière délicate de montrer sans le dire, que les sources de l’Islam non filtrées sont un ramassis de mensonges et de mythes. Et Il ajoute 3 mensonges de plus, en effet, ce musulman oublie que:

  • Le Coran parle de recréation / réincarnation et garde des traces des êtres préhumains et des guerres.
  • la science (moderne) des origines est aussi remplie d’énigmes et de fiction et mythes.
  • la Sunna (communauté islamique) avait et a encore des adhérents à ces doctrines. Nous présenterons les images d’un site qui prend ces récits très au sérieux.

Les sources autorisées de l’islam ne peuvent reprocher à certains d’y croire : Ibn Katheer, le commentateur10 du Coran le plus ancien et respecté en parle :

« avant Adam, Allah ordonna aux djinns de tuer les Vim et les gens vécurent après eux, car ces créatures avaient tué d’autres créatures en faisant couler leur sang »

Ces créatures avaient tués qui exactement ? On retrouve de cycle perpétuel de mort et re-création de créatures qui elles-mêmes ont été tuées par les djinns. Le site11 marocain hibazoom illustre et commente toute une série de ces créatures. Ces nations se nomment : Djinn, Bin, Hin, Khin, Min, Din et Nis… en tout 28 nations.

Nous comprenons de ce noble verset coranique, qu’il y avait des créatures qui habitaient la terre avant notre maître Adam, et que ces créatures étaient corrompues et assoiffées de sang …


Les Khins

De nombreux érudits ont mentionné que ceux qui versent le sang sont les djinns, mais les djinns n’ont pas de sang ! De nombreux livres et interprétations scientifiques ont discuté du fait que d’autres créatures étaient sur terre avant les fils d’Adam, ainsi Ibn Katheer le mentionne dans son livre (Le commencement et la fin)

« … Après que la terre se soit stabilisée et qu’elle se soit refroidie et que la vie ait commencé à se répandre à la surface de la terre … c’était à l’époque appelée l’ère protozoaire (qui est l’époque de la première création d’une cellule vivante sur le visage de la terre, selon l’estimation des scientifiques … c’est-à-dire il y a 2,5 milliards d’années), …. Il y avait des créatures plus proches des mutants primitifs d’origine organique qui ne se reproduisent pas sexuellement… et puis la création de nouvelles créatures avec la même forme (comme le montre l’image). Quant à la façon dont elles sont créées, elles commencent sous la forme de grand ver qui accélère sa croissance jusqu’à ce qu’il prenne la forme d’un organisme semi-debout, puis se transforme pour ressembler à un singe debout dans une certaine mesure, vieillit et vieillit et meurt après cela, et ses parties se mélangent avec le sol pour se transformer en boue sale d’où émergent d’autres descendants, et ainsi l’espèce se multiplie …

C’était une combinaison de boue et d’écorce d’arbre, et elle poussait au fond de l’eau chargée d’algues et parfois mélangée aux plantes vasculaires sauvages. Dès qu’ils posaient les pieds sur le sol, ils se multipliaient à une vitesse terrible, et en touchant l’eau, leurs racines devenaient des créatures plus fortes qu’eux, jusqu’à ce qu’elles deviennent lourdes en raison de l’absorption des minéraux du sol pour renforcer leur tronc de bois et comme s’ils avaient eux-mêmes des membres qui bougeaient avec eux au lieu de l’écorce de bois par laquelle ils marchaient et devenaient supérieurs dans leur entité boisée .

Les Nis (ou Nas) : Nos ancêtres


Les Mins

Ce sont des créatures de transition, elles sont issues des pucerons et ont évolué pour devenir des créatures marchant à quatre pattes. Elles sont considérées comme les premières créatures spirituelles à posséder un esprit mais qui sont peu coûteuses et se sont développées en plusieurs autres créatures dans la mer, l’air et la terre … Ce sont les ancêtres des humains.

Les Nins


Les Nins


Dans l’image (des Mins), on reconnaît le mot Allah de qui forme un pictogramme de cette ancienne écriture arabe.

On retrouve le terme Naas (issue de Nis) dans le Coran, dans presque chaque verset de la dernière sourate An-Naas (114:1,2,3,5,6) ce qui signifie, hommes ou humanité. Elle traite aussi de protection, de djinn et de celui qui souffle dans les cœurs.

Nous arrêterons ces inepties ennuyeuses et conclurons :

L’Islam n’est pas la 3ème « religion abrahamique », c’est un mélange de diverses religions païennes et idolâtres au plus haut point, incluant les mythes de l’hindouisme.

Le terme « religion abrahamique », est aussi par définition trompeur, car les religions sont créées par l’homme.

Le Dieu d’Abraham, Isaac et Jacob est un Dieu vivant, que l’homme n’a pas inventé, mais qui nous a créé.


  • 1Pour ceux qui veulent en savoir plus, nous conseillons le document : Que penser de la réincarnation ? de J. M. NICOLE, Editions de l’Institut Biblique de Nogent – 1980, ISBN 2-903100-11-X. Que nous avons sur notre site internet : vigi-sectes.org/que-penser-de-la-reincarnation/
  • 2Coran-en-ligne.com/Coran-en-francais.html
  • 3Pour ce verset et les suivants, la traduction allemande Zaïdan est plus honnête, nous la mettrons entre parenthèse : wie ALLAH die Schöpfung beginnen läßt, dann sie wiederholen läßt?!
  • 4Si vous n’avez pas un arabisant qui vous aide à traduire, la traduction automatique de Google, quoi que de pauvre qualité, donne un meilleur résultat : « Comment pouvez-vous faire l’expiation pour Dieu, quand vous étiez mort, et il vous rend vivant? Puis il vous met à mort, puis il vous ressuscite, puis à lui vous reviendrez »
  • 5Wie könnt ihr Gott verleugnen, (1) wo ihr tot waret und (2) Er euch lebendig gemacht hat? (3) Dann läßt Er euch sterben und (4) macht euch wieder lebendig, und dan (5) werdet ihr zu Ihm zurückgebracht.
  • 6Traduction allemande : « Haben denn diejenigen, die ungläubig sind, nicht gesehen, daß die Himmel und die Erde eine einzige Masse waren? Da haben Wir sie getrennt und alles Lebendige aus dem Wasser gemacht. Wollen sie denn nicht glauben? » tout ce qui est vivant a été fait d’eau.
  • 7La vie sur terre viendrait d’extra-terrestres. Il existerait non seulement des millions d’années nécessaires à la création mais aussi une multitude d’univers parallèles.
  • 8al-maktaba.org/book/8620/31 nous ne reproduisons qu’un extrait, en enlevant le difficilement traduisible.
  • 9youtube.com/watch?v=Et20s-RiGwg
  • 10Ibn KatheerI Vol. 1-haddith 58-59.
  • 11http://hibazoom.com/m/news142970.html
    Il est très difficile de faire des recherches sur ce sujet aujourd’hui, seuls quelques sites internet islamistes en parlent, certains semblent sérieux, d’autres sont remplis de publicités diverses du type « sites de rencontres », et essayent de vendre leur matériel. On nage dans les « égouts de l’Islam » pour faire de telles recherches.

Créationisme et évolutionnisme en francophonie

Quoi! Dieu aurait dit: Vous ne mangerez point de tout arbre du jardin! (Genèse 3:1b Osterwald)

Au début du 19ème siècle, la littérature catholique comme protestante, datait l’histoire du monde depuis la création et Adam.

Histoire abrégée de la religion avant la venue de Jésus-Christ, par Lhomond, 1817

L’apologie chrétienne ne peut faire abstraction de la création divine. Un des fondateur de notre association, Paul Ranc, écrivait un jour :

Il faut constater, avec regret, que toute doctrine fausse a comme point de départ une déviation d’interprétation sur un point capital. En ce qui concerne la Rose-Croix, la pierre d’achoppement sur laquelle elle trébuche est la doctrine de la Création. Cette doctrine, au demeurant fort importante est, à part quelques exceptions près, assez négligée.

La Création est, avec la Chute et la Rédemption, le noyau central de toute la doctrine chrétienne.

Si nous voulons connaître ce qu’est la vie chrétienne, il est nécessaire que nous sachions le pourquoi et le comment de la Création. Après cela, même si nous ne comprendrons jamais le pourquoi de la chute, nous serons en mesure de saisir et d’accepter l’œuvre de la rédemption.

Si l’un des points de cette triade est enlevé, il ne reste pour ainsi dire pratiquement rien. (La Rose-Croix, Mythe ou Réalité. P. 268)

Il est donc important d’aborder ce sujet, car en effet, l’Evangile perd saveur et puissance, si le récit de la Création connaît un “renouveau” [ndlr : évolutionnisme théiste à tort se voulant créationnisme biblique], qui lui confère la valeur d’un conte pour enfants, duquel on s’efforce en vain, d’en tirer un enseignement.

Le débat créationnisme (dit littéral) versus l’évolutionnisme (dit théiste) … a fait rage aux USA, mais était moins virulent en Europe, et le monde évangélique francophone a rejoins sans heurt les positions séculières des grandes Eglises : le protestantisme luthérien, ainsi que le catholicisme dans sa manière d’appréhender le livre de la Genèse, en un récit seulement littéraire et non littéral.

Ce récit est désormais présenté, osons le reconnaître, comme non historique.


Nous n’argumenterons pas ici les allants et venants de ce débat, d’autres sources(1) le font, mais nous mentionnerons au moins la nécessité de connaître l’existence de ce sujet devenu presque tabou, et de se positionner (au bon endroit. 🙂 ).

  • Adam a-t-il écouté Ève qui a écouté le serpent ou pas?
  • La mort et le péché existaient avant lui ou pas?
  • Tout était très bon au 6ème jour, ou ne l’était pas?

On ne peut s’assoir entre deux chaises.

Mon fils, cesse d’écouter l’instruction qui fait errer loin des paroles de la connaissance. (Proverbes 19:27)

Depuis 50 ans, des pointures dans l’enseignement théologique comme Tim Keller, ou Henri Blocher en France, ont massivement contribué à faire sombrer la communauté chrétienne dans cette vision évolutionniste, qui n’est ni bibliquement fondée, ni scientifique. Bien que toutes les facultés de théologie ne jurent que par ces deux là, certaines critiques exposent très bien l’enjeu.

Inévitablement, une nouvelle œuvre à la croix dénué d’une nécessité historique est désormais établie dans l’évolutionnisme théiste. Les théologiens influencés par ce consensus peuvent pleurer des larmes chaudes en disant que la foi chrétienne a été vidée de sa substance, …mais cette substance,  il l’ont rejetée eux-mêmes.

Le début de la Bible

Cette substance est justement dans l’Histoire, le premier mot de la Bible étant: Béréshit = littéralement “Dans un … , ou au commencement”, il est établi que c’est cette historicité qui nous fait découvrir la première action et propriété de notre Dieu, Lui qui n’est dans aucun commencement. L’histoire du passé, présent et futur est l’élément l’introduction qui nous permet de connaitre celui qui connait tout, et de ne pas rester sans connaissance (sans science).

Mais le consensus du chrétien large s’associe au consensus scientifique (une intégrale d’énigmes) tout comme l’esprit laïque de ce siècle et rejette sans honte l’histoire de la puissance de Dieu dès la Genèse. 

Bara, en premier …

En hébreux Bara (= créa) est le 2ème mot de la Bible, mais est la première action après avoir situé l’action dans le temps. Ce seul mot Bara, balaye comme une tornade, ou mieux comme une réelle explosion notre obscurantisme (et celui de notre dernière génération chrétienne trop bien initiée dans la fausse science, un scientisme d’incrédules), ayant obscurci l’acte créateur de Dieu. La création est si importante qu’elle vient en tout premier (en premier, après le terme Béréshit = dans un commencement, il fallait d’abord dire que c’est bien d’histoire qu’on parle).

Le terme Bara est employé 3 fois dans le premier chapitre des Écritures, et répond à 3 questions existentielles de la création :

  • La création de la matière (Ge 1:1)
  • La création de la vie animale (Ge 1:21)
  • La création de l’Homme (Ge 1:21)

Écritures orthodoxe juif récent, la datation du monde
et les âges pré-déluge ne sont pas remis en cause

Une œuvre incomplète ?

On lit sur le site internet bénédictin de l’abbaye de Notre-Dame de Trior… :

Dans sa Regula, saint Benoît parle explicitement du travail (cf. chap. 48). Jésus, dans l’Évangile de Jean, défend son action le jour du shabbat : « Mon Père (…) est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre » (5, 17)… Dieu Lui-même est le Créateur du monde, et la création n’est pas encore achevée. C’est ainsi que le travail des hommes devait apparaître comme une expression particulière de leur ressemblance avec Dieu qui rend l’homme participant à l’œuvre créatrice de Dieu dans le monde. »

ndtriors.fr/vie-benedictine/

Cette affirmation est en en totale opposition à la Parole de Dieu. L’homme travaille dans la création de Dieu, oui, mais n’est pas co-créateur de cette création, qui est par ailleurs achevée.


Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.  Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.  (Genèse 1:31-2:1-3)

Confusion totale

La confusion du rejet du créationnisme concerne la perte des distinctions immuables, que les enregistrements archéologiques pourtant confirment :

  • l’Homme ou l’animale,
  • L’eau, la terre, le ciel, les astres
  • Les plantes, les arbres ou les animaux,
  • la matière sans vie ou la vie,
  • l’homme ou la femme.
  • Le péché ou la justice,
  • Le créateur ou la créature, …

Chaque auteur(2) Evangélique qui perpétue une confusion sur la création, peut aussi crier haut et fort « on croit à l’inerrance des écritures » comme Tim Keller, qui a une énorme influence dans les milieux évangéliques (et notamment chez les réformés). Il est un véritable loup prêchant un évangile social, étant lui-même un ancien marxiste.

Mais les livres de ces auteurs, enseignés dans les établissement de théologie aux futurs pasteurs, parlent pour eux-mêmes et révèlent, appelons le comme c’est, l’incrédulité de leur auteurs devant la création.

Cette incrédulité prétend ne s’adresser qu’à une (fausse et méprisable) interprétation littérale de la Genèse, mais elle s’adresse tout simplement à toute la Parole de Dieu, si puissante et tranchante, aux textes littéraires et littéraux de Genèse à l’Apocalypse. Les conséquences et implications de l’ historicité de la Genèse sont visibles à l’époque néotestamentaires, jusqu’aux fruits pourris d’aujourd’hui, dans l’athéisme de la nouvelle génération dans les familles de croyants.

L’évolutionnisme théiste de Mr. Collins et son association Biologos (sensée être chrétienne) , s’est transformé en une union d’athéistes qui renient la résurrection (de 2015 à 2020 selon un de ces membres). Son sécularisme militant agresse les Écritures et le peuple de Dieu au plus haut point. La perte de repères de Collins est manifeste en ce qu’il milite pour la philosophie L_G_B_T_+ et que le NIH (une organisation de santé américaine qu’il a dirigée) fait la promotion et supporte des expériences sur des souris avec des tissus d’avortons, voir le magazine scientifique nature, mais le NIH se soucie plus du bien-être des souris expérimentales (greffées de tissus humains) que des avortés.

Dieu a-t-il vraiment dit?

Le plus vieux mensonge du monde se perpétue aussi dans nos écoles bibliques libérales : Pour ce qui est de la théorie de l’évolution, Henri Blocher et sa disciple Lydia Jaeger en sont le fer de lance, Blocher écrit dans son livre « la foi et la raison »:

« Considérons, par exemple, le fameux soleil de Josué qui se serait arrêté – impliquant l’arrêt de tout le système solaire pendant quelques heures, avec abolition de toutes les lois de la gravitation. Est-ce vraiment cela que dit le texte ? Il ne le semble pas. »

« Robert Dick Wilson a pu démontrer … que le langage biblique signifie, en réalité, qu’une éclipse a eu lieu. »

« Le miracle a été la coïncidence, dans le plan de Dieu, entre la bataille et l’éclipse (que des astronomes instruits auraient pu prévoir, avec son temps exact). »

p. 121

Derrière ce soit disant « langage de la Bible ou langage littéraire » se manifeste le rejet contemporain de la parole de Dieu, que nous avons hérité de certaines philosophies et religions grecques (Actes 17:22-24) où Dieu aurait apporté la matière, les ingrédients, créé des lois, fermer la marmite, et laisser bouillonner (évoluer) le monde sans interagir. A Paul de dire :

Si je suis un ignorant sous le rapport du langage, je ne le suis point sous celui de la connaissance, et nous l’avons montré parmi vous à tous égards et en toutes choses. 2Cor 11:6 

De quelle FOI parle-t-on?

Le « discours persuasifs de la sagesse … des hommes » reniant « la puissance de Dieu » (1 Cor 2:4-5) ne conduira pas à une foi « fondée » avec laquelle «  nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. » Héb 11:3.

C’est au contraire de l’anti-foi pure: Dieu est impuissant et absent, les (petits-) enfants de chrétiens deviennent, comme il se doit, athéistes.

De quelle RAISON parle-t-on?

Notre frère Théologien Pierre Amey, lors du 2ème congrès Bible et Science (2022) déplore cette situation avec compassion, et pose la question :

Suis-je trop vieux pour ne pas comprendre qu’une éclipse produit de la nuit et non du jour … ? NDLR : vieux ou aussi destitué d’intelligence (Romain 1:21))

Les « discours persuasifs de la sagesse … des hommes» … se révèlent de « vains… raisonnements et hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu » 2Cor 10:5; Rom 1:21, 1Cor 3:20, Philippien 2:14

Les débatteurs aimant la parole de Dieu

JM Berthoud – créationniste – milite pour une vision polychromatique à la fois littéraire ET littérale de la Genèse, versus Henri Blocher – évolutionniste – qui milite pour une vision monochromatique renouvelée, seulement littéraire de la Genèse (laissant beaucoup de questions bibliques de l’AT et du NT non traitées dans sont ouvrage, considéré comme le plus exhaustif sur le sujet en Français :

Celui qui observe la loi (l’instruction, la Torah, les Écritures) est un fils intelligent,

Mais celui qui fréquente les débauchés fait honte à son père. 
Proverbes 28:7 

Des débats existent (2) même si le débat est si souvent refusé par la plupart des évolutionnistes séculiers ou théistes (Lydia Jaeger) !

Et ils ont fait leur travail, nous présenterons un passage de la conclusion (demeurant très respectueux et aimant des intervenants) d’un(3) de ces débats : JM Berthoud avec Henry Blocher :

JM Berthoud écrit :

C’est ainsi votre constante opposition de l’interprétation littéraire à l’interprétation littérale que je mets en question. Car le débat véritable n’est aucunement prose contre poésie, interprétation littéraire contre interprétation littérale, mais interprétation vraie contre interprétation fausse. La véritable opposition est style littéraire vrai contre style littéraire faux, style littéral vrai contre style littéral faux. ( … )

Je ne peux comprendre que vous puissiez ainsi ignorer le danger que représente pour le peuple de Dieu votre manie à inciter le lecteur à l’admiration d’auteurs infidèles à la Foi. Non qu’il soit inutile de lire les ouvrages de tels hommes et de profiter des lumières que Dieu leur a donné dans sa grâce générale, mais nos ancêtres dans la foi, les Athanase, les Chrysostome, les Viret, les Bucer, les Spurgeon et les Machen avaient une conception plus haute de leurs responsabilités pastorales et un sens plus aigu des dangers épouvantables pour les mêmes et pour l’Eglise de Dieu que représente l’hérésie. ( … )

Si nous avons d’abord abordé la question de votre attitude face à la Révélation divine des origines sur ce plan formel littéraire c’est que nous restons fermement convaincus de votre sincérité, de votre profond souci de plaire au Seigneur et d’œuvrer pour le bien du peuple de Dieu. Mais, comme nous ne le savons que trop bien pour nous-mêmes, il se trouve malheureusement bien souvent un écart entre notre volonté de plaire à Dieu et nos réalisations. Vous avez beau vous récrier de votre orthodoxie, à l’égard de laquelle nous ne voudrions émettre de doute, cependant le mal est fait. Jouer sur plusieurs tableaux, voir pratiquer un double langage, comporte de graves dangers!

Votre ouvrage a puissamment servi à détruire certaines défenses immunitaires indispensables à la survie du peuple de Dieu obligé à respirer l’atmosphère spirituellement et doctrinalement polluée de cette fin de siècle. Il ne vous est pas possible simplement de rejeter la responsabilité sur ceux de vos lecteurs qui vous auraient mal lu. Nous sommes tous responsables des conséquences qu’entrainent nos actes et Je crains que ceux qui ont poussé votre pensée plus loin que vous ne le souhaitiez ont, sur certains points, que trop bien lu votre livre. Tel un catalyseur, vos hypothèses dangereuses ont favorisé les réactions les plus malsaines. C’est cette passion renouvelée pour le vrai et ce dégoût du mal, d’abord en nous-mêmes, dans nos propres cœurs, dans nos pensées et dans nos actions, qui permettra le retour de cet esprit de repentance sans lequel il ne peut y avoir de salut ni pour le peuple de Dieu, ni pour un monde lancé à une allure terrifiante sur la piste de son autodestruction.

calvinisme.ch

Henri Blocher s’associe avec fierté à des sommités du catholicisme (étant elle même critiquée par des catholiques victimes de sectes) et cite en effet positivement des auteurs athéistes ou plus que controversés, comme par exemple, Teilhard de Chardin.

Le four et le foyer de l’enseignement biblique est souillé de cet animal impur et mort, qu’est l’évolutionnisme théiste. D’autres débats rejetant ce mensonge accepté et cette continuelle manipulation sont encore à faire dans le monde chrétien.

Tout objet sur lequel tombera quelque chose de leurs corps morts sera souillé; le four et le foyer seront détruits: ils seront souillés, et vous les regarderez comme souillés.  (Lévitique 11:35)


Notes :

  • (2) Livres évolutionnistes (dit théistes):
    – M. Y. Boloré : Dieu, la science, les preuves, L’aube d’une révolution
    – La révélation des origines, de Blocher Henri
    – Comprendre Genèse 1-11 Aujourd’hui, de Matthieu Richelle
  • (3) http://calvinisme.ch/index.php?title=RAMBERT_Serge_-%22R%C3%A9v%C3%A9lation_des_origines%22_de_Henri_Blocher-_Une_r%C3%A9ponse
  • http://calvinisme.ch/index.php?title=BERTHOUD_Jean-Marc_-_Henri_BLOCHER_-_D%C3%A9bat_public_sur_la_doctrine_biblique_de_la_cr%C3%A9ation
  • Il est bien entendu recommandé de lire l’entièreté de ce débat et l’ample correspondance entre Henri Blocher et Jean-Marc Berthoud dans son livre “Création, Bible et Science” (ISBN-10 : 2825138878, ISBN-13 : 978-2825138878) qu’on peut trouver sur amazon


Les vidéos “chrétiennes” sensationnelles de Youtube

Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. (2Jean 1:8-9 )

On note une recrudescence pendant les temps de crise de consommation de vidéos “chrétiennes” sur youtube.

Certaines œuvres sont sensationnelles, mais demeurent édifiantes et encourageantes, œuvres de missionnaires zélés, citons :

D’autres, ne sont qu’un “rassemblement” de demi-vérités ou “fausses vérités non vérifiables” et extrapolations pseudo-scientifiques et pseudo-chrétiennes, mises à la sauce sensationnelle de conspiration et parfois de mysticisme. Elles nuisent alors au témoignage chrétien.

Nous recevons beaucoup de vidéos Youtube de ce genre à visualiser, (ou de pamphlets ou pages internet à lire). Pour certaines personnes crédules, elles sont la nourriture exclusive: fast-food d’enseignement chrétien.

Conseil :

Un chrétien ne devrait pas :

  • Ingurgiter “les yeux fermées” et adhérer à des vidéos desquelles on ne peut pas TOUT vérifier soi-même dans les Ecritures. (Actes 17:11)
  • Considérer comme vérités établies, des informations qui vont plus loin que l’Ecriture. (2 Jean 1:9)

Nous sommes dans les derniers temps, et même les chrétiens se font séduire.


2Ti 4:3  Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.

Au contraire, la parole de Dieu nous encourage

  • à bien vérifier la factualité des faits :  Nombres 35:30 ; Deu 19:15 ; 2Cor 13:1 
  • Privilégier les œuvres de serviteurs de Dieu qui persévèrent jusqu’à la la fin de leur vie. heb 13:7.
    (Un livre vient de sortir d’un vieux missionnaire : “Otage d’un groupe armé au Tchad” Témoignage de Paul Horala)

Voici un exemple de vidéo sensationnelle d’une chrétienne “bien intentionnée” , mais qui ne sait pas toujours de quoi elle parle, elle cite des termes (Transhumanisme, intelligence artificielle, vaccins révolutionnaires) et sciences qu’elle ne maîtrise pas, en leur donnant un aspect sensationnel et surréaliste que ni le consensus scientifique de ce siècle (qui pourtant est capable de croire de la science-fiction), ni les Ecritures ne leur accorde :.

Human 2.0? A Wake-Up Call To The World, Dr. Carrie Madej (mirror)

L’échange suivant entre un chrétien qui s’interroge sur cette vidéo en question (Human2.0) nous enseigne d’avantage: Le Dr Tour un spécialiste scientifique chrétien recommandable de renommée internationale en nanotechnologie lui répond.


Cher Dr Tour,

J’espère que vous et votre famille serez en sécurité et en bonne santé.

J’écris aujourd’hui avec un but et une question, mais laissez-moi d’abord vous dire que je suis un de vos «fan de YouTube». Soit vous, John Lennox, Steven Maher, Gary Habermas ou Eric Metaxas êtes souvent la dernière voix que j’entends avant de m’endormir. Vous avez tous rendu ma foi et ma compréhension plus profonde, et vous m’avez rapproché du Christ, alors merci (je sais que vous n’êtes pas un grand fan de «l’approche intellectuelle» de la foi, mais cela m’a énormément aidé).

Passons donc à ma question – je publie ci-dessous un lien vers une vidéo d’une médecin-chercheuse nommée Carrie Madej. La vidéo dure 21 minutes, mais j’espère que vous trouverez le temps de la regarder. Ce qui est postulé semble impossible, mais à l’époque d’aujourd’hui, qui sait?
Le Dr Madej y discute du vaccin Moderna, du DARPA, de l’hydrogel et de l’utilisation de la nanotechnologie. Franchement, cela sonne un peu «marque de la bête» -ish. Ses conclusions sont pour le moins inquiétantes. Cela m’a rappelé un peu une conférence récente de Lennox sur le transhumanisme, bien que sans rapport avec le vaccin en soi.

Cela pourrait-il être possible? …


Réponse de Jame Tour :

Cher M. xxx,

merci pour vos aimables paroles. Ce n’est pas un sac de farine avec des asticots. Le sac est à moitié plein d’asticots. Il y a tellement de choses pour lesquelles elle a complètement tort. Je ne sais pas par où commencer. Il y a d’autres endroits où elle dit la vérité, mais elle prens de la biologie normale et l’a peint comme inhabituelle et diabolique. De nombreux virus modifient notre ADN pour toujours. Voilà comment ils fonctionnent. C’est épigénétique et fait partie de la vie de tous les organismes. Et la façon dont elle connaît l’intention derrière les actions des gens me surprend, à moins qu’elle ne soit une prophétesse. Et certaines choses que je ne peux pas vérifier car je n’ai pas accès aux informations qu’elle prétend avoir, et je ne suis pas un prophète.

Ses informations sur les hydrogels sont totalement absurdes!


Jim Tour, qui est submergé de demande de ce type, ajoute :

Veuillez m’excuser de devoir vous envoyer cette lettre pré-rédigée, mais cela s’explique.

Chaque semaine, je reçois ~ 5 livres d’auteurs et d’éditeurs aimables à lire et / ou à réviser, ~ 25 documents PDF à lire, ~ 25 liens Web à lire, ~ 25 liens vidéo à regarder et des centaines de courriels de personnes aimables comme vous . J’ai un travail de jour de professer et de faire de la recherche qui occupe 65 à 70 heures par semaine sur le campus. Je trouve que le maintien d’un programme de recherche actif demande d’énormes efforts pour se tenir au courant de la littérature, augmenter le financement de la recherche grâce à la rédaction de subventions, diriger plus de 30 étudiants et post-doctorants dans les laboratoires de recherche, rédiger des manuscrits de recherche et faire la tâche souvent oubliée de la réflexion. J’enseigne également des classes, parfois aussi grandes que 300 élèves. Je voyage beaucoup, j’ai un ministère supplémentaire d’environ 15 heures par semaine, je suis fondateur / conseiller de 14 start-up (dont deux entreprises publiques), j’ai un podcast, je suis mari, père et grand-père , et je prends parfois soin de mon père en convalescence. Il reste donc peu de temps. En plus de cela, je me lève très tôt pour passer du temps dans la méditation biblique et la prière – certains suggèrent même que j’utilise ce temps biblique pour lire le matériel qu’ils m’ont envoyé, mais je refuse (Néhémie 6: 3).

Par conséquent, je dois refuser de lire les volumes qui m’ont été envoyés car ma profession de chimiste de recherche consomme une grande partie de mes heures de lecture. Je refuse plus de 95% de mes invitations à des entretiens, ou à parcourir le monde pour parler dans des universités, des entreprises, des églises, des réunions professionnelles et des réunions gouvernementales, ou pour écrire ou parler pour des blogs ou des vlogs, ou pour participer à des entreprises commerciales d’autres. Et je dois refuser les nombreux petits déjeuners, déjeuners et dîners et conversations auxquels je suis gracieusement invité.

De nombreuses personnes bienveillantes, cherchant mon bien-être et celui du monde, veulent que je reprenne leur bannière personnelle d’intérêt pour une cause religieuse ou sociale (immigration, racisme, avortement, trafic d’êtres humains, toxicomanie, maladie mentale, activisme politique, évolution théiste, conception intelligente, créationnisme progressiste, créationnisme jeune-terre, créationnisme sur la vieille terre, terre plate, numérologie, catholicisme, adventisme du septième jour, islam, mormonisme, judaïsme rabbinique, végétarisme, pour n’en nommer que quelques-uns qui m’ont été proposés), suggérant même que mon incapacité à porter la bannière avec eux me rend complice d’une transgression. Je reconnais que bon nombre d’entre elles sont de nobles causes et j’essaie de bien faire pour plusieurs d’entre elles, mais je ne peux pas porter autant de bannières de peur de s’effondrer. Je n’ai pas non plus les heures pour expliquer ma station sur les sujets – même si j’ai une station.

Je dois aussi refuser de répondre à la myriade de questions scientifiques et spirituelles qui me sont posées. Le premier faute de temps et le second parce que je ne suis pas théologien mais simplement chimiste. Et si je réponds à une question pour quelqu’un, je trouve que cela engendre plus de questions de leur part à un rythme exponentiel.

En ce qui concerne les questions sur le COVID-19, je ne suis ni virologue ni immunologiste, donc je ne peux rien dire de substantiel sur le sujet. Mais je me réjouis tellement que Dieu ait arrêté la peste depuis que les projections du nombre de morts atteignaient les millions, et le nombre de morts est beaucoup moins élevé – bien que chaque vie perdue soit une tragédie. Dieu a entendu et exaucé les prières de son peuple pour nous épargner la dévastation qui aurait pu être, et je vous en remercie. Comment la chimie ou la nanotechnologie peuvent-elles aider? Les chimistes aident à comprendre la structure de la liaison des anticorps et des protéines. La nanotechnologie peut aider dans les systèmes de filtration de l’air et les capteurs.

Mon dilemme en offense certains parce qu’ils pensent que ce qu’ils m’envoient est un «must see», ou lorsqu’ils m’invitent que je devrais vraiment accepter l’invitation. Mais la plupart comprennent ma situation difficile et ils apprécient que j’ai même pris le temps de répondre ici avec merci – parce que j’apprécie vraiment le geste aimable et je suis honoré que les gens m’ont contacté. J’espère que vous comprenez et donc pardonnez-moi.

D’un autre côté, les désespérés me demandent parfois de parler avec un être cher (enfant ou conjoint, par exemple) qui a vacillé ou abandonné la foi en Jésus-Christ en raison d’un conflit entre la science et la Bible. Dans ces cas, j’essaie volontiers d’aider dans la mesure où l’être cher m’écoutera. (Jacques 5:20)

«Grâce à vous et paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ.» Philémon 3

Dieu vous protège,

Que l’attitude du frère Jim Tour nous encourage, soyons critique envers les fables (Eph 5:11), chimères et sacs de farines véreux. La connaissance de la Parole de Dieu en profondeur, de A à Z nous éclaire.

Beaucoup de croyants qui délaissent leur lecture régulière et chronologique de la Bible, restent mal affermis, et se détournent de ce qui est vraiment sensationnel: La Bible nous dit quelles choses doivent nous impressionner : Elles restent toujours les même, elles sont dans la Parole de Dieu par les prophètes et par son Fils.

Annexe : Présentation du Dr Tour

James Tour, est un juif messianique, à la fois créationniste et scientifique renommé.

Attaqué par les athées :

Son témoignage :

Quelques unes de ces vidéos, toutes recommandables :

Les évolutionnistes se retirent de l’arène de la science

NDLR: Nous publions cet article discutant la science et l’étude des origines. Nos différents échanges controversés relatifs aux pseudo-médecines, pseudo-sciences, et philosophie quasi-religieuse aboutissent souvent à la question des origines et de l’infaillibilité des Écritures. Cet article montre que la foi chrétienne ne repose pas sur un ou plusieurs mythes.

Le jour de la mort de l’astrophysicien Stephen Awking, j’étais au CERN, celui qui apporta la nouvelle avait presque les larmes aux yeux. 10 ans auparavant ce scientifique (quasi religieusement) reconnu par le grand public avait fait un discours.
Il y a retracé l’histoire de l’étude des origines par les astrophysiciens, (très intéressante). On remarque que chaque fois que l’on croit avoir percé un mystère, un autre plus grand mystère fait face, et quand le consensus scientifique ne peut expliquer la nouvelle énigme du commencement, (bien entendu sans reconnaître le Créateur) un nouveau modèle scientifique est créé (parfois plus proche de la science-fiction que de la science) amenant d’autres énigmes. Hawking a présenté une image cocasse du pape et d’un scientifique mis en prison par l’Eglise. (Manière malhonnête, très superficielle et expéditive de classer la seule explication possible au Commencement: il n’y a pas de création sans créateur).

Puis Il a clairement affirmé que les scientifiques , confrontés aux énigmes, n’ont pas voulu reconnaître l’existence d’ un Dieu créateur. C’est un choix et non une conclusion basée sur des faits observés.


(Tel que publié dans le Journal of Creationism, Vol. 23:3, décembre 2009, pp. 121-127.)

Cette année, le bicentenaire de la naissance de Darwin et le 150ème anniversaire de la publication de son livre célèbre, a vu beaucoup de réflexion sur l’histoire de la théorie de l’évolution. En effet, il est difficile pour un créationniste du 21e siècle d’apprécier l’optimisme étourdissant qui entourait l’évolutionnisme d’il y a un siècle. Les observations scientifiques directes sur le terrain avaient été formalisées en un argument cohérent pour les origines naturalistes au détriment du créationnisme surnaturel. Cela a commencé avec Charles Lyell voyageant de façon intensive en Europe et en Amérique du Nord pour recueillir des faits géologiques en faveur de ses théories du gradualisme uniformitariste. Les idées de Charles Darwin provenaient de son travail de terrain lors de son voyage maintenant célèbre et de ses observations en tant que naturaliste. Quelques décennies après les écrits de Darwin, une série de découvertes de fossiles d’hominidés (comme les Néandertaliens, l’homme de Java et l’homme de Piltdown) semblaient confirmer des prédictions clés sur l’évolution humaine. Les arguments d’Haeckel en matière d’embryologie furent présentés de manière proéminente. Huxley offrit à Bathybius, la boue draguée du fond de l’océan, comme le lien entre les substances chimiques non vivantes et la vie simpliste. Les créationnistes, d’un autre côté, étaient divisés et incapables de mettre sur pied une réfutation efficace.

Au début du XXe siècle, quelques difficultés ont émergées dans la théorie de l’évolution, dues à la spécialisation accrue des biologistes et à la difficulté de concilier une recherche génétique naissante avec l’évolution graduelle et le mécanisme de la sélection naturelle. Pendant la décennie de 1936 à 1947, la synthèse darwinienne a réconcilié les idées de plusieurs branches de la biologie qui s’étaient séparées, en particulier la génétique, la systématique, la morphologie et la paléontologie. À certains égards, cette période fut le point culminant scientifique de l’évolutionnisme. La synthèse darwinienne devint le paradigme dominant incontesté de la communauté scientifique.

Encore aujourd’hui, la position scientifique de presque toutes les grandes universités et institutions gouvernementales demeure inchangée. Mais depuis le milieu du 20ème siècle une nouvelle tendance intéressante a émergé. Les théoriciens de l’évolution ont été contraints, étape par étape, de renoncer progressivement aux preuves sur le terrain. Certaines des preuves mentionnées ci-dessus ont été démontrées être des fraudes et des canulars. D’autres découvertes ont porté un coup aux attentes et aux prédictions des évolutionnistes. De plus en plus, ils ont été contraints d’intégrer des mécanismes ad hoc dans la théorie de Darwin pour accommoder les preuves. Leur retraite vers des positions infalsifiables est maintenant évidente dans tous les domaines où ils ont  triomphé. Examinons comment les théoriciens darwiniens sont passés de prédictions concrètes et preuves scientifiquement observables à des positions métaphysiques dans plusieurs domaines clés de la recherche.

Cosmologie

Le paradigme régnant en cosmologie est le Big Bang. Malgré des observations initiales prometteuses d’un univers en expansion et d’un fond diffus cosmologique, l’idée d’une origine explosive non guidée par une main intelligente s’avère de plus en plus problématique. Ces dernières années, il est devenu clair qu’il existe de nombreuses propriétés de notre univers qui, si elles étaient légèrement différentes, rendraient la vie impossible. De plus, il semble même que notre place dans la galaxie soit intentionnelle.i

Les chances d’un Big Bang fortuit produisant un tel univers sont incroyablement petites. Les cosmologistes évolutionnistes ont réagi en spéculant sur d’autres univers différents de notre univers (“multivers”), pour améliorer les chances d’un tel univers idéal existant par hasard. 

« Manquant d’invoquer un créateur bienveillant, beaucoup de physiciens ne voient qu’une seule explication possible: notre univers n’est peut-être qu’un des univers peut-être infiniment nombreux dans un multivers inconcevable. La plupart de ces univers sont stériles, mais certains, comme le nôtre, ont des conditions favorables à la vie. »ii 

Bien sûr, tous ces autres univers sont toujours au-delà de notre détection. Ils sont une construction métaphysique, une position de pure foi. La “théorie des cordes,” une branche de la physique théorique qui, malgré deux décennies de travaux, n’a pas encore produit de confirmation expérimentale, est prédominante dans les modèles multivers. Toutes les preuves observables indiquent que notre univers a été délibérément conçu.

La théorie du Big Bang a rencontré d’autres problèmes. L’univers est beaucoup trop grumeleux. Cela n’a pas de sens qu’il y aurait de vastes espaces vides entre les galaxies avec des milliards d’étoiles. Les scientifiques ont postulé l’existence de la matière noire froide pour résoudre ce problème. Il n’y a pas de preuve claire à ce sujet; ce n’est qu’une construction pour sauver la théorie. De plus, la preuve expérimentale montre que l’univers présent a une courbure géométrique très faible dans son espace-temps (il est presque plat). Les arguments théoriques bien établis suggèrent qu’il s’agit d’un résultat très improbable de l’évolution de l’univers à partir d’un Big Bang, à moins que la courbure initiale soit confinée à une gamme de possibilités incroyablement étroite. Bien que ce ne soit pas impossible, cela ne semble pas très naturel. Les théoriciens ont postulé “l’inflation” au début du Big Bang, mais c’est un ajout ad hoc supplémentaire pour essayer de résoudre les problèmes.

Pendant de nombreuses années, les créationnistes ont soutenu que l’existence de comètes dans notre système solaire est une indication d’une jeune Terre.iii Si la Terre avait des milliards d’années, toutes les comètes auraient dû brûler depuis longtemps. Les évolutionnistes ont répondu en proposant un essaim de noyaux de comètes à la périphérie de notre système solaire (le nuage d’Oort) commodément au-delà de notre observation. Ce nuage d’Oort est encore une hypothèse sans support empirique.

Tout en critiquant l’origine surnaturelle (et scientifiquement inobservable) présentée dans Genèse 1, les évolutionnistes ont fini eux-mêmes par se replier sur des positions métaphysiques. Paul Davies déclare que le Big Bang

« représente la suspension instantanée des lois physiques, le soudain brusque éclat de l’anarchie qui a permis à quelque chose de sortir de rien. Cela représente un vrai miracle… »iv

Géologie

Les géologues évolutionnistes ont largement abandonné l’uniformitarisme classique adopté par Lyell il y a un siècle. Ils admettent maintenant que les grands gisements de la terre ont été déposés de façon catastrophique. Carlton Brett, de l’Université de Cincinnati a déclaré:

« L’accumulation du registre stratigraphique permanent implique dans de nombreux cas des processus qui n’ont pas été, ou ne peuvent pas être observés dans les environnements modernes…il y a des événements extrêmes…avec des magnitudes si grandes et dévastatrices qu’ils n’ont pas été, et ne pourraient probablement pas, être observés scientifiquement »v

Considérons les commentaires de David Raup de l’Université de Chicago:

« …les géologues et les paléontologues contemporains acceptent généralement la catastrophe comme un “mode de vie”, bien qu’ils puissent éviter d’utiliser le mot catastrophe… Les périodes de calme relatif ne représentent qu’une petite partie du registre. Le temps est presque révolu où un géologue regarde une telle séquence, mesure son épaisseur, estime la quantité totale de temps écoulé, puis divise l’un par l’autre pour calculer le taux de dépôt en centimètres par millier d’années. »vi

Bien que maintenant engagés dans le néo-catastrophisme, ces évolutionnistes chercheront toujours à protéger la colonne géologique standard avec ses grands éons dans lesquels l’évolution peut se produire. Ils soutiennent que de multiples catastrophes ont constitué la colonne géologique; cependant, ils étaient séparés par de longues périodes de calme géologique. 

« L’ouragan, l’inondation ou le tsunami peuvent faire plus en une heure ou un jour que les processus ordinaires de la nature n’ont accompli en mille ans….En d’autres termes, l’histoire de n’importe quelle partie de la terre, comme la vie d’un soldat, se compose de longues périodes d’ennui et de courtes périodes de terreur. »vii

Mais il y a peu de preuves empiriques pour les “longues périodes d’ennui” puisque la plupart des couches géologiques sont conformes et ne montrent aucune preuve d’érosion ou de bioturbation. John Morris expose succinctement les choses:

« La preuve du temps est le manque de preuve physique. Pratiquement toutes les preuves réelles dans les roches indiquent des processus d’inondation catastrophiques qui ne durent que peu de temps. »viii

Paléontologie

La plus grande difficulté perçue pour le darwinisme il y a un siècle était l’absence de formes transitionnelles confirmatrices documentant la transformation graduelle proposée à partir d’un ancêtre commun. Darwin a écrit,

« La géologie ne révèle certainement aucune série organique si bien échelonnée, et c’est là, peut-être, que se trouve l’objection la plus apparente et la plus sérieuse qu’on puisse opposer à la théorie. Je crois que l’explication se trouve dans l’état d’imperfection des documents que la géologie met à notre disposition. »

Stephen Gould, de l’Université Harvard, a conclu,

« Les archives fossiles ont causé plus de chagrin que de joie à Darwin. Rien ne l’affligea plus que l’explosion cambrienne, l’apparence coïncidente de presque tous les dessins organiques complexes… »x

C’était l’espoir sincère de Darwin que plus tard les découvertes de fossiles résoudraient cette “objection sérieuse” contre sa théorie. Les principaux évolutionnistes ont admis que cet espoir doit maintenant être abandonné. 

« Darwin lui-même, …a prophétisé que les futures générations de paléontologues combleraient ces lacunes par une recherche diligente …Cent vingt ans de recherches paléontologiques plus tard, il est devenu très clair que le registre fossile ne confirmera pas cette partie des prédictions de Darwin. Le problème n’est pas non plus un registre misérable. Le registre fossile montre simplement que cette prédiction est erronée. »xi

Quatre caractéristiques non darwiniennes sont abondantes dans le registre fossile: l’apparition abrupte, la stase après cette apparition, les lacunes systématiques entre les formes de vie, et l’absence de phylogénie identifiable (ancêtres évolutionnaires et descendants). Stephen Gould a résumé cela dans son oeuvre maîtresse The Structure of Evolutionary Theory:

« …Le récit lui-même illustre si bien le fait central du registre fossile – l’origine géologiquement abrupte et la stase subséquente de la plupart des espèces…. L’anatomie peut fluctuer avec le temps, mais les derniers vestiges d’une espèce ressemblent beaucoup aux premiers représentants. »xii

Mais plutôt que de concéder que les fossiles ne fournissent aucune preuve convaincante d’une évolution graduelle et que l’explosion cambrienne ressemble beaucoup à la création, les évolutionnistes de premier plan ont postulé que toute l’évolution se produisait en effusions soudaines, trop rapidement pour être enregistrées dans le registre fossiles (équilibre ponctué). 

« Le registre révèle maintenant que les espèces survivent généralement pendant une centaine de milliers de générations, voire un million ou plus, sans beaucoup évoluer. Nous semblons obligés de conclure que la plupart des évolutions se déroulent rapidement…un modèle ponctuel d’évolution…opéré par un mécanisme naturel dont les effets majeurs sont provoqués exactement là où nous sommes le moins capables de les étudier – dans de petites populations localisées et transitoires…L’idée ici est que si la transition était généralement rapide et la population petite et localisée, les preuves fossiles de l’événement ne seraient jamais trouvées. »xiii

Ces effusions sont précédées et suivies de longues périodes de stase. Une fois de plus on dit que l’évolution se passe derrière le rideau où elle ne peut pas être observée, à l’abri de la falsification. 

« Les paléontologues ont payé un prix énorme pour l’argument de Darwin. Nous nous considérons comme les seuls vrais étudiants de l’histoire de la vie, mais pour préserver notre récit favori de l’évolution par la sélection naturelle, nous considérons nos données comme si mauvaises que nous ne voyons presque jamais le processus même que nous professons étudier…. »xiv 

Il s’agit d’une retraite claire vers une position métaphysique, et non empirique encore une fois!

La biologie

Les scientifiques classiques croyaient, il y a deux cents ans à peine, au vitalisme, l’idée que la matière non vivante comme la terre, le foin humide ou la viande en décomposition avait une vitalité innée telle qu’une vie “simple” en émanait spontanément. Seulement quelques années après que Darwin ait publié son travail séminal, Louis Pasteur a mené la fameuse réfutation scientifique de la génération spontanée dans laquelle il a stérilisé et scellé des pots de nutriments, démontrant que seule la vie engendre la vie – la loi de la biogenèse. Sans se laisser décourager, Thomas Huxley poursuivit courageusement un scénario naturaliste d’origine de la vie, inventant le terme d’abiogénèse. Dans un essai, il écrit,

« Le carbone, l’hydrogène, l’oxygène et l’azote sont tous des corps inanimés. Parmi ceux-ci, le carbone et l’oxygène s’unissent dans certaines proportions et dans certaines conditions pour donner de l’acide carbonique; l’hydrogène et l’oxygène produisent de l’eau; l’azote et d’autres éléments donnent naissance à des sels azotés. Ces nouveaux composés, comme les corps élémentaires dont ils sont composés, sont sans vie. Mais quand ils sont réunis, dans certaines conditions, ils donnent naissance à un corps encore plus complexe, le protoplasme, et ce protoplasma présente le phénomène de la vie. Je ne vois aucune rupture dans cette série d’étapes dans la complication moléculaire… »xv

Des millions de dollars et d’innombrables heures ont été dépensés en laboratoire pour essayer de mettre au point un mécanisme de synthèse de la vie. Mais plus on en apprend sur la structure de la cellule, plus le gouffre apparaît entre la chimie brute et la forme de vie autorépliquable imaginable la plus simple. Hoyle emprunta à ses collègues scientifiques leur croyance dans l’abiogénèse:

« Ils préconisent la croyance que caché dans la nature, en dehors de la physique normale, il y a une loi qui fait des miracles (à condition que les miracles soient une aide pour la biologie). Cette curieuse situation repose étrangement sur une profession qui a longtemps été consacrée à l’élaboration d’explications logiques des miracles bibliques. »xvi

La réponse de nombreux évolutionnistes a été de postuler des lois inconnues de la prédestination chimique. Paul Davies a imaginé que

« des sortes de processus physiques auto-organisants pourraient élever un système physique au-dessus d’un certain seuil de complexité et à partir de ce point ces nouvelles lois de complexité commenceraient à se manifester, conférant au système une efficacité inattendue à s’auto-organiser et s’auto-complexifier. 
« …Selon l’ordre de ces lois, le système pourrait être rapidement orienté vers la vie ».xvi 

ReMine souligne qu'”Il remplace simplement les anciennes forces mystiques inconnues par de nouvelles forces “naturalistes” inconnues. De toute façon il ne s’agit pas de science.”xviii

Au cœur de la biologie de l’évolution est l’idée de la sélection naturelle. Mais la sélection naturelle a été formulée de diverses manières pour donner aux théoriciens de l’évolution un avantage maximum. Lorsqu’ils sont confrontés au raisonnement circulaire inhérent à la

survie du plus apte,

les apologistes évolutionnistes se replient souvent vers des scénarios spéciaux simplistes ou montrent comment les monstres inaptes sont clairement éliminés par la sélection naturelle. L’argumentation de Kitcher suit cette ligne:

« L’exemple de coloration cryptique chez les mites fournit une démonstration particulièrement bonne de la façon dont les allégations sur les raisons de la valeur sélective peuvent être évaluées de façon indépendante. »xix 

Mais même si cela était vrai, elle n’a aucun pouvoir explicatif comme théorie générale. .

En fin de compte, le seul pouvoir explicatif large vient d’une formulation métaphysique qui est complètement impossible à tester. Voici l’orientation prise par Dobzhansky:

« Aucun biologiste ne peut juger de manière fiable quelles caractéristiques sont neutres, utiles ou nuisibles à une espèce donnée. »xx 

Les darwinistes semblent préférer l’équivoque et un assortiment amorphe de théories ad hoc (comme l’hypothèse de la reine rouge, l’hypothèse stationnaire, l’hypothèse de l’équilibre changeant, et d’autres histoires “ad hoc”) qu’admettre que la sélection naturelle scientifique se limite à être un simple mécanisme de conservation (comme les créationnistes l’ont toujours soutenu).

La génétique

Claude Shannon a d’abord formulé une définition de l’information dans son livre de 1948, The Mathematical Theory of Communications. La théorie de l’information de Shannon convient pour décrire les aspects statistiques de l’information, par exemple les propriétés quantitatives des langues qui dépendent des fréquences. Rien ne peut être dit sur le sens ou non d’une séquence donnée de symboles. La question de la correction grammaticale est également complètement exclue à ce niveau.”xxi Les créationnistes comme Werner Gitt ont mené la charge en développant la théorie de l’information moderne et en l’appliquant à la génétique et au débat sur les origines.xxii La théorie de l’information prédit que des routines informatiques tout aussi utiles ne se produiront pas de manière aléatoire, de sorte que l’augmentation de l’information de l’ADN pour coder les fonctions biologiques ne se produira pas sans une intervention intelligente.

Certains évolutionnistes reconnaissent le problème. “La théorie de la communication – ou la théorie de l’information, comme elle est connue aujourd’hui – dit que le bruit détruit l’information, et que le processus inverse, la création d’informations par le bruit, semblerait être un miracle. Un message émergeant par lui-même d’un silence radio serait aussi surprenant que la marée faisant des empreintes sur la plage. Nous revenons sans cesse au même vieux problème: la seconde loi de la thermodynamique insiste sur le fait que l’information ne peut pas plus naître spontanément que la chaleur peut passer du froid au chaud.”xxiii

Mais la plupart des darwinistes préfèrent brouiller les cartes en utilisant des définitions simplistes et imprécises de l’information comme celle développée par Shannon.xxiv Non seulement cette obfuscation joue en leur faveur, mais elle place l’analyse de l’information dans un domaine où la quantification et l’analyse rigoureuse deviennent extrêmement difficiles, voire impossibles.

Les évolutionnistes ont montré peu d’intérêt pour la modélisation précise de la génétique des populations. Les créationnistes ont développé un programme informatique remarquable appelé Mendel pour aider à cette modélisation.xxv La réponse des darwinistes a été décevante. La génétique des populations en général, et le dilemme de Haldane en particulier, ont été un défi pour les scénarios évolutifs. Haldane a démontré qu’il y avait des limites sévères à la vitesse à laquelle l’évolution pouvait se produire en raison de la rareté des mutations bénéfiques et des taux de reproduction réalistes.xxvi Les évolutionnistes ont cherché à enterrer le problème et à laisser la confusion régner plutôt que d’adopter une science vérifiable.

L’une des tactiques de débat préférées des évolutionnistes a été d’obscurcir ces questions avec des arguments de probabilité nébuleux. Qu’ils soient confrontés aux défis de l’origine de la vie, à la complexité biologique ou aux arguments de la génétique des populations, les darwinistes sont enclins à se replier vers le confort du temps long pour permettre les exploits biologiques impossibles. 

« Le temps est en fait le héros de l’intrigue…si on lui donne autant de temps, l’impossible devient possible, le possible probable, et le probable virtuellement certain. Il suffit d’attendre: le temps lui-même fait des miracles. »xxvii

Conclusion

Malheureusement, le retrait des positions scientifiquement vérifiables s’est accompagné d’une arrogance et d’une intolérance encore plus grandes de la part des évolutionnistes. Au lieu de débattre de ces questions, ils préféraient rabaisser l’opposition et déclarer pompeusement la théorie de l’évolution au-delà de tout besoin de vérification. Cela a commencé au milieu du XXe siècle et continue aujourd’hui avec le politiquement correct dans le milieu universitaire et le déni des opportunités scientifiques pour les créationnistes et les théoriciens du dessein intelligent.xxviii

La déclaration historique de Teilhard illustre une telle arrogance: “L’évolution est au dessus de toute vérification, comme aussi à l’abri de tout démenti ultérieur de l’expérience….Une théorie, un système, ou une hypothèse, l’évolution?… Non point : mais, bien plus que cela, une condition générale à laquelle doivent se plier et satisfaire désormais, pour être pensables et vrais, toutes les théories, toutes les hypothèses, tous les systèmes. Une lumière éclairant tous les faits, une courbure que doivent épouser tous les traits.”xxix

Peut-être qu’aucune meilleure confirmation du déplacement vers le métaphysique dans l’évolution ne peut être fournie que par le “volte-face” exécuté par l’évolutionniste Michael Ruse. Le Dr Ruse était le témoin expert en philosophie des sciences dans le procès historique de la Cour suprême, Edwards vs Aguillard. Sa position publique à cette époque était claire: “L’évolution est un fait, un fait, un FAIT!”xxx Tout en restant évolutionniste, Ruse a clairement reconnu ces dernières années le caractère métaphysique de la théorie évolutionniste moderne, l’appelant même une religion. 

“En particulier, je soutiens que tant dans l’évolution que dans la création nous avons des réponses religieuses rivales à une crise de foi – des histoires des origines rivales, des jugements rivaux sur le sens de la vie humaine, des ensembles de dictats moraux rivaux et surtout ce que les théologiens appellent des eschatologies rivales – des images du futur et de ce qui attend l’humanité.”xxxi

Le déplacement des évolutionnistes vers des théories métaphysiques et des modèles invérifiables laisse les défenseurs du dessein seuls dans l’arène du débat scientifique sur les origines! Ainsi notre travail en tant que créationnistes du 21ème siècle a quelque peu changé. Bien qu’il demeure important de faire du travail de terrain et de la recherche pour accumuler des preuves supplémentaires soutenant le créationnisme, le défi croissant est d’unifier les preuves confirmant que nous avons en un modèle cohérent. De plus, les créationnistes doivent diffuser le message, arracher le micro et le podium des griffes des évolutionnistes qui cherchent à dominer le dialogue national sur les origines. À cet égard, il est très utile, au cours de cette année historique, de faire connaître la retraite régulière de nos adversaires évolutionnaires de l’arène de la science testable.

  1.             Voir Gonzales, G., Richards, J., The Privileged Planet, Regnery Publishing, 2004.
  2.             Folger, Tim, “Science’s Alternative to an Intelligent Creator: the Multiverse Theory,” Discover, décembre, 2008.

   iii.            Voir Morris, Scientific Creationism, Creation-Life Publishers, San Diego, CA, 1974, p. 158.

  1.             Davies, Paul, The Edge of Infinity, New York: Simon and Schuster, 1981, p. 161.
  2.             Brett, Carlton L., “A Slice of the ‘Layer Cake’: The Paradox of ‘Frosting Continuity,'” Palalaios 15:495-498, 2000.
  3.             Raup, David M., Chicago Field Museum, Univ. of Chicago, “Geology and Creationism” Field Museum of Natural History Bulletin, Vol. 54, No. 3, mars 1983, pp. 16-25.

vii.            Ager, Derek, The Nature of the Stratigraphical Record, NY: John Wiley and Sons, 1981, p. 54, p. 141.

viii.            Morris, John, The Young Earth, Master Books, Green Forest AZ, 2007, p. 97.

  1.             Darwin, Charles, De l’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie, 1872, p. 307.
  2.             Gould, Stephen J., The Panda’s Thumb, 1980, pp. 238-239.
  3.             Eldredge, N. and Tattersall, I., The Myths of Human Evolution, 1982, p. 45-46.

xii.            Gould, Stephen Jay, The Structure of Evolutionary Theory, 2002, p. 749.

xiii.            Stanley, S.M., New Evolutionary Timetable, 1981, pp. 1577.

xiv.            Gould, Stephen J. The Panda’s Thumb, 1980, p. 181-182.

  1. Huxley, “On the Physical Basis of Life“.

xvi.            Hoyle, Sir Fred, “The Big Bang in Astronomy,” New Scientist, vol. 92, 1981, pp. 526-527.

xvii.            Davies, Paul, The Fifth Miracle, Simon & Schuster, 1999, p. 259.

xviii.            ReMine, Walter, The Biotic Message, 1993, p. 95.

xix.            Kitcher, Philip, Abusing Science: The Case Against Creationism, MIT Press, 1998, p. 59.

  1. Dobzhansky, T., Book review in Evolution: 29, 1975, pp. 376-378.

xxi.            Gitt, In the Beginning was Information, New Leaf Publishing Group, 2006, p. 170.

xxii.            Voir Gitt, “Implications of the Scientific Laws of Information,” Journal of Creation:23(2), 2009, pp. 96-109.

xxiii.            Davies, Paul, The Fifth Miracle, Simon & Schuster, 1999, pp. 56-57.

xxiv.            Voir Truman, Royal, “The Problem of Information for the Theory of Evolution: Has Dawkins Really Solved It?,” 1999.

xxv.            Voir Baumgardner, Sanford, Brewer, Gibson, and ReMine, “Mendel’s Accountant: A New Population Genetics Simulation Tool for Studying Mutation and Natural Selection,” Proceedings of the Sixth International Conference on Creationism, 2008, pp. 87-89.

xxvi.            Voir ReMine, The Biotic Message, St. Paul Science, 1993, pp. 215-236.

xxvii.            Wald, George, “The Origin of Life,” Scientific American, août 1954, p. 53.

xxviii.            Voir Bergman, Jerry, Slaughter of the Dissidents: The Shocking Truth about Killing the Careers of Darwin Doubters, Leafcutter Press, 2008; et le film documentaire de 2008 Expelled: No Intelligence Allowed par Ben Stein.

David Wood: Why i am a christian? transcript

Transcript (Youtube) of the testimony of a former atheist

There is a way that seems right to a man, But its end is the way of death. (Prov 16:25)

Want to go for a ride?

David Wood
David Wood

Imagine an underground world made of concrete and steel, stairways and tunnels, just enough light to see the signs on the walls. Suppose there were people who live down there all their lives and were never allowed to visit the surface and that these people were told from the time they were born that this world is all that exists. Won’t they believe what they’re told to believe? Won’t they try to live like it’s true? Suddenly a mad man stumbles down the stairs and says to the people here

Don’t you realize that you’re underground? Don’t you know that there’s an amazing world right up those stairs?

A tomb, no matter how spacious is still a tomb. The people answered him, they said

We understand our world just fine without you rambling about another, go back to your flying spaghetti world fool. We’re the enlightened ones down here

and then rejecting the world above, they sunk a little deeper into the world below.

When I was five years old …

I had a dog named Goliath. One day, my mother received a phone call, she turned to me, it was tears in her eyes and informed me that Goliath had been run over by a bus. I looked at her and thought to myself ‘So what, it’s just a dog’, but my mother was sad and I couldn’t figure out why. I soon noticed that other people got sad when something die, it seemed really weird to me; crying isn’t going to change the fact that it’s dead so why are you crying? I also noticed that people didn’t share my amazing insight into the nature of reality. I remember sitting beside a lake when I was eight years old watching ants matching in perfect formation and it suddenly became entirely clear to me that ants rule the world and then tricked us human beings to think that we are in charge. Do you have any idea how powerful and brilliant they must be if they had managed to deceive the entire human population? Few years later, I figured out that pets actually control the planet. Whenever a cat or a dog would look me in the eyes, I would think that it was communicating with me, silently bragging that they were much more intelligent than humans are. So part of my youth was spent talking to animals telling them ‘I know what’s going on here, i’m on to you’, but I grew out of that silliness.

By the time I was in 10th grade …

I was convinced that I controlled the weather. I didn’t know how I controlled the weather, I just knew that I did. It would start raining and I would think :

okay, how did I do that?

I also had the ability to control time but I didn’t know how to use this ability yet. That summer, my best friend from elementary school died. Jimmy had always talked about going Para-sailing, he finally got the chance and his harness broke; he plummeted to his death. When I heard about it after knocking on his door, I had the same reaction I had when my dog Goliath died namely; so what?. But this time was different, it seemed like I should be bothered by Jimmy dying, so I started wondering if something might be wrong with me. After pondering this for several months, I realized why I was different; I had evolved to a higher stage of humanity. These sad little emotions the rest of you have are like vestigial tails leftover from our primitive life forms but humanity 2.0 had arrived and you earlier models were now obsolete.

The following year, I had a life changing experience.

I was running from the police in the middle of the night and they had me surrounded on three sides. The fourth side was the Mahoning river, so I jumped in and swarm across and started walking my way through the trees on the other side. I eventually emerged from a patch of woods and I found myself in someone’s backyard. In front of me was a beautiful garden, I started to walk around the garden but then I stopped to philosophize. I thought :

I don’t care about the people in that house, so why am I going out of my way to avoid stepping on their vegetables, why am I being so courteous?  because I had been brainwashed, that’s why. I’ve been breaking the law for years and yet society has been manipulating my behavior all along, greatness had been polluted by mediocrity.

As I stunt my way through that garden, I had an incredible rush of freedom. The world has all of us on a leash, a leash made of rules, ‘do this, don’t do that’, but it’s a leash that slips right off as soon as we recognize that we don’t have to do anything anyone tells us to do. Of course, if you really want to break free from your handlers, seems like you have to do the opposite of what you’ve been told. Going down.

Started studying bomb building when I was 18, nothing fancy, I got a copy of the N-August cook book. I learnt how to make pipe bombs, I learnt to put together a home-made grenade launcher, I bought a book on disguises so I won’t be recognized but it all felt a bit amateurish so I decided to become a chemistry major in college where I can learn to build something a little more sophisticated, but my plans of becoming a bomber had to be put on hold because there are more important things in life, anyone can blow up a bunch of random people, you don’t know them.

If you’re sick of life, dangling at the end of society’s puppet strings, the killing has to start much closer to home.

My dad was the only relative I had within a few hundred miles so he obviously needed to die and I had a ball pin hammer that would do the trick. Interestingly, some of my amazing insights into the nature of reality actually slowed me down. My dad was sitting beside me on the couch and I was about to beat him to death, I had the hammer under a cushion, but I suddenly realized that he was reading my mind; and not just him, everyone in the world was reading my mind, I was part of an experiment and billions of people were in on it, they’re all waiting to see what I would do and as soon as I attacked my dad, the walls would rise up, the observers would rush in and the experiment would be over. So as my dad is reading my mind, i’m channeling my thoughts to him as we sit there. He’s watching television, i’m thinking :

look at me while you’re reading my mind. Look at me right now or i’m going to burst your head open.

Finally I channelled to him, ‘you think i’m stupid, i’m not falling for this’, then I got up and walked out, but it wasn’t over. After a while, my senses returned to me and I walked into my dad’s bedroom at about two O’clock in the morning, thanksgiving day. I stood over him with the hammer and I tried to think of one wrong thing he had ever done to me; nothing came to mind. So I drew back my arm and came down on him with all 230 pounds. I didn’t know how fast blood could come out of somebody’s head. Kept hitting him until I was sure he was dead and I walked outside and drove away. There’s no rush of freedom this time, I didn’t feel anything anymore.

Did I mention that I was an atheist?

I understand that most of you atheists out there live perfectly normal lives but I can never understand why you would want to. Think about it, we’ve got this massive universe and over here is a tiny little crawl of a galaxy. Out of one the spiral arms of this galaxy is a thoroughly unremarkable ball of hot gas. Circling this ball of hot gas is a pathetic speck of cosmic dust we call earth and crawling all over the earth are these feeble, selfish, self-destructive lumps of cells constantly deluding themselves into thinking that what they do is so important but the universe couldn’t conceivably care less, whether you love your neighbour as yourself or you torture to death for fun, so you might as well do whatever you feel like doing with the little bit of time you’ve got, and what are my atheist friends going to do with your 80 years or so? Let me guess, you’re going to go to school for a while then get a job, work for a few decades, maybe pick up a family along the way, then retire and die of old age or some illness. How original. Free thinkers huh? Believe it or not, some people don’t want to live like cattle, some people don’t want to follow this pattern that we’re all expected to mindlessly follow. Some would rather bash a man’s head in or shoot up a theater or walk down a school hallway stabbing people.

Why shouldn’t they? Because it’s wrong? Says who, your grandma? or should they try not to hurt people because people have intrinsic value? Here I thought that human beings are nothing but machines for propagating DNA. Most people don’t want to kill and slaughter but for those who do, our civilization is rapidly destroying any significant reason they might have for resisting the urge to kill and slaughter. Young people are lining up to dance to the music of their DNA, all you can do now is hope that they get tackled when they stop to reload or that they make some huge blunder when their bloodbath begins.

I made a huge blunder when my bloodbath began; I underestimated the amount of damage the human head could endure, crushed skulls can apparently be pieced back together by doctors. My dad had brain damage but he survived the attack. I was taken to a mental hospital and later to jail.

Jail is a place to sit back and reflect on the things you’ve done.

You’ve got plenty of time to sit back and think :

why did I get caught? What steps can I take to avoid getting caught next time?

and without all of the empty repetitive tasks that ordinarily keep you mentally sedated, you’ve got plenty of time to figure out what’s most important to you. The most important thing to me was not being a slave to people for whom I had nothing but contempt, but people had controlled me in various ways throughout my life and this meant that they would need to be taught a lesson.

I had a list of people going back to kindergarten who were going to be brutally murdered but doubts occasionally crept in. I would ask myself

is there a point to any of these?

Nothing really matters, so what difference does it make whether I do everything i’ve been planning or I do nothing at all; there’s no blue ribbon for making the right decision here because there is no right. But when I would start to think that life off the leash was just as meaningless as life on the leash, I start to lose my mind. I was able to hold things together to some extent mentally because I had something to do, but if what I had to do was pointless, then holding things together was pointless. So I was at an edge and there was nowhere to go but over it, but life has a way of giving us an alternative at just the right moment

[Singing: When a man’s an empty peddle, he should be on his meddle, yet i’m torn apart just because i’m presuming that I could be kind of human if I only had a heart]

When I was in E Block in the jail, I met a Christian

… named Randy, a guy who had turned himself in for 21 felonies. Randy seemed like he was from another world; there would be a fight in the dorm and he wouldn’t watch, he would turn his head away and pray for it to stop, our main source of entertainment and he’s praying against it; Christians cracked me up.

Randy was lying on his bunk reading his bible one night and I walked up to him and said:

do you know why you’re reading the bible? You’re reading the bible because you were born in the United States. If you had been born anywhere else, you would have believed in something else. If you had been born in China, you would be a Buddhist, if you had been born in India, you would be a Hindu, if you had been born in Saudi Arabia, you would be a Muslim because people like you believe whatever you’re told to believe.

I’ve since heard other atheists saying the same thing in almost exactly the same words so I take it this is a common atheist view of Christians which is hilarious in its level of hypocrisy. I believe that the universe exploded out of nowhere for no reason, and that life formed on his own and that consciousness was a natural product of particle interactions in our brains and that moral values were nothing but societal indoctrination, and Jesus’ followers made up a story about him rising from the dead because they wanted his message to spread. I believed all of these without anything remotely resembling a careful investigation of the evidence which means I believed a lot of what I had been told but i’m pointing a finger at the Christian, why? Because it’s much easier to make fun of someone else than to do the difficult work of putting together a coherent well grounded believe set.

Something interesting happened when I made fun of Randy; he fought back. Lots of Christians will go into retreat mode if you start arguing with them, they don’t want to cause a scene but Randy sat up on his bunk and proceeded to embarrass me about some of the things I was saying. I was totally shocked, I didn’t know what was going on. I am the smartest, most advanced human being the world has ever seen and night after night when we’re arguing, Randy was just taking me to a school, and he wasn’t smarter than me, he didn’t have any special knowledge or degrees, he wasn’t a scientist or a philosopher, he just had an annoying habit of questioning everything I would say, and when I would try to answer his questions about what I was saying, it would become clear to him and to me that many of my beliefs when put into words sounded really really stupid. Things that made perfect sense when unquestioned made no sense at all when questioned.

I became so frustrated by our arguments that I began looking for other ways to defeat Randy. I made fun of him for getting molested when he was a child. I saw his 12 year old sister in the visiting room and I said some things about her (that i’m not going to repeat here). I keep messing with him till he got upset and when he got upset, I’d say

look at you, getting angry at me, you call yourself a Christian.

Oddly enough, Randy and I became friends. We would stay up all night playing cards, throwing a roll of toilet paper around like it’s a football, and of course arguing about the bible. But I was still looking for ways to defeat him at something so we got into the world’s first ever fasting battle; it wasn’t a battle for him, he wasn’t trying to out-do me at anything but I was certainly trying to out-do him. Randy would fast for long periods of time with nothing but water. After a while, I joined in, and whenever he would complete a fast, I would start my own fast and then go a few days longer than he did. For our first exchange, Randy fasted one week; I knew he wasn’t eating because he gave me all his meal trays. When he was finished, I said:

alright, i’m going ten days.

I had never gone a day without food in my life but I went ten days straight just so I would know that I had beaten the Christian.

We went back and forth with me always going a few days longer than he did. Eventually he asked me ‘hey, how come you always fast a little longer than I do? Are we in some sort of competition that I don’t know about?” I said no I hadn’t even noticed, just coincidence I guess. Randy fasted 40 days; he went 32 days on nothing but water and then he added liquids like Cool Aid for the rest. He told me that Jesus had gone 40 days, that’s why he picked the number 40. I said alright, i’m going 42. Even six weeks with nothing but water and rage;

I was going to beat Randy and Jesus.

On the 11th day of my fast, a guard came in and told me to pack my stuff. I had passed out earlier and hit my head on the way down. The medical staff knew my mental health history and they thought I was trying to starve myself to death. I’m trying to beat the Christian, they think that i’m trying to commit suicide really really slowly but they had seen that I had lost enough weight to realize that there was a problem and the blood pressure monitor that the nurse put on my finger said that I was dead so I had to pack up my books, philosophy and science, the apologetic books that Randy gave me and head to my new home- a cell with a camera where I can be watched day and night.

Living the dream, I lost about 80 pounds from fasting, I developed a horrible rash all over my body, it felt like poison ivy, it’s called Shingles, it’s caused by vitamin deficiency. I was having blackouts, I was getting tunnel vision, the doctor at the jail said he was going to tube feed me, the social worker was talking about having me sent to my third mental hospital and when I wasn’t reading, all I could think about was taking people out to the woods and peeling their skin off but I found renewed purpose in my lonely cell. With a library at my disposal and nothing else to do, I had a perfect opportunity to prepare for an epic showdown with Randy. I could study the bible, put together new arguments, go back to E-Block and destroy the faith of my friend.

I asked the chaplain for some bible studies, he gave a series of studies on the gospel of John with graded assignments. So here I am, a rapidly deteriorating atheist, sitting in a poorly lit cell, doing my bible homework, getting straight As. I haven’t eaten in days and I read about Jesus saying

I am the bread of life, he who comes to me will never go hungry.

I’m obsessed with liberating myself from a society that has me trapped in a six and a half plain foot cell and I read:

the son sets you free, you’ll be free indeed.

I’m wondering how long my body can take what i’m doing to it before my heart stops and I read :

I am the resurrection and the life; he who believes in me will live even though he dies.

Kind of creepy when a book talks to you about…what do I know, I used to think that cats were talking to me.

Lying on my back, day after day, reflecting on life and theology and philosophy,

… three things started to destabilize my entire belief system.

First, what’s called the design argument finally hit me. I was looking at a wall and how the bricks were arranged and I thought to myself,

if someone told me that these bricks went into this order by some process that didn’t involve intelligence, I would smack them in the mouth, and yet I believed that life formed without intelligence when the most basic living cell is unimaginably more complicated than some bricks stacked on a wall.

Why did I blindly accept the extraordinary claim that life arose spontaneously from non-life without demanding some very good evidence?

Second, I found out how Jesus’ apostles died; most of them went to their bloody death claiming that they had seen him risen from the dead. My explanation for the origin of christianity had always been that the apostles made up a story so that they could spread his message but now my explanation wasn’t making sense. If you’re willing to die for something, you have to believe it. When a terrorist blows himself up, he’s obviously sincere. So the disciples, the apostles had to believe what they’re dying for, but this means that they were convinced that they had seen Jesus risen from the dead. Now, usually, when someone is willing to lay down their life for something, it’s for an ideology that they got from someone else and that ideology could be true or false. The disciples were dying for something that they saw. What could have convinced so many different people that they had all seen a resurrected man? I could explain one witness by saying he’s crazy, but all of them? Something was going on here and I had to figure it out but I couldn’t come up with any explanation for why they had that level of confidence other than they actually saw him.

Third, I started worrying that Jesus might actually be better than me. Now if you’re not a complete moral relativist or maybe one of the new atheists, it’s probably obvious to you that Jesus is better than me but I wasn’t the clearest thinker on moral issues back then so getting my mind around this was very difficult. Here’s the problem that emerged: I had two beliefs that just didn’t go together. On the one hand, I believed that human beings are lumps of cells, meaningless lumps of cells, that everything we did was pointless. At the same time, I believed that I was the best, most important person in the entire world. How is it possible to be the best, most important worthless lump of cells? If there were to be some sort of best person, that would require something like a standard of good and that would require something like God, and then someone like Jesus would be better than me.

So my beliefs were breaking down at the foundational level,

and once the foundations start crumbling, everything starts coming down. I went from believing that I was the best person in the world to thinking that I was the worst person in the world, and in a moment of clarity, it all just hit me thinking i’m a guy who once choked my friend until bloody foam came out of his mouth. I hit him with a shovel because he disagreed with me, I don’t even remember what it was about. I used to watch my mum’s boyfriend beat her and I wouldn’t lift a finger to help her. Not because I was scared, I was 200 pounds and I had a gun, I could have stopped him at anytime, I just didn’t care and I was proud of the fact that I didn’t care.

I thought about what I had done to my family, what I was doing to myself. They brought me food every single day and I was starving to death because I wouldn’t eat it. There are other starving people in the world but at least they can think straight; I sat there thinking about torturing people. My skin was turning yellow, I was scratching myself bloody, what sense did it make to think that I am the best in anything?

When I was thinking about that situation, it feels like I had just been stomped relentlessly into the ground, and when I thought that, I started comparing it with the little hospital stay about a year and a half earlier. I got into a fight with seven guys; i’m not saying that to be tough, they won that one. I got one of them, he hit me with a gun and hit him with these guns and then his six friends got on me, and got me on the ground and then took turns soccer kicking me in the head. But I was comparing that to the situation I was in, I was thinking, I was okay the next day, I had scratches on my neck, I was dizzy walking around, I had my arm in a sling but I was okay. Fighting seven guys is a joke compared to what I was going through in that cell. I feel like I had just been stomped into the ground and when I thought that I felt like I had been stomped into the ground, I had another flashback.

One night I was walking home from a friend’s house and a storm hit. The rain was so bad I could barely see, lightning was striking all over the place and I looked up and mockingly said:

is that supposed to scare me?
If you want me to believe in you,
you better come down here and make me believe.

I wasn’t serious but given my circumstances in the jail, I had to start wondering if God had taken it seriously. That normally wouldn’t have been an option, I didn’t think like that but since my entire world view was crumbling, I wasn’t in a position to dismiss alternatives. But there’s a problem; if there was a God involved in all of these, if right and wrong weren’t merely useful fictions, I was in all kinds of trouble, not just for what I had done but for what I was. How is the worst person in the world going to ever do the right thing? There’s no magic switch that I can flip and “oh now I care about other people”. So how was I going to do anything right? And then it hit me that there are two possibilities; either i’m violent and selfish and uncaring and that’s just the way things are or there’s someone who can help people like me. Either i’m all messed up and I just had to live with that or there was someone who could deal with this sort of thing, and when you start thinking like that, I would say you are about two inches away from becoming a Christian because when we ask ourselves

who out of anyone ever, who had the ability to take psychologically, spiritually and morally shattered people and give them new life?

We had a list of one, there’s one person on the list, he’s the one who said :

I am the door, if anyone enters through me, he would be saved and we’ll go in and out and find pasture. The thief comes only to steal, and kill and destroy, I came that they may have life and have it abundantly.

I didn’t know what Jesus was,

who he claimed to be but I knew that it was Jesus or nothing, it was Jesus or nothing. If anyone has God’s stamp of approval, it’s the guy who rose from the dead. History is filled with dead options; Jesus is the last living option.

So I bowed down on my bunk, not sure of much of anything and I prayed, I didn’t know how to pray but I prayed and I said

God, I don’t know if i’m going to believe in you tomorrow but I believe in you right now. If you can do anything with me, you’re welcome to it,

and then I continued with the kind of sinner’s prayer that I had read in those bible studies, and when I sat up from that prayer, the entire world looked different, like everything was a different color. For the first time in a lot of years, I didn’t want to hurt anyone, and I had a strange sense that I had somehow known the truth all along. God created the universe but we’re something special, we’re created in God’s image, but we reject God and in rejecting God, we strive to twist and work His image which we bear.

For years, I was willing to sacrifice everything for a kind of freedom, just a freedom from external control. It’s a false freedom because we just end up using it to degrade and destroy ourselves; tarnishing the image of God so that we won’t be reminded of what we are and what responsibilities we share. True freedom is found in not having this inclination and desire to turn against our creator, that’s the true freedom.

After I prayed, I felt like I had been fighting; not figuratively fighting, I mean physically brawling my entire life and that I finally had a chance to sit down and rest.

That rest never went away.

As C.S Lewis put it

“I believe in Christianity because I believe that the son has risen, not only because I see it but because by it, I see everything else.”

Lots of people in their testimonies will share their stories of what happened after they became a Christian, we can talk about that some other time. Right now I just want to explain why i’m a Christian and my reason for being a Christian has never changed. I stand on the words of the who rose from the dead because there is no other place to stand, and just to show you that Jesus Christ is the same yesterday and today and forever, i’ll conclude my story with the words of another Christian from nearly 2000 years ago. The apostle Paul tried to annihilate Christianity before he met Jesus on the road to Damascus. Shortly before his death, he wrote a letter to his friend Timothy and said In words that can be echoed by thousands of other Christians over the centuries:

I thank Christ Jesus our lord who has given me strength that he considered me faithful, pointing me to his service. Even though I was once a blasphemer, and a prosecutor and a violent man, I was shown mercy because I acted in ignorance and unbelief. The grace of our Lord has poured out on me abundantly along with the faith and love that reigned in Christ Jesus. Here is a trustworthy saying that deserves full acceptance. Christ Jesus came into the world to save sinners of whom I am the worst but for that very reason, I was shown mercy so that then me, the worst of sinners, Christ Jesus might display his unlimited patience as an example for those who would believe in him and receive eternal life. As for the king eternal, immortal, invisible, the only God, we honour, glory forever and ever. Amen”.

Les chrétiens créationistes sont-ils sectaires?

Cette question se pose, en dehors et au sein des grandes Eglises. Cet article ne prétend pas répondre exhaustivement à la problématique, mais donne un aperçu des créationnistes.

La majorité de nos contemporains les considère comme des ignorants et bigots, mais ignorent tout d’eux. Les créationnistes eux, connaissent non seulement les Écritures, mais aussi l’idéologie de leurs adversaires et souvent les observations scientifiques contemporaines.

Que dit la Bible sur la création?

Le dernier compagnon de Job le ramène sur le bon chemin et lui permet de renouer le dialogue avec Dieu, son créateur.
Où étais-tu quand je fondais la terre?
Dis-le, si tu as de l’intelligence.

Job 38:4 
Personne n’était présent au moment de la création ! Comment Dieu a-t-il fait ? En combien de temps ? Ni la science, ni nul d’entre nous ne peut le savoir de lui-même avec certitude, et ce qui manque dans ce grand débat, à mon avis, c’est souvent l’humilité et le respect de la Parole de Dieu.

Dieu sait  comment cela s’est passé.  La Parole de Dieu dans les proverbes annonce le futur de manière humainement inexplicable. Le fils de Dieu est présenté ainsi que ses attributs, env. 1000 ans avant sa venue, à une époque ou la notion  même du Messie, le fils de Dieu, était encore largement mystérieuse. Prov 30:1-6

Certes, je suis plus stupide que personne, Et je n’ai pas l’intelligence d’un homme; 
Je n’ai pas appris la sagesse, Et je ne connais pas la science des saints. Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu? Qui a recueilli le vent dans ses mains? Qui a serré les eaux dans son vêtement? Qui a fait paraître les extrémités de la terre? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils? Le sais-tu? 

ici encore, cette question sarcastique doit nous remettre en face de notre ignorance. Ces paroles, montrent les limites de notre entendement, et devraient nous remplir d’humilité, comment les expliquer?  Il y plus de 2000 ans déjà que ces Paroles se sont réalisées, et nous les comprenons aujourd’hui. Mais qui pouvait à l’époque comprendre et répondre?

Les versets 5-6 tout à coup, montre l’importance de sa Parole pour parvenir à le connaitre.

Toute parole de Dieu est éprouvée.
Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge.
N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. (Proverbes 30:1-6) 

La Parole de Dieu et d’une valeur prophétique indéniable, et nous ne pourrons pas mieux comprendre les mystères du passé, que ceux du futur, sans elle!

Le consensus improuvable: Le darwinisme

Sachons que le Darwinisme (théorie de la sélection naturelle) a émergé à une époque ou le message du judéo-christianisme dérangeait. Il a fait figure de proue d’une multitude de mouvements  humanistes – naturalistes, et de certains mouvements racistes. Les chrétiens créationnistes (non-évolutionnistes) n’y adhèrent pas, mais sont tout de même régulièrement accusés d’être un danger pour la société et la démocratie. Ces accusations viennent aussi d’autres chrétiens, évolutionnistes. Sont-elles gratuites? scientifiques? idéologiques?

Les créationnistes sont-ils  bigots,  anti-scientifiques et arriérés?
L’article: Création Versus Evolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais tentera d’y répondre.

Le créationnisme…

a-t-il des bases scientifiques sérieuses?

Voir l’avis de quelques sites pro-créationnistes:

est-il majoritairement accepté ?

Non. Un consensus est-il une preuve par l’évidence? Bien que la théorie de l’Evolution fasse aujourd’hui le consensus de la communauté scientifique, elle est très hypothétique, elle a beaucoup de contradictions et de questions ouvertes, et les scientifiques évolutionnistes ne s’en cachent pas d’ailleurs.

Le créationnisme est une partie inhérente du judéo-christianisme. Dieu a formé l’homme, de la chute nous apprenons notre état, et besoin de Salut.

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 

O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi?  Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil? 

Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. 

(Genèse 1:1;  Romain  5:14-15 ; 9:20 -21)

Il y a parmi les créationnistes chrétiens aussi de nombreux scientifiques de renom talentueux, qui constatent que leurs découvertes scientifiques confirment ce que la Bible enseigne. Voir le site Au commencement et Réponses dans la Genèse

Créationnisme d’abord, et Darwinisme ensuite?

Le naturalisme (qui a donné naissance au Darwinisme) est un mouvement philosophique voulant expliquer l’univers sans Dieu. Peut-on tout de même croire en un Dieu créateur qui crée par l’évolution.

Beaucoup d’argument scientifiques s’y opposent. En voici un:

L’évolutionnisme appelle facilement le temps à son secours. Avec un temps suffisamment long, tout deviendrait possible. Mais non seulement le temps est incapable d’augmenter l’information d’un système, en plus, il travaille contre la théorie, et cela de deux manières. D’abord, il favorise la dispersion plutôt que la concentration. … Plus le temps avance, plus les découvertes de la science embarrassent la théorie. Plus on découvre les merveilles d’ingénierie du corps humain ―et la même chose vaut pour l’ensemble du monde vivant― plus on se rend compte que la théorie est incapable de fournir les réponses.

(source: extrait du texte: Pourquoi je suis créationniste)

Mais surtout, la Parole de Dieu s’y oppose. Voir Exode 20.

Le créationnisme: consensus au sein du christianisme:

Il n’en est plus ainsi. Des différents sont relancés lorsque des livres polémiques comme le suivant prétendent (sans arguments bibliques ni scientifiques) pouLe faux problème de l'évolutionvoir unifier la science de l’histoire (évolutionniste) et la Bible.

Le faux problème de l’évolution,
Plaidoyer pour une réconciliation de la science et de la Bible à propos de l’évolution (Roger Lefèbre)

De tels ouvrages éclairent-ils le sujet?
Voici l‘analyse critique d’Egbert Egberts , un chrétien qui répond à cet ouvrage, d’une manière  remarquable.


Extrait:

Je veux terminer avec ces paroles comme un appel à revenir à notre bon sens.
Ce livre [Le faux problème de l’évolution] n’aurait pas dû avoir besoin d’être écrit. Ecrire à des Chrétiens pour défendre la Bible devrait être un non-sens, un peu comme enfoncer une porte ouverte. Mais je l’ai écrit. Il le fallait. L’Évangile est en jeu. C’est comme une pomme dont on a enlevé le trognon. De l’extérieur, cela ressemble encore à une pomme. Ça goûte encore la pomme. Mais la vie a été enlevée. Elle n’est plus bonne qu’à être mangée. Mais n’est-ce pas le but de la pomme ? Alors, pourquoi se plaindre ? Parce qu’il n’y a plus que le plaisir instantané. L’avenir a disparu. La jouissance a remplacé l’espérance.
L’Évangile a subi un traitement comparable. De l’extérieur, cela ressemble encore à l’Évangile. Tout va bien. Alors, pourquoi s’inquiéter ? Parce qu’on a enlevé le cœur. L’apparence est encore la même. Le langage est encore évangélique. On promet encore d’abondantes jouissances. Mais l’espérance a été enlevée. Comment ? En enlevant le passé. Et sans passé, il n’y a pas d’avenir. En enlevant le fondement, la maison de la foi vacille. En enlevant les
raisons de l’Évangile, on reste avec un Évangile sans raison. En bricolant un mauvais diagnostic, on rend inopérable le traitement adéquat.
C’est vrai que parler de ces choses dans le monde actuel ne rend pas la foi chrétienne plus attrayante. Sauf, peut-être, auprès de ceux qui réfléchissent et qui trouvent difficile de croire dans les fables de l’évolution. Selon la Bible, ils font partie des bons observateurs de la nature:

Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses œuvres quand on y réfléchit. Ils n’ont donc aucune excuse, car alors qu’ils connaissent Dieu, ils ont refusé de lui rendre l’honneur que l’on doit à Dieu et de lui exprimer leur reconnaissance. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d’intelligence s’est trouvée obscurcie. Ils se prétendent intelligents, mais ils sont devenus fous. (Romains 1.20-22 Sem)

Pour le croyant, la question des origines n’est pas d’abord une question de science. Elle est d’abord une question de théologie. La Bible, et la foi judéo-chrétienne fondée sur elle, nous enseigne qu’il faut mettre le qui avant le comment et que le comment est déterminé par le qui.
L’évolution ne s’intéresse qu’au comment. Elle ne peut tolérer l’irruption du qui dans la question. Il n’y a donc pas de place pour la théologie. Il n’y a que de la mécanique.
Le problème du chrétien évolutionniste est qu’en voulant conserver la théologie, il est cependant forcé à sacrifier sur l’autel de la mécanique évolutionniste. C’est que la Bible ne lui rend pas les choses faciles. Ce qu’elle affirme si clairement est “scientifiquement” irrecevable.
Il se trouve alors devant un choix: sola scriptura ou sola scientia ? Pour ce qui est de la Genèse, les sirènes du sola scientia l’ont séduit. Mais sait-il à quel prix ?

Ah ! fais-nous revenir à toi, ô Eternel, pour que nous revenions ! Renouvelle pour nous les jours des anciens temps ! (Lamentations 5.21 Sem)
Ougrée, le 1 septembre 2014.


Extrait de: Les vrais problèmes du faux problème de l’évolution, Une analyse critique de: Roger LEFEBVRE, Le faux problème de l’évolution, Science et foi.com

Création Versus Évolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais

  … car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages… mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous;  (Rom 1:19-22)

 


Article de Maria Kneas: Lighthouse Trails Booklet Tract. (traduction de Vigi-Sectes)

Un article important

Comme le dit l’apologiste américain Roger Oakland ,

ce qu’on croit de la création ou de l’évolution,
détermine ce que l’on croira de la morale et du Sauveur.

Continuer la lecture de Création Versus Évolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais