Frankreich 2024: Juden in bestimmten Gängen von Paris-Nord Villepinte verboten?

Am 30. Juni 1942 schränkten die Nazis die Bewegungsfreiheit der Juden erheblich ein: Juden war es in den Niederlanden nicht mehr erlaubt, Fahrrad zu fahren oder öffentliche Verkehrsmittel zu benutzen. Quelle Museum AnneFrank.org

Juifs non voulus, Pays-Bas – Photo collection: NIOD, Amsterdam (Beeldbank WO2)

Das Frankreich des Jahres 2024 beginnt, dem Europa der Jahre 1941 – 1942 zu ähneln. Menschen und Nationen ändern sich nicht, und die Geschichte lehrt nur diejenigen, die sie lieben. Hier finden Sie den Gerichtsbeschluss, der die Anwesenheit israelischer Unternehmen und Vertreter auf der EUROSATORY 2024 verbietet.

Brief auf Englisch

Foto von eurosatory.com

Übersetzung dieses Schreibens ins Deutsche:

PROTECT YOUR FUTURE 17-21 JUN 2024 | PARIS Paris, den 15. Juni 2024 Betreff:

Gerichtsbeschluss, der die Anwesenheit israelischer Unternehmen und Vertreter auf der EUROSATORY 2024 verbietet

Sehr geehrte Damen und Herren,

Wir möchten Sie darüber informieren, dass COGES EVENTS Gegenstand eines Gerichtsbeschlusses vom 14. Juni 2024 ist, der verlangt, die Teilnahme von Mitarbeitern oder Vertretern israelischer Unternehmen an der EUROSATORY Messe zu untersagen und die Werbung für deren Aktivitäten sowie jegliche kommerzielle Vermittlung zu unterbinden. Wir sind außerdem verpflichtet, die Entscheidung an den Eingängen der Messe auszuhängen. Wir sind der Ansicht, dass diese Entscheidung über die Entscheidung der Regierung von vor zwei Wochen hinausgeht, die Präsenz von Ständen israelischer Unternehmen auf der Eurosatory in der aktuellen Situation zu verbieten.

Nun erstreckt sich dieses Teilnahmeverbot auf natürliche oder juristische Personen aller Nationalitäten, die für ein israelisches Unternehmen mit Sitz in Israel oder im Ausland arbeiten, einschließlich Besucher.

Wir nutzen die schnellsten rechtlichen Verfahren, um gegen diese Entscheidungen Berufung einzulegen. Dies wird jedoch die Entscheidung des Gerichts zu diesem Zeitpunkt nicht aussetzen. Wir sind daher nicht in der Lage, Ihren Zugang zur Messe ab Montag zu garantieren.

Wir werden Sie so bald wie möglich über die Entwicklung der Situation informieren.

Generalmajor (Ret.) Charles BEAUDOUIN

Präsident von COGES Events, Generaldirektor von EUROSATORY COGES EVENTS COGES

39 rue Mstislav Rostropovitch – 75017 Paris – Frankreich – Tel: +33 (0)1 44 14 58 10 SAS mit einem Kapital von 1.000.000 – R.C.S Paris 403 070 949 – SIRET 403 070 949 00041 – APE 8230Z – TVA FR92 403 070 949 www.cogesevents.com

Neuigkeit von Letzten Minute.

Das Pariser Handelsgericht hat am Dienstag 18 Juni die vom französischen Verteidigungsministerium beantragten Beschränkungen für israelische Unternehmen auf der Rüstungsmesse Eurosatory 2024 aufgehoben.

Mit dem Beschluss wurde “der Vollzug der Maßnahmen gegen die israelischen Unternehmen, deren Stände auf der Messe EUROSATORY 2024 verboten wurden, bis zum Ende der Messe ausgesetzt”.

Was war der tiefere Grund für die späte Abschaffung dieser Maßnahme? Ist es in Frankreich immer noch zu verpönt, Juden einen gelben Stern anzubringen?

Kommentar von Vigi-Sectes

Handelte es sich um ein Verbot für Juden oder ein Verbot für israelische Unternehmen? Es ist im Grunde das Gleiche, denn ob es uns gefällt oder nicht, Israel ist der jüdische Staat . Mehr oder weniger indirekt und sogar direkt war es ein Verbot gegen Juden im Handel und in der Gesellschaft.

Wie kam es zu dieser Situation?

Die Früchte der Desinformation sind da und sie ist explizit. Hier ein anschauliches, repräsentatives Beispiel: Am 9. Juni 2024 meldete der bekannteste Nachrichtendienst France-info:

Eine jubelnde Menge vor diesem Krankenhaus in Tel Aviv. Drinnen befinden sich vier israelische Geiseln, die von der Hamas freigelassen wurden

La foule en liesse devant cet hôpital de Tel-Aviv. A l’intérieur se trouvent 4 otages israéliens libérés par le Hamas

(Quelle: Youtube: (Source: Youtube : A toi, journaliste d’une carte de presse)

Von der Hamas oder aus der Hamas befreit? War es möglich, die Quelle der Freilassung dieser vier Geiseln zu übersehen, d.h. die israelischen Dienste? Ich glaube nicht, denn von der ersten Sekunde an war die Information aus israelischer Quelle eindeutig und präsentierte in Text und Bild die verschiedenen israelischen Kommandos und Dienste.

In der Zwischenzeit musste France-info einer etwas sachlicheren Meldung zustimmen :

Krieg zwischen Israel und der Hamas: Vier Geiseln wurden von der IDF befreit

Es bleibt dabei, dass die Franzosen mit dieser halben Korrektur nicht wissen, was Tsahal (=die israelische Armee oder IDF) bedeutet. Um genau zu sein, war es ein YAMAM-Kommando (wie der GIGN in Frankreich oder SEK in Deutschland), das der Grenzpolizei untersteht, mit Unterstützung der Armee (IDF), des Shin Bet und der Polizei, die die Rettung durchführten. Die Formulierung von France-Info “Krieg zwischen Israel und der Hamas” verteilt wie in fast allen europäischen Medien die Last der Verantwortung für den Krieg zwischen dem Angreifer (der islamistischen Hamas) und dem Unschuldigen (Israel auf dem Land, das der Herr ihm gegeben hat).

France-Info verschweigt mit diesen Worten diskret die Tatsache, dass es die Hamas war, die am 7. Oktober den iranischen Traum vom Völkermord an der israelischen Zivilbevölkerung auslöste. Es handelt sich nicht um eine einfache Befreihung (die nur politisch hätte sein können), sondern um eine militärische Rettung.


Die Bibel berichtet von einem Iraner, Haman, der auch alle Juden auslöschen wollte.

Denn ich und mein Volk sind verkauft worden, um vernichtet, geschlachtet und ausgelöscht zu werden. Auch wenn wir verkauft würden, um Sklaven und Mägde zu werden, würde ich schweigen, aber der Feind kann den Schaden, der dem König zugefügt wurde, nicht wieder gutmachen. …. Der König reichte Esther das goldene Zepter, und sie erhob sich und blieb vor dem König stehen: Wenn es dem König gefällt und ich Gnade vor ihm gefunden habe und wenn es dem König recht erscheint und ich in seinen Augen angenehm bin, dann soll man schreiben, um die Briefe zu widerrufen, die Haman, der Sohn Hammedathas, des Agagiters, entworfen und geschrieben hat, um die Juden in allen Provinzen des Königs umzubringen.  (Die Bibel)

Diese Geschichte ist nicht mythisch, man kann noch heute das Grab von Esther und ihrem Onkel im Iran besuchen.

Frankreich entschied sich, sich Haman anzuschließen, indem es einen Brief veröffentlichen ließ, nicht um die Juden zu retten, sondern um sie noch mehr zu verurteilen. Der Schaden für jedes antisemitische Land ist gewiss.


France 2024: Juifs interdits dans certaines allées de Paris-Nord Villepinte?

Le 30 juin 1942, les nazis restreignaient considérablement la liberté de circulation des Juifs : Les Juifs n’avaient plus le droit de faire du vélo ou de prendre les transports en commun aux Pays-bas. Source Musée AnneFrank.org

Juifs non voulus, Pays-Bas – Photo collection: NIOD, Amsterdam (Beeldbank WO2)

La France de 2024 commence à ressembler à l’Europe des années 1941 – 1942. L’Homme, les nations, ne changent pas, et l’histoire n’enseigne que ceux qui l’aiment.

Voici la décision de justice interdisant la présence de sociétés et de représentants israéliens au salon EUROSATORY 2024.

Lettre en anglais

Photo de eurosatory.com

Traduction de cette lettre en Français :

PROTECT YOUR FUTURE 17-21 JUIN 2024 | PARIS Paris, le 15 juin 2024 Objet :

Décision de justice interdisant la présence de sociétés et de représentants israéliens au salon EUROSATORY 2024

Madame, Monsieur,

Nous vous informons que COGES EVENTS a fait l’objet d’une décision de justice en date du 14 juin 2024, exigeant d’interdire la participation de salariés ou de représentants de sociétés israéliennes au salon EUROSATORY, et d’empêcher la promotion de leurs activités ainsi que toute intermédiation commerciale. Nous sommes également tenus d’afficher la décision aux entrées du salon. Nous considérons que cette décision va au-delà de la décision du gouvernement prise il y a deux semaines d’interdire la présence de stands de sociétés israéliennes à Eurosatory dans le contexte actuel.

Désormais, cette interdiction de participation s’étend aux personnes physiques ou morales de toutes nationalités travaillant pour une entreprise israélienne domiciliée en Israël ou à l’étranger, y compris les visiteurs.

Nous utilisons les procédures légales les plus rapides pour faire appel de ces décisions. Cependant, cela ne suspendra pas la décision du tribunal pour le moment. Nous ne sommes donc pas en mesure de garantir votre entrée au salon dès lundi.

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation dès que possible.

Major général (Ret.) Charles BEAUDOUIN

Président de COGES Events, Directeur général d’EUROSATORY COGES EVENTS COGES

39 rue Mstislav Rostropovitch – 75017 Paris – France – Tel : +33 (0)1 44 14 58 10 SAS au capital de 1 000 000 – R.C.S Paris 403 070 949 – SIRET 403 070 949 00041 – APE 8230Z – TVA FR92 403 070 949 www.cogesevents.com

Nouvelle de Dernière minute.

Le tribunal de commerce de Paris a annulé mardi 18 juin les restrictions demandées par le ministère français de la Défense à l’encontre des entreprises israéliennes au salon de la défense Eurosatory 2024.

L’ordonnance suspend “l’exécution des mesures prises à l’encontre des entreprises israéliennes dont les stands ont été interdits au salon EUROSATORY 2024, jusqu’à la date de clôture du salon”.

Commentaire de Vigi-Sectes

S’agissait-il d’une interdiction aux juifs ou d’une interdiction aux entreprises israéliennes? C’est intrinsèquement la même chose, car, que cela plaise ou pas, Israël est l’état juif. Plus ou moins indirectement et même directement, c’est une interdiction à l’encontre des juifs dans le commerce et la société.

Qu’elle fut la raison profonde de la suppression tardive de cette mesure? Il est encore trop mal vu de mettre aux juifs une étoile jaune en France ?

Comment en arrive-t-on là?

Les fruits de la désinformation sont là et elle est explicite. Voici un exemple représentatif frappant : Le 9 juin 2024, France-info annonçait :

“La foule en liesse devant cet hôpital de Tel-Aviv. A l’intérieur se trouvent 4 otages israéliens libérés par le Hamas.”

(Source: Youtube : A toi, journaliste d’une carte de presse).

Libérés par le Hamas ou du Hamas? Etait-il possible de manquer la source de la libération de ces 4 otages, c-à-d les services israéliens? Je ne le crois pas, dès la première seconde, l’info de source israélienne était sans ambiguïtés et présentait en texte et en images les divers commandos et services israéliens.

Je ne peux que conclure que la pression de l’antisémitisme et de l’islamisme en France, rend la France menteuse et aimant le mensonge. Entretemps France-info a du concéder à une annonce quelque peu plus factuelle : Guerre entre Israël et le Hamas : quatre otages ont été libérés par Tsahal .

Il demeure qu’avec cette demi correction, les Français ne savent pas ce que veut dire Tsahal (=l’armée israélienne ou IDF). Et pour être exact, c’est un commando du YAMAM (comme le GIGN en France) dépendant de la Police des frontières, avec l’appui de l’armée (IDF), le Shin Bet, et la police qui a procédé au sauvetage. Les termes de France-Info “Guerre entre Israël et le Hamas” répartissent comme dans la quasi totalité des médias européens la charge de responsabilités de la guerre entre l’attaquant (Le Hamas islamiste) et l’innocent (Israël sur la terre que le Seigneur lui a donnée).

France-Info occulte discrètement par ces termes le fait que c’est le Hamas qui a déclenché le rêve iranien de génocide contre la population civile d’Israël, le 7 octobre. Il ne s’agit pas d’une simple libération (qui aurait pu être délibérée et seulement politique) mais d’un sauvetage militaire.


La Bible parle d’un iranien, Haman, qui voulait aussi anéantir tous les juifs.

Car nous sommes vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, égorgés, anéantis. Encore si nous étions vendus pour devenir esclaves et servantes, je me tairais, mais l’ennemi ne saurait compenser le dommage fait au roi. … Le roi tendit le sceptre d’or à Esther, qui se releva et resta debout devant le roi.  Elle dit alors: Si le roi le trouve bon et si j’ai trouvé grâce devant lui, si la chose paraît convenable au roi et si je suis agréable à ses yeux, qu’on écrive pour révoquer les lettres conçues par Haman, fils d’Hammedatha, l’Agaguite, et écrites par lui dans le but de faire périr les Juifs qui sont dans toutes les provinces du roi. (La Bible)

Ce récit n’est pas mythique, on peut encore visiter la tombe d’Esther et de son oncle en Iran.

La France a choisi de se joindre à Haman, en faisant publier une lettre, non pour sauver les juifs, mais pour les condamner d’avantage. Les dommages fait à tout pays antisémite sont certains.

Interdit au Juifs en Turquie

“Juifs interdits”, pouvait-on lire en anglais et en turc au-dessus de Rağman Şahaf, un magasin de livres d’occasion situé à côté de l’université d’Istanbul et non loin du célèbre Grand Bazar de la ville.

Même après le retrait de l’enseigne vendredi 14 juin, le propriétaire du magasin a déclaré qu’il s’en tenait au message.
“Je ne veux rien acheter aux juifs en ce moment, je ne veux rien vendre aux juifs en ce moment, c’est ce que je leur dis”, a déclaré Ozkan Mustafa Küçükkural à l’Agence télégraphique juive (Jewish Telegraphic Agency).

Islam: Setidaknya ada 37 Alquran yang berbeda

Kata Yesus kepadanya: “Akulah jalan dan kebenaran dan hidup. Tidak ada seorangpun yang datang kepada Bapa, kalau tidak melalui Aku.  (Alkitab)

Masalah dengan Alquran

Orang-orang Muslim mengatakan bahwa mereka hanya memiliki satu Alquran. Mari kita dengarkan pendapat Mohammad Ali Amir-Moezzi, seorang akademisi, sejarawan, dan Islamolog Prancis, direktur studi di École Pratique des Hautes Études, spesialis Syiah dan sejarah penulisan Alquran, yang lahir pada tahun 1956 di Teheran.

Al Qur’an adalah sama untuk semua Muslim selama sepuluh abad. Bahkan, pada abad ke-IV Hijriah – yaitu pada abad ke-X Masehi, umat Islam telah menerima versi Al Qur’an yang kita kenal sekarang ini. Namun, kebulatan suara seperti itu belum pernah ada sebelumnya.

Mohammad Ali Amir-Moezzi,

Mempercayai itu baik, memverifikasi lebih baik

Saat ini ada 7 pembacaan Al Qur’an (dalam bahasa Arab: القراءات القرآنية), ini adalah metode-metode pelafalan Al Qur’an. Bacaan dan sub-bacaan yang berbeda ini memiliki teks dan makna yang berbeda pula.

Versi yang tersebar luas di Maroko, Warsh (ورش) dan versi terpadu yang paling luas, Hafs (حفص), tidak selalu mengatakan hal yang sama. Situs web Muslim mencari petunjuk, mengklaim bahwa ini salah (:-), tetapi satu contoh membuktikan sebaliknya, dan cukup untuk meruntuhkan mitos bahwa Al-Quran dipelihara oleh Allah:

Hatun Tash yang berani dari DCCI Ministries (Defend Christianity, Critique Islam) memiliki 37 Alquran yang berbeda. Hal ini terlihat di depan umum di Speaker Corner London dengan memamerkan Alquran-nya.

Momen Kebenaran

Contoh Al-Quran surah 3 ayat 146

BacaanKata-kata Arab yang berbedaTerjemahan
Hafsقَتَلَ (qatala)Dia membunuh / berjuang
Warshقُتِلَ (qutila)Dia dibunuh
Informasi dari pakar Mesir kami

Hanya infleksi dari tulisan Arab modern (atau sebelum itu pelafalan yang benar) yang memberikan pelafalan yang benar dan dengan demikian arti kata yang sebenarnya.

Oleh karena itu, surah Al Qur’an
Q3:146 tidak sama

QS. 3:146: Dan berapa banyaknya nabi yang berperang bersama-sama mereka sejumlah besar dari pengikut(nya) yang bertakwa. 

Tafsir Al Qur’an versi Hafs : (terj. Hamidullah) online

Di bawah ini adalah Warsh1 dan warsh2 versi online di quranflash.com:

QS.3:146: Banyak di antara para nabi yang dibunuh

Versi Warsh1 dan warsh2
Lafal Al Qur’an: coran-en-ligne.com
Pembacaan Surat Al-Fatihah 1: quranflash.com
Tadarus Warsh 2: quranflash.com

5000 perbedaan

Antara Al Qur’an Warsh dan Hafs, terdapat lebih dari 5000 perbedaan menurut Dr Jay Smith. Para syekh Muslim tidak dapat membantahnya.

Satu-satunya hal yang dapat mereka lakukan adalah menyebut mereka yang mengetahui perbedaannya sebagai orang bodoh.

Dr Jay Smith vs Shaykh Yasir Qadhi (Revisited) | Holes in the standard narrative

Orang yang tidak peduli adalah mereka yang ingin mengabaikan dan tidak mau memeriksa.

Kami telah bersusah payah untuk memeriksa setidaknya beberapa perbedaan dengan membuat salinan dari situs-situs Muslim. Kami hanya menerbitkan satu saja, itu sudah cukup.

Sampai tahun 1923, ada banyak versi Al-Qur’an. Selain itu, tidak pernah ada versi yang diterbitkan untuk disebarkan secara luas. Pada tahun 1923, sebuah komite yang terdiri dari para cendekiawan Islam bertemu di Kairo dan memilih Al-Qur’an versi Hafs sebagai Al-Qur’an resmi. Komite ini bahkan memilih gaya kaligrafi yang unik untuk Al Qur’an.

Berikut ini adalah sebuah artikel dari situs kami, tidak bersifat polemik, yang ditulis oleh para akademisi Arab yang memiliki pengetahuan yang lebih baik tentang masalah ini dibandingkan dengan para imam yang ada: berbagai-bacaan-al-Qur’an

Orang buta menuntun orang buta

Bagaimana mungkin Mohammad Ali Amir-Moezzi bisa melewatkan ribuan perbedaan seperti ini? Para syekh pada umumnya tahu betul bahwa ada banyak sekali perbedaan di antara 7 bacaan utama Al Qur’an dan sub-subnya.

Syekh dan imam secara sadar atau tidak, berbohong dengan melanggengkan mitos Al-Quran yang unik dan terpelihara.


Untuk mengetahui lebih lanjut tentang berbagai kebohongan:
Berikut ini adalah seorang syekh Muslim yang bersaksi bahwa 90% informasi disembunyikan oleh syekh-syekh lain, yang dengan sengaja berbohong. Oleh karena itu, Islam adalah agama yang diilhami oleh Yesus yang disebut sebagai “bapa segala kebohongan”.

Islam: co najmniej 37 różnych Koranów

Jezus mu odpowiedział: Ja jestem drogą, prawdą i życiem. Nikt nie przychodzi do Ojca inaczej, jak tylko przeze Mnie. (Biblia)

Problem z Koranem

Muzułmanie twierdzą, że mają tylko jeden Koran. Proszę posłuchać Mohammada Ali Amir-Moezzi, francuskiego naukowca, historyka i islamologa, dyrektora studiów w École Pratique des Hautes Études, specjalisty w dziedzinie szyizmu i historii spisywania Koranu, urodzonego w 1956 r. w Teheranie.

Koran jest taki sam dla wszystkich muzułmanów od dziesięciu wieków. W rzeczywistości, w IVth wieku Hegiry – tj. w Xth wieku ery chrześcijańskiej, muzułmanie zaakceptowali tę wersję Koranu, którą znamy. Ale taka jednomyślność nie istniała wcześniej.

Mohammad Ali Amir-Moezzi,

Wiara jest dobra, weryfikacja jest lepsza

Obecnie istnieje 7 odczytów Koranu (po arabsku: القراءات القرآنية), są to metody wokalizacji Koranu. Te różne odczytania i pod-odczytania mają różne teksty i znaczenia.

Wersja rozpowszechniona w Maroku Warsh (ورش) i najbardziej rozpowszechniona zunifikowana wersja, Hafs (حفص), nie zawsze mówią to samo. Muzułmańska strona seek guidance twierdzi, że jest to fałsz (:-)), ale jeden przykład dowodzi inaczej i wystarczy, aby bezpowrotnie zburzyć mit o tym, że Koran został zachowany przez Allaha:

Odważny Hatun Tash z DCCI Ministries (Defend Christianity, Critique Islam) posiada 37 różnych Koranów. Uderzono w nią publicznie w londyńskim Speaker Corner, pokazując jej Korany.

Chwila prawdy

Przykład Koran rozdz. 3 ajat 146

CzytanieRóżne słowa arabskieTłumaczenie
Hafsقَتَلَ (qatala)Zabił
Warshقُتِلَ (qutila)został zabity
Informacje od naszego egipskiego eksperta

Tylko fleksja współczesnego pisma arabskiego (lub wcześniej poprawna recytacja) daje prawidłową wymowę, a tym samym prawdziwe znaczenie słowa.

Sura Koranu
Q3:146 nie jest zatem taka sama

w wersji Hafs i Warsh.

Q3:146: Ilu proroków walczyło, w towarzystwie wielu uczniów, którzy nie ugięli się z powodu tego, co dosięgło ich na drodze Allaha …

Wersja Hafs :

Poniżej znajduje się Warsh1 i warsh2 wersja online na quranflash.com:

Q3:146: Wielu proroków zostało zabitych …

Wersja Warsh1 i warsh2
Recytacja Hafs: coran-en-ligne.com
Recytacja Warsz 1: quranflash.com
Recytacja Warsh 2: quranflash.com

5000 różnic

Według dr Jaya Smitha między Koranem Warsh i Hafs istnieje ponad 5000 rozbieżności (różnic). Muzułmańscy szejkowie nie są w stanie mu zaprzeczyć.

Jedyne, co mogą zrobić, to nazwać tych, którzy znają różnice, ignorantami.

Dr Jay Smith vs Shaykh Yasir Qadhi (Revisited) | Dziury w standardowej narracji

Nieświadomi to ci, którzy chcą ignorować i nie chcą sprawdzać.

Zadaliśmy sobie trud sprawdzenia przynajmniej niektórych różnic, wykonując kopie muzułmańskich witryn. Publikujemy tylko jedną, to wystarczy.

Do 1923 roku istniało wiele wersji Koranu. Co więcej, nigdy nie opublikowano wersji przeznaczonej do szerokiej dystrybucji. W 1923 roku komitet islamskich uczonych spotkał się w Kairze i wybrał wersję Koranu Hafsa jako oficjalny Koran. Komitet ten wybrał nawet unikalny styl kaligrafii dla Koranu.

Oto nie polemiczny artykuł na naszej stronie, napisany przez arabistów, którzy są lepiej poinformowani na ten temat niż większość imamów: różne odczytania Koranu

Ślepy prowadzący ślepego!

Jak Mohammad Ali Amir-Moezzi mógł przegapić tysiące takich różnic? Szejkowie w ogóle dobrze wiedzą, że istnieje wiele rozbieżności między 7 różnymi głównymi odczytaniami Koranu i podgrupami.

Szeikowie i imamowie świadomie lub nieświadomie kłamią, utrwalając mit unikalnego i zachowanego Koranu.


Aby dowiedzieć się więcej na temat różnych kłamstw:
Oto muzułmański szejk, który zeznaje, że 90% informacji jest ukrywanych przez innych szejków, którzy świadomie kłamią. Islam jest więc religią inspirowaną przez tego, którego Jezus nazwał ” ojcem kłamstwa “.

Generalversammlung der Vereinten Nationen pro Terrorregimen

Kein Friede den Gesetzlosen!
spricht Jahwe.  

Und aus seinem Munde geht hervor ein scharfes, [zweischneidiges] Schwert, auf daß er damit die Nationen schlage; und er wird sie weiden mit eiserner Rute, und er tritt die Kelter des Weines des Grimmes des Zornes Gottes, des Allmächtigen. 

(Jesaja & Offenbarung )


2024-05-10 : In einer kraftvollen und evokativen Rede vor der Generalversammlung der Vereinten Nationen kritisiert der israelische Botschafter Gilad Erdan vehement den Vorschlag zur Anerkennung eines palästinensischen Staates. Unter Berufung auf historische Verweise auf den Zweiten Weltkrieg und den Holocaust argumentierte Botschafter Erdan, dass die Anerkennung eines palästinensischen Staates unter den gegenwärtigen Bedingungen der Unterstützung eines Terrorregimes gleichkäme. Er zieht eine Parallele zwischen den Schrecken der Vergangenheit und den potenziellen Gefahren der Legitimierung dessen, was er als den Hitler unserer Zeit bezeichnet.
Erdans Rede befasst sich mit dem Versagen der Vereinten Nationen bei der Aufrechterhaltung ihrer Gründungsprinzipien und beschuldigt die Organisation, den Terrorismus zu fördern, anstatt den Frieden zu unterstützen. Er verurteilte die Aktionen der UN als Verrat am Völkerrecht und der moralischen Pflicht, sich Völkermord und Terrorismus zu widersetzen. Siehe youtube.


Danke, Herr Präsident

Vor mehr als 85 Jahren, zu Beginn des Zweiten Weltkriegs, erhob sich eine rein böse Macht mit dem Ziel, den Planeten durch Völkermord und Zerstörung zu beherrschen. Nachdem Hitler an die Macht gekommen war, versuchten die Nazis, die Menschheit ihrem eisernen Festmahl zu unterwerfen, indem sie das jüdische Volk, aber auch alle anderen, die sie als Untermenschen betrachteten, auslöschten.

Doch angesichts dieses völkermörderischen Komplotts versammelten sich die Kräfte des Guten, um diesem Horror ein Ende zu setzen und der Welt Freiheit und Frieden zu bringen. Nach dem Sieg der Alliierten wurde diese Institution, die Vereinten Nationen, gegründet mit dem Auftrag, dafür zu sorgen, dass eine solche Tyrannei nie wieder ihr Haupt erhebt, nie wieder.

Heute bereitet Ihr euch darauf vor, genau das Gegenteil zu tun und die Schaffung eines palästinensischen Terrorstaates zu unterstützen, der von dem Hitler unserer Zeit – dem Hitler unserer Zeit – regiert werden wird.

Terrorstaat

In den 1940er Jahren vereinte sich die Welt, um ein mörderisches Regime zu zerstören, aber heute, mit einer bösartigen und verdrehten Ironie, nimmt die gleiche Organisation, die geschaffen wurde, um das Böse zu verhindern, einen Terrorstaat in ihre Reihen auf.

Churchill

Was würde Churchill sagen, wenn er heute leben würde? Was würde Roosevelt denken? sie drehen sich in ihren Gräbern um! Erst in dieser Woche beging Israel den Yom HaShoah, den Holocaust-Gedenktag.

Und ausgerechnet in unserer heiligen Woche hat dieses schamlose Gremium beschlossen, moderne Nazis mit Rechten und Privilegien zu belohnen, während die Israelis um die in den Krematorien verbrannten jüdischen Babys trauern und Sie hier bei der UNO die Kollaborateure der am 7. Oktober verbrannten israelischen Babys einweihen.

Wie könnt Ihr so blind sein?
Ist es Ihr politisches Interesse?

7. Oktober 2023 – Israel

Sind Eure verzerrten Werte durch den diplomatischen Terror der Palästinenser und ihrer Kollaborateure bedroht? Es gibt viele von ihnen hier!

Liebe Kolleginnen und Kollegen! Die heutige destruktive Abstimmung öffnet nicht nur die Türen der UNO für die palästinensische Autonomiebehörde, die den Terror unterstützt, wenn dies der Fall wäre, wäre es schon schlimm genug.
Aber wie Ihr alle wisst, kontrolliert die Palästinensische Autonomiebehörde nicht einmal ihr eigenes Territorium.

Wissen Sie, wer Gaza kontrolliert?

Gaza

Ihr habt es wahrscheinlich vergessen, denn in all den Resolutionen, die Ihr hier seit dem 7. Oktober verabschiedet haben, haben Ihr es nicht einmal geschafft, sie zu benennen, also erinnere ich Ihnen daran, dass es die Terroristen der Hamas sind. Aber die Hamas kontrolliert nicht nur Gaza. Die Hamas hat auch die Kontrolle über palästinensische Viertel, palästinensische Dörfer in Judäa und Samaria, was Ihr als Westjordanland bezeichnen, übernommen. In allen Umfragen wird heute vorausgesagt, dass die Hamas die palästinensischen Wahlen gewinnen wird, wenn sie denn jemals stattfinden.

Die Generalversammlung steht heute also nicht nur kurz davor, der palästinensischen Terrorbehörde die Rechte eines Staates zuzusprechen. Heute seid Ihr auch dabei, dem zukünftigen Terrorstaat der Hamas Privilegien und Rechte zu gewähren. Ihr habt die Vereinten Nationen für moderne Nazis geöffnet, für völkermörderische Dschihadisten, die entschlossen sind, einen islamischen Staat in Israel und der Region zu errichten, indem Ihr alle jüdischen Männer, Frauen und Kinder ermordet.

Das macht mich krank, in den kommenden Jahren werdet Ihr erklären müssen, wie Ihr entgegen jeglicher Moral und der Charta der Vereinten Nationen alles getan habt, um einer Gruppe von Massenmördern, den Hitlern unserer Zeit, einen Staat zu geben. Ich präsentiere Ihnen nun das Ergebnis der heutigen Abstimmung, das Ergebnis Ihrer Stimme als zukünftiger Präsident, als tyrannischer Präsident des Hamas-Staates, der übrigens von den Vereinten Nationen gesponsert wird.

Hamas President
Hamas President


Und es sind Sie, die Generalversammlung, der er seine tiefste Dankbarkeit schuldet.
Wenn die Hamas an die Macht kommt, wissen Sie, was mit dem palästinensischen Vertreter, der hier gerade gesprochen hat, geschehen wird: Er wird abberufen und wenn er zurückkehrt, wird er wahrscheinlich von der Hamas von einem Dach geworfen, genau wie die Vertreter der Palästinensischen Autonomiebehörde, als die Hamas 2006-2007 den Gazastreifen eroberte.

An seiner Stelle wird dieses Gremium den Vertreter der Hamas in seine Reihen aufnehmen, einen terroristischen Diplomaten, dessen erklärtes Ziel der Völkermord an den Juden ist, genau wie sein iranischer Amtskollege hier.
Mit diesem neuen Vorsitzenden könnten wir Vertreter von Isis oder Bo Haram in unserem Gremium sehen.

Ihr wisst, was zu dem neuen moralischen Standard passt, der heute hier festgelegt wurde, indem die Rechte eines Staates einem Gebilde verliehen werden, das bereits teilweise von Terroristen kontrolliert wird und das durch eine Truppe von kinder-mordenden Hamas-Vergewaltigern ersetzt werden soll. Unglaublich, wirklich unglaublich. Was Ihr heute tut, erinnert an die Kapitulation der europäischen Mächte vor Hitler im Münchner Abkommen.

Churchills Bemerkungen über die Wahl der Feigheit und des Appeasement gegenüber mörderischen Diktatoren treffen auf Ihre heutige Abstimmung zu, denn Ihr habt die Wahl zwischen Schwäche, Scham und Versöhnung und dem Kampf gegen den Terror.

Leider werdet Ihr sich für die Schwäche entscheiden, aber Ihr werdet im Gegenzug nicht nur Schande, sondern auch Krieg in der Zukunft erhalten. Bravo!

Verehrte Kollegen, heute wird hier von der Generalversammlung eine weitere Parodie begangen, ein unverzeihlicher Akt:

Die Zerstörung der Charta der Vereinten Nationen, der Charta der Vereinten Nationen. Das heilige Dokument, das als Grundlage für alles dient, was wir hier tun sollen, wird mit Füßen getreten, es wird aus dem Fenster geworfen. Ihr , Ihr spuckt auf die Werte selbst, die formuliert wurden, um diese Organisation mit der heutigen zerstörerischen Resolution zu binden, Ihr umgeht den Sicherheitsrat, indem Ihr seine Entscheidung ignorieren und die Normen verletzen, an die sich diese Organisation gehalten hat.

Die Charta wurde aus einem bestimmten Grund verfasst, aber die meisten von Ihnen kümmern sich nicht um die Qualifikationen, die in ihr festgelegt sind. Lässt Ihr mich daher daran erinnern, was die Charta über die Aufnahme neuer Mitglieder in die Vereinten Nationen sagt.

UN Charta

“Die Mitgliedschaft in den Vereinten Nationen steht allen anderen friedliebenden Staaten offen, die die in dieser Charta festgelegten Verpflichtungen akzeptieren.
Die Aufnahme eines solchen Staates als Mitglied der Vereinten Nationen wird von der Generalversammlung auf Empfehlung des Sicherheitsrates beschlossen”.
Mit der heutigen Abstimmung umgeht Ihr nicht nur den Sicherheitsrat und verstoßen damit gegen die Charta, sondern Ihr verfälscht auch die Bedeutung der Friedensliebe. Ihr wisst, dass die Palästinenser das genaue Gegenteil von Friedensliebe sind, das wissen Sie.

Seit sie den Teilungsplan der Vereinten Nationen 1947 ablehnten, haben sie ihn abgelehnt. Immer wieder haben sie nur versucht, Israel zu zerstören. Sie lieben den Terror und nicht den Frieden, sie sind alles andere als friedensliebend.

Teilungsplan 1947

Die Palästinensische Autonomiebehörde zahlt den Terroristen lebenslange Gehälter, das ist Teil ihres Budgets. Sie lehren Märtyrertum und Dschihad in ihren Klassenzimmern, sie verherrlichen den Tod und die Ermordung von Palästinensern, sie indoktrinieren ihre Kinder, Israelis zu ermorden und Terroranschläge zu verüben, und wenn Israel sich dann verteidigt, kommt der palästinensische Vertreter hierher, steht hier und geht ins Abseits.

Der palästinensische Vertreter kommt hierher, steht hier und vergießt seine Krokodilstränen, als ob er sie nicht alle zu Selbstmordattentaten und Terroranschlägen geschickt hätte. Nicht ein einziger palästinensischer Führer, nicht einmal ein einziger, hat das Massaker vom 7. Oktober verurteilt.

Er nennt die Hamas seine Brüder, und es sind diese, denen Ihr die Rechte eines Staates zusprechen wollt? einer terroristischen Entität? Solange viele von Ihnen die Juden hassen, kümmert es Euch nicht wirklich, dass die Palästinenser nicht friedlich sind.

Trotz Ihrer Verpflichtung, die Charta der Vereinten Nationen zu respektieren, seid Ihr heute hier, um darzulegen, was die Charta für Euch wirklich bedeutet, wenn es um das Leben von Israelis und Juden geht, bedeutet die Charta der Vereinten Nationen für Euch nichts – NADA – kaput.

Indem Ihr die Charta ignorieren und den Palästinensern die Privilegien eines Mitgliedsstaates gewähren, beweisen Sie, dass Moral für Euch nur ein Slogan ist, während Politik und Interessen vorherrschen. Für Euch ist die Charta der Vereinten Nationen nur ein bedeutungsloses Dokument, und die heutige Abstimmung wird dies beweisen.

Wissen Sie, was Ihr heute tut?
Heute entleert Ihr die Charta ihrer Substanz, und Ihr tut dies am Tag nach dem brutalsten Massaker an meinem Volk seit dem Holocaust, auf der Asche des Massakers vom 7. Oktober.

Warum ist das so?

Dieser Tag wird in die Annalen der Infamie eingehen: Die UNO, eine Organisation, die am Tag nach der systematischen Ermordung von 6 Millionen Juden gegründet wurde, missachtet ihre Gründungscharta und fördert ein weiteres völkermörderisches Regime, das die Existenz des jüdischen Volkes bedroht. Ich möchte, dass die ganze Welt sich an diesen Moment, an diese unmoralische Tat erinnert.

Heute werde ich Ihnen daher einen Spiegel vorhalten, es ist Eure Spiegel, damit Ihr genau sehen könnt, was Ihr der Charta der Vereinten Nationen mit dieser zerstörerischen Abstimmung antut.
Ihr zerreißt die Charta der Vereinten Nationen mit Eure eigenen Händen. Ja, ja, das ist es, was Ihr tut, Ihr zerreißt die Charta der Vereinten Nationen.

UN shredding the UN Charter.
UN shredding the UN Charter


Shame on you

Danke, Herr Präsident


UNO befreundet mit dem Islamischen Dschihad

Denn nicht mehr sollst du Herrin der Königreiche genannt werden. Ich war ergrimmt über mein Volk, ich entweihte mein Erbteil, und ich gab sie in deine Hand. Du hast ihnen kein Erbarmen erzeigt, auf den Greis legtest du schwer dein Joch; und du sprachst: In Ewigkeit werde ich Herrin sein! so daß du dir dieses nicht zu Herzen nahmst, das Ende davon nicht bedachtest. Und nun höre dieses, du Üppige, die in Sicherheit wohnt, die in ihrem Herzen spricht: Ich bin’s und gar keine sonst! Ich werde nicht als Witwe sitzen, noch Kinderlosigkeit kennen.
(Die Bibel)

Die Vereinten Nationen versuchten, eine Resolution zu verabschieden, in der empfohlen wird, der radikal-islamistischen Palästinensischen Autonomiebehörde die Vollmitgliedschaft in der UNO als palästinensischer Staat zu gewähren.

Ergebnisse: Die Entschließung wurde nicht angenommen: 12 Ja-Stimmen, 1 Veto: USA, 2 Stimmenthaltungen: Großbritannien und die Schweiz.

Die Nationen und ihre Medien dämonisieren Israel Tag für Tag auf höfliche und geschickte Weise und nehmen dieser Nation, ohne es auszusprechen, das Recht, sich zu verteidigen und das Recht, auf dem Land zu existieren, das ihr gegeben wurde. Es wird zur Normalität, dass man auf der Straße oder am Arbeitsplatz schlechte Dinge über Israel und seine Führer hört.

Noch trauriger ist die Tatsache, dass ein Teil des Christentums seit der Zeit der Kirchenväter und bis zur heutigen Zeit mit der Ersatztheologie antisemitisch ist. Jeder kann die Bibel lesen, auch der Teufel, aber manche übergehen die Passagen über die Erwählung des Gottesvolkes und betrachten den Begriff Jude als Beleidigung. Sie segnen oder entschuldigen palästinensische Islamisten und verfluchen Juden, machen sogar Witze über Gaskammern und Öfen. Was für ein Fluch!

Am Ende hätten die Juden nur ein Recht: staatenlos zu sein, zu sterben und nie existiert zu haben. Das Gebet des Apostels Paulus, der sich immer noch als Israelit betrachtete, nachdem er von der Finsternis zum Licht übergegangen war, lautete wie folgt:

Brüder, mein Herzenswunsch und Gebet zu Gott für sie ist, dass sie gerettet werden.

Er bekräftigt:

Hat Gott sein Volk verworfen? Weit gefehlt! Denn auch ich bin ein Israelit, aus dem Samen Abrahams, aus dem Stamm Benjamin. Gott hat sein Volk nicht verstoßen, das er schon vorher kannte…

Wir erteilen nun Gilad Erdan, dem Ständigen Vertreter Israels bei den Vereinten Nationen, das Wort, um seine Ansichten und sein Recht auf eine Antwort auf die Haltung der UNO darzulegen, die sich seit Monaten gegenüber dem mörderischen Islamismus der Hamas, des UNRWA, der Palästinensischen Autonomiebehörde und der iranischen Ajatollahs selbstgefällig zeigt.


Rede vor den Vereinten Nationen am 2024-04-19 .


Did anyone hear any Palestinian leader even condemn the massacre of our childre

Gilad Erdan

Ich danke Ihnen, Herr Präsident,
verehrte Minister, Kollegen, Generalsekretär,


Wie oft ist dieser Rat zusammengekommen, um zu erörtern, wie die Freilassung unserer in Gaza festgehaltenen Geiseln vorangebracht werden kann? Wie oft?

Nicht ein einziges Mal.

Wie viele Verurteilungen hat dieser Rat gegen die Hamas oder für ihr abscheuliches Massaker vom 7. Oktober ausgesprochen?

Null.

Doch anstatt die Gräueltaten der Hamas zu verurteilen oder Maßnahmen, echte Maßnahmen, zu ergreifen, um unsere Geiseln nach Hause zu bringen, wird dieser Rat über eine Resolution abstimmen, in der empfohlen wird, der Palästinensischen Autonomiebehörde den Status einer Vollmitgliedschaft, eines palästinensischen Staates, zu verleihen.

Wie realitätsfern kann dieser Rat sein, dass er seine Zeit und seine Ressourcen dafür einsetzt, eine Resolution zu unterstützen, die so wenig mit der Realität vor Ort zu tun hat?
Für eine Resolution, die keinerlei positive Auswirkungen für irgendeine Partei haben wird, die auf Jahre hinaus nur Zerstörung anrichten und jede Chance auf einen künftigen Dialog zunichte machen wird.

Liebe Kolleginnen und Kollegen, sechs Monate nach dem 7. Oktober, dem brutalsten Massaker an Juden seit dem Holocaust, versucht dieser Rat, die Unterstützer und Täter dieser Gräueltaten mit der Staatlichkeit zu belohnen:

Die kindermordende Hamas, die Vergewaltiger, schauen dieser Sitzung zu und lächeln. Es gibt keinen größeren Preis für den Terror als das heutige Treffen.

Ich möchte alle daran erinnern, dass die Grundvoraussetzungen für die Aufnahme in die UNO sind:

A: ständige Bevölkerung
B: definiertes Territorium
C: Regierung
und D: die Fähigkeit, Beziehungen zu anderen Staaten aufzunehmen.


Aber vor allem ein sehr wichtiger Grundsatz, der in Artikel 4 der UN-Charta verankert ist, lautet, ich zitiere:Die Mitgliedschaft in den Vereinten Nationen steht allen friedliebenden Staaten offen“.

Friedensliebend? Was für ein Witz!

Zweifelt irgendjemand daran, dass die Palästinenser diese Kriterien nicht erfüllen?

Hat irgendjemand hier, irgendein palästinensischer Führer, auch nur das Massaker an unseren Kindern verurteilt?

Die Palästinensische Autonomiebehörde hat absolut keine Kontrolle über Gaza.
Ihr alle wisst es, jeder weiß es, aber auch in Judäa und Samaria werden ganze Viertel und Städte von anderen Terrorbanden, Löwenhöhlen und anderen beherrscht.
: Die Hamas in Gaza, der Palästinensische Islamische Dschihad in Nablus.

Und die Palästinensische Autonomiebehörde hat ironischerweise keine Autonomiebehörde, also wen erkennt der Rat heute an und verleiht ihm den Status einer Vollmitgliedschaft?

Wer wird das Sagen haben, während dies an sich schon Grund genug ist, diese kranke Belohnung für palästinensischen Terror abzulehnen.
Die Palästinensische Autonomiebehörde ist das Gegenteil einer friedliebenden Organisation.


Die Palästinensische Autonomiebehörde hat nicht nur das Massaker vom 7. Oktober nicht verurteilt, sie zahlt auch allen Terroristen, die daran beteiligt waren, monatliche Gehälter und belohnt die Vergewaltiger.


Dies ist ein völkermordfreundliches Gebilde, das hier keinen Status verdient, aber leider spielt es für einige der Mitglieder hier keine Rolle, dass die Palästinenser nicht in der Lage sind, die Kriterien zu erfüllen.

Es spielt keine Rolle, denn für einige von Ihnen hat der palästinensische Status nichts mit der UN-Charta oder mit rechtlichen Kriterien zu tun.
Alles, was damit zu tun hat, sind Politik und Interessen.

Die UN-Charta ist für sie nur wichtig, wenn sie gegen Israel verwendet werden kann. Im Bericht der Ratskommission zur Aufnahme neuer Mitglieder steht es sogar schwarz auf weiß.

Lassen Sie mich aus Punkt 3 des Berichts zitieren, Ihrem Bericht, und ich zitiere:

“Mehrere Mitglieder äußerten die Ansicht, dass die Aufnahme des Staates Palästina in die Vereinten Nationen eher eine politische Angelegenheit als eine technische oder rechtliche Voraussetzung sei“.

Mit anderen Worten: UN-Charta hin oder her, Völkerrecht hin oder her.
Ich wiederhole: Das Völkerrecht und die UN-Charta sind nur dann wichtig, wenn sie als Waffe gegen Israel eingesetzt werden können.

Aber wenn der Bruch des Gesetzes bedeutet, die einseitige Errichtung eines palästinensischen Terrorstaates, eines palästi-Nazistaates, voranzutreiben, dann bitte sehr…

Das sind doch nur leere Worte auf dem Papier, oder? Dieser Rat hat beschlossen, sich auf Kosten aller anderen Katastrophen in der Welt darauf zu konzentrieren, Terroristen einen Preis zu verleihen.
Den Tätern und Unterstützern des 7. Oktober den Status einer Vollmitgliedschaft in der UNO zu gewähren, ist die abscheulichste Belohnung für die abscheulichsten Verbrechen.

Wenn diese Resolution verabschiedet wird, sollte dieser Rat, Gott bewahre, nicht mehr Sicherheitsrat, sondern Terrorrat heißen.
Das Einzige, was eine erzwungene einseitige Anerkennung eines palästinensischen Staates bewirken wird, ist, dass künftige Verhandlungen nahezu unmöglich gemacht werden.

Solange die Palästinenser das Gefühl haben, dass sie dieses politisierte Gremium zu ihrem Vorteil ausnutzen können, warum sollten sie sich am Verhandlungstisch bemühen oder einen Kompromiss unterstützen?
Glauben Sie wirklich, dass diese Resolution eine Lösung wahrscheinlicher macht oder irgendetwas an der Situation vor Ort ändert?

Die Palästinenser haben jeden Friedensplan abgelehnt, den es je gab, und sie unterstützen weiterhin den Terror und den Boykott von Verhandlungen, und jetzt wissen sie, dass sich ihre Ablehnung auszahlt.
Sie können zu jedem amerikanischen Präsidenten Nein sagen und bekommen trotzdem, was sie fordern, denn die UNO lässt sich von der Politik leiten, nicht von Moral oder Wahrheit.

Alles, was dieser Rat mit diesem destruktiven Ansatz erreicht, ist, dass eine Lösung unerreichbar wird. Bei der UNO geht es leider nicht mehr um Multilateralismus, sie hat sich dem Multi-Terrorismus verschrieben.
Im Sicherheitsrat zahlt sich der Terror aus, das ist beschämend.

Ich habe immer die politische Fäulnis innerhalb der UNO angeprangert, dass hier leider nichts auf Wahrheit und Gerechtigkeit basiert, sondern auf giftiger Politisierung und heute ist die Maske endgültig gefallen, der Rat hat sich selbst entlarvt.

Bitte, geben Sie der Politik nicht nach und unterstützen Sie diese gefährliche Resolution nicht.
Wie können Sie eine Entschließung, die so destruktiv und unmoralisch ist, zum denkbar schlechtesten Zeitpunkt unterstützen?

Liebe Kolleginnen und Kollegen, der Rat war nicht die einzige Einrichtung, die in dieser Woche ihr wahres Gesicht gezeigt hat.

Am Samstagabend fiel mit dem Abschuss von über 300 ballistischen Drohnen und Marschflugkörpern auf Israel auch die Maske des Ayatollah-Regimes. Der Iran entlarvte sich als der Terrorstaat, der er ist.

Doch der heutige Tag markiert einen weiteren Meilenstein in der blutgetränkten Geschichte des Ayatollah-Regimes.

Am 18. April 1983 raste ein mit 1000 kg Sprengstoff beladener Chevrolet Pickup durch die Tore der US-Botschaft in Beirut, krachte in das Gebäude und detonierte. Bei dieser Explosion kamen 63 Menschen ums Leben.

Sie sprechen viel über Botschaften und die Bedeutung von Botschaften.
Und die Hisbollah bekannte sich dazu, und heute, am 18. April 2024, genau 41 Jahre später, wird dieser Rat, der “Sicherheitsrat”, von einem Erzterroristen angesprochen werden, dessen Regime die Hisbollah finanziert, ausbildet und anleitet.

Der Außenminister des Ayatollah-Regimes, Husen Amir Abuliydan, ist Mitglied der Iranischen Revolutionsgarde.
Diese Terrororganisation, die IRGC, ist weltweit für Blutvergießen und Zerstörung verantwortlich:

Von Terroranschlägen in Südamerika und Attentaten auf europäischem und amerikanischem Boden bis hin zum Waffenhandel in Afrika und der Unterstützung des Terrors im gesamten Nahen Osten – die IRGC ist im Geschäft mit dem Mord.

Die IRGC wird nicht nur in Israel, sondern auch in den Vereinigten Staaten, in Bahrain und Saudi-Arabien als terroristische Organisation eingestuft.

Sowohl ich als auch meine arabischen und amerikanischen Kollegen sind sich einig, dass der Mann, der heute vor diesem Rat sprechen wird, ein Terrorist ist.

Und dass er ausgerechnet heute hier anwesend ist, ist ein weiterer Beweis dafür, wie die UNO zu einem Himmel für Diktaturen und Terrorregime geworden ist, um ihre Verbrechen zu beschönigen.

Kolleginnen und Kollegen! Es ist der Iran, der dafür gesorgt hat, dass die Hamas das Massaker vom 7. Oktober inszenieren konnte. Es ist das Ayatollah-Regime in Teheran, das die Hisbollah mit Waffen versorgt hat, damit sie Raketen auf israelische Städte abschießen kann.

Es ist das Ajatollah-Regime in Teheran, das die Hutis mit Marschflugkörpern ausgestattet hat, um Handelsschiffe zu beschießen.
Und es ist das Ayatollah-Regime, das vor weniger als einer Woche einen noch nie dagewesenen Angriff auf Israel, einen UN-Mitgliedsstaat, startete.

Anstatt die IRGC als Terrororganisation zu bezeichnen und das böse Regime des Irans zu sanktionieren, öffnet der Sicherheitsrat seine Türen für den Außenminister des Irans, der ein Terrorist ist.

Konnt Ihr nicht erkennen, was hier vor sich geht? Der Terrorminister Abdollahian ist nicht hier, um sein Bedauern darüber auszudrücken, dass sein Regime einen Anschlag verübt hat, und um dem Rat zu sagen, dass die Islamische Republik ihren Weg geändert hat.

Er ist hier, um Euch zum Gespött zu machen. Er ist hier, um Ihnen allen in Ihren Anzügen und mit Ihren diplomatischen Feinheiten zu zeigen, dass sein Land am Samstag einen Angriff auf einen anderen Mitgliedstaat verüben kann, und dann kann er am Donnerstag hierher kommen, um Sie alle über Menschenrechte und internationales Recht zu belehren.

Die heutige Anwesenheit von Minister Abdollahians macht diese Institution zu einer Farce!

Leider ist es jedem Diktator und Terrorstaat klar, dass die UNO jeden Hauch von Gerechtigkeit verloren hat und nur noch ein Klumpen politisierter Knetmasse ist, der nach Belieben der Tyrannen geformt werden kann.

Und der Rat spielt bei dieser zerstörerischen Scharade mit.

Liebe Kolleginnen und Kollegen, wenn Ihr immer noch glaubt, dass dieses Gremium irgendeine Bedeutung hat, dann frage ich Sie, ja bitte ich Sie, welche Maßnahmen der Rat gegen den Iran wegen seines Angriffs auf Israel in dieser Woche ergriffen hat?

Der Außenminister eines völkermordenden Regimes wird heute hier sprechen, während sein Land auf Atomwaffen zusteuert.
Hat dieser Rat irgendetwas unternommen, um dies zu verhindern?

Nein, nichts, stattdessen sind wir heute zusammengekommen, um die Lage in Gaza zu erörtern.

Ist es jemandem von Ihnen in den Sinn gekommen, dass der Terrorminister Abdollahian hier ist, um sicherzustellen, dass Sie sich auf Gaza konzentrieren und nicht auf die Verbrechen seines eigenen Regimes?
Traurigerweise werdet Ihr mit einem Drehbuch abgespeist, das von Kaminahi geschrieben und von Sinwar bearbeitet wurde – ein Drehbuch, das von Terroristen entwickelt wurde.

Aufgrund des Drehbuchs von Khamenei und Sinwar begehen die Terroristen Akte der schieren Bosheit gegen Israel, sie nutzen Zivilisten als menschliche Schutzschilde, und wenn Israel sich verteidigt, wird die UNO Israel zu einem Waffenstillstand zwingen und ihr Überleben sichern.
Die Terroristen wissen, dass nichts die Aufmerksamkeit der UNO mehr fesselt als Israel.

Solange Israel sich selbst verteidigt, können alle anderen Menschenrechtsverletzer weiterhin Verbrechen begehen.
Eure Augen werden auf Gaza gerichtet bleiben, während der Rest der Welt brennt, und genau das geschieht heute.
Ihr sitzt hier und konzentriert Euch wieder auf Israel, konzentriert Euch auf den Gazastreifen, und wir werden von internationalem Recht, Menschenrechten und vielen anderen Begriffen hören, mit denen dieser Rat gerne um sich wirft, aber in Wirklichkeit kümmert sich dieser Rat nicht um Menschenrechte oder internationales Recht.

Ihr habt Euch sogar geweigert, unsere Gemeinden im Süden Israels zu besuchen, und ich habe Sie alle eingeladen, die von der Hamas verwüstet wurden, alles ist politisch und verzerrt.

Ihr wisst besser als die meisten anderen, dass das Ayatollah-Regime nur noch wenige Wochen von seinen nuklearen Fähigkeiten entfernt ist.
Dieser globale Sponsor hat seine Stellvertreter in der ganzen Region, die Tod und Zerstörung säen, aber der Iran genießt hier Immunität, weil dieses Schurkenregime hier im Rat Verbündete hat, die es und seine Terrorstellvertreter schützen.
Das ist der Grund, warum Sie die Hamas und andere Terrororganisationen nie als solche bezeichnen werden, obwohl die ganze Welt weiß, dass sie es sind.

In der Ukraine tobt immer noch ein Krieg, während das Land, das ihn begonnen hat, hier in diesem Rat sitzt und von Frieden und der Verteidigung von Zivilisten predigt.
Dies ist eine rückständige Welt.

In dieser Woche jährt sich der Krieg im Sudan zum ersten Mal. Millionen sind aus ihren Häusern geflohen, Millionen hungern, unzählige Zivilisten wurden ermordet.

Hat dieser Rat seit Beginn des Krieges im Sudan eine einzige Sitzung auf Ministerebene zu den Gräueltaten abgehalten?

Nein, nicht eine, aber heute findet die vierte Ministerdebatte des Sicherheitsrates über Gaza statt, die vierte! vier über Gaza und keine einzige über den Sudan, im vergangenen Jahr.

Die Doppelmoral kennt hier keine Grenzen.

Der Aufwand an Zeit, Mühe und Ressourcen, der hier betrieben wird, erweckt den Anschein, als sei der Rest der Welt eine reine Utopie.
Dass wir außerhalb des Gazastreifens in einer sorgenfreien Welt leben, hakuna matata, die einzigen Menschen, denen dieses Treffen dient, sind Ayatollah Khamenei und Yahya Sinwar, das möchte ich nochmals betonen.

Einige von Euch denken vielleicht, dass Ihr den Palästinensern dient, aber das tut Ihr nicht.

Indem Ihr dieses Treffen abhaltet, unterstützet Ihr Khamenei und Sinwar.
Ihr bestimmt hier die Tagesordnung, und kaum einer von Euch scheint es zu bemerken!

Liebe Kolleginnen und Kollegen, wenn die UNO nicht in der Lage ist, Kriege zu verhindern oder die Menschenrechte zu verteidigen, hat sie jeden Grund verloren, weiter zu arbeiten.

Der Tag wird kommen, an dem diese Organisation geschlossen wird, die UNO, wie wir sie kennen, wird aufhören zu existieren, und an ihrer Stelle wird ein Gremium stehen, das sich wirklich um die Menschenrechte kümmert, das wirklich für den Frieden kämpft, das in der Lage ist, die Politik zum Wohle von Gerechtigkeit, Moral und Menschlichkeit beiseite zu schieben, und wenn dieser Tag gekommen ist, Und wenn dieser Tag kommt, und das wird er, dann wird man sich an diese Sitzung und die Abstimmung zur Erzwingung eines palästi-nazistischen Staates als Katalysator des Zusammenbruchs der UNO erinnern, eine Sitzung, bei der die Welt brannte, aber alles, was den Sicherheitsrat interessierte, war, den Terroristen in Gaza beim Überleben zu helfen, eine Sitzung, bei der einer Terrororganisation der Status einer Vollmitgliedschaft verliehen werden konnte.
So tief ist die UNO gesunken, und deshalb hat die UNO in ihrer jetzigen Form keine Zukunft.

Ich bete wirklich, bete für hellere Tage, für eine Zeit, in der die UNO die Kräfte der Finsternis erfolgreich bekämpfen kann und sie nicht willkommen heißt und von ihnen beeinflusst wird.

Vielen Dank, Herr Präsident

L’ONU complaisante avec les sectes meurtrières de l’Islam

“… On ne t’appellera plus la souveraine des royaumes. J’étais irrité contre mon peuple, J’avais profané mon héritage, Et je les avais livrés entre tes mains: Tu n’as pas eu pour eux de la compassion, Tu as durement appesanti ton joug sur le vieillard. Tu disais: A toujours je serai souveraine! Tu n’as point mis dans ton esprit, Tu n’as point songé que cela prendrait fin. Écoute maintenant ceci, voluptueuse, Qui t’assieds avec assurance, Et qui dis en ton cœur: Moi, et rien que moi! Je ne serai jamais veuve, Et je ne serai jamais privée d’enfants! ” (Esaïe 47:5b-8)

L’ONU a voté une résolution recommandant d’accorder à l’Autorité palestinienne, des islamistes radicaux, le statut de membre de l’ONU à part entière, en tant qu’État palestinien.

Résultats: La résolution n’a pas été adoptée : 12 voix pour , 1 véto: USA, 2 abstentions: UK et Suisse.

Les nations et leur médias, pour la plupart, démonisent poliment et habilement Israël de jour en jour, enlevant à cette nation, sans le dire, le droit de se défendre et le droit d’exister sur la terre qui lui a été donnée. Il devient normal d’entendre du mal d’Israël et de ses dirigeants, de la rue jusque sur son lieu de travail.

Il est encore plus triste de constater qu’une partie du christianisme, dès les pères de l’Eglise, et jusqu’à ce jour avec la théorie du remplacement, a été antisémite. Chacun peut lire la Bible, le diable aussi, mais certains omettent les passages relatif à l’élection du peuple de Dieu, et voient dans le terme juif une insulte. Ils bénissent ou excusent les islamistes palestiniens, et maudissent les juifs, et plaisantent même des chambres à gaz ou des fours. Quelle malédiction !

En fin de compte, les juifs n’auraient qu’un droit, être apatrides, mourir, et ne jamais avoir exister. La prière de l’Apôtre Paul, qui se considérait encore Israélite après être passé des ténèbres à la lumière, fut la suivante :

Frères, le vœu de mon cœur et ma prière à Dieu pour eux, c’est qu’ils soient sauvés.

Il affirme :

Dieu a-t-il rejeté son peuple? Loin de là! Car moi aussi je suis Israélite, de la postérité d’Abraham, de la tribu de Benjamin. Dieu n’a point rejeté son peuple, qu’il a connu d’avance …

Laissons maintenant la parole à Gilad Erdan, représentant permanent d’Israël auprès des Nations Unies, présenter son éclairage et droit de réponse à l’attitude de l’ONU, depuis des mois complaisante à l’islamisme meurtrier du Hamas, de l’UNRWA, de l’autorité palestinienne et des Ayatollah iraniens.
Traduction par Vigi-Sectes du discours aux Nations Unis du 2024-04-19 .

Did anyone hear any Palestinian leader even condemn the massacre of our childre

Merci Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les ministres, chers collègues, Monsieur le Secrétaire général

Combien de fois ce Conseil s’est-il réuni pour discuter des moyens de faire avancer la libération de nos otages détenus à Gaza ? Combien de fois ? pas même une fois.

Combien de condamnations ce Conseil a-t-il prononcées contre le Hamas ou pour son odieux massacre du 7 octobre ? Aucune.

Pourtant, plutôt que de condamner les atrocités commises par le Hamas ou de prendre des mesures, de vraies mesures, pour ramener nos otages à la maison, ce Conseil votera une résolution recommandant d’accorder à l’Autorité palestinienne le statut de membre à part entière, d’État palestinien.

À quel point ce Conseil peut-il être détaché de la réalité pour consacrer son temps et ses ressources à soutenir une résolution aussi déconnectée de la réalité sur le terrain ?

Une résolution qui n’aura aucun impact positif pour aucune des parties, qui ne fera que détruire pour les années à venir et qui nuira à toute chance de dialogue futur.

Chers collègues, six mois après le 7 octobre, le massacre de Juifs le plus brutal depuis l’Holocauste, ce Conseil cherche à récompenser les partisans et les auteurs de ces atrocités en leur donnant le statut d’État :

Les assassins d’enfants du Hamas, les violeurs, observent cette réunion et sourient. Il n’y a pas de plus grand prix pour la terreur que la réunion d’aujourd’hui.

Permettez-moi de rappeler à tout le monde que les conditions fondamentales d’admission à l’ONU sont les suivantes :

A : une population permanente

B : un territoire défini

C : un gouvernement

et D : la capacité d’établir des relations avec d’autres États

mais, avant tout, un principe très important énoncé à l’article 4 de la Charte des Nations unies, est, je cite :

« l’admission aux Nations unies est ouverte à tous les États pacifiques ».

Pacifiques ? quelle blague !

Quelqu’un doute-t-il que les Palestiniens ne répondent pas à ces critères ?

Quelqu’un ici, un dirigeant palestinien, a-t-il même condamné le massacre de nos enfants ? L’Autorité palestinienne n’a absolument aucun contrôle sur Gaza.

Vous le savez tous, tout le monde le sait, mais même en Judée et en Samarie, des quartiers et des villes entières sont dirigés par d’autres gangs terroristes, Den lion, etc.: Hamas à Gaza, Jihad islamique palestinien à Nablouse.

Et l’Autorité palestinienne, ironiquement, n’a pas d’Autorité, alors qui le Conseil vote-t-il pour reconnaître aujourd’hui et donner le statut de membre à part entière ?

Qui sera responsable alors que cette situation est en soi un motif suffisant pour rejeter cette récompense malsaine pour la terreur palestinienne?

L’Autorité palestinienne est le contraire d’une entité pacifique. Non seulement l’Autorité palestinienne n’a pas condamné le massacre du 7 octobre, mais elle verse des salaires mensuels à tous les terroristes qui y ont pris part, récompensant ainsi les violeurs.

Il s’agit d’une entité aimant le génocide, qui ne mérite aucun statut ici, mais malheureusement, pour certains des membres ici présents, l’incapacité des Palestiniens à répondre aux critères n’a tout simplement pas d’importance.
Cela n’a pas d’importance, parce que pour certains d’entre vous, le statut palestinien n’a rien à voir avec la Charte des Nations unies ou les critères juridiques. Tout ce qui compte, c’est la politique et les intérêts. La Charte des Nations unies n’est importante pour eux que lorsqu’elle peut être utilisée contre Israël.

Le rapport de la commission du Conseil sur l’admission de nouveaux membres l’indique même noir sur blanc. Permettez-moi de citer la clause 3 du rapport, votre rapport, et je cite :

« plusieurs membres ont exprimé le point de vue selon lequel l’admission de l’État de Palestine en tant que membre des Nations unies était une question politique plutôt qu’une exigence technique ou juridique ».

En d’autres termes, que la Charte des Nations unies soit damnée, que le droit international soit damné.

Je le répète, le droit international et la Charte des Nations unies ne sont importants que lorsqu’ils peuvent être utilisés comme arme contre Israël.
Mais si le fait d’enfreindre le droit permet de promouvoir la création unilatérale d’un État palestinien terroriste, d’un État “palesti-nazi”, alors il n’y a pas de problème…

Ce ne sont que des mots vides sur le papier, n’est-ce pas ?

Ce que ce Conseil a décidé de faire, au détriment de toutes les autres calamités dans le monde, c’est d’accorder un prix aux terroristes.
Accorder aux auteurs et aux partisans du 7 octobre le statut de membre à part entière de l’ONU est la plus vile des récompenses pour les crimes les plus vils.

Si cette résolution est adoptée, Dieu nous en préserve, ce Conseil ne devrait plus être connu sous le nom de Conseil de sécurité, mais sous celui de Conseil de la terreur. La seule chose qu’une reconnaissance unilatérale forcée d’un État palestinien fera, c’est de rendre toute négociation future presque impossible. Tant que les Palestiniens auront le sentiment qu’ils peuvent exploiter cet organe politisé à leur profit, pourquoi se donneraient ils la peine de s’asseoir à la table des négociations ou de soutenir un quelconque compromis ?

Pensez-vous honnêtement que cette résolution rendra une solution plus probable ou changera quoi que ce soit sur le terrain ? Les Palestiniens ont rejeté tous les plans de paix jamais élaborés, ils continuent à soutenir la terreur et à boycotter les négociations, et ils savent maintenant que leur rejet est payant.

Ils peuvent dire non à n’importe quel président américain, mais ils obtiendront toujours ce qu’ils demandent, parce que l’ONU est guidée par la politique, et non par la moralité ou la vérité.

Tout ce que ce Conseil accomplit par cette approche destructrice, c’est de rendre une solution inaccessible. L’ONU n’a plus rien à voir avec le multilatéralisme, malheureusement, elle est désormais engagée dans le multi-terrorisme.

Au Conseil de sécurité, la terreur rapporte, c’est honteux. J’ai toujours dénoncé la pourriture politique au sein de l’ONU qui, malheureusement, n’est pas fondée sur la vérité et la justice mais sur une politisation toxique et aujourd’hui, le masque est enfin tombé, le Conseil s’est mis à nu.

S’il vous plaît, ne cédez pas à la politique et ne soutenez pas cette résolution dangereuse.

Comment pouvez-vous soutenir une résolution aussi destructrice et immorale au pire moment possible ?

Chers collègues, le Conseil n’a pas été la seule entité à dévoiler son vrai visage cette semaine. Samedi soir, avec le lancement de plus de 300 drones, missiles balistiques et missiles de croisière sur Israël, le masque du régime des ayatollahs est également tombé. L’Iran s’est révélé comme l’État terroriste qu’il est.

Mais aujourd’hui marque une nouvelle étape dans l’histoire sanglante du régime des Ayatollahs. Le 18 avril 1983, une camionnette Chevrolet bourrée de 1000 kg d’explosifs a franchi les portes de l’ambassade des États-Unis à Beyrouth, s’est écrasée sur le bâtiment et a explosé.

Cette explosion a tué 63 personnes.
Vous parlez beaucoup des ambassades et de leur importance.

Le Hezbollah a revendiqué l’attentat et aujourd’hui, le 18 avril 2024, exactement 41 ans plus tard, ce Conseil le « Conseil de sécurité » sera saisi par un terroriste notoire, dont le régime finance, arme, entraîne et dirige le Hezbollah.

Le ministre des affaires étrangères du régime des Ayatollahs, Husen Amir Abuliydan, est membre du Corps des gardes révolutionnaires iraniens.
Cette organisation terroriste est responsable de carnages, d’effusions de sang et de destructions dans le monde entier :

Qu’il s’agisse d’attaques terroristes en Amérique du Sud, de complots d’assassinat sur le sol européen et américain, de trafic d’armes en Afrique ou de parrainage de la terreur au Moyen-Orient, le Corps des gardiens de la révolution iranienne est une entreprise de meurtre.

Le CGRI est une organisation terroriste désignée, non seulement en Israël et aux États-Unis, mais aussi au Bahreïn et en Arabie saoudite. Mes collègues arabes et américains et moi-même sommes d’accord pour dire que l’homme qui s’adressera à ce Conseil plus tard dans la journée est un terroriste.

Et sa présence ici aujourd’hui est une nouvelle preuve de la façon dont les Nations unies sont devenues un paradis pour les dictatures et les régimes de terreur, où ils peuvent blanchir leurs crimes.

Chers collègues, c’est l’Iran qui a permis au Hamas d’orchestrer le massacre du 7 octobre. C’est le régime des ayatollahs de Téhéran qui a fourni des armes au Hezbollah pour qu’il fasse pleuvoir des missiles sur les villes israéliennes. C’est le régime des ayatollahs de Téhéran qui a équipé les Huttis de missiles de croisière pour tirer sur les navires marchands.

Et c’est le régime des ayatollahs qui a lancé une attaque sans précédent contre Israël, un autre État membre des Nations unies, il y a moins d’une semaine. Pourtant, au lieu de désigner le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une organisation terroriste et de sanctionner le régime iranien, le Conseil de sécurité ouvre ses portes au ministre iranien des affaires étrangères, considéré comme un terroriste.

Ne voyez-vous pas ce qui se passe ici ?
Le ministre de la terreur, M. Abdollahian, n’est pas ici pour exprimer sa tristesse face à l’attentat perpétré par son régime et pour dire à ce Conseil que la République islamique a changé d’attitude. Il est ici pour se moquer de vous.

Il est ici pour vous montrer à tous, dans vos costumes et avec vos subtilités diplomatiques, que son pays peut lancer une attaque contre un autre État membre le samedi, et qu’il peut ensuite venir ici le jeudi pour vous faire la leçon sur les droits de l’homme et le droit international.
La présence du ministre Abdollahians ici aujourd’hui fait de cette institution une plaisanterie !

Malheureusement, il est clair pour tous les dictateurs et les États terroristes que les Nations Unies ont perdu toute notion de justice et qu’elles ne sont plus qu’un amas de pâte à modeler politisée que les tyrans peuvent modeler à leur guise.

Et le Conseil joue le jeu de cette mascarade destructrice.

Chers collègues, si vous croyez encore que cet organe a une quelconque pertinence, alors je vous demande, je vous supplie même, quelle action a été prise par le Conseil contre l’Iran pour son attaque contre Israël cette semaine ?

Le ministre des affaires étrangères d’un régime génocidaire s’exprimera ici aujourd’hui, alors que son pays se dirige à grands pas vers l’armement nucléaire. Le Conseil a-t-il pris des mesures pour empêcher cela ?
Non, rien.

Au lieu de cela, nous sommes réunis aujourd’hui pour discuter de la situation à Gaza.

L’un d’entre vous a-t-il pensé que le ministre de la terreur Abdollahian est ici pour s’assurer que vous vous concentrez sur Gaza plutôt que sur les crimes de son propre régime ? Malheureusement, on vous sert un scénario à la petite cuillère, écrit par Kaminahi et édité par Sinwar, un scénario conçu par des terroristes.
En raison du scénario de Khamenei et de Sinwar, les terroristes commettent des actes de pure méchanceté contre Israël, ils exploitent les civils comme boucliers humains et, lorsqu’Israël se défend, l’ONU fait pression sur Israël pour qu’il cesse le feu et assure sa survie.

Les terroristes savent que rien ne capte plus l’attention de l’ONU qu’Israël.

Tant qu’Israël se défend, tous les autres violateurs des droits de l’homme peuvent continuer à commettre des crimes. Vos yeux resteront rivés sur Gaza, tandis que le reste du monde brûlera, et c’est précisément ce qui se passe aujourd’hui.

Nous entendrons parler de droit international, de droits de l’homme et de bien d’autres termes que ce Conseil adore lancer, mais en réalité, ce Conseil, en tant que Conseil, n’a que faire des droits de l’homme ou du droit international.

Vous avez même refusé de visiter nos communautés dans le sud d’Israël, et je vous ai tous invités, qui ont été dévastées par le Hamas, tout est politique et déformé.
Vous savez mieux que quiconque que le régime des Ayatollahs est à quelques semaines de se doter de capacités nucléaires.

Ce sponsor mondial a ses mandataires dans toute la région, semant la mort et la destruction, mais l’Iran bénéficie d’une immunité ici, parce que ce régime voyou a des alliés au sein de ce Conseil, qui le protègent, lui et ses mandataires de la terreur.
C’est la raison pour laquelle vous ne désignerez jamais le Hamas et les autres organisations terroristes, bien que le monde entier sache que c’est le cas.

La guerre fait toujours rage en Ukraine, alors que le pays qui l’a déclenchée siège ici au Conseil, prêchant la paix et la défense des civils.

Nous vivons dans un monde rétrograde.

Cette semaine marque le premier anniversaire de la guerre au Soudan, des millions de personnes ont fui leurs maisons, des millions d’autres meurent de faim, d’innombrables civils ont été assassinés.

Depuis le début de la guerre au Soudan, ce Conseil a-t-il tenu une seule réunion au niveau ministériel sur ces atrocités ? Non, pas une seule, mais aujourd’hui marque le quatrième débat ministériel du Conseil de sécurité sur Gaza, le quatrième ! quatre sur Gaza et pas un seul sur le Soudan, au cours de l’année écoulée.

La politique de deux poids, deux mesures ne connaît pas de limites.
Le temps, les efforts et les ressources qui y sont consacrés donnent l’impression que le reste du monde est une pure utopie.

En dehors de Gaza, nous vivons dans un monde sans souci, Hakuna Matata
(NDLR: cette expression, Hakuna matata vient d’un dessin animé de Wall Disney et se traduit approximativement par « il n’y a pas de problèmes » en swahili.) .

Les seules personnes que cette réunion sert, je le répète, sont l’ayatollah Khamenei et Yahya Sinwar.

Certains d’entre vous pensent peut-être qu’ils servent les Palestiniens, mais ce n’est pas le cas. En organisant cette réunion, vous aidez Khamenei et Sinwar.

Ils contrôlent l’ordre du jour ici, et presque aucun d’entre vous ne semble le remarquer !

Chers collègues, si l’ONU ne peut pas empêcher les guerres ou défendre les droits de l’homme, elle n’a plus aucune raison de continuer à fonctionner. Le jour viendra où cette organisation sera fermée, où l’ONU telle que nous la connaissons cessera d’exister et où, à sa place, se tiendra un organe qui se préoccupera vraiment des droits de l’homme, qui luttera vraiment pour promouvoir la paix, qui sera capable de mettre la politique de côté au profit de la justice, de la moralité et de l’humanité, et quand ce jour viendra, et il viendra, on se souviendra de cette réunion et du vote visant à imposer la création d’un État « palesti-nazi » comme du catalyseur de l’effondrement de l’ONU, d’une réunion où le monde a brûlé mais où tout ce qui préoccupait le Conseil de sécurité était d’aider les terroristes de Gaza à survivre, d’une réunion où une entité terroriste a pu se voir accorder le statut de membre à part entière.

Voilà à quel point l’ONU est tombée et voilà pourquoi l’ONU, dans son format actuel, n’a pas d’avenir. Je prie vraiment, je prie pour des jours meilleurs, pour un temps où l’ONU pourra combattre avec succès les forces des ténèbres, et non les accueillir et se laisser influencer par elles.

Je vous remercie, Monsieur le Président.

United Nations befriended with Islamic Jihad

… thou shalt no more be called, The lady of kingdoms. I was wroth with my people, I have polluted mine inheritance, and given them into thine hand: thou didst shew them no mercy; upon the ancient hast thou very heavily laid thy yoke. And thou saidst, I shall be a lady for ever: so that thou didst not lay these things to thy heart, neither didst remember the latter end of it. Therefore hear now this, thou that art given to pleasures, that dwellest carelessly, that sayest in thine heart, I am, and none else beside me; I shall not sit as a widow, neither shall I know the loss of children.

The Bible

The UN tried to pass a resolution recommending that the radical Islamist Palestinian Authority be granted full UN membership as a Palestinian state.

Results: The resolution was not adopted: 12 votes in favor, 1 veto: USA, 2 abstentions: UK and Switzerland.

The nations and their media, for the most part, politely and skillfully demonize Israel day by day, taking away from this nation, without saying so, the right to defend itself and the right to exist on the land it has been given. It’s becoming normal to hear bad things about Israel and its leaders, from the street to the workplace.

It’s even sadder to note that part of Christianity, from the time of the Church Fathers onwards, and right up to the present day with the replacement theology, has been anti-Semitic. Anyone can read the Bible, and so can the devil, but some omit the passages about the election of God’s people, and see the term Jew as an insult. They bless or excuse Palestinian Islamists, and curse Jews, even joking about gas chambers and ovens. What a curse!

In the end, Jews would have only one right: to be stateless, to die, and never to have existed. The prayer of the Apostle Paul, who still considered himself an Israelite after having passed from darkness to light, was as follows:

Brethren, my heart’s desire and prayer to God for them is that they may be saved.

He affirms:

Has God rejected his people? Far from it! For I too am an Israelite, of the seed of Abraham, of the tribe of Benjamin. God has not rejected his people, whom he knew beforehand…

We now give the floor to Gilad Erdan, Israel’s Permanent Representative to the United Nations, to present his views and right of reply to the attitude of the UN, which for months has been complacent towards the murderous Islamism of Hamas, UNRWA, the Palestinian Authority and the Iranian Ayatollahs.
speech at the United Nations on 2024-04-19 .


Did anyone hear any Palestinian leader even condemn the massacre of our childre


Thank you Mr President,
Distinguished ministers, colleagues, Secretary General

How many times has this Council met to discuss ways to advance the release of our hostages held in Gaza?
How many times? not even once.

How many condemnations has this Council issued against Hamas or for their heinous October 7th Massacre?
Zero.

Yet, rather than condemning hamas’s atrocities or taking action, real action, to bring our hostages home, this Council will be voting upon a resolution to recommend granting the Palestinian Authority full membership status, a Palestinian State.

How detached from reality, can this Council be to dedicate its time and resources to support a resolution so disconnected to the reality on the ground?

To a resolution that will have zero positive impact for any party, that will cause only Destruction for years to come and harm any chance for future dialogue.

Colleagues, six months after October 7th, the most brutal Massacre of Jews since the Holocaust, this Council seeks to reward the supporters and perpetrators of these atrocities with statehood:

The child murdering Hamas, rapists, are watching this meeting and they are smiling. There is no bigger prize for Terror than today’s meeting.

Let me remind everyone the basic requirement for admission to the UN are:

A: permanent population

B: defined territory

C: government

and D: capacity to enter relations with other states.

But, above anything else, a very important principle stated in article 4 of the UN Charter, is and I quote : “membership in the United Nations is open to all peaceloving states”.
Peaceloving? what a joke!

Does anyone doubt that the Palestinians fail to meet these criteria?
Did anyone here, any Palestinian leader, even condemn the massacre of our children?

The Palestinian Authority has absolutely no control over Gaza.
You all know it, everyone knows it, but even in Judea and Samaria, entire neighborhoods and cities are ruled by other terrorist gangs, lion Den, others.
: Hamas in Gaza, Palestinian Islamic Jihad in Nablus.

And the Palestinian Authority ironically, has no Authority, so who is the council voting to recognize today and give full membership status to?

Who’s going to be in charge while this is in itself grounds enough to reject this sick reward for Palestinian Terror.
The Palestinian Authority is the opposite of a peaceloving entity.

The Palestinian Authority not only, have not condemned the October 7th Massacre, they are also paying monthly salaries to all the terrorists that took part in it, rewarding the rapists.

This is a genocide loving entity, that doesn’t deserve any status here, but sadly, to some of the members here, some the Palestinians inability to meet the criteria simply doesn’t matter.
It doesn’t matter, because to some of you, Palestinian status has nothing to do with the UN Charter, or legal criteria. All it has to do with, is politics and interests.

The UN Charter is important to them, only when it can be used against Israel.
The report from the council’s commission on the admission of new members, even States it black on white.

Let me quote from clause 3 of the report, your report, and I quote : “several members expressed The View that the admission of the State of Palestine to membership in the United Nations, was a political matter, rather than a technical or legal requirement”.

In other words, UN Charter be damned, international law be damned.
I reiterate, international law and the UN Charter are only important when they can be weaponized against Israel.
But if, breaking the law means advancing the unilateral establishment of a Palestinian Terror State, a palestin Nazi State then by all means…

They’re just empty words on paper, right?

What this Council has decided to focus on, at the expense of all other calamities around the globe, is to Grant a prize to terrorists. Granting the perpetrators and supporters of October 7th full membership status in the UN, is the vilest reward for the vilest crimes.

If this resolution passes, God forbid, this Council should no longer be known as the security Council, but as the terror Council. The only thing that a forced unilateral recognition of a Palestinian state will do, is to make any future negotiations almost impossible.
As long as the Palestinians feel that they can exploit this politicized body to their benefit, why would they bother at the negotiating table or support any compromise? Do you honestly think that this resolution will make a solution more likely or change anything on the ground?

The Palestinians have rejected every peace plan ever made, and they continue to support Terror and boycott negotiations and now they know that their rejectionism pays off.

They can say no no no to any American president, but still get here what they demand, because the UN is Guided by politics, not morality or truth.

All this council is accomplishing through this destructive approach, is making a solution unattainable.
The UN is no longer about multilateralism sadly, it is now committed to multi-terrorism.
At the security Council Terror pays off, it’s shameful.

I have always called out the political rot within the UN that sadly nothing here is based on truth and justice but toxic politicization and today the mask has finally Fallen, the council has exposed itself.

Please, do not give in to politics do not support this dangerous resolution.
How can you support a resolution that is so destructive and immoral at the worst possible moment?

Colleagues, the council was not the only entity to expose its true face this week.

On Saturday night, with the launch of over 300 UAVs ballistic missiles and cruise missiles at Israel the Ayatollah regime’s mask also fell. Iran exposed itself as the terror state that it is.

But today marks another milestone in the Ayatollah regime’s blood soaked history. On April 18 1983, a Chevrolet pickup truck packed with 1000 kg of explosives sped through the gates of the US Embassy in Beirut, crashed into the building and detonated.

This blast killed 63 people.
You’re talking a lot about embassies and the importance of embassies.
And Hezbollah claimed responsibility, and today April 18 2024, exactly 41 years later, this Council “the security Council” will be addressed by an arch terrorist, whose regime funds arms trains and directs Hezbollah.
The Ayatollah regime’s foreign minister Husen Amir abuliydan is a member of the Iranian revolutionary guard Corp.

This Terror organization the IRGC is responsible for Carnage Bloodshed and destruction, worldwide:

From Terror attacks in South America and assassination plots on European and American soil, to arms trafficking in Africa, and Terror sponsorship across the Middle East, the IRGC is in the business of murder. The IRGC is a designated terrorist organization, not only in Israel, not only in the United States in Bahrain, and Saudi Arabia.

Both I and my Arab and American colleagues agree that the man who will address this Council later today, is a terrorist. And his presence here on today of all days is further proof of how the UN has become a Heaven for dictatorships and Terror regimes to whitewash their crimes.

Colleagues! it is Iran, Iran that ensured Hamas was able to orchestrate the October 7th Massacre. It is the Ayatollah regime in Theheran that has provided weaponary to Hezbollah to rain down missiles on Israeli towns and cities.

It is the Ayatollah regime in Teheran that has equipped the hutis with cruise missiles to fire at Merchant vessels.
And it is the Ayatollah regime that launched an unprecedented attack at Israel, a fellow UN member State, less than a week ago.

Yet, instead of designating the IRGC, as a terror organization, and sanctioning Iran’s evil regime, the Security Council opens its doors for Iran’s foreign minister, for a terrorist.

Can you not see what is going on here?
Terror minister Abdollahian is not here to express sorrow for his regime’s raise an attack and tell this Council that the Islamic Republic has changed its ways.

He is here to make a mockery of you.
He is here, to show you all in your suits and with your diplomatic niceties, that his country can launch an attack on another member State on Saturday, and then he can come here on

Thursday to lecture you all on human rights, and international law.
Minister Abdollahians’s presence here today is making this institution a joke!

Sadly it is clear to every dictator and terror state, that the UN has lost every once of justice, and it is now a blob of politicized plasticine that can be molded however the tyrants choose.
And the council plays along with this destructive charade.

Colleagues, if you still believe that this body holds any relevance, then I ask you, even beg you, what action has been taken by the council against Iran for its attack against Israel this week?
The foreign minister of a genocidal regime will speak here today, as his country hurles towards nuclear weapons.

Has this Council taken any action to prevent this? Nope, nothing instead, we have gathered today to discuss the situation in Gaza.

Has it occurred to any of you that the terror minister Abdollahian is here to make sure, that you focus on Gaza as opposed to his own regime’s crimes?
Sadly, you are being spoonfed a script, it was written by Kaminahi and edited by Sinwar a script crafted by terrorists.
Due to Khamenei and Sinwar script terrorists commit acts of sheer evil against Israel, they exploit civilians as human shields and when Israel defends itself, the UN will pressure Israel to a ceasefire and ensure their survival.

The terrorists know that nothing captivates the UN’s attention more than Israel.

As long as Israel is defending itself all other human rights violate violators can continue committing crimes.
Your eyes will remain on Gaza, as the rest of the world burns, and this is precisely what is happen happening today.

You seat here focused again on Israel focused on Gaza, we will hear talk of international law human rights and many other terms this Council loves to toss around, but in reality this Council, as a council, cares nothing about human rights or international law.
You even refused to visit our communities in southern Israel and I invited all of you, that were devastated by Hamas, everything is political and distorted.

You know better than most, than that the Ayatollah regime is mere weeks away from nuclear capabilities.
This global sponsor his proxies across the region sowing death and destruction, but Iran has immunity here, because this rogue regime has allies here on this Council, that protect it and its Terror proxies.
This is the reason why you will never designate Hamas and as Terror organizations, despite the whole world knowing that they are.

A war still rages in Ukraine as the country that started it seats here on this Council, preaching about peace and the defense of civilians.
This is a backwards world.
This week marks the one year anniversary of the war in Sudan, millions millions have fled their homes Millions more starve countless civilians have been murdered.
Since the start of the war in Sudan has this Council held a single Minister level meeting on the atrocities?

No, not one, but today marks the fourth ministerial Security Council debate on Gaza, the fourth! four on Gaza and not one on Sudan, in the past year.

The double standards here know no bounds.

The amount of time, effort and resources poured into, makes it seem as if the rest of the world is a pure Utopia.

That outside of Gaza we live in a Carefree World hakuna Matata the only people this meeting serves and I reiterate are Ayatollah Khamenei and Yahya Sinwar.

Some of you may think you are serving the Palestinians, but you’re not.
By holding this meeting, you are aiding Khamenei and Sinwar.

They control the agenda here, and hardly any of you seem to notice!

Colleagues, if the UN cannot prevent wars or defend human rights, it has lost any reason to continue operating.
The day will come, when this organization will be shuttered, the UN as we know it, will cease to exist and it, and in its place will stand a body that truly cares about human rights, that truly fights to promote peace, that is capable of putting politics aside for the sake of Justice morality and humanity, and when that day come comes, and it will, this meeting, and the vote to force the establishment of a palestin-nazi state will be remembered as Catalyst of the un’s collapse, a meeting where the world burned but all that concerned the security Council was helping terrorists in Gaza survive, a meeting where a terror entity could be given full membership status.

This is how far the UN has fallen and this is why the UN in its current format, has no future.
I truly pray, pray for brighter days, for a time where the UN can successfully combat the forces of Darkness, not welcome them and be influenced by them.

Thank you Mr President

Introduction au Nouvel-Âge par l’ application “YouVersion Bible”.

L’église Life Church de Craig Groeschel introduit des pratiques nouvel-âgeuses et contemplatives auprès de dizaines de millions de personnes par le biais de son application biblique YouVersion.
lighthousetrailsresearch.com/blog/letter-to-the-editor-warning-craig-groeschels-life-church-introducing-new-age-contemplative-practices-to-tens-of-millions-through-its-youversion-bible-app
Lettres à la rédaction 17 avril 2024
: article de lighthouse trails research, traduit de l’anglais par Vigi-Sectes

(images tirées de l’application YouVersion Bible ; utilisées conformément à la loi américaine sur l’utilisation équitable)


Note de Lighthouse Trails: La lettre suivante adressée à l’éditeur traite de préoccupations très légitimes et documentées concernant Life Church, l’une des plus grandes églises évangéliques d’Amérique avec plus de trois douzaines d’implantations dans tout le pays et un rayonnement mondial influent. Lighthouse Trails considère le pasteur principal de Life Church, Craig Groeschel, comme un bridger * (un pasteur ou un autre dirigeant évangélique qui jette un pont entre le christianisme et le Nouvel Âge/Nouvelle Spiritualité en promouvant des aspects et des pratiques du Nouvel Âge tout en s’en tenant extérieurement au christianisme orthodoxe).


Chers lecteurs de Lighthouse Trails :

Je suis un lecteur de votre bulletin d’information et j’ai acheté plusieurs de vos brochures et livres au cours des dernières années. Je me suis instruit pour savoir ce qui est conforme à la Bible et ce qui est erroné.

Je fréquente l’église Life Church avec le pasteur Craig Groeshcel. J’aime mon église et l’application biblique YouVersion depuis des années. Life Church est le créateur de l’application YouVersion Bible, qui a été créée en 2008. Mais au cours des deux dernières années, j’ai vu des erreurs se glisser à la fois dans mon église et dans l’application. Mon intention en vous écrivant est d’exposer les dévotionnels de prière contemplative qui sont promus par l’application qui a 750 millions de téléchargements en date du 11/2023 et qui est fortement promue par Life.church.

J’ai pris conscience de ce qui était promu pour la première fois lorsque le responsable de mon groupe de vie à l’église en ligne a fait la promotion de Practicing The Way, un cours de 8 semaines qui promettait d’aider à se connecter à un niveau intime avec Jésus. L’auteur était John Mark Comer, un grand partisan de la prière contemplative.

J’ai commencé à chercher ce qu’il y avait d’autre sur la plateforme YouVersion. J’ai trouvé le Catéchisme catholique, Practice the Presence of God du Frère Lawrence, Joyce Meyer, Kenneth Copeland, et une foule d’autres personnes qui n’ont rien à faire sur un site chrétien. J’ai trouvé un dévotionnel YouVersion sur la Lectio Divina. Il y en avait même un intitulé “Nearer Than We Imagine : Meditations on Practicing the Presence of God” (Méditations sur la pratique de la présence de Dieu). J’ai également trouvé une dévotion intitulée “Desert Father/ Poemen the Great” (Père du désert/Poemen le Grand). Le Project Bible propose également de nombreuses vidéos. Un autre dévotionnel sur YouVersion est tiré de la série télévisée The Chosen. La Passion Bible de la et la paraphrase The Message sont listées comme des choix que tout le monde peut faire pour lire avec leurs dévotionnels.

J’ai commencé à faire des recherches sur Life Church il y a quelques années, lorsque certains des orateurs invités venaient du camp de Parole de Foi. Des gens comme Steven Furtick et Mike Todd (pasteur de Transformational Church) ont été invités à prendre la parole. J’ai aimé mon église et le bien que je pensais qu’elle faisait. Mais mon pasteur venait d’une dénomination très libérale et avait fréquenté un séminaire très libéral. À quoi pouvais-je m’attendre ? J’ai écrit au personnel responsable du contenu et aux auteurs de l’application YouVersion Bible. Ils m’ont simplement répondu que l’application YouVersion Bible était téléchargée dans le monde entier, dans de nombreuses cultures différentes, et qu’ils considéraient les dévotionnels avec “une large lentille chrétienne”. Cela signifie probablement que tant qu’ils sont appelés chrétiens, tout va bien.

J’ai cherché l’application YouVersion Bible sur votre site et je n’ai rien vu à ce sujet. Pas grand-chose non plus sur Life.church ou sur notre pasteur. Il est peut-être temps de mettre l’accent sur cette application largement téléchargée pour ses hérésies dévotionnelles et ses faux enseignants.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Marie

P.S. Vous pouvez faire des recherches sur la prière contemplative, la méditation et divers auteurs. L’hérésie est omniprésente ! Vous trouverez ci-dessous quelques liens d’invitation spécifiques de YouVersion qui sont d’autres exemples de mes préoccupations concernant l’application YouVersion Bible :

Notes

1 – “Rejoignez moi dans la lecture de Even Silence Is Praise (Même le silence est une louange) :
https://www.bible.com/en/reading-plans/30961

2 – “Rejoignez-moi pour lire The Ruthless Elimination Of Hurry (L’élimination impitoyable de la précipitation) :
https://www.bible.com/en/reading-plans/16928

3 – “Rejoignez-moi pour lire La danse divine” :
https://www.bible.com/en/reading-plans/18555


4 – Participez à la lecture de Practicing the Way :
https://www.bible.com/en/reading-plans/42239 (avec John Mark Comer)

5 – “Rejoignez-moi pour lire Nearer Than We Imagine : Meditations on Practicing the Presence of God” :
https://www.bible.com/en/reading-plans/37918

6 – “Rejoignez-moi pour lire Intro To The Lectio Divina” :
https://www.bible.com/en/reading-plans/17086

7 – Rejoignez-moi dans la lecture de Christian Mindfulness :
https://www.bible.com/en/reading-plans/19329 .

J’ai sauvegardé quelques critiques de Life.church

*Le terme bridger (faiseur de ponts) a été inventé par l’ancienne animatrice radio de VCY America, Ingrid Schleuter, il y a environ 15 ans.

Critique du livre de John Lennox : Sept jours qui divisent le monde – Le commencement selon la Genèse et la science

Les recherches menées par les scientifiques du personnel de Answers in Genesis ou parrainées par Answers in Genesis sont financées uniquement par les dons des sympathisants.

Cette article (traduit automatiquement et relu par Vigi-Sectes) relate aussi du débat de l’affaire Galilée.

Turpin, Simon. “Review of John Lennox’s Book Seven Days That Divide the World: The Beginning According to Genesis and Science.” Answers Research Journal vol. 5 (2012): 89–97. https://answersresearchjournal.org/seven-days-divide-world-lennox-review/.

Résumé

La question de l’âge de la terre est contestée au sein de l’évangélisme, de nombreux apologistes évangéliques de premier plan plaidant en faveur d’une terre ancienne. John Lennox s’est imposé ces dernières années comme l’un des principaux défenseurs de la foi chrétienne, influençant de nombreux membres de cette génération. Dans son livre Seven Days That Divide the World (Sept jours qui divisent le monde), Lennox cherche à montrer que les chrétiens n’ont pas à être divisés sur la question de l’âge de la terre et que le récit biblique de la création dans la Genèse s’accorde bien avec la science contemporaine. Ce faisant, il tente de montrer que la vision de la création selon le principe jeune terre s’apparente à la croyance en une terre fixe. Lennox explique que l’Eglise s’est trompée par le passé dans son interprétation de l’Ecriture à la lumière des découvertes scientifiques, et que les tenants d’une jeune terre se trompent à nouveau. Cet article montrera que les arguments de Lennox en faveur d’une terre ancienne ne peuvent être étayés ni par les Ecritures ni par l’histoire de l’Eglise.

Mots-clés : Lennox, jeune terre, vieille terre, Galilée, pères de l’église, jours de la création, semaine de la création, quatrième jour, mort et souffrance, âge de la terre.

Introduction

John Lennox est professeur de mathématiques et agrégé de philosophie des sciences à l’Université d’Oxford. Il est un disciple dévoué du Christ et un apologiste doué.

Dans son livre Seven Days That Divide the World, Lennox explore le « champ de mines potentiel » de la controverse entre la Genèse et la science. Il a écrit ce livre pour les personnes qui ont été dissuadées d’envisager la foi chrétienne à cause de l’histoire  « … très idiote et non scientifique selon laquelle le monde a été créé en sept jours » (Lennox 2011, p. 12), pour les chrétiens convaincus qui sont troublés par la controverse, ainsi que pour ceux qui prennent la Bible au sérieux mais ne sont pas d’accord sur l’interprétation du récit de la création (Lennox 2011, p. 12).1

Bien que ce livre n’ait pas pour but d’être exhaustif, il a été écrit en réponse à de nombreuses demandes adressées au Dr Lennox au fil des ans.

Il est important de répondre à ce livre car le Dr Lennox est influent dans l’évangélisme, et le livre lui-même est approuvé par de nombreux apologistes évangéliques de premier plan.2

Dans ses écrits précédents, Lennox a noté que le sens du terme « créationnisme » a évolué et qu’il s’accompagne désormais de l’idée que la terre n’a que quelques milliers d’années. Selon Lennox, cela a trois effets malheureux :

  • Cela polarise la discussion en donnant une cible facile à ceux qui rejettent d’emblée toute notion de causalité intelligente dans l’univers.
  • Cela ne rend pas justice au fait qu’il existe différentes interprétations du récit de la Genèse, même parmi les chrétiens qui attribuent l’autorité finale à la Bible.
  • Cela obscurcit l’objectif (initial) de l’utilisation de l’expression  « dessein intelligent », qui est de faire une distinction très importante entre la reconnaissance d’un dessein et l’identification du concepteur (Lennox 2009, p. 11).

Lennox, défenseur du créationnisme de l’ancienne terre, croit que l’homme est une  « création spéciale directe » de Dieu (Lennox 2011, p. 69), et que les humains n’ont pas évolué. Il affirme qu’il est crucial pour la théologie du salut qu’Adam ait été le premier membre effectif d’une race humaine physiquement distincte de toutes les créatures qui l’ont précédé. (Lennox 2011, p. 73).

Cette analyse du livre de John Lennox, Seven Days That Divide the World (Sept jours qui divisent le monde), critique sept arguments que Lennox utilise pour défendre une interprétation du récit de la création dans la Genèse selon le principe de l’ancienne terre.

Une leçon d’histoire

John Lennox reconnaît qu’il s’agit d’un sujet controversé et que les désaccords à ce sujet ont parfois été acrimonieux. Afin d’obtenir une perspective sur la manière de gérer cette controverse, il se penche sur une autre controverse majeure de l’histoire, la révolution copernicienne.

Cependant, Lennox se contente de soulever la question du géocentrisme, en notant que la Bible, dans certains passages, semble suggérer une terre fixe (voir 1 Chroniques 16:30 ; Psaume 93:1 ; Psaume 104:5 ; 1 Samuel 2:8) et que le soleil se déplace (Psaume 19:4-6 ; Ecclésiaste 1:5) (Lennox 2011, pp. 16-17).

En supposant que ses lecteurs acceptent désormais la vision héliocentrique, Lennox pose la question suivante :

Pourquoi les chrétiens acceptent-ils cette « nouvelle » interprétation et n’insistent-ils pas encore sur une compréhension « littérale » des «  piliers de la terre » ? Pourquoi ne sommes-nous pas encore divisés entre les adeptes de la terre fixe et les adeptes de la terre mobile ? Est-ce vraiment parce que nous avons tous fait des compromis et que nous avons asservi l’Écriture à la science ?

Lennox 2011, p. 19

Malheureusement, l’insinuation ici est que les créationnistes jeune terre sont apparentés aux terres fixes, et qu’ils devraient rattraper les Galilée de ce monde. Les créationnistes de la vieille terre, en revanche, sont présentés comme ayant démontré que la « terre fixe » et la « terre jeune » sont des interprétations erronées de la science et de l’Ecriture.

Pour une raison ou une autre, il revient sur cette question tout au long du livre, insistant sur le fait que si nous appliquions le même raisonnement que celui que nous utilisons pour interpréter les jours littéralement à l’interprétation des fondations et des piliers de la terre, nous serions toujours en train d’insister sur le fait que la terre ne bouge pas (Lennox 2011, p. 61).

Lennox souligne que la question soulevée par la controverse sur Galilée porte sur la manière dont la Bible doit être interprétée. Il note à juste titre qu’il existe différents textes dans la Bible et que notre interprétation devrait être guidée par la

 … compréhension naturelle d’un passage, d’une phrase, d’un mot ou d’une expression dans son contexte historique, culturel et linguistique.

Lennox 2011, pp. 21-22

Il souligne également qu’une compréhension littérale d’un texte par endroits ne fonctionnera pas, car la Bible contient des figures de style et des métaphores (Lennox 2011, pp. 23-25).

La leçon que Lennox veut que nous tirions de l’affaire Galilée est que

. . . Les chrétiens ont fini par accepter cette “nouvelle” interprétation [terre en mouvement] et ont cessé d’insister sur une compréhension littérale des fondations et des piliers de la terre .

(Lennox 2011, p. 27)

Il poursuit :

Ces différences étaient-elles simplement motivées par le désir de la faction de la terre en mouvement de s’adapter aux progrès de la science ? . . Les adeptes de la terre en mouvement ont-ils nécessairement compromis l’intégrité et l’autorité des Écritures ? .

(Lennox 2011, p. 27)

Le parallèle évident que Lennox tente d’établir est que les créationnistes jeune terre sont comme les partisans de la terre fixe d’autrefois, ce qui implique qu’ils sont scientifiquement analphabètes et qu’ils doivent rattraper la science (Lennox 2011, p. 31).

Il s’agit là d’une caricature malheureuse des créationnistes jeune terre par Lennox, puisque le genre du récit de la création dans la Genèse a été expliqué depuis longtemps par les créationnistes jeune terre. Chaque passage cité ci-dessus qui parle d’une terre fixe est tiré d’un passage poétique.

Par exemple, le Psaume 93:1 déclare :

« Le monde est affermi, il ne peut être ébranlé ».

Par conséquent, étant donné que des passages tels que celui-ci sont poétiques et fortement chargés d’expressions figurées, nous devrions être prudents avant de conclure qu’un verset spécifique devrait être lu littéralement. Le psalmiste affirme simplement que Dieu a établi la terre et que personne ne peut renverser ses desseins à son égard.

La Genèse 1-11 est clairement écrite comme un récit historique, ce qui n’exclut pas les figures de style. L’utilisation répétée de la consécutive waw, qui est une caractéristique essentielle du récit ajoutant à la narration passée un élément de séquence, permet de l’identifier comme telle (Kaiser 2001, p. 80). Apparaissant 55 fois dans les 34 versets de la Genèse 1:1-2:3, la consécutive waw est cohérente avec le matériel narratif trouvé dans le reste de la Genèse (McCabe 2009, p. 217).

L’élément principal de la poésie hébraïque est le parallélisme et les strophes (Osborne 2006, p. 238), le langage figuratif étant plus prédominant que dans la prose et plus difficile à comprendre (Osborne 2006, p. 239). Mais on ne trouve pas de parallélisme dans la Genèse 1:1-2:3, comme l’affirme E. J. Young :

… Ce n’est pas de la poésie. D’une part, les caractéristiques de la poésie hébraïque font défaut et, en particulier, il n’y a pas de parallélisme .

(Young 1964, pp. 82-83)

Bien que l’on puisse discuter des éléments artistiques du récit de la création dans la Genèse, il est incontestable que la Genèse n’est pas un texte poétique (Blocher 1984, p. 32 ; Hasel 1994, p. 19-21 ; Kaiser 2001, p. 80-82).

L’histoire de l’affaire Galilée montre que l’Eglise s’est trompée dans son interprétation de certains passages de l’Ecriture. La réponse à la question de Lennox, à savoir pourquoi nous ne sommes pas divisés entre les adeptes de la terre fixe et les adeptes de la terre mobile, est la suivante : la Bible n’enseigne pas que la terre est fixe :

  • La Bible n’enseigne pas que la terre est fixe.
  • La science des observations est plus cohérente avec le point de vue héliocentrique.

À l’époque de Galilée, l’Église pensait à tort que la Bible soutenait un système géocentrique en laissant la philosophie aristotélicienne influencer la théologie. Le géocentrisme du système ptolémaïque et aristotélicien était la vision du monde de l’establishment scientifique de l’époque, ce qui a conduit l’Église à interpréter les Écritures selon ce système et à s’en tenir à la tradition plutôt qu’à un enseignement biblique solide.

Galilée lui-même croyait en la fiabilité de la Bible. Il s’opposait à la conception géocentrique de l’univers et cherchait à montrer que la Bible s’accordait avec le système héliocentrique. Galilée luttait contre les principes d’interprétation de l’Église de son époque, aveuglée par la philosophie aristotélicienne.

L’ironie de cette leçon d’histoire est qu’à l’époque de Galilée, l’Église interprétait littéralement les passages poétiques de la Bible, alors qu’aujourd’hui, certains chrétiens affirment que les passages de la Bible écrits comme des récits historiques, tels que Genèse 1-3, doivent être lus comme de la poésie.

La leçon malheureuse à tirer de l’affaire Galilée est que de nombreux chrétiens n’ont pas tiré les leçons de l’histoire. Ils répètent les erreurs du passé en s’obstinant à prendre les idées populaires de l’époque, comme le naturalisme évolutionniste, comme autorité plutôt que la Bible. L’histoire de l’affaire Galilée devrait servir d’avertissement aux évolutionnistes théistes et aux créationnistes ancienne terre.

Les Pères de l’Église

Lennox reconnaît que ni les créationnistes jeune terre ni ceux de la vieille terre ne sont des inventions récentes et note à juste titre que Luther, Calvin et la Confession de foi de Westminster ont défendu le point de vue des 24 heures (Lennox 2011, p. 40).

Il admet également que

« la compréhension des jours de la Genèse comme des jours de vingt-quatre heures semble avoir été le point de vue dominant pendant de nombreux siècles ».

Lennox 2011, p. 42

Néanmoins, il cite l’érudit juif Philon et les pères de l’Église Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin pour étayer son point de vue sur l’ancienne terre (Lennox 2011, pp. 40-42), en soulignant qu’ils n’ont pas été …

influencés par la science contemporaine, comme la géologie et la biologie évolutionniste, mais qu’ils ne croyaient pas que les jours de la création étaient de vingt-quatre heures.

Lennox 2011, p. 42

Malheureusement, il semble que chaque fois que les Pères de l’Eglise sont évoqués dans la discussion sur la Genèse, il y a soit une préférence sur les Pères à citer pour défendre la cause, soit une fausse représentation de ce qu’ils croyaient afin de soutenir un point de vue particulier.

Même si Philon, Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin n’ont pas été influencés par la science moderne, ils ont subi d’autres influences, notamment celle de la science de leur époque. Le philosophe juif Philon était enclin à une …

… interprétation plus allégorique de l’Écriture qui rendait la loi juive conforme aux idéaux de la pensée stoïcienne, pythagoricienne et surtout platonicienne .

(Bassler 1985, p. 791)

Il est donc problématique de faire appel à Philon pour interpréter la Genèse. L’engagement de Philon dans la philosophie grecque l’a conduit à allégoriser le texte de la Genèse plutôt qu’à rechercher une exégèse minutieuse du texte biblique. Au contraire, un contemporain de Philon, le commandant militaire juif du premier siècle devenu historien, Josèphe, comprenait le récit de la création dans la Genèse comme une histoire littérale (Josèphe 1897, pp. 28-29).

Lennox reconnaît que les premiers pères de l’Église, Justin Martyr et Irénée, ont fondé leurs idées sur les jours en tant qu’époques sur le Psaume 90:4 et 2 Pierre 3:8. Cependant, Davis Young note que

. … la caractéristique intéressante de ce point de vue patristique est que l’équation des jours et des millénaires n’a pas été appliquée à la semaine de la création, mais plutôt à l’histoire ultérieure. Ils ne pensaient pas que la création s’était déroulée sur six millénaires, mais que la totalité de l’histoire humaine occuperait six mille ans, soit un millénaire d’histoire pour chacun des six jours de la création

(Young 1982, p. 20).3

Origène et Augustin ont été influencés par la philosophie néo-platonicienne. S’ils ne croyaient pas que les jours étaient littéralement de 24 heures, ils ne croyaient pas non plus que la terre était ancienne, mais plutôt qu’elle avait moins de 10 000 ans (Augustin 12.11 ; Origène 1:19). En fait, Augustin ne croyait pas que les jours étaient de vastes étendues de temps, ni que la terre était très ancienne. C’est précisément l’erreur inverse qu’il a commise en croyant que la création était instantanée, en raison de l’influence extérieure de la philosophie néo-platonicienne. Augustin a compris, à partir de Genèse 2:4, que tout a été créé simultanément. Cependant, il devait se fier à la traduction de la Bible en vieux latin, la Vetas Latina. Comme il ne connaissait pas l’hébreu, il ignorait probablement que le mot hébreu pour « instant » (rega’ dans Exode 33:5 et Nombres 16:21) n’est pas utilisé dans Genèse 2:4 (Sarfati 2004, p. 118).

L’utilisation sélective par Lennox de Philon, Justin Martyr, Irénée, Origène et Augustin, afin de justifier son point de vue sur l’ancienne terre, n’est pas justifiée pour deux raisons. Premièrement, ils ne croyaient pas que les jours étaient de longues périodes de temps ou que la terre était vieille. Deuxièmement, leur interprétation du récit de la création dans la Genèse était largement influencée par la philosophie grecque, tout comme de nombreux érudits aujourd’hui ont été influencés par une philosophie mondaine (le naturalisme évolutionniste).

Les jours de la création

En ce qui concerne le récit de la création dans la Genèse, Lennox, contrairement aux évolutionnistes théistes, comprend à juste titre qu’il s’agit d’un récit historique. Affirmant que l’Écriture est la révélation de Dieu, il souligne à juste titre,

Si nous croyons à l’inspiration des Écritures, nous devons prendre le texte au sérieux parce que c’est l’Écriture qui est inspirée et non la compréhension que j’en ai… “.

(Lennox 2011, p. 48).

L’ « impression indubitable » du texte, selon Lennox, est celle d’une « séquence chronologique d’événements, donnant la plus brève des brèves histoires du temps… » (Lennox 2011, p. 48). Il note à juste titre que le mot « jour » peut avoir un certain nombre de définitions, et souligne quatre significations différentes du mot dans Genèse 1:1-2:4 (Lennox 2011, pp. 50-51).

Dans Genèse 1:5, deux significations principales du mot « jour » apparaissent dans le même verset : « jour » et « vingt-quatre heures ». Il souligne le troisième sens du mot « jour » au septième jour, puisqu’il n’y a pas de mention de « soir et matin » comme pour les six premiers jours. Il estime que le septième jour est sans doute différent des six premiers jours, qui sont les jours d’activité créatrice. Comme d’autres adeptes de l’âge long, Lennox cite Hébreux 4:3-11 pour affirmer que nous sommes toujours dans le repos sabbatique de Dieu (Lennox 2011, p. 50).

Quatrièmement, il note que dans Genèse 2:4, le mot « jour » est utilisé pour décrire une période de temps. Il en conclut que dans Genèse 1:1-2:4, le mot « jour » a plusieurs significations distinctes, qui sont toutes des significations naturelles, primaires, « littérales » (Lennox 2011, p. 51). Lennox souligne également que les cinq premiers jours du texte hébreu sont dépourvus de l’article défini, alors qu’il est présent dans les jours six et sept. Lennox pose la question suivante : « Comment devons-nous les interpréter ? »

Lennox a raison de souligner que le mot « jour » peut avoir un certain nombre de significations différentes, bien que les créationnistes jeune terre l’aient souligné depuis longtemps. Il a raison d’interpréter les deux sens du mot « jour » dans Genèse 1:5, et son sens dans Genèse 2:4, mais cela ne prouve pas sa conclusion.

Il est important de souligner que lorsqu’il s’agit d’interpréter les jours de la création, nous ne commettons pas l’erreur herméneutique de l’adoption injustifiée d’un champ sémantique élargi (Carson 1996, pp. 60-61). Cela se produit lorsque l’on prend un mot qui peut avoir plus d’un sens dans un contexte et qu’on le place dans un autre contexte où il ne peut pas avoir ce sens.

L’utilisation singulière du mot « jour » (yom) dans Genèse 2:4 est souvent citée comme preuve pour démontrer que le mot se réfère à l’ensemble de la semaine de la création. Cependant, le mot est ici utilisé avec la préposition be préfixée au nom construit yom, ce qui donne beyom. Ces mots sont suivis d’une construction infinitive. Cette construction beyom, qui signifie “quand” (McCabe 2000, p. 117) (voir aussi Genèse 2:17 ; Exode 10:28) est souvent simplement traduite de manière idiomatique pour résumer la totalité des six jours de la création. Par conséquent, utiliser le mot « jour » ici comme un exemple de jours figuratifs dans le chapitre 1 revient à ne pas reconnaître la différence entre le nom absolu « jour » (Genèse 1) et le nom construit « jour » (Genèse 2:4).

La conclusion de Lennox concernant le septième jour est tout simplement inexacte. Pourquoi n’y a-t-il pas de mention de « soir et matin » au septième jour ? Tout d’abord, il convient de noter que l’œuvre créée par Dieu n’a pas cessé le septième jour, mais qu’elle a été achevée « au septième jour ». Ainsi, Dieu avait achevé (kala’) toute son œuvre, et toutes leurs armées (tsaba’), ce qui signifie que tout était achevé dans les cieux et sur la terre. Les mots de Genèse 2:1 introduisent l’achèvement de la création de Dieu. Le septième jour est mentionné trois fois dans ces versets, ce qui révèle son caractère unique et son importance. Les verbes « achevé », « reposé » et « béni » indiquent le caractère unique de ce jour et sont tous associés à l’œuvre de Dieu. Le septième jour, comme les autres, est un jour historique littéral de 24 heures.4 Ce n’est pas un jour de création, mais un jour de repos.

Robert McCabe5 a montré qu’il existe un cadre quintuple apparent dans les six premiers jours, qui est absent du septième jour. Ce cadre est utilisé dans Genèse 1:1-2:3 pour façonner chacun des jours :

  • « Dieu dit… »
  • « qu’il y ait… »
  • Accomplissement : « il y eut »
  • Évaluation : « Dieu vit que cela était bon »
  • Et conclusion : « il y eut un soir et un matin »

La formule « soir et matin », utilisée pour les autres jours, n’est plus nécessaire au septième jour, car elle avait pour fonction rhétorique de marquer la transition entre le jour de la fin et le jour suivant. La semaine de la création est maintenant achevée et il n’était donc pas nécessaire d’utiliser la formule « soir et matin ».

Cependant, ce n’est pas seulement « le soir et le matin » qui manquent au septième jour, aucune des autres parties de ce cadre n’est utilisée le septième jour. Le cadre est utilisé pour représenter avec précision l’œuvre de Dieu impliquée dans son activité créatrice. La raison pour laquelle ce cadre n’est pas utilisé le septième jour est de montrer que Dieu a cessé de créer. Par conséquent, la raison pour laquelle le soir et le matin ne sont pas utilisés est liée aux autres parties du cadre.

En outre, la raison pour laquelle l’article défini est utilisé pour la première fois le sixième jour est d’indiquer l’achèvement de l’œuvre de la création ce jour-là (Keil et Delitzsch 1980, p. 50).

Le septième jour est-il sans fin selon Hébreux 4 ? Non, Hébreux 4:3 fait référence au repos spirituel dans lequel entrent tous les croyants. Hébreux 4 cite Genèse 2:2 et Psaume 95:7-11, et l’auteur s’en sert comme argument pour mettre en garde contre le danger de l’incrédulité. En outre, si le septième jour est sans fin, cela soulève certainement des problèmes théologiques, Dieu maudissant la terre tout en la bénissant et en la sanctifiant (Whitcomb 1973, p. 68).

La nature de la semaine de la création

Lennox pense que l’acte initial de la création (Genèse 1:1-2) est séparé des six jours de création qui suivent en raison de la structure des jours. Chaque jour commence par la phrase « Et Dieu dit » et se termine par l’affirmation « et il y eut un soir et il y eut un matin, nième jour » (Lennox 2011, p. 52). Cela l’amène à conclure que le premier jour commence au verset 3 et non au verset 1 (Lennox 2011, p. 52). Il souligne que le verbe « créa » dans Genèse 1:1 est au parfait, et que

l’usage normal du parfait au tout début d’une péricope est d’indiquer un événement qui a eu lieu avant que l’histoire ne commence. Le récit commence au verset 3

(Lennox 2011, p. 52).

Cela implique que le «commencement » de la Genèse 1:1 n’a pas nécessairement eu lieu le premier jour, comme on le suppose souvent (Lennox 2011, p. 53). Selon Lennox, la création initiale a eu lieu avant le premier jour, mais la Genèse ne nous dit pas combien de temps avant.

Selon Lennox, c’est l’une des principales raisons de croire que la question de l’âge de l’humanité n’a pas été résolue.

que la question de l’âge de la terre (et de l’univers) est une question distincte de l’interprétation des jours, un point qui est souvent négligé. En d’autres termes, en dehors de toute considération scientifique, le texte de Genèse 1:1, en séparant le commencement du jour 1, laisse l’âge de l’univers indéterminé.

(Lennox 2011, p. 53)

Il avance également le point de vue de C. John Collin, selon lequel les jours sont des « jours analogiques », comme une manière possible d’interpréter les jours. Ce point de vue prend le mot jour dans son sens ordinaire, mais l’applique de manière analogique.

En ce qui concerne la justification de la semaine de création de six jours par Exode 20:8-11, Lennox estime que, bien qu’il y ait des similitudes entre la semaine de création de Dieu et notre semaine de travail, il y a aussi des différences évidentes, ce qui signifie qu’il n’est pas possible de tracer des lignes droites entre la Genèse et notre semaine de travail. Par conséquent, Exode 20:8-11 n’exige pas que les jours de Genèse 1 soient les jours d’une seule semaine (Lennox 2011, p. 57).

Dans une réponse à Stephen Hawking dans un livre précédent, Lennox (2010, pp. 45-46) lui reproche de ne pas avoir lu suffisamment et de ne pas s’être engagé dans la recherche lorsqu’il discute des données bibliques de Genèse 1:1. Il semble que Lennox ferait bien de suivre son propre conseil puisqu’il n’a manifestement pas consulté les spécialistes réputés du créationnisme jeune terre qui ont depuis longtemps réfuté ses arguments créationnistes terre ancienne.

Le raisonnement de Lennox, qui consiste à séparer le verset 1:1-2 de la Genèse du verset 3, n’est qu’une version sophistiquée de la théorie des lacunes. Au verset 1, le verbe est au parfait et au verset 3, la consécutive wav est utilisée. Le verset 2, cependant, commence d’une manière différente, le wav étant attaché au nom « la terre » plutôt qu’au verbe à l’imparfait. C’est ce qu’on appelle le waw disjonctif. Cela signifie que le verset 2 est une petite déclaration parenthétique disant quelque chose sur ce qu’était la terre lorsque Dieu l’a créée pour la première fois. Le récit des événements va du verset 1 au verset 3. Le verset 2 n’est pas un récit d’événements, mais une description de l’état de la terre.

De plus, au verset 4, Dieu sépare la lumière des ténèbres, et au verset 5, il appelle les ténèbres « nuit ». Cependant, les seules ténèbres mentionnées jusqu’à présent se trouvent au verset 2, ce qui signifie que le verset 2 décrit l’état de la terre au début de la première nuit. Au verset 5, la première nuit se situe entre le soir et le matin et définit le jour. Il n’est pas nécessaire de placer une lacune n’importe où dans les jours de la création à moins d’essayer de faire rentrer quelque chose, ce qui est en fin de compte ce que Lennox essaie de faire.

En ce qui concerne Exode 20:8-11 et les jours comme étant analogues au jour de repos de Dieu, cela simplifie à l’excès et présente de manière erronée la corrélation entre les deux textes. Exode 20:8-11 a un certain nombre de liens avec la semaine de la création :

un schéma « six plus un », « les cieux et la terre », « le septième jour », « le repos », « la bénédiction » et « la sanctification ». Tout ceci suggère qu’au moins, l’un des objectifs de Dieu en créant les cieux et la terre en six jours littéraux successifs suivis d’un jour de repos littéral était d’établir un modèle à suivre pour son peuple.

En outre, Exode 20:8-11 utilise un adverbe de temps (« en six jours ») qui indique la durée de l’activité créatrice de Dieu (Waltke et O’Connor 1990, p. 171).

Le schéma de la semaine de la création est également mentionné dans Exode 31, 14-17, car l’observation du sabbat par Israël était un signe de l’alliance mosaïque. Exode 20 et Exode 31 affirment tous deux que la semaine de la création était littérale et non analogique.

Le problème du quatrième jour

Lennox a déjà laissé entendre que son interprétation de la Genèse était essentiellement textuelle et n’avait pas été influencée par la « science » (Lennox 2011, p. 53), mais il est difficile de le croire au vu de son objection concernant le quatrième jour. Il pose la question suivante :

S’il y a une dimension chronologique aux jours, comment se fait-il que le soleil ait été créé le quatrième jour ?

(Lennox 2011, p. 154)

Le texte ne pose aucun problème quant à la création du soleil le quatrième jour, à moins que vous n’essayiez de tenir compte d’une vision séculière de l’origine du soleil, ce que Lennox tente de faire. Dans cette optique, le soleil et les étoiles précèdent la terre.

Il ne peut tout simplement pas comprendre comment les trois premiers jours peuvent être des jours de 24 heures si le soleil n’est pas encore là (Lennox 2011, pp. 58-59). Pour Lennox,

l’alternative logique est que le soleil existait au début de la semaine de la Genèse ; et que le récit du jour 4 devrait être lu à la lumière de ce fait.

(Lennox 2011, p. 59)

Pour ce faire, il examine deux arguments utilisés par Hugh Ross et C. J. Collins. Se référant à Job 38:9, Ross soutient que le soleil, la lune et les étoiles n’ont pas été créés le quatrième jour, mais sont apparus lorsque la couverture nuageuse qui les dissimulait s’est dissipée (Ross 2001, p. 43). Par ailleurs, Collins suggère que le verbe « fait » (‘asah) dans Genèse 1:16 ne signifie pas spécifiquement « créer » ; bien que ‘asah signifie « créer », il se réfère souvent à « travailler dans quelque chose qui est déjà là », ou même à quelque chose qui a été « désigné ». Lennox privilégie l’interprétation de Collins, car elle correspond bien à la fonction du soleil et de la lune en tant que lumières visibles dans le ciel. Essentiellement, Dieu parle de leur rôle dans le cosmos, et non de leur création ou de leur apparition (Lennox 2011, p. 59).

Afin de rejeter l’argument de la création du soleil au quatrième jour, Lennox déclare :

Certains ont tenté de surmonter ce problème en postulant l’existence d’une source de lumière non solaire qui a fonctionné pendant les trois premiers jours … bien que nous ne sachions rien d’une telle source de lumière, que ce soit dans les Écritures ou dans la science (Lennox 2011, p. 59).

Ce n’est tout simplement pas vrai.

La Bible nous dit que Dieu a créé la lumière le premier jour (Genèse 1:3), mais elle ne nous dit pas quelle en était la source. Est-ce vraiment si difficile pour le Dieu qui est lumière (1 Jean 1:5) de créer une source de lumière sans soleil ni étoiles ? Pas du tout !

En tout cas, on nous dit qu’il n’y aura pas besoin de soleil dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, parce que la présence de la gloire de Dieu fournira l’illumination nécessaire (Apocalypse 21:23).

Lennox ne comprend pas comment les trois premiers jours ont pu être littéralement des jours sans soleil, mais les créationnistes jeune terre ont depuis longtemps apporté une solution facile à ce dilemme. La Genèse indique clairement que le soleil a été créé le quatrième jour, et non au début de la semaine de la création. Le soleil est-il simplement apparu le quatrième jour ? Le mot « apparaître » (ra’ah) est utilisé dans Genèse 1:9, alors pourquoi l’auteur n’aurait-il pas utilisé ce mot s’il voulait dire que le soleil et les étoiles sont apparus le quatrième jour ? Il est vrai que les rôles du soleil et des étoiles sont décrits au quatrième jour, mais cela n’empêche pas qu’ils aient été créés ce jour-là. La plus grande faiblesse de cet argument est peut-être que le mot pour « faire » (‘asah) est utilisé tout au long de Genèse 1, et est même utilisé de manière interchangeable avec « créer » (bara dans Genèse 1:26-27) (Mortenson 2007).

La mort et la souffrance

Lennox est conscient des limites du traitement de la question de la mort et de la souffrance dans un livre court (Lennox 2011, p. 76). Il reconnaît néanmoins que la déclaration de l’apôtre Paul dans Romains 5:12 est

une question sérieuse ayant de profondes implications pour la doctrine du salut, car… Si Paul se trompe dans son diagnostic sur l’origine du péché et de la mort, comment pouvons nous nous attendre à ce qu’il ait raison quant à sa solution ?

(Lennox 2011, p. 76).

Il comprend à juste titre que Romains 5:12 se réfère à la mort humaine, estimant que Paul laisse ouverte la question de la mort à des niveaux autres qu’humains (Lennox 2011, p. 78). Par exemple, il estime que puisque l’homme a mangé des plantes, la mort des plantes ne peut pas être un problème ou une conséquence du péché humain, même si les plantes sont mortes (Lennox 2011, p. 78). Cela ne tient pas compte du fait que les plantes ne sont pas considérées comme “vivantes dans l’hébreu biblique ou dans la littérature juive du second Temple” (Kennard 2008, p. 169).

Qu’en est-il de la mort des animaux ? Lennox soutient que la mort a dû exister avant la chute parce que des mammifères comme les baleines, qui ne vivent pas de végétation verte mais d’aliments marins vivants, ont dû causer la mort en mangeant (Lennox 2011, p. 78). Ce faisant, il exclut la possibilité de l’existence d’autres aliments.

Il suggère également que l’absence de mort animale avant le péché humain rend l’existence des prédateurs problématique (Lennox 2011, p. 79), suggérant que si les prédateurs étaient le résultat de la Chute :

. … cela ne ferait-il pas de ce péché le déclencheur d’un processus de création – une caractéristique qui semble très improbable, et sur laquelle la Bible semble rester silencieuse ? Ou bien Dieu a-t-il prévu le changement, intégré à l’avance les mécanismes dans les créatures, puis fait quelque chose pour les mettre en œuvre ? .

(Lennox 2011, p. 79)

Les problèmes soulevés par Lennox pour justifier l’absence de mort animale avant la Chute sont compréhensibles, mais on peut y répondre dans un cadre biblique. La Bible n’utilise jamais le terme hébreu nephesh chayyah (âme vivante/créature) pour désigner les invertébrés, alors qu’elle le fait pour désigner les humains et les poissons (Genèse 1:20 ; 2:7). En outre, les insectes n’ont pas le même type de « sang » que les vertébrés, mais « la vie de la chair est dans le sang » (Lévitique 17:11) (Sarfati 2004, p. 211). Il est donc raisonnable de supposer que le régime alimentaire des animaux avant la chute pouvait inclure des invertébrés. Même ainsi, si nous considérons le fait que Dieu a connu à l’avance la chute (1 Pierre 1:18-20 ; Éphésiens 3:11 ; Apocalypse 13:8), il est également logique qu’il ait programmé les créatures avec l’information nécessaire pour qu’elles puissent s’adapter à la chute.

Il a programmé les créatures avec les informations relatives aux caractéristiques d’attaque et de défense dont elles auraient besoin dans un monde maudit. Ces informations ont été « activées » lors de la Chute (Sarfati 2004, p. 212).

Pour ne pas avoir à argumenter de la sorte, Lennox pense que le rasoir d’Occam (toutes choses égales par ailleurs, la solution la plus simple tend à être la meilleure) doit être appliqué à ce stade afin de limiter la multiplication d’hypothèses inutiles (Lennox 2011, p. 79). Cependant, son application du rasoir d’Occam concerne la déclaration de Paul dans Romains 5:12, qui n’est pas un texte que les créationnistes jeune terre utiliseraient pour plaider en faveur de la mort des animaux. Il n’aurait raison dans son application que si Romains 5:12 était utilisé de cette manière. Le rasoir d’Occam doit être préféré lorsqu’il est utilisé avec les textes bibliques corrects concernant l’absence de toute forme de mort avant la chute (Genèse 1:29-31 ; 3:1- 24 ; Romains 8:19-22 ; Apocalypse 21:4 ; 22:3).

Lennox anticipe l’objection selon laquelle Romains 8:20-21 fait référence à toute mort résultant du péché (Lennox 2011, p. 79). Estimant que la corruption, la maladie et la mort humaine peuvent bien être une conséquence du péché humain, mais que la mort des animaux et des plantes ne l’est pas, il ne commente pas Romains 8:22 (Lennox 2011, p. 80).

Il poursuit en laissant entendre qu’il n’y avait pas de mort dans le jardin d’Eden : « Le texte biblique ne donne pas l’impression que le monde entier était comme l’Eden » (Lennox 2011, p. 81). En posant la question suivante

Y avait-il … une différence entre le comportement des animaux à l’extérieur du jardin d’Eden et celui de ceux qui se trouvaient dans la situation idyllique à l’intérieur ?.

Lennox 2011, p. 82

La Bible n’évoque nulle part ces implications. Elle nous dit plutôt que toute la création de Dieu était  « très bonne » (Genèse 1:31). L’expression “très bon” est la prononciation par Dieu de l’aboutissement de toute sa création, alors qu’il a déjà qualifié les choses de « bonnes » à six reprises. Dans leur commentaire de la Genèse, les théologiens du 19e siècle Keil et Delitzsch, experts en hébreu biblique, ont commenté Genèse 1:31 :

Par l’application du terme “bon” à tout ce que Dieu a fait, et par la répétition du mot avec l’accent “très” à la fin de toute la création, l’existence de quoi que ce soit de mauvais est absolument niée, et l’hypothèse réfutée …. 

Keil et Delitzsch 1980, p. 67

Le monde très bon que Dieu a créé n’est pas seulement une référence à la morale. Les versets 29 et 30 montrent que l’expression « très bon » s’applique également au régime végétarien de l’homme et des animaux. Il n’y avait pas de “tuer ou être tué” ou de survie du plus fort dans la très bonne création de Dieu.

Bien que Lennox nous implore de noter soigneusement ce que dit l’Écriture, il lui arrive de ne pas suivre son propre principe. En ce qui concerne Genèse 1:30, il pense que l’instruction concernant la végétation comme nourriture a été donnée aux humains et non aux animaux (Lennox 2011, p. 89). La raison en est la suivante :

Les humains venaient d’être informés de ce que devait être leur nourriture. Ils avaient reçu l’ordre de soumettre les poissons, les animaux et les oiseaux. Il serait important qu’ils sachent que la soumission n’incluait pas l’éloignement des animaux de la nourriture des humains, ce qui suggère qu’au moins certains d’entre eux pouvaient être des aliments non végétariens.

Lennox 2011, p. 89

Cependant, il semble ne pas voir du tout le lien avec ce que dit le verset précédent. Genèse 1:29 indique explicitement que la nourriture des humains devait être constituée de végétaux, tandis que le verset 30 nous dit que les animaux devaient également se nourrir de plantes vertes. Cela signifie que les animaux et les humains étaient végétariens dès le départ. Comme le note Hamilton :

À aucun moment, il n’est permis à quoi que ce soit (êtres humains, animaux, oiseaux) de prendre la vie d’un autre être vivant et de la consommer comme nourriture. La domination attribuée au couple humain sur le monde animal n’inclut pas la prérogative de la boucherie. Au contraire, l’humanité survit grâce à un régime végétarien (Hamilton 1990, p. 140).

En essayant d’intégrer la mort des plantes et des animaux dans le monde d’avant la chute, Lennox échoue sur un certain nombre de points. Tout d’abord, il ne reconnaît pas que les plantes n’ont pas le principe de vie (nephesh en hébreu) que les animaux et les humains ont. Deuxièmement, bien qu’il ait raison de souligner que Romains 5:12 fait référence à la mort humaine, son manque évident d’engagement envers les écrits créationnistes jeune terre signifie qu’il n’est pas conscient du fait qu’il ne s’agit pas d’un texte que les créationnistes jeune terre utilisent pour soutenir qu’il n’y a pas eu de mort animale avant la chute.

D’un point de vue biblique, il y a plusieurs raisons pour lesquelles il n’y a pas eu de mort d’aucune sorte avant la chute. Puisque Dieu a rendu sa création  « très bonne » (Genèse 1:31) et que les hommes et les animaux étaient à l’origine végétariens (Genèse 1:29-30), la mort ne pouvait pas faire partie de la création de Dieu. Même après la chute, le régime alimentaire d’Adam et d’Ève était végétarien (Genèse 3:17-19). Ce n’est qu’après le déluge que l’homme a été autorisé à manger des animaux (Genèse 9:3). La chute de Genèse 3 expliquerait mieux l’origine du comportement carnivore des animaux.

En outre, Esaïe 11:6-9 et 65:17-25 font référence à un état futur de la terre qui semble correspondre au monde d’avant la chute, où il n’y avait pas d’activité carnivore. Il est également erroné de lire l’état actuel du monde, qui comprend des prédateurs, dans le récit biblique de la création. Il s’agit du principe uniformisant « le présent est la clé du passé » (popularisé par Charles Lyell), qui suppose que les processus que nous observons dans notre monde actuel sont tels qu’ils ont toujours été. Il s’agit d’une hypothèse courante chez les créationnistes de l’ancienne terre. Cependant, c’est la révélation, et non le présent, qui permet de comprendre le passé.

En ce qui concerne Romains 8:19-22, le mot création au verset 19 a fait l’objet d’un débat. Dunn et Moo soulignent tous deux que ce mot fait clairement référence à la création non humaine (Dunn 1988, p. 469 ; Moo 1996, p. 514). Au verset 20, Paul explique pourquoi la création anticipe la révélation des fils de Dieu. « La raison, dit Paul, est que la création subhumaine elle-même n’est pas ce qu’elle devrait être, ou ce que Dieu voulait qu’elle soit » (Moo 1996, p. 515). C’est ainsi parce que Dieu l’a soumise à la frustration, Lui « … seul a le droit et le pouvoir de condamner toute la création à la frustration à cause du péché humain » (Moo 1996, p. 516). Schreiner estime que Paul s’inspire probablement de la tradition de Genèse 3, 17-19, où la création est maudite à cause du péché d’Adam. Il souligne que « futilité » signifie que la création n’a pas rempli le but pour lequel elle a été faite (Schreiner 1998, p. 436). Dunn écrit que “soumis par Dieu. est un passif divin qui se réfère particulièrement à Genèse 3:17-18” (Dunn 1988, p. 470). Le point de vue de Paul au verset 22, un verset que Lennox ne discute pas, est que la création, qui encore une fois n’est pas humaine (Dunn 1988, p. 472), gémit et souffre, non pas à cause des catastrophes naturelles et de la souffrance avant la chute, mais à cause de la chute d’Adam dans Genèse 3, comme Romains 8:19-25 l’indique clairement.

La Bible parle également d’un temps où la création sera affranchie (Actes 3:21 ; Romains 8:21) parce que toute la création « a été soumise à la vanité » (Romains 8:20-22). Les créationnistes vieille terre doivent être en mesure d’expliquer dans quel état la création sera restaurée. Sera-t-elle restaurée dans un état de mort et de souffrance ? Le livre de l’Apocalypse indique clairement que dans les nouveaux cieux et sur la nouvelle terre, il n’y aura plus ni douleur ni mort (Apocalypse 21:4) et que la malédiction disparaîtra (Apocalypse 22:3). Comment peut-on se réjouir d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre remplis de mort, quelle qu’elle soit ?

L’âge de la terre

En ce qui concerne l’âge de la terre, Lennox n’est pas convaincu que la lecture terre ancienne soit moins naturelle que celle jeune terre, si nous pensons simplement en termes d’âge de la terre (Lennox 2011, p. 66). La raison en est que le texte de Genèse 1, selon lui, sépare la création initiale du premier jour. L’âge de la terre est une question logiquement distincte de la nature des jours (Lennox 2011, p. 66).

Cependant, la compréhension qu’a Lennox de l’âge de l’univers est davantage contrôlée par la théorie du big bang que par le texte biblique :

Le modèle standard (Big Bang) développé par les physiciens et les cosmologistes peut être considéré comme un déballage scientifique des implications de la déclaration « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre ». Il y a ici une certaine ironie, dans la mesure où le même modèle cosmologique du Big Bang qui confirme l’affirmation biblique selon laquelle il y a eu un commencement implique également que l’univers est très ancien.

Lennox 2011, p. 154

Malheureusement, Lennox assume le modèle standard du big bang sans argument et n’aborde pas les problèmes bibliques et scientifiques qu’il pose (Williams et Hartnett 2005).

Sa confiance dans le modèle du big bang est malheureuse car il est non seulement basé sur le naturalisme philosophique (la croyance que la nature est tout ce qu’il y a), mais il contredit le récit biblique de la création de plusieurs façons. Tout d’abord, accepter le modèle du big bang revient à ignorer ce que le Créateur a révélé sur la manière dont il a créé l’univers. La Bible enseigne clairement que Dieu a créé tout ce qui se trouve dans les cieux et sur la terre en six jours (Exode 20:11). Cela contraste avec le modèle du big bang, qui explique que la création de l’univers et de la terre s’est étalée sur des milliards d’années. Selon la théorie du big bang, les étoiles existent depuis des milliards d’années avant la terre, alors que la Bible enseigne que les étoiles ont été créées (et non « apparues ») le quatrième jour, trois jours après la création de la terre. La Bible enseigne également que la terre a été créée à partir de l’eau (Genèse 1:2-9 ; 2 Pierre 3:5), alors que le modèle du big bang enseigne que la terre a commencé sous forme de roche en fusion.

Dans sa recherche d’une solution à cette controverse, il propose quatre considérations :

  • Les preuves scientifiques actuelles d’une terre ancienne.
  • L’admission honnête et admirable d’éminents créationnistes jeune terre que « les créationnistes contemporains devraient humblement convenir que leur point de vue est, à l’heure actuelle, peu plausible sur des bases purement scientifiques … ».
  • Le fait que les Ecritures, bien qu’elles puissent être interprétées en termes de jeune terre, n’exigent pas une telle interprétation.
  • Le fait que nous ne savons pas tout (Lennox 2011, pp. 86-87).

Malheureusement, l’argument de Lennox en faveur d’une terre ancienne à partir de Genèse 1 ne fonctionne tout simplement pas, et il est imposé au texte plutôt que lu à partir de celui-ci. Le facteur déterminant de son interprétation d’une terre ancienne est la « preuve scientifique », qui est simplement le résultat des hypothèses uniformitaires utilisées pour interpréter la preuve, plutôt que des présupposés bibliques.

Il est étrange que Lennox ait choisi Nelson et Reynolds comme créationnistes jeune terre pour interagir avec eux. Le fait qu’on leur ait demandé d’argumenter en faveur des créationnistes jeune terre dans le livre Three Views On Creation and Evolution (Nelson et Reynolds 1999, pp. 39-75) est déjà époustouflant, étant donné que leur formation est en philosophie, et non en science ou en théologie.

Le fait qu’il admette que la Genèse peut être interprétée en termes jeune terre est louable, mais son affirmation selon laquelle la Genèse ne doit pas être interprétée de cette manière n’a rien à voir avec le texte, mais tout à voir avec ses hypothèses a priori concernant l’âge de la terre. Il a également raison de dire que nous ne savons pas tout, mais que nous connaissons Celui qui sait tout, et que nous pouvons lui faire confiance lorsqu’il nous dit combien de temps il a mis pour tout créer.

Conclusion

John Lennox est un chrétien engagé dont les écrits et les débats contre les nouveaux athées, tels que Christopher Hitchens et Richard Dawkins, ont beaucoup encouragé les chrétiens à rester fermes et à défendre leur foi. Cependant, l’une des principales déceptions que suscite ce livre est que Lennox ne s’est manifestement pas penché de manière significative sur un des principaux ouvrages créationnistes de notre époque. S’il l’avait fait, il n’aurait peut-être pas eu à écrire ce livre, car la plupart de ses arguments ont été réfutés depuis longtemps.

La seule position créationniste jeune terre que Lennox semble avoir lue est celle du livre Three Views of Creation and Evolution (Lennox 2011, pp. 66, 86), qui est une présentation très faible du créationnisme jeune terre, défendue par des défenseurs qui ne sont pas connus du tout de ce point de vue. Ses arguments en faveur de la création sur une terre ancienne sont gravement erronés à la lumière des Écritures, et malheureusement, l’histoire a montré que les compromis sur la Genèse sapent la Bible.

Références bibliographiques

Augustin. La Cité de Dieu. Trans. H. Bettenson, 1972. Angleterre : Penguin Books.

Bassler, J. M. 1985. Philo. Dans Harpers Bible Dictionary, ed. P. J. Achtemeier. San Francisco, Californie : Harper & Row, Publishers.

Blocher, H. 1984. Au commencement : Les premiers chapitres de la Genèse. Nottingham, Royaume-Uni : Inter-Varsity Press.

Carson, D. A. 1996. Exegetical fallacies, 2e éd. Grand Rapids, Michigan : Baker Academic.

Chaffey, T. et J. Lisle. 2008. Old-earth creationism on trial : The verdict is in. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Dunn, J. D. G. 1988. Word biblical commentary : Volume 38A, Romains 1-8. Waco, Texas : Word Books Publisher.

Hamilton, V. P. 1990. Le livre de la Genèse, chapitres 1-17. The New International Commentary on the Old Testament, p. 140. Grand Rapids Michigan : Eerdmans.

Hasel, G. F. 1994. Les “jours” de la création dans Genèse 1 : “jours” littéraux ou “périodes/époques” de temps figuratives ? Origins 21, no. 1:5-38.

Josèphe, F. 1897. Les œuvres de Flavius Josèphe. Trans. W. Whiston. Londres, Royaume-Uni : Ward, Lock & Bowden.

Kaiser, W. C. Jr. 2001. Les documents de l’Ancien Testament : Sont-ils fiables et pertinents ? Downers Grove, Illinois : Inter-Varsity Press.

Keil, C. F. et F. Delitzsch. 1980. Commentaire biblique sur l’Ancien Testament, Vol. 1 : Le Pentateuque. Trans. J. Martin. Grand Rapids, Michigan : Eerdmans Publishing.

Kennard, D. 2008. Hebrew Metaphysic. Answers Research Journal 1:169-195. Consulté sur http://www.answersingenesis.org/articles/arj/v1/n1/hebrew-metaphysic le 5 février 2012.

Lennox, J. 2009. God’s undertaker : La science a-t-elle enterré Dieu ? 2e éd. Oxford, Angleterre : Lion.

Lennox, J. C. 2010. Dieu et Stephen Hawking : Whose design is it anyway ? Oxford, Angleterre : Lion Hudson.

Lennox, J. C. 2011. Sept jours qui divisent le monde : Le commencement selon la Genèse et la science. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

McCabe, R. V. 2000. A defense of literal days in the creation week”. Detroit Baptist Seminary Journal 5:97-123. Consulté sur http://www.dbts.edu/journals/2000/McCabe.pdf le 4 février 2012.

McCabe, R. V. 2009. Une critique de l’interprétation du cadre de la semaine de la création. Dans Coming to grips with Genesis : Biblical authority and the age of the earth, ed. T. Mortenson et T. H. Ury. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Moo, D. J. 1996. The epistle to the Romans (The new international commentary on the New Testament). Grand Rapids, Michigan : Wm. B. Eerdmans.

Mortenson, T. 2007. Comprendre l’hébreu de Genèse 1 : Create (bara) & Make (asah) Consulté sur http://www.answersingenesis.org/articles/aid/v2/n1/did-god-create-or-make le 30 mai 2012.

Nelson, P. et J. M. Reynolds. 1999. Young earth creationism. Dans Three views on creation and evolution, ed. J. P. Moreland et J. M. Reynolds. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

Origène. Contra celsum (contre Celse). In Pères ante-nicéens, vol. 4, trad. A. Robert, 1885. Peabody, Massachusetts : Hendrickson Publishers.

Osborne, G. R. 2006. La spirale herméneutique : Une introduction complète à l’interprétation biblique. Rev ed. Downers Grove, Illinois : Inter-Varsity Press.

Ross, H. 2001. The Genesis question : Scientific advances and the accuracy of Genesis. 2e éd. Colorado Springs, Colorado : NavPress.

Sarfati, J. 2004. Refuting compromise : A biblical and scientific refutation of “progressive creationism” (billions of years), as popularized by astronomer Hugh Ross. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Schreiner, T. R. 1998. Romains : Baker exegetical commentary on the New Testament. Grand Rapids, Michigan : Baker Academic.

Waltke, B. K. et M. O’Connor. 1990. Une introduction à la syntaxe de l’hébreu biblique. Winona Lake, Indiana : Eisenbrauns.

Whitcomb, J. C. Jr. 1973. La science de la géologie historique. Westminster Theological Journal 36:68.

Williams, A. et J. Hartnett. 2005. Dismantling the big bang. Green Forest, Arkansas : Master Books.

Young, D. A. 1982. Christianity and the age of the earth. Grand Rapids, Michigan : Zondervan.

Young, E. J. 1964. Studies in Genesis One. Philadelphie, Pennsylvanie : Presbyterian and Reformed Publishing Co.


Notes de bas de page

  • 1 – Cette citation ne représente pas l’attitude de Lennox, mais l’attitude de quelqu’un d’autre que Lennox cite. Cependant, l’implication des arguments de Lennox dans le livre conduit le lecteur à la même conclusion, à savoir que le créationnisme jeune terre est très stupide et non scientifique.
  • 2 – Paul Copan, Ravi Zacharias, Alvin Plantinga, C. John Collins, Doug Groothuis et Henry F. Schaefer III ont approuvé le livre.
  • 3 – Il convient de noter que Davis Young pense que la terre est vieille.
  • 4 – Cette conclusion est basée sur les arguments suivants. Premièrement, elle est incluse dans une séquence numérotée avec les autres jours de la création, qui doivent être compris comme des jours de durée ordinaire. Deuxièmement, Hébreux 4:3-5 n’affirme pas que le 7e jour se poursuit ; il affirme que le repos de Dieu se poursuit. Troisièmement, Adam et Ève ont dû vivre le septième jour avant d’être chassés du jardin ; sinon, Dieu aurait nécessairement maudit la terre le jour même où il l’a bénie et sanctifiée. Enfin, si l’absence de “soir et matin” signifie que le jour est plus long qu’un jour normal (comme le soutiennent les créationnistes de l’ancienne terre), cela semble être une admission involontaire que les six premiers jours étaient d’une durée normale. Voir également Chaffey et Lisle 2008, pp.51-52.
  • 5 – L’argument suivant concernant “le soir et le matin” se trouve dans McCabe (2009, pp.225-242).