Qu’est-ce que les “Ecoles Steiner”?

Les Ecoles Steiner (Waldorf en allemand) sont une émanation de l’Anthroposophie de Rudolf Steiner (qui était l’un des plus grands occultistes du XIXe siècle).


Selon un rapport gouvernemental (Les sectes et l’argent), l’Anthroposophie (et par conséquent, les Ecoles Steiner) est considérée comme une secte.

Ces propos sont confirmés par un livre de Paul ARIÈS, Anthroposophie: enquête sur un pouvoir occulte, Editions Golias, Villeurbanne, 2001. C’est un livre à lire! Toute la doctrine (et les  pratiques) sont décortiquées.

Un exemple: la pensée de Steiner serait raciste! Etc.

Vous pouvez avoir des renseignements et un fascicule sur le sujet “Anthroposophie de Rudolf Steiner” en vous adressant à “Didier PACHOUD” de l’association GEMPII

Paul Ranc

Qu’est-ce que les Gédéons? 

Les “Gédéons” distribuent des bibles ou nouveaux testaments dans mon lycée, est-ce une secte? Non ! 

l’Association Internationale des Gédéons a comme emblème le flambeau de Gédéon et de ses 300 amis (voir le livre biblique des juges). C’est une organisation formée de chrétiens engagés pour distribuer des Nouveaux Testaments aux lycéens, étudiants, prisonniers, militaires ou les déposer dans les chambres d’hotel et les établissements hospitaliers.
Fondée en 1899 aux Etats-Unis, les Gédéons forment la plus grande association missionnaire avec 220’000 collaborateurs, dans 173 pays. A ce jour 850’000’000 Nouveaux Testaments en 78 langues ont été distribués.

(tiré de “Le 2000 Nouvelle encyclopédie chrétienne” )  rédacteur Gérard Dagon Pdt de Vigi-Sectes 

Les Gédéons sont implantés en Gironde depuis de nombreuses années .

Qu’est-ce que les neuvaines catholiques romaines?

source: Berean Beacone

Les neuvaines sont très populaires chez les catholiques [romains]. Le mot est dérivé du mot latin « novem » qui signifie neuf. Il s’agit d’une série de prières données par la papauté, à réciter pendant neuf jours ou neuf heures d’affilée.

Par exemple, l’une des prières autorisées par le Vatican est la suivante :

Ô Étoile de la mer, aide-moi et montre-moi que tu es ma mère. Ô Sainte Marie, Mère de Dieu, Reine du Ciel et de la Terre, je vous supplie humblement, du fond de mon cœur, de me secourir dans cette nécessité.

http://cetf.co/wvMaEh cité 10/10/11

Des indulgences, c’est-à-dire des remises de peine au purgatoire, sont également accordées à ceux qui récitent de telles prières.

NDLR:

Sans compter le fait que cette prière catholique s’adresse à une mère et non au père, elle expose l’hérésie des répétitions.

Mat 6:7-9 En priant, ne multipliez pas de vaines paroles , comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés… Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié;

Lettre ouverte au pasteur Rick Warren

Par Jan Markell

Le 5 juillet 2009, le Washington Times a rapporté que le pasteur Rick Warren avait déclaré à son auditoire islamique, la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA), qu’il envisageait “une coalition de la foi”.

Que le pasteur Warren le sache ou non, il s’agit d’un autre terme pour désigner la future religion mondiale unique décrite dans l’Apocalypse 13.

Elle est décrite plus en détail dans Apocalypse 17. Je n’ai pas souvent abordé la question de Rick Warren, mais après avoir lu ce que le Washington Times a dit au sujet de son message à un groupe de musulmans spirituellement perdus, je pense que je dois aborder ce sujet dans une lettre ouverte à celui que beaucoup considèrent comme le pasteur le plus influent d’Amérique et, pour certains, du monde.


Pasteur Warren,

vous avez demandé à 8000 auditeurs musulmans, le samedi 4 juillet, de travailler ensemble pour résoudre les plus grands problèmes du monde en coopérant à une série de projets interconfessionnels.

Vous avez déclaré :

Musulmans et chrétiens peuvent travailler ensemble pour le bien commun sans compromettre mes convictions ni les vôtres.

Pasteur Warren, vous avez dû compromettre les convictions des musulmans présents. Se contenter de dire que …

ma foi la plus profonde est en Jésus-Christ

n’était pas suffisant pour une foule complètement perdue. L’heure est trop tardive pour retenir un message évangélique sans lequel ils seront confrontés à une éternité sans Christ, et vous en serez tenu pour responsable. Les « plus grands problèmes du monde » seront toujours présents et la Bible le dit dans Matthieu 26:11. Le péché en est la racine. Je dois conclure que vous êtes plus intéressés par l’unité œcuménique et la résolution du SIDA, de la pauvreté et d’autres problèmes sociaux. Samedi dernier, vous avez eu une occasion en or que 99,9 % des chrétiens américains n’ont jamais pu saisir.

Vous avez dit que vous n’étiez pas intéressé par le dialogue interreligieux, mais vous saisissez toutes les occasions de parler à toutes les religions et vous omettez toujours l’Évangile. Vous vous adressez même à des groupes juifs, mais vous leur dites comment développer une méga-synagogue comme votre propre église, Saddleback.

Dans cette génération où l’on ne peut pas tous s’entendre, vous laissez généralement de côté la seule bonne nouvelle qui reste : Il y a un salut en Christ et en Christ seul (Actes 4:12), et l’heure est tardive, alors prenez la décision consciente d’être un disciple du Seigneur Jésus-Christ.

Vous avez déclaré à l’ISNA :

Les paroles ne coûtent pas cher, mais l’amour est quelque chose que nous faisons ensemble. Nous devons faire quelque chose pour montrer ce que c’est que de vivre en paix, de vivre en harmonie.

Pasteur Warren, vous connaissez mieux la Bible que cela, n’est-ce pas ? La Bible dit qu’il n’y aura jamais de paix et d’harmonie dans ce monde tant que le Messie ne régnera pas depuis son royaume théocratique. L’ONU répand le même genre de “concepts de paix” païens. N’êtes-vous pas au-dessus de cela ? Vous ne suggéreriez probablement jamais à votre auditoire musulman de prier pour la paix de Jérusalem (Psaume 122:6), mais vous faites pression pour une paix œcuménique stupide et sans espoir !

Dans votre discours, vous avez fait trois suggestions :

1) Créer une coalition pour mettre fin aux stéréotypes religieux ;

2) Travailler ensemble pour restaurer la civilité dans la société américaine ;

3) Adopter une position commune contre les attaques contre la liberté de religion et la liberté d’expression.

La civilité existe dans la société américaine, alors pourquoi suggérez-vous qu’il pourrait en être autrement ?

Mais vous n’en trouverez pas beaucoup dans la société islamique. Allez voir le film La lapidation de Soraya M, l’histoire vraie de ce qui arrive à de nombreuses femmes musulmanes innocentes. C’est bien plus grossier et sanglant que n’importe quel film d’horreur et c’est la réalité, pas la fiction. Les musulmans auxquels vous vous adressez savent tout de cette procédure. L’ISNA veut la charia partout dans le monde ! Vous avez manqué une occasion en or de les inciter à s’opposer aux gouvernements islamiques qui commettent de telles atrocités.

Pasteur Warren, vous avez ensuite déclaré que les médias ne savaient pas ce que les chrétiens et les musulmans croyaient. Ils savent très bien ce que croient les deux religions. Ils pensent que les chrétiens sont les nouveaux talibans, et ils font pression pour que la législation sur les crimes de haine protège les musulmans. Vous avez ensuite déclaré :

C’est la vérité qui nous libère

Pourquoi avez-vous sorti Jean 8:32 de son contexte ? Vous avez déformé les paroles mêmes de Jésus alors que vous auriez dû proclamer les paroles de Jésus.

L’ISNA s’est déclarée impressionnée par votre action caritative. Qu’ont-ils fait ? Comme le dit l’expert en terrorisme Steve Emerson,

l’ISNA a chapeauté et promu des groupes impliqués dans le terrorisme.

Là encore, vous auriez pu les mettre au défi, mais vous n’auriez pas été réinvité si vous l’aviez fait.

Joseph Farah déclare :

Il suffit de dire que l’ISNA n’est pas un ami du christianisme ou de l’Amérique.

Pourtant, en 2007, Rick Warren a été l’un des nombreux “leaders évangéliques” à signer un document demandant pardon aux musulmans pour toutes les mauvaises actions perpétrées contre eux par les chrétiens. Quelles sont les mauvaises actions commises par les vrais chrétiens à l’encontre des musulmans ?

Maintenant, Pasteur Warren, vous avez dépassé le stade de la complaisance et vous passez pour un imbécile, comme tous ceux qui ont signé ce document.

Même le Washington Times, un journal laïque, a noté que

M. Warren n’a pas beaucoup parlé de Jésus et de Dieu. ”

Mais l’accent mis sur les œuvres et les bonnes actions a renforcé la croyance des membres de l’ISNA selon laquelle les œuvres les aideront à aller au paradis.

Pasteur Warren, vous avez déclaré que vous étiez attaché au  « bien commun » et qu’il vous était ordonné de « respecter tout le monde ». Vous ne voulez pas aborder le verset qui dit que nous devons prêcher l’Évangile à toute la création (Marc 16:15). Il me semble que vous êtes plus intéressés à marcher main dans la main avec d’autres religions sur la route sinueuse de la religion mondiale unique à venir.

Il y a littéralement un mini-réveil en cours avec les musulmans qui se tournent vers la foi en Jésus, en particulier en dehors des États-Unis. Nous n’attendons pas de vous que vous fassiez des appels à l’autel lors de réunions comme celle-ci. Nous attendons de vous que vous éleviez haut le nom du Prince de la Paix qui revient et qui offre la vie éternelle à tous ceux qui demandent :

Que dois-je faire pour être sauvé ? (Actes 16:30, Actes 16:31).

Nombreux sont ceux qui n’ont voulu qu’une variante de cette citation parmi vos nombreuses déclarations œcuméniques et la manière de résoudre les problèmes du monde – impossibles sans l’aide de Dieu.

Pour mieux comprendre cela, commandez le tout nouveau film de Caryl Matrisciana, Islam Rising, Visitez également mon site Web dans la catégorie “Islam et Arabes”.

Nous ne pouvons pas répondre à tous les courriels, mais chacun d’entre eux est lu.

Dans l’attente de Son retour,

Jan Markell

Chrislam – Le mélange de l’islam et du christianisme

Traduit de l’anglais : publié le
3 septembre 2013 par Lighthouse Trails Editors, Chrislam – The Blending Together of Islam & Christianity, texte de Mike Oppenheimer,

Voir aussi l’annexe “L’homme de paix musulman de Rick Warren”. Chrislam

En 2010, Terry Jones, un pasteur de Floride, a voulu brûler le Coran, ce qui lui a valu une notoriété nationale et internationale. En réponse directe à la volonté de Terry Jones de brûler le Coran, Larry Reimer, pasteur de l’Église unie de Gainsville, en Floride, a décidé d’intégrer la lecture de passages du Coran dans le cadre des services de culte le 12 septembre 2010. À propos de la situation, M. Reimer a déclaré

Le christianisme, le judaïsme et l’islam font tous partie de l’arbre de la foi abrahamique. Nous croyons tous au même Dieu et, à bien des égards, nous essayons tous d’atteindre les mêmes objectifs.1

La citation ci-dessus n’est qu’un exemple de la façon dont un mouvement (et un état d’esprit) appelé chrislam devient de plus en plus courant dans l’Église protestante. Un exemple multimédia et audiovisuel de l’introduction du christianisme dans les églises traditionnelles (en l’occurrence, une vidéo d’un récital islamique dans une église méthodiste) est un autre exemple de cette réalité envahissante et peut être trouvé sur YouTube.2

Cette tendance en plein essor, poursuivie au nom de la recherche d’un « terrain d’entente » afin que nous puissions, en tant que corps, faire l’expérience de l’unité spirituelle et réaliser une coexistence plus pacifique, est une pente glissante qui descend en spirale, dictant que les autres religions sont aussi valables que le christianisme. Lorsque l’on considère l’état de l’Église chrétienne aujourd’hui, en particulier la façon dont le message de l’Évangile a été dilué et la façon dont d’autres éléments spirituels, qui ne viennent pas de Dieu, y sont continuellement mêlés, il ne faut pas s’étonner qu’un nombre croissant d’entre eux y adhèrent.

Qu’est-ce que le Chrislam ?

Le chrislam est un mouvement œcuménique et interconfessionnel qui se veut un « dialogue » avec l’islam. Il s’agit d’un mouvement syncrétique qui parle Chrislam – Le mélange de l’islam et du christianisme à ce mouvement adoucissent et diluent le verset Jean 14:6 tout en ouvrant la porte à la conversion de leur peuple à l’islam, dans le contexte où elles ne se contentent pas de professer qu’elles sont toujours chrétiennes, mais où elles sont autorisées à accorder autant d’importance aux principes du Coran qu’à ceux de la Bible.

C’est Robert Schuller, [franc-maçon] pasteur fondateur de la Crystal Cathedral, qui a lancé ce processus en Amérique en hébergeant les bureaux de « Christians and Muslims for Peace » (Chrétiens et musulmans pour la paix). Schuller a dit un jour à un imam de la Muslim American Society que “s’il revenait dans 100 ans et trouvait ses descendants musulmans, cela ne le dérangerait pas “3.

Une telle déclaration ne sortirait jamais des lèvres d’un chrétien croyant à la Bible qui comprend les Écritures telles qu’elles se rapportent à Jésus-Christ, qui a déclaré que « nul ne vient au Père que par moi ». Mais elle serait acceptable pour ceux qui embrassent et épousent le « nouveau christianisme progressiste » de notre époque.

L’hypothèse erronée ici est que les chrétiens et les musulmans adorent tous le même Dieu, dans le contexte où ils sont, avec les juifs, tous issus de la descendance d’Abraham.

Malheureusement, c’est un sujet sur lequel nous avons régulièrement mis en garde pendant des années, mais nous sommes tombés dans l’oreille d’un sourd. Lorsque les gens prennent le nom d’Allah – le dieu du Coran – et le rendent acceptable et interchangeable avec le nom du Dieu de la Bible, ils oublient que nous parlons d’un autre “dieu” d’une nature, de caractéristiques et d’une divinité différentes. Ils vont même jusqu’à suggérer qu’il est convenable pour un chrétien de prier en ce nom parce qu’il s’agit du même “Dieu”, ou soutiennent que les convertis musulmans peuvent continuer à aller dans leurs mosquées et à prier et adorer comme si rien ne leur était arrivé ; il s’agit là d’un conditionnement qui sape le discernement de ceux qui professent être chrétiens et les rend d’autant plus ouverts à l’acceptation du Coran comme étant d’inspiration égale à celle de la Bible.

Peut-on être à la fois musulman et chrétien ?

Prenons l’exemple du prêtre épiscopalien Ann Holmes Redding qui, même après plus de vingt ans de sacerdoce, n’hésite pas à déclarer :

Je suis à la fois musulman et chrétien 4.

Le dimanche matin, Redding revêt le col blanc du prêtre épiscopalien. Le vendredi, elle enfile un foulard noir pour prier avec son groupe musulman.

Elle affirme que l’islam et le christianisme sont compatibles au niveau le plus élémentaire5.

Le sont-ils ? Peut-on être à la fois chrétien et musulman ? Peut-on servir deux maîtres ? Selon les enseignements du Coran, le Jésus de l’islam n’est pas divin ou Dieu incarné, n’est pas le Fils unique de Dieu ou le Messie, n’est pas mort sur la Croix (surtout pas pour nos péchés) et n’a pas été ressuscité d’entre les morts. L’islam nie catégoriquement l’Évangile du christianisme – la raison fondamentale pour laquelle Jésus est venu sur Terre. C’est ce que les églises du christianisme sont prêtes à compromettre lorsqu’il s’agit de la vérité, afin de faire la paix !

La vérité est que le christianisme n’a aucun point commun avec l’islam qui puisse justifier que l’on mette ainsi en péril notre bien-être spirituel. La Bible dit :

Quelle communion la justice a-t-elle avec l’injustice ? et quelle communion la lumière a-t-elle avec les ténèbres ? (2 Corinthiens 6:14).

Le mouvement Chrislam est l’apostasie en action, et nous pouvons nous attendre à beaucoup plus de ce type de compromis.

Une parole commune ?

En 2007, 138 érudits et religieux musulmans ont envoyé une lettre ouverte intitulée « Une parole commune entre nous et vous » aux dirigeants chrétiens. Un grand nombre de dirigeants chrétiens américains et d’érudits connus ont répondu par une lettre signée pour montrer leur soutien à la recherche d’un terrain d’entente entre les deux religions, mais ils n’ont pas lu les petits caractères, ignorant que la lettre ouverte contenait une réprimande et un avertissement islamique.

Après la publication de ce document musulman, de nombreux responsables chrétiens ont rédigé une déclaration intitulée « Réponse chrétienne à ‘Une parole commune entre nous et vous’ ». Cette réponse, que l’on peut lire en ligne, stipule ce qui suit :

Avant de vous « serrer la main » en répondant à votre lettre, nous demandons pardon au Tout Miséricordieux [nom du dieu musulman] et à la communauté musulmane du monde entier… L’existence d’un tel terrain d’entente – un terrain d’entente sur certains des fondements de la foi – donne l’espoir que les différences indéniables et même les pressions extérieures très réelles qui s’exercent sur nous ne peuvent pas éclipser le terrain d’entente sur lequel nous nous tenons ensemble.6

Parmi les dirigeants chrétiens qui ont signé la réponse, citons Rick Warren, Leith Anderson (président de la NEA), Richard Cizik, Bill Hybels, Tony Jones (Emergent Village), Brian McLaren, Richard Mouw (Fuller), Robert Schuller et Jim Wallis. En outre, des pasteurs et des professeurs représentant de nombreuses dénominations et séminaires évangéliques ont signé.

Il suffit de dire que nous avons maintenant le Chrislam, qui mélange les parties minimalistes du christianisme avec l’islam, avec l’intention de les mettre sur un pied d’égalité. Dans certaines églises, le Coran est placé sur les bancs, juste à côté de la Bible, sous le couvert de  « l’amour du prochain », qui faisait partie de la lettre ouverte que les dirigeants chrétiens sans méfiance et sans discernement ont signée pour obtenir la paix à n’importe quel prix.

Cela fait partie du djihad : exposer ceux qui ne seraient normalement pas intéressés par la religion islamique en utilisant des citations sur la paix et l’amour comme catalyseur et comme moyen de désarmer avant d’attirer un converti potentiel. Les musulmans savent certainement comment tirer parti de cette nouvelle ouverture pour convertir les kafirs à l’islam. L’islam condamne la croyance en la divinité de Jésus comme  « shirk ». Il faut comprendre que pour un chrétien authentique – né de l’Esprit de Dieu – il n’y a pas de débat à ce sujet.

Mais pour d’autres, chrétiens marginaux ou chrétiens de nom seulement, ceux qui accordent peu de crédit à Jésus comme « le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14:6), ils n’ont aucune réticence à forger une coexistence pacifique avec ceux qui rabaissent la religion même qu’ils professent.

Les fausses prémisses du christianisme

Une déclaration faite sur le site web de Human Rights First me semble très révélatrice :

La cathédrale nationale de Washington, ainsi que cinquante autres églises dans vingt-six États, se sont [déjà] engagées à participer à cet effort [d’organiser des lectures du Coran]. . . . Faith Shared est un projet de l’Interfaith Alliance et de Human Rights First . … Des membres du clergé chrétien d’églises de tout le pays ont lu des extraits du Coran et d’autres textes religieux sacrés en accueillant leurs collègues musulmans et juifs.7

Sur le site web de Faith Shared (les sponsors de l’événement susmentionné), on nous dit que leur objectif est le suivant :

. … contrer le sectarisme anti-musulman et les stéréotypes négatifs qui ont éclaté dans tout le pays au cours de l’année écoulée et qui ont conduit à des idées fausses, à la méfiance et, dans certains cas, à la violence.8

Mais réfléchissez un instant. La prémisse est très tendancieuse. Le sectarisme fait partie intégrante de l’islam, qui n’a aucune tolérance pour les autres religions, même celles qu’il appelle « les gens du livre ». Les tensions et la violence sont venues de l’islam lui-même, dans le monde entier. Cette situation atteint un niveau d’absurdité et d’inanité qui dépasse l’entendement humain si l’on tient compte des Juifs contre lesquels l’islam continue de faire une guerre ouverte, tandis que leurs chefs religieux jurent ouvertement et solennellement d’éliminer les Juifs et de les rayer de la carte, sans parler de la façon dont ils qualifient l’Amérique de « Satan chrétien » et souhaitent que nous subissions le même sort. Les gens sont-ils sourds et aveugles à ce qui se passe ? Laissons à ceux qui ne défendent rien et tombent dans le panneau le soin d’ignorer l’évidence. La pensée libérale et la pratique du politiquement correct l’emportent sur la logique, la raison, la sagesse et le bon sens.

Si nous posons la question : « Que ferait Jésus ? », nous savons qu’il n’a JAMAIS lu ou cité une autre religion de son époque pour promouvoir son enseignement ou le rendre plus acceptable pour les gens. Il a instruit et réprimandé si nécessaire les Juifs qui parlaient faussement – une dynamique qu’il aurait certainement mise en œuvre dans ce cas avec tous ceux qui professent être ses vrais disciples, prétendent venir en son nom et se présument faire partie de son église.

Tad Stahnke, directeur de la politique et des programmes de Human Rights First, déclare :

Nous voulons faire savoir au monde entier que les Américains respectent les différences religieuses et rejettent le sectarisme religieux et la diabolisation de l’islam ou de toute autre religion.9

Si je peux donner un sens à cette fausse déclaration en laissant la réalité s’immiscer …. L’Amérique a toujours permis à toutes les religions de pratiquer librement leur culte dans notre pays, y compris l’islam. Ce sont les pays islamiques, cependant, qui interdisent strictement aux autres religions de pratiquer librement leur culte, sous peine d’emprisonnement et même de mort ! Ils ne permettent aucune intégration religieuse à l’intérieur des frontières de leur pays ou en ce qui concerne leur culture, font preuve de ZÉRO tolérance et ne permettent certainement pas une quelconque intégration à leur religion. C’est un anathème pour eux !

Nous sommes donc confrontés à un dilemme : c’est l’islam qui est intolérant, c’est l’islam qui a semé les graines de la bigoterie. Les personnalités islamiques affirment catégoriquement que c’est nous, en Amérique (et dans le monde occidental), qui sommes les bigots et les haineux parce que nous les jugeons sur la base de leurs propres paroles, de leur propre livre « saint » et de leurs actions nihilistes.

Sommes-nous appelés par Dieu à fermer intentionnellement les yeux sur des centaines de déclarations implicites et contraires à la loi, qui encouragent l’effusion de sang innocent et n’ont aucune valeur pour le caractère sacré de la vie humaine, comme celles que l’on trouve dans le Coran, afin de prouver que nous ne sommes pas des bigots ? Dieu dit clairement que ceux qui vivent par l’épée meurent par l’épée. Et pourtant, le dieu musulman, Allah, EST le « dieu de l’épée ». En fait, c’est ce qu’Allah signifie essentiellement : Dieu de l’épée !

Extrait du Coran – Raconté par Abu Huraira : L’apôtre d’Allah dit :

J’ai reçu l’ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils disent : “Nul n’a le droit d’être adoré en dehors d’Allah”, et quiconque dit : “Nul n’a le droit d’être adoré en dehors d’Allah”, j’épargnerai sa vie et ses biens, à l’exception de la loi islamique, et son compte sera avec Allah, (soit pour le punir, soit pour lui pardonner).10

La question n’est pas du tout, et n’a jamais été, de savoir si nous respectons ou non les musulmans, mais plutôt de savoir si les musulmans nous respectent, ou respectent d’autres personnes d’ailleurs. L’Islam accorde-t-il des droits égaux à ceux qui pratiquent d’autres religions dans leur propre pays ? Bien sûr que non. En fait, dans la plupart des pays islamiques, les autres religions sont EXCLUES. Une fois qu’une culture (qu’il s’agisse de la leur ou d’une culture qu’ils leur soumettent) est forcée de se conformer à la charia, il lui est difficile de tolérer quoi que ce soit de contraire, d’autant plus que cela peut entraîner une mort certaine. Ne négligeons pas l’évidence, cachée à la vue de tous (une petite chose appelée le journal télévisé du soir). De tous les compromis qui ont été faits ces derniers jours, celui-ci doit être l’un des moyens les plus insensés, les plus ridicules, les plus myopes et les plus manifestement ignorants pour dissimuler la vérité.

En Amérique, nous avons la liberté de pratiquer notre culte comme nous l’entendons. Essayez d’avoir la même liberté ou de promouvoir un programme interconfessionnel dans l’un des pays où l’islam est la religion d’État. À condition de vivre pour le raconter et de revenir en un seul morceau.

Le fait est que la seule religion actuellement utilisée à des fins de violence est l’islam. Nous devons commencer à réfléchir de manière plus critique à ces questions, cesser d’être des moutons aveugles et muets et nous réveiller ! Nous devons commencer à penser par nous-mêmes au lieu d’avaler avec désinvolture n’importe quel chameau que les médias voudraient nous faire avaler. Pourquoi la majorité des terroristes dans le monde sont-ils musulmans ? [ NDLR cf. thereligionofpeace.com] Avez-vous déjà pensé à vous poser la question ? C’est à cause du Coran, sur lequel les musulmans calquent leur mode de vie, et non, contrairement à la croyance populaire, à cause de leur appartenance ethnique. En d’autres termes, c’est leur religion qui affecte radicalement leur vision du monde, les adeptes eux-mêmes et leur culture respective.

L’issue du christianisme

L’idée d’apaisement peut faire preuve d’un certain niveau de tolérance à l’égard de l’islam, mais elle témoigne d’un manque de loyauté envers le Christ à un niveau si profond qu’elle ne peut être qualifiée. Les chrétiens qui pratiquent le christianisme, compromettant leur foi à un degré aussi irréparable, ne seront pas en mesure de résister à la vague de persécution qui, je le crois, va bientôt s’abattre sur l’Église. On ne peut pas défendre ce que l’on ne connaît pas. Ces traîtres à la foi se convertiront très probablement à l’islam dans son intégralité, puisqu’ils en sont déjà à mi-chemin. Ils ne sont chrétiens que de nom parce qu’ils ne défendent pas le Christ ou son Évangile. Cela prouve qui est le véritable chef de leur église “chrétienne”-islamique. Car le Seigneur lui-même n’est pas consulté, et ils ont abandonné la tête du corps pour le politiquement correct et la voie du monde et de l’homme, qui mène à la mort.

Le programme de l’église Chrislam est censé inclure une approche des juifs. Les adeptes veulent lire les « textes sacrés » des uns et des autres. Peut-on s’attendre à ce que les Écritures hébraïques ou chrétiennes soient bien lues ou parlées dans les mosquées ? Est-ce trop demander que de les voir faire pour Israël ce qu’ils font pour l’Islam et défendre le droit du peuple juif à exister et à pratiquer sa religion non seulement dans sa patrie mais aussi en terre musulmane ? Non seulement c’est trop demander, mais c’est impensable dans l’esprit de ceux qui adhèrent aux principes de l’islam tels qu’ils sont énoncés dans le Coran.

Dans un article intitulé « Pulpit Pals : Christians, Jews, Muslims Plan Shared Worship » (Chrétiens, juifs et musulmans envisagent un culte commun), on peut lire ce qui suit :

Des militants religieux et des défenseurs des droits de l’homme demandent aux églises américaines d’inviter des membres du clergé juifs et musulmans dans leurs sanctuaires pour lire des textes sacrés le mois prochain, dans le cadre d’une initiative destinée à lutter contre le sectarisme antimusulman.

L’initiative du 26 juin, intitulée Faith Shared : Uniting in Prayer and Understanding, est coparrainée par l’Interfaith Alliance et Human Rights First. Les dirigeants de ces deux groupes basés à Washington ont déclaré que l’événement visait à démontrer le respect de l’Islam à la suite des brûlages de Coran qui ont eu lieu ces derniers mois.11

L’Appel de Bérée (Bereancall.org) a publié des extraits de cet article ainsi qu’un commentaire intéressant d’un athée sur l’article.  « Même les athées, à l’occasion, ont reconnu que la véritable menace pour eux n’est pas le christianisme biblique, mais l’islam » 12 , a déclaré TBC en prélude aux commentaires de l’athée qui a dit :

Dans le passé, j’ai déclaré que je n’étais pas religieux, mais mon objectif est d’aider à éduquer et à unir les athées et les membres des religions non islamiques contre un ennemi commun. Cet ennemi, c’est l’islam. La bonne nouvelle, c’est que notre voix contre l’islam se fait de plus en plus forte. La mauvaise nouvelle, c’est que beaucoup trop d’Américains qui s’identifient comme « chrétiens » choisissent la facilité et se prosternent devant l’islam, dans un effort pour éviter un conflit qui fait rage depuis 1 400 ans.13

Arrêtez-vous maintenant et examinez attentivement cet extrait très inquiétant de la page web de la TBC. Il s’agit d’un extrait d’une Hadith musulmane.

Il a été rapporté par ‘Umar b. al-Khattib’ qu’il a entendu le Messager d’Allah (que la paix soit sur lui) dire : « Je vais expulser les Juifs et les Chrétiens : J’expulserai les juifs et les chrétiens de la péninsule arabique et je ne laisserai que des musulmans. » 14

Un conflit que, malheureusement, les chrétiens (et les juifs) sont clairement en train de perdre 15 ,

s’exclame TBC.

Certains sont désespérément à côté de la plaque en essayant de se plier en quatre pour respecter une religion qui se considère comme supérieure à toutes les autres religions, qui remet en question l’autorité de la Bible sur presque tout ce qu’elle dit et qui échange la vérité de la Parole inerrante de Dieu contre un mensonge.

Agenzia Fides Continental News (le centre d’information des Œuvres Pontificales Missionnaires) rapporte une augmentation des viols et des mariages forcés dans le but de convertir à l’islam des jeunes filles chrétiennes et hindoues au Pakistan, un pays musulman. Ces pratiques sont encore plus répandues en Afrique. C’est ce que l’islam autorise et tolère en vertu de la charia ? Nous ne voyons aucune répercussion de la part de l’Islam. Est-ce cela qu’ils veulent que nous le respections ? J’en ai bien peur.

La coexistence islamo-chrétienne commence en Afrique

En Afrique, l’islam et le christianisme s’assimilent progressivement.

Le Nigeria, comme beaucoup d’autres pays africains, a connu une augmentation de la violence entre musulmans et chrétiens. Ce qu’ils considèrent comme solution est venue de la religion et non de la politique.

Un mouvement christique des plus populaires à Lagos, au Nigeria, s’appelle actuellement Oke Tude : Mountain of Loosing Bondage (Montagne de la libération de l’esclavage). Le mouvement Chrislam le plus ancien s’appelle Ifeoluwa : La mission de la volonté de Dieu.

Oke Tude a été fondé en 1999 par un musulman qui se faisait appeler prophète, Dr. Shamsuddin Saka, né dans une famille musulmane. Il croyait en Allah et s’est rendu quatre fois en pèlerinage à la Mecque. Lors de son deuxième hajj, en 1990, Saka a reçu un « appel divin » d’Allah, lui disant qu’il devait unir les chrétiens et les musulmans en les éclairant sur le « fait » qu’ils servaient le même « Dieu », mais de manière différente :

La vision d’une compréhension mutuelle entre musulmans et chrétiens m’a été révélée par Dieu tout-puissant, alors que je me reposais près de la Ka’aba. Dans un rêve, Dieu m’a montré des images de l’intolérance religieuse au Nigeria et m’a chargé de combler l’incompréhension entre les deux religions, afin de mettre un terme aux massacres. Au début, je n’ai pas compris le rêve. La veille du Nouvel An, j’ai appelé plusieurs érudits musulmans chez moi. Ils ont prié et se sont ensuite endormis. Il s’est avéré qu’ils avaient tous fait le même rêve : dans leur rêve, ils me voyaient en train de réunir les chrétiens et les musulmans. C’est ainsi que tout a commencé. 16

Dès janvier 2006, le Christian Science Monitor a publié un article sur le mouvement Chrislam :

Le pasteur Saka explique que son père était herboriste et que les musulmans comme les chrétiens venaient le voir pour se faire soigner. Bien qu’il ait grandi dans la religion musulmane et qu’il se soit rendu plusieurs fois en pèlerinage à la Mecque, il ne pouvait pas comprendre les conflits sectaires au Nigeria. Il se considère aujourd’hui comme un chrétien, “mais cela ne veut pas dire que l’islam est mauvais”, bien au contraire. Bien au contraire. À côté de sa mosquée se trouve le rêve d’un télévangéliste : un auditorium de 1 500 places, des bancs de haut-parleurs, un orchestre et des lampes à incandescence. Le dimanche, la chorale passe aisément des chants musulmans aux chants chrétiens, et le pasteur Saka prêche à partir de la Bible et du Coran. Ses sermons sont souvent retransmis par la télévision locale.17

Mais arrêtons-nous un instant et réfléchissons à ce qui est dit ici. Il affirme que « Dieu » (Allah) lui a dit qu’il était le même Dieu dans les deux religions et qu’il fallait arrêter les massacres (ce qui était initialement le travail des musulmans). Cette nouvelle révélation d’un musulman est à l’origine de ce nouveau mélange synthétique qui est devenu la « réponse » aux conflits africains.18

Ce concept a été baptisé « coexistence islamo-chrétienne ». Cependant, pour accepter les prémisses et la pratique du mouvement de coexistence, il faut s’éloigner de la foi en Jésus-Christ et de tout ce qui est dit de Lui dans la Parole de Dieu. Ces religions sont disparates et n’ont jamais été conçues pour être unies, mais pour rester à jamais totalement séparées et distinctes les unes des autres. Il est clair que nous avons des exemples antérieurs pour nous aujourd’hui :

Ils sont retournés aux iniquités de leurs ancêtres, qui n’ont pas écouté mes paroles, et ils sont allés après d’autres dieux pour les servir (Jérémie 11:10).

L’islam croit que le christianisme a un autre Dieu, mais il feindra d’être d’une même source lorsque cela lui sera profitable.

Le nom de Dieu

Si le christianisme et l’islam partagent le même Dieu et les mêmes enseignements, les noms de Dieu de chaque religion devraient être interchangeables. Une question qui continue à se poser est celle du nom d’Allah en tant que nom générique approprié pour Dieu. Certains pensent que ce nom peut être utilisé à l’intérieur de l’église.

Après que les Israélites aient été esclaves des païens en Égypte pendant plus de 400 ans, le Seigneur, qui avait promis et prophétisé l’asservissement d’Israël et sa libération sur sa propre terre, l’a fait par l’intermédiaire de Moïse (Gen. 15:13-18).

Pendant leur séjour en Égypte, les Israélites ont vécu parmi des gens qui avaient fait des dieux de la nature ; même leur propre chef, Pharaon, était un dieu de la nature qui s’était manifesté. Il était facile pour Dieu de faire sortir Israël du pays des nombreux dieux, mais il n’était pas si facile de leur faire croire au Dieu unique qui les avait délivrés par l’intermédiaire de Moïse.

Au cours de leur voyage vers la terre promise, le Seigneur (YHWH) a appelé Moïse sur la montagne et lui a donné dix commandements sur des tables de pierre pour Israël. Exode 20:2-5 :

« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. »

Il leur est dit de ne pas faire de représentation de Dieu et « tu ne te prosterneras pas devant eux et tu ne les serviras pas, car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux ».

Nous constatons ici que Dieu est jaloux. Jaloux de quoi, me direz-vous ? Il ne veut pas que nous confondions d’autres dieux avec lui, ou que nous l’adorions comme d’autres adorent leurs dieux. L’un des principaux moyens d’identifier ces autres dieux serait leur nom. Exode. 23:13 : « … vous ne prononcerez point le nom d’autres dieux, qu’on ne l’entende point sortir de votre bouche. »

La jalousie de Dieu n’est pas une jalousie humaine. Il s’agit de la vérité ; il s’agit de notre relation avec Lui et des conséquences d’une désobéissance délibérée dans l’adoration et le service.

Aucun des dieux de l’Égypte n’était semblable au Dieu d’Israël. C’est pourquoi le vrai Dieu a dit : « Contre tous les dieux de l’Égypte, j’exercerai mon jugement : Je suis l’Éternel » (Exode 12:12 ; voir aussi Jérémie 46:25). Les Hébreux n’ont pas adopté les noms égyptiens d’Amon ou de Râ. Ils savaient qui était le vrai Dieu et n’utilisaient pas d’autres noms dans leur culte.

Ainsi, pour répondre à la question fondamentale : le christianisme et l’islam partagent-ils la croyance en un même Dieu, ou le même code moral basé sur les dix commandements ? La réponse est NON. Leur dieu n’est pas notre Dieu. Leur dieu n’est pas le Dieu d’Israël. Appeler Dieu Allah serait une parodie pour le corps authentique du Christ, qui a été acheté par le sang du Fils de Dieu. Allah ne reconnaît pas Israël, les Juifs, le christianisme ou la Bible comme étant légitimes ou venant de Dieu. Considérez Josué 23:7 :

Ne vous mêlez point avec ces nations qui sont restées parmi vous; ne prononcez point le nom de leurs dieux, et ne l’employez point en jurant; ne les servez point, et ne vous prosternez point devant eux.

En d’autres termes, les autres dieux des nations ne doivent pas être inclus dans notre culte ou notre service.

L’islam affirme que le Coran est le signe de la prophétie de Mahomet. Notre principal exemple se trouve dans Deutéronome 13:2-5 où Israël avait un prophète ou un rêveur qui donnait un signe ou un prodige et parlait :

… et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant: Allons après d’autres dieux, -des dieux que tu ne connais point, -et servons-les! tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est l’Éternel, votre Dieu, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez l’Éternel, votre Dieu, de tout votre coeur et de toute votre âme. Vous irez après l’Éternel, votre Dieu, et vous le craindrez; vous observerez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez, et vous vous attacherez à lui. Ce prophète ou ce songeur sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre l’Éternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir du pays d’Égypte et vous a délivrés de la maison de servitude, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle l’Éternel, ton Dieu, t’a ordonné de marcher. …

C’est là que réside la raison pour laquelle nous ne pouvons pas appeler le Créateur vivant, qui est notre Dieu, Allah – cela nous éloigne du vrai Dieu. L’introduction du nom Allah comme nom générique pour Dieu est utilisée pour introduire le nom islamique exclusif de Dieu dans l’église et faire croire aux chrétiens que nous adorons tous le même Dieu. Il s’agit d’un sous-produit du christianisme, qui est un mélange intentionnel de religions.

Ce syncrétisme existe depuis longtemps, mais il se développe maintenant à l’intérieur des murs de l’Église. Il est introduit par des hommes qui peuvent même se dire évangéliques, mais qui, en termes de théologie et de fonction, ne le sont pas.

Ces concepts sont présentés comme des objectifs nobles sous le titre « aller de l’avant » pour forger l’unité. Pourtant, il nous faut un meilleur nom pour Chrislam – peut-être Chrislamité (Chrislam et Calamité ) – car il fait partie de l’islamisation du christianisme, et il ne fera que nuire, au lieu d’aider, à la prédication de l’Évangile aux perdus.

Notes en fin d’ouvrage :

  1. “UCC Pastor to read Quran in Response to Dove Quran Burnings” (The Creative Seminole, http://web.archive.org/web/20101028184745/http://creativeseminole.com/2010/08/19/if-they-can-burn-it-we-can-read-it-a-ucc-ministers-response-to-burning-the-quran/).
  2. http://www.youtube.com/watch?v=ybSAinBMb_g.
  3. Dave Hunt, “What’s Happening to the Faith ? (L’appel béréen, avril 1998).
  4. Janet I. Tu, “I am both Muslim and Christian” (Seattle Times, 17 juin 2007, http://seattletimes.com/html/localnews/2003751274_redding17m.html).
  5. Ibid.
  6. Centre de Yale pour la foi et la culture : http://www.yale.edu/faith/acw/acw.htm.
  7. Communiqué de presse de Faith Shared, 26 juin 2011, http://www.humanrightsfirst.org/2011/05/17/faith-shared-june-26-2011.
  8. Ibid.
  9. http://www.faithshared.org/aboutus.html.
  10. Bukhari, Hadith, Vol. 4, Livre 52, p. 196.
  11. Adelle Banks, “Pulpit pals : Christians, Jews, Muslims plan shared worship” (Religion News Service, 17 mai 2011, http://www.sltrib.com/sltrib/lifestyle/51832311-80/initiative-religious-christians-human.html.csp).
  12. Tiré de https://www.thebereancall.org/node/9230.
  13. Ibid. extrait de “More Than 50 U.S. Churches Agree to Hold Koran Readings !!!”, http://loganswarning.com/2011/05/17/more-than-50-u-s-churches-agree-to-hold-koran-readings/#sthash.WLBEAHTp.dpuf.
  14. Ibid, citant le Hadith musulman Livre 019, numéro 4366.
  15. Ibid.
  16. Marloes Janson, “Chrislam : Forging Ties in a Multi-Religious Society”.
  17. Abraham McLaughlin, “In Africa, Islam and Christianity are growing-and blending” (Christian Monitor, 26 janvier 2006, http://www.csmonitor.com/2006/0126/p01s04-woaf.html).
  18. http://www.pbs.org/wnet/religionandethics/episodes/february-13-2009/chrislam/2236.

L’affaire Galilée : histoire ou hagiographie héroïque ?

par Thomas Schirrmacher

Publié à l’origine dans le Journal of Creation 14, n. 1 (avril 2000) : 91-100.

Résumé

Quinze thèses sont avancées, preuves à l’appui, pour montrer que l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur la relation entre la religion et la science.

La controverse du 17e siècle entre Galilée et le Vatican est examinée. Quinze thèses sont avancées, preuves à l’appui, pour démontrer que l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur les relations entre religion et science. Contrairement à la légende, Galilée et le système copernicien étaient bien vus par les autorités ecclésiastiques. Galilée a été victime de sa propre arrogance, de l’envie de ses collègues et de la politique du pape Urbain VIII. Il n’a pas été accusé d’avoir critiqué la Bible, mais d’avoir désobéi à un décret du papal.

Introduction

Le procès intenté à Galilée (1564-1642) au XVIIe siècle est souvent utilisé comme argument contre les scientifiques et théologiens créationnistes, qui font de leur croyance en la fiabilité de la Bible le point de départ de leur recherche scientifique. Selon les critiques, la foi absolue en la Bible rend les créationnistes aveugles au progrès scientifique et entrave la science. C’est ainsi que Hatisjorg et Wolfgang Hemminger écrivent dans leur livre contre le créationnisme :

Le créationnisme d’aujourd’hui … se retourne contre les grands naturalistes chrétiens des 15e et 16e siècles, contre Copernic, Galilée, Kepler et Newton. Il reprend le procés contre Galilée et argumente en principe avec les inquisiteurs, car la question du procès était, entre autres, de savoir si le scientifique naturel avait la liberté de placer l’expérimentation et l’observation au-dessus de l’Écriture … Les créationnistes d’aujourd’hui ont en principe le même point de vue que les inquisiteurs, car ils suivent leur méthode empirico-biblique. “1

Il s’agit bien sûr d’un non-sens. Galilée était un scientifique qui croyait en la fiabilité de la Bible et qui cherchait à démontrer que le système copernicien (héliocentrique) était compatible avec elle. Il luttait contre les principes contemporains d’interprétation de la Bible qui, aveuglés par la philosophie aristotélicienne, ne rendaient pas justice au texte biblique. Galilée n’a pas été blâmé pour avoir critiqué la Bible, mais pour avoir désobéi aux ordres du pape. Aujourd’hui, la plupart des scientifiques spécialistes de la création lisent la Bible différemment de l’école contemporaine d’interprétation biblique, c’est-à-dire de la critique supérieure, et sont donc critiqués par l’establishment théologique libéral et par les scientifiques naturalistes.

L’image du procès du Vatican contre Galileo Galilei, utilisée par Hemminger et d’autres, n’est pas tirée de la recherche historique mais de l’hagiographie héroïque. L’image d’une lutte à mort entre une église chrétienne totalement bornée et une science naturelle ingénieuse et toujours objective dans l’affaire Galilée repose sur trop de légendes urbaines.

Les biographies de l’auteur anthroposophe Johannes Hemleben2 , la biographie officielle de Galilée de l’ancienne République démocratique allemande (Allemagne de l’Est) d’Ernst Schmutzer et Wilhelm Schultz3 , ainsi que le chapitre consacré à Galilée dans le livre de Fischer-Fabian La force de la conscience4 , sont des exemples d’hagiographies sur Galilée qui sont pleines de légendes urbaines.

Il existe de nombreux exemples d’une « adoration » quasi religieuse de Galilée5 dans la littérature juvénile6 et universitaire7.

Je ne connais qu’une seule réponse exhaustive d’un créationniste (au sens large) à l’utilisation abusive du procès de Galilée par les évolutionnistes. Elle figure dans The Doorway Papers par le théoricien des lacunes Arthur C. Custance.8

Un commentaire encore plus approfondi des créationnistes sur l’affaire Galilée est nécessaire. Le présent article donne une première évaluation et énumère des ouvrages importants, mais il ne peut que contribuer à lancer la discussion.

Koestler a raison de dire que

« peu d’épisodes historiques ont donné lieu à une littérature aussi volumineuse que le procès de Galilée »9.

Avec plus de 8 000 titres sur l’affaire Galilée et les 20 volumes des œuvres complètes de Galilée lui-même, un seul article ne peut pas aborder tous les aspects de la question.

Les 15 thèses suivantes montreront pourquoi l’affaire Galilée ne peut servir d’argument à aucune position sur la relation entre la religion et la science. Je suivrai principalement les écrits de Galilée lui-même10 , la biographie de K. Fischer11 , les recherches d’A. Koestler sur les documents originaux du procès de Galilée12 , l’essai d’A.C. Custance8 et les recherches scientifiques de l’auteur tchèque Zdenko Solle13.

L’intention des thèses peut être résumée par le jugement de Koestler :

« Je crois que l’idée selon laquelle le procès de Galilée était une sorte de tragédie grecque, une épreuve de force entre la ‘foi aveugle’ et la “raison éclairée”, est naïvement erronée. » 14

Il va sans dire que ces thèses n’ont pas pour but de défendre l’Inquisition ou de nier la valeur scientifique de la pensée ou des recherches de Galilée. Mais Solle a raison lorsqu’il écrit :

« L’image pleine de contrastes, montrant un scientifique héroïque face à l’arrière-plan sombre de l’Inquisition, développera de nombreuses nuances différentes »15.

Thèse 1 : Le système copernicien était bien vu par les autorités ecclésiastiques

Une défense ouverte du système copernicien était, en principe, sans danger. Le système ptolémaïque avait été nié par de nombreux hauts fonctionnaires et astronomes jésuites avant même la naissance de Galilée. Comme le prouve l’exemple de l’astronome de la Cour impériale, Johannes Kepler (1571-1630)16 , nombre d’entre eux suivaient le système copernicien.

« Les Jésuites eux-mêmes étaient plus coperniciens que Galilée ; il est maintenant bien reconnu que la raison pour laquelle l’astronomie chinoise a progressé plus rapidement que l’astronomie européenne est simplement que les missionnaires jésuites leur ont communiqué leurs vues coperniciennes » 17.

Alors que Martin Luther qualifiait l’auteur de De revolutionibus orbium coelestium [c’est-à-dire Nicolas Copernic (1473-1543)] d’ « imbécile », qui mettrait  « tout l’art de l’astronomie sens dessus dessous », le livre n’avait pas été combattu par le Vatican. Il était considéré comme une « hypothèse mathématique », mais il était déjà utilisé depuis longtemps comme aide aux calculs astronomiques. Ce n’est que quelque temps après que d’éminents scientifiques jésuites, comme Pater Clavius, eurent reconnu la fiabilité des observations de Galilée, que Copernic et ses disciples devinrent « méfiants ».18

Le livre de Copernic n’a été mis à l’index du Vatican19 que de 1616 à 1620 et a été réadmis au public après quelques modifications mineures.20 Seul le Dialogo de Galilée est resté à l’index de 1633 à 1837.21

Thèse 2 : Galilée était bien considéré par l’Église

Jusqu’au procès qui lui a été intenté, Galilée jouissait d’une grande estime auprès du Saint-Siège, des jésuites et surtout des papes de son vivant. Ses enseignements étaient célébrés. La visite de Galilée à Rome en 1611, après la publication de son Messager des étoiles, « fut un triomphe ».22 « Le pape Paul V l’accueillit en audience amicale et le Collège romain des Jésuites l’honora par diverses cérémonies qui durèrent toute une journée ».23 Jean Pièrre Maury écrit à propos de cette visite :

Les découvertes de Galilée sont désormais reconnues par les plus grandes autorités astronomiques et religieuses de son temps. Le pape Paul V le reçut en audience privée et lui témoigna tant de respect qu’il ne lui permit pas de s’agenouiller devant lui, comme c’était l’usage. Quelques semaines plus tard, tout le Collegio Romano se réunit en présence de Galilée pour célébrer officiellement ses découvertes. Parallèlement, Galilée rencontre tous les intellectuels romains et l’un des plus célèbres d’entre eux, le prince Federico des Cesi, lui demande de devenir le sixième membre de l’Accademia dei Lincei (Académie des Lynx), qu’il a fondée 24.

La première déclaration écrite de Galilée en faveur du système copernicien, les Lettres sur les taches solaires, a été très bien accueillie et aucune voix critique ne s’est fait entendre. Parmi les cardinaux qui ont félicité Galilée figure le cardinal Barberini, qui deviendra plus tard le pape Urbain VIII et le condamnera en 1633.25 En 1615, une accusation contre Galilée a été déposée mais rejetée par le tribunal de l’Inquisition. De 1615 à 1632, Galilée jouit de l’amitié de nombreux cardinaux et des différents papes.26

Thèse 3 : c’est l’envie, et non la religion, qui a déclenché l’affaire

La bataille contre Galilée n’a pas été lancée par les autorités catholiques, mais par les collègues et les scientifiques de Galilée, qui craignaient de perdre leur position et leur influence. Les représentants de l’Église étaient beaucoup plus ouverts au système copernicien que les scientifiques et les collègues de Galilée. Galilée a évité et retardé une confession ouverte en faveur du système copernicien par crainte de ses collègues immédiats et autres, et non par crainte d’une quelconque partie de l’Église.27

C’était déjà le cas de Copernic lui-même. Gerhard Prause résume la situation :

Ce n’est pas par peur de ses supérieurs dans l’Église – comme on le dit souvent à tort – mais parce qu’il craignait d’être “moqué et sifflé” – comme il l’a formulé lui-même – par le professeur d’université, qu’il a refusé de publier son travail “De revolutionibus orbium coelestium” pendant plus de 38 ans. Ce n’est qu’à la demande de plusieurs représentants de l’Église, et notamment du pape Clément VII, que Copernic s’est finalement décidé à publier son œuvre28.

Seuls quelques scientifiques vivant à l’époque de Galilée ont avoué publiquement qu’ils suivaient Copernic. Certains l’ont fait secrètement, mais la plupart ont nié le système copernicien.29

Ainsi, alors que les poètes célébraient les découvertes de Galilée, qui étaient devenues le sujet de conversation du monde entier, les savants de son propre pays étaient, à quelques exceptions près, hostiles ou sceptiques. La première et, pendant un certain temps, la seule voix savante à s’élever en public pour défendre Galilée fut celle de Johannes Kepler. ‘30

En outre, l’Église représentait non seulement les intérêts des théologiens, mais aussi ceux des scientifiques qui faisaient partie des ordres de l’Église. L’ordre des Jésuites, qui était à l’origine du procès contre Galilée, comprenait les principaux scientifiques de l’époque.

Le cas de Galilée nous confronte à la lourdeur et à la maladresse des changements scientifiques dus aux habitudes sociales de la communauté scientifique, que Thomas Kuhn a décrites dans son célèbre ouvrage, La structure des révolutions scientifiques. Plus d’une fois, ce n’est pas l’Église qui a entravé le progrès scientifique, mais la communauté scientifique !

Thèse 4 : Génie + arrogance – humilité = ennemis mortels

Galilée était un scientifique très obstiné, trop sensible et agressif, qui s’est créé de nombreux ennemis mortels par ses polémiques virulentes, même parmi ceux qui ne suivaient plus la vision ptolémaïque du monde. Koestler montre à plusieurs reprises que cet aspect personnel de nombreuses batailles de Galilée a empêché d’autres scientifiques de travailler avec lui.32

Galilée avait le don rare de provoquer l’inimitié ; non pas l’affection alternant avec la rage que suscitait Tycho, mais l’hostilité froide et implacable que le génie plus l’arrogance moins l’humilité créent chez les médiocres. Sans ce contexte personnel, la controverse qui a suivi la publication du Sidereus Nuncius33 resterait incompréhensible »34.


Koestler ajoute de manière plus générale :

« Sa méthode consistait à ridiculiser son adversaire, ce qu’il réussissait invariablement, qu’il soit dans le vrai ou dans le faux. C’était une excellente méthode pour remporter un triomphe momentané et se faire un ennemi pour la vie » 35.

Solle le dit aussi :

 « Galilée ne craignait pas les attaques personnelles et les moqueries à l’encontre des autres, mais c’était le moyen le plus facile de se créer des ennemis »36.

Koestler commente une réponse immodérée de Galilée à un article anti-Ptolémaïque de l’astronome jésuite Horatio Grassi :

Lorsque Galilée a lu le traité, il a eu un accès de fureur. Il couvrit ses marges d’exclamations telles que “morceau d’asinité”, “éléphantine”, “bouffon”, “poltron malfaisant” et “vilain ingrat”. L’ingratitude consistait dans le fait que le traité ne mentionnait pas le nom de Galilée, dont la seule contribution à la théorie des comètes a été une approbation occasionnelle des vues de Tycho dans les Lettres sur les taches solaires37.

Fischer commente le même événement :

Il est difficile de décider quel est l’aspect le plus remarquable de ce débat : la procédure ouverte des Jésuites contre la physique aristotélicienne des cieux, l’inclination presque dévote d’Horatio Grassi devant l’autorité de Galilée, l’agressivité sans mesure de Galilée, qui a détruit tout ce que Grassi avait dit, ou la rhétorique ingénieuse de Galilée, qu’il a utilisée avec une grande habileté contre Grassi et Brahe, de sorte que Grassi en particulier est apparu comme un personnage pitoyable, qui ne savait pas de quoi il parlait … “38 .

Koestler parle d’un écrit vil et vulgaire de Galilée à l’encontre de B. Capra :

« Dans ses derniers écrits polémiques, le style de Galilée est passé de l’invective grossière à la satire, qui était parfois bon marché, souvent subtile, toujours efficace. Il passa du gourdin à la rapière, qu’il maîtrisa avec une rare aisance… »39

Pour illustrer la démesure de Galilée, Custance mentionne sa réaction face à la rumeur selon laquelle un dominicain de soixante-dix ans aurait mis en doute sa thèse lors d’une conversation privée. Galilée lui écrit une lettre sévère et lui demande des comptes. Le dominicain répondit qu’il était trop âgé et n’avait pas assez de connaissances pour juger la thèse de Galilée, et qu’il n’avait fait que des remarques privées dans une conversation afin de ne pas être traité d’ignorant. Galilée se sent toujours “attaqué”.40

Thèse 5 : Galilée refuse de partager ses découvertes

Galilée ignorait tous les autres chercheurs, ne les informait pas de ses découvertes et pensait qu’il était le seul à faire des découvertes scientifiquement pertinentes. En raison de cette attitude, certains enseignements condamnés par Galilée étaient déjà dépassés, notamment en raison des progrès réalisés par Kepler.

À en juger par la correspondance de Galilée et d’autres documents témoignant de l’opinion qu’il avait de lui-même, il était d’un égoïsme intellectuel fantastique et d’une vanité presque incroyable. Pour illustrer le premier point, on peut citer le fait désormais bien connu qu’il refusait de partager avec ses collègues ou avec des connaissances [telles que] Kepler la moindre de ses découvertes ou idées ; il prétendait même être le seul à pouvoir faire une nouvelle découverte ! Dans une lettre adressée à une connaissance, il s’exprime comme suit :

« Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser, Monsieur Sarsi, qu’il m’a été accordé à moi seul de découvrir tous les nouveaux phénomènes dans le ciel et à personne d’autre. C’est la vérité que ni la malice ni l’envie ne peuvent étouffer ».41

La relation entre Galilée et Johannes Kepler est un bon exemple de ce qui précède et des arguments contenus dans la thèse 4. Galilée avait partagé sa croyance dans le système copernicien avec Kepler dès le début de leur relation et Kepler avait accepté aveuglément, sans preuves, le livre de Galilée Le messager des étoiles.42 Mais Galilée a refusé de donner à Kepler un de ses télescopes, bien qu’il en ait donné à de nombreux dirigeants politiques du monde entier.43 Ce n’est que lorsque le duc de Bavière lui en a prêté un que Kepler a pu utiliser un télescope galiléen.44 Galilée a écrit ses découvertes à Kepler uniquement en anagrammes, de sorte que Kepler n’a pas pu les comprendre. Ce n’est que lorsque le duc de Bavière lui en a prêté un que Kepler a pu utiliser un télescope galiléen.44 Galilée n’a écrit ses découvertes à Kepler que sous forme d’anagrammes, de sorte que Kepler ne pouvait pas les comprendre, mais Galilée a pu prouver plus tard qu’il s’agissait bien de ses découvertes.45 Après cela, Galilée a rompu tout contact avec Kepler. Il a totalement ignoré le célèbre livre de Kepler, Astronomia Nova, qui contient la proposition essentielle des orbites elliptiques, bien qu’il ne s’agisse que d’un développement de Copernic et des découvertes de Galilée46 (cf. thèse 10).

Car il faut rappeler que le système que Galilée défendait était le système copernicien orthodoxe, conçu par le chanoine lui-même, près d’un siècle avant que Kepler ne jette les épicycles et ne transforme l’abstruse construction de papier en un modèle mécanique praticable. Incapable de reconnaître qu’un de ses contemporains avait une part de responsabilité dans les progrès de l’astronomie, Galilée a ignoré aveuglément et même suicidairement le travail de Kepler jusqu’à la fin, persistant dans sa tentative futile de matraquer le monde pour qu’il accepte une grande roue avec quarante-huit épicycles comme une réalité physique “rigoureusement démontrée”. 47

Thèse 6 : Galilée a été un mauvais témoin pour sa propre défense.

Galilée ne s’est pas seulement contredit pendant le procès. Lors d’une discussion orale, il a nié le système copernicien, qu’il avait défendu dans des écrits antérieurs. Koestler écrit à propos de la défense de Galilée au cours du procès :

« Prétendre, face à l’évidence des pages imprimées de ses livres, qu’ils disaient le contraire de ce qu’ils disaient, était une folie suicidaire. Pourtant, Galilée avait eu plusieurs mois de répit pour préparer sa défense. L’explication ne peut être recherchée que dans le mépris quasi pathologique que Galilée éprouve pour ses contemporains. Prétendre que le Dialogo avait été écrit pour réfuter Copernic était si manifestement malhonnête que sa cause aurait été perdue devant n’importe quel tribunal »48.

Si l’Inquisition avait eu l’intention de briser Galilée, c’était évidemment le moment de le confronter aux copieux extraits de ses livres – qui se trouvaient dans les dossiers devant le juge – de lui citer ce qu’il avait dit au sujet des crétins et des pygmées sous-humains qui s’opposaient à Copernic, et de le condamner pour parjure. Au lieu de cela, immédiatement après la dernière réponse de Galilée, les minutes du procès disent :

« Et comme on ne pouvait plus rien faire en exécution du décret, on obtint sa signature à sa déposition et on le renvoya. »

Les juges et l’accusé savaient qu’il mentait, les juges et l’accusé savaient que la menace de torture (territio verbalis) n’était qu’une formule rituelle, qui ne pouvait être mise à exécution …  »49.

Mais ces divergences et même cette hypocrisie se retrouvent tout au long de la vie de Galilée. Au début, vers 1604/1605, alors qu’une supernova très visible s’est rapidement affaiblie et qu’il n’était plus possible de démontrer la parallaxe, Galilée a parfois douté lui-même du système copernicien.50 En 1613, dans sa cinquantième année, Galilée a pour la première fois exprimé par écrit sa conviction que le système était vrai. Mais en 1597, il avait déjà affirmé la même chose dans une lettre privée à Kepler. Pendant 16 ans, « dans ses cours, il n’a pas seulement enseigné l’ancienne astronomie de Ptolémée, mais il a explicitement nié Copernic ».51 C’était le cas, même s’il n’y avait aucun danger à présenter le système copernicien.52

Il n’a avoué sa foi en Copernic que dans des discussions privées et des lettres. Plusieurs auteurs ont expliqué à juste titre cette attitude par la crainte de moqueries de la part d’autres scientifiques. Ce n’est qu’après être devenu célèbre grâce à ses découvertes dans le domaine de la mécanique, de la dynamique et de l’optique que Galilée a admis sa position copernicienne par écrit.

Fischer indique que Galilée pouvait parfois écrire des choses contraires à sa propre opinion53 , notamment dans le but de nuire à d’autres personnes.

Thèse 7 : l’expérimentation n’est pas nécessaire

Galilée n’était pas un scientifique strictement expérimental. Fischer écrit à propos du livre de Galilée De Motu (“Sur le mouvement”) :

On peut douter que Galilée ait fait beaucoup d’expériences pour prouver ses théories. Si tel avait été le cas, il est difficile de comprendre pourquoi il n’a jamais modifié sa position selon laquelle les objets légers sont accélérés plus rapidement au début de leur mouvement naturel que les objets plus lourds. D’après Galilée, de tels tests n’étaient ni nécessaires pour prouver sa théorie, ni suffisants pour la réfuter. Sa démarche était axée sur l’axiome 54.

Koestler se réfère au professeur Burtt, qui suppose que ce sont surtout ceux qui mettaient l’accent sur la recherche empirique qui n’ont pas suivi le nouvel enseignement en raison de son manque de preuves (cf. thèse 8).

Les empiristes contemporains, s’ils avaient vécu au XVIe siècle, auraient été les premiers à se moquer de la nouvelle philosophie de l’univers 55.

Thèse 8 : Pas besoin de preuve

Galilée a toujours agi comme s’il avait toutes les preuves, mais ne les présentait pas et ne pouvait pas les présenter, comme il le disait, parce que personne d’autre n’était assez intelligent pour les comprendre. Koestler écrit :

« Il utilise sa tactique habituelle qui consiste à réfuter la thèse de son adversaire sans prouver la sienne »56.

Comme Galilée ne travaillait pas de manière empirique (cf. thèse 7), mais considérait le système copernicien comme un axiome, il ne ressentait pas le besoin de preuves. Ce n’est que lorsqu’il a été mis sous pression parce qu’il présentait le système copernicien comme prouvé qu’il s’est trouvé en difficulté.

Lorsque le cardinal Bellarmin, qui était responsable du tribunal de l’Inquisition, a demandé amicalement à Galilée ses preuves, afin qu’il puisse accepter sa théorie comme une théorie prouvée, et lui a demandé par ailleurs de présenter sa théorie copernicienne comme une simple hypothèse, Galilée a répondu dans une lettre sévère qu’il n’était pas disposé à présenter ses preuves, car personne ne pouvait vraiment les comprendre. Koestler commente cette réponse :

Comment pouvait-il refuser de produire des preuves et en même temps exiger que la question soit traitée comme si elle avait été prouvée ? La solution du dilemme consistait à prétendre qu’il avait la preuve, mais à refuser de la produire, au motif que ses adversaires étaient de toute façon trop stupides pour comprendre 57.
Galilée a réagi de la même manière lorsque le pape lui-même a demandé des preuves.58

« Mais Galilée ne voulait pas porter le fardeau de la preuve ; car le nœud de l’affaire est, comme on le verra, qu’il n’avait aucune preuve »59.

Koestler écrit à propos d’une lettre antérieure de 1613 :

Pratiquement tous les chercheurs s’accordent à dire que Galilée n’avait aucune preuve physique de sa théorie.60 Certaines parties de la théorie de Galilée n’ont même pas pu être prouvées du tout parce qu’elles étaient erronées et déjà dépassées par les recherches de Kepler (cf. thèses 10 et 5).

Fischer résume :

« Il n’avait pas de preuves vraiment convaincantes telles que le déplacement de la parallaxe ou le pendule de Foucault »61.

Il ne faut pas oublier que l’hypothèse copernicienne elle-même n’a jamais été niée par l’Inquisition, mais seulement qu’elle ne pouvait pas être présentée comme une théorie scientifiquement prouvée ou comme une vérité. En fait, il n’a jamais été question de condamner le système copernicien en tant qu’hypothèse de travail.62 Le système copernicien n’était qu’une “hypothèse de travail officiellement tolérée, en attente de preuves.63

De plus en plus sous pression, Galilée finit par inventer une “arme secrète “64 : la théorie totalement erronée selon laquelle les marées sont causées par la rotation de la terre en tant que telle. Cette théorie, facilement réfutable, était considérée comme la preuve absolue et sûre du système copernicien!65

L’idée entière était en contradiction si flagrante avec les faits et si absurde en tant que théorie mécanique – le domaine des réalisations immortelles de Galilée – que sa conception ne peut être expliquée qu’en termes psychologiques 66.

William A. Wallace a utilisé des manuscrits récemment découverts pour montrer67 que Galilée savait parfaitement que la preuve finale du système copernicien faisait défaut et qu’il dissimulait cela sous sa rhétorique. Jean Dietz Moss a effectué des recherches sur ce type de rhétorique68 et identifie clairement comment les propres textes de Galilée montrent que Galilée savait qu’il devait combler les preuves manquantes par la rhétorique.

Thèse 9 : Ptolémée n’est plus un problème

À l’époque de Galilée, la science n’avait pas à trancher entre Ptolémée et Copernic. Le point de vue de Ptolémée, selon lequel toutes les planètes et le soleil tournent autour de la terre, n’est plus une option réelle. Il importe plutôt que “le choix se porte désormais sur Copernic et Brahe “69 , car tout le monde croyait que d’autres planètes tournaient autour du soleil. La question était de savoir si la terre se déplaçait elle-même ou si elle restait au centre de l’univers. Presque plus aucun expert ne croyait en l’astronomie ptolémaïque. Le conflit opposait Tycho Brahe à Copernic. 70

Tycho Brahe, prédécesseur de Kepler en tant qu’astronome de la Cour impériale allemande, s’en tenait à la position centrale de la Terre, tout en intégrant l’observation des autres planètes se déplaçant autour du Soleil.

Les arguments et les observations auxquels Galilée se référait étaient reconnus, mais ils ne réfutaient que le système ptolémaïque et ne favorisaient pas de la même manière le système copernicien. Ils étaient compatibles avec le système tychonien, qui avait l’avantage de maintenir la position centrale de la terre”.71
Galilée n’a jamais pris position sur cette question ni présenté d’arguments contre Tycho Brahe à l’exception de sa description polémique et totalement déformée du système de Brahe dans son ouvrage contre Horatio Grassi.72

Thèse 10. Galilée a défendu des hypothèses dépassées

Galilée s’est battu avec beaucoup d’obstination non seulement pour le système copernicien, mais aussi pour plusieurs hypothèses qui étaient dépassées et qui constituaient une rechute dans l’ancien système. L’élaboration de cette thèse est déjà contenue dans les thèses 5, 8 et 9. Galilée a défendu les “épicycloïdes” de Copernic, alors que Kepler avait déjà présenté une théorie bien meilleure.73

Son explication erronée des marées, déjà mentionnée, a été utilisée comme sa principale preuve du système copernicien, bien qu’elle soit indéfendable et que Kepler ait découvert la véritable cause des marées dans le pouvoir d’attraction de la lune.74

En 1618, Galilée a expliqué certaines comètes visibles dans un ouvrage enflammé comme étant des réflexions de la lumière, de sorte que personne n’a cru l’astronome jésuite Grassi, qui a réalisé que les comètes étaient des corps volants.75

De nombreux autres exemples ont été examinés par Koestler et Fischer.76

Thèse 11. Galilée a été victime de circonstances personnelles

Cette thèse traite de l’aspect personnel, la thèse suivante de l’aspect politique, bien qu’il ne soit pas facile de les distinguer.

Sous le prédécesseur du pape Urbain (VIII) et son successeur, aucun procès contre Galilée n’aurait eu lieu (voir les thèses 3 et 15). Galilée a été victime de la politique du pape Urbain VIII, qui lui avait été très favorable auparavant. Il ne faut pas oublier qu’en 1615, un premier procès contre Galilée devant le tribunal de l’Inquisition s’est soldé par une décision favorable à Galilée, en raison de l’expertise bienveillante des principaux astronomes jésuites.77

Galilée a été poursuivi en raison de la situation politique et de ses attaques personnelles contre le pape, jamais pour des raisons religieuses. Galilée a été poursuivi en raison de la situation politique et de ses attaques personnelles contre le pape, et non pour des raisons religieuses. Le pape avait entamé la procédure, tandis que le tribunal de l’Inquisition a calmé l’affaire au lieu de l’enflammer.

Le procès de Galilée s’est déroulé sous un pape impitoyable et cruel. Un dictionnaire sur les papes dit :

« Au sein de l’Église, le pontificat d’Urbain a été marqué par un népotisme illimité. Urbain VIII fut une figure tragique sur le trône papal. Son règne a été marqué par de nombreux échecs, dont il était lui-même responsable »78.

Koestler écrit à la fin de sa description du pape Urbain VIII, l’ancien cardinal Barberini, qui pour Koestler était « cynique, vaniteux et assoiffé de pouvoir séculier »79 .

fut le premier pape à permettre qu’un monument lui soit érigé de son vivant. Sa vanité était en effet monumentale et ostensible, même à une époque où la vertu de la modestie n’avait que peu d’utilité. Sa célèbre déclaration selon laquelle il “en savait plus que tous les cardinaux réunis” n’a d’égale que celle de Galilée selon laquelle il était le seul à avoir découvert tout ce qu’il y avait de nouveau dans le ciel. Tous deux se considéraient comme des surhommes et partaient sur la base d’une adulation mutuelle – un type de relation qui, en règle générale, se termine dans l’amertume 80.

Ce pape représentait également un danger pour la science. Le pape a paralysé la vie scientifique en Italie. Le centre de la nouvelle recherche se trouve dans les pays protestants du Nord. 81

L’affaire Galilée était donc principalement un problème intra-catholique et intra-italien, et non une gigantesque bataille entre le christianisme en tant que tel et la science en tant que telle. Le Tribunal de l’Inquisition n’a pas accusé Galilée d’enseigner contre la Bible, mais de désobéir à un décret papal.

Urbain VIII avait favorisé Galilée en tant que cardinal (cf. thèse 1) et lui avait même écrit une ode. Après être devenu pape en 1623, son affection pour Galilée s’est même accrue.82

Peu de temps avant le procès, l’amitié d’Urban s’est transformée en haine. Cela n’est pas seulement dû à la situation politique (cf. thèse 12), mais aussi à l’insouciance personnelle de Galilée, pour ne pas dire aux insultes. Galilée a obtenu du pape en personne le droit d’imprimer son œuvre majeure, Dialogo, avec l’autorisation d’y apporter quelques corrections mineures si nécessaire. Galilée a habilement contourné la censure papale et mis le principal argument d’Urban en faveur du système copernicien ( !) dans la bouche de l’imbécile “Simplicio” qui, dans le Dialogo de trois scientifiques, pose toujours des questions idiotes et défend la vision ptolémaïque du monde.

Mais il ne fallait pas beaucoup de ruse jésuite pour transformer l’adulation périlleuse d’Urban en la fureur de l’amant trahi. Non seulement Galilée était allé, dans la lettre et dans l’esprit, à l’encontre de l’accord de traiter Copernic strictement comme une hypothèse, non seulement il avait obtenu l’imprimatur par des méthodes ressemblant à une pratique brutale, mais l’argument favori d’Urban n’était mentionné que brièvement à la toute fin du livre, et mis dans la bouche du simple d’esprit qui, sur tout autre point, était invariablement prouvé comme ayant tort. Urban soupçonnait même Simplicius d’être une caricature de sa propre personne. C’était évidemment faux, mais le soupçon d’Urban persista longtemps après que sa fureur se fut apaisée… 83

L. Pastor, défenseur de l’infaillibilité papale, a tenté de démontrer que le pape n’avait joué qu’un rôle mineur dans le procès de Galilée et que l’Inquisition (anonyme) avait jugé plus sévèrement que ne l’aurait souhaité le pape, bon ami de Galilée.84 Solle a apporté des preuves convaincantes qu’en réalité, c’est tout le contraire qui s’est produit.85 Le pape a initié le procès pour des raisons personnelles, tandis que les inquisiteurs se sont montrés plutôt laxistes. Parmi les dix juges, certains semblent s’être surtout intéressés à leur propre avenir, tandis que d’autres ont freiné des quatre fers. En fin de compte, il manquait trois signatures à la décision finale, dont au moins deux en guise de protestation. Le seul cardinal qui a fait avancer le procès avec zèle est le frère du pape.

Les initiés ne pouvaient pas ignorer que l’ensemble du procès était douteux. Les hauts fonctionnaires de l’Église et le parti jésuite se sont montrés très réticents 86.

Koestler arrive également à la conclusion que c’est le pape qui a lancé le processus :

« Il ne fait guère de doute que la décision d’engager des poursuites a été prise par Urbain VIII, qui estimait que Galilée lui avait joué un tour de confiance »87.

Thèse 12. Galilée a été victime de circonstances politiques

Galilée a été victime de la politique du pape Urbain VIII, dont la tactique dans la guerre de Trente Ans était totalement confuse. Il a tenté de placer les villes italiennes sous son contrôle et a lutté contre toute opposition au sein de l’Église catholique. En 1644, il échoue dans toutes ces entreprises, bien qu’il ait fait quelques progrès au début.

La situation du Saint-Siège dépendait totalement des batailles politiques de l’époque. Solle écrit :

« Le conseil des inquisiteurs généraux est devenu le reflet des luttes entre les différents partis au sein de l’Église. Ni sous Borgia, ni sous Urbain, il n’était question d’astronomie ou de la foi de l’Église, mais toujours de politique ».88

« Nous devons revenir à la situation politique à Rome, qui a conduit à la transformation d’un astronome impolitique en un criminel. » 89

Fischer adopte un point de vue similaire :

Le souci de l’âme des gens n’était certainement pas le seul motif de l’action de l’Église. La guerre de Trente Ans avait commencé en 1618 et s’était achevée à l’époque du débat verbal. L’Église s’est retrouvée dans la bataille la plus dure pour son existence depuis le début de son histoire 90

Au début, le pape Urbain VIII soutient l’empereur catholique allemand, mais il passe à la France catholique et à la Suède protestante après que ces deux pays sont devenus des alliés. Il prend pour exemple l’impitoyable cardinal français Richelieu et est responsable de la prolongation de la guerre.

En 1627-1630, l’Italie subit en outre la guerre de succession de Mantoue. Au même moment, les deux puissances catholiques, l’Espagne et la France, toutes deux alliées du pape, commencent à se battre l’une contre l’autre. Le chef de l’opposition espagnole au Saint-Siège, le cardinal Borgia, entre en conflit avec le pape sur des questions politiques en 1632, parce qu’un traité de paix est en vue, alors que le pape veut que la guerre continue.91 Un tumulte parmi les cardinaux s’ensuit, après quoi le pape entame une grande purge politique au Vatican, qui touche plus ou moins par hasard tous ceux qui sont favorables à Galilée.92 Le pape entame de nombreux procès par l’Inquisition et devient un souverain de plus en plus cruel.

Les liens suivants ont probablement été fatals à Galilée, parce qu’ils étaient en opposition avec ceux du pape :

Le lien étroit avec la famille des Médicis, dont le prince toscan était issu, et qui, avec Venise93 , a combattu le pape et n’a été réhabilitée qu’après sa mort en 164494 .

Le lien avec l’Autriche95 et l’empereur Rodolphe II par l’intermédiaire de Kepler, le pape ayant lutté avec la France et la Suède contre l’empereur catholique allemand. Le prince de Toscane et l’empereur allemand sont des amis proches.96

Solle a montré en détail que c’est le début du nationalisme “moderne” qui a laissé Galilée entre les fronts du pape nationaliste, des villes italiennes et des partis de la guerre de Trente Ans.97

Ce n’est donc pas l’ombre d’une nuit sombre et moribonde qui a pesé sur le scientifique [Galilée], mais le début des temps modernes 98.

Hemleben, favorable à Galilée, a soutenu qu’il n’aurait pas eu à subir de procès s’il n’avait pas déménagé de Padoue à Florence, car Padoue dépendait de Venise, tandis que Florence dépendait de Rome.99 Padoue offrait une grande liberté à la recherche scientifique, car Venise était indépendante de Rome.100 Même les protestants y étudiaient,101 ce qui était impossible à Florence. L’un des meilleurs amis de Galilée, Giovanni Francesco Sagredo (1571-1620), avait déjà mis en garde Galilée en 1611 contre un déménagement à Florence, car il y serait dépendant de la politique internationale et des Jésuites.102 Mais Galilée a ignoré cette mise en garde et toutes celles qui ont suivi.

Thèse 13. Galilée a précédé Urbain VIII

Galilée est mort en 1642, deux ans avant la mort de son grand ennemi, le pape Urbain VIII, en 1644. Après la mort d’Urbain, toute la situation en Italie a changé et la famille des Médicis est revenue à l’honneur. Galilée aurait certainement été réhabilité (cf. thèse 12).103

Thèse 14. Galilée n’a pas rejeté sa foi

Galilée n’était pas un scientifique non chrétien du siècle des Lumières, mais un catholique convaincu.104

C’est en effet son effort pour démontrer la compatibilité de ses enseignements avec la Bible qui, entre autres choses, l’a mis en conflit avec l’establishment catholique.

Les pensées de Galilée sur la relation entre la foi et la science sont illustrées dans les citations mentionnées par Fischer dans la thèse 7. Solle ajoute :

« En tant que scientifique profondément croyant, Galilée ne pouvait pas vivre avec une divergence entre la science et la foi, qui semblait apparaître lorsqu’il a commencé à interpréter la Bible. En tant que laïc, il s’est heurté à une forte résistance de la part des théologiens… Ses tentatives d’interprétation de la Bible ont été l’une des raisons qui ont conduit au procès. Une autre raison était sa tentative de populariser le système copernicien. » 105

Parce que Galilée interprétait la Bible en tant que laïc et écrivait ses livres en italien courant, et qu’il était donc un précurseur du nationalisme italien (cf. thèse 15), il a rencontré la même résistance que Martin Luther avait rencontrée cent ans plus tôt lorsqu’il avait commencé à utiliser l’allemand dans ses écrits théologiques.

La préface de son principal ouvrage, Dialogo, indique clairement que Galilée ne voulait pas s’opposer à la Bible106 ou à l’Église catholique. Albrecht Folsing écrit :

« De nombreux admirateurs de Galilée aux XIXe et XXe siècles n’ont pu comprendre cette préface que comme une concession à la censure. Certains l’ont interprétée comme un contournement fripon du décret, d’autres comme une soumission indigne, d’autres encore comme une moquerie à l’égard de l’autorité de l’Église … . Pour notre part, nous voulons suggérer que ce texte est une expression authentique de l’intention de Galilée dans les conditions existantes. Le contenu est plus ou moins le même que celui de l’introduction de la lettre à Ignoli de 1624, qui n’avait pas besoin de l’approbation d’un censeur, puisqu’elle n’était pas destinée à être imprimée, mais qui visait à tester le degré de liberté que le pape et le siège romain accorderaient à la discussion scientifique. Même si l’on tient compte de ces aspects tactiques de ces textes (la lettre de 1624 et la préface du Dialogo), il n’y a aucune raison de douter des intentions honnêtes du fidèle catholique Galilée » 107.

En tant que défenseur de l’infaillibilité papale, L. Pastor a affirmé que le pape avait vu en Galilée un danger protestant, mais d’autres en doutent.108 D’une part, l’un des premiers critiques de Galilée était un pasteur protestant de Bohême;109 d’autre part, les écrits de Galilée ont été publiés et imprimés dans des États protestants et ont donc été connus. En outre, Galilée lui-même était un ennemi déclaré du protestantisme.110

Thèse 15. Galilée a défendu la science et la foi

Galilée n’était pas un scientifique qui niait toute métaphysique ou qui prônait la séparation de la foi et de la science (cf. thèse 14). Discutant une citation des Lettres de Galilée sur les taches solaires, Fischer parle en termes plus généraux :

Dans ces dernières phrases, on peut entendre un Galilée quelque peu différent de l’image de Galilée que donne l’interprétation traditionnelle.

La ligne principale des historiographies des sciences, de Wohlwill à Drake, présente Galilée comme un anti-métaphysicien et un anti-philosophe, comme l’initiateur d’une physique basée sur l’expérience et l’observation, comme le défenseur de la science contre les exigences illégitimes de la religion, comme le promoteur d’une séparation de la foi et de la science. Et maintenant, nous entendons une confession d’amour au grand Créateur comme but final de tout notre travail, y compris de notre travail scientifique ! La science comme perception de la vérité de Dieu ! … Les historiographes scientifiques en place ne peuvent se libérer du reproche d’avoir lu les écrits de Galilée de manière trop sélective”.111

Un peu plus loin, Fischer écrit à propos de l’interprétation erronée de l’œuvre de Galilée :

Cette interprétation erronée a conduit à l’incapacité d’évaluer correctement les premiers écrits de Galilée (“Juvenilia”), à ignorer de nombreuses sections à contenu spéculatif et métaphysique disséminées dans les écrits de Galilée, voire à une interprétation erronée de la compréhension par Galilée de la relation entre la science et la foi … “112 .

Références

Hemminger, H. et Hemminger, W., Jenseits der Weltbilder, Naturwissenschaft, Evolution, Schopfung, Quell Verlag, Stuttgart, Allemagne, pp. 201-202, 1991.
Hemleben, J, Galileo Galilei, mit Selbstzeugnissen und Bilddokumenten dargestellt, Rowohts Monographien 156, Rowohlt Verlag, Reinbek, Allemagne, 1969.
Schmutzer, E. et Schiltz, W., Galileo Galilei, Biographien hervorragender Naturwissenschaftler, Techniker und Mediziner 19, B. G. Teubner, Verlagsgesellschaft, Leipzig, Allemagne, 1983.
Fischer-Fabian, S., Die Macht des Gewissens, Droemer Knaur, Munich, Allemagne, pp. 149-200 (chapitre 4 : Galilei oder ‘Eppur si muove’), 1987. Fischer-Fabian commence son chapitre sur Galilée par des exemples de légendes sur Galilée qui ont été réfutées depuis longtemps (p. 149). Il veut néanmoins les utiliser comme des anecdotes, qui ne sont pas historiques mais contiennent une part de vérité (p. 150). Bien qu’il parle souvent des légendes galiléennes (par exemple, à la page 193, il montre que Galilée n’a jamais été torturé), son chapitre sur Galilée est une pure hagiographie, pleine d’héroïsme.
Freiesleben, H.C., Galilei als Forscher, Darmstadt, Allemagne, p. 8, 1968.
Par exemple, le culte du héros avec de nombreuses légendes sur Galilée dans le livre pour la jeunesse du professeur de physique français ; Maury, J-P., Galileo Galilei : Und sic bewegt sich doch !, Abenteuer-Geschichte 8, Ravensburg, Allemagne, 1990. (cf. ma critique dans Querschnitte Jan/Mar 4, p.23, 1991. Galilée aurait découvert grâce à son télescope “des preuves irréfutables de la vision copernicienne du monde” (voir la quatrième de couverture) !)
Molir, W, Naturwissenschaft und Ideologie, Aus Politik und Zeitgeschichte (Beilage zur Wochenzeitung Das Parlament) Nr B15/92, pp. 10-18, en particulier pp. 11-12, 3 avril 1992.
Custance, A.C., The medieval synthesis and the modern fragmentation of thought ; in : Custance, A.C., Science and Faith, The Doorway Papers VIII, Grand Rapids, MI, pp. 99-216, ici chapitre 3 : History Repeats Itself, pp. 152-167, 1978.
Koestler, A., Les somnambules : A History of Man’s Changing Vision of the Universe, Hutchinson, London, p. 425, 1959.
Galileo Galilei, Schriften, Briefe, Dokumente, 2, Berlin, Munic, 1987, ou toute collection anglaise des écrits de Galilée.
Fischer, K., Galileo Galilei, Munich, 1983. Fischer examine très bien dans quelle mesure Galilée a produit un réel progrès scientifique à son époque.
Koestler, Réf. 9, pp. 352-495 ; cf. note de bas de page 12yyy.
Solle, Z., Neue Gesichtspunkte zum Galilei-Prozeß, (mit neuen Akten aus böhmischen Archiven), ed. Hamann, G., Österreichische Akadernie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitziingsberichte 361, Veröffentlichungen der Kommission für Geschichte der Mathematik, Naturwissenschaften und Medizin 24, Vienne, 1980. Une très bonne introduction (sans notes de bas de page) à une vision alternative de l’affaire Galilée peut être trouvée dans les textes mentionnés de Gerhard Prause. Les historiens catholiques ont produit plusieurs réfutations et justifications de l’affaire Galilée, qui n’ont pas été utilisées dans notre article, bien qu’elles soient similaires, voir par exemple plusieurs articles dans : Coyne, G.V., Heller, M. et Zycinski, J., The Galileo affair : a meeting of faith and science ; in : Proceedings of the Cracow Conference 24 to 27 May 1984, Vatican City, 1985, et Brandinfiller, W, Galilei und die Kirche : Ein ‘Fall’ und seine Lösung, Aachen, Allemagne, 1994.
Koestler, Réf. 9, p. 426.
Solle, Réf. 13, p. 6.
Koestler, Réf. 9, p. 355-358.
Custance, Réf. 8, p. 154 avec d’autres documents ; cf. l’addendum dans Koestler, Réf. 9, p. 495.
Mudry, A., Annäherung an Galileo Galilei, introduction de l’éditeur, in : Galileo Galilei, Schriften, Briefe, Dokumente, vol. 2, Berlin et Munich, Allemagne, p. 29.
Index Liborum Prohibitorum (latin : Index des livres interdits), liste de livres autrefois interdits par l’autorité de l’Église catholique romaine parce que dangereux pour la foi et la morale des catholiques romains. La publication de cette liste a cessé en 1996 et elle a été reléguée au rang de document historique. The New Encyclopaedia Britannica, 15e édition, Encyclopaedia Britannica, Inc. Chicago, p. 285, 1992.
Koestler, Réf. 9, pp. 457-459 ; Koestler montre qu’à l’époque de Galilée, de nombreux livres ont été mis à l’index sans aucun inconvénient pour les auteurs. Il montre que même les livres des cardinaux et des censeurs qui jugeaient Galilée étaient mis à l’index.
Hemleben, Ref. 2, p. 167.
Koestler, Réf. 9, p. 426.
Koestler, Réf. 9, p. 426 ; cf. pp. 426-428 ; cf. à propos de la visite, Wohlwill, E., Galilei und sein Kampf für die copernicanische Lehre Vol. 1, pp. 366-392.
Maury, Réf. 6, p. 96. Totalement erronée est la perspective de Freiesleben, Ref. 5, p. 8, qui écrit, à propos de la période postérieure à 1610 : “A partir de ce moment, Galilée a essayé de faire reconnaître le système copernicien, en particulier par les représentants de l’Eglise. Malheureusement, il obtint le résultat inverse. ‘
Koestler, Réf. 9, pp. 431, 432.
Koestler, Réf. 9, pp. 442-443.
Notamment Prause, G., Niemand hat Kolumbus ausgelacht : Milschungen und Legenden der Geschichte richtiggestellt, Dfisseldorf, Allemagne, pp. 182-183, n.d.
Prause, G., Galileo Galilei war kein Mfirtyrer, Die Zeit, p. 78, 7 novembre 1980.
cf. Siemens, D.F., Letter to the editor, Science 147:8-9, 1965. Son autorité est Barber, B., Resistance of scientists to scientific discovery, Science 134:596 ff. 1961 ; cf, Custance, Ref. 8, p. 157. Le meilleur argument en faveur de cette thèse se trouve dans Wohlwill, Réf. 23.
Koestler, Réf. 9, pp. 369-370.
Schmutzer et Schütz, Réf. 3, p. 28.
Outre les citations dans le texte, d’autres exemples de la fureur de Galilée peuvent être trouvés dans Koestler, Ref. 9, pp. 431-432, 433-436, 362-361.
Galilei, G., Sidereus Nuncius (Messager des étoiles), Venise, 1610.
Koestler, Réf. 9, p. 368.
Koestler, Réf. 9, p. 452.
Solle, Réf. 13, p. 9.
Koestler, Réf. 9, p. 467.
Fischer, Réf. 11, p. 128-129 ; cf. thèse 10 sur cette bataille.
Koestler, Réf. 9, p. 363.
Custance, Réf. 8, p. 153.
Custance, Réf. 8, p. 153.
Koestler, Réf. 9, p. 370.
Koestler, Réf. 9, p. 375.
Koestler, Réf. 9, p. 378.
Koestler, Réf. 9, p. 376-377.
Fischer, Réf. 11, p. 169.
Koestler, Réf. 9, p. 438 ; cf. le paragraphe suivant, pp. 438-439.
Koestler, Réf. 9, p. 485.
Koestler, Réf. 9, p. 492.
Fischer, Réf. 11, p. 94.
Koestler, Réf. 9, pp. 357-358 ; cf. p. 431.
Koestler, Réf. 9, cf. thèse 1.
Fischer, Réf. 11, p. 138.
Fischer, Réf. 11, p. 53.
Cité par Koestler, Réf. 9, p. 461.
Koestler, Réf. 9, p. 478.
Koestler, Réf. 9, p. 449 ; cf. pp. 445-451, en particulier les pages 449-450 pour l’ensemble du débat.
Fischer, Réf. 11, p. 148.
Koestler, Réf. 9, p. 436.
Fischer, Réf. 11, p. 123 ; cf. Custance, Réf. 8, pp. 157, 154-155.
Fischer, Réf. 11, p. 122.
Koestler, Réf. 9, p. 437.
Koestler, Réf. 9, p. 437 ; cf. tout le paragraphe.
Koestler, Réf. 9, p. 464.
Koestler, Réf. 9, p. 464-467 ; cf. la thèse 10 sur la théorie des marées.
Koestler, Réf. 9, p. 454.
Wallace, WA, Galileo’s concept of science : recent manuscript evidence ; in : Coyne et al. (ed.), Ref. 13, pp. 15-40.
Moss, J.D., The rhetoric of proof in Galileo’s writings on the Copernican System ; in : Coyne et al. (ed.), Ref. 13, pp. 41-65.
Koestler, Réf. 9, p. 427.
Fischer, Réf. 11, p. 139 ; cf. p. 123.
Fischer, Réf. 11, p. 121.
Fischer, Réf. 11, p. 128-129 ; voir la citation de cette section sous la thèse 4 ; cf. Koestler, Réf. 9, p. 467-468.
Pour développer la thèse 5, cf. Koestler, Réf. 9, p. 378 et Custance, Réf. 8, p. 154.
Koestler, Réf. 9, pp. 464-467, 453-454.
Solle, Réf. 13, p. 13 ; cf. Koestler, Réf. 9, p. 467.
Koestler, Réf. 9 ; Fischer, Réf. 11.
Koestler, Réf. 9, p. 441-442.
Fischer-Wollpert, R., Lexikon der Päpste, Verlag Friedrich Pustet, Regensburg, Allemagne, p. 118, 1985.
Koestler, Réf. 9, p. 471.
Koestler, Réf. 9, p. 471 ; de même Fischer, Réf. 11, p. 145-146.
Solle, Réf. 13, p. 58.
Koestler, Réf. 9, p. 472.
Koestler, Réf. 9, p. 483.
Solle, Réf. 13, pp. 38-39.
Solle, Réf. 13, p. 64 et tout le livre de Solle ; cf. thèse 6.
Fischer, Réf. 11, p. 126 (avec de la littérature supplémentaire).
Koestler, Réf. 9, p. 482.
Solle, Réf. 13, p. 45.
Solle, Réf. 13, p. 22.
Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 25 ; cf. Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 26-27.
cf. Fischer, Réf. 11, p. 144.
Solle, Réf. 13, p. 54.
Solle, Réf. 13, p. 55.
Solle, Réf. 13, p. 57.
Solle, Réf. 13, p. 64.
Solle, Réf. 13, p. 65.
Hemleben, Réf. 2, pp. 62-64 u. a.
Hemleben, Réf. 2, p. 62.
Hemleben, Réf. 2, p. 32.
Hemleben, Ref. 2, p. 63-64.
Solle, Réf. 13, pp. 64-71.
Cela a été prouvé très clairement par Pedersen, O., Galileo’s Religion, dans : ed. Coyne et autres, Réf. 13, pp. 75-102, en particulier pp. 88-92 sur la foi de Galilée en Dieu et pp. 92-100 sur sa foi catholique et son rejet de toutes les ‘hérésies’ non-catholiques.
Solle, Réf. 13, p. 9 ; cf. le jugement de Fischer, Réf. 11, p. 114-115, cité dans l’explication de la thèse 7.
cf. sur l’attitude positive de Galilée à l’égard de l’Ecriture, Wohlwill, Réf. 23, pp. 485-524, 542-555, en particulier p. 543.
Fölsing, A., Galileo Galilei, Prozess ohne Ende : Eine Biographie, Munich, Allemagne, p. 414 ; cf. aussi p. 414-415, 1983.
Suivant Solle, Réf. 13, p. 38.
Solle, Réf. 13, p. 7.
Wohlwill, Réf. 23, pp. 552-555 ; Pedersen, Réf. 104, pp. 92-100.
Fischer, Réf. 11, p. 114.
Fischer, Réf. 11, p. 115.

Galilée et la création dans la science des débuts de l’ère moderne


par Dr. Terry Mortenson
extrait du livre The Great Turning Point (Le grand tournant)

Cet article de answersingenesis.org éclaircira un débat controversé de Galilée , souvent utilisé par les athées pour rejeter de manière lapidaire autant le christianisme que l’évidence d’un Dieu créateur dans la création. C’est ce que fit Stephen Hawking lors de son dernier discours au CERN.
Traduit en Français avec autorisation par Vigi-Sectes


Les controverses relatives aux premiers chapitres de la Genèse et les découvertes et théories géologiques s’inscrivaient dans un mouvement de pensée complexe qui animait les esprits cultivés des Européens.

————-

Les controverses du début du XIXe siècle en Grande-Bretagne sur la relation entre les premiers chapitres de la Genèse et les découvertes et théories géologiques ne se sont évidemment pas faites dans le vide. Elles s’inscrivaient dans un mouvement de pensée complexe aux dimensions philosophiques, théologiques, sociales, politiques et ecclésiastiques, qui animait les esprits cultivés des Européens en général et des Britanniques en particulier. Ce qui suit met en lumière quelques-uns des personnages, événements et courants de pensée les plus importants qui ont conduit et contribué à une révolution de la vision du monde, qui a profondément affecté le débat sur la genèse et la géologie au 19e siècle.

L’affaire Galilée

Peu avant sa mort en 1543, Nicolas Copernic (1473-1543), mathématicien et astronome polonais, publia avec quelques hésitations Sur les révolutions des sphères célestes, dans lequel il soutenait que la terre n’était pas le centre de l’univers, comme on le croyait généralement, mais qu’elle tournait sur son axe et qu’elle tournait avec les autres planètes connues autour du soleil immobile. Au cours des décennies suivantes, sa théorie (en tant que description de la réalité physique, et non simplement en tant que description mathématique alternative) s’est heurtée à une opposition parce qu’elle semblait contraire au bon sens, qu’elle s’opposait à la physique aristotélicienne, qu’elle manquait de preuves astronomiques convaincantes et qu’elle allait à l’encontre de l’interprétation littérale de diverses Ecritures. Environ 150 ans se sont écoulés avant que sa théorie ne soit généralement acceptée. Johannes Kepler (1571-1630) et Galileo Galilei (1564-1642) l’ont rapidement adoptée, bien que ce dernier ait d’abord été réticent à publier ses opinions.

Galileo Galilei (1564-1642)

En 1613, Galilée s’exprime enfin au grand jour dans ses Lettres sur les taches solaires. Il y affirme que ses observations du ciel au moyen du télescope récemment inventé sont conformes à ce que Copernic avait proposé comme étant la relation et le mouvement réels de la Terre et des corps célestes. Dans un premier temps, les autorités catholiques romaines ont accepté les affirmations de Galilée comme étant compatibles avec les enseignements de l’Église. Toutefois, les professeurs d’université jésuites (défenseurs ultra-orthodoxes du dogme catholique et partisans de la théorie géocentrique) ont fini par être suffisamment provoqués par les nouveaux écrits de Galilée pour faire pression sur le pape en 1633 et obliger Galilée à abjurer la théorie héliocentrique sous peine d’excommunication. Il se rétracta, mais resta assigné à résidence jusqu’à la fin de sa vie.1

Cet incident a apporté un soutien considérable à ceux qui, à la même époque et plus tard, ont insisté (à la suite de Galilée) sur une bifurcation complète entre l’étude de la création et l’étude des Écritures.2 La Bible a été écrite pour enseigner la théologie et la morale, et non un système de philosophie naturelle (c’est-à-dire la science), affirmait-on. Ou, comme l’a dit Galilée, l’intention de l’Écriture est «  de nous enseigner comment on va au ciel, et non pas comment le ciel va »3 :

C’est ainsi que Galilée à conclu:

Rien de ce que l’expérience sensorielle met sous nos yeux, ou que les démonstrations nécessaires nous prouvent, ne doit être mis en question (et encore moins condamné) sur le témoignage de passages bibliques qui peuvent avoir un sens différent sous leurs mots… Au contraire, si nous sommes parvenus à des certitudes en physique, nous devrions les utiliser comme les aides les plus appropriées à la véritable exposition de la Bible.4

Faisant souvent référence à Galilée, cette approche de la relation entre la science et l’interprétation de l’Écriture a été revendiquée par tous les opposants aux géologues scripturaires britanniques du début du 19ème siècle. Les partisans de la vieille terre estimaient qu’avant les travaux de Copernic, Kepler et Galilée, il était tout à fait naturel pour les chrétiens de considérer que certains versets de la Bible impliquaient une terre immobile entourée de corps célestes en rotation, parce qu’ils n’avaient aucune raison philosophique ou observationnelle de penser autrement. Mais une fois les nouvelles descriptions mathématiques et les observations télescopiques connues, ils ont été contraints de réinterpréter ces versets afin de supprimer la contradiction apparente entre la vérité révélée par l’Écriture et celle révélée par la création de Dieu. De la même manière, les partisans de la vieille terre ont raisonné en disant que la géologie a apporté la preuve par l’observation que la terre est beaucoup plus vieille qu’on ne le pensait auparavant et que les chrétiens doivent donc interpréter Genèse 1 et 6-9 différemment, afin d’harmoniser l’Écriture avec cet enseignement de la création nouvellement découvert.5

Il convient de noter que l’affaire Galilée portait exclusivement sur la structure et le fonctionnement actuels de l’univers, plutôt que sur la manière dont il est né et a atteint sa disposition actuelle. À titre de comparaison, Galilée a interprété le récit du miracle du long jour de Josué 10:12-15 comme une histoire littérale, bien qu’il ait expliqué la position stationnaire du soleil en termes de théorie copernicienne et de langage de l’apparence. Il semble qu’il ait également considéré le récit de la création du soleil le quatrième jour de la Genèse 1 comme de l’histoire littérale.6 À la fin de ce livre, je reviendrai sur cette distinction entre ce que l’on appelle parfois la “science opérationnelle” et la “science historique”.

La science baconienne

Le célèbre politicien et philosophe anglais Francis Bacon (1561-1626) a également exercé une influence considérable sur le développement ultérieur de la science et sur les opinions des chrétiens ultérieurs concernant la relation entre l’Écriture et la science. Lui aussi prônait la séparation entre l’Écriture et l’étude scientifique du monde physique. Bacon a défendu le concept des deux livres de Dieu : le livre de l’Écriture et le livre de la nature. Dans Advancement of Learning (1605), il a fait sa célèbre déclaration sur la relation entre l’Écriture et la nature :

En effet, notre Sauveur dit : « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne connaissez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu » ; il met devant nous deux livres ou volumes à étudier, si nous voulons être à l’abri de l’erreur : d’abord les Écritures, qui révèlent la volonté de Dieu, et ensuite les créatures, qui expriment sa puissance, la seconde étant la clé de la première : Il ne s’agit pas seulement d’ouvrir notre entendement pour qu’il comprenne le sens véritable des Écritures, grâce aux notions générales de la raison et aux règles du langage, mais surtout d’ouvrir notre foi, en nous amenant à méditer sur la toute-puissance de Dieu, qui est principalement signée et gravée dans ses œuvres. 7

Sir Francis Bacon (1561-1626)

Plus loin dans le même ouvrage, il critique  « l’école de Paracelse »8 et d’autres qui prétendent « trouver la vérité de toute la philosophie naturelle dans les Écritures ; scandalisant et travestissant toute autre philosophie comme païenne et profane ». Il poursuit ainsi de manière générale :

Car chercher le ciel et la terre dans la parole de Dieu, dont il est dit : « Le ciel et la terre passeront, mais ma parole ne passera pas », c’est chercher des choses temporaires parmi les éternelles ; et de même que chercher la divinité dans la philosophie, c’est chercher les vivants parmi les morts, de même chercher la philosophie dans la divinité, c’est chercher les morts parmi les vivants. . . . Et encore une fois, la portée ou le but de l’esprit de Dieu n’est pas d’exprimer les choses de la nature dans les Écritures, autrement que par le passage, et pour l’application à la capacité de l’homme et aux questions morales et divines.9

Quinze ans plus tard, Bacon a développé ces idées dans Novum Organum (1620). Condamnant le mélange de superstition et de théologie dans les œuvres des Grecs (tels que Pythagore et Platon), il affirme qu’il est insensé de tenter de fonder « un système de philosophie naturelle » sur la base du premier chapitre de la Genèse, de Job ou d’autres sections de la Bible, car un tel « mélange de choses divines et humaines » produirait non seulement une philosophie erronée, mais aussi une religion hérétique10.

Bacon reproche notamment aux théologiens scolastiques de son époque d’avoir mêlé de façon inconsidérée « les discussions et la philosophie épineuse d’Aristote au corps de la religion » 11.

Un autre élément clé de la méthodologie scientifique de Bacon était qu’il insistait sur le fait qu’une connaissance précise du monde physique ne pouvait se développer que sur la base d’un raisonnement inductif à partir d’une multitude de données collectées par l’observation et l’expérimentation. Les erreurs résultent de spéculations fondées sur le manque de faits.

Ces deux idées (c’est-à-dire la séparation de l’étude de l’Écriture et de la science et la méthode de raisonnement inductif à partir de nombreuses données observées) étaient fondamentales pour les objectifs de la Société géologique de Londres, fondée en 1807. De nombreux géologues de l’ancienne Terre ont souligné à maintes reprises leur dépendance à l’égard de Bacon.12

Mais pour cette étude, il sera également important d’examiner un passage peu connu relatif à l’influence de Bacon sur la géologie. Quelques pages avant la première citation ci-dessus, tirée de The Advancement of Learning, Bacon note que les lois lévitiques sur la lèpre enseignent :

Un principe de la nature, selon lequel la putréfaction est plus contagieuse avant la maturité qu’après. . . . Ainsi, à cet endroit et à bien d’autres dans cette loi, on trouve, outre le sens théologique, beaucoup d’aspersion de la philosophie. De même, dans cet excellent livre de Job, si on le tourne avec diligence, on le trouvera plein et gonflé de philosophie naturelle, comme par exemple la cosmographie et la rondeur de la terre [il cite Job 26:7 selon la Vulgate (latine)], où l’on touche manifestement à la pénibilité de la terre, au pôle du nord et à la finitude ou à la convexité des cieux. Il en va de même pour l’astronomie [il cite Job 38:31-32 selon la Vulgate] où la répartition des étoiles toujours à égale distance est notée avec beaucoup d’élégance. Et dans un autre endroit, [il cite Job 9:9 selon la Vulgate] où il prend connaissance de la dépression du pôle sud, l’appelant les secrets du sud, parce que les étoiles du sud étaient dans ce climat invisibles. La question de la génération [il cite ici Job 10:10 selon la Vulgate], etc. La question des minéraux [voici une autre citation partielle de Job en latin] et ainsi de suite dans ce chapitre. De même, dans la personne de Salomon [sic] le roi, nous voyons le don et la dotation de la sagesse et de l’érudition. . . . Salomon est devenu capable non seulement d’écrire ces excellentes paraboles ou aphorismes concernant la philosophie divine et morale, mais aussi de compiler une histoire naturelle de toute la verdure, depuis le cèdre sur la montagne jusqu’à la mousse sur le mur (qui n’est qu’un rudiment entre la putréfaction et une herbe), et aussi de toutes les choses qui respirent et se meuvent.13

Auparavant, il avait brièvement exprimé son apparente croyance en une création littérale de six jours, après laquelle la création était achevée. Il croyait également que le déluge et la confusion des langues à la tour de Babel étaient des jugements de Dieu.14 Certaines de ces croyances ont été exprimées plus en détail dans sa Confession de foi, publiée pour la première fois à titre posthume dans ses Remains (1648), mais rédigée à une date inconnue avant l’été 1603.15 Cette confession de huit pages16 se lit comme un credo orthodoxe détaillé.

D’une importance particulière pour cette étude est sa déclaration selon laquelle, pendant les six jours de création, Dieu « a fait toutes choses bonnes dans leur premier état », le travail de chaque jour étant une « perfection », mais que « le ciel et la terre, qui ont été faits pour l’usage de l’homme, ont été soumis à la corruption par sa chute ». Il croyait que Dieu avait interrompu son travail de création le premier sabbat et qu’il ne l’avait jamais repris. Depuis lors, il a poursuivi son œuvre providentielle de soutien de sa création et, après la chute, il a accompli son œuvre rédemptrice. Selon Bacon, « les lois de la nature, qui subsistent et régissent inviolablement jusqu’à la fin du monde, ont commencé à être en vigueur lorsque Dieu s’est reposé de ses œuvres et a cessé de créer ; mais elles ont été révoquées, en partie, par la malédiction, et depuis lors elles n’ont pas changé ».17 Ainsi, dans l’esprit de Bacon, les lois de la nature que les scientifiques devraient s’efforcer de découvrir par l’observation et l’expérimentation n’étaient pas le moyen par lequel Dieu a créé l’univers et la terre en parfait état de marche, avec ses diverses espèces de plantes et d’animaux, et l’homme.

Ces diverses remarques de Bacon sur la création, l’apparition des lois de la nature, l’Écriture et l’étude de la nature peuvent sembler à première vue incohérentes ou contradictoires, et nous pourrions supposer que ses remarques sur la séparation de la science et de l’Écriture dans Novum Organum représentent une rétractation de ses déclarations antérieures. Toutes ses remarques sont importantes pour comprendre le débat entre la Genèse et la géologie au 19ème siècle, dans lequel les géologues de la vieille terre et de nombreux géologues scripturaux étaient en désaccord sur ce que signifiait être baconien dans son raisonnement sur le monde créé. Il sera démontré qu’un géologue scripturaire, Granville Penn, a soutenu (et certains autres géologues scripturaires se sont explicitement rangés à son avis) que les convictions de Bacon, fondées sur la révélation scripturale, concernant la nature de la création originelle et le moment où les lois actuelles de la nature sont entrées en vigueur, faisaient autant partie des principes philosophiques de Bacon que sa conviction que l’étude de l’Écriture et l’étude du monde naturel ne devaient pas être imprudemment mélangées. En d’autres termes, les géologues scripturaires estimaient que les premiers principes de Bacon nuançaient le sens de son dernier principe. Par conséquent, il était contraire aux principes de Bacon de reconstruire l’histoire de la terre en se basant uniquement sur les lois actuelles de la nature. Les géologues scripturaires soutenaient également qu’il n’était pas bon d’être dogmatique au sujet d’une théorie générale de la terre ancienne, alors que si peu de la surface de la terre avait été étudiée géologiquement au début du 19ème siècle. Ainsi, alors que les géologues de l’ère ancienne se réclamaient de Bacon dans un sens, les géologues scripturaires considéraient qu’ils suivaient eux aussi Bacon sur des points importants. Nous reviendrons sur cet aspect baconien du débat à la fin du livre, en particulier dans le cadre de la discussion sur la nature problématique de la géologie.

Les Lumières

Le siècle des Lumières, ou « âge de la raison », aux XVIIe et XVIIIe siècles, a été une époque où la raison a été élevée au rang d’autorité suprême pour déterminer la vérité. Certains, comme René Descartes (1596 – 1650) et John Locke (1632 – 1704), ont cherché à utiliser la raison pour défendre la foi chrétienne, mais d’autres ont utilisé la raison pour rejeter toutes les autres formes d’autorité, en particulier la tradition, l’expérience religieuse, l’autorité ecclésiastique et la révélation de l’Écriture. Ironiquement, ils s’appuyaient souvent sur les écrits de Locke et de Descartes pour y parvenir. Hazard a observé :

Y a-t-il jamais eu un exemple plus singulier de la manière dont, après un certain temps, une doctrine peut développer des idées complètement différentes de celles avec lesquelles elle a commencé ? . . . À la cause de la religion, la philosophie cartésienne a apporté ce qui semblait être un soutien des plus précieux, au départ. Mais cette même philosophie portait en elle un germe d’irréligion que le temps devait mettre en lumière, et qui agit, travaille et est utilisé délibérément pour saper et miner les fondements de la croyance.19

Descartes a utilisé les outils de l’examen, du libre examen et de la critique pour tenter d’établir avec certitude des questions telles que l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Les sceptiques ont utilisé ces mêmes outils pour renverser ces croyances.

L’un de ces sceptiques cartésiens était le juif apostat hollandais Benedict de Spinoza (1632-77) qui, en 1670, a écrit un livre très préjudiciable intitulé Tractatus Theologico-Politicus. Les juifs, les protestants et les catholiques s’opposèrent à cet ouvrage, car il balayait les principales croyances judéo-chrétiennes traditionnelles. Spinoza rejette les Écritures comme révélation prophétique de Dieu, estimant qu’elles sont entachées d’erreurs et de culture ancienne. Il n’est donc pas surprenant que Spinoza rejette fermement les miracles de la Bible, qu’il considère comme contraires aux lois universelles de la nature. Dans le Tractatus, il cherche avant tout à établir une méthode scientifique d’herméneutique. Spinoza a tenté en vain d’interpréter la Bible de manière impartiale, sans aucun présupposé.

Bien que les idées de Spinoza aient été fortement contestées à l’époque, elles ont marqué le début du 19e siècle de deux manières : par l’enseignement des déistes anglais et par les critiques bibliques allemands et français, dont beaucoup étaient également déistes.

Les déistes considéraient le Créateur comme un grand horloger qui, une fois qu’il avait remonté le monde, le laissait fonctionner sans interférence selon les lois de la nature. En conséquence, les miracles étaient niés, de même que les prophéties accomplies et la révélation divine. Le déisme a reçu une réponse ferme de la part des ecclésiastiques orthodoxes, si bien que dans les années 1750, les auteurs ouvertement déistes avaient pratiquement disparu en Angleterre. Néanmoins, les idées déistes ont pris racine et se sont répandues au 19e siècle, souvent cachées dans des ouvrages de théologie naturelle qui étaient si répandus dans les premières décennies. (La théologie naturelle considère la vérité théologique/morale sur Dieu qui peut être glanée à partir de l’étude de sa création, c’est-à-dire de la nature). Note du professeur Brooke :

Sans clarification supplémentaire, il n’est pas toujours clair pour l’historien (et ne l’était pas non plus pour les contemporains) si les partisans de la conception défendaient une thèse chrétienne ou déiste. L’ambiguïté elle-même peut être utile. En dissimulant des découvertes potentiellement subversives dans le langage de la théologie naturelle, les scientifiques pouvaient paraître plus orthodoxes qu’ils ne l’étaient, mais sans être gênés par la duplicité si leurs inclinations étaient plus proches du déisme.20

Un ecclésiastique anglican écrivait en 1836 qu’en raison de l’influence croissante de la théologie naturelle et de la néologie allemande, « une grande partie de ce qui passe pour du christianisme n’est que du déisme déguisé! »21.

En Allemagne et en France, le déisme s’est épanoui, en particulier dans les études bibliques, où le philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804) et Spinoza ont exercé une grande influence. Reventlow conclut son étude approfondie en disant :

«On ne saurait surestimer l’influence exercée par la pensée déiste et par les principes de la vision humaniste du monde dont les déistes ont fait le critère de leur critique biblique, sur l’exégèse historico-critique du 19e siècle ; les conséquences s’étendent jusqu’à aujourd’hui. C’est à cette époque qu’une série de présupposés presque inébranlables ont été résolument déplacés dans une autre direction. »22

Alors que l’érudition biblique critique prenait le dessus sur le continent à la fin du 18e et au début du 19e siècle, sa pénétration dans les églises britanniques (et nord-américaines) était entravée, sans doute en partie à cause des effets durables du réveil évangélique mené par les Wesleys et Whitefield.

Une révolution dans la vision théologique et philosophique du monde était donc en plein essor au début du 19e siècle. Son développement peut également être retracé dans l’histoire de la géologie et de la cosmogonie.

Le grand tournant

Beaucoup de gens dans l’Église aujourd’hui pensent que le créationnisme de la « jeune terre » est une invention assez récente, popularisée par les chrétiens fondamentalistes au milieu du 20e siècle. Ce point de vue est-il correct ? Terry Mortenson, spécialiste de Answers in Genesis, présente ses fascinantes recherches originales, qui témoignent d’une histoire différente.


Notes de bas de page

  1. Cette affaire complexe de Galilée a fait couler beaucoup d’encre. Voir Thomas Schirrmacher, “The Galileo Affair : History or Heroic Hagiography ?” (L’affaire Galilée : histoire ou hagiographie héroïque ?) Creation Ex Nihilo Technical Journal, 14(1), 2000, p. 91-100 (sur https://assets.answersingenesis.org/doc/articles/books/great-turning-point/TJ14_1-Galileo.pdf) ; Charles E. Hummel, The Galileo Connection : Resolving Conflicts Between Science & the Bible (Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 1986) ; Colin A. Russell, Cross-currents : Interactions Between Science and Faith (Grand Rapids, MI : W.B. Eerdmans Pub. Co, 1985), p. 37-54 ; Colin A. Russell, R. Hooykaas et David C. Goodman, The “Conflict Thesis” and Cosmology ( Milton Keynes : Open University Press, 1974) ; William R. Shea, “Galileo and the Church”, in God and Nature, David C. Lindberg et Ronald L. Numbers, éditeurs (Berkeley, CA : University of California Press, 1986), p. 114-135 ; John Dillenberger, Protestant Thought and Natural Science (Garden City, NY : Doubleday, 1960), p. 22-28 ; Thomas S. Kuhn, The Copernican Revolution (1971), p. 219-228.
  2. Il y en avait eu d’autres auparavant, comme le luthérien modéré Rheticus, qui a étudié les mathématiques et l’astronomie avec Copernic et a contribué à la publication de son livre. Rhéticus avait pratiquement la même vision de l’interprétation de l’Écriture en relation avec l’étude de la nature que Galilée et il en a parlé dans un pamphlet en 1539. Voir R. Hooykaas, G.J. Rheticus’ Treatise on Holy Scripture and the Motion of the Earth (1984).
  3. Galileo Galilei, Lettre à la Grande Duchesse Christina (1615), tiré de Stillman Drake, trad. des Découvertes et Opinions de Galilée (1957), p. 186, réimprimé dans D.C. Goodman, éditeur, Science and Religious Belief 1600-1900 : A Selection of Primary Sources (Bristol : J. Wright [for] the Open University Press, 1973), p. 34.
  4. Ibid. dans Drake, Discoveries and Opinions of Galileo (p. 182-183) ; et dans Goodman, Science and Religious Belief 1600-1900 (p. 32-33).
  5. Nous verrons plus loin que cette pensée s’est développée par étapes dans la géologie en général et dans l’esprit des géologues en particulier. Au début, seule Genèse 1 a été réinterprétée, tandis que le déluge de Genèse 6-9 a été considéré comme un événement global et géologiquement significatif. Après 1830, Genèse 6-9 a été réinterprété comme un déluge local et/ou géologiquement insignifiant.
  6. Voir Galileo Galilei, Letter to the Grand Duchess Christina (1615), tiré de Drake, Discoveries and Opinions of Galileo, p. 211-216), réimprimé dans Goodman, Science and Religious Belief 1600-1900, p. 47-49.
  7. Francis Bacon, The Advancement of Learning (édition d’Oxford de 1906), p. 46 (livre I, partie VI.16).
  8. Parcelsus (1493?-1541) était un médecin et chimiste suisse.
  9. Bacon, The Advancement of Learning, p. 229 (Livre II, partie XXV.16).
  10. Francis Bacon, Novum Organum (1859), Andrew Johnson, p. 42 (Livre I, partie LXV).
  11. Ibid, p. 82 (Livre I, partie LXXXIX).
  12. Martin J.S. Rudwick, “The Foundation of the Geological Society of London : Its Scheme for Co-operative Research and Its Struggle for Independence“, British Journal for the History of Science, vol. I, no. 4 (1963), p. 325-355 ; James R. Moore, “Geologists and Interpreters of Genesis in the Nineteenth Century“, dans God and Nature, David C. Lindberg et Ronald L. Numbers, éditeurs, p. 322-350.
  13. Bacon, The Advancement of Learning, p. 43-44 (Livre I, partie VI. 9-11). On pourrait avancer que, puisque Bacon dit que Salomon a acquis ses connaissances sur le monde naturel grâce à l’apprentissage, il affirme simplement que Salomon était un bon philosophe naturel, anticipant ainsi la méthodologie de Bacon. Mais cette interprétation est discutable, car Bacon a dit que Salomon était également doté d’une sagesse en matière de philosophie divine et morale, et il est douteux que Bacon ait pensé que cette sagesse provenait de méthodes d’analyse scientifique de type baconien. En outre, rien n’indique que Bacon pensait que l’utilisation d’une telle méthodologie scientifique était la façon dont Moïse a découvert les lois de la lèpre ou dont les hommes de l’époque de Job ont découvert ces vérités géographiques et astronomiques.
  14. Ibid, p. 40-42 (Livre I, points VI.2-8). La déclaration de Bacon sur les jours de la création se lit comme suit (p. 40-41) : “Il en est ainsi, que dans l’œuvre de la création nous voyons une double émanation de vertu de la part de Dieu ; l’une se référant plus proprement à la puissance, l’autre à la sagesse ; l’une s’exprimant en faisant la subsistance de la matière, et l’autre en disposant la beauté de la forme. Ceci étant supposé, il faut observer que, pour tout ce qui apparaît dans l’histoire de la création, la masse confuse et la matière du ciel et de la terre ont été faites en un instant, et que l’ordre et la disposition de ce chaos ou de cette masse ont été l’oeuvre de six jours… Ainsi, dans la répartition des jours, nous voyons que le jour où Dieu s’est reposé et a contemplé ses propres œuvres a été béni plus que tous les jours où il les a exécutées et accomplies.
  15. DNB sur Bacon, p. 824.
  16. Francis Bacon, The Works of Francis Bacon (1819), II : p. 480-488.
  17. Ibid. p. 482-484.
  18. Thomas Fowler, “Introduction”, dans Francis Bacon, Novum Organum, p. 45.
  19. Paul Hazard, The European Mind : 1680-1715 (Londres : Hollis and Carter, 1953), p. 160.
  20. John H. Brooke, Science and Religion (Cambridge ; New York : Cambridge University Press, 1991), p. 194.
  21. William J. Irons, On the Whole Doctrine of Final Causes (1836), p. 13. De même, T.H. Horne, grand bibliste anglican, a écrit un tract de 81 pages destiné à une large diffusion, intitulé Deism Refuted (1819). J’ai consulté la sixième édition de cette première année. Une autre édition est parue en 1826 et une édition américaine a été publiée en 1819. L’ouvrage fut chaleureusement commenté dans l’Edinburgh Monthly Review, Vol. II (1819), p. 661-670, où l’auteur se plaignait de la propagation de la croyance déiste parmi les classes inférieures. Parmi les autres traités ou livres réfutant le déisme, citons Truth Triumphant du révérend Thomas Young (1820) ; The Pleiad de Francis Wrangham ; or A Series of Abridgements of Seven Distinguished Writers, in Opposition to the Pernicious Doctrines of Deism (1820) ; Christianity Against Deism, Materialism, and Atheism de Robert Hindmarsh (1824) ; et la traduction anonyme du français Alphonse de Mirecourt ; or The Young Infidel Reclaimed from the Errors of Deism (1835).
  22. Henning G. Reventlow, The Authority of the Bible and the Rise of the Modern World (Philadelphie, PA : Fortress Press, 1984), p. 412.

Dieu et homme?

Jésus peut-il être Dieu et homme en même temps? Le christianisme est-ip une secte de Jésus?

Le Poème d‘Ephrem le Syrien (306-373) nous éclairera.

« Si les œuvres de Jésus prouvent qu’il est Dieu, Ses souffrances prouvent qu’il était homme.
S’il n’était pas homme,
Quel est celui qui reposa dans une crèche,
Éprouva la faim, la soif, la lassitude, pleura la mort de Lazare ?
S’il n’était pas Dieu,
Quel était ce même enfant
À qui les bergers vinrent rendre hommage à Bethléem, Aux pieds duquel les mages déposèrent leur offrande ?
S’il n’était pas Dieu,
Qu’était-il pour commander à la nature,
Changer l’eau en vin, calmer les tempêtes Nourrir les foules avec cinq pains et deux poissons ?
S’il n’était pas Dieu,
Qu’était-il pour remettre les péchés,
Répandre le Saint-Esprit sur les apôtres Et ébranler la terre jusqu’en ses fondements à l’heure de sa mort ?
S’il était homme quand il s’écriait : “Mon Dieu mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?”
Il était Dieu
Quand il promettait au brigand la félicité du paradis, Quand il brisait les chaînes de la mort par sa résurrection, Quand il s’élevait vers le ciel et allait y prendre place à la droite de Dieu son Père ». S’il n’était pas Dieu et homme tout à la fois,
Les prophéties n’auraient pas reçu leur accomplissement, Et l’espérance du salut serait illusoire.
Oui, ô Jésus, tu es Dieu, parfaitement Dieu et homme. Tu es à la fois du ciel et de la terre, De l’éternité et du temps. Gloire te soit rendue aux siècles des siècles ! »

Presse: La Ville prend le risque de choquer

[La ville de Genève]

Courrier des lecteurs: tpg.ch

Publié: 27.12.2023, 08h23

Thônex, 23 décembre

J’ai lu avec intérêt le courrier du jour (samedi 23 décembre) de Mme Julie Paradotto au sujet de l’affiche de Noël des Bains des Pâquis; je dois reconnaître à ce courrier un certain esthétisme intellectuel et philosophique…

D’un point de vue juridique et politique, l’éclairage est différent. Le règlement cantonal sur l’affichage public interdit les affiches susceptibles de «troubler l’ordre public ou de choquer la morale ou de heurter des sensibilités religieuses». En cas de doute, l’autorité qui a attribué la concession d’affichage doit trancher.

Selon la jurisprudence, il s’agit de tenir compte d’une perception médiane de la population. Nul doute que le concessionnaire actuel, Neo Advertising, a soumis cette affiche et que les autorités de la Ville de Genève l’ont autorisée. Et c’est là que le bât blesse. La majorité du Conseil administratif est issue des milieux chantres du wokisme et du langage inclusif, selon laquelle nous devrions dire «iel» au lieu d’«il» ou «elle», sous peine de choquer le 0,1% de la population représentant les trans et les queers! Un service de la Commission européenne recommande même de renoncer à dire écrire «Madame» ou «Monsieur» au nom du principe de l’inclusivité.

Or, dans le cas présent, au mépris de cette posture, la Ville prend le risque de choquer un pourcentage non négligeable de la population catholique genevoise attachée à Marie ou qui percevrait le message au premier degré, soit que «Jésus n’est qu’un paresseux…»

C’est donc pour ces raisons juridiques et éthiques, et non pour l’affiche elle-même, qui pourrait avoir sa place dans une galerie privée, que celle-ci n’aurait pas dû être placardée dans le domaine public, cela afin de préserver les gens qui n’auraient pas la hauteur de vue et d’interprétation de la signataire de la lettre.

Une dernière question: si le paresseux avait été dans les bras du prophète Mahomet, l’aurait-on autorisée au nom de la liberté d’expression et de la laïcité? Si la réponse probable est non, quid de l’égalité de traitement?

Claude Miffon, ancien directeur de la Société générale d’affichage


Commentaire de Vigi-Sectes

Ce courier des lecteurs est pertinent, l’affiche a clairement l’intention de moquer Noël et choquer de manière publique.

Selon notre éclairage chrétien, cette affiche est aussi une insulte envers Christ. Le Conseil administratif de Genève était-il seulement “paresseux” dans la revue de cette affiche? Non, il est complice.

Lâcheté et hypocrisie

La Genève laïque “ne prend pas de risque” lorsque les mosquées de Genève sont de plus en plus bruyantes mais se réveille par contre pour interdire les baptêmes dans le lac (cela rappelle l’anti-christianisme des pays marxistes de l’Est).

C’est toute une société qui tourne le dos à ses fondements judéo-chrétiens.

Le terme de Noël n’apparaît pratiquement plus publiquement, … ni sur les cartes ou enseignes (sauf pour signaler les “marchés de Noël” ). On parle, par neutralité complice, de “fêtes de fin d’année”. Certains médias prennent conscience, mais trop tard, de ce processus irréversible. Un magazine séculier, Paris-Match de décembre, affichait une crèche en couverture.

Quel sera l’effet de l’affiche blasphématoire ? Les chrétiens paresseux et endormis se réveilleront et rappellerons qui est le “ël” de Noël.

C’est Jésus, fils de l’Homme mais aussi Emmanuel, Dieu avec nous.

“Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge! Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin.”

Emmanuel, La Bible

Antisémitisme dans l’Eglise : théologie du remplacement

Introduction

Message de Lothar Gastmann, responsable Vigi-Sectes Allemagne.

La théologie du remplacement se répand, c’est-à-dire l’opinion selon laquelle Israël n’a plus de signification prophétique, mais a été entièrement remplacé par l’Eglise.

Cette opinion est très bien réfutée dans l’article suivant du Dr. Erez Soref, directeur du Collège Biblique israélien de Netanya en Israël.

Shalom, votre Lothar Gassmann

——————-

Théologie de remplacement – pourquoi elle est fausse !

Pendant la majeure partie de l’histoire de l’Église, il était impossible pour les chrétiens d’imaginer que Dieu pensait vraiment ce qu’il avait promis concernant le rassemblement du peuple juif, tant sur le plan terrestre que spirituel. Après tout, les Juifs ont été dispersés pendant des siècles sur toute la surface du globe et ont été violemment persécutés. Pour certains, il semblait certain que le plan de Dieu pour eux avait pris fin. De nombreux érudits chrétiens ont également interprété la Bible dans ce sens et ne pouvaient pas imaginer qu’Israël existerait à nouveau un jour.

Naissance et impact de la doctrine

Au cours des décennies qui ont suivi la fondation de l’Église, un certain nombre de développements se sont succédé et ont contribué à l’émergence de la théologie du remplacement – la doctrine selon laquelle Dieu en avait fini avec Israël et que l’Église avait désormais remplacé Israël pour toujours.

Selon Actes 20.21, il y avait au début plusieurs milliers de juifs croyants. Deux catastrophes survenues à cette époque ont conduit les Juifs messianiques à se distancer davantage du reste du monde juif. Lors de la première révolte contre les Romains (70 après J.-C.), les Juifs messianiques ont obéi aux paroles de Jésus, car lorsqu’ils ont vu les troupes se rassembler autour de Jérusalem, ils ont fui la ville et ont été en grande partie épargnés.

La deuxième révolte juive, déclenchée par Rabbi Akiva qui déclara Bar-Kochba comme le Messie et appela les Juifs à combattre les Romains sous sa direction (132-135 après J.-C.), éloigna encore plus les Juifs messianiques du reste d’Israël. La raison en était simple : ils refusaient de participer à la révolte sous la direction d’un faux messie. Cette deuxième révolte fut réprimée avec une cruauté sans pareille, mais une fois encore, les juifs messianiques restèrent en grande partie indemnes, puisqu’ils n’avaient pas participé à la révolte. Les dirigeants survivants des pharisiens, qui ont ensuite fondé le judaïsme rabbinique (qui prétend encore aujourd’hui être la seule forme légitime de judaïsme), ont déclaré que les disciples juifs de Jésus étaient des traîtres et des apostats et les ont exclus de la communauté juive. Dans le même temps, l’Évangile a prospéré parmi les non-Juifs, qui sont rapidement devenus la grande majorité de l’Église primitive.

Cette dernière s’est rapidement débarrassée de ses racines juives et a pris une tournure plus gréco-romaine. Voici quelques exemples remarquables.

Dans le monde chrétien

– en remontant jusqu’à Justin le martyr vers 160 après JC – les croyants supposaient qu'”Israël” désignait en réalité “l’Église”. Le peuple d’Israël avait été dispersé et le pays avait été rebaptisé “Palestine”. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi cela s’est produit. De nombreux pères de l’Église, dont certains défendaient vaillamment la foi, ont écrit des choses incroyablement malveillantes sur le peuple juif et ont déclaré que l’Église avait remplacé Israël. Ils ont ainsi fondé la théologie du remplacement.

Ils ont commencé à interpréter la Bible d’une manière symbolique et parabole, en éliminant toute interprétation littérale, y compris le rôle d’Israël dans le plan de Dieu. Cela a conduit l’Église primitive à rejeter la terre réelle d’Israël, Jérusalem et la construction du Temple comme étant insignifiantes, voire mauvaises, et à réinterpréter toutes les références à Israël comme étant accomplies par l’Église.

Justin le martyr (103-165)

est venu à la foi d’une culture païenne et était très familier avec la philosophie grecque. Dans son interprétation des Écritures, il a cependant commencé à remplacer Israël par l’Église. Il croyait également que la circoncision était une marque de disgrâce, un symbole de souffrance et de punition pour les Juifs (dans le monde gréco-romain, la circoncision était considérée comme un défaut physique et une honte).

En 115 après J.-C. l’évêque Ignace d’Antioche

exhortait ses lecteurs à “rejeter tout ce qui est juif”, et l’évêque Irénée enseignait que quatre passages prophétiques de premier plan concernant le salut futur d’Israël (Isaïe 26, Ezéchiel 37, Ezéchiel 38 et Jérémie 23) s’étaient accomplis lorsque les Gentils avaient cru au Messie.

Tertullien (160-225)

s’est rallié à l’opinion de Justin selon laquelle la circoncision était une caractéristique de la disgrâce pour les Juifs et a appliqué le verset “L’aîné servira le cadet” (Genèse 25:23) au peuple juif et à l’Église, en attribuant aux Juifs le rôle de “frère aîné”.

Origène (185-254),

évêque d’Alexandrie, a établi la base théorique de la théologie du remplacement en développant une interprétation parabole de la Bible qui était en accord avec l’esprit de la philosophie grecque.

Augustin d’Hippone (354-430),

l’une des personnalités les plus influentes de la pensée mondaine et chrétienne, a été baptisé par Ambroise, évêque de Milan, qui a enseigné et encouragé la persécution des juifs et l’incendie des synagogues. Dans ses écrits, Augustin défend la même approche théologique d’Israël qu’Origène et Ambroise.

Le point le plus bas se trouve dans son essai “Contre les Juifs”, qui constitue l’un des écrits les plus hostiles aux Juifs depuis Origène. Depuis le Moyen-Âge, les écrits d’Augustin étaient considérés comme presque indiscutables, et la théologie du remplacement et les attitudes antijuives sont devenues la norme dans l’Église.

Martin Luther (1483-1546),

l’initiateur de la Réforme protestante, était déçu que le peuple juif n’ait pas accepté Jésus immédiatement après la Réforme et a développé une aversion prononcée pour les Juifs. Il préconisait l’incendie des synagogues et la destruction des maisons juives, et suggérait que les chrétiens volent les juifs et en fassent des esclaves. Ses écrits corrosifs contre le peuple juif ont ensuite été utilisés dans la propagande nazie.

De la théologie du remplacement à la théologie de l’accomplissement

La théologie du remplacement enseigne donc que les alliances de Dieu avec Israël ont été annulées parce qu’il avait rejeté le Messie en tant que peuple. Par conséquent, l’Église remplace le peuple d’Israël dans le plan de Dieu, à la fois maintenant et à l’avenir.

La théologie du remplacement enseigne que toutes les bénédictions mentionnées dans la Bible concernant le peuple juif appartiennent désormais à l’Église et s’accomplissent en elle.

C’est pourquoi de nombreux passages bibliques qui parlent des bénédictions futures et du rétablissement du peuple juif dans son pays ne sont compris que dans un sens “spirituel” ou figuré, en parabole. On suppose qu’ils ont trouvé leur accomplissement dans l’Église ou qu’ils le trouveront encore.

Or, les événements de 1948 nous ont confrontés à la possibilité choquante que la Bible, lorsqu’elle parle d’Israël, puisse signifier littéralement Israël ! D’une part, ce développement aurait pu être une formidable opportunité de réaliser que la Parole de Dieu se révèle bien plus vraie que nous ne l’imaginions.

D’autre part, les événements de 1948 n’ont pas seulement signifié la refondation de la patrie juive, mais aussi l’insécurité des Arabes qui y vivaient également. Les forces de l’islam et la colère des Arabes palestiniens déplacés signifiaient qu’à la joie glorieuse de l’accomplissement des promesses de Dieu s’ajoutaient désormais des actes de violence, des révoltes et des souffrances.

Malgré le fait que la domination de l’islam sur la Terre sainte avait pris fin et que le peuple juif avait été miraculeusement rassemblé après deux mille ans, la plupart des Arabes chrétiens ne considéraient ces événements ni comme réjouissants, ni comme dirigés par Dieu.

Elias Chacour,

l’archevêque d’Israël de l’Eglise grecque-catholique melkite, a écrit :

“On nous a enseigné pendant des siècles que les Juifs étaient le peuple élu. Nous ne croyons plus qu’ils sont le peuple élu de Dieu, car nous avons maintenant une nouvelle compréhension de l’élection”.

Son livre “Blood Brothers” a eu une profonde influence sur les chrétiens du monde entier. Lui et de nombreux autres ecclésiastiques palestiniens refusent avec véhémence de voir le rétablissement d’Israël comme l’accomplissement de la prophétie biblique et ont redoublé d’efforts pour continuer à mettre l’accent sur la théologie du remplacement. Et ce, malgré le fait que les promesses de Dieu pour Israël s’accomplissent directement sous nos propres yeux.

Plus récemment, la théologie du remplacement a été rebaptisée “théologie de l’accomplissement“.

L’expression sonne moins fortement comme une “reprise hostile”, mais l’essentiel est le même. Voici quelques exemples d’écrivains évangéliques contemporains :

“Le seul et unique accomplissement de toutes les promesses et prophéties a déjà eu lieu sous leurs yeux en la personne de Jésus”.

C’est ce qu’écrit Colin Chapman dans son livre “Whose Promised Land ?

Gary M. Burge écrit :

“Jésus ne vise pas une restauration d’Israël en tant que telle, mais se considère plutôt lui-même comme celui qui a achevé le drame de Jérusalem dans sa propre vie … le début de la restauration d’Israël a en quelque sorte déjà commencé, par le fait que le Christ, le nouveau temple, la nouvelle Jérusalem a été ressuscité” (“Jesus and the Land”).

Ils affirment donc que toutes les promesses de retour du peuple juif sur sa terre ont déjà été accomplies en Jésus. Cette manière de penser nous conduit cependant à une série de problèmes.

Les alliances de Dieu avec Israël restent éternelles

Premièrement,

cette théologie naît souvent d’un souci de justice sociale et d’équité pour tous, car elle s’offusque de l’apparente partialité de Dieu. Mais en fin de compte, elle déforme ce que Dieu a dit et fait. Poussée à son terme, une théologie qui n’accepte de la Bible que ce qui nous semble juste et agréable conduit à une négation totale de la divinité et de l’autorité du texte biblique.

Naim Ateek, l’un des moteurs de cette nouvelle théologie chrétienne-palestinienne, va jusqu’à demander que des passages du livre des Juges (dans lesquels Israël conquiert le pays et tue les Cananéens conformément au commandement de Dieu) soient rejetés, ainsi que plusieurs textes d’Isaïe dans lesquels Dieu exprime sans équivoque son amour pour Israël.

Il déclare que ces textes doivent être “désionisés” (“Justice and Only Justice”).

C’est en fin de compte une attaque contre la personne et le caractère de Dieu lui-même, car ils refusent de croire que ce que Dieu a dit et fait dans la Bible est juste et correct.

Deuxièmement,

le mot Israël est mentionné plus de 800 fois dans la Bible, dont 79 fois dans le Nouveau Testament, ce qui montre l’importance du concept d’Israël. Mais jamais le mot Israël ne fait référence à “l’Église”.

Essayez simplement de lire Romains 9-11 et chaque fois qu’il est écrit “Israël”, remplacez-le par le mot “Église”. Vous verrez très vite que cela n’a absolument aucun sens !

Israël’ signifie en effet ‘Israël’, aussi bien dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament ! Même si le Nouveau Testament décrit souvent Israël et l’Église avec des mots similaires, les deux étant l’épouse de Dieu, les enfants de Dieu, le peuple élu, etc., le Nouveau Testament n’appelle jamais l’Église “Israël”.

Enfin,

s’efforcer d’éliminer Israël des plans de Dieu, c’est en fin de compte conduire son propre véhicule vers l’abîme. Car dès que vous considérez les promesses de Dieu comme inconstantes, il en va de même pour ses promesses à votre égard.

Si les promesses inconditionnelles de Dieu à Israël concernant sa préservation, sa restauration et son salut ne sont que des paraboles et peuvent être annulées, que valent ses promesses à notre égard ?

Dieu garde sa parole

Beaucoup de gens s’offusquent de l’élection d’Israël par Dieu parce qu’elle leur semble injuste, mais Dieu ne s’est pas choisi un favori. Il a cherché un récipient pour porter sa parole (celle qui est écrite et celle qui est incarnée) sur la terre. Et il s’est choisi un exemple. Il a choisi Israël pour donner au monde une leçon de choses. Et il y a eu de nombreuses fois où ce rôle s’est avéré extrêmement dur et coûteux. Lorsqu’un juge décide de punir quelqu’un de manière “exemplaire”, il ne s’agit pas seulement de corriger le comportement du délinquant, mais de donner une leçon à tous les observateurs autour de lui. Cela aussi fait partie de ce qu’implique l’élection d’Israël.

Mais malgré tout le péché d’Israël, Dieu, à cause de son nom, tient toujours à ses promesses.


Le monde doit voir et comprendre cette leçon qu’Israël représente pour nous en cette période particulière :

Dieu tient ses promesses.


Article tiré de Pro Israel Aktuell 4/2017,
Case postale, CH-3607 Thoune. Traduit de l’allemand par DEEPL et Vigi-Sectes.