Que chacun examine ses propres œuvres,
et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul,
et non par rapport à autrui;
Las Bible – Gal 6:4

 

Ne nous hâtons pas de parler ! Réfléchissons à la portée de nos paroles, c’est d’ailleurs le sage conseil que notre Seigneur Jésus donne à ses enfants:

Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.
Matthieu 12:36-37

William Branham est considéré par ses adeptes comme étant le plus grand prophète de tous les temps ainsi que l’ange de l’église de Laodicée.

Le 4 décembre 1960, il délivre à Jeffersonville dans l’Indiana un sermon dans lequel il déclare:

Si vous pouvez me montrer un passage de l’Ecriture ou m’apporter un récit, un récit authentique, qui me montrerait que des gens auraient été baptisés dans la bible au nom du “Père, du Fils et du Saint-Esprit”, ou si vous m’apportez un livre d’histoire, une page, une citation d’histoire où quelqu’un ait jamais été baptisé au nom du “Père, du Fils et du Saint-Esprit” avant le Concile de Nicée de l’église catholique, venez me l’apporter, et j’épinglerai une pancarte sur mon dos, et traverserai Jeffersonville, avec vous derrière soufflant dans une trompette, et j’écrirai dessus: “Voici un faux prophète qui égare le peuple”.
(La Révélation de Jésus-Christ, n° 1, la Révélation, page 37)

Ainsi si nous pouvons exhiber une référence historique démontrant que l’on baptisait au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit avant 325, date du Concile de Nicée, nous disposerions d’une preuve tangible prouvant que Branham est un faux prophète ! Les sources historiques sont nombreuses, nous vous en proposons quelques-unes:

En ce qui concerne le baptême, baptisez ainsi: après avoir enseigné tout ce qui précède, baptisez au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, par immersion dans l’eau vive. Si tu n’as pas d’eau vive, baptise dans une autre eau, si tu ne peux le faire dans l’eau froide, baptise dans l’eau chaude, si tu n’as ni de l’une ni de l’autre, verse sur la tête trois fois de l’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
(Didaché des apôtres, chapitre VII,  versets 1-3, Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Alexandre Westphal, page 800)

La Didaché date de l’an 100 après Jésus-Christ.

On les amène (les chrétiens) dans un lieu où il y a de l’eau et ils reçoivent de nous le baptême au nom du Père, Seigneur de l’univers et de notre Sauveur Jésus-Christ et du Saint-Esprit.
(Justin Martyr, 100-163 de notre ère, les Pères apostoliques, 1ère apologie, 61, 3)

Nous avons reçu le baptême pour lé rémission des péchés au nom de Dieu le Père et au nom de Jésus-Christ, le Fils incarné, mort et ressuscité et dans l’Esprit-Saint de Dieu.
(Irénée, 177 de notre ère, Démonstration de la prédication apostolique, 3, 32)

Après la chute de l’un d’eux, il ordonna aux onze autres au moment de retourner chez son Père, après la résurrection, d’aller et d’enseigner les nations et de les baptiser dans le Père, le Fils et l’Esprit-Saint.
(Tertullien, 160-220 de notre ère, sur la prescription des hérétiques, ch. 20, 1-9)

Puisque l’histoire prouve que l’on baptisait au nom du Père, du Fils et de l’Esprit-Saint avant 325, du coup, voici Branham catalogué comme faux prophète par lui-même !

C. Piette

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *