Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face.
Exodes 20:3  

Par Ray Yungen
Lighthouse Trails Editors (Sentiers du phare)
Traduction de l’anglais par Vigi-Sectes


le 31 mars 2021

L’article suivant de Ray Yungen explique ce qu’est la prière contemplative et comment elle puise dans les mêmes sources que le mysticisme oriental. Dans cet article, Yungen discute des enseignements de Richard Foster, l’homme qui a initié la pratique de la prière contemplative dans l’église évangélique grâce à son livre de 1978, Celebration of Discipline.

Aujourd’hui, 40 ans plus tard, il est difficile de trouver une église qui n’ait pas été influencée d’une manière ou d’une autre par la prière contemplative de Foster. De plus, les résultats de la pratique de la prière contemplative se manifestent dans le mouvement du social gospel, l’église émergente progressive, et même dans la pression pour introduire la critical race theory « théorie critique de la race »0 dans l’église par la Convention Baptiste du Sud et d’autres groupes évangéliques comme nous l’avons expliqué dans d’autres articles.


[Nous devrions tous, sans honte, nous inscrire en tant qu’apprentis à l’école de la prière contemplative.1

Le christianisme n’est pas complet sans la dimension contemplative.2

Richard Foster, Celebration of Discipline : the Path to Spiritual Growth.

À Portland, dans l’Oregon, il existe une grande librairie entièrement consacrée à la spiritualité du Nouvel-Âge. On y trouve tous les sujets mystiques et métaphysiques orientaux. Il est intéressant de noter qu’il existe une section importante sur la prière contemplative, le moine catholique Thomas Merton ayant une étagère entière consacrée à ses écrits. Pourquoi une librairie du Nouvel-Âge accorderait-elle un espace précieux à un sujet qui se veut chrétien ? C’est une question légitime. Je me permets de suggérer que la raison est que la tradition mystique “chrétienne” (c’est-à-dire la prière contemplative) partage un sentiment de profonde parenté avec la tradition mystique orientale. Il existe de nombreuses preuves pour soutenir cette affirmation.

Dans cet article, nous allons examiner quelques-uns des principaux acteurs du mouvement de la prière contemplative pour montrer que l'”école” de prière contemplative de Richard Foster n’a pas sa place dans le christianisme. En fait, comme vous le verrez, le message qui la sous-tend est à l’opposé du christianisme biblique et de l’Évangile de Jésus-Christ.

Qu’est-ce que l'”école” de la prière contemplative ?

Dans Celebration of Discipline, Richard Foster dit que “nous devrions tous, sans honte, nous inscrire comme apprentis à l’école de la prière contemplative”. Que veut-il dire par “école” de prière contemplative ? Lorsque Foster utilise le mot “école”, il ne veut pas dire, bien sûr, un bâtiment ou une institution quelconque. Par exemple, le Webster’s New World College Dictionary propose neuf définitions différentes pour le mot école. Celle qui correspond à ce que nous essayons de faire comprendre est la suivante :

… un groupe de personnes réunies par les mêmes enseignements, croyances, opinions, méthodes, etc.3.

Lorsque l’on examine le contexte spirituel de cette définition, on peut voir quel genre de “fruit” spirituel elle produit. La seule façon de déterminer l’essence réelle d’un mouvement est d’observer les leaders ou les personnes éminentes de cette “école” pour voir où leurs pratiques les ont conduits, à quelles conclusions ils sont parvenus et ce qui propulse leur vision de la vérité.

Établissons d’abord ce que l’on entend par le mot “contemplation”. Carl McColman, dans son Big Book of Christian Mysticism, en explique le contexte de la manière suivante :

[La contemplation] vient du mot latin contemplare, qui signifie “observer” ou “remarquer”. Mais le mot a également des racines dans le mot “temple”, ce qui le relie à l’espace sacré. . . . Une fois christianisée, la contemplation a perdu son association avec la divination [la divination] et a fini par signifier la pratique priante de l’attention à la présence de Dieu4.

Donc, si Foster a raison, les leaders de ce mouvement sont ceux qui se sont tournés vers la présence de Dieu d’une manière unique et profonde, et leurs méthodes devraient être suivies pour obtenir les mêmes résultats.

Examinons maintenant les perspectives spirituelles de ces chefs de file de “l’école de la prière contemplative”.

Thomas Merton

Thomas Merton, un moine catholique, est le plus connu des écrivains contemplatifs modernes. Son influence est énorme dans le domaine contemplatif. Richard Foster cite Merton plus d’une douzaine de fois dans Celebration of Discipline et dans d’autres livres également, et de nombreux autres évangéliques citent également Merton. L’extrait suivant de l’ouvrage publié par Merton, The Asian Journal of Thomas Merton (écrit lors de son dernier voyage en Asie*) en dit long sur les sympathies spirituelles de Merton :

Nous sommes d’abord allés chercher Chatral Rimpoche [un saint homme tibétain] dans son ermitage au-dessus de Ghoom…. . . On nous a dit qu’il se trouvait dans un ani gompa, un couvent, plus bas sur la route. . . . Nous sommes donc partis en direction de Bagdogra et, avec quelques difficultés, nous avons trouvé le minuscule couvent… et Chatral était là, le plus grand rimpoche [un enseignant bouddhiste] que j’ai rencontré jusqu’à présent et une personne très impressionnante.

. . . Nous avons commencé à parler du dzogchen, de la méditation Nyingmapa et de la “réalisation directe”, et nous avons vite constaté que nous étions très d’accord. . . . Le message non exprimé ou à moitié exprimé de cette conversation était que nous nous comprenions parfaitement comme des personnes qui étaient en quelque sorte au bord de la grande réalisation… et que c’était une grâce pour nous de nous rencontrer. J’aurais aimé voir davantage Chatral. Il a éclaté et m’a appelé rangjung Sangay (ce qui signifie apparemment “Bouddha naturel”)… Il m’a dit, sérieusement, que peut-être lui et moi atteindrions la bouddhéité complète dans nos prochaines vies, peut-être même dans cette vie-ci, et le mot d’adieu était une sorte de pacte selon lequel nous ferions tous deux de notre mieux pour y parvenir dans cette vie-ci. J’ai été profondément ému, car il est de toute évidence un grand homme, le véritable praticien du dzogchen, le meilleur des lamas Nyingmapa, marqué par une simplicité et une liberté totales. Il était surpris de s’entendre si bien avec un chrétien et, à un moment donné, il a dit en riant : “Il doit y avoir quelque chose qui ne va pas ici !” Si je devais m’installer avec un gourou tibétain, je pense que Chatral serait celui que je choisirais5 (c’est nous qui soulignons).

Un aspect tout aussi révélateur du voyage de Merton en Asie est ce qu’il a vécu dans un sanctuaire bouddhiste à Ceylan :

. … une clarté intérieure, une clarté, comme si elle explosait à partir des rochers eux-mêmes, est devenue évidente et manifeste… . . Tous les problèmes sont résolus et tout est clair, simplement parce que ce qui compte est clair. La roche, toute la matière, toute la vie, est chargée de dharmakaya [l’unité de toutes les choses et de tous les hommes] . . Je ne sais pas quand, dans ma vie, j’ai eu un tel sens de la beauté et de la validité spirituelle qui se conjuguent en une seule illumination esthétique. Assurément… mon pèlerinage asiatique s’est éclairci et purifié. J’ai… vu ce que je cherchais obscurément. Je ne sais pas ce qu’il reste à faire.6 (c’est nous qui soulignons)

Pourquoi quelqu’un qui était si fortement impliqué dans le mysticisme “chrétien” serait-il si étroitement lié au mysticisme bouddhiste et l’embrasserait-il avec enthousiasme ? J’ai envisagé d’intituler ce livret Something’s Wrong Here parce que, même si Chatral l’entendait de manière positive, lorsqu’il a dit ces mots à Merton, il était lui-même choqué que Merton, un chrétien professant, soit fondamentalement sur la même longueur d’onde que lui et qu’ils soient capables de fraterniser.

L’un des biographes de Merton, William Shannon, l’a expliqué très clairement :

Si l’on veut comprendre le voyage de Merton en Orient, il est important de comprendre que c’est son enracinement dans sa propre tradition de foi [le catholicisme] qui lui a donné l’équipement spirituel [la prière contemplative] dont il avait besoin pour saisir la voie de la sagesse propre à l’Orient7.

Ce que Merton entendait par “dharmakaya” est en fait ce que le Nouvel-Âge et les religions orientales appellent la conscience cosmique (c’est-à-dire que Dieu est en tout et en chacun). Mais Foster, dans son livre Celebration of Discipline, garantit au lecteur que ce qu’il promeut ne conduira pas à la conscience cosmique. Il déclare : “Cela n’implique aucun mystère caché, aucun mantra secret, aucune gymnastique mentale, aucun vol ésotérique vers la conscience cosmique “8.

La tentative de Foster de dissiper tout soupçon de pratique de la prière contemplative est contrée par l’affirmation de William Shannon selon laquelle c’est précisément la prière contemplative qui a amené Merton à embrasser cette vision bouddhiste du monde.

Un sceptique pourrait dire que Merton n’était qu’une anomalie qui a fait fausse route, mais qu’en général, la prière contemplative mène au Dieu de la Bible. Je ne suis pas d’accord. Pour montrer que ce n’est pas le cas, nous devons examiner d’autres enseignants de “l’école de la prière contemplative”.

Henri Nouwen

Le prêtre catholique néerlandais Henri Nouwen se classerait probablement au deuxième rang après Merton en termes d’influence et d’admiration. L’auteur évangélique populaire Tony Campolo appelle Nouwen “l’un des grands chrétiens de notre temps”, déclarant :

Les écrits de [Nouwen] ont guidé et inspiré les chrétiens de toutes les tendances. Sa vie est un exemple brillant de la sainteté du vingtième siècle9.

L’admiration de Campolo se reflète largement dans le monde évangélique ; tout comme Merton est cité dans de nombreux livres évangéliques de nos jours, Nouwen l’est aussi. Kay Warren, la femme de Rick Warren, est l’une des évangéliques populaires qui voit une grande valeur dans le travail de Nouwen :

Ma femme, Kay, recommande ce livre : “C’est un livre court, mais il frappe au cœur du ministre. Il évoque les luttes communes à ceux d’entre nous qui exercent un ministère : la tentation d’être pertinent, spectaculaire et puissant. J’ai surligné presque chaque mot !10 (c’est nous qui soulignons).

Le livre que Kay Warren recommande est In the Name of Jesus de Nouwen, qui consacre un chapitre entier de ce livre à la prière contemplative, en disant :

Par la discipline de la prière contemplative, les dirigeants chrétiens doivent apprendre à écouter la voix de l’amour…. Pour que le leadership chrétien soit vraiment fructueux à l’avenir, il faut passer de la morale à la mystique.11 (c’est nous qui soulignons)

Mais tout comme Merton avait absorbé la spiritualité orientale, Nouwen aussi, ce qui n’est pas surprenant puisqu’il était un disciple de Merton. Nouwen a écrit la préface d’un livre qui mélange le christianisme avec la spiritualité hindoue, dans laquelle il dit :

[L’auteur fait preuve d’une merveilleuse ouverture aux dons du bouddhisme, de l’hindouisme et de la religion musulmane. Il découvre leur grande sagesse pour la vie spirituelle du chrétien … . Ryan [l’auteur] est allé en Inde pour apprendre des traditions spirituelles autres que la sienne. Il en a ramené de nombreux trésors et nous les offre dans ce livre12.

Nouwen a apparemment pris ces approches au sérieux lui-même. Dans son livre, The Way of the Heart, il conseille ses lecteurs :

La répétition silencieuse d’un seul mot peut nous aider à descendre avec l’esprit dans le cœur…. Cette manière de prier simplement… nous ouvre à la présence active de Dieu13.

Mais ce que la “présence active de Dieu” lui enseignait, malheureusement, était plus conforme à l’hindouisme qu’au christianisme évangélique. Il a écrit :

La prière est un ” travail de l’âme ” car nos âmes sont ces centres sacrés où tout est un, …. C’est dans le cœur de Dieu que nous pouvons parvenir à la pleine réalisation de l’unité de tout ce qui est.14 (c’est moi qui souligne)

Disons-le encore, un chrétien admirateur de Nouwen pourrait penser que les citations précédentes s’inscrivent dans une expérience chrétienne légitime de l’amour et de la grâce de Dieu, et que je ne fais que les sortir de leur contexte. Mais ce n’est certainement pas le cas. Nouwen lui-même a révélé ses influences spirituelles dans son journal intime, Sabbatical Journey, qu’il a écrit peu avant sa mort :

En allant au fitness, j’avais acheté un Walkman pour écouter une cassette audio contenant une conférence de Matthew Fox intitulée “Création, spiritualité et les sept chakras”. Ainsi, tout en transpirant sur le trotteur, j’ai essayé de rendre mon temps utile en écoutant Matthew Fox.15

Cet élément d’information révèle que Nouwen était lié à l’idée que les chakras, (sur lesquels les citations précédentes sont basées) font partie intégrante du développement spirituel. Le chakra couronne, en particulier, est celui qui est lié à l’idée que tout est un et l’unité de tout ce qui est.16

Dans le livre The Essential Henri Nouwen, publié par Shambhala Publications (maison d’édition bouddhiste), Nouwen dit que …

la prière contemplative “ouvre nos yeux à la présence de l’Esprit divin dans tout ce qui nous entoure”.17

C’est exactement ce que Merton entendait par dharmakaya, à savoir que Dieu est dans tout ce qui existe (panenthéisme, qui reflète l’occultisme).

Thomas Keating

Thomas Keating, un moine trappiste comme Merton, est à la tête d’une organisation appelée “diffusion contemplative” (Contemplative Outreach). Il est étroitement identifié au mouvement de la prière contemplative (qu’il appelle prière centrée). Keating a écrit de nombreux livres sur le sujet de la prière contemplative ; en fait, l’un des enseignants les plus populaires du christianisme évangélique, Ruth Haley Barton, considère Keating comme une forte influence spirituelle dans sa vie18.

Keating souligne d’ailleurs ce point lorsqu’il informe ses lecteurs que ” le mot “méditation” signifie pour les personnes exposées aux méthodes orientales ce que nous, chrétiens, entendons par contemplation, c’est-à-dire une façon d’ignorer le flux habituel des pensées pendant certaines périodes de temps “19.

Comme les autres, Keating s’est orienté vers l’hindouisme ou le Nouvel-Âge, et il a écrit la préface d’un livre consacré à ce que les praticiens du yoga appellent le Kundalini ou la force du serpent :

Puisque cette énergie [kundalini] est également à l’œuvre aujourd’hui chez de nombreuses personnes qui se consacrent à la prière contemplative, ce livre est une contribution importante au renouveau de la tradition contemplative chrétienne. Il sera d’une grande consolation pour ceux qui ont connu des symptômes physiques résultant de l’éveil du kundalini au cours de leur cheminement spirituel…. La plupart des disciplines spirituelles dans le monde insistent sur une certaine forme de discipline sérieuse avant de communiquer les techniques d’éveil du kundalini. Dans la tradition chrétienne… la pratique régulière des étapes de la prière chrétienne… la contemplation sont les disciplines essentielles20.

Pour montrer jusqu’où quelqu’un peut s’égarer en utilisant la prière contemplative comme moyen d’atteindre Dieu, Keating en est un très bon exemple. Keating soutient avec enthousiasme un livre intitulé “Méditations sur le Tarot : Un voyage dans l’hermétisme chrétien” (Meditations on the Tarot : A Journey in Christian Hermeticism). Les cartes du tarot sont l’un des principaux outils de divination dans l’occultisme, et l’hermétisme est un ensemble d’anciennes croyances ésotériques basées sur les écrits d’Hermès Trismégiste, celui qui a inventé l’expression occulte “en haut comme en bas”. Keating a déclaré que ce livre était l’un des “grands classiques spirituels de ce siècle”.21 Il est difficile de comprendre ce livre qui s’est tellement éloigné du catholicisme.

Richard Rohr

Sans aucun doute, le prêtre catholique Richard Rohr est l’un des plus éminents partisans vivants de la prière contemplative aujourd’hui. Son organisation, le Center for Contemplation and Action, est un bastion de la spiritualité contemplative. Et comme nos autres maîtres d'”écoles” de prière contemplative, il a été adopté par de nombreux auteurs évangéliques populaires. Richard Foster, par exemple, a invité Rohr à faire partie d’un comité consultatif pour un livre édité par Foster en 2010, intitulé “25 livres que tout chrétien devrait lire : un guide des classiques essentiels de la dévotion” (25 Books Every Christian Should Read : A Guide to the Essential Devotional Classics)22.

Rohr est essentiellement devenu le nouveau Thomas Merton pour une toute nouvelle génération de chrétiens évangéliques. Dans une interview, Rohr a déclaré :

[L’un de mes éditeurs m’a dit qu’à l’heure actuelle, mon principal groupe démographique est celui des jeunes évangéliques, des jeunes évangéliques. Certains de mes livres sont plutôt lourds. Je n’en reviens pas.23

La déclaration de Rohr est correcte en ce qui concerne les jeunes évangéliques. Un exemple concret est une organisation appelée “Si : Rassemblement” (IF : Gathering). Les responsables de SI sont des femmes dynamiques et énergiques qui organisent de grandes conférences destinées principalement aux jeunes femmes évangéliques. Bien que ces femmes puissent être sincères dans ce qu’elles essaient de faire, elles font la promotion de personnalités telles que les leaders émergents Brian McLaren et Rob Bell, ainsi que Richard Rohr. Notre organisation a publié une brochure sur le SI que je vous encourage à lire pour comprendre toute l’ampleur de ce mouvement féminin en pleine expansion24.

Pour mieux comprendre la signification de tout cela, Rohr est un éminent champion de l’idée d’une religion globale qui unifierait le monde. Il affirme que “la religion a besoin d’un nouveau langage”.25 Et le mysticisme est le langage qui permettra d’instaurer cette religion mondiale unique (c’est-à-dire la prière contemplative) ! Rohr a déclaré :

Il y a actuellement une émergence… elle provient de tant de traditions, de sources et de parties du monde différentes. C’est peut-être un exemple de la mondialisation de la spiritualité.26

Ce point de vue s’inscrit parfaitement dans la perspective de l’église émergente qui est si populaire parmi les jeunes évangéliques d’aujourd’hui. Il n’est pas étonnant que Richard Rohr et les leaders de l’Église émergente (tels que Brian McLaren) se soutiennent mutuellement et approuvent leurs livres respectifs.

Faisant écho à Merton et Nouwen, Rohr défend également le concept de dharmakaya. C’est le thème récurrent de l'”école” de la prière contemplative. Rohr déclare :

L’espoir de Dieu pour l’humanité est qu’un jour nous reconnaissions tous que la demeure divine est toute la création. Le Christ revient chaque fois que nous voyons que la matière et l’esprit coexistent. Cela mérite vraiment d’être appelé une bonne nouvelle.27

Pour dissiper toute confusion sur ce que Rohr dit, il précise dans le même paragraphe ce qu’il entend par Dieu habitant dans toute la création. Il utilise un terme que l’on retrouve dans toute la littérature contemplative, qui signifie que le Christ est davantage une énergie qu’un être personnel. Rohr explique le terme “Christ cosmique“, disant aux lecteurs que tout et tous appartiennent au royaume de Dieu.28 C’est même le nom de l’un de ses livres, “Tout (nous) appartient : Le don de la prière contemplative”(Everything Belongs : The Gift of Contemplative Prayer).

Dans son livre de 2011, “Chute vers le haut” (Falling Upward), Rohr laisse entendre que nous (l’humanité) sommes tous une “conception immaculée”.29 Si ces choses sont vraies, alors Jésus-Christ n’a pas eu besoin de mourir sur la croix pour les péchés de l’humanité. Nous n’aurions pas besoin d’un Sauveur car nous serions déjà divins nous-mêmes. En vérité, la spiritualité contemplative est l’antithèse de l’Évangile. C’est pourquoi il existe d’innombrables mystiques qui prétendent connaître Dieu (ou Jésus) mais ne veulent rien savoir de la Croix.

Le lien avec le Nouvel-Âge

Le principal effort de notre organisme Lighthouse Trails Publishing depuis sa création, a été de montrer le lien fort entre le mouvement de la prière contemplative et le spectre plus large de la spiritualité du Nouvel-Âge, comme indiqué au début de cet article. On peut prouver que les parallèles sont extrêmement forts. Les auteurs que je viens de présenter ne sont pas uniques dans leurs propos. Je pourrais énumérer plusieurs pages d’autres auteurs contemplatifs qui disent des choses identiques.

Je veux présenter un autre auteur qui représente le point de vue contemplatif typique. Tom Harpur, un auteur, radio-diffuseur et prêtre anglican bien connu au Canada, résume ce que l’on peut trouver dans pratiquement tous les livres contemplatifs de la tradition catholique romaine et anglicane. En parlant de son éducation dans l’église anglicane traditionnelle, il explique la différence radicale entre son ancien christianisme et son christianisme contemplatif :

On insistait beaucoup plus sur notre état de péché et de dépravation, que sur la possibilité que Dieu soit déjà présent dans nos âmes ou nos “cœurs”. On m’a dit d’accepter à nouveau le Christ et de “le laisser entrer” au lieu de m’aider à reconnaître le fait que tout ce que j’avais à faire était d’ouvrir mon œil intérieur et de réaliser que Dieu était déjà là, attendant d’être connu et suivi. On nous a appris peu de choses, voire rien, sur les grands mystiques et sur la longue tradition de méditation de notre propre foi chrétienne.30 (c’est nous qui soulignons)

Harpur exprime très succinctement le point de vue de Lighthouse Trails, à savoir que la tradition mystique qui arrive sur le devant de la scène actuellement ne correspond pas à l’Évangile biblique qui a été au cœur du christianisme.

Permettez-moi de dire ceci :

Si le mouvement de la prière contemplative n’était pas lié à des dénominations historiquement respectées, s’il s’agissait d’une organisation indépendante telle que celles que l’on trouve dans les livres sur les sectes, alors le mouvement de la prière contemplative serait qualifié de secte par la plupart des organisations évangéliques en raison des aberrations extrêmes que l’on y trouve concernant l’Évangile.

Le dharmakaya de Merton ne peut être réconcilié avec la justification par la foi dans le sang du Christ.

Le siècle des Lumières

Un autre bon exemple pour montrer que la prière contemplative partage le même point de vue que les occultistes connus se trouve dans un livre intitulé “Le Dieu de demain” (Tomorrow’s God) de l’auteur Nouvel-Âge Neale Donald Walsch, dans lequel il présente la religion mondiale à venir qui unifiera l’humanité, dans ce qui est appelé l’ère du Verseau ou l’ère des Lumières (c’est-à-dire le Nouvel-Âge). Il dit que la première étape est de …

“commencer un programme de pratique quotidienne de la méditation, de la prière profonde et de l’écoute silencieuse.”.31

Après avoir donné les mécanismes de la nouvelle spiritualité, Walsch donne la théologie qui est :

“Aux jours de la nouvelle spiritualité, l’unité de toutes choses sera expérimentale “32.

C’est ce que les contemplatifs expérimentent dans leurs sessions mystiques. Walsch dit encore :

“La grande idée est qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et ce Dieu unique ne se soucie pas de savoir si vous êtes catholique ou protestant, juif ou musulman, hindou ou mormon, ou si vous n’avez pas de religion du tout”.33

C’est essentiellement ce que Richard Rohr dit dans Everything Belongs. Et c’est la raison pour laquelle l'”école” de prière contemplative de Richard Foster n’est pas, et ne sera jamais, compatible avec le christianisme biblique traditionnel ou le message de l’Évangile proclamé par Jésus-Christ et ses disciples.

Réflexions finales

Si je devais rencontrer un jour quelqu’un qui me demande “pourquoi cherchez-vous à détruire Richard Foster”, je lui répondrais : Je me soucie réellement de Richard Foster. Les choses que j’écris à son sujet ne sont pas dues à la malice ou à la mauvaise volonté, mais à un profond sentiment d’engagement envers son bien-être spirituel et celui de ses lecteurs. La célébration de la discipline est au cœur (directement ou indirectement) de la majorité des programmes de formation spirituelle dans les écoles bibliques, les séminaires, les collèges chrétiens et les universités. Ce que le saint homme tibétain a dit en réponse à la croyance de Thomas Merton – “Il doit y avoir quelque chose qui ne va pas ici” – est le même sentiment qui motive la rédaction de cet article.

Il y a quelque chose qui ne va pas ici !

Contrairement à ce qu’enseignent les contemplatifs, la dualité existe, et la Bible l’enseigne – il y a les moutons et les chèvres, le blé et l’ivraie, les sauvés et les non sauvés, les justes et les injustes. Les penseurs du Nouvel-Âge rejetteraient cela parce qu’ils croient que tout est Dieu. Dans le camp contemplatif, lorsque Richard Rohr dit que tout appartient, c’est ce qui en fait un Nouvel-Âge. Le veau d’or et Yahvé ne sont pas le même Dieu. C’est la cause de la colère de Dieu. Pour dire les choses simplement, tout n’est pas à sa place !

Ma prière est que les gens puissent voir la logique de tout cela. Et ce qui le rend encore plus impératif, c’est que cette vision contemplative provient de sources surnaturelles. Nous n’avons pas affaire à de simples perspectives et idées humaines.

L'”école” de prière contemplative de Richard Foster emploie les mêmes méthodes que celles de Richard Rohr et de Thomas Merton qui conduisent à une certaine perception. La citation suivante de Foster en est une illustration supplémentaire :

Nous excluons toute autre source de stimulation – sensuelle, intellectuelle et réflexive – afin de nous concentrer sur Dieu seul. À ce niveau, nous allons même au-delà de nos pensées de Dieu afin de demeurer en sa présence sans pensée ni distraction34.

C’est exactement la prière contemplative qu’embrassait Thomas Merton, ce qui a fait dire au prêtre épiscopalien Brian C. Taylor :

Le Dieu qu’il [Merton] connaissait dans la prière était la même expérience que celle que les bouddhistes décrivent dans leur illumination35.

Nous en concluons que la spiritualité de Thomas Merton est entrée dans l’église évangélique par l'”école” de prière contemplative de Richard Foster. Et c’est une école à laquelle aucun chrétien ne devrait s’inscrire.


Notes en fin de texte :

0. La théorie critique de la race (TCR),

NDLR : Selon Wikipédia anglais, le TCR est un corpus d’études juridiques et un mouvement académique d’universitaires et d’activistes des droits civiques aux États-Unis qui cherche à examiner de manière critique le droit américain dans ses interactions avec les questions de race et à remettre en question les approches libérales américaines dominantes en matière de justice raciale.

Les chrétiens attachés aux Ecritures ne propagent pas de théories de races, car :

  • La Bible ne dénigre aucune couleur (au contraire, le cantique des cantique mentionne la beauté d’une femme noire)
  • Nous sommes tous descendant d’une même race génétique proche, Adam et d’Eve, en passant par Noé. (Genèse)
  • Nous sommes tous “d’un seul sang” (Actes 17), et pécheurs.
  • La vision binaire de 2 couleurs de peau est naïve et ridicule, car chacun de nous a une couleur de peau différente. Il y a factuellement des millions de couleurs différentes. Nous avons la couleur que notre créateur nous a donnée.
  • Vouloir considérer et légiférer (ou contre-légiférer) sur des races de couleur, fait persister un clivage raciste, qui n’a par essence, aucun fondement dans le christianisme authentique.

  1. Richard Foster, Celebration of Discipline (San Francisco, CA : Harper & Row, édition 1978), p. 13.
  2. Interview de Richard Foster, Lou Davies Radio Program (KPAM radio, Portland, Oregon, Nov. 24, 1998).
  3. Webster’s New World College Dictionary, p. 1283.
  4. Carl McColman, Big Book of Christian Mysticism (Charlottesville, VA : Hampton Road Publishing, 2010), p. 222.
  5. Thomas Merton, The Asian Journal of Thomas Merton (New Directions Books, 1975), p. 234-236.
  6. Ibid.
  7. William Shannon, Silence on Fire (New York, NY : The Crossroad Publishing Company, 1991), p. 99.
  8. Richard Foster, Celebration of Discipline (HarperCollins, 2009, Kindle Edition), p. 17.
  9. Tony Campolo, Speaking My Mind (Nashville, TN : W. Publishing Group, 2004), p. 72.
  10. Rick Warren citant Kay Warren sur le Ministry Toolbox (numéro 54, 6/5/2002, http://web.archive.org/web/20050306004007/http://www.pastors.com/RWMT/?ID=54).
  11. Henri Nouwen, In the Name of Jesus (New York, NY : Crossroad Publishing, 2000), pp. 6, 31-32.
  12. Thomas Ryan, Disciplines for Christian Living (Mawah, NJ : Paulist Press, 1993), pp. 2-3 (la préface d’Henri Nouwen).
  13. Henri Nouwen, The Way of the Heart (San Francisco, CA : Harper, 1991), p. 81.
  14. Henri Nouwen, Bread for the Journey (San Francisco, CA : Harper, 1997), lectures quotidiennes du 15 janvier et du 16 novembre.
  15. Henri Nouwen, Sabbatical Journey (New York, NY : The Crossroad Publishing Company, Kindle Edition), Kindle Locations 496-497.
  16. Ces deux pensées se retrouvent dans les écrits de Matthew Fox et de nombreux autres partisans duNouvrl-Âge (New Age).
  17. Robert A. Jonas (éditeur), The Essential Henri Nouwen (Boston, MA : Shambhala Publications, 2009), p. 38.
  18. Lighthouse Trails Editors, “More Evidence and a Final Plea as Assemblies of God Conference with Ruth Haley Barton Begins August 5th” (blog Lighthouse Trails : http://www.lighthousetrailsresearch.com/blog/?p=12401).
  19. Thomas Keating, Intimité avec Dieu (New York, NY : The Crossroad Publishing Company, 1994), p. 117.
  20. Philip St. Romain, Kundalini Energy and Christian Spirituality (Crossroad, 1995). Cet extrait se trouve dans l’avant-propos de Thomas Keating.
  21. Thomas Keating, critique : http://www.allthingshealing.com/Tarot/Book-Review-Meditations-on-the-Tarot/9699#.VeGxISLbKos.
  22. Lighthouse Trails Editors, “Richard Foster’s Renovare Turns to Panentheist Mystic Richard Rohr and Emerging Darling Phyllis Tickle For New Book Project” (14 septembre 2010, http://www.lighthousetrailsresearch.com/blog/?p=4986).
  23. Kristen Hobby, “What Happens When Religion Isn’t Doing Its Job : an interview with Richard Rohr, OFM” (Présence : An International Journal of Spiritual Direction, volume 20, n° 1, mars 2014), p. 6-11.
  24. Vous pouvez lire l’intégralité de la brochure à l’adresse suivante : http://www.lighthousetrailsresearch.com/blog/?p=17334 ou l’acheter sous forme de livret à l’adresse suivante : www.lighthousetrails.com.
  25. Entretien de Kristen Hobby avec Richard Rohr, op. cit. , p. 6
  26. Ibid.
  27. Rich Heffern, ” The Eternal Christ in the Cosmic Story ” (National Catholic Reporter, 11 décembre 2009, http://ncronline.org/news/spirituality/eternal-christ-cosmic-story).
  28. Ibid.
  29. Richard Rohr, Falling Upward (San Francisco, CA : Jossey Bass, 2011), p. ix.
  30. Tom Harpur, Prayer : The Hidden Fire (Wood Lake Publishing, Kindle Edition, 2012), emplacements Kindle 1099-1102.
  31. Neale Donald Walsch, Tomorrow’s God (New York, NY : Atria Books, 2004), p. 223.
  32. Ibid, p. 263.
  33. Ibid, p. 241.
  34. Richard Foster, Gayle Beede, Longing for God (Downers Grove, IL : InterVarsity, 2009), p. 252.
  35. Brian C. Taylor, Setting the Gospel Free (New York, NY : Continuum Publishing, 1996), p. 76.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.