Les Saints des derniers jours rejettent les doctrines de la Trinité telles qu’elles sont enseignées par la plupart des églises chrétiennes aujourd’hui. Ces crédos furent canonisés aux 4ème et 5ème siècles de notre ère et ils ne reflètent pas la pensée ou les croyances de l’église du Nouveau-Testament.
(Ensign, mars 1988, Comparing LDS Beliefs with First Century Christianity).

La patrologie mormone

Deux professeurs mormons de l’Université Brigham Young, Daniel C. Peterson et Stephen D. Ricks ont écrit un ouvrage intitulé Offenders For A Word: How Anti-mormons Play Word Games To Attack The Latter-Day Saints .

Nous allons démontrer tout au-travers de cette longue étude que ces intellectuels mormons ., spécialistes en patrologie (l’étude des Pères de l’Église), n’ont strictement rien compris sur cette question de la theosis, ou de la déification. La thèse présentée par ces intellectuels mormons est que des hommes tels que Irénée et Athanase ont développé une doctrine semblable à celle de l’église mormone. Selon ces mormons, ces Pères de l’Église et d’autres encore enseignaient que les hommes pouvaient devenir des Dieux comme l’enseigne la doctrine mormone de l’exaltation !Déblayons tout d’abord le terrain. Il est évident que certains Pères de l’Église ont mentionné dans leurs écrits que des hommes pouvaient devenir des dieux. Y a-t-il le moindre élément chez Irénée qui pourrait avaliser la doctrine mormone ?

Allons-nous jeter le blâme sur Dieu parce que nous n’étions pas des dieux au départ, mais que nous fûmes d’abord créés comme hommes et plus tard comme des dieux.
(Irénée, Contre les hérésies, 4:38).

Le point de litige n’est pas de savoir si ces paroles ont été écrites mais ce qu’elles signifient vraiment ! Les apologistes mormons modernes se trompent lourdement en utilisant ces écrits, car le cœur même de la doctrine mormone est à mille lieues de la théologie des Pères de l’Église. Ce que nous affirmons avec force, c’est que jamais aucun de ces Pères n’a avalisé une doctrine ressemblant aux thèses mormones. Chez eux, pas de progression éternelle, pas de polythéisme, aucune modification au niveau de la Divinité et surtout un abîme existant entre le Dieu créateur et la plus importante de ses créatures qu’elles soient humaines ou angéliques ! En fait, qu’est-ce que les Pères de l’Église croient et que les mormons ne croient pas ou encore qu’est ce que les mormons croient et que les Pères ne croient pas ? Ici, la réponse est simple et on peut la découvrir rapidement ! Ces Pères croient que Dieu a toujours été Dieu et ils ne croient pas que Dieu ait jamais été un homme qui aurait vécu sur une autre planète afin de progresser jusqu’à la Divinisation. Le concept mormon de la déification de l’homme est biscornu et monstrueux. Ce concept trouve son origine dans le fameux couplet mormon suivant Comme est l’homme, Dieu était et comme Dieu est, l’homme peut le devenir . Ce concept ne peut être cassé en deux ! En d’autres termes, vous ne pouvez pas avoir la seconde partie sans la première. Vous ne pouvez pas avoir des hommes qui deviennent des Dieux sans reconnaître aussi que Dieu fut un simple homme qui par le procédé de l’exaltation est parvenu à la Divinité. Les deux enseignements marchent main dans la main et ils ne peuvent exister l’un sans l’autre. La doctrine mormone que les hommes peuvent devenir des Dieux est basée sur l’idée que Dieu et l’homme sont de la même essence. On ne peut nier que ce soit le cœur du concept mormon. Or, c’est justement ce concept qui est totalement repoussé par les Pères de l’Église cités dans les ouvrages mormons. Irénée, l’évêque de Lyon n’a jamais enseigné que Dieu fût un homme qui aurait progressé afin d’accéder à la Divinité ! Pas plus que les autres Pères, il ne s’engage dans cette régression doctrinale. Au contraire, et nous allons le vérifier, Irénée et les autres Pères insistent sur la toute grande Vérité qu’il n’ y a jamais eu qu’un seul Vrai Dieu, le Créateur de toutes choses, la source de toute vie. Ce Dieu Unique est sans commencement, sans source ni origine. Les chrétiens (catholiques, protestants et orthodoxes) ont toujours cru ces Vérités. Lorsque certains Pères parlent de devenir des dieux ., leur façon de voir les choses est totalement différente de celle des mormons. On peut affirmer que les Pères se sont exprimés sans jamais compromettre le monothéisme absolu de leur héritage et le cœur même de la foi chrétienne. Les apologistes mormons sont dans l’erreur jusqu’au sommet de la tête en pensant trouver dans l’application de la déification un parallèle avec leur propre doctrine car tous les Pères anciens étaient d’ardents monothéistes qui auraient frémi d’indignation de savoir que des siècles plus tard des incrédules au bord d’un lac salé allaient tenter de créditer leurs positions doctrinales en s’aidant de leurs propos cités hors contexte ! Comme vous le savez certainement, le concept de la progression éternelle, cher aux mormons, est basé sur un discours de Joseph Smith lors des funérailles d’un mormon appelé King Follett:

Nous avons imaginé et supposé que Dieu est Dieu depuis toute éternité. Je veux réfuter cette idée, et enlever le voile, afin que vous puissiez voir.
(Enseignements du Prophète Joseph Smith, page 486).

En rejetant l’éternité de Dieu, Joseph Smith, et avec lui tous les mormons, se sont totalement séparés du christianisme ainsi que de tous ces Pères que les professeurs mormons voudraient annexer. L’expert en patristique, G.L. Prestige, faisait le commentaire suivant concernant la déification:

De telles expressions de la déification de l’homme sont, il faut s’en souvenir purement relatives. Elles expriment le fait que l’homme possède une nature essentiellement spirituelle et dans ce cas il ressemble à Dieu. De plus, il est capable d’avoir une réelle union avec Dieu par la vertu d’une affinité procédant de cette nature et de la grâce. Les Pères auraient pu dire que l’homme est un animal super-naturel . En un sens, sa destinée est d’être absorbé en Dieu. Mais ils auraient tous repoussé avec indignation une quelconque suggestion que l’union des hommes avec Dieu ajouterait quelque chose à la divinité … le fossé n’est jamais comblé entre le Créateur et la créature. Bien qu’en Christ la nature humaine ait été élevée jusqu’au trône de Dieu en vertu de son caractère divin alors que l’humanité en général ne peut qu’aspirer qu’à une sorte de divinité … La vie éternelle est la vie de Dieu. L’homme peut parvenir à partager ses manifestations et ses activités mais uniquement par grâce, jamais de droit. L’homme demeure un être créé, Dieu seul est agenetos (incréé).
(God In Patristic Thought, London, SPCK, 1952, pages 74-75.)

Notez bien ce que Prestige souligne! Il assure que les Pères n’ont pas effacé la distinction entre Dieu et l’homme (ce que le mormonisme a définitivement fait en enseignant que Dieu fût un homme qui a progressé pour parvenir à la Divinité). Prestige dit que la puissance réelle et la liberté sont en Dieu seul et non dans la créature humaine. De plus, Prestige déclare que l’homme reste une créature et que Dieu seul est incréé. Prestige reconnaît que les Pères n’ont certainement pas enseigné que les hommes devenaient Dieu dans le sens que le mormonisme voudrait le faire croire. L’auteur cite Tatien ( ad. gr. 4:12).

Notre Dieu ne s’est pas constitué avec le temps. Dieu seul est sans commencement. Il constitue lui même la source (arkhé) de l’univers. IL est l’auteur des esprits matériels. Dieu est esprit … Il est invariable et intangible

Il faut être aveugle ou tout simplement limité pour ne pas remarquer que le Dieu de Tatien (le vrai) diffère totalement du dieu de Joseph Smith (le faux).

revenons à Prestige ! Il continue son avancée:

Athenagoras (Suppl.10:1) exprime son allégeance au Seul Dieu, incréé, éternel, invisible, impassible, incompréhensible … habillé de lumière et de beauté, Esprit et Puissance indescriptible et par qui tous doivent d’exister …

Théophile (ad. Aut.1:3) parle des qualités abstraites de la Divinité. Il est illimité en gloire, incomparable en puissance, en sagesse sans pareil, en bonté inimitable, indescriptible dans sa bonté … Il est sans commencement parce qu’Il est incréé et immuable parce qu’Il est immortel

Enfin Prestige précise ce qui suit:

Son absolue indépendance est un corollaire à son absolue bonté et sagesse aussi bien qu’à son absolue capacité de créer. Ainsi l’emphase … sur Dieu étant incréé implique qu’Il est le seul à l’origine de toutes choses qui existent, la source et la base de l’existence … l’insistance que Dieu ne peut être limité dans l’espace exprime une mise en garde à l’encontre du panthéisme stoïcien. Bien que l’univers créé concourt à une révélation implicite de Dieu par ses œuvres, cela ne constitue pas une complète et parfaite révélation de son Être. Il est infiniment plus grand que sa création. De cette façon raisonnait Justin (Dial.127.2) affirmant que Dieu n’est pas limité à une place dans l’univers car Il existait bien avant que ce dernier ne soit créé.

Ceci est en contradiction flagrante avec la doctrine mormone d’un dieu fini et limité possédant un corps de chair et d’os (Doctrine & Alliances 130:22), et qui plus est, était un homme avant d’accéder à la divinité !

Nous vérifions que le Dieu des Pères est incréé, éternel, invisible, sans passion, illimité et incompréhensible alors que le dieu des mormons est arrivé au stade de la divinité à un moment bien précis dans le temps après de longues probations. Il n’est donc pas le Dieu de l’éternité, il n’est pas Esprit, il est limité car il progresse sans cesse, en fait c’est vraiment un faux dieu ! Un autre grand spécialiste de la patristique, ( un vrai) l’anglican J.N.D Kelly écrivait le texte suivant:

les crédos classiques de la chrétienté commençaient par une déclaration de foi dans le seul Dieu, Créateur des cieux et de la terre. L’idée monothéiste enracinée dans la religion d’Israël apparaît toute grande dans l’esprit des premiers Pères … ils étaient pleinement conscients que cela traçait une ligne de division entre l’Église et le paganisme. Selon Hermas, le premier commandement est de croire que Dieu est Un, Il a créé et établi toutes choses, les amenant à l’existence à partir de la non existence. Il était celui qui par sa puissance et grande sagesse a créé l’univers … Pour Clément, Dieu est le Père et le Créateur de tout le cosmos et pour Barnabas et la didaché Il est notre Créateur. Son omniprésence et sa souveraineté universelle furent reconnues car Il était le Seigneur Tout-Puissant, le Seigneur qui gouverne tout l’univers, ainsi que le Maître de toutes choses.
( Early Christian Doctrines, 1978, page 83).

Les grands spécialistes mormons concernant la patrologie citent Irénée, l’évêque de Lyon, en relevant que des hommes peuvent devenir des dieux ! Voyons ce qu’en pense le principal intéressé:

le disciple du Seigneur désirait aussi mettre fin à de telles doctrines et établir la règle de vérité dans l’Église, à savoir qu’il n’y a qu’un seul Dieu Tout-Puissant, qui a fait toutes choses par sa Parole, les visibles et les invisibles
(Contre les hérésies 3:11,1).

Irénée demandait aux chrétiens de son temps de croire ce qui suit:

… préserver soigneusement l’ancienne tradition, croire en un Dieu, le Créateur des cieux et de la terre et toutes les autres choses …
(Contre les hérésies 3:4 ;2).

Robinson et Peterson ainsi que Ricks citent dans leurs ouvrages, des propos tenus par Irénée, notamment la section 4:38 de Contre les hérésies . Ils essayent de prouver que ce Père avalise la doctrine de la déification (en grec: theosis) se faisant, il accréditerait sans le savoir la thèse mormone ! ( Robinson, pages 60 et 61, Peterson et Ricks, page 77).

La section citée est celle-ci:

Car nous lui jetons le blâme, parce que nous n’avons pas été faits dieux depuis le commencement mais d’abord simplement des hommes et puis à la longue des dieux, bien que Dieu a adopté cette manière de faire à cause de sa pure volonté afin que personne ne puisse lui imputer des choses odieuses ou de la jalousie. Il déclare: J’ai dit, vous êtes dieux et vous êtes tous fils du Très-Haut
(4:38 ;4).

A cet endroit, la citation de Robinson s’arrête avec une ellipse alors que Peterson et Ricks ne citent que la première phrase. Voici ce que Robinson ne cite pas:

Mais comme nous ne pouvons pas supporter la puissance de la divinité, Il ajoute: ‘Mais vous mourrez comme les hommes’, mettant en avant deux vérités – la bonté de son don gratuit et notre faiblesse et le fait aussi que nous avions la puissance sur nous-mêmes, car après sa grande bonté, Il a gracieusement conféré le bien sur nous et Il a fait les hommes semblables à Lui, c.à.d dans leur propre autorité alors qu’en même temps de par Sa puissance Il connaissait l’infirmité des humains et les conséquences qui découleraient de cette situation, mais par son amour et sa puissance, Il vaincra la substance de la nature créée .
(4:38 ;4).

Puis Robinson résume la situation:

Car il était nécessaire premièrement que la nature soit exposée alors après cela, ce qui est mortel devait être englouti par l’immortalité …

Robinson termine là sa citation, mais nous la continuons:

… et la corruption par l’incorruption et cet homme devait être fait selon l’image et la ressemblance de Dieu, ayant reçu la connaissance du bien et du mal .
(4:38 ;4).

Quelques réflexions s’imposent sur cette citation. Le texte que l’on ne retrouve pas dans la citation de Robinson (pas plus que chez Peterson et Ricks) ne va certainement pas dans le sens de la doctrine mormone et elle affaiblit considérablement la position mormone concernant la déification (théosis). La partie finale qui n’est pas citée définit l’image de Dieu (imago Dei) en termes du caractère moral et rationnel de l’homme ( la connaissance du bien et du mal), alors que les mormons définissent l’image de Dieu comme étant physique. Mais ce qui est plus perturbant est le fait que la lecture de ce passage dans le contexte, détruit la position mormone. Lisons ensemble les paroles d’Irénée:

Cependant, si quelqu’un dit: Et alors quoi ? Dieu n’aurait-Il pas créé l’homme parfait dès le début ? Qu’il sache donc que Dieu est en effet toujours le même et incréé en ce qui le concerne et toutes choses lui sont possibles. Mais les créatures doivent lui être inférieures car Il les a créées par le seul fait de leur origine tardive car il n’était pas possible que les choses récemment créées aient été incréées. Mais attendu qu’elles ne sont pas incréées, pour cette seule raison, elles ne peuvent atteindre la perfection.
(Ad.her. 4:38).

Selon la doctrine mormone, Dieu et l’homme, le Créateur et la créature sont de la même essence ! (chapitre 11 du livre de Stephen Robinson). Le Dieu des mormons n’est qu’un homme exalté et leur Dieu n’a pas été éternellement ce qu’Il est actuellement et il changera encore. La théologie mormone ne sait rien d’un Dieu incréé et c’est là que la position d’Irénée diffère radicalement de la doctrine mormone. Irénée déclare:

Il n’y avait rien d’imparfait en Dieu, impliquant le fait que l’homme n’était pas un être incréé mais ceci lui fut simplement conféré plus tard, lui qui fut créé
(4:38 ;2).

Comparons l’enseignement d’Irénée, savoir que l’homme est une créature avec la théologie mormone:

L’homme était aussi au commencement avec Dieu. L’intelligence, ou la lumière de la vérité, n’a été ni créée ni faite et ne peut assurément pas l’être .
(Doctrine & Alliances 93:29).

Voyons ce que Irénée entend par la déification ?

Car l’Incréé est parfait et c’est Dieu. Aussi, il fut nécessaire que l’homme dans le premier cas fut créé et l’ayant été, qu’il reçoive la croissance et l’ayant reçue qu’il soit fortifié et l’ayant été qu’il soit dans l’abondance puis qu’il soit guéri de la maladie du péché et ayant été guéri qu’il soit affermi puis qu’il soit glorifié afin qu’il puisse voir le Seigneur. Car Dieu est celui qui doit encore être vu car la contemplation de Dieu est productive d’immortalité, mais l’immortalité rend proche de Dieu
(4:38 ;3).

Remarquez que le fait de voir Dieu produit l’immortalité et que celle-ci nous rend proche de Dieu, mais en aucun cas l’homme n’a cessé d’être une créature. Nulle part, ni dans la Bible, il n’est dit que l’homme à l’instar de Dieu devient incréé et il n’existe aucune fissure dans le mur qui sépare le Créateur de la créature !

Que dit encore Irénée ?

Irrationnels donc et à tous égards sont ceux qui n’attendent pas le moment de croître mais qui imputent à Dieu l’infirmité de leur nature. De telles personnes ne connaissent ni Dieu ni elles-mêmes, étant insatiables et ingrates, ne voulant pas qu’au début elles aient aussi été créées … Des hommes sujets aux passions, allant au-delà de la loi de la race humaine et avant qu’ils ne deviennent des hommes, ils veulent être comme Dieu leur Créateur et ils sont ceux qui sont les plus destitués de raison semblables à des animaux muets … Il n’y a pour eux aucune distinction entre le Dieu incréé et l’homme, une créature d’aujourd’hui.
(4:38 ;4).

Dans le périodique mormon Ensign . de mars 1988, nos spécialistes mormons citent Jaroslaw Pelikan qui lui aussi abonderait dans leur sens !

Voyez l’index approprié des citations de Jaroslaw Pelikan sous: Salut, défini comme la déification.
(page 11).

Une fois de plus, ces professeurs de la BYU (université mormone) ne sont pas trop honnêtes dans leur présentation. Le travail de Pelikan concernant la déification ne compromet absolument pas son absolu monothéisme. Une revue des deux ouvrages de Pelikan cités dans l’article de la revue mormone Ensign . le prouve amplement:

Nous remarquons que ces premiers chrétiens croyaient en une création ex nihilo  (The Christian Tradition: A History Of The development Of Doctrine, vol.1, page 36).

Dieu seul a créé tout parce que Lui seulement est Dieu dans son Être, par son pur désir, Il crée et après l’avoir simplement désiré, il fait que ces choses arrivent à l’existence.

Pelikan cite Irénée:

Dieu le Créateur est connu comme étant le seul Dieu unique qui créa toutes choses, qui seul est omnipotent et qui est le Seul Père fondant et créant toutes choses, les visibles et les invisibles.
(vol.1, pages 36-37).

Pelikan déclare que le concept strict est enseigné par les Pères toujours et continuellement et il souligne le dégoût que ces Pères avaient pour le polythéisme (vol.1, page 66).

Dans son chapitre intitulé Justification du monothéisme trinitaire ., il peut écrire ce qui suit:

Selon la doctrine chrétienne, ni la matière pas plus que le temps ne peuvent être co-éternels avec Dieu, qui seul possède la vraie éternité. Il possédait aussi la vraie unité … d’une façon similaire, Dieu était le Commencement de toutes choses, non pas dans le sens qu’Il fut le Premier d’une série mais dans le sens qu’Il a transcendé tout être et que tous les êtres furent dépendants de lui. Ce fut une doctrine orthodoxe que Dieu était au-delà et au-dessus de toutes choses qui sont connues et qui existent. La distinction aussi bien que le lien entre le Créateur et sa création devaient être maintenues: l’immanence sans l’identification panthéiste, la transcendance sans l’isolation déiste .
(vol.2, page 248).

Découvrons la position de Pelikan quant à la déification:

L’emphase sur la réalité du divin dans la révélation est appliquée aussi au divin dans la déification. Maxime a exprimé ceci d’une façon équivoque dans la formule (on devient tout ce que Dieu est, à l’exception d’une identité dans l’essence lorsque l’on est déifié par la grâce …) bien que la réalité qui est discutée dans les deux questions n’était pas la même, car dans la clarification de ce que signifie d’être déifié, la qualification ajoutée par Maxime, à l’exception d’une identité d’essence se révèle cruciale … une route devrait être tracée, Palamas la maintenait afin de préserver la réalité du salut comme étant la déification sans impliquer l’idée absurde et blasphématoire que ceux qui furent déifiés deviennent ‘Dieu par nature’ … l’absurdité et le blasphème furent évités par l’enseignement que le don déifiant de l’Esprit n’est pas l’essence de Dieu, mais l’activité déifiante de l’essence de Dieu. Afin d’éviter de dire que la déification fait d’un humain Dieu par nature, il fut nécessaire d’insister que la grâce était supernaturelle … mais l’illumination et l’activité déifiante de Dieu qui font de ces personnes qui les reçoivent des participants de la nature divine ne peut être la nature même de Dieu … la nature de Dieu ne peut être partagée et par là la déification ne peut pas être naturelle …
(livre n°2, pages 267-268).

Ici aussi, il est clair que cette déification n’est absolument pas l’émergence d’un nouveau panthéon à la sauce mormone .Il faut reconnaître en toute honnêteté, que l’intellectualisme affiché avec un orgueil mal dissimulé par l’intelligentsia mormone est totalement surfait !

Le témoignage des Pères

IGNACE (A.D. 110)

Sur ce récit, ils furent aussi persécutés, étant inspirés par sa grâce afin de convaincre pleinement les non croyants qu’il n’existe qu’un SEUL VRAI DIEU qui s’est manifesté lui-même en Jésus-Christ son Fils qui est sa Parole Éternelle …
(Lettre aux Magnésiens, 8:1).

JUSTIN MARTYR (A.D. 160)

Dieu seul est incréé et incorruptible et en conséquence Il est Dieu, mais toutes les autres choses après lui sont créées et corruptibles.
(Dialogue avec Triphon, 5).

ARISTIDE D’ATHÊNES (A.D. 140)

Venons-en alors ô Roi, aux éléments eux-mêmes afin que nous puissions montrer en ce qui les concerne, qu’ils ne sont pas dieux, mais périssables et inconstants, produits à partir de ce qui n’existait pas à l’empire du Vrai Dieu qui est indestructible, immuable et invisible.
(Apologie, 4)

TATIEN (A.D. 165)

Notre Dieu n’a pas eu de commencement dans le temps. Seul, Il est sans commencement et Il est lui-même le commencement de toutes choses. Dieu est Esprit … le Créateur des esprits matériels ainsi que des formes qui sont issues de la matière. Il est invisible, impalpable, étant lui-même le Père des choses visibles et invisibles.
(Adresse aux Grecs, 4.).

ATHENAGORAS (A.D. 177)

Bien que nous ne soyons pas athées, aussi voyant que nous reconnaissons un Dieu incréé, éternel, invisible … par qui l’univers a été créé par son Logos et maintenu dans l’ordre .
(Un procès pour les chrétiens, 10).

IRENEE (A.D. 180)

Notre règle de vérité à laquelle nous tenons est qu’il n’y a qu’un Dieu Tout-Puissant qui a fait toutes choses par sa Parole … en dehors de qui il n’y aurait aucune existence pour les choses qui existent … toutes choses ont été faites par lui et sans lui rien ne serait fait.
(Contre les hérésies, 1:22 ;1).

TERTULLIEN (A.D. 197)

Mais la vérité chrétienne a déclaré distinctement ce principe: Dieu n’est pas s’Il n’est pas Un … j’apporte un élément avec lequel la conscience de tous les hommes reconnaîtront également:Savoir que Dieu est le Grand Suprême existant dans l’Eternité, incréé, non construit, sans commencement ni fin .
(Contre Marcion, 1:3).

NOVATIEN (A.D. 235)

Ainsi le Père, le fondateur et créateur de toutes choses, qui seul n’a pas eu de commencement, invisible, infini, immortel, éternel, Il est le seul Dieu .
(Concernant la Trinité, 31).

CYRILLE DE JERUSALEM (A.D.350)

Premièrement, laissez poser comme fondation dans votre âme la doctrine concernant Dieu, que Dieu est Un, seul, seul incréé, sans commencement, changements ou variations, engendré par personne .

(Lectures catéchétiques 6:11).

HILAIRE (A.D.356)

Il est infini car rien ne peut le contenir et Il contient tout. Il est éternellement inconditionné par l’espace car Il est sans limite, éternellement antérieur au temps car le temps est sa création .
(Sur la Trinité 2:6).

EPIPHANE (A.D. 370)

Rejette aussi l’opinion de ceux qui disent que le corps est à l’image de Dieu. Comment serait-il possible pour le visible d’être tout prêt de l’invisible ? Ou comment le corporel avec l’incorporel ? Comment le tangible avec l’illimitable ?
(Contre les hérésies 70:5)

GREGOIRE DE NAZIANZE (A.D. 383)

Dieu fut toujours et est toujours et toujours sera … Il est l’Etre Éternel … car en Lui, Il résume et contient tout l’être, n’ayant aucun commencement dans le passé ni fin dans l’avenir .
(Second sermon sur Pâques, 3).

AUGUSTIN (A.D. 400)

La première décision qui doit être faite est soit que nous préférons de croire ceux qui nous appellent à l’adoration de beaucoup de dieux ou ceux qui nous appellent vers le Seul Dieu.
(La vraie religion 25:46).

Le témoignage d’ATHANASE

Athanase, l’évêque d’Alexandrie est bien connu pour le long combat qu’il a livré contre Arius, le négateur de la Trinité et de la divinité de Jésus. Nous vous laissons quelques textes de sa plume qui vous démontreront qu’il aurait livré un même combat contre les mormons !

Mais Dieu est un et en même temps Seigneur du ciel et de la terre, comment pourrait-il y avoir un autre Dieu à ses côtés ? Ou quelle place pourrait-il y avoir pour le Dieu qu’ils supposent si le vrai Dieu remplit toutes choses …
(Contre les païens, 6)

Car le peuple des juifs anciens possédait un enseignement abondant en ce qu’ils possédaient la connaissance de Dieu non seulement à partir des œuvres de la création, mais aussi à partir des Divines Ecritures. Et en général pour attirer les hommes hors de l’erreur de l’imagination irrationnelle des idoles, Il (Dieu) a dit: ‘Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face en dehors de moi ‘ … non pas que s’il y avait (réellement) d’autres dieux qu’Il défende de les servir, mais de peur d’abandonner le vrai Dieu en commençant à se prendre pour des dieux ce qu’ils ne sont pas …
(Contre les païens, 3:45 ;4).

… les hommes dans leur folie ont mis de côté la connaissance et le service de Dieu et ils ont honoré des choses … et au lieu du réel et vrai Dieu, ils ont déifié des choses qui ne sont pas, servant la créature plutôt que le Créateur, et s’enfonçant ainsi eux-mêmes dans la folie et l’impiété.
(Contre les païens, 3:47 ;2).

Yahve et Elohim, deux dieux disctincts ?

Selon l’Église mormone, les termes Yahvé et Elohim sont deux Dieux différents, le premier serait Jésus et le deuxième son Père !

Dans les temples des Saints des Derniers Jours, le nom Elohim désignant le Père, et Jéhovah désignant le Fils …
(William E. Berrett, l’Église Rétablie, 1973, page 345).

Or, il est clair que le Père s’appelle également Yahvé ou Jéhovah, les textes sont nombreux et une fois encore nous devons constater que la théologie (dans son sens premier) est bien malade chez les mormons !

Tu as été rendu témoin de ces choses afin que tu reconnaisses que Yahvé est Elohim, qu’il n’y en a point d’autre. (Deutéronome 4:35).

Quand tout le peuple vit cela, ils tombèrent sur leur visage et dirent: C’est Yahvé qui est Elohim ! C’est Yahvé qui est Elohim !  (1 Rois 18:39).

Sachez que Yahvé est Elohim ! C’est Lui qui nous a faits, et nous lui appartenons. (Psaume 100:3).

Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie, et Yahvé (le Père) a fait retomber sur lui (Jésus) l’iniquité de nous tous. (Esaïe 53:6).

Parole de Yahvé (le Père) à mon Seigneur (Jésus), assieds-toi à ma droite jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. (Psaume 110:1).

Nous croyons de tout notre cœur que chaque personne porte le nom de Yahvé ! (voir notre livre concernant les Témoins de Jéhovah), mais les mormons sont exclusifs et ils se trompent une fois de plus en arguant que seul Jésus est Yahvé. N’est-ce pas une preuve palpable qu’ils ne connaissent pas le Dieu de la Bible ?

Christian Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *