Et Dieu dit: Faisons l’ homme à notre image (La Bible – Genèse 1:26)

 L’homme républicain est un animal religieux.

Ferdinant Buisson

Introduction

Il y a une vingtaine d’années, on m’avait posé des questions sur la laïcité dans une communauté Indonésienne. Je m’étonnais de ce que l’œcuménisme et une certaine forme de laïcité était mieux accueilli que le rappel de quelques vérités bibliques sur l’unicité du Chemin en Christ. Mais cette apparente « neutralité » que tous voyaient comme une sécurité assurant la paix religieuse, n’a pas eu que de bons fruits : Aujourd’hui1 les islamistes radicaux2 ont les positions clefs de l’enseignement des écoles et universités et ont endoctriné la population lors de ces dernières décennies. 9 % de la population est pro-daech3.

En France des voix se font entendre devant  :

… un visage toujours plus intolérant d’une laïcité qui se veut ignorante de l’existence même de toute religion. René Chiche, professeur agrégé de philosophie et auteur du livre La désinstruction nationale, … s’insurge: «Nous avons un sérieux problème avec la culture, l’identité française, la langue et la pensée tout court. … si on n’en comprend pas la racine religieuse.»4

Il est clair que la laïcité5 a aussi permis aux minorités protestantes d’échapper à un carcan catholique rigide qui leur excluait le droit au mariage et à l’enterrement. Cet article relèvera uniquement l’aspect religieux et militant de la laïcité, qui propage insidieusement le rejet des valeurs judéo-chrétiennes, pour les remplacer par une religion républicaine.

La liberté du chrétien et de l’enseignement de sa foi, ou de l’histoire qui lui rend témoignage sont remis en cause. Notre Bible est-elle bientôt à réécrire comme en Chine6 ? Une persécution « républicaine7 » pointe son nez quand une critique acerbe de l’Islam dérange trop notre société laïque.

Exposition laïque de Genève  : Dieu(X) modes d’emploi

L’homme simple croit tout ce qu’on dit, Mais l’homme prudent est attentif à ses pas. (Proverbes 14.15)

Cette grande exposition laïque est déjà passée par Paris, Madrid, Québec. 35000 personnes l’on visité à Genève. Son regard sur le « faits religieux » nous a interpelés. Elle se présente avec un côté sarcastique  :

Les dieux s’invitent à Genève :
La cité de Calvin accueille l’exposition : Dieu(x), modes d’emploi, un voyage à travers les pratiques religieuses contemporaines. Basée sur un concept original développé par Tempora et validé par un comité scientifique international présidé par l’historien Elie Barnavi, l’exposition a été spécialement adaptée pour Genève…

Une exposition sur les religions qui ne traite ni de théologie ni d’histoire. … elle présente l’expérience religieuse dans ce qu’elle a d’universel (ses interrogations) et de particulier (ses multiples pratiques), en abordant la religion dans une perspective de laïcité à travers une approche thématique (Divinités, Lieux, Au-delà…).8

En cherchant à en savoir plus sur cette exposition laïque internationale, nous avons réalisé qu’elle travaille avec les musées, les écoles et les universités pour transmettre une vision laïque aux jeunes. Nous avons aussi analysé la véracité du matériel scolaire laïque d’enseignement sur les religions. Ne traitant ni de Théologie ni d’histoire dans les religions, on s’étonne de ce qu’« un comité scientifique » aie pu faire une quelconque validation.

L’interview télévisée des responsables de l’exposition

Une interview de la télévision suisse romande9 laisse parler les responsables de cette expo, ou ceux qui ont activement participé à cette exposition, comme, Isabelle Benoit : Commissaire de cette exposition ; Isabelle Graesslé, une femme « pasteur », directrice du musée de la Réforme de Genève ; Antony Ardiri, enseignant d’histoire Cycle d’orientation à Genève, qui a contribué à une brochure qui accompagne cette expo, pour le cours d’histoire ; Sarah Scholl, maître assistante à la faculté de théologie de l’université de Genève.

Isabelle Benoit :

« Ce que nous voulons transmettre aux jeunes, c’est qu’ils sont appelés à vivre dans des sociétés multiculturelles10, dans ce contexte, il est important que même s’ils n’ont pas de croyances11 qu’ils recueillent une information et des connaissances sur la religion pour qu’ils puissent en décoder un certains nombre de phénomènes.

En Europe nous vivons peut-être dans des sociétés qui sont de plus en plus sécularisées mais, ce n’est pas le cas ailleurs.

Une très grande partie de l’humanité voit le monde à travers des prismes religieux, ces prismes religieux sont très nombreux et surtout, ce sont ceux qui vont diriger au quotidien les gestes et les décisions d’une grande partie des humains…

L’Europe qui, elle même n’a inventé aucune des grandes religions, est aujourd’hui le véritable creuset des religions du monde.

La paix religieuse contrairement a ce qu’on imaginait n’est jamais acquise et il faut toujours continuer à la défendre et ces jeunes doivent être au quotidiens les constructeurs et les artisans de cette paix religieuse. »

Le judéo-christianisme est-il une religion « inventée » par l’Homme, ou est-ce la manifestation du Dieu qui nous a créés (Ge 1:1) et choisis (Ésaïe 41:8 ; Ezé 20:5 ; Actes 9:15), et qui est finalement venu (Mat 5:17 ; Jean 12:47) vers les hommes ?

La laïcité de notre Europe sécularisée dont se réclame Mme Benoit, est elle-même une religion séculière avec ses prismes, avec son « logo », ses rites et ses bâtiments de prestige. Et cette religion a bien été inventée en Europe.

Journaliste : Que voulez-vous transmettre par cette exposition ? Isabelle Graesslé répond :

On passe par des moments, des passages différents pour montrer qu’il y a plus d’éléments qui réunissent les humains que d’éléments qui les divisent. C’est une avancée par rapport à tous les « on-dit » du fait religieux.

« Il est vrai », qu’il y a des points communs à toutes les religions :

  • leurs dieux sont créées par l’Homme, (2Rois 19:17-18)
  • leurs dieux sont incapables d’aider, et ne sauvent pas. (Ps 115:4-8 )

La religion unique : C’est un souhait toujours actuel que de vouloir unir les hommes dans le monde, mais dans quel but, et sous quelle bannière ? Ce fut aussi le souhait des « fils des hommes » après le déluge : Cette entreprise humaine était aussi l’exemple parfait d’une religion, un travail en commun, qui permet d’atteindre le ciel.

Ils se dirent l’un à l’autre: Allons! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. Ils dirent encore: Allons! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre. (Genèse 11:3-4 ).

Dieu n’a pas permis que l’Homme supplante le seul Nom (Ésaïe 63:12,14; Jérémie 32:20, etc.) auquel l’homme devait rendre gloire ( Genèse 1:26 ; Marc 12:17 ).

Non point à nous, ô Éternel! non point à nous, mais à ton nom donne gloire, à cause de ta bonté, à cause de ta vérité. (Psaume 115:1 )

Nous sommes aujourd’hui encore dans cet état de dispersion « sur la face de toute la terre » (Genèse 11:8-9), et rien n’y changera jusqu’à ce que son retour nous surprenne inopinément. (Luc 21:35)

Mais plusieurs passages des Écritures relatent des éventements historiques (passés, présents et futurs), comme la sortie du peuple d’Égypte, le retour de son peuple en Israël, qui montrent la nature unique de l’Eternel.

l’Éternel est plus grand que tous les dieux; car en cela même en quoi ils ont agi présomptueusement, il a été au-dessus d’eux. (Exode 18:11 )

Antony Ardiri répond :

On travaille en amont avant l’expo, et on retravaille en classe les questionnements qu’ils auraient pu avoir. La brochure est faite pour être étudiée en cours d’histoire mais l’expo ne parle pas vraiment d’histoire, les élèves peuvent en retirer différents questionnements dans cette démarche historienne, questionnements qui sont retravaillés en cours avec des enseignants qui sont formés pour affronter les différentes questions des élèves.

L’enseignant doit d’abord être lui-même « enseigné », pour répondre aux élèves selon le prisme « religieux » de la laïcité présenté ici. Cette démarche en Suisse est tout à fait concordante avec les méthodes laïques en France.

Les enfants comme les enseignants sont donc enseignés (endoctrinés)12 en 3 temps, avant, pendant et après la visite.

On constate avec effarement que la véracité historique des religions est écartée des manuels d’enseignement des jeunes. La journaliste l’exprime de manière adroite dans la question suivante:

Il n’y a pas de perspective véritablement historique à dessein dans cette exposition, qu’est-ce qu’elle permet de comprendre et d’apprendre des religions ?

La question est légitime, et personne ne réfute cette affirmation qui est une clé pour comprendre l’esprit de la laïcité. Sarah Scholl répond:

Elle permet d’accéder au cœur de la question religieuse / du phénomène religieux, c’est ce que vivent les gens. On entend les gens exprimer ce qu’est la religion pour eux, et cela est vraiment précieux, cela permet d’aborder la question en voyant ce que vivent les gens et de compléter avec de l’histoire quelque chose de plus factuel, etc.

La question religieuse apparaît ici comme un phénomène social et anthropologique. Le critère de « vérité » ne fait donc pas partie de l’exposition, il devra être plus tard complété par du « etc. ».

l’expérience religieuse vécue : C’est qui importe, c’est soi-même, … la réalité factuelle et historique, si elle est présentée partiellement, ne vient que pour boucher les trous du décor. La journaliste le confirme :

On est au cœur de l’expérience effectivement

La Parole de Dieu nous met en garde des « pensées de notre cœur »

Au chef des chantres. De David. L’insensé dit en son cœur: Il n’y a point de Dieu! Ils se sont corrompus, ils ont commis des actions abominables; Il n’en est aucun qui fasse le bien. Psaume 14:1

Telle voie paraît droite à un homme, Mais son issue, c’est la voie de la mort.  (Pro 14:12  )

C’est donc une vision humaine des religions qu’on présente, plutôt que ces religions qu’on voulait mieux connaître. Bref, c’est cette religion ou vision du monde (le sécularisme) qui est à l’honneur.

Bien sûr, l’aspect expérimental des religions peut être un objet d’étude scientifique enrichissant, mais il ne doit pas occulter une réalité historique et factuelle. Dieu agit avec les hommes, et nous mets en garde des forces invisibles et trompeuses. La journaliste relève l’aspect tabou des religions:

« On dit qu’il y a 2 sujets donc on ne doit pas parler avec ses amis et sa famille, c’est la politique et religion, alors pourquoi faut-il parler de religion en classe avec les élèves? »

L’École ne permet pas de remettre en cause les valeurs républicaines sur lesquelles elle repose ; notamment ses religions : la franc-maçonnerie et la laïcité.

Antony répond:

« Un des buts de l’École et de développer l’esprit critique des élèves, à l’école il n’y a aucun tabou, que ce soit politique ou religieux, affronter toutes ces questions et débats avec les élèves pour affronter et comprendre le monde »

Développer notre esprit critique, c’est ce que nous voulons faire, comme la parole de Dieu nous y encourage, cf. Proverbe 1:1-7 ; 14:15 ; Actes 17:29 . Nous verrons plus tard que la « compréhension du monde » du monde sans véracité historique, n’est qu’une propagande fallacieuse.

Isabelle répond : « Mieux se connaître soi-même, pour connaître l’autre, les autres, aujourd’hui c’est ce qui se passe dans ce microcosme genevois.13 »

C’est un pré-supposé de la laïcité : mieux connaître la religion de l’autre permettra de mieux vivre ensemble. C’est une erreur, les musulmans chiites sont particulièrement doués pour faire connaître de leur religion, ou plutôt seulement ce qu’ils veulent laisser transparaître. Elle continue :

Je crois que c’est une des raisons centrale faisant que le précédant conseil genevois et l’actuel on soutenu et voulu cette expo à Genève en particulier, dans la mouvance de la Nouvelle loi sur la laïcité, qui n’est pas d’obscurcir, de passer sous silence les croyances, les fois, les confessions et les religions, mais d’en parler, mais en gardant l’aspect laïque pour la chose publique.

C’était la vision d’Agrippa, un personnage politique contemporain de Paul. Chacun a sa propre religion et on ne la remet pas en cause.

ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant. (Actes 25:19)

Il ne confirme pas ni n’infirme pas la résurrection, mais s’en détache comme si cela ne concernait que d’étranges croyances barbares. Mais Paul ne s’arrête pas là, et il rappelle son histoire et sa rencontre du Messie :

Et Agrippa dit à Paul: Tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien! (Act 26:28 )

Pluralité ou unicité de Dieu ?

Si un homme sage conteste avec un insensé, Il aura beau se fâcher ou rire, la paix n’aura pas lieu. Proverbe 29:9 

Oui, l’homme est pluriel, distinct et séparé de Dieu, mais Dieu est un seul! Le but de cette religion faite de mains d’hommes, comme la tour de Babel, est de redonner une unité à l’humanité. L’Homme ne pourra devenir « un », et même s’il le pouvait, il resterait séparé et distinct de Dieu, dans le péché.

Or un médiateur n’est pas médiateur d’un seul, mais Dieu est un seul. Gal 3:20 

Accepter et valoriser toute les religions, c’est les dénuder de la véracités de l’objet de leur recherche : Atteindre Dieu. C’est mettre l’Homme au centre à la place de Dieu et effacer la réalité d’un Dieu vivant.

Même si les religions sont dans l’erreur, en ce qu’aucune religion nous permet d’atteindre le(s) dieu qu’elle s’invente, Dieu existe tout de même, et Il est notre créateur, venu vers nous : Emmanuel.

La journaliste continue :

Dans l’histoire récente de Genève, la religion n’a pas été traitée en tant que telle dans le cadre scolaire, pourquoi en est-on arrivé à dire que c’était nécessaire?

Réponse de Sarah Scholl

Pour Genève, on a un cas presque caricatural de distribution des rôles à partir du 18ème siècle où on laisse aux églises le soin de s’occuper de la transmission religieuse avec un catéchisme traditionnel, et l’école est dans l’abstention la plus complète. c’est un peu différent dans les autres cantons, mais au final la chronologie est la mème.

Sans les années 1990 – 2000 quand cette diversité [religieuse] explose dans nos cités14 et nos campagnes, le fait de changer sa manière de parler du religieux devient important, c’est le cas à Genève ou on va l’introduire à travers l’histoire, mais c’est aussi le cas dans les autres cantons romands : on quitte le domaine de la catéchèse et de la transmission biblique, pour s’installer dans des cours d’enseignement du « fait religieux ».

Une foi morte n’a rien à témoigner devant d’autres religions mortes. Le choix est donc fait de ne pas être témoin de Christ devant ceux qui ne le connaissent pas. L’expression « fait religieux » prétend à une factualité, mais c’est ce qui manque de ce cours. On insiste sur les œuvres de l’homme cherchant Dieu, et non sur celles des hommes envoyés de Dieu et sur leur histoire parmi les hommes. Jacques nous donne un avis sarcastique sur la « véracité » de la religion:

Si quelqu’un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son cœur, la religion de cet homme est vaine. La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. (Jacques 1:27) 

En gros, la « religion » qui plaît à Dieu est un acte de compassion envers les faibles et n’a rien de rites purement et proprement « religieux ». Ce qui est au sens propre religieux, est implicitement impur et tâché. La parole de Dieu ose juger avec sarcasme, y compris ses propres « ouailles » (Exode 20 :28).

Le sécularisme sait au mieux « vulgariser » les autres religions pour pouvoir les remplacer, mais la Parole de Dieu, a son apogée dans la résurrection de Christ, événement véridique, factuel et inégalé.

Paul voit dans son passé religieux de Pharisien, une espérance juste, mais dont le sens et l’accomplissement n’est que dans la foi en la résurrection.

Ils savent depuis longtemps, s’ils veulent le déclarer, que j’ai vécu pharisien, selon la secte la plus rigide de notre religion. (Actes 26:5 )

On regarde la manière de prier et les rites des fidèles, mais pas les dires et les œuvres du fondateur de telle ou telle religion. La parole de Dieu nous enseigne le discernement et une prise de position.

Quand ce que dira le prophète n’aura pas lieu et n’arrivera pas, ce sera une parole que l’Éternel n’aura point dite. C’est par audace que le prophète l’aura dite: n’aie pas peur de lui. ( Deutéronome 18:22 )

Journaliste :Comment composer avec la diversité religieuse, dans les classes ?

Antony Ardiri répond:

Quand on aborde le sujet de la religion, on aborde les termes qu’on emploie : la définition du terme « religion » est finalement assez complexe, il y a une histoire aussi, qui n’est pas valable, ou qui n’est pas perçue de la même manière partout. La validité de l’histoire dépend donc de l’acceptation de celui qui l’entend !

Étranges propos de la part d’un professeur d’histoire ! Le post-modernisme a pris le pas sur l’enseignement de l’histoire. Cela me rappelle une femme pasteur de l’Église protestante de Genève qui disait qu’une traduction de la Bible doit s’adapter à notre époque, et que c’est une question de ressenti. Elle n’avait rien contre la Traduction du Monde Nouveau des Témoins de Jéhovah.

Des expositions en continu

En Suisse, en nov. 2019, une mini-exposition similaire réalisée à partir du calendrier interreligieux 2012 – 2013 des éditions Enbiro de Lausanne avec la Plate-Forme Interreligieuse été présentée à l’EPFL de Lausanne.

Le processus de modernisation des sociétés conduit a dissocier le politique du religieux »

… a son logo, c’est une série de 6 briques concentriques. Cette nouvelle religion veut unifier toutes les autres en son centre.

Le bâtiment de prestige de cette laïcité est la pyramide du musée du Louvre.

Son monument : La pyramide du Louvre à 666 carreaux15

Palais royal transformé en musée durant la Révolution française, le Louvre a fait l’objet d’un important programme de rénovation entrepris au début des années 1980. Sa pyramide de verre, bordée de bassins d’eau triangulaires, entend symboliser une harmonieuse alliance entre l’ancien et le moderne. Inaugurée en 1989, elle abrite le hall d’accueil du musée dont la fréquentation est, depuis, passée de 3 millions à 12 millions de visiteurs en 2012.

En Europe occidentale, à partir de la fin du Moyen Âge, puis durant le processus de modernisation des sociétés qui conduit à dissocier le politique du religieux, l’art architectural a davantage servi les édifices du pouvoir civil (exécutif, législatif et juridique), hauts lieux de la démocratie. Très souvent, leur style entend symboliser une histoire et des valeurs communes, à l’image du Capitole à Washington (États-Unis) ou du Parlement européen à Strasbourg (France). Une même visée symbolique a prévalu pour les bâtiments civils à vocation internationale, tel le siège des Nations Unies, à New York, ou le Palais des Nations à Genève.

Cette dissociation du politique et du religieux, est une exclusion de la personne de Dieu et de ses commandements de la vie de l’Homme. Cela se remarque jusque dans les détails : On écrit les dates 2500 avant notre ère, le calendrier reste chrétien mais on ne fait pas mention de Christ. Cela dit, ceux même qui s’opposent au judéo-christianisme en reprennent bien souvent les symboles.

La pièce de théâtre
«Au commencement»

Durant la même expo de Genève, une pièce de théâtre était jouée par 2 comédiennes. Le texte de cette pièce est de Philippe Blasband16 ; né à Téhéran, ce cinéaste et écrivain de langue française est d’origine juive. Ce n’est certainement pas un hasard si le titre choisi est une référence au premier mot de la Bible ( רֵאשִׁית Cf. Genèse 1:1), qui est aussi le nom du premier livre de la Bible en hébreux.

Toutes les scènes retracent le vécu de personnes impliquées dans des guerres de religions, à différentes époques, soit en tant que soldats ou personnes fanatisées, soit en tant que victimes. Les cris ou les plaintes étaient émouvants et presque effrayants17. Les scènes font références à différentes guerres de religions :

– En 630, les début de l’Islam, dans la péninsule arabique

– En 1904, lors de la guerre russo japonaise

– En 1099, à Jérusalem, les croisades

– En 1502, Procès en sorcellerie

– En 2002, à Jérusalem, attentat suicide

– En 1681. à Mougeon en France, les dragonades

– En 167 av JC, révolte juive des Maccabéens

– En 2006, référence aux guerre de l’ex-yougoslavie

L’impression qu’on en garde est que les religions ne conduisent qu’à des massacres. Cette pièce semble reprocher au Dieu du « Commencement » tous les crimes de la terre. La conclusion de cette pièce, fut lu en son introduction :

« … Selon les époques, on a puisé dans les mêmes textes des raisons pour égorger son voisin, ou pour vivre en bonne intelligence avec lui. Paix ou guerres, persécutions ou fraternité, exclusion ou tolérance : la religion, toutes les religions, permettent tout, justifient tout… L’Occident chrétien a apporté sa réponse, … Cela s’appelle la laïcité. Cette solution est-elle la seule possible ? Sans doute … »18

C’est une vision et des arguments classiques de l’athéisme. Rappelons que c’est sous l’ère séculière et laïque de l’Europe, qu’ont eu lieu 2 guerres tellement vastes, qu’elles ont été nommées « mondiales » pour la première fois de l’histoire. Les révolutions russe ou chinoise bien qu’ayant mis « Dieu » au placard, étaient aussi des plus meurtrières. Le Dieu de la Bible nous rappelle justement qu’au commencement :

  1. La mort est venue dans le monde par un seul homme, à cause de la désobéissance en Eden. (Genèse 3:3)
  2. Le premier meurtre était purement un acte de jalousie, et Dieu avait mis en garde Caïn. ( Genèse 4:8)
  3. Le meurtre vient du cœur … (Matthieu 15:19)
  4. L’un des 10 commandements est « tu ne tueras pas ».

La première des scènes : Une seule comédienne parle comme une enfant non née, encore dans le ventre de sa mère, qui va bientôt être tuée avec sa mère par l’épée d’un soldat. On ne sait ni le lieu ni la date. Mais aucune scène de ce théâtre n’est dédiée au meurtre par avortement.

L’avortement recouvre la terre de meurtres  (Ésaïe 26:20-21):

3,6 millions d’enfants sont avortés chaque mois19. C’est 125’000 par jour, le meurtre le plus pratiqué par les « habitants de la terre ». On estime que 8 milliards d’enfants ont été avortés. Paradoxalement, le monde méprise les chrétiens qui affirment que tuer un enfant non-né, c’est un meurtre, comme celui de tuer son père ou sa mère, mais le monde reproche aux croyants (et indirectement à Dieu) les guerres de religion.

Comme beaucoup avant lui, l’auteur rabaisse le Dieu créateur20 (Exode 15:11; 18:11 ; Psaumes 96:5) à un dieu mythique parmi tant d’autres ( 2Rois 19:12-13 ; 2Ch 32:17 ; Ésaïe 36:18-19), faits de mains d’homme (Actes 19:26).

La Paix « mondiale » et mondaine n’est pas pour demain (Apoc 6:4). Seul le prince de la Paix (Ésaïe 9:5; Luc 1:78-79) peut nous donner Sa Paix (Jean 14:27) et la réaliser (Apoc 22:5).


Le penseur derrière l’expo : Élie Barnavi

La direction scientifique ainsi qu’une partie de la rédaction du catalogue de l’exposition est faite par l’ancien ambassadeur d’Israël en France : Élie Barnavi.

Il est aussi l’auteur de l’essai « Les religions meurtrières »21 ; Son éditeur le présente ainsi :

Professeur d’histoire de l’Occident moderne à l’université de Tel-Aviv, Élie Barnavi a été ambassadeur d’Israël en France de 2000 à 2002. Il dirige aujourd’hui le comité scientifique du musée de l’Europe à Bruxelles.

Il avait déjà édité un livre intitulé « DIEUX modes d’emploi »22 et organisé une exposition similaire à Paris en 2012.

Nous commenterons sa vision du monde, qui donne le ton à cette exposition, en citant un extrait de son livre « les religions meurtrières :

Toute religion est politique : la religion, toute religion, reste d’abord une affaire de groupe, c’est-à-dire de pouvoir… Selon l’esprit du temps, c’est-à-dire les conditions sociales et culturelles qui fabriquent l’idéologie dominante, ces murailles sont plus ou moins hautes, plus ou moins étanches, plus ou moins poreuses. Mais elles ont toujours existé et existeront toujours ; elles ne tomberont que lorsque tout le monde aura vu la lumière. Toute religion révélée est une religion de combat ; seules les armes changent, et l’ardeur à s’en servir.

… Et voilà que, après des siècles d’imbrication, Église et État ont fini par divorcer. La brutalité de cette opération a donné à la laïcité à la française une coloration particulière, que vous autres Français vous plaisez à croire universelle. Elle ne l’est pas. Car le travail de la séparation ne s’est pas fait partout de la même manière, ni au même rythme. Évidemment, la ligne de fracture est la Réforme. Là où Luther, Calvin et leurs émules ont réussi à prendre pied et à implanter leur version du christianisme, en jetant à bas au passage le vieil édifice de l’Église catholique, apostolique et romaine, la séparation des Églises et de l’État a pu se faire dans l’harmonie, sans drame ni rupture. Pourquoi ? Eh bien, parce que la Réforme a accompli elle-même l’œuvre de laïcisation qui était au cœur de la modernité politique.

Barnavi est certainement un penseur très érudit et la presque totalité des informations de son livres semblent factuelles. Mais le fil conducteur de sa pensée et sa conclusion ne le sont pas. L’auteur oublie par exemple que :

  • Le judéo-christianisme est révélé, oui, mais n’est pas une religion révélée. Car ce n’est pas une religion tout court. Une religion est créée par l’Homme selon ses choix. Le Dieu de la Bible n’est pas créé, mais il a créé l’Homme, et a choisi son peuple et ses élus. Dieu est venu vers nous, et nous ne pouvons aller à lui par mérite d’un service sacrale.
  • On ne peut mettre dans le même panier toutes « révélations », les vraies et les fausses. Ce serait faire mentir l’histoire et mépriser la vérité. Dommage que l’auteur n’ait pas reconnu la main du Dieu autour de son peuple pendant 4 millénaires (ou qu’il s’y soit activement opposé?).
  • Ce sont les franc-maçons, protagonistes de la laïcité qui furent aussi protagonistes de la révolution sexuelle et de l’avortement23.

Le sujet des guerres de religions meurtrières n’est pas simple à traiter, car tout parti politique ayant une vision du monde, un but, et un idéal – est quasi-religieux. Le parti nazi (NSDAP24) est né de l’ordre de Thulé25, une société sécrète de Munich de type ésotérique avec ses mythes et ses croyances. L’introduction de wikipédia (page française) attribue au groupe de Thulé surtout des théories de conspirations(!), contrairement à wikipédia (page anglaise).

Le musée du camp de concentration de Dachau (près de Munich) présentait dans les année 1990 le groupe de Thulé comme première fiche de parcours, pour expliquer la naissance du nazisme. Ses membres cités dans la fiche du catalogue du musée26 furent tous des figures influentes du parti Nazi. Et tous ceux qui survécurent la guerre, furent condamnés à la pendaison en 1946. (Cf. Esther 8:7, 9:10).

Le marxisme aussi est une idéologie anti-chrétienne empreinte d’occultisme. Marx et Engel27 débattaient de détails des activités chrétiennes de la région d’Elberfeld, comme s’ils géraient un blog d’information évangélique !

Cette région est encore fortement piétiste et s’est démarqué pendant la seconde guerre mondiale comme un des endroits ou les chrétiens authentiques on résisté au nazisme.

Marx voulait donner à Dieu un « coup de grâce »28 et le chasser du ciel.

Le siècle des lumières : lumière ténébreuse29

Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres! (Mat 6:23)

Eli Barnavi se réfère ainsi au siècle des « Lumières » dans ce catalogue:

C’est sans doute là que le bât blesse en Occident. Atomisée, centrée sur l’individu et ses droits inaliénables, la société libérale, au sens classique du terme, a perdu le sens du sacré – je dis bien du sacré et non du religieux. Les Droits de l’homme restent l’héritage le plus précieux des Lumières, mais ils ne sauraient à eux seuls fonder la communauté. … les hommes de [17]89 ont eu tant de mal à créer des institutions stables sur ses ruines. D’où le besoin d’une religion civile, dont nous savons les ingrédients : les Droits de l’homme, bien sûr, mais aussi l’histoire, la nation souveraine, la Constitution, la République.

Le frontispice de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert À juste titre, il décrit une réalité contemporaine, la « religion civile » est la nouvelle lumière. Pour nous chrétiens, la lumière n’existe pas sans la création (Genèse 1:3). Dieu est notre lumière (cf. 2 Samuel 22:29) . Jean commence son évangile par « Au commencement » et décrit Christ comme le créateur, la vie et …

Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. (Jean 1:9-10) 

La lumière du sécularisme est celle d’un prisme, qui obscurcit la seule vraie source. Les massacres du siècle dernier rappellent la nature inchangée de l’Homme, comme lors du premier meurtre, méprisant Dieu (Genèse 4:3-10), par jalousie d’une offrande acceptée par Dieu.

Les fiches scolaires laïques

En Suisse, ce sont les éditions Enbiro qui ont publié ce matériel. Elles sont parsemé de vocabulaire religieux, mais « sonnent le glas » de la foi, ainsi :

Lorsque l’on parle de religions, on pense habituellement à des textes sacrés, à des doctrines élaborées au cours des âges, à des préceptes moraux parfois en décalage avec la réalité sociale, ou encore à des rites jalonnant la vie personnelle ou communautaire. Mais il ne faudrait pas oublier le rôle essentiel joué par les religions dans l’histoire des arts, qui constituent une part importante du patrimoine de l’humanité.30

Selon le modèle laïque, aucune « religion31 » n’est « reconnue », elles sont toutes des mythes à mettre dans un même sac.

Nous n’aborderons que quelques points de ce matériel scolaire, pour au moins vérifier si le « fait » religieux est enseigné de manière factuelle et historique.

La brochure sur l’Islam dans les « merveilles de l’Art sacré », a retenu notre attention car c’est la religions la plus controversée :

On lit des exercices à compléter : 32

1) Dite de la foi sincère ou de l’unicité de Dieu, elle est l’un des 114 chapitres du Coran:

la sourate 11233

C’est faux ou tendancieux!

a) Chacune des 4 ayat (versets) de cette sourate sont contredites dans d’autres ayats du Coran ou par les hadiths. Nous ne développerons pas ces points, faute de place.

b) La foi islamique n’encourage pas la sincérité34 en général, les érudits musulmans enseignent que les musulmans doivent généralement se dire la vérité l’un à l’autre, à moins que le mensonge ne soit pour « aplanir les différences » ou « prendre le dessus sur un ennemi ». Allah n’est pas sincère, il se présente lui-même maintes fois comme « le meilleur dupeur35»

Il existe plusieurs formes de mensonge pour les musulmans qui sont autorisées dans certaines circonstances, la plus connue étant taqiyya (terme chiite). Ces circonstances sont généralement celles qui font avancer la cause de l’islam – dans certains cas, en gagnant la confiance des non-croyants afin de faire ressortir leur vulnérabilité et de les vaincre, ou de cacher sa foi lorsque c’est opportun.

c) Parle-t-on d’Allah ou de Dieu ?36

Le Coran ne se lasse jamais de répéter la formule qui exprime l’unité d’Allah, et la 112ème Sourate, spécialement consacrée à ce sujet, aurait pour valeur, selon les musulmans, un tiers du livre entier.

Dans son commentaire, Zamakhshari a raconté que Mahomet avait déclaré: « Les sept cieux et les sept terres sont construits sur cette sourate, et quiconque la lit entre au paradis. » Or, malgré l’accent ainsi mis sur la doctrine de l’unité de Dieu par les musulmans et malgré le fait que c’est cette partie de leur credo qui fait leur fierté et leur gloire, la plupart des écrits décrivant la religion de Mahomet pour étudier sa conception d’Allah ont été négligés. Il est si facile d’être induit en erreur par un nom ou par des étymologies. Presque tous les écrivains prennent pour acquis que le Allah du Coran est le même être et possède les mêmes attributs que le Dieu du judéo-christianisme. Cette vue n’est pas correcte, et a pour une conséquence une attitude philosophique faussée à l’égard de cette religion.

d) Mahomet, sans être appelé dieu dans le Coran et les haddith, a les attributs d’un dieu au côté d’Allah. Allah doit se soumettre à sa volonté et doit prier pour lui.37

2) Le mot ahad est l’affirmation de l’unité et de l’unicité absolue de Dieu. Il signifie: « un », « unique » ou « seul »

Faux !

ahad se trouve 23 fois dans le Coran, dans 23 ayats (versets) et signifie toujours « un parmi d’autres», à l’exception de la sourate (2:102) où ahad, sous une forme de négation, signifie « aucun ou personne ».

La sourate 21:17 mentionne :

 Si Nous avions voulu prendre une distraction, Nous l’aurions prise de Nous-mêmes, si vraiment Nous avions voulu le faire. (traduction française Hamidullah, majuscule originale)

Mais le texte arabe, ou les meilleurs traductions allemandes ou anglaises du Coran mettent « parmi nous ». Comme si Allah, n’est pas unique par sa nature. En gros, cette ayate est coquasse, Allah aurait-il besoin de se distraire avec des femmes(?). Voici un déni à l’unicité d’Allah, qui dit que s’il avait voulu passer « du bon temps » avec une partenaire sexuelle, il l’aurait prise parmi eux.

C’est le terme Wahid qui signifie : unique, un seul38. On retrouve une similarité dans les Saintes Écritures en hébreu avec e. Ehad qui s’emploie pour notre Dieu trinitaire indique toujours une unité composée (Ge 2:24) et aussi wahid l’unicité comme celle du fils unique (jamais utilisé pour Dieu).

L’expression bien connue, allah hu akbar, signifie Allah est le plus grand (ou le plus large). Plus grand que qui ? Le fait de comparer ce dieu à d’autres montre qu’il n’est pas unique de par sa nature. Cette expression remonte au temps ou la Mecque était un sanctuaire d’idoles, il y avait 3 grand dieux : Lah et Baal (dieux de la lune) et Uzat leur fille. Lah était le plus grand.

3) Dans cette invocation calligraphiée en lettres dorées,
Dieu est dit clément et miséricordieux

Faux ou tendancieux! Encore une fois, ce n’est pas de Dieu (tout court) dont parle le Coran, mais d’Allah. La laïcité, connue comme « incompétente » en religion a aussi manqué d’ « intelligence ».

Ensuite, Allah est tout sauf miséricordieux selon la source principale de l’Islam: Haddith et Coran. La miséricorde d’Allah est sectaire et machiste, sans merci pour les femmes et les esclaves, voir notre précédent numéro. L’influence de l’enseignement laïque discrédite les vertus et termes judéo-chrétiens, qui définissent notre vocabulaire depuis des siècles.

L’évangile laïque qui se répand à travers le monde veut encourager la miséricorde sociale de toute les religions. Une série de vidéos anglophone « The Secret Life of Muslims » faite par un cinéaste juif en quête d’espérance et de compassion pour un monde sans haine, montre comment nous sommes tous frères en notre humanité. Certains de ces clips montrent à juste titre, le ridicule de la haine de l’ouest contre les musulmans, et rappelle l’exemple de Mohammad Bezek39 qui soigne des enfants handicapés en phase terminale, abandonnés à la naissance aux USA. Cette œuvre rappellera aux athéistes et aux « chrétiens » du « chemin large » qui sont endormis le sens d’une religion non vaine. (Cf. Jacques 1:26-27).

Nous sommes tous descendant d’Adam et d’Ève et de Noé, et sommes soumis aux même lois. Cf. Ge 3:9-19, Ge 8:21-9:17. C’est un noble souhait dans l’humanisme de ce siècle que de vouloir terminer toute haine entre les hommes.

Bernard Prunneau dans son article « Afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine » nous donne une définition d’un « évangile social » très présent dans le catholicisme romain.

« L’évangile social parle de la défense de la dignité et de la liberté de l’homme. La Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu rappelle que la culpabilité et la corruption de l’homme ont rendu nécessaire le sacrifice de Jésus, pour le dépouiller de sa vieille nature et faire de lui une nouvelle créature. Les religions n’ont aucune part dans cette vérité et, non seulement elles ne peuvent pas être d’autres voies “moins directes” pour monter vers Dieu, mais elles sont de réelles impasses et nous détournent de notre Créateur. La Bible, Parole de Dieu, le proclame de la Genèse à l’Apocalypse. Les religions du monde, même avec toutes leurs apparences de piété, d’humilité, de sagesse et de bonnes œuvres ne resteront, jusqu’au jour du glorieux retour sur terre de Jésus-Christ, que des chemins de ténèbres et des lieux de captivité. Notre Seigneur Jésus, Lui, est à jamais « la véritable lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme » (Jean 1:9). Jésus est bien le seul Berger du troupeau, le seul Maître de la moisson, le seul Cep des sarments, le seul nom qui ait été donné aux hommes par lequel ils puissent être sauvés (Actes 4:12). »

4) Cette calligraphie est rédigée en arabe, langue qui se lit et s’écrit: de droite à gauche.

Correct : Enfin une information factuellement correcte, ce sera la seule de toute cette page d’enseignement sur l’Islam.

5) C’est le nom le plus usuel par lequel le Coran désigne Dieu :
Allah

Faux ou tendancieux !

C’est ce qu’on enseigne aux naïfs pour les convertir à l’Islam. Mais les musulmans eux-mêmes refusent cette affirmation. Le gouvernement malaisien40 interdit aux chrétiens l’utilisation du terme Allah dans leur Bible, alors que c’est la pratique dans les pays ou l’Islam a été majoritaire pendant des siècles, comme en Malaisie ou en Indonésie.

« Allah » est une composition d’une préposition, et du nom d’un des dieux de la Kaba, alors que le terme « Dieu » n’est pas un nom propre et désigne un être différent par sa nature, ses actes et sa sainteté. Nous laisserons Christian Prince, de langue maternelle arabe, diplômé de Droit Civil et Canonique islamique (la fameuse Sharia), nous expliquer le terme Allah41 :


C’est pour cela que la lune se retrouve dans de nombreux drapeaux de pays majoritairement musulmans. Le nom communément utilisé pour le Dieu judéo-chrétien est Jahwe, et même ce terme est un attribut plutôt qu’un nom (qui serait insignifiant s’il ne voulait rien dire) : cela signifie « Je suis », son existence et éternité ne repose sur rien ni sur personne d’autre que lui-même.

Avant de pouvoir comprendre la personne d’Allah, nous devons d’abord comprendre son nom. Les musulmans essaient de nous faire gober qu’Allah est identique au Dieu du christianisme et de Moïse. Ils essaient même de nous convaincre qu’Allah42 est un mot araméen utilisé par Jésus. Quelle est la véracité de ces affirmations?

Lorsque le film «La passion du Christ» est sorti, il y a quelques années, les musulmans ont pris des extraits du film dans lequel Jésus parlait l’araméen en prononçant le nom de Dieu. Ils ont ensuite utilisé ces clips pour prouver leur affirmation que le nom Allah est vraiment araméen. Le mot araméen qu’ils essayaient d’adopter était Elah, ce El n’est pas le Al de Allah. Dans la surat du Coran 4:125, il y a deux termes pour Allah, mais ils ne veulent pas dire la même chose. Vous ne remarquerez pas de différence sauf pour une lettre, mais en réalité, leur différence est grande.

Le premier est للّ (lillah) et le second est ُهَللّٱ (Allah). En arabe, al signifie « le », si nous enlevons le Al d’Allah et le lil de lillah, il nous reste lah (dieu). En fait, lah était le nom du dieu de la lune, un dieu égyptien et un dieu adoré par les arabes. En français, lillah se traduit par « à dieu (ou au dieu de la lune) » et Allah par « le dieu (le dieu de la lune) ».

En arabe, al est toujours égal à « le » et il est attaché à des noms attribués à Dieu uniquement. C’est pourquoi les 99 noms d’Allah commencent par Al . Notez cependant que « le » ne fait pas partie du nom. C’est simplement un dispositif utilisé pour indiquer que le nom est unique à dieu – seul dieu peut recevoir cette distinction. Par exemple, nous ne pouvons pas dire «Le Mahomet», car Mahomet n’est qu’un nom pour une personne.

Il est intéressant de noter que le Messie s’appelle Al-Maseeh dans le Coran. Cela signifie qu’il est le seul Messie dans le monde entier. Il est le seul homme du Coran à avoir Al ou « Le » attaché à son nom.

Qui est ce Lah? C’est le dieu de la lune, mais comment Lah peut-il être le dieu de la lune si le Coran interdit de vénérer la lune et le soleil?


6) Dans le monde entier, les fidèles [musulmans]43 se tournent vers cette construction carrée pour louer Dieu [Allah]:
la Kaaba

Faux et tendancieux :

Cette information est fausse au temps des premières mosquée. La direction de la prière (la qibla) a changé déjà 4 fois. Voir notre article précédent.44  Nous profiterons de cet enseignement pour montrer comment la science et l’histoire nous aident à juger de ce « fait religieux ».

Véracité des cours laïques sur le fait religieux

Ces cours laïques sur le « fait religieux » avouent ne pas avoir la prétention d’apporter un enseignement historique ni même d’aborder une dimension de véracité. On est bien d’accord ! Mais ils se dressent même contre l’histoire, la vérité et la science !

La presque totalité des points abordés par ce matériel scolaire montrent des lacunesd’une revue scientifique. La neutralité attendue aurait dû apporter plus de « compétences » dans la préparation du matériel scolaire.

La majorité des sectes n’essayent pas de comprendre objectivement leur propre histoire. Cette culture ne permet pas la critique, ni même une information neutre des faits. Des personnes portant des noms arabes ont participé à la rédaction de ce matériel scolaire. On soupçonne qu’une coloration ni scientifique, ni historique de leur religion ait été apportée. L’Islam selon ce cours est inoffensif. Tous ces cours servent de base aux adeptes de la laïcité « bien intentionnés » pour construire une paix superficielle entre les communautés religieuses, fondée sur du sable (Mat 7:26).

Importance de l’histoire en politique

Elle met en relief la vanité et l’absurdité des faux dieux, faux prophètes (Deutéronome 18:22). La Parole de Dieu nous exhorte à ne pas être amnésique du passé, par des « Rappelle-toi » (Apocalypse 3:3 ; Miché 6:5 ) ou « Souviens-toi » (Deutéronome 4:10 ; 8:2 ; 24:9 ; 25:17). Ce passé est un recueil d’histoires vivantes et de relation avec Dieu. Ce passé montre que Dieu n’est pas un Dieu de « religions, mythes, traditions » (fruit de notre imagination), mais un Dieu vivant qui interagit avec son peuple.

Le réseau de création et d’accompagnement pédagogiques canope.fr45 présente ainsi l’enseignement laïque des faits religieux, selon les valeurs de la République :

Dans son discours du 21 janvier 2015, le président de la République a précisé :

« Les religions n’ont pas leur place dans l’école. Ce qui n’empêche pas qu’il y ait un enseignement laïque des religions. »

Dans le cadre scolaire, l’expression est presque redondante : « les enseignements sont laïques », comme nous le rappelle la charte de la laïcité (article 12), or la laïcité n’interdit nullement de parler de religions à l’école, mais conduit à les aborder sous l’angle du savoir en se plaçant dans le registre de la connaissance et non dans celui de la transmission de la foi ou du partage d’expérience.

Après des débats dans les années 1980, portés notamment par la Ligue de l’enseignement, et plusieurs rapports dont celui de l’historien Philippe Joutard en 1989, des premières mises en œuvre sont apparues dans les programmes d’histoire et de lettres en 1996. Le choix français, confirmé avec le rapport du philosophe Régis Debray en 2002, est en effet d’enseigner les faits religieux en passant par les disciplines scolaires. Le rapport Debray insistait sur la nécessité de les prendre en compte également dans les cours de langues, de sciences sociales, de philosophie (notion de religion) ou les disciplines scientifiques en croisant avec l’histoire des sciences, et désormais avec l’histoire des arts, puis par certains aspects avec l’enseignement moral et civique [2].

La position laïque n’est pas neutre et ne la jamais été :
Les lois de la république sont mûries dans les ateliers des loges maçonnes. Les franc-maçons croient avoir été éclairés pendant leur initiation. Mais de quelle lumière parle-t-on, si l’on rejette la lumière qui vient d’en haut ?

Laïcité d’incompétence

La république ne (re)connaissant aucun dieu46, elle reconnaît être sans outils pour juger des religions ou sectes. Les protagonistes de la laïcité le reconnaissent ouvertement.

Il s’agit alors de passer d’une « laïcité d’incompétence »47 (au sens juridique, le religieux ne nous concerne pas) à une « laïcité d’intelligence » (il est de notre devoir de le comprendre) en posant une claire distinction entre le religieux comme objet de culte et le religieux comme objet de culture. Les faits religieux apparaissent ainsi contextualisés et mis en perspective comme objets de connaissance.

Cette laïcité « d’intelligence » ne permettra pas d’appréhender une secte pernicieuse, avant que celle-ci n’ait fait du mal. Et même si c’est trop tard, ses actions restent incompétentes.

La laïcité s’est manifestée dans son dogme de la loi anti-discrimination des religions, qui nous est enseigné depuis 2009. On remarquera que la sécurité de la république et des aéroports n’a pas été mise à risque lorsque les aéroports parisiens ont licencié une vingtaine d’employés, parce-qu’ils étaient musulmans, après les attentats de Charly Hebdo. Dans divers aéroports d’Europe, ces exclusions sont remises en cause depuis.

Quel contraste avec la sagesse judéo-chrétienne. Celle-ci requiert la crainte et l’écoute de l’Éternel : Cf. Deutéronome 4:6-8 ; 32:28 ; 1 Roi 3:9-13 ; Job 38:2-4,36 : Proverbes 1:1-2,7 ; 2 :2-6 ; 3:13-19 ; 4:5-7 ; et enfin Proverbes 9:10 : 30:5-6 ; Psaumes 111:10

L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. 1Cor 2:15 

En novembre 2015, lors des attentats de Charlie Hebdo, il était clair pour tous les services de sécurité que concilier le respect des religions et la sûreté du territoire était chose difficile. La presse parlait alors d’ « interprétation radicale du Coran »48. Cette vision est inexacte et reste « sans intelligence » pour toucher au cœur des adeptes d’une secte. En se distançant de ses bases chrétiennes, l’Europe laïque se refuse d’aborder la véracité des Saintes Écritures.

Comme le rappelle le géo-politicien Alexandre del Valle49, diverses branches Islamistes, comme celle des frères musulmans en France50 savent faire usage du talons d’Achille de la république : Les droits de l’homme, la laïcité, la loi anti-discrimination.

Il faut rappeler les aspects fondamentaux de la loi de 1905 : elle assure la liberté de conscience51 et garantit la liberté de culte52. Une bonne compréhension de ce que suppose la liberté de croire ou de ne pas croire, qui dépasse et englobe la liberté religieuse, permet d’éviter une confusion courante entre laïcité et athéisme. (Canope.fr )

La laïcité est un athéisme prosélyte mais qui se dissimule et ne s’avoue pas.

Que comprendre par « liberté de conscience » ? Chacun peut croire ce qu’il veut ? Cela ne signifie rien quand chacun croit déjà ce qu’il veut. La liberté de croire au sein du christianisme, quand à elle, ne permet ni la crédulité, ni l’imbécillité.

Repousse les contes profanes et absurdes. 1Ti 4:7 

Cette « liberté de conscience » ne permets pas non plus les cultes vains et profanes. Cf. Actes 7:42 ; Col. 2:18.

montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable ( Héb 12:28 )

Les institutions laïques permettent à chacun de croire en tout et n’importe quoi, mais en interdisent toute forme publique d’enseignement religieux autre que celui de la laïcité. Elles s’opposent ensuite aux valeurs judéo-chrétiennes, et les condamnent.

Le langage de la laïcité en France

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Genèse 3:1

Mitterand et le pape en 1982 au Vatican La laïcité sème d’abord le doute mais ne s’arrête pas là.

François Mitterrand s’est posé des questions :

« Je ne sais pas si je crois, ou si je ne crois pas… Je me pose la question, je n’ai pas de réponse, mais c’est un type de problème qui me préoccupe. »

déclarait-il en 1976, proche de ses 60 ans. Cette religion laïque qui essaye d’exclure Dieu de l’école, laisse ses brebis dans l’incertitude. Et la multitude de religions montre que Dieu reste la case manquante du cœur de l’Homme.

J’ai vu à quelle occupation Dieu soumet les fils de l’homme. Il fait toute chose bonne en son temps; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin. Ecc 3:10-11 

Les président Jacques Chirac53 et Emmanuel Macron54 se sont distancés des bases chrétiennes de l’Europe, mais ont insisté pour entrer dans l’Église Sainte Anne à Jérusalem, sans la sécurité Israélienne.

Le chef de l’État n’a pas voulu entrer dans la cathédrale de Notre-Dame lors des obsèques de Johnny Halliday, mais a immédiatement honoré55 celle-ci après l’incendie de 2019.

Vincent Peillon56, né en 1960 est un homme politique et professeur de philosophie français. Il veut donner le choix aux élèves :

« le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix »57

Mais quel arrachement apporte un choix ? Interviewé en 2012 sur la laïcité, il affirme clairement que la laïcité est une religion inventée :

On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique, mais comme on ne peut pas non plus acclimater le protestantisme en France … il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine qui doit accompagner la révolution matérielle mais qui est une révolution spirituelle, c’est la laïcité. Et c’est pour cela d’ailleurs qu’on a pu parler au début du XXème siècle de foi laïque, de religion laïque et que la laïcité voulait être la création d’un esprit public, une morale laïque et donc l’adhésion à certaines valeurs… La laïcité serait plus forte aujourd’hui si on la concevait… comme une véritable adhésion et une véritable spiritualité en elle-même, ce qui était la pensée de Jaurès et de Buisson … 58

Nous noterons aussi le langage belliqueux est utilisé

« Il y a une bataille idéologique à mener »,

et en proposant la laïcité comme guide (führer) d’un nouveau chemin qui à terme remplace celui qui s’identifie comme « Le Chemin. » (cf. Jean 14:6)

« Ce travail intellectuel doit être le début d’un chemin »

Dans un de ses livres59, Il précise comment dépouiller le judéo-christianisme en effaçant son histoire.

« La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux.

La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »

… Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; Genèse 3:4 

Après avoir mis le doute, il dénie ensuite la bible :

  • La création
  • Le peuple élu
  • L’œuvre de christ sur la croix

pour la remplacer par un ésotérisme nouvel-âgeux :

C’est une religion de la liberté, c’est une religion des droits de l’homme, une religion de l’humanité partagée, une religion de l’instruction, du libre examen, c’est une religion un peu hétérodoxe dans ce sens qu’elle s’appuie sur tout un courant qu’on trouve à la fois dans la kabbale, dans l’illuminisme avec cette idée que c’est dans le fond aux hommes de continuer la création divine, donc on a aussi une responsabilité historique, ce qu’on appelle la théologie de la liberté, c’est à dire que l’œuvre n’est pas achevée, nous avons à la poursuivre, nous avons cette mission et puis, comme je le dis, religion démocratique en ce sens que, autant l’incarnation à travers Jésus, un seul homme … leur idée à eux est que le divin doit s’incarner dans tous les hommes, à égalité ; pas de clergé, pas d’intercesseur entre Dieu et la conscience, pas de peuple élu non plus … pas non plus de théorie de la grâce, de l’élection, refus du péché originel aussi …cela recouvre quand même beaucoup des religions de l’humanité qui se sont développées … dans le milieu républicain et socialiste.60

M. Peillon s’inspire en effet de Ferdinand Buisson, un des pères fondateurs de la laïcité française, le théoricien de la « foi laïque ». Dans la conclusion du livre qu’il consacre à cette grande figure, prix Nobel de la paix en 1927, le ministre résume sa doctrine dans quelques formules étonnantes :

« L’homme républicain est un animal religieux. Contre l’idée d’une nature pécheresse, d’une histoire déterminée, tout le mouvement de pensée consiste à vouloir réaliser, dans une démarche progressive, graduelle, incarnée, la personnalité de Jésus (…) La perfectibilité de notre nature nous conduit à vouloir être des Christ républicains ».

« La religiosité républicaine, morale, politique, repose sur une anthropologie (…) en capacité de produire ‘une humanité nouvelle’ [Edgar Quinet]… La religiosité républicaine, sans dogme, sans rite, sans prêtre, religion laïque unissant toutes les confessions, est l’affirmation d’un idéal par lequel nous nous dépassons, à la fois individuellement et collectivement… Ce qui opère dans l’histoire, c’est l’esprit libre et mystique (…). Cette religion républicaine est une hérésie (…) car toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Église. Non pas seulement L’Église catholique, mais toute Église et toute orthodoxie. Déisme humain, humanisation de Jésus, religion sans dogme ni autorité ni Église, toute l’opération de la laïcité consiste à ne pas abandonner l’idéal, l’infini, la justice et l’amour, le divin, mais à les reconduire dans le fini sous l’espèce d’une exigence et d’une tâche à la fois intellectuelles, morales et politiques…. »61

___

« Nous avons à forger des gens qui portent un certain nombre de valeurs »

C’est une religion dans le fond qui va être contre toutes les orthodoxies, contre tous les dogmes ….Tout homme peut devenir un christ républicain …Le message évangélique, le message de Jésus est beaucoup plus accompli par la révolution même socialiste, radicale socialiste, républicaine que par toutes les autres formes. Il faut que nous inventions, pour établir la république, une spiritualité, voire une religion spécifique … La république pour s’établir a besoin de former sa propre religion … appelée la laïcité.62

Fidèle aux valeurs de la Franc-maçonnerie

Peillon fût invité du Grand Orient, le 16 novembre 2012 :

Sans être franc-maçon, Vincent Peillon a beaucoup écrit sur la pensée de Ferdinand Buisson, le bras droit du frère Jules Ferry, père de l’instruction publique en France, et sur Pierre Leroux, un franc-maçon défenseur d’un socialisme fraternel et spiritualiste dans les années 1848-1870.

Un des invités de cette soirée a déclaré :

«Peillon partage nos valeurs, c’est un maçon sans tablier»63

Il est vrai que la laïcité ne se présente pas comme un néo-athéisme virulent, mais c’est tout de même un athéisme, rusé car il se voile. L’athéisme est par nature contradictoire : Il dénie l’existence de La Vérité, mais étant un absolutisme, il crée une nouvelle vérité. La laïcité tolère les religions pourvu qu’on les considère comme des expériences subjectives, ne reposant que sur une croyance mythique. Elle interdit tout enseignement public qui oserait contredire sa vision du monde, sous couvert de neutralité.

Réponse de la Bible : Insensé !

La parole de Dieu qualifie d’insensé celui qui ne croit pas en Dieu (héb. nâbâl : le terme signifie aussi stupide, méchant, vil, non pieux)

Au chef des chantres. De David. L’insensé dit en son coeur: Il n’y a point de Dieu! Ils se sont corrompus, ils ont commis des actions abominables; Il n’en est aucun qui fasse le bien. Psaumes 14:1 

Le terme nâbâl apparaît pour la première fois en :

Est-ce l’Éternel que vous en rendrez responsable, Peuple insensé (nâbâl) et dépourvu de sagesse ? N’est-il pas ton père, ton créateur? N’est-ce pas lui qui t’a formé, et qui t’a affermi? Deutéronome 32:6 

Ce verset confronte le peuple Juifs à la véracité de l’existence de Dieu, en ce que :

  • le nom de Dieu est mentionné: Jahwe = Je suis
  • ce peuple a une naissance donc un Père qui l’a crée,
  • une créature implique un créateur
  • Dieu a formé, accompagné et affermi son peuple :

L’ histoire factuelle et miraculeuse du peuple juif témoigne contre lui et contre nous. La délivrance d’Égypte était promise à Abraham après 400 années d’esclavage, cette délivrance connue comme un fait miraculeux sur toute la terre. Aujourd’hui encore on essaie d’expliquer les 10 plaies d’Égypte par des explications « naturelles ».

La septante (traduction grecque de l’AT afaite au II è s avant JC) utilise ici le terme grec (mōros: stupide, fou) que l’on retrouve dans les Évangiles en Mathieu 7:26 

Et quiconque entend ces miennes paroles, et ne les met pas en pratique, sera comparé à un homme insensé (mōros) qui a bâti sa maison sur le sable; 

La maison de la laïcité est une maison vacillante construite sur du sable. Au plus fort de son credo, certains responsables franc-maçons de la lutte « anti-sectes » regardaient d’un mauvais œil le terme secte, après les attentats de Nice et de Charly hebdo ; elles affirmaient avec audace qu’il ne faut pas confondre secte et religion. Que de confusions et contradictions, quand on refuse de juger le fait religieux malgré ses fruits.

Richard Wurmbrand en prison Liberté de l’enseignement en Europe

En 1848 lors d’un congrès du parti communiste roumain retransmis en direct à la radio, des pasteurs soutenus par l’État confirmaient la liberté religieuse du pays.

Le pasteur protestant, juif messianique, Richard Wurmbrand était présent avec son épouse Sabrina. Sabina m’a dit:

« Richard, lève-toi et lave cette honte de la face de Christ! Ils lui crachent au visage. » Je lui ai dit: « Si je le fais, tu perds ton mari. » Elle a répondu: « Je ne veux pas d’un lâche comme mari. »64

vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. (Jean 8:32)

Il s’est levé, et s’est précisément en dénonçant publiquement l’interdiction de donner un enseignement chrétien aux enfants, qu’il a entamé 14 années de tortures, dans les prisons roumaines.

Il a écrit plus de 18 livres, le plus connu étant : Torturé pour Christ. Des variantes de ses œuvres ont été traduites dans plus de 65 langues. Il a fondé une organisation internationale qui aide les chrétiens du monde entier persécutés pour leur religion.

En France, l’instituteur d’un petit village de (Margencel -74) fût déporté à Dachau pour avoir refusé de faire chanter aux écoliers l’hymne officieux du gouvernement de Vichy :

« Maréchal, nous voilà…
Devant toi, le sauveur de la France
Nous jurons, nous, tes gars
De servir et de suivre tes pas

Tu as lutté sans cesse
Pour le salut commun …
Tu nous as redonné l’espérance …
Ton génie et ta foi …
La patrie renaîtra  »65

Il n’en est pas revenu.

Bien que la liberté de « culte et de conscience » soit garantie en Europe aujourd’hui, un historien désirant conférer à la véracité le poids qui lui revient, ne pourra enseigner de manière objective sur les religions. Devra-t-il s’abaisser à taire la vérité sur diverses religions, y compris celle de la laïcité ?

Qu’en sera-t-il alors au chrétien qui juge un enseignement mensonger et anti-christique ?

L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. (1Cor 2:15  )

Le catalogue de l’expo-dieu(x) :

La sexualité, selon la laïcité

Le catalogue « Dieu(x) modes d’emploi » présente le sujet ainsi :

— Pourquoi les religions se méfient-elles de la sexualité ? Observons d’abord que toutes les religions ne se méfient pas nécessairement de la sexualité, l’hindouisme tantrique allant jusqu’à l’intégrer dans l’expérience spirituelle. La méfiance est surtout le fait des religions monothéistes, essentiellement du christianisme, qui considère la sexualité comme une pulsion sauvage et égoïste, qu’il convient de brider et de canaliser.

Affirmation gratuite : Aucun texte n’est cité à l’appui de cette déclaration ! Les Écritures ne font pas un tabou de la beauté de l’amour dans toutes ses dimensions, et le présente non comme une pulsion mais comme un acte réfléchi et partagé. (Cantique des cantiques, de Salomon 7:3-10; 8.10)

C’est pourquoi ceux qui sont le plus près de Dieu (prêtres, moines) font vœu d’abstinence sexuelle. Pour le commun des mortels, le contrôle de la sexualité s’exerce aussi bien par l’interdit pur et simple de pratiques sexuelles jugées répréhensibles (adultère, homosexualité, masturbation, inceste), que par la définition de règles strictes de l’activité sexuelle (position licite, règles de pureté du contact sexuel), autorisée uniquement dans le couple marié.

Rappelons les faits : Les prêtres et les pasteurs étaient mariés dans la Bible, le christianisme condamne les sectes et les …

« faux docteurs… prescrivant de ne pas se marier». (1Tim4:1-2).

Jamais les Écritures ne débattent de « position licite ou illicite » du couple marié. C’est seulement l’apanage des sectes66 de se mêler de ce qui se passe dans le lit conjugal. Cette vision laïque dénature gratuitement le judéo-christianisme, en l’assimilant aux hérésies que celui-ci dénonce.

Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous; (Rom 1:22)

Enfin, la pédérastie et l’inceste67 seraient-il déjà devenus naturels selon cette religion laïque qui n’a pas d’interdits ? En cela, elle rejoindrait l’Islam pour conclure :

… Le cas extrême de l’excision montre bien le désir de couper une fois pour toutes le lien entre les deux fonctions de la sexualité, le plaisir et la procréation. (page 217)

L’amalgame laïque veut peindre Dieu comme un rabat-joie. Des gardes-fous relatifs à la sexualité existent pour le bien des enfants, et du couple. Ils sont confirmés par les médecins, services sociaux ou associations humanitaires lorsque la sexualité devient une source d’impureté ou d’asservissement.

Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. (Genèse 1:27 )

Le mot grec (porneia) pour fornication couvre une gamme de péchés qui violent directement la norme éthique68 sexuelle et l’union conjugale de Dieu. Associer la sexualité uniquement au plaisir hédoniste « libre » a un prix familial et social : Le sida, une autre peste, réclame plus de 100’00069 âmes par mois.

Einstein et les athéistes

« Dieu ne joue pas aux dés »

Cette célèbre phrase d’Albert Einstein a été donnée au congrès scientifique de Solvay70 de 1927. Il condamnait l’Athéisme parmi les scientifiques.

« Les athéistes fanatiques sont comme des esclaves qui ressentent toujours le poids de leurs chaînes, qu’ils ont jetées après une dure lutte. Ce sont des créatures qui – dans leur rancune contre la religion traditionnelle comme «l’opium des masses» – ne peuvent pas entendre la musique des sphères. »71

Einstein n’a peut-être pas cherché ni trouvé le Dieu unique et créateur dans l’histoire de son peuple (il était juif) mais a reconnu au moins son existence .

ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste… (Rom 1:19)

Sa motivation scientifique était aussi la suivante :

«Je veux savoir comment Dieu a créé ce monde. Je ne suis pas intéressé par tel ou tel phénomène. Je veux connaître ses pensées, le reste sont des détails. »72

Questionné par un écrivain73 sur sa vision du panthéisme, il avait répondu :

Je ne suis pas un athéiste. Je ne sais pas si je peux me définir comme panthéiste. Le problème en jeu est trop vaste pour nos esprits limités. Puis-je ne pas répondre avec une parabole? L’esprit humain, peu importe son niveau de formation, ne peut pas saisir l’univers. Nous sommes dans la position d’un petit enfant, entrant dans une immense bibliothèque74 dont les murs sont recouverts au plafond de livres en plusieurs langues. L’enfant sait que quelqu’un doit avoir écrit ces livres. Il ne sait pas qui ni comment. Il ne comprend pas les langues dans lesquelles ils sont écrits.

Oui, Dieu a permis que l’homme reconnaisse l’existence de Dieu en observant la création.

Il a fait toute chose belle en son temps; et il a mis le monde dans leur coeur, de sorte que l’homme ne peut comprendre, depuis le commencement jusqu’à la fin, l’oeuvre que Dieu a faite. Ecc 3:11 

Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand! (Psaume 139:17 )

Connaître Dieu sans sa Parole est en effet impossible. Cf Pro 30:5-6. Mais ceux qui sont prêt à ouvrir leur oreilles, sauront que Dieu nous a parlé en maintes occasion, par sa création, par les prophètes, par sa main forte qui a guidé et délivré son peuple élu jusqu’à aujourd’hui, et par son fils.

Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, Heb 1:1-2 

Einstein ne jouait pas aux dés, mais cette exposition est inspirée par des athéistes qui jouent aux dieux, ou avec les dieux.

Conclusion : L’expérience religieuse aujourd’hui.

Le Rubik’s Cube de toutes les religions exprime bien cette vision du monde : Harmoniser les religions des peuples est un jeu, mais c’est aussi le casse-tête pour l’Homme.

Cette exposition internationale présente et enseigne une tentative de « solution pour aujourd’hui » : La laïcité75. Le ou les dieux sont des cases qu’on change de face et qui se laissent manipuler. Il faut s’unir, se « liguer » contre toute « Vérité » qui nous « enchaîne ».


Il faut donc aussi forcément des « modes d’emploi » du constructeur (l’Homme) pour que les peuples se distancent de leurs dieux, que l’on comprend comme fabriqués. On doit apprendre à s’en « servir » de manière harmonieuse dans ses mains.

Le psalmiste répond parfaitement et en tout points à cette vaine tentative de « briser les liens » qu’ont les nations avec Celui qui n’habite pas dans les « temples de mains d’hommes ». Seul son Oint peut apporter la paix du cœur et celle des nations. Soyons « tremblants » sachant que Dieu ne se laisse pas moquer impunément, et recevons ses « instructions ». Heureux seront nos enfants qui se confient en Lui.

Les dieux s’invitent à Genève

Ce sont bien des dieux (Ge 3:5) qui se sont invités à Genève et ailleurs, des hommes guidant, jugeant qui se prennent pour des dieux, s’opposent à l’histoire et à la vérité, et l’enseignent aux autres.

J’avais dit: Vous êtes des dieux, Vous êtes tous des fils du Très Haut. Cependant vous mourrez comme des hommes, Vous tomberez comme un prince quelconque. Lève-toi, ô Dieu, juge la terre! Car toutes les nations t’appartiennent. Psaumes 82:6-8 

… et Dieu dans tout cela?


Le philosophe Régis Debray termine ce catalogue religieux par un long texte, dont nous n’en reproduiront qu’un extrait :

« Et Dieu dans tout cela ?» « Sire, je n’ai pas besoin de cette hypothèse », répondit Laplace à Napoléon qui demandait où il logeait le Père Éternel dans son système. Si l’on veut bien considérer la surface et la profondeur des religions a-théologiques, sans Dieu unique — hindouisme, bouddhisme et confucianisme, sagesses devenues religions à la longue — le mot fameux de Laplace n’a rien de blasphématoire. Ne faisons pas du monothéisme un abcès de fixation, sauf à renoncer à la moindre ouverture de compas.

Serait-ce une manière obscure de parler de la franc-maçonnerie, la grande sœur spirituelle de la laïcité, dont les emblèmes sont l’équerre et le compas ?

Quant au Dieu créateur du ciel et de la terre, dont notre Bible serait en quelque sorte la biographie autorisée en deux volumes (Ancien et Nouveau Testament) …

Cette division en deux « testaments » (alliances) n’est pas intrinsèquement judéo-chrétienne, certains croyants enlèvent la page blanche entre AT et NT de leur Bible. La Bible est un tout, le Dieu du NT est aussi celui de l’AT.

il n’est pas sacrilège d’en esquisser l’histoire et la géographie. Celui qui, à l’abstraite unicité d’Aton, salué comme il convient par Aménophis IV dans son hymne (« Tu es unique et il n’y en a point d’autre »), ajoute la faculté de punir, de consoler et de piquer des colères. Celui donc qui ne se contente pas d’exister mais qui pense à nous, et même à moi personnellement, peut dire à bon droit le chrétien — il est assez facile d’en reconstituer l’état civil, en fouillant la relation évolutive et datée de l’homme à l’Éternel. Sa date de naissance, quoique en discussion, tourne autour de — 600 av. J.-C., celle du Deutero-Isaïe … (page 309)

Nous nous arrêterons ici, ormis que ces propos ne sont pas clairs pour tous, il demeure que la science et l’histoire font défaut, et c’est la plus grande critique que nous ferons à cette exposition laïque, dont le but est d’enseigner des inexactitudes. Comment Dieu, … ou même le judéo-christianisme daterait-il seulement de 600 av. J.-C ? Alors que les premières pages de la Bible ont été écrite env. 1400 ans avant J.-C  par Moïse? C’est toute l’histoire du peuple juif qui est remise en cause. Or les enfants d’Israël ont laissé des traces archéologiques76 en Égypte, à Goshen. On y trouve des outils, poteries et tombes israélites (cananaïtes).


Celui dont le Nom est JE SUIS, est éternel, n’est né ni avec Moïse, ni avec Ésaïe. Sa Parole ne passe pas comme celle des hommes qui veulent le chasser du ciel.

Les plus vieille traces de civilisation écrites, témoignent de la connaissance exacte des principaux récits de la Genèse77, 2500 à 3000 ans avant Jésus-Christ. Les sages qui ont créé les pictogrammes chinois s’y réfèrent. Moïse, ou Ésaïe n’ont rien inventé.

Dieu répond

Il répond à nos vaines pensées et à la l’arrogance du méchant  :

Le méchant dit avec arrogance: Il ne punit pas! Il n’y a point de Dieu! -… Il dit en son cœur: Je ne chancelle pas, Je suis pour toujours à l’abri du malheur! … Pourquoi le méchant méprise-t-il Dieu? Pourquoi dit-il en son cœur: Tu ne punis pas? Psaume 10:4-6, 13 

et c’est une grâce que d’être prêt avant le retour de son Fils.

Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Ces vaines pensées parmi les peuples? Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils Et les princes se liguent-ils avec eux Contre l’Éternel et contre son oint? – Brisons leurs liens, Délivrons-nous de leurs chaînes! – Celui qui siège dans les cieux rit, Le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle dans sa colère, Il les épouvante dans sa fureur: C’est moi qui ai oint mon roi Sur Sion, ma montagne sainte! Je publierai le décret; L’Éternel m’a dit: Tu es mon fils! Je t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession; Tu les briseras avec une verge de fer, Tu les briseras comme le vase d’un potier.

Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse! Juges de la terre, recevez instruction! Servez l’Éternel avec crainte, Et réjouissez-vous avec tremblement. 

Baisez le fils, de peur qu’il ne s’irrite, Et que vous ne périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s’enflammer. Heureux tous ceux qui se confient en lui! (Psaume 2)

Le dernier mot de l’expo-Dieu(x) : Une louange au seul vrai Dieu

L’illustration de la dernière page du catalogue est celle d’un chapelet d’une écriture non latine. Il est probable que les éditeurs en ignorent le sens, c’est un chapelet éthiopien 78, dont voici quelques lignes :

Il est descendu du ciel sur terre pour nous sauver. Et nous croyons au Saint-Esprit et rendons grâce au Père et au Fils, qui donnent la vie; Nous croyons aux prophètes par les prières du Très-Haut, nous croyons en une église glorieuse et croyons en un seul baptême, le pardon des péchés et l’espérance de la vie éternelle à venir.

Cette laïcité qui dénigre notre Dieu et nous assaille, nous conduit à nous confier d’avantage en Lui, à L’invoquer dans la persécution, et à Le glorifier.

Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Apocalypse 3:10 

  • 1270 millions d’habitant, dont 87.2% musulmans et 9.9% Chrétiens. L’Indonésie ne reconnaît pas l’agnosticisme ou l’athéisme et le blasphème est illégal.
  • 2Nous utilisons cette formule « islamiste radical» par commodité, l’islam étant selon ses sources, déjà radical.
  • 3Interview du ministre de la sécurité indonésien : CNN Indonésia 2019-11-26 (youtube D4T7uNfr0Pw).
  • 4Reforme.ch 2 MARS 2020 : tinyurl.com/v5stv2x
  • 5En Israël, un mariage civil est interdit. Un couple juif non religieux ne peut se marier qu’à l’étranger.
  • 6La Chine réécrira la Bible et le Coran pour «refléter les valeurs socialistes» au milieu de la répression de la minorité ouïghoure musulmane- dailymail.co.uk/ 24 dec. 2019. Les croix devaient disparaître du pays. La peste actuelle (cf. Luc 21:11) semble avoir retardé ce projet.
  • 7Affaire Mila : La seconde enquête a été ouverte pour “provocation à la haine raciale”, afin, selon le parquet, de “vérifier si les propos tenus sur la vidéo diffusée [par la jeune fille : L’Islam une religion de merde] sont de nature à recouvrir une qualification pénale ou s’inscrivent dans la liberté d’expression reconnue à chacun et constituant un principe à valeur constitutionnelle”. Voir l’article : marianne.net Par Louis Nadau Publié le 29/01/2020 à 12:20. :
  • 8expo-dieux.ch/
  • 9tinyurl.com/syp7gub
  • 10Par société multiculturelles, on entend multi-religieuses.
  • 11Personne n’est sans croyance(s), ces jeunes sont appelés et enseignés à croire à un espoir et à un but communs.
  • 12On peut utiliser le terme endoctrinés, puisque la laïcité a ses dogmes et se définit elle-même comme une religion lors de cette exposition.
  • 13Des chrétiens de langue maternelle arabe viennent du Liban ou d’Égypte en Europe en période estivale pour évangéliser les musulmans d’Arabie Saoudite ou des Emirats, parce qu’il n’est pas possible de le faire dans leur pays respectifs. Certain(e)s musulmans se posent la question : « pourquoi tant de croix dans cette ville, pourquoi la croix ? », ils / elles se convertissent et ont la joie du cœur, quand on les aborde et leur explique l’Évangile. Malheureusement, peu de chrétiens européens participent à cette action, et nous voyons maintenant que les chrétiens nominaux européens préfèrent laisser « vivre en paix » ce microcosme religieux.
  • 14En France, le terme « cités » a d’ailleurs une connotation négative depuis quelques décennies. Ce qui a explosé est surtout une population majoritairement islamique. La qualité de la vie sociale et la sécurité des gens et des biens dans les villes et villages alentours en a été négativement touchée. Un de mes collègues allemand d’origine palestinienne me décrit que le même phénomène a lieu à plus grande échelle en Allemagne, depuis la venue massive de migrants syriens. Nous affirmons cet état de fait non pour attiser de la haine vis-à-vis des musulmans, nôtre devoir étant des les aimer, mais pour décrire objectivement ce que la laïcité nomme malhonnêtement comme « diversité » religieuse.
  • 153 faces de 171 carreaux, avec la 4ème ayant 18 carreaux en moins à cause de la porte : 4×171 – 18 = 666
  • 16Source : Wikipédia en anglais
  • 17Nous étions accompagnés par une famille avec des enfants en bas âge, une des employées à insisté pour que l’enfant de 4 ans n’y assiste pas.
  • 18Catalogue de l’expo « DIEUX MODE D’EMPLOI » p. 271
  • 19worldometers.info/abortions/ 10’553’000 d’avortements on eu lieu en ces 3 mois de 2020 : Janvier à fin Mars. C’est presque le rythme du battement du cœur, 80 enfants avortés par minute dans le monde.
  • 20Que tout soit créé à partir de rien, est une absurdité. La création témoigne de cette erreur « inexcusable »  selon Romains chap.1: S’il y a donc un créateur, il n’est pas le mythe créé d’une religion inventée par l’homme.
  • 21Les religions meurtrières (Champs actuel) (French Edition) . Flammarion. Kindle Edition. ISBN Epub : 9782081389014 : En 2015, dans la collection « Champs », il a notamment publié Dix thèses sur la guerre et Israël. Un portrait historique.
  • 22Amazon présente le livre aînsi : « À l’occasion de l’exposition “Dieu(x), modes d’emploi” qui ouvrira ses portes au public le 23 octobre 2012 à Paris, au Petit Palais, cet ouvrage éponyme offre un aperçu thématique de l’un des rares phénomènes humains véritablement universels : le phénomène religieux. “Divinités”, “Au-delà”, “Passages”, “Cycles”, “Cultes”, “Voix”, “Lieux”, “Corps”, “Intercesseurs”, “Conflits”, autant de fenêtres qui permettent d’appréhender toute la richesse des expériences religieuses ou spirituelles contemporaines. Par l’ancien ambassadeur d’Israël en France. »
  • 23Lors de le soirée porte ouverte du … , le « grand-maître » du GODF expliquait que ll’IVG avait été introduite pour éviter des conditions précaires d’avortement mettant en danger la vie de la mère. Il a évoqué les « faiseuses d’anges » du moyen-âge, et la nécessité de rappeler le contexte dans lequel les lois ont été faites, pour que l’on n’oublie pas le contexte positif dans lequel elles ont été travaillées. 80 enfants sont avortés dans le monde à chaque minute.
  • 24NSDAP = Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei  , le parti Nazi d’hitler.
  • 25Idéologie de l’ordre de Thulé: (source wikipédia.fr 2020)
  • « L’idéologie de l’ordre était fondée sur la croyance en l’existence de surhommes et d’une race humaine supérieure : les Aryens, qui auraient vu le jour dans l’hypothétique Hyperborée, centre magique des peuples germaniques. La plupart des membres sont ariosophes ; certains sont initiés à la franc-maçonnerie, même si certaines de leurs idées s’opposent radicalement à celle de la « fraternité universelle » : l’Aryen est dit d’une race humaine d’origine divine, tandis que le Juif est considéré être un sous-homme. »
  • l’ordre de Thulé : (source wikipédia.english 2020) : (en allemand Thule-Gesellschaft) était un groupe d’occultistes… fondé à Munich juste après la Première Guerre mondiale, du nom d’un pays nordique mythique dans la légende grecque. La société est principalement connue comme l’organisation qui a parrainé le Deutsche Arbeiterpartei (DAP; Parti des travailleurs allemands), qui a ensuite été réorganisé par Adolf Hitler en Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP ou Parti nazi). Selon le biographe hitlérien Ian Kershaw, la “liste des membres de l’organisation … se lit comme un « dictionnaire biographique » des premiers sympathisants nazis et des figures de proue de Munich”, y compris Rudolf Hess, Alfred Rosenberg, Hans Frank, Julius Lehmann, Gottfried Feder, Dietrich Eckart, et Karl Harrer.
  • 26Catalogue de l’ancienne exposition du musée de Dachau avant 2002, réf.17 :
    Une branche d’un ordre germanique fondé dans le nord de l’Allemagne en 1912 a été créée à Munich en 1918. Au cours de l’été 1918, la succursale de Munich a établi ses bureaux à l’hôtel “Vier Jahreszeiten” et s’est camouflée en “Société de Thulé”. L’Ordre germanique était une loge antisémite secrète, organisée sur le modèle des francs-maçons. Leurs principes étaient les suivants: “Seuls les Allemands de sang pur de troisième génération sont éligibles à l’adhésion; une grande valeur doit être accordée à la propagation des informations raciales; les principes de la “Alldeutsche” doivent être étendus à l’ensemble de la race allemande. – Tout ce qui est non allemand doit être combattu. ” Julius Streicher, Rudolf Hess, Alfred Rosenberg, Gottfried Feder, Dietrich Eckhart et Hans Frank appartenaient à ce cercle de la “Société de Thule”. Un des membres, Karl Harrer, a formé un groupe de travailleurs au sein de l’organisation elle-même pour veiller aux intérêts des travailleurs nationalistes. La fondation du Parti ouvrier allemand a suivi le 5 janvier 1919, Harrer ayant contribué à la planification initiale. Le 12 septembre 1919, le capitaine Mayr, membre de l’état-major du Reichswehrgruppenkommando IV, envoya un agent confidentiel à l’une de leurs réunions. Son nom était Adolf Hitler. “Origine et nature du national-socialisme” par Helga Grebing. » : Source : Catalogue de l’ancienne exposition du musée de Dachau avant 2002, réf.17 – kz-gedenkstaette-dachau.de )
  • 27Friedrich Engels Schriften der Frühzeit: Aufsätze, Korrespondenzen, Briefe … p.20 Springer Verlag, Berlin Heidelberg GMBH, 1920, … aussi dans « Friedrich Engels, Briefe aus dem Wuppertal Geschrieben im März 1839. »
  • 28Voir le livre très bien documenté de Richard Wurmbrand : Karl Max et Satan. Nous l’avons reproduit en 7 articles sur notre site : vigi-sectes.org/karl-marx-et-satan-de-richard-wurmbrand-1-7/
  • 29Plusieurs ex-maçons reconnaîssent que la lumière de l’initiation maçonnique est une lumière luciférienne, mais que seuls les maçons de haut grade le savent. youtube.com/watch?v=VdY8LOjzMVM
  • 30agora-ressources.ch/merveilles/islam.html#
  • 31La seule religion qui n’est pas « vaine » selon la Bible, n’est pas une religion exerçant une office sacrale, à proprement dire, mais est la manifestation des œuvres de celui qui « aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté » (Jacques 1:26-27).
  • 32agora-ressources.ch/merveilles/pdf/MERVEILLES_MUSULMANS_CORRIGE1.pdf
  • 33Sourate 112 en francais : Dis: « Il est Allah, Unique. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui. »
  • 34Voir Coran 16:106; 3:28; 9:3; 66:2; 40:28; 2:225; 3:54 et haddiths authentiques Sahih Bukhari 52:269; 49:857; 84:64-65; 32:6303; 50:369, thereligionofpeace.com/pages/quran/taqiyya.aspx
  • 35wikiislam.net/wiki/Allah_le_meilleur_trompeur
  • 36answering-islam.org/Books/Zwemer/God/chap1.htm
  • 37Voir le coran 33:56, ainsi que nos précédents articles dans la RD
  • 38La plupart des informations que nous apporterons dans ce chapitre nous parviennent de nous études précédentes du Coran ou d’un érudit arabisant, en l’occurrence Christian Prince pour la définition des termes : CP est Diplômé de Droit Civil et Canonique islamique (la fameuse Sharia), il possède non seulement les compétences requises d’un juge siégeant dans un tribunal islamique, mais aussi les qualités d’un historien, linguiste et enfin d’un débatteur. Il analyse en profondeur les termes utilisés dans les Coran, les Haddiths et le Tafsir. Il est l’auteur de différent livres : La tromperie d’Allah » et « Le Coran et la science en profondeur » en anglais, et en français « Les secrets du prophète arabe ».
  • 39Ce musulman a accueilli plus de 80 enfants en phase terminale dans le comté de Los Angeles. Mohamed Bzeek dit que l’islam “m’apprend que si quelqu’un a besoin de mon aide et que je peux aider, alors je dois l’aider”. Le Coran a en fait un tout autre discours sur les orphelins et Mahomet a pris l’épouse de son fils adoptif pour femme.
  • 40C’est ce que souhaitent aussi les musulmans en Indonésie, mais aucune loi n’a été faite dans ce sens.
  • 41Prince, Christian. The Deception of Allah Volume 1 (p. 4). Kindle Edition. Traduction par vigi-sectes.
  • 42NDLR : D’autre terme nous interpellent : Alhamdulillah (Coran 1.2) = « Louange à Allah ». Comment Allah peut-il dire « Louange à Allah ». Le Dieu unique parle donc de lui-même à la troisième personne.
  • 43C’est nous qui rajoutons entre crochets des termes pour rendre la question plus explicite.
  • 44Nous ne discuterons pas si montrer ses fesses en direction du temple de Jérusalem pour adorer une pierre noire en forme de vagin, est une réelle « louange » au Dieu de Moïse, Joseph, David et Salomon.
  • L’histoire et la science dérangent les sectes. Mais le judéo-christianisme repose sur un livre de connaissance du passé et du futur que l’histoire ne dérange pas.
  • 45Seule la laïcité est autorisée à l’école. Voir reseau-canope.fr/les-valeurs-de-la-republique/enseignement-laique-des-faits-religieux.html
  • 46… mais faisant un dieu de l’idéal commun de l’Homme, soudé par une initiation en une religion.
  • 47 Régis Debray, L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque. Odile Jacob, 2002, pp. 43-44
  • 48De leur côté, les autorités françaises, prenant acte du lien possible entre une interprétation radicale du Coran et le djihadisme armé, adoptent, dans le cadre de l’état d’urgence, des mesures qui, pour lutter contre ce dernier, portent immédiatement atteinte à la liberté religieuse. https://www.cairn.info/revue-civitas-europa-2016-1-page-179.htm#no1
  • 49Voir l’interview : Les Frères musulmans vers le califat mondial – Le Zoom – Alexandre Del Valle. youtu.be/BVSpgYUzpdE . Des documents des Frères musulmans ont été trouvé après le 11 septembre, décrivant la planification de la conquête de l’Europe.
  • 50… comme l’apologète Islamique Zakir Naïk aui affirme utiliser les lois européennes pour défendre l’Islam jusqu’à ce que la Sharia rentre en puissance. Youtube « Controversial Preacher Zakir Naik speaks to the Newsmakers ».
  • 51Liberté de conscience, ne signifie pas liberté d’expression, ni d’enseignement public.
  • 52En pratique, la liberté de culte est toutefois compromise en Europe. Certaines associations chrétiennes sont plus ou mois bloquées dans leurs activités pour des raisons discutables (normalisation des bâtiments). En Italie, des dizaines d’Églises non catholiques et des mosquées ont reçu l’ordre de fermer dès 2017 (crossword.org letter of Milan, du 6 dec. 2017), avant qu’une plainte des musulmans soit faite à un niveau national, permettant leur réouverture. En France, à Cergy St Christophe (95), dans les années 90, les chrétiens évangéliques ne recevaient pas d’autorisation pour construire une Église sur un terrain qu’ils projetaient d’acheter. Cette nouvelle était rapportée comme avec contentement par les autorités laïques, qui précisaient que l’Islam lui, s’intégrait beaucoup mieux. Quelques années plus tard, les autorités locales ont autorisé la construction d’une immense mosquée et le terrain a été offert. Aujourd’hui, la banlieue de Cergy St-Christophe est métamorphosée, il n’y a plus la sécurité d’antan pour s’y promener la nuit.
  • 531) C’est, en effet, à la demande insistante du président Chirac que la référence aux « racines chrétiennes » de l’Europe a finalement été retirée en 2004 du projet de préambule de la Constitution européenne. (la-croix.com 2019-09-27-1201050439)
  • 54Macron, Emmanuel. Révolution (Hors collection) (French Edition) . XO. Kindle Edition. : « Cette France, républicaine par nature, qui est la nôtre, a des ennemis. Les républicains ne peuvent jamais faire l’économie de les nommer. Ces ennemis si divers ont tous en commun d’être des rêveurs – mais des rêveurs parfois criminels –, des puritains, des utopistes du passé. Ils croient détenir une vérité sur la France. »
  • 55Nous rebâtirons Notre-Dame, parce que c’est ce que les Français attendent. Parce que c’est ce que notre histoire mérite. C’est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments, nos épidémies, nos guerres, nos libérations, c’est l’épicentre de notre vie, …C’est tant de livres, de peintures. C’est une cathédrale qui est celle de toutes les Françaises, et de tous les Français, même ceux qui n’y sont jamais venus.
  • 56Membre dirigeant du Parti socialiste (PS), il est ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Ayrault1 de 2012 à 2014. Il est député européen de 2004 à 2012, puis à partir de 2014. Il est l’auteur d’un livre, « refondons l’école ».
  • 57Par AFP, Publié le 2 septembre 2012 , rapporté par lefigaro.fr
  • 58youtube : « Vincent Peillon 3 – C’est quoi la laïcité ? » Source : Camille Tassel, le monde des religions.
  • 59La Révolution française n’est pas terminée (Seuil, 2008) : – voir aussi christianophobie.fr/breves/vincent-peillon-delirant-antichretien-et-ministre#sthash.ZAmsFg3t.dpuf
  • 60Interview : youtu.be/3WNuugFF7Gg Vincent Peillon n°2 – La laicité: une religion ?
  • 61Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson, Vincent Peillon, éd. Seuil, 2011 (ISBN 2-02-098521-7), p. 277
  • 62Youtube: « Vincent Peillon 3 – C’est quoi la laïcité ? » http://www.laplumeagratter.fr/2012/09/05/la-morale-laique-de-vincent-peillon-ou-la-franc-maconnerie-imposee-a-nos-enfants/
  • 63Vincent Peillon lefigaro.fr le-nouveau-pouvoir-des-francs-macons.
    Le « Grand Orient » a une réputation d’athéisme.
  • 64Richard Wurmbrand, Tortured for Christ (Torturé pour Christ)
  • 65Chanson de 1941 à la gloire du maréchal Pétain que les écoliers de la France occupée devaient chanter. Au moment de la déclaration de la chanson à la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique, celle-ci décèle une « parenté évidente » avec une composition de Casimir Oberfeld, … Juif,… qui a été l’un des premiers ayants droit de la SACEM à la veille de l’occupation allemande, il perd sous le régime de Vichy le droit d’y déposer des œuvres et la possibilité de toucher ses droits d’auteur. Déporté à Auschwitz … il meurt lors d’une « marche de la mort » en 1945. (source wikipédia)
  • 66Les témoins de Jéhovah dans leur réponse aux lecteurs, disent ce qui est licite ou pas, dans le couple : wol.jw.org/en/wol/d/r1/lp-e/1978130 .
  • 67Le sage musulman Qurtubi mentionne que l’inceste est parfois autorisé, si la fille est issue d’un adultère :answering-islam.org/Shamoun/incest.htm
  • 68La Bible fournit des détails clairs sur l’éthique sexuelle et décrit même l’idéal de Dieu pour le mariage, à savoir un homme et une femme s’unissant en une seule chair (cf. Matthieu 19: 1-9; 1 Corinthiens 7: 1-5).
  • 69worldometers.info/aids/ : Plus de 440’000 morts du Sida du 1er janvier au 5 avril 2020. Les données sont de l’OMS.
  • 70Einstein : « Gott würfelt nicht ». Les Instituts internationaux de physique et de chimie, à Solvay en Bruxelles, ont été fondés par l’industriel belge Ernest Solvay en 1912. Les instituts coordonnent des conférences, des ateliers, des séminaires et des colloques consacrées à des questions ouvertes en physique et en chimie. (Wikipédia english).
  • 71goodreads.com/quotes/528444
  • 72goodreads.com/quotes/8409238
  • 73interview publiée dans le livre « Glimpses of the Great » de George Sylvester Viereck (1930). (en.wikipedia.org/wiki/Religious_and_philosophical_views_of_Albert_Einstein )
  • 74Je me souviens d’un rêve lors d’une retraite chrétienne internationale, similaire à cette bibliothèque du monde d’Einstein, mais dont l’issue est différente: C’était une grande bibliothèque, concentrique dont les étagères hautes et larges pointaient toutes vers un espace centrale. Les hommes apparaissaient dans le cercle du centre, les uns après les autres, puis s’aventuraient au hasard vers les rayons. Rapidement épris des sciences qu’il consultaient (mathématiques, physiques, biologie, etc.) il y passaient leur vie, confinés entre deux rangées d’étagères. C’était bientôt mon tour de devoir aller au centre, et de choisir mon chemin. Je me suis alors dit : « Je ne ferai pas comme les autres qui passent leur vie au même endroits, je vais d’abord faire le tour de cette bibliothèque, avant de choisir une science en particulier. » J’ai alors levé les yeux, et vu que les rangées de livres allaient à l’infini. Même une vie entière ne suffirait pas pour en faire le tour. Je me suis alors dit : « Je m’occuperais des gens qui lisent les livres, et pour cela, je n’ai besoin que d’un livre ». En tant que chrétien et scientifique, je suis convaincu que c’est La Bible, dont ont besoin les scientifiques pour leur vie.
  • 75Cette religionmets l’homme au centre, elle a pour grande sœur la franc-maçonnerie. Jules Ferry qui était maçon a dit : « Je veux une école sans Dieu »
  • 76https://patternsofevidence.com/ The David Rohl Lectures – Part 2
  • 77Nous recommandons le livre en Anglais qui traite du sujet : the Discovery of Genesis, Ch Kang and Ethel Nelson. Nous avons vérifié la véracité des informations apporté auprès de chinois et taïwanais maîtrisant le chinois classique.
  • 78Nous avons fait une traduction approximative avec Google translate pour reconnaître l’origine de ce chapelet : orthodoxe en amharique. Celui-ci comporte aussi une invocation hérétique à la vierge Marie. 43,5 % de la population éthiopienne est membre de l’Église éthiopienne orthodoxe ;
Tagged:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *