Cette ouvrage de Gérard DAGON † , ancien président et un des fondateurs de notre association, date de l’année 1991, nous ne reproduirons donc pas les statistiques, ni les fiches descriptives, mais l’introduction et la préface.

Editions BARNABAS, ISBN : 2-908582-04-X


L’Eglise a toujours été dans l’Histoire confrontée à divers mouvements dont l’orthodoxie était en porte-à-faux avec la Parole de Dieu.
A l’orée du XXI siècle, il apparaît que notre monde se tourne de plus en plus vers quantité de philosophies religieuses trompeuses. Le chrétien ne peut guère sous-estimer ce phénomène !
La politique de l’autruche n’est plus de mise dans le Corps de Christ.
L’apologétique est un des aspects souvent négligé de la vie de l’Eglise qui doit en priorité se développer pour la défense de notre foi commune.
C’est avec beaucoup de gratitude que je tiens à recommander aux lecteurs l’ouvrage de mon cher frère et ami Gérard Dagon.
On peut affirmer que dans notre francophonie, il a été un des précurseurs dans ce vaste ministère. Gérard fut, avec le regretté Walter Martin du «Christian Research Institute», celui qui a fait naître en moi le désir de servir le Seigneur dans cette importante spécialisation.
La lecture de ce livre vous permettra d’acquérir une très bonne connaissance de chaque mouvement sectaire étudié.
Qu’il soit en bénédiction pour nos églises et qu’il puisse susciter éga­lement chez vous le désir de devenir une sentinelle accomplie dans ce combat particulier !

Christian Piette


Introduction

La Fédération Evangélique de France (F.E.F.) publie depuis 1982, dans son trimestriel «INFO-FEF», une rubrique «Info-Sectes». Il s’agit d’une présentation simple et claire des principales sectes actives en France.
Beaucoup de numéros anciens de cette revue sont épuisés. Aussi les Editions BARNABAS ont-elles eu l’idée de rassembler tous ces arti­cles dans un livre qu’elles sont heureuses de vous présenter.
Les articles ont été revus et corrigés. Pour faciliter l’utilisation rapide des nombreux renseignements fournis dans le présent livre, tous les articles sont construits sur le même plan.
Certains articles sont plus longs que d’autres. Nous avons pensé développer le texte sur les sectes qui, à notre connaissance, sont rarement recensées dans d’autres ouvrages. Le texte de celles qui sont bien connues est plus bref.
Par ailleurs, nous avons essayé d’être aussi objectifs que possible, sachant que le Seigneur Jésus-Christ nous demande de dénoncer vigoureusement les enseignements erronés, mais d’aimer profondément les victimes de tels enseignements.
Suivant l’accueil reçu par ce premier livre, d’autres verront le jour, pour être rassemblés finalement dans un plus gros volume constituant enfin le «Dictionnaire des sectes» tant attendu par beaucoup…

Note importante Malgré le soin donné à la rédaction de ce livre, il se peut que des erreurs s’y soient glissées, indépendamment de notre volonté. Que le lecteur nous signale ces erreurs. Nous en tiendrons compte lors d’une éventuelle réédition. D’avance merci !

Qu’en dit la Bible ?

  • Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise.
    Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : c’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. (Matthieu 24:4-5)
  • Plusieurs faux prophètes s’élèveront et ils séduiront beaucoup de gens. (Matthieu 24:11)
  • Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il est possible, même les élus. (Matthieu 24:24)
  • Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs. (Matthieu 7:15)
  • Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera au milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. (Actes 20:29-30)
  • Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.
    (Il Timothée 4:3-4)
  • Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront sournoisement des sec­tes pernicieuses, et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolu­tions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. (Il Pierre 2:1-2)

Rien de nouveau sous le soleil

L’Ecclésiaste avait raison : «Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.» (Eccl.1:9)
Au temps de notre Seigneur Jésus-Christ, au cours de l’Histoire de l’Eglise, de nos jours, des sectes naissent, grandissent, se divisent, disparaissent pour renaître sous une autre appellation.
Par l’Ecriture Sainte, nous savons que dans les derniers temps, les temps de la fin – et nous y sommes – l’erreur va en augmentant.
La Bible, l’infaillible Parole de Dieu, a prévu le phénomène sectaire…
Elle a toujours raison dans ses prophéties et ses avertissements.
L’apôtre Paul a été accusé d’être le chef de la secte des Nazaréens (Actes 24:5). Les Juifs pensaient que le christianisme naissant était une secte (Actes 24:14). A Rome, le même bruit avait couru (Actes 28:22).
A Corinthe, les sectes semblaient même constituer un mal nécessaire (I Cor. 11:19) !
Dès le premier siècle, les sectes sont des œuvres de la chair (Gal.5:19-21) et elles le resteront durant les siècles futurs : adoptianisme, arianisme, donatisme, gnosticisme, manichéisme, marcionisme, mo­dalisme, montanisme, pélagianisme, quiétisme, etc. sont des exemples parmi des centaines.

Enquête gouvernementale

Les sectes ne troublent pas seulement les Eglises, elles ne sont pas uniquement un phénomène religieux ; l’opinion publique et même les gouvernements sont interpellés.
Le massacre de Guyana, la prostitution sacrée des «Enfants de Dieu» ou «Famille d’Amour», la dictature et les mariages collec4tifs de Moon, les enlèvements de jeunes, la circulation de grosses fortunes, les pro­cès avec l’Eglise de Scientologie… ne peuvent laisser les autorités indifférentes.
Le 1 er septembre 1982, le Premier Ministre de l’époque, Pierre Mauroy, avait chargé le député Alain Vivien, l’un des vice-présidents de l’Assemblée Nationale d’alors, d’étudier les problèmes posés par le développement des sectes en France. Ce député a consulté de nombreux responsables d’Eglises, d’Associations de défense, de Ministères, de partis politiques pour se faire une idée précise de la situation.
Au cours de l’après-midi du 29 décembre 1982, la Fédération Evangélique de France (F.E.F.) a été auditionnée également. Son président et son secrétaire-général ont eu la joie de s’entretenir, à l’Assemblée Nationale, avec le député Vivien, sur l’attitude des Evangéliques devant les sectes.
Cet entretien, fort cordial, a été suivi d’un échange de correspondance très intéressant. Citons juste un bref extrait de la lettre du député Vivien, datée du 11 janvier 1983:

«II est bien évident que le mouvement évangélique ne correspond aucunement à ce que l’on désigne par le vocable de ‘secte’ dans l’opinion publique.»

Nous en étions tous convaincus, mais il est réjouissant de l’entendre affirmer par un député bien informé sur la question des sectes et chargé de fournir ce rapport ! (Colossiens 4:5 et I Thessaloniciens 4:12)

En avril 1985, la «Documentation Française» a publié le Rapport Vivien sous le titre «Les Sectes en France» (144 pages).

Nombreux avertissements bibliques :

De très nombreux textes bibliques donnent des avertissements aux chrétiens pour les protéger contre l’offensive des sectes.
Matthieu 7:22-23: Les miracles et les signes spectaculaires ne sont pas forcément critères de vérité.
Matthieu 15:3-6: L’Ecriture reste l’autorité absolue, même en face de vénérables traditions ou de nouvelles révélations des sectes.
Romains 16:17: Sérieuse mise en garde et invitation à s’éloigner, entre autres, des sectes.
II Corinthiens 11:13-15: C’est bien Satan qui inspire les fondateurs de sectes ; il le fait même en se déguisant.
Galates 1:8-9: L’Evangile annoncé par les sectes est un autre, un faux évangile.
Galates 2:4 : Les sectes agissent avec dissimulation pour faire des esclaves de leur système.
Galates 4:17: Le zèle n’est pas forcément critère de vérité. Il peut être «une bonne oeuvre» pour gagner son salut.

Ephésiens 4:14 : Restons attachés au Christ, pour ne pas être trompés ou séduits.
Philippiens 3:2 : Une nouvelle mise en garde contre les mauvais ouvriers et les faux enseignants.
I Timothée 4:1-3 : Les temps actuels sont favorables à l’éclosion de nouvelles sectes.
I Timothée 6:20-21 : Que nous puissions tous écouter cet ordre de l’apôtre Paul à son enfant spirituel.
II Timothée 3:5 : II y a apparence et authenticité : il ne suffit jamais d’être sincère pour être sauvé.
Tite 1:10-11: Les vains discoureurs ne datent pas d’aujourd’hui, leurs méthodes n’ont pas changé.
I Jean 2:22: Combien de sectes ne s’attaquent-elles pas à la personne et l’oeuvre du Christ ?
I Jean 4:1-3 : S’il est un don particulièrement nécessaire à l’Eglise de Jésus-Christ, c’est bien celui du discernement.
Jude : Lisons entièrement cette petite épître, elle est vraiment actuelle et décrit si bien mainte secte.

Si nous relisons encore les versets cités à la page 7, nous constaterons combien le Seigneur et sa Parole nous mettent en garde contre les hérésies et les sectes.
Qui oserait encore prétendre que la Bible n’est pas un livre actuel ?

Sachons faire la différence !

Il est important de faire la différence entre la secte en tant qu’organisation et ses membres, souvent aveuglés et prisonniers. Nous avons à
combattre l’erreur – avec des armes spirituelles -, mais à aimer celui qui est victime, consciente ou non, de l’erreur et de la séduction. Le membre de la secte est notre prochain. Nous ne voulons pas attaquer des personnes. Nous ne voulons manifester aucune haine, mais une grande compassion. Nous désirons les aider, les aimer et les gagner à Jésus-Christ.

Par exemple, faisons bien la différence entre l’organisation des Témoins de Jéhovah, bien structurée, rigide, dictatoriale, et le simple Témoin de Jéhovah qui, lui, semblable à un pantin, est aveuglément soumis à la secte.

Pour nous, nous, le vocable «secte» ne revêt aucune nuance péjorative. Ne confondons jamais fermeté et haine ; la fermeté biblique est une forme d’amour.

Pourquoi le succès des sectes ?

Les sectes prolifèrent, l’erreur a généralement plus de succès que la vérité : l’erreur est séduisante, la vérité oblige. Il est plus facile d’être membre d’une secte que de passer par la nouvelle naissance pour
est en congé. Quand la vérité est annoncée, Satan se déchaîne.
L’homme d’aujourd’hui veut du neuf, du changement. Tout ce qui est nouveau est beau, vrai et séduisant, surtout venant de l’Orient.
Malgré leur religiosité, nos contemporains sont très ignorants de Dieu. Peu connaissent la Bible, très peu ont une relation personnelle avec leur Créateur. Combien ont une certitude concernant l’au-delà… ?
Alors, dans la confusion et dans un climat d’inquiétude grandissante, on fonce tête baissée vers les sectes.
Les jeunes, mal dans leur peau, livrés à eux-mêmes, deviennent des proies faciles. Une fois harponnés, ils acceptent plus aisément de se plier à la discipline la plus dure.

Combien sont-elles ?

L’enquête gouvernementale dont nous parlions plus haut, a recensé 197 sectes en France. Il semble que ce nombre soit loin en-dessous de la réalité. Les sectes ne s’affichent pas toujours en tant que telles. Leur nom peut les placer au-dessus de tout soupçon. Il faut visiter les groupes, correspondre avec les responsables pour découvrir, après des mois ou des années, à qui on a affaire.
Le dernier Répertoire du mensuel «Mouvements Religieux», journal de l’Association d’Etude et d’Information sur les Mouvements Religieux, mentionne plus de 200 sectes. Là encore ce nombre semble bien bas.

Le monde spirituel est pollué par d’innombrables sectes. C’est bien d’une offensive et d’une avalanche qu’il faut parler ! De nouvelles sectes naissent presque tous les jours. Le nombre de 800 sectes en France a été avancé. Nous le croyons plus près de la vérité.

Quelle définition donner ?

Les avis sont partagés. Certains font dériver le mot «secte» du latin secare’ : couper. Pour eux, la secte se coupe des autres pour ??? actuels seraient des sectes.
D’autres rattachent le terme «secte» au verbe ‘suivre’ (latin : ‘sequor’).
La secte suit un nouveau prophète, le seul, le vrai, le dernier !
Serait-ce une question de nombre ?Beaucoup disent : «L’Eglise est grande, la secte est petite». Ce n’est pas vrai dans bien des pays. Le grand nombre n’est pas obligatoirement preuve de vérité.
Enfin, plusieurs pensent que ce qui est «officiel» et «reconnu» est vérité, alors que ce qui n’est pas officiel et non reconnu est secte.
Nous vous proposons cette définition :
«La secte, dite religieuse, est un mouvement qui, d’une manière ou d’une autre, ne donne pas à Jésus-Christ la place centrale qui lui revient.»
Ajoutons simplement que les différentes versions de la Bible donnent comme synonymes de «secte» : parti, hérésie, groupe divergent, dissidence et scission.

La Bible + une autre autorité

Pour de nombreuses sectes, la Bible est bien la Parole de Dieu, mais elles lui ajoutent ou lui substituent une autre autorité, orale ou écrite.
Selon la secte, pour bien comprendre la Bible, il faut considérer d’autres livres prétendus inspirés, tels que «Les Principes Divins» pour l’Association du Saint-Esprit pour l’Unification du Christianisme Mondial de Moon, «Science et Santé avec la clef des Écritures» pour l’Eglise du Christ, Scientiste, «Les Lettres de Moïse David» pour les Enfants de Dieu ou la Famille d’Amour, les nombreux livres de la Société de la Tour de Garde pour les Témoins de Jéhovah, «Le livre de Mormon» pour l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, la «Parole contemporaine» de l’apôtre-patriarche pour l’Eglise Néo-Apostolique. Nous verrons cela en détail dans les différents articles de ce livre.
Jésus-Christ n’est plus le seul Sauveur De tous temps, les hommes ont voulu un Dieu visible (Exode 32:1) et des preuves tangibles (Jean 20:25). Il est tellement plus facile de suivre le fondateur ou la fondatrice de la secte que l’on voit, que l’on entend, que l’on peut toucher, que l’on peut adorer.
En général, la secte associe ou substitue à Jésus-Christ toute une série de «sauveurs» ou des «maîtres à penser> auxquels elle attribue parfois le même crédit, bien qu’elle s’en défende : Joseph Smith pour l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, Louis Antoine pour le Culte Antoiniste, Claude Vorilhon pour le Mouvement Raélien,
Sun Myung Moon pour l’Association du Saint-Esprit pour l’Unification du Christianisme Mondial, Fritz Krebs et ses successeurs pour l’Eglise Néo-Apostolique, Rutherford pour les Témoins de Jéhovah, Alexandre Freytag pour l’Association Philanthropique ‘Les Amis de l’Homme’,
Georges Roux pour l’Alliance Universelle, Herbert Armstrong pour l’Eglise Universelle de Dieu, Lafayette-Ron Hubbard pour l’Eglise de Scientologie, Mary Baker-Eddy pour l’Eglise du Christ, Scientiste, Hélène White pour l’Eglise Adventiste du septième jour… sans oublier les nombreux gourous qui envahissent notre Occident, chacun d’eux fondant sa secte.
Beaucoup seront étonnés de voir Hélène White dans cette liste impressionnante et de nombreux Adventistes protesteront énergiquement devant l’importance que nous lui attribuons. Nous ne faisons que citer des documents dignes de foi.
Le livre «L’Esprit de Prophétie et ses enseignements», édité par le Séminaire adventiste de Collonges-sous-Salève, contient des citations surprenantes :

«Mais quoique les écrits de la messagère (H. White) ne constituent nullement une addition à la Parole de vérité, ils doivent être considérés néanmoins comme le message de Dieu à la dernière Eglise et reçus comme tels, de la même façon qu’ont été reçus les messages des anciens prophètes» (pp. 52-53).

«Les écrits de Madame White méritent une attention toute spéciale, et le fait de les rejeter ou même simplement de les négliger, serait une offense à Dieu qui pourrait causer notre perdition éternelle» (p. 55).

A en croire Hélène White, elle ne réclame rien de moins que l’infaillibi­lité totale pour l’ensemble de ses écrits. «La Revue Adventiste» d’avril 1983, page 4, l’affirmait :

«Il y a une ligne de vérité toute droite, sans la moindre formule hérétique, dans ce que j’ai écrit.»

Pour clore ce paragraphe, donnons la parole à deux étudiants adventistes : «Les journaux officiels de l’Adventisme débordent unilatéralement d’articles à la gloire d’Hélène White. Si elle n’est que partiellement responsable de cette idolâtrie (ou «whitolâtrie») posthume, elle l’a tout de même encouragée par ses maladresses d’expression et par sa manière intarissable de parler de ses visions, de ses livres, de ses extases, de son rôle, de son oeuvre, de ses impressions, de ses souffrances, de ses états d’âme, de ses insomnies, de sa manière de cuisiner et de digérer. Depuis quelques années un conflit intérieur ébranle l’Adventisme sur le sujet central de la justification par la foi et de l’autorité unique de l’Ecriture. Si de nombreux Adventistes continuent à considérer les écrits d’Hélène White comme un véritable «troisième testament», une minorité évangélique importante s’efforce, non sans opposition de la hiérarchie, de prêcher le Christ seul, tant en ce qui touche au salut et à l’Eglise qu’au témoignage unique de la Bible.»

La seule véritable Eglise

Chaque secte se prend pour la seule véritable Eglise. Elle le dit ouvertement ou le murmure tout bas. Hors de la secte, pas de salut.

Chaque secte se prend pour la seule véritable Eglise. Elle le dit ouvertement ou le murmure tout bas. Hors de la secte, pas de salut.

Les Témoins de Jéhovah sont le seul canal que Dieu a choisi pour prêcher le Royaume de Dieu.

Les Mormons forment la seule véritable Eglise qui possède à nouveau, et depuis 1830, l’authentique prêtrise.

Les Néo-Apostoliques constituent la seule véritable Eglise possédant à nouveau le ministère apostolique.

Les disciples de Moon considèrent ce dernier comme le nouveau véritable Messie qui réussira là où les autres ont échoué.

Les Enfants de Dieu sont les seuls à former la véritable Famille d’Amour voulue par le Christ.

La secte prêche le salut par son organisation

structurée ; elle se prêche elle-même. Pour elle, l’Eglise de Jésus-Christ est confondue avec l’organisation ecclésiastique (II Corinthiens 4:2-6).
La secte est l’arche de Noé dans laquelle les sauvés sont en sécurité. Les autres sont les disciples de la Bête, de la Grande Prostituée, du diable, ou tout comme. Un esprit d’étroitesse, un mépris des autres, une intolérance farouche se cachent souvent derrière la secte (Luc 9:49-50).
Il y a des «sectaires» partout, dans les grandes dénominations aussi bien que dans les petits conventicules. On rencontre des gens à l’esprit ouvert dans des groupements étroits et, inversement, des gens à l’esprit étroit et sectaire dans des groupements ouverts. Ayons le cœur large (amour vis-à-vis des membres des sectes) sur un sentier étroit (la bonne doctrine biblique).

Exclusivisme

La secte exige d’être suivie. Affirmant avoir toujours raison, elle a toujours le dernier mot. En dehors d’elle, tous sont dans l’erreur. Il faut repartir à zéro puisque, avant elle, tous ont également erré. Elle sait tout : la date du retour du Seigneur (1843, 1844, 1878, 1914, 1918, 1925, 1960, 1975, 1998…), le nombre précis d’élus au ciel (144.000) et même la température du Royaume de Dieu (22°).
Elle n’admet aucune hésitation ; ses affirmations sont celles de Dieu. Elle fait des calculs infaillibles et ses prophéties se réalisent toujours. Elle possède en son sein ce que les autres n’ont pas : le baptême pour les morts, le véritable apôtre patriarche, le véritable nom de Dieu…
Elle forme vraiment une bande à part, préconisant un isolationnisme total.

Déséquilibre

Tout comme les chrétiens, certaines sectes citent la Bible, mais elles le font à tort et à travers. Elles tronquent, manipulent et violentent le texte biblique pour lui faire dire n’importe quoi. Plusieurs sectes vous bombardent littéralement de versets bibliques sortis, hélas, bien sou­vent de leur contexte. Elles altèrent le sens du texte sacré, elles désé­quilibrent son enseignement, elles mutilent des versets ; un point secondaire devient l’essentiel : la croix n’était qu’un poteau, la transfu­sion sanguine est contraire à la volonté de Dieu, les instruments de musique doivent être proscrits des lieux de culte… Pour beaucoup, une vérité biblique secondaire devient objet de salut. On peut même affirmer que chaque secte possède sa doctrine particulière, à laquelle elle tient farouchement et dont dépend le salut. (I Corinthiens 4:6 ; Il Corin­thiens 4:2 ; II Pierre 3:16)
Les sectes doivent nous inciter à avoir une vue d’ensemble globale et équilibrée de l’Ecriture. Avec un verset isolé, sorti de son contexte, on ouvre la porte à une nouvelle secte .
Il est vrai que certaines sectes ne malmènent pas le texte biblique, leur erreur consistant à ajouter ou à retrancher du texte inspiré. Notre siècle est fertile en révélations et en visions. Soyons sur nos gardes et que l’Ecriture reste bien notre digue contre toute erreur.

Le diable change de tactique

Les doctrines des sectes évoluent. Elles prêchent non seulement des erreurs manifestes, mais aussi des demi vérités. C’est d’autant plus subtil et séduisant ! Le cas des Témoins de Jéhovah est typique. Ils emploient de plus en plus notre vocabulaire évangélique (Jude 3).
Les bonnes choses n’enlèvent pas les mauvaises. C’est vrai, il y a de bonnes choses dans beaucoup de sectes, mais souvent le bon est , empoisonné par l’erreur. Si nous buvons un litre de poison ou un litre de grenadine dans laquelle il y a 10 /o de poison, l’effet est identique, selon la nocivité du poison !

O.A.S.

Non, il ne s’agit pas de ce que vous croyez ! Nous ne parlerons pas de l’Organisation de l’Armée Secrète, nous voulons rester neutre dans ce domaine.
Ces trois lettres sont les initiales des principaux péchés de nombreuses sectes d’aujourd’hui.
O comme Orgueil. Bien souvent, nous trouvons chez les fondateurs de sectes, et chez leurs membres, un orgueil incommensurable.
Un exemple : le fondateur de l’Eglise Universelle de Dieu, Herbert Armstrong, a osé affirmer, en février 1934, qu’il était le premier chrétien à avoir enfin trouvé «la pure vérité».
A comme Argent. De nombreuses sectes brassent des millions.
Leurs adeptes sont dépouillés. Nous connaissons un ami suisse qui a
emprunté à sa banque 30.000 francs suisses pour pouvoir entrer dans une secte. Nous lisons de temps en temps dans la grande presse de tristes histoires de gros sous concernant mainte secte. On peut même se demander si certaines sectes sont des mouvements religieux ou des puissances financières.
S comme Sexe. Combien de sectes vivent en communauté où l’amour excuse vraiment tout ! De nombreux scandales ont éclaté récemment, et la grande presse – et ses lecteurs – en sont particulière­ment friands ! Faut-il parler ici de certains fondateurs de sectes dont la vie morale est des plus douteuses ? Quelle différence entre eux et Jésus-Christ qui a vécu sans commettre de péché ! Beaucoup justifient même par la Bible leur vie dissolue.
Que le Seigneur, dans sa grâce, nous préserve de l’O.A.S. (I Corin thiens 10:12).

Des séparations Comme nous l’avons dit plus haut, on ne doit pas appeler p p ppeler «secte»
tout groupement qui se sépare d’une grande Eglise. Luther et Calvin n’ont pas quitté (‘Eglise Catholique Romaine, on les a excommuniés.

Wesley n’a pas quitté l’Eglise Anglicane, mais il s’en est vu fermer les portes. De nombreuses Eglises Evangéliques sont nées à partir de quelques chrétiens zélés et engagés, qui ont été chassés de leur église d origine.
De même, il arrive souvent que la dissidence, que l’on rend responsable d’une scission, s’est constituée à part, parce qu’en réalité elle a
été chassée !
Ensuite, de part et d’autre, on regrette souvent la division… Mais une fois les positions prises, on s’y tient, même sans nécessité.
Par ailleurs, il faut juger de la séparation en tenant compte de l’époque et des conditions dans lesquelles elle s’est produite. Par exemple, il n’est pas douteux que la scission adventiste était largement justifiée par le déplorable état dans lequel se trouvaient les Eglises américaines du XIXème siècle.
Une seule séparation se justifie bibliquement : il faut se séparer de toute organisation religieuse qui, professant des doctrines anti-bibliques, refuse de les reconnaître comme telles et persiste dans l’erreur (I Rois 18:21 ; Matthieu 6:24 ; Il Corinthiens 6:17).
Ne devrions-nous pas être peinés par l’attitude de chrétiens qui s’accommodent si bien des erreurs et des compromis de leur Eglise par souci de facilité ou de représentativité ?
Question de nuance Pour montrer ce qui caractérise la secte, on a tendance à signaler uniquement les points particuliers qui lui sont plus ou moins propres.
On parlera du sabbat-samedi pour les Adventistes, de la guérison pour les Scientistes, du refus du service militaire et des transfusions sangui­nes pour les Témoins de Jéhovah, ou du saint-scellé pour les NéoApostoliques. Or, pour certains membres, là n’est pas l’essentiel. Il faut prendre garde à cette vue simpliste et fausse. N’imitons pas le Catholique romain moyen qui fait dire à l’Évangélique : «Nous n’obéissons pas au pape, ne prions pas la Vierge ni les saints, nous ne nous confessons pas, croyons ce que nous voulons et nos pasteurs se marient». Voilà tout ce qu’il sait, et encore que le christianisme évangélique se divise en une multitude de sectes !

Évitons la caricature !

Soyons nuancés et véridiques dans notre appréciation et surtout renseignons-nous et vérifions nos sources.
Lorsque les différentes sectes seront présentées dans cette brochure, nous ne parlerons pas de ce qu’elles ont en commun avec nous, mais de leurs points de doctrine caractéristiques. Il fallait le faire ainsi pour ne pas trop augmenter le volume de texte.
Essai de classement On en catégories les sectes au travail dans la
pourrait classer quatre France contemporaine.

  1. Les sectes bibliques fermées :
    Elles enseignent une doctrine correcte, mais obligent leurs membres à refuser toute collaboration avec les autres. Ce sont en général de petits groupements qui combattent énergiquement les autres Eglises.
    Dans ces cercles, la personnalité du responsable, souvent un vrai dic tateur, joue un rôle capital. Il arrive fréquemment qu’une telle secte s’as sagisse avec le changement de responsable. Il existe dans le Massif Central une secte de ce genre. Elle se réunit le dimanche, à 6 heures du matin, toutes portes fermées pour écarter toute prostitution avec les infidèles. Une autre suit aveuglément son prophète, témoin d’un réveil en Afrique, voulant l’importer en France jusque dans les moindres détails… comme si Dieu n’était pas capable de produire un réveil inédit !
    chez nous
  2. Les sectes semi-bibliques :
    Elles citent abondamment la Bible, mais mettent sur le même plan,
    ou même au-dessus de l’Ecriture Sainte, des autorités ecclésiastiques, des traditions ou des révélations particulières. Aux affirmations évan géliques : «la Bible seule», «Le Christ seul», «La foi seule», ces sectes substituent : «La Bible et les paroles du fondateur», «Le Christ et l’ap partenance à la secte», «La foi et les pratiques particulières de la secte».
    Il faut remarquer que ce qui peut se dire de ces sectes peut se dire également de l’Eglise Catholique Romaine et de ses nombreuses dissi­dences, «lefebvrienne» ou autres. Dans certaines sectes, leur fondateur
    a au moins autant d’«infaillibilité» et de «sainteté» que le pape de l’Eglise Romaine.
    Fondamentalement, il n’y a aucune différence entre l’attitude reli­gieuse d’un Catholique romain, d’un Témoin de Jéhovah ou d’un Mor­mon : ni les uns, ni les autres ne voient dans les écrits canoniques de l’Ancien et du Nouveau Testaments la seule infaillible règle de foi et de vie chrétiennes. Si le Catholicisme ne comptait que des milliers d’adep­tes, tout le monde le considérerait comme une secte. On dénonce les sectes qui enlèvent les enfants à leurs parents, qui dépouillent leurs membres, mais on trouve cette pratique normale dans les couvents catholiques.
    Le fait d’avoir la Bible n’est donc pas suffisant. Il faut aussi ne pas reconnaître d’autre critère de la vérité. Il faut encore accepter de se laisser instruire, convaincre et, s’il le faut, juger et corriger par elle, et non le contraire (II Timothée 3:1 6-1 7).
  3. Les sectes non bibliques :
    Elles enseignent exclusivement les idées du fondateur ou d’un prophète contemporain de la secte. Pour elles, la Bible est dépassée depuis longtemps, il faut une nouvelle révélation, un troisième testament. Ces sectes ne vendent jamais de Bibles, mais toujours leurs livres qu’elles qualifient de messages divins et de parole de Dieu. Le Culte Antoiniste, le Mouvement du Graal, l’Alliance Universelle de Georges Roux, se classent aisément dans cette catégorie.
  4. Les sectes non doctrinales :
    Elles ne sont pas les moins dangereuses, même si leurs saractéristiques ne recouvrent pas tout ce qui a été dit jusqu’ici. Ces sectes n’ai-ment pas les querelles doctrinales. L’essentiel de leur message est l’amour, malgré les différences de doctrines. Que l’on soit disciple de Jésus, de Moon, d’un gourou ou d’une quelconque prophétesse importe peu, pourvu que l’on s’aime. Le grand slogan de ces sectes est le suivant : Tous ont raison ! Mais y a-t-il un amour vrai en dehors de la
    vérité ? D’aucuns classent La Foi Mondiale Baha’ie, ainsi que le nouveau -et dangereux- «New Age» (qui n’est pas une secte à vrai dire, mais une religion syncrétiste et humaniste séduisante) dans cette catégorie.
    Le cerveau humain irrégénéré a quand même beaucoup d’imagination ???

Attrait

Les sectes attirent. On s’y connaît, on est accueillant. L’ambiance est amicale et chaude. Les assemblées sont simples. Applaudissements, cris, trépignements même, ne manquent pas dans la plupart des cas.
Avant les réunions, on se serre cordialement la main, on s’embrasse, l’atmosphère est familiale. Les salles sont souvent assez petites et toutes les rencontres émouvantes. Il est vrai que l’union, la concorde et l’entraide se réalisent plus facilement dans les petits groupes que dans les grandes assemblées.
L’homme d’aujourd’hui a besoin plus que jamais de chaleur humaine et d’affection. Les salles des sectes sont souvent pleines ; pas de bancs vides ! Le plein attire le plein, comme d’ailleurs le vide attire le vide.
Par la grâce de Dieu, nos assemblées évangéliques présentent également le plus souvent ces caractéristiques, mais pas pour les mêmes raisons. Veillons et prions pour qu’il en soit ainsi de plus en plus.
Dans les sectes, la prédication est simple, voire simpliste, mais souvent plus proche des gens que dans quelques-uns de nos cultes. Dans de nombreuses églises, le pasteur a la triste réputation d’être «payé pour cela», alors que le responsable de plus d’une secte – c’est aussi le cas de nombreuses Églises Évangéliques – exerce un métier et prêché bénévolement.
II faut reconnaître que nos églises sont quelquefois un peu tristes. La joie chrétienne en est trop souvent absente. La joie chez les sectes est Dans plusieurs de nos églises, le pasteur est souvent le seul responsable, alors que dans la secte, chaque adepte a son importance et cha­cun est responsable : les uns sont prédicateurs, les autres colporteurs, certains visitent les malades, d’autres sont chargés de l’entretien des locaux… Des exemples à imiter dans nos églises !

Pays d’origine

Les principales sectes viennent des Etats-Unis. La Suisse en a vu naître de nombreuses. Depuis une vingtaine d’années, les sectes orientales (Japon, Corée, Indes) fourmillent. La France connaît également des sectes bien de chez nous : les Adorateurs de la Lune, les Témoins d’Artémis, l’Association Apostolique des Adorateurs de l’Oignon, l’Al liance Universelle, les Adeptes du Christ de Loriol, les Amitiés Spirituel les, les Pèlerins d’Arès, Amour et Lumière, Invitation à la Vie, le Mouvement Raélien, Amour et Vie, l’Eglise Rénovée du Pape Clément XV,…

Pour notre information, quelques créations par pays :

  • Suisse : La Société Philanthropique ‘Les Amis de l’Homme’ et la Communauté des Chrétiens.
  • Grande-Bretagne : L’Ancien Ordre des Druides, les Christadelphes,
    le Lien Universel, le Nouveau Christianisme et la Restauration.
  • Allemagne : Le Cercle Lumineux de Jésus-Christ du Ciel et de la
    Terre, l’Eglise Néo-Apostolique et la Vie Universelle.
  • Belgique : Le Culte Antoiniste.
  • Autriche : Le Mouvement du Graal.
  • Norvège : Le Mouvement Norvégien.
  • Espagne : La Spinologie.
  • Etats-Unis : L’Eglise Adventiste du septième jour, l’Eglise de Scientologie, l’Eglise du Christ, Scientiste, l’Eglise Universelle de Dieu, l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, la Famille d’Amour, le Mouvement Jésus Seul, la Société Théosophique et l’Association ‘Les
    Témoins de Jéhovah’.
  • Iran : La Foi Mondiale Baha’ie.
  • Corée : L’Association du Saint-Esprit pour l’Unification du Christianisme Mondial.
  • Indes : Le Centre de la Lumière Divine, la Fondation Bhagwan, l’Elan également attirante. Cependant, ne fabriquons pas pour autant une Vital et la Méditation Transcendantale.
  • Japon : La Soka GakkaT et la SekaT Mahikari.
    chaude ambiance ; laissons ce soin au Saint-Esprit et à chaque membre. Bruit et vie ne sont pas forcément synonymes.
  • Argentine : La Nouvelle Acropole.

Parmi les vingt sectes qui seront présentées en détail dans ce livre, une est née en Allemagne, trois le sont en Suisse, huit aux Etats-Unis, une en Corée, une autre en Autriche, une en Iran, une en Grande Bretagne, une en Belgique et trois en France.

Dans quelques sectes, l’entraide n’est pas un vain mot. Nous connaissons, par exemple, des personnes devenues Néo-Apostoliques par le simple fait qu’elles ont été aidées par la secte dans des moments difficiles.

Certaines sectes sont en hausse, d’autres en baisse. Notre pays connaît de nombreuses sectes dont l’effectif ne dépasse pas les cent membres. Nous avons découvert récemment une secte en France de… deux membres.
Si nous totalisons l’effectif des 800 sectes connues dans notre pays, nous dépassons facilement les 400.000 membres, alors que les Évangéliques sont apparemment deux fois moins nombreux.
Zèle et propagande Nous sommes continuellement en contact avec les sectes : un tract dans notre boite aux lettres, une affiche sur les murs, un ou deux visiteurs inattendus, un collègue de travail qui invite à une réunion…
L’homme a toujours essayé de gagner le ciel par les bonnes œuvres.

Combien de sectes sont en réalité des religions de bonnes œuvres : vente obligatoire d’un certain nombre de journaux, porte-à-porte strictement comptabilisé, colportage forcé, étude programmée des écrits de la secte… !
Encore un mot sur la propagande effectuée par les sectes :

  • Elle est abondante : des millions de tracts, affiches publicitaires, émissions radiophoniques, colportage, doivent annoncer la libération qui ne peut être trouvée que dans la secte.
  • Elle est persévérante : les visites sont répétées, deviennent de plus en plus longues. Courtoises au début, elles se font insistantes. Le Témoin de Jéhovah ou le Mormon ne sont pas facilement découragés.
    De toute façon, ils laissent un discret souvenir de leur passage.
  • Elle fait peur : décrivant avec beaucoup de précision les prochaines catastrophes apocalyptiques et les bouleversements cosmiques.

Une seule chance d’y échapper : entrer dans la secte !

  • Elle dénonce aussi ce que les visités aiment entendre : la richesse et le luxe de quelques grandes Eglises, le célibat forcé des prêtres, les
    cérémonies religieuses souvent païennes qui entraînent des banquets, la désunion des chrétiens…
  • Elle est anonyme : sauf exception, il n’est pas facile de savoir à

quelle secte appartient la personne frappant à notre porte. Ses renseignements sont flous et ses explications évasives.

On lira utilement certains passages bibliques dont Jérémie 5:31 ; 14:14 ; 23:25 et Luc 6:26.

Nous sommes sans doute frappés par les ressemblances évidentes entre certaines méthodes des sectes et celles d’un bon nombre d’Eglises Evangéliques : colportage, tracts, contacts… Mais là encore, la motivation est différente : la reconnaissance pour le salut reçu.

Milieu social

Quels sont les milieux touchés par la propagande des sectes ? II est impossible de généraliser. Certaines recrutent un public très populaire, comme les Antoinistes ; d’autres au sein de la classe moyenne comme les Témoins de Jéhovah, les Adventistes et les Néo-Apostoliques ; les I autres enfin dans la haute bourgeoisie : le cas de l’Eglise du Christ, Scientiste est typique.
Lors d’une visite faite à l’Alliance Universelle, qui affirme la divinité de Georges Roux, nous avons rencontré des architectes et des profes­seurs ! La séduction ne connaît pas de limites sociales. L’intelligence humaine n’est pas toujours en accord avec le discernement !

Et l’occultisme dans les sectes ?

Beaucoup de sectes condamnent sévèrement toute pratique occulte, les Témoins de Jéhovah, les Adventistes, les Amis de l’Homme et bien d’autres…
Par contre, de nombreuses sectes et des sociétés secrètes ne se cachent pas de l’utilisation de rites occultes.
Les différents mouvements de la Rose-Croix insistent sur un enseignement secret transmis exclusivement par elle.
La Théosophie d’Hélène BLAVATSKY et d’Annie BESANT nage en plein dans l’occultisme en donnant les possibilités à l’homme de découvrir ses sept corps (grossier, éthérique, astral, mental, causal, bouddhique et atmique).
L’Anthroposophie de Rudolf STEINER, et sa forme religieuse «La Communauté des Chrétiens», parle du Christ cosmique et de la vertu sacramentelle. Il suffit de lire le livre de R. Steiner «Science Occulte» et de visiter le centre mondial, le Goetheanum de Dornach, en Suisse, pour voir que tout baigne dans l’occultisme.
Le Nouveau Christianisme insiste sur les visions du fondateur Emmanuel Swedenborg et les relations avec l’au-delà.
Avec le Culte Antoiniste, nous sommes vraiment sur un terrain spirite, car le fondateur, Louis Antoine, diffuse tous les jours, après 10 heures, son fluide sur ses adeptes, dans les 61 temples du monde.
Le Caodaïsme veut classer les chrétiens en trois classes : les croyants, les médiums et les religieux.
La liste des sectes occultes peut s’allonger avec le Mouvement Mazdaznan, les Soufistes, le Mouvement du Graal, le Mouvement Raélien, l’Eglise Néo-Apostolique, etc…
Et que dire des Mormons de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours ? Ne pratiquent-ils pas des rites secrets dans leurs temples ? Le baptême pour les morts et le mariage pour l’éternité ne sont-ils pas de l’occultisme pratiqué en bonne conscience au nom de Dieu ?
L’invocation des saints et de la Vierge Marie n’est-elle pas condamnée comme pratique spirite (Esaïe 8:19), qualifiée par le Dieu saint d’abomination ?

Comment se comporter ?

Comment recevoir les gens, qui, au nom d’une secte, viennent frap­per à notre porte ?

Dans l’ensemble, une seule méthode : renvoyons poliment ceux qui viennent annoncer un autre Evangile (Galates 1:6-10 et II Jean 10-11). Dans la plupart des cas, ne laissons pas les sectaires entrer chez nous.

Inutile de discuter avec eux, c’est vraiment du temps perdu. Un repré sentant d’une secte est persuadé qu’il possède la vérité. Même si la Bible est citée contre lui, il préfère lui attribuer des erreurs plutôt que d’avouer une erreur de la secte (II Timothée 2:23 et Tite 3:9-11).
Avec humilité et fermeté dans l’amour, fermons la porte devant ceux qui ne sont pas serviteurs du Christ. Si nous devons être tolérants envers les membres, nous avons à nous montrer intransigeants envers la doctrine (Éphésiens 4:15).
Dans certains cas, il est bon de témoigner de sa foi personnelle en Christ et d’affirmer l’assurance de son salut. Un témoignage simple, authentique et percutant touche plus de coeurs qu’un «ping-pong» de versets bibliques (I Pierre 3:15).
Demandons au Seigneur de nous garder d’être nous-mêmes sectai res, qu’il nous donne «un cœur large sur un sentier étroit». Dans tous les cas, prions ardemment et régulièrement pour les victimes des systèmes sectaires.
Si nous avons des doutes au sujet de l’appartenance religieuse de ceux qui nous visitent, posons quelques questions bien précises :

«Que faut-il faire pour être sauvé ?», «Que pensez-vous du Christ ?»,

«Est-il possible d’être sauvé en dehors de votre organisation ?». Nous verrons vite clair selon les réponses reçues.
En général, les sectes ignorent tout de la repentance, de la conversion, de la nouvelle naissance, de l’assurance et de la gratuité du salut, de la foi qui sauve, du sacrifice expiatoire unique et parfait du Christ, de la sanctification et du retour glorieux et visible du Seigneur Jésus-à un moment que Dieu seul connaît.
Une bonne connaissance biblique est un puissant moyen de discernement et une digue sûre et évidente contre l’invasion des sectes.

(I Corinthiens 15:1-2).

Tout est-il mauvais ?

Peut-on affirmer que dans les sectes tout est mauvais ? Certaine ment pas !

Certains dirigeants de sectes sont des gens moralement douteux, d’autres sont d’astucieux diplomates religieux. Mais le Dieu souverain peut changer le mal en bien et permettre que ces dirigeants mettent la Bible entre les mains de leurs adeptes. Dieu est bon, miséricordieux et patient. Il consent parfois à se servir de fous ou d’indignes et les { conduit, eux et leurs descendants, hors de leurs folies et de leurs indi} gnités. Plusieurs membres de nos églises ont eu leur premier contact avec l’Ecriture Sainte dans une secte et Dieu les a conduits, par la suite, vers Jésus-Christ et une église fidèle. Et puis, à côté des systèmes, il y a les hommes. Ce qui est dit corn munément de l’étroitesse des doctrines de certaines sectes est très exagéré. Il suffit, pour s’en convaincre, de se reporter aux écrits de leurs théoriciens. Mais ce qui est faux en théorie peut devenir vrai en pratique. La fermeté rend parfois trop absolu, l’ardeur des convictions intolérant. Mais certaines Eglises établies montrent souvent une autre sorte d’orgueil fort répandu : un esprit de domination et de supériorité, de mépris pour tout ce qui n’est pas la grande Eglise. Nos assemblées évangéliques en savent quelque chose !

Revenons encore une fois sur un texte cité à la page 7 : Il Pierre 2:1-2.
Il qualifie les sectes de pernicieuses. Le latin «pernicies» signifie :
«ruine», et le dictionnaire donne comme signification de cet épithète :
«dangereux, nuisible, qui provoque la ruine». Certains voient même une relation entre «pernicieux» et «perdition». Si certaines sectes paraissent anodines, elles ne le sont jamais (II Pierre 3:16).

En guise de conclusion

Pour nous, chrétiens évangéliques qui suivons Jésus-Christ, la Bible est notre seule autorité. Aucune autre autorité, aucune tradition, aucune expérience, ne peuvent la compléter, la modifier ou se substituer à elle.

Voilà pourquoi nous la lisons, la méditons, croyons à son message et la considérons comme notre guide.

Nous nous dissocions des sectes, car la vérité n’est ni la propriété, ni le monopole d’un mouvement. Citer la Bible n’est pas une garantie de vérité, car même le diable sait la citer avec habileté (Matthieu 4:6).
La vérité est d’abord une personne, Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, qui appelle tout être humain à une vie entièrement nouvelle (Jean 14:6). Le salut est gratuit, ne dépend d’aucune secte, mais uniquement de la grâce de Dieu.
Que nos églises, malgré leurs lacunes, soient fidèles, vivantes, des oasis de joie, de paix et d’amour. Les études bibliques et les réunions de prière sont les deux «mamelles de l’Eglise» ; qu’elles nous nourrissent régulièrement du pain de vie et nous abreuvent du lait spirituel et pur (I Pierre 2:2).

Les sectes sont des poteaux avertisseurs, les factures non payées de l’Eglise. Elles sont aussi des champignons qui poussent sur la pourriture de l’Eglise. Faisons le ménage ! S’il y a moins de pourriture, il y aura moins de sectes !C’est notre vœux et notre prière.

Nous allons à présent parcourir vingt sectes qui travaillent en France.

Que ce voyage nous montre clairement que Jésus est et reste le seul chemin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *