Ça chatouille les oreilles :

Par Rudolf Ebertshäuser, Leonberg. Traduit de l’Allemand par Vigi-Sectes de la revue : Der schmale Weg Nr. 3 / 2021. Avec autorisation.

Joyce Meyer and the Word of Faith Ministry Leader

La charismatique américaine Joyce Meyer est l’un des télé-évangélistes les plus connues. Elle diffuse ses messages vidéo et télévisés dans le monde entier, gagnant des millions. Le secret de son succès est simple :

  • Elle prêche un message positif de réussite, de réalisation de soi, d’amour de soi, de prospérité et de bien-être.
  • Elle parle avec humour et de manière très personnelle ; les termes bibliques ne jouent qu’un rôle mineur, mais les messages sont remplis d’anecdotes et de blagues sympathiques.

Et les gens adorent ça !

Ils aiment écouter et regarder leurs messages régulièrement. Ici, en Allemagne, ils sont diffusés par la chaîne de télévision “chrétienne” dominée par les catholiques, “BIBEL-TV”.

Ce qui est effrayant, c’est qu’un nombre étonnant de chrétiens issus de milieux conservateurs et croyants en la Bible sont également des spectateurs réguliers, voire des fidèles de Joyce Meyer.

La prédication publique d’une femme est une violation de la Parole de Dieu.

Pourquoi “choquant” ? demanderont certains. Qu’y a-t-il de mal à ce que cette femme édifie de nombreuses personnes avec ses messages ? Eh bien, il est effrayant que tant de chrétiens ne songent pas à mesurer la performance de cette femme à la lumière de la Parole de Dieu. Dans la Parole de Dieu, c’est écrit très clairement et simplement :

Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence. (1Tim 2:12)

Cela signifie que le ministère de prédication publique d’une femme, en particulier devant un public mixte, n’est pas la volonté de Dieu. Une femme qui le fait néanmoins transgresse les limites. Elle agit dans la désobéissance à Dieu, ce qui signifie que la bénédiction de Dieu ne peut reposer sur un tel ministère.

Ceci est tout à fait indépendant du fait que les femmes peuvent avoir une capacité considérable à parler et à comprendre la Parole de Dieu. Ce n’est tout simplement pas leur mandat et, par conséquent, Dieu ne le supportera pas, même s’il semble en être autrement.

Les chrétiens justifient souvent l’apparition de femmes en tant que prédicatrices publiques par la “bénédiction” qu’elles ressentent en agissant ainsi. Mais une telle approche est fallacieuse et mène à l’égarement. Si j’accepte la Bible comme la parole infaillible de révélation de Dieu, alors je dois toujours supposer que la Parole de Dieu est juste, même si mon expérience me fait croire le contraire.

Dieu s’en tient à sa parole et l’accomplira toujours, même si vous pensez le contraire. Si Dieu interdit le ministère de prédication et d’enseignement des femmes, il ne bénira pas la désobéissance. La véritable fidélité à la Bible signifie que nous plaçons la Parole de Dieu au-dessus de notre opinion, de notre expérience et de nos sentiments.

Par conséquent, si nous prenons la Parole de Dieu au sérieux et l’honorons, nous n’écouterons pas les sermons d’une femme, même si ce qu’elle dit semble tentant et agréable. Ici, un pragmatisme effrayant, un mépris des ordonnances de Dieu, détermine de nombreux croyants.

“L’essentiel est que ça me fasse du bien !”

Mais quels sont ces messages que de nombreux auditeurs trouvent si agréables et “édifiants” ?

Le message de séduction de Joyce Meyer

Un livre critique a traité en détail des messages de Joyce Meyer (Thorsten Brenscheidt, Spürst du Gott schon oder liest du noch die Bibel ? Lage : Lichtzeichen 2014). Nous aimerions en partager quelques-unes (les références de page après les citations renvoient à ce livre ).

Le nom même de leur action mondiale est leur programme : “Enjoy Life”. Le contenu de ses messages est principalement une aide à la vie quotidienne. Il est intéressant de noter qu’elle considère néanmoins que Dieu l’a chargée d’enseigner la Bible – en contradiction flagrante avec la Parole de Dieu (200).

Un examen plus approfondi de ses messages révèle que Joyce Meyer est un faux enseignant au sens biblique du terme, qui diffuse principalement les fausses doctrines de la “pensée positive”, du charismatisme et du faux évangile de la prospérité. Comme d’autres faux enseignants et faux prophètes charismatiques, elle prétend à plusieurs reprises être directement inspirée par Dieu. Cependant, après que les apôtres et prophètes bibliques aient cessé d’exister au 1er siècle, personne ne peut prétendre cela. Mais elle veut dire :

“… Je vous dis…” : Ce n’est pas un sermon de Joyce Meyer, mais une parole de Dieu ! C’est une parole de Dieu !” “Je ne sais pas ce que je vais dire ensuite. Mais tout ce que je dirai : ce sera juste, car je suis oint du Saint-Esprit ! “. (202).

Elle affirme qu’elle peut également ressentir cette “inspiration” :

“Je sens le coup de pied du Saint-Esprit aujourd’hui” (203). “Parfois, j’aimerais pouvoir dézipper les gens et les remplir [sic !] de mes idées. Je sens le feu du Saint-Esprit dans mes os ce soir !” (203).

Mais leur message contredit complètement le message du véritable Saint-Esprit que nous trouvons dans la Parole de Dieu. Illustrons cela par des citations en quelques points.
Certains lecteurs pourront objecter que Meyer dit toujours les bonnes choses. Bien sûr qu’elle le fait, car l’ennemi sait très bien que tout vrai chrétien se réveille et se détourne lorsque ses messagers ne racontent que des erreurs.
Un sermon de séduction intelligent contient 70-80% de vérité et 20-30% d’erreur – alors, malheureusement, de nombreux chrétiens tombent dans le panneau. Mais nous devrions écouter les prédicateurs qui sont tout à fait sains ; dans les messages mixtes des trompeurs, très peu ont la capacité de filtrer complètement l’erreur, et sont donc lésés et eux-mêmes trompés.

Quel est le contenu alarmant des messages ?

La réalisation de soi et l’amour de soi au lieu du renoncement à soi : Alors que le Seigneur Jésus nous appelle au renoncement à soi et à l’abandon de notre vie égoïste et pécheresse, Meyer prêche sans complexe et sans complexe exactement le contraire :

“Profite de ta vie ! Amusez-vous !” ; “Je vous autorise à vous aimer ! Vous entendez ? Je vous permets de vous aimer vous-mêmes !” (203). “La deuxième chose que nous devons apprendre, c’est à nous aimer nous-mêmes. Si vous ne vous aimez pas vous-même, vous ne pouvez aimer personne d’autre” (204).
“Vous êtes totalement important pour Dieu, et il veut que vous profitiez de votre vie (…) Développez un respect sain pour vous-même et aimez-vous d’une manière appréciative. (…) Mon Dieu, vous êtes tellement génial. Vous devriez vous célébrer tous les jours !” (205). “Il y a quelques années, j’ai décidé de profiter de ma vie, de mon ministère et de moi-même. Je m’aime bien ! Et ça rend le diable fou quand je dis ça” (209).

Meyer n’a pas peur de faire référence à des incitations personnelles du Seigneur dans ses faux enseignements :

“Très souvent, le Seigneur dit : ‘Fais ce qui est dans ton cœur’. Je suis avec vous dans tout ce que vous faites. Profitez du temps. Passez une bonne journée. L’œuvre sera toujours là quand tu reviendras'” (236).

La “pensée positive” au lieu de la foi biblique : Meyer prêche les faussetés de la “pensée positive” telles que prêchées précédemment par d’autres séducteurs tels que Norman Vincent Peale et Robert Schuller.

“La pensée et l’action positives deviennent une habitude chez les personnes confiantes. C’est pourquoi ils profitent de la vie et réalisent tant de choses.” “Ai nous avons des pensées positives, nous devenons des personnes positives qui jouissent d’une vie réussie” (254). “Oui, ça marche ! Vous obtenez ce que vous pensez. Alors, pensez positif ! Pensées de pouvoir. 12 stratégies pour gagner le champ de bataille de la pensée” (201).

Succès, prospérité et joie de vivre : Meyer prêche un évangile de succès et de prospérité, bien qu’elle prenne soin de ne pas se concentrer trop massivement sur la richesse matérielle et l’argent. Elle avoue elle-même :

“On me demande toujours : “Êtes-vous un prédicateur de la prospérité ?” Et je réponds alors : “Eh bien, je ne suis certainement pas un prédicateur de la pauvreté. Alors je suppose que je suis un prédicateur de la prospérité'” (206).
Elle confie : “C’est pourquoi je veux vraiment aider les gens à profiter de la vie, parce que c’est pour cela que Jésus est mort” (207). “Jésus est déjà mort pour vous afin que vous puissiez avoir le meilleur : La justice est prête, la paix est prête, la joie, la prospérité, la faveur” (207). Elle affirme que “la Bible est notre manuel pour une vie réussie” (242).

Contrairement à la Parole de Dieu, qui nous présente une espérance céleste, elle mélange le terrestre et le céleste :

“J’y crois ; je sais que j’aurai une voiture au ciel, mais je veux aussi conduire une belle voiture ici-bas. Je ne veux pas attendre le paradis pour tout et je crois que c’est aussi biblique” (216).

Elle le fait constamment ; selon des articles de journaux américains, sa fortune comprend une limousine Mercedes à 100 000 dollars, un jet d’affaires qui a coûté 10 millions de dollars, une maison qui vaut 2 millions de dollars et un revenu annuel d’environ 100 millions de dollars. Que dit la Parole de Dieu à propos d’un tel style de vie ?

Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus Christ (Ph 3,18-20).

… Les gens qui ont un esprit corrompu, qui sont privés de la vérité et qui pensent que la crainte de Dieu est un moyen d’enrichissement – éloignez-vous d’eux ! Cependant, la crainte de Dieu est un grand enrichissement lorsqu’elle est associée à la frugalité. Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est clair que nous ne pouvons rien en sortir non plus. Mais si nous avons de la nourriture et des vêtements, cela devrait nous suffire !

Les vaines discussions d’hommes corrompus d’entendement, privés de la vérité, et croyant que la piété est une source de gain. C’est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement; car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter; si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira. Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses, et recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur. (1Tim 6:5-11)

Meyer prêche également le faux évangile de guérison des pentecôtistes, selon lequel la guérison physique et la santé ont déjà été acquises pour chaque chrétien dans l’expiation de Jésus-Christ et peuvent maintenant être réclamées à Dieu : “Mais vous pouvez définitivement avoir ce que Dieu vous a promis, et ce ne sont pas de simples possessions. L’une des choses qu’il désire pour vous est la santé. Vous avez le droit, payé par le sang, de vous sentir bien” (223).

Erreurs charismatiques extrêmes : Joyce Meyer professe agressivement ses convictions charismatiques ; elle proclame, comme presque tous les charismatiques et pentecôtistes, “Je crois que nous ne pouvons vivre une vie victorieuse que si nous comprenons et acceptons le baptême du Saint-Esprit” (226). Dans son zèle charismatique, elle va parfois très loin. Le journaliste évangélique Karsten Huhn rend compte de son intervention lors d’une conférence à Bâle en 2009 :

“Que tu veuilles ou non cette prière, je la ferai sur toi”. – “Je me sens conduit par le Saint-Esprit à faire ça.” La foule applaudit. Puis Joyce Meyer appelle le feu du Saint-Esprit sur la foule. “Remplissez-vous ! Au nom de Je-su ! De la tête aux pieds ! De l’intérieur à l’extérieur ! Soyez remplis du Saint-Esprit (…) Meyer se tient au bord de la scène, les bras tendus, et crie : “Merveilleux ! Merveilleux ! Merveilleux !” “Nous avons reçu une bonne dose du Saint-Esprit ! Tu t’es bien amusé ici ! Mon Dieu ! Vous êtes vraiment radical ici !” (222)

Meyer va jusqu’à diffuser l’hérésie blasphématoire de Kenneth Hagin et d’autres, selon laquelle Jésus-Christ serait mort spirituellement et serait allé en enfer. Elle va jusqu’à affirmer :

” Vous ne pouvez pas aller au paradis si vous ne croyez pas que Jésus a pris votre place en enfer ” (212).

Il s’agit d’une fausse piste sinistre ; le Seigneur Jésus a pris notre place dans le jugement de Dieu sur la croix et est ensuite monté vers son Dieu et Père. En un endroit, l’apôtre Pierre parle de Sa proclamation à un certain moment “aux esprits en prison” (cela signifie le royaume des morts, pas l’enfer !) (cf. 1Pierre 3,19) – mais l’affirmation de Meyer est une légende blasphématoire.

Propos blasphématoires sur le diable : le caractère charismatique extrême de Meyer se manifeste aussi par des rapports effrontés et insolents avec l’adversaire, alors que la Parole de Dieu met en garde contre cela et le décrit comme une caractéristique des faux enseignants :

Malgré cela, ces hommes aussi, entraînés par leurs rêveries, souillent pareillement leur chair, méprisent l’autorité et injurient les gloires.  Or, l’archange Michel, lorsqu’il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n’osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: Que le Seigneur te réprime! (Judes 1:8-9)

Quelques citations de Joyce Meyer suffiront :

“Prenez les armes ! Tirez sur Satan ! Étrangle-le ! Attachez-le ! Emprisonnez-le ! Nous pouvons le vaincre.” “Huh ! Allez ! Nous allons donner un coup de pied au diable aujourd’hui !” “C’est à ce moment-là qu’il faut tenir bon et dire avec force : écoute, diable : je vais profiter de ma vie !”. (213).

L’audace à laquelle l’esprit charismatique de la séduction incite cette femme est effrayante. Elle s’adresse souvent directement à Satan et se moque de lui par des discours impudents, tout comme l’épître de Jude le prédit des faux enseignants :

Tu ne m’auras pas, diable ! (…) Et je crois chaque jour de ma vie que le diable est désolé de m’avoir importuné. Tous les jours. Je crois que chaque jour en enfer, il dit : “J’aurais dû les laisser tranquilles.” Et la même chose peut se produire avec vous. (…) Revendiquez votre récompense : “Dieu, j’attends une double récompense pour mes peines !” (211).

Vigilance face aux tentations

Nous vivons dans les derniers jours avant le retour de Jésus-Christ. La Bible nous avertit qu’au cours de cette période, il y aura beaucoup de trompeurs et de faux prophètes qui voudront nous détourner de la voie étroite qui consiste à suivre le Christ pour emprunter la voie large et corrompue.

C’est d’eux que la Parole témoigne :

Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les coeurs des simples. (Rm 16,18).

Soyons vigilants et examinons ce que nous lisons et entendons ! En particulier en ces temps difficiles, ne remplissons pas nos cœurs de messages éculés et trompeurs, mais de la proclamation claire et sérieuse de la Parole de Dieu !
Mais toi, bien-aimé, sachant cela d’avance, prends garde de ne pas te laisser emporter par la séduction des méchants et de perdre ta propre assise ! D’autre part, grandissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ! A Lui soit la gloire, maintenant et jusqu’au jour de l’éternité ! Amen. (2Pierre 3:17-18)

Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. (2Timothée 4,1-4)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *