Avril 2019 par Lighthouse Trails auteur, Par Kevin Reeves.
Traduction de l’anglais par Vigi-Sectes.
NDLR: Le phénomène se répand en francophonie
Voir : Cyril Cerdan : https://www.youtube.com/watch?v=uKp31pW2QVU et https://www.hopesland-creations.com/


Note : Pendant plusieurs années, Kevin Reeves a été membre et ancien dans une église NAR “River”, “Latter Rain”. Son témoignage de la façon dont le Seigneur lui a ouvert les yeux et l’a délivré de cette tromperie est écrit dans son livre The Other Side of the River. Ce qui suit est un extrait de ce livre.


Jason venait de se relever du sol à l’avant du sanctuaire et de serrer les mains ridées d’une chère croyante plus âgée qui venait occasionnellement au service du dimanche. Avec une profonde révérence, il a embrassé doucement ses mains dans un geste d’honneur.

Quelques instants auparavant, il avait été étendu sur le tapis. Sœur Carmen s’était présentée à la fin de l’office pour recevoir une prière de guérison pour des yeux souffrant d’une détérioration progressive de la vue. C’était une vieille dame adorable, une pionnière qui parlait beaucoup de retourner chez elle, dans une petite communauté tombé plus au nord et plus profondément dans l’arrière-pays. Au cours des mois précédents, j’avais passé beaucoup de temps avec elle et son jeune compagnon, un chrétien fervent et un compatriote qui vivait dans les bois et qui avait des terres délimitées pour y vivre. Protecteur aimant et autoproclamé, il protégeait physiquement Sœur Carmen dans leurs déplacements, et elle lui transmettait en retour une partie de la sagesse chrétienne glanée au cours de nombreuses années de service du Seigneur.

Jason a oint Sœur Carmen d’huile, et j’ai prié pour elle les yeux fermés. Je n’étais absolument pas préparée à ce qui s’est passé ensuite. Sentant que Jason s’éloignait, j’ai ouvert les paupières juste à temps pour le voir, figé dans sa position, les mains tendues dans la prière ministérielle, tomber en chute libre sur le sol dur. Tellement abasourdi que je n’ai pas réagi, j’ai vu Jason heurter la moquette fine avec un bruit sourd et effrayant ! Il est resté allongé dans une attitude de sommeil pendant que je me tenais debout, la mâchoire ouverte et un regard ridiculement impuissant sur mon visage. Se levant quelques minutes plus tard, Jason a dit à voix basse qu’il avait vu Jésus éclipser Sœur Carmen.

À l’époque, je n’ai jamais douté de lui, pas un seul instant. Bien qu’il ait frappé le sol de sa tête avec la force d’une commotion, il semblait indemne, et il était si spirituel à propos de tout l’incident que je pouvais à peine parler.

Mis au tapis

Toute personne s’impliquant dans un ministère charismatique actif sait ce que signifie être frappé par l’esprit à la fin de sa première semaine. C’est un phénomène si courant dans de nombreux services pentecôtistes et charismatiques que si cela ne se produit pas pendant un certain temps, les personnes engagées dans cette pratique commencent à se demander pourquoi la faveur de Dieu les a quittés. Ayant fait l’expérience de ce phénomène terrible pour la première fois dans mon ancienne église, New Covenant*, j’en ai été témoin probablement des centaines de fois en douze ans.

Mais que signifie exactement être « descendu » par l’esprit ? Traditionnellement, le terme s’applique à la puissance supposée de Dieu qui s’abat sur une personne à un moment précis, surmontant sa force physique de sorte qu’elle est incapable de se tenir debout, et tombe en arrière. Parfois, alors qu’elle est allongée sur le sol, la personne est totalement consciente de l’expérience ; à d’autres moments, les individus affirment que la puissance est si intense que toutes les influences extérieures disparaissent. Pendant ces états de transe, on voit souvent des visions ou on entend des voix, généralement attribuées à Dieu. Parfois, la personne reste collée au sol, comme si elle était maintenue en place par une main invisible. Certains prétendent avoir connu un formidable renouveau spirituel après être tombés en transe, et d’autres encore une guérison physique.

Au cours de mes années (dont certaines en tant qu’ancien) à New Covenant Fellowship, j’ai cru très fort à l’expérience, je l’ai recommandée à d’autres, et je me suis émerveillé de la puissance de Dieu qui pouvait couper les jambes d’un homme comme avec une faux invisible. J’ai vu des rangées entières de personnes s’écrouler sur un simple geste de la main d’un ministre, des corps s’effondrant en un tas ébouriffé sur des chaises ou dans les allées. Il y a eu des moments où l’onction semblait venir sur moi, et j’étais étonné de voir que j’imposais les mains aux gens ou que je passais simplement à côté d’eux, et qu’ils tombaient par terre sans avertissement. La première fois que cela s’est produit, j’ai été stupéfait, profondément reconnaissant que la présence de Dieu se soit manifestée d’une manière aussi puissante à travers un vaisseau si inférieur. J’ai décidé de marcher plus étroitement avec Lui, désireux d’être utilisé à nouveau de cette manière.

Au début

j’étais très pris par l’émerveillement, mais plus tard, des indices troublants ont commencé à apparaître, montrant que tout n’était pas comme je l’avais cru au départ. Tout d’abord, certains membres de notre congrégation semblaient se pâmer à la moindre allusion à la puissance de Dieu dans la pièce. Nancy Bullinger* était l’une d’entre elles, elle s’est brouillée plus souvent que n’importe quelle autre personne que je connaissais. Je pensais que c’était parce qu’elle était si sensible aux choses de l’Esprit que Dieu gravitait naturellement vers elle pour démontrer Sa présence. Mais plus je la regardais, plus j’avais des doutes. Plus d’une fois, après qu’elle était censée être descendue, je l’ai vue s’asseoir et baisser sa jupe à un niveau discret, dont l’ourlet s’était relevé de manière inappropriée lorsqu’elle était allongée sur le sol par le receveur. Elle s’est ensuite recouchée et est restée là pendant un temps assez long. Cela m’a dérangé. Si elle était vraiment sous la puissance de Dieu, comme nous le croyions, elle n’aurait pas eu la force de bouger, et encore moins d’être préoccupée ou consciente de sa pudeur.

Mais cela a fait apparaître une autre incohérence scripturale. 1 Corinthiens 14:40 abordent cette question :

Que tout se fasse avec décence et dans l’ordre.

Beaucoup de femmes qui avaient des jupes ou des robes tombaient avec les jambes de travers, exposant la chair qui aurait dû, par décence, être couverte. Cette immodestie évidente a même donné naissance au ministère de la couverture dans certaines églises, où des personnes spécifiques sont chargées de draper des tissus préparés sur les jambes des femmes indécemment exposées. Une vidéo d’une conférence de Kenneth Hagin montre l’un des assistants de Hagin tombant sur le sol sous le pouvoir, tombant sur une femme assise et glissant le long de ses jambes – une femme, remarquez bien, qui n’était pas sa femme. Ce scénario a été répété de nombreuses fois dans cette vidéo.1

Le même Dieu qui a ordonné à son peuple de faire toutes choses « décemment et en ordre » autoriserait-il, ou plutôt instiguerait-il, une pratique spirituelle qui les place dans des positions physiquement compromettantes ?

Attrapes-moi si tu peux

Dans la plupart des services où l’on est descendu par l’esprit, certains membres de l’équipe dirigeante sont systématiquement chargés d’attraper la personne. Leur travail consiste à rester derrière la personne pour laquelle on prie et à être prêts à l’attraper, si elle est vaincue, et à l’allonger doucement sur le sol pendant que Dieu « exerce son ministère ».

Comme ce travail peut être physiquement exigeant, la plupart des attrapeurs sont des hommes et, comme un grand pourcentage des personnes qui tombent sont des femmes, les attrapeurs doivent entrer en contact physique brutal avec le corps de la femme. Bien qu’un attrapeur soit souvent capable d’attraper les bras ou les épaules de la femme, cela est parfois impossible. J’ai vu certaines femmes s’effondrer si rapidement et dans une telle chute libre que le receveur n’a pas le temps d’envisager un contact approprié, quelles que soient ses bonnes intentions. De nombreuses personnes se sont évanouies sans prière d’aucune sorte et sans avertissement préalable. Les personnes présentes sont confrontées à un choix d’une fraction de seconde : laisser la personne s’écraser sur le sol avec un bruit sourd ou s’accrocher soudainement à n’importe quel membre ou partie du corps qui se présente et faire descendre la personne doucement.

Parfois, ils ne sont pas pris du tout. Ils sont tout simplement trop nombreux à répondre au «  pouvoir », et ils tombent les uns sur les autres. Au début des années 90, j’en ai été témoin à plusieurs reprises, à une masse de corps étalés dans l’allée, des hommes sur des femmes célibataires ou sur les femmes d’autres hommes.

Quelle que soit la manière dont vous le decrivez, c’ est loin d’être vertueux.

J’avais également été gêné par la nécessité même des attrapeurs. Si Dieu faisait tomber son peuple, il aurait sûrement la miséricorde d’amortir la chute. En toute honnêteté, j’ai entendu parler de certaines personnes qui ont été abattues et ont frappé le sol durement, mais qui ont eu l’impression d’atterrir sur un lit de plumes. Jason avait insisté sur le fait qu’il n’avait pas été blessé après sa chute. Mais cela, au mieux, est subjectif. Cela peut ou non s’être passé de la manière dont la personne raconte l’expérience. La gêne peut être un puissant facteur de silence. Ou il peut y avoir une toute autre raison à cela.

Mais il arrive que des gens soient blessés, parfois de manière visible. J’ai personnellement vu au moins un jeune homme se coucher sans se rendre compte qu’aucun receveur n’était derrière lui. Il a dégringolé sur le sol et a crié de douleur évidente en se tenant la tête. Je me demande combien tomberaient s’ils savaient que personne ne serait là pour les ramener doucement. Un jeune ancien d’une autre ville visitant notre congrégation se tenait derrière moi alors que je recevais la prière pendant un service dominical. Remarquant que je tremblais violemment et que je luttais contre l’envie de tomber, il m’a dit doucement :

« C’est bon, je suis là. Tu ne te feras pas mal ».

Bien sûr, je suis tombé.

Contexte ou prétexte ?

D’où vient le fait d’être descendu par l’esprit ? De la Bible, sans doute. Le verset favori et celui qui est uniformément relevé comme une norme par la communauté charismatique est 2 Chroniques 5:13-14 :

et lorsque ceux qui sonnaient des trompettes et ceux qui chantaient, s’unissant d’un même accord pour célébrer et pour louer l’Éternel, firent retentir les trompettes, les cymbales et les autres instruments, et célébrèrent l’Éternel par ces paroles: Car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours! en ce moment, la maison, la maison de l’Éternel fut remplie d’une nuée. 

Les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, à cause de la nuée; car la gloire de l’Éternel remplissait la maison de Dieu. 

Chaque fois que quelqu’un demandait une preuve scripturaire de la validité de l’immolation par l’esprit, nous sortions ce verset avec une attitude peu humble. Et, à première vue, il ressemble beaucoup à la pratique moderne.

Il y a juste un petit problème, …
l’histoire ne s’arrête pas là.

Le pasteur Ted Brooks, dans sa critique dévastatrice des faux signes et prodiges modernes au sein de l’église, I Was a Flakey Preacher,2 note que nous devrions continuer à lire les chapitres six et sept de 2 Chroniques, qui sont une continuation de ce même récit. Salomon s’adresse aux multitudes présentes, prie Dieu, et tout au long de 2 Chroniques 7:1-2, nous trouvons une révélation surprenante :

Lorsque Salomon eut achevé de prier, le feu descendit du ciel et consuma les holocaustes et les sacrifices, et la gloire de l’Éternel remplit la maison.

Les prêtres ne purent entrer dans la maison de l’Éternel, car la gloire de l’Éternel avait rempli la maison de l’Éternel.

Les prêtres n’étaient pas en mesure d’exercer leur ministère dans la maison de Dieu, car ils n’étaient pas dans la maison de Dieu à ce moment-là. Ils étaient sortis et se tenaient avec le grand rassemblement de personnes après avoir installé l’arche de l’alliance dans le lieu saint. Alors que l’enseignement charismatique voudrait nous faire croire que le temple était jonché de corps de prêtres incapables, l’Ancien Testament nous dit simplement qu’ils ne pouvaient même pas entrer dans la zone où Dieu avait manifesté sa gloire !

Une lecture rapide de 1 Rois 8:10-11 révèle la même chose. Les prêtres n’étaient tout simplement pas dans le lieu saint lorsqu’il était rempli de la gloire de Dieu.

Nous devons nous tourner vers Jésus. S’il était la Parole faite chair (Jean 1:14), alors tout le canon des Écritures se résume en Lui. Pas une seule fois, dans le ministère du Christ, il n’est fait allusion à tomber par l’esprit. Il est vrai que lorsque les soldats sont venus Le prendre dans le jardin de Gethsémané, Il a parlé et ils ont tous “reculé et sont tombés à terre” (Jean 18:6).

Mais il faut tenir compte de deux choses ici. D’une part, ceux qui sont venus pour le prendre étaient des incrédules et soumis à son jugement. Dans ce cas, être tombé par l’esprit n’est pas quelque chose à rechercher. Deuxièmement, la foule ne s’est pas contentée de rester à terre pendant un certain temps – elle s’est immédiatement relevée. Si les chrétiens veulent utiliser ce verset pour soutenir le fait d’être tombé par l’esprit, il doit être utilisé dans son contexte, sans rien retenir. Vu sous cet angle, ce passage particulier fait plus de mal à la notion qu’il ne la soutient.

Daniel 10:9 a également été utilisé avec un certain succès pour valider la pratique. Confronté à un être angélique, Daniel dit “alors j’étais dans un profond sommeil, sur ma face, et mon visage vers la terre.”

Mais là encore, il faut lire les versets 10 et 11 :

Et voici qu’une main me toucha, qui me mit sur mes genoux et sur les paumes de mes mains. Et il me dit : “Daniel, homme bien-aimé, comprends les paroles que je te dis, et tiens-toi droit, car c’est vers toi que je suis maintenant envoyé. Et quand il m’eut dit cette parole, je me tins debout en tremblant.

Nous devons prendre toute parole de Dieu au pied de la lettre. Si Daniel dit qu’il est tombé dans un profond sommeil, nous devons l’accepter sans rien ajouter ni retrancher. Si certains appellent cela être tombé par l’esprit, d’autres pourraient tout aussi bien dire qu’il s’est simplement évanoui de peur. Les contrastes entre ceci et la pratique actuelle sont plutôt graphiques. Lorsque Daniel a été touché par le messager angélique, il a reçu la force de se lever. Dans l’église, lorsque nous avons été “touchés par Dieu”, nous avons perdu la force. Daniel s’est levé pour faire face à l’ange. Nous nous sommes couchés pour que Dieu puisse exercer son ministère. La rencontre de Daniel ne s’est pas faite par l’intermédiaire d’un humain, et sans qu’un autre témoin soit présent. Être tombé par l’esprit se produit presque toujours sous le contact ou la prière d’un ministre “oint”, et cela se fait en public. Bien que cela se produise parfois lorsqu’un chrétien est seul ou en prière, ces cas sont apparemment rares, et encore une fois, subjectifs. J’ai vu suffisamment de cas, et j’en ai fait l’expérience moi-même, pour reconnaître les effets d’une attente exacerbée. Le résultat est souvent exactement ce que la personne croyait qu’il allait se produire, simplement parce que le désir de l’expérience était si grand.

Une visite avec “le barman de Dieu “

Cette même chose m’est arrivée dans mon salon, en présence de ma femme et de ma fille. Lorsque Rodney Howard-Browne et son onction de vin nouveau et d’ivresse ont explosé sur la scène charismatique au début des années 90, le fait d’être frappé par l’esprit et le rire dans l’esprit ont fait rage dans notre congrégation, comme une traînée de poudre. Nous avons saisi tous les enseignements que nous pouvions obtenir sur ces sujets. Avec un paquet de cinq vidéos de Rodney Howard-Browne, je me suis assis pour glaner le plus possible de cet homme. Comme je n’avais pas les moyens de me rendre à ses services itinérants à Anchorage ou Juneau, j’ai pensé que cette voie était la meilleure. Je me souviens avoir été déçu par sa prédication. En l’observant manœuvrer dans la congrégation, je ne voyais pas à quoi rimait toute cette agitation. Il racontait surtout des histoires, des anecdotes parsemées de blagues bien rodées. Il parlait du pouvoir et se moquait de ceux qui remettaient en question son origine. J’ai eu du mal à suivre l’enseignement parce que je voulais atteindre la “gloire”. C’était quelque chose que l’on me faisait miroiter tout le temps, et mes attentes d’être touché augmentaient en même temps que mon désir de puissance. À la fin de son enseignement, j’étais prêt, assis sur le bord du canapé.

Lorsqu’il s’est adressé à la congrégation et lui a dit de s’attendre à ce que la gloire se manifeste, j’ai regardé Kris, qui peignait les cheveux de ma fille Megan. “Je vais le faire”, lui ai-je dit gravement, et je me suis levé.

J’ai fermé les yeux et écouté la voix de Browne pendant qu’il priait. Soudain, le niveau de décibels a atteint des sommets.

“La voilà !” a-t-il crié, signifiant la puissance de Dieu. Je l’ai écouté décrire l’onction, qui était censée être la présence manifeste de Dieu, alors qu’elle montait d’un côté du bâtiment et descendait de l’autre, faisant tomber les gens par terre à droite et à gauche.

Quand il a crié quelque chose comme “Prends ça !”, l’air a été expulsé de moi dans un gémissement fort, et je suis tombé comme une pierre sur le canapé. J’ai entendu Kris dire de Megan : “Kev, tu lui fais peur.”

Mais, les mains toujours levées et me sentant “ivre d’esprit”, j’ai ri, j’ai pleuré et j’ai senti le pouvoir se répandre dans tout mon corps, sans me soucier de qui était effrayé. Cela a duré environ une demi-heure, et quand j’en suis sorti, je me sentais rafraîchi, un peu impressionné, et j’en redemandais.

Que s’est-il passé ? Pour être honnête, je dois admettre que je suis sensible à une poussée émotionnelle. Ce n’était pas la puissance de Dieu. J’ai vu cette même forme de manipulation dans des services religieux (y compris dans mon ancienne église), où les destinataires sont poussés à la fièvre de l’attente. Bien sûr qu’ils vont descendre ! C’est ce qu’ils ont attendu pendant tout le service. Il est tout à fait naturel qu’ils répondent au moment opportun aux signaux donnés par l’homme derrière la chaire.

Mes soupçons se sont finalement concrétisés environ deux ans avant que je ne quitte la Nouvelle Alliance. À ce moment-là, après avoir été témoin de tant de battage médiatique, de trucage et d’émotivité, j’ai décidé que si Dieu devait me faire tomber à nouveau, il pourrait le faire les yeux ouverts et les pieds bien ancrés. Tout en gardant une attitude respectueuse à l’égard de l’ensemble de la pratique, j’étais catégorique : je ne voulais pas être la proie de la manipulation émotionnelle.

Je n’ai plus jamais été descendu par l’esprit.

L’onction de qui ?

Il est important de comprendre que tout ce qui se passe dans un service de tomber par l’esprit, en ce qui concerne la manifestation réelle, est attribué à l’onction de Dieu. Selon le prédicateur du fleuve que vous demandez, cette onction peut signifier la puissance, le poids de la gloire, la présence de Dieu, ou tout cela à la fois. Bien que la Bible fasse référence à une onction (1 Jean 2:27), elle a été déformée presque au-delà de toute reconnaissance en ces jours de foi sensuelle. Et comme avec une grande partie de l’expérience hyper-charismatique, elle a été placée dans le domaine de quelque chose qui doit être atteint, poursuivi ou travaillé afin d’être obtenu.

Beaucoup des plus grandes superstars de l’église d’aujourd’hui ont redéfini l’onction d’une manière qui met l’expérience plus en accord avec les forces occultes qu’avec la vérité biblique. Benny Hinn a raconté le toucher qu’il a reçu sur la tombe de la fondatrice de Foursquare, Aimee Semple McPherson.3 L’onction repose sur ses os, croit-il, et il a tremblé avec la puissance émanant de son corps mort depuis longtemps. L’idée est que la visite de certaines tombes donne une double dose d’onction. Il y a l’onction “Rambo” d’un évangéliste majeur du Réveil du Ricanement (rire),4 et l’onction “Braveheart” de Wes Campbell de Toronto Blessing.5 Il ne semble pas important que Rambo et Braveheart soient les personnages principaux de deux films classés R, avec du gore, du mayhem et un langage grossier. Ensuite, il y a l’onction de l'”Épée du Seigneur” de Carol Arnott, qui vous fait trembler, crier et vous secouer violemment. La vidéo de cette conférence spécifique de femmes était très révélatrice.6 J’ai regardé avec étonnement l’une des dames participant derrière la chaire tenir une énorme épée écossaise et la passer au-dessus de l’assemblée au son des gémissements, des plaintes et des manifestations de la congrégation.

C’était comme tiré de l’ancienne sorcellerie celtique.

Un autre problème majeur dans la partie de la sous-culture charismatique d’aujourd’hui qui est frappée par l’erreur est que certaines personnes, généralement des ministres de renom comme Kenneth Hagin, Kenneth Copeland, Benny Hinn ou John Kilpatrick, sont considérées comme étant plus ointes que d’autres. Cela présuppose naturellement la nécessité de se rendre là où ils exercent leur ministère afin d’être touché par eux et, par conséquent, par Dieu. Les adeptes de River reconnaissent universellement que la transmission du pouvoir se fait de personne à personne par l’imposition des mains, et cette croyance a provoqué une véritable ruée des membres réguliers de l’église vers le prédicateur qui “l’a”. Il était certainement courant pour les membres de la Nouvelle Alliance de se diriger vers le ministre le plus oint qui prêchait lors de nos réunions. De longues files d’attente se formaient devant le ministre de la puissance ou de la prophétie, même s’il y avait d’autres personnes moins importantes dans l’équipe ministérielle visiteuse qui pouvaient rester là sans rien faire et sans personne pour qui prier après le service.

Les partisans du Fleuve d’aujourd’hui croient également que Dieu se déplace dans des lieux géographiques particuliers, d’où la nécessité de se rendre là où Dieu se trouve pour être touché par Lui. Des endroits comme Toronto et Pensacola sont devenus des destinations de pèlerinage néo-médiévales et, en fait, les gens sont encouragés à faire le voyage par de nombreux prédicateurs de la Rivière et par leurs propres pasteurs. Et ce, en dépit du fait que Jésus a manifestement contredit cette ligne de pensée lorsqu’il a dit à la Samaritaine que les lieux physiques importaient peu aux yeux de Dieu (Jean 4:21). Le Temple de pierres deviendrait obsolète. Fini le pèlerinage annuel. Aussi longtemps que nous adorerons en esprit et en vérité, il demeurera avec nous et nous récompensera en conséquence (Jean 4:20-24).

Un peu de bon sens pourrait aider ici. Qu’en est-il des pauvres ou de ceux qui, dans un coin éloigné de notre planète, croient simplement à l’Évangile du Christ sans connaître ou désirer l’onction de Toronto ? Sont-ils laissés pour compte, ou ont-ils manqué un mouvement nécessaire de Dieu ? De plus, le fait qu’il y ait tellement de produits dérivés sous forme de vidéos, de tee-shirts, d’enregistrements de musique de louange sur cassettes, de frais de conférence, de salaires de pasteurs qui montent en flèche – et ce, à l’infini – que le mouvement actuel ressemble davantage aux changeurs de monnaie du Temple qu’aux humbles disciples de Jésus.

L’onction biblique

Donc, qu’est-ce que lonction en réalité ? Dans l’Ancien Testament, elle était utilisée pour signifier la mise à part d’un objet ou l’ordination d’un individu pour un service spécial à Dieu (Exode 30:22-30). L’huile d’onction était spécialement préparée selon l’ordre de Dieu et ne devait pas être utilisée à d’autres fins ou fabriquée sans tenir compte des instructions spécifiques de Dieu (Exode 30:31-33). Les rois ainsi que les prêtres étaient oints (1 Samuel 10:1, 1 Samuel 16:13). Élisée a également été oint comme prophète par Élie (1 Rois 19:16). L’acte de verser l’huile sur un individu était utilisé pour signifier la sélection, l’autorité et l’habilitation de Dieu pour cette position.

Mais avec la venue de Jésus-Christ, cette forme d’onction (signifiant le choix de Dieu pour un poste) avec de l’huile a disparu** et a été remplacée par l’onction du Saint-Esprit, qui est venu lui-même vivre dans chaque croyant, nous donnant la force de suivre Christ (2 Corinthiens 1:21-22). Il est également celui qui dispense les dons de l’Esprit au sein de la congrégation (Romains 12:6-8, 1 Corinthiens 12 et 14, Éphésiens 4:8-12), et qui accomplit des œuvres miraculeuses (Galates 3:5) parmi son peuple. Il nous conduit dans toute la vérité, et nous révèle les choses de Dieu (1 Jean 2:20, 27). Toute cette série d’Écritures, et beaucoup d’autres sur le même sujet, nous montre que l’onction scripturaire est complètement différente de ce qui est pratiqué aujourd’hui dans les cercles charismatiques dont j’ai fait partie autrefois.

L’onction n’est pas une chose que l’on passe commodément d’une personne à l’autre, comme se faire zapper par un courant électrique à la Rodney Howard-Browne ou Benny Hinn. Dire, comme nous l’avons fait si souvent à New Covenant Fellowship, “l’onction est maintenant présente pour la guérison”, ou la prophétie, ou n’importe quoi d’autre, c’est remplacer l’Esprit intérieur par un sentiment, une émotion ou une expérience physique, et le séparer de son ministère.

C’est exactement ce que suggèrent des termes comme “se brancher sur le courant”. Ce que ce genre de pensée promeut est exactement ce que nous voyons dans le camp de la Rivière, l’idée que nous avons besoin de quelque chose de plus que ce que nous possédons déjà en tant que croyants en Christ. C’est précisément la tentation originelle dans le jardin d’Eden. Il suffit de regarder dans le troisième chapitre de la Genèse. Le fait est que, si le Saint-Esprit réside en nous (et il ne va nulle part), alors sa puissance est là aussi, pour nous permettre de faire ce qu’il veut que nous fassions. Tout ce qui est ajouté à ce que Dieu a déjà fourni est une contrefaçon. Nous n’avons pas besoin d’être “zappés” ou de faire l’expérience de manifestations extra-bibliques pour sentir que nous sommes arrivés, ou pour mériter d’être inclus dans la grande armée mythique de la fin des temps de la doctrine du Dominion ou de la Pluie des Derniers Jours.

Examiner la source

Y a-t-il jamais une véritable puissance à l’œuvre ? J’ai longuement réfléchi à cette question, car si nous admettons qu’il existe une véritable puissance surnaturelle qui se manifeste, alors, à la lumière des Écritures et des nombreuses preuves de la charnalité, nous devons conclure qu’il s’agit d’un esprit autre que le Saint-Esprit. Encore une fois, si c’est le cas, cela ne peut que signifier que les chrétiens se sont ouverts aux esprits séducteurs venus pour détourner les croyants du seul vrai Dieu. J’en suis venu à la conclusion – très prudente – que, parfois, une véritable puissance surnaturelle est à l’œuvre. Lors des réunions de River et du réveil de Brownsville, les témoignages documentés des responsables de l’église ont fait état de descriptions vivantes de personnes soulevées par une force invisible et projetées violemment à travers la pièce et contre les murs. Notre propre Tom Smalley* a raconté avoir été témoin de cela dans l’une des réunions d’Howard-Browne à Anchorage. Il avait vu un homme de plus de deux cents livres être projeté en arrière à travers trois rangées de chaises au contact du Barman de Dieu. C’est un truc effrayant. Et cela ne correspond à rien de ce que j’ai trouvé dans ma Bible sur les relations de Dieu avec les fidèles de son alliance.

Je n’ai connu que deux incidents où je suis tombé et où j’ai eu l’impression d’une véritable puissance extérieure à moi-même. L’un d’eux s’est produit lors d’un service local de l’Assemblée de Dieu. Une femme prédicatrice en visite a imposé les mains à de nombreuses personnes qui s’étaient avancées pour prier, et une masse d’entre elles est descendue. Puis ce fut mon tour. Bien qu’elle ne m’ait jamais touché, j’ai senti un engourdissement envahir mon corps et je suis tombé. Sur le sol, j’ai tremblé de façon incontrôlable pendant environ dix minutes. L’autre fois, c’était lors d’un service dans mon ancienne congrégation, toujours avec l’aide d’un ministre de passage. Ma femme, assise sur l’un des bancs, a décrit mon corps se contorsionnant vers l’arrière à un angle important lorsque la puissance m’a frappé. Pour moi, ces deux témoignages semblaient surnaturels. Je laisse au Seigneur le soin de décider si c’était le cas ou non. S’ils étaient effectivement surnaturels, je me demande maintenant de quelle source de pouvoir ils provenaient vraiment.

Mais je n’ai encore connu personne, moi y compris, qui, parce qu’il est tombé, a connu une vie changée caractérisée par un amour de la vérité et une connaissance de Dieu en accord avec les Écritures. D’après mon expérience, c’est exactement le contraire qui s’est produit. Lorsque les gens sont touchés par ce genre de puissance, ils deviennent souvent presque impossibles à enseigner, préférant l’expérience à la Parole de Dieu. Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu :

“Eh bien, peut-être que je ne peux pas le trouver dans les Écritures, mais cela m’est arrivé, donc c’est réel !”.

C’est un pas dangereux à franchir. Au cours de mes nombreuses années d’implication dans l’occultisme avant le salut, j’ai eu de nombreuses rencontres réelles avec le surnaturel. Il est certain qu’elles ne pouvaient pas provenir de Dieu, mais j’ai cru un jour que certaines d’entre elles l’étaient, et pour moi, c’était tout ce qui comptait. Mes oreilles étaient fermées à toute protestation de la part de mes amis chrétiens. Une mentalité aussi obstinée est un terrain fertile pour la tromperie. C’est justement d’un tel peuple que surgira un dirigeant mondial qui conduira beaucoup de gens à la destruction éternelle :

Car le mystère de l’iniquité est déjà à l’œuvre ; seulement celui qui laisse maintenant laisse, jusqu’à ce qu’il soit retiré du chemin. Alors paraîtra l’impie, que le Seigneur consumera par l’esprit de sa bouche, et qu’il détruira par la clarté de son avènement : Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur consumera par l’esprit de sa bouche et qu’il détruira par l’éclat de son avènement, lui dont l’avènement a lieu après l’action de Satan, avec toute la puissance, les signes et les prodiges du mensonge, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. (2 Thessaloniciens 2:7-10)

*Pas le vrai nom. Il existe deux références dans le Nouveau Testament (Jacques 5:14, Marc 6:13) à l’onction des malades avec de l’huile.


Notes de fin d’ouvrage :


1. Vidéo/DVD de la conférence de Kenneth Hagin, “Kenneth Hagin and the Spirit of the Serpent” par Joseph E. Chambers (Charlotte, NC : Paw Creek Ministries). Pour commander ce dvd, 800/338-7884.
2. Ted Brooks, I Was a Flakey Preacher (Westlock, AB, Canada : Guardian Books, 1999)
3. G. Richard Fisher avec M. Kurt Goedelman, “Benny Hinn’s Move into Necromancy” citant le sermon de Benny Hinn, Double Portion Anointing, Part #3, Orlando Christian Center, Orlando, Fla. 7 avril 1991. De la série, Holy Ghost Invasion.
4. Mike Oppenheimer citant Rodney Howard-Brown, “The New Anointing” (Let Us Reason ministries, http://www.letusreason.org/Pent40.htm).
5. “New Year 1998-Where To Now ?” article de Christian Witness Ministries (Australie) citant le discours Braveheart de Wes Campbell. (http://www.christian-witness.org/archives/cetf1998/newyear1998.html)
6. Carol Arnott s’exprimant lors de la conférence des femmes Arise Deborah à Pensacola, Floride, janvier 1999, documenté par Jewel Grewe, “The Sea of Subjectivity” (bulletin d’information de Discernment Ministries, mars/avril 1999, volume #2, numéro #10).

Articles connexes :

Signes et merveilles ! Cinq choses à considérer

Ressources par Kevin Reeves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.