Les évolutionnistes se retirent de l’arène de la science

NDLR: Nous publions cet article discutant la science et l’étude des origines. Nos différents échanges controversés relatifs aux pseudo-médecines, pseudo-sciences, et philosophie quasi-religieuse aboutissent souvent à la question des origines et de l’infaillibilité des Écritures. Cet article montre que la foi chrétienne ne repose pas sur un ou plusieurs mythes.

Le jour de la mort de l’astrophysicien Stephen Awking, j’étais au CERN, celui qui apporta la nouvelle avait presque les larmes aux yeux. 10 ans auparavant ce scientifique (quasi religieusement) reconnu par le grand public avait fait un discours.
Il y a retracé l’histoire de l’étude des origines par les astrophysiciens, (très intéressante). On remarque que chaque fois que l’on croit avoir percé un mystère, un autre plus grand mystère fait face, et quand le consensus scientifique ne peut expliquer la nouvelle énigme du commencement, (bien entendu sans reconnaître le Créateur) un nouveau modèle scientifique est créé (parfois plus proche de la science-fiction que de la science) amenant d’autres énigmes. Hawking a présenté une image cocasse du pape et d’un scientifique mis en prison par l’Eglise. (Manière malhonnête, très superficielle et expéditive de classer la seule explication possible au Commencement: il n’y a pas de création sans créateur).

Puis Il a clairement affirmé que les scientifiques , confrontés aux énigmes, n’ont pas voulu reconnaître l’existence d’ un Dieu créateur. C’est un choix et non une conclusion basée sur des faits observés.


(Tel que publié dans le Journal of Creationism, Vol. 23:3, décembre 2009, pp. 121-127.)

Cette année, le bicentenaire de la naissance de Darwin et le 150ème anniversaire de la publication de son livre célèbre, a vu beaucoup de réflexion sur l’histoire de la théorie de l’évolution. En effet, il est difficile pour un créationniste du 21e siècle d’apprécier l’optimisme étourdissant qui entourait l’évolutionnisme d’il y a un siècle. Les observations scientifiques directes sur le terrain avaient été formalisées en un argument cohérent pour les origines naturalistes au détriment du créationnisme surnaturel. Cela a commencé avec Charles Lyell voyageant de façon intensive en Europe et en Amérique du Nord pour recueillir des faits géologiques en faveur de ses théories du gradualisme uniformitariste. Les idées de Charles Darwin provenaient de son travail de terrain lors de son voyage maintenant célèbre et de ses observations en tant que naturaliste. Quelques décennies après les écrits de Darwin, une série de découvertes de fossiles d’hominidés (comme les Néandertaliens, l’homme de Java et l’homme de Piltdown) semblaient confirmer des prédictions clés sur l’évolution humaine. Les arguments d’Haeckel en matière d’embryologie furent présentés de manière proéminente. Huxley offrit à Bathybius, la boue draguée du fond de l’océan, comme le lien entre les substances chimiques non vivantes et la vie simpliste. Les créationnistes, d’un autre côté, étaient divisés et incapables de mettre sur pied une réfutation efficace.

Au début du XXe siècle, quelques difficultés ont émergées dans la théorie de l’évolution, dues à la spécialisation accrue des biologistes et à la difficulté de concilier une recherche génétique naissante avec l’évolution graduelle et le mécanisme de la sélection naturelle. Pendant la décennie de 1936 à 1947, la synthèse darwinienne a réconcilié les idées de plusieurs branches de la biologie qui s’étaient séparées, en particulier la génétique, la systématique, la morphologie et la paléontologie. À certains égards, cette période fut le point culminant scientifique de l’évolutionnisme. La synthèse darwinienne devint le paradigme dominant incontesté de la communauté scientifique.

Encore aujourd’hui, la position scientifique de presque toutes les grandes universités et institutions gouvernementales demeure inchangée. Mais depuis le milieu du 20ème siècle une nouvelle tendance intéressante a émergé. Les théoriciens de l’évolution ont été contraints, étape par étape, de renoncer progressivement aux preuves sur le terrain. Certaines des preuves mentionnées ci-dessus ont été démontrées être des fraudes et des canulars. D’autres découvertes ont porté un coup aux attentes et aux prédictions des évolutionnistes. De plus en plus, ils ont été contraints d’intégrer des mécanismes ad hoc dans la théorie de Darwin pour accommoder les preuves. Leur retraite vers des positions infalsifiables est maintenant évidente dans tous les domaines où ils ont  triomphé. Examinons comment les théoriciens darwiniens sont passés de prédictions concrètes et preuves scientifiquement observables à des positions métaphysiques dans plusieurs domaines clés de la recherche.

Cosmologie

Le paradigme régnant en cosmologie est le Big Bang. Malgré des observations initiales prometteuses d’un univers en expansion et d’un fond diffus cosmologique, l’idée d’une origine explosive non guidée par une main intelligente s’avère de plus en plus problématique. Ces dernières années, il est devenu clair qu’il existe de nombreuses propriétés de notre univers qui, si elles étaient légèrement différentes, rendraient la vie impossible. De plus, il semble même que notre place dans la galaxie soit intentionnelle.i

Les chances d’un Big Bang fortuit produisant un tel univers sont incroyablement petites. Les cosmologistes évolutionnistes ont réagi en spéculant sur d’autres univers différents de notre univers (“multivers”), pour améliorer les chances d’un tel univers idéal existant par hasard. 

« Manquant d’invoquer un créateur bienveillant, beaucoup de physiciens ne voient qu’une seule explication possible: notre univers n’est peut-être qu’un des univers peut-être infiniment nombreux dans un multivers inconcevable. La plupart de ces univers sont stériles, mais certains, comme le nôtre, ont des conditions favorables à la vie. »ii 

Bien sûr, tous ces autres univers sont toujours au-delà de notre détection. Ils sont une construction métaphysique, une position de pure foi. La “théorie des cordes,” une branche de la physique théorique qui, malgré deux décennies de travaux, n’a pas encore produit de confirmation expérimentale, est prédominante dans les modèles multivers. Toutes les preuves observables indiquent que notre univers a été délibérément conçu.

La théorie du Big Bang a rencontré d’autres problèmes. L’univers est beaucoup trop grumeleux. Cela n’a pas de sens qu’il y aurait de vastes espaces vides entre les galaxies avec des milliards d’étoiles. Les scientifiques ont postulé l’existence de la matière noire froide pour résoudre ce problème. Il n’y a pas de preuve claire à ce sujet; ce n’est qu’une construction pour sauver la théorie. De plus, la preuve expérimentale montre que l’univers présent a une courbure géométrique très faible dans son espace-temps (il est presque plat). Les arguments théoriques bien établis suggèrent qu’il s’agit d’un résultat très improbable de l’évolution de l’univers à partir d’un Big Bang, à moins que la courbure initiale soit confinée à une gamme de possibilités incroyablement étroite. Bien que ce ne soit pas impossible, cela ne semble pas très naturel. Les théoriciens ont postulé “l’inflation” au début du Big Bang, mais c’est un ajout ad hoc supplémentaire pour essayer de résoudre les problèmes.

Pendant de nombreuses années, les créationnistes ont soutenu que l’existence de comètes dans notre système solaire est une indication d’une jeune Terre.iii Si la Terre avait des milliards d’années, toutes les comètes auraient dû brûler depuis longtemps. Les évolutionnistes ont répondu en proposant un essaim de noyaux de comètes à la périphérie de notre système solaire (le nuage d’Oort) commodément au-delà de notre observation. Ce nuage d’Oort est encore une hypothèse sans support empirique.

Tout en critiquant l’origine surnaturelle (et scientifiquement inobservable) présentée dans Genèse 1, les évolutionnistes ont fini eux-mêmes par se replier sur des positions métaphysiques. Paul Davies déclare que le Big Bang

« représente la suspension instantanée des lois physiques, le soudain brusque éclat de l’anarchie qui a permis à quelque chose de sortir de rien. Cela représente un vrai miracle… »iv

Géologie

Les géologues évolutionnistes ont largement abandonné l’uniformitarisme classique adopté par Lyell il y a un siècle. Ils admettent maintenant que les grands gisements de la terre ont été déposés de façon catastrophique. Carlton Brett, de l’Université de Cincinnati a déclaré:

« L’accumulation du registre stratigraphique permanent implique dans de nombreux cas des processus qui n’ont pas été, ou ne peuvent pas être observés dans les environnements modernes…il y a des événements extrêmes…avec des magnitudes si grandes et dévastatrices qu’ils n’ont pas été, et ne pourraient probablement pas, être observés scientifiquement »v

Considérons les commentaires de David Raup de l’Université de Chicago:

« …les géologues et les paléontologues contemporains acceptent généralement la catastrophe comme un “mode de vie”, bien qu’ils puissent éviter d’utiliser le mot catastrophe… Les périodes de calme relatif ne représentent qu’une petite partie du registre. Le temps est presque révolu où un géologue regarde une telle séquence, mesure son épaisseur, estime la quantité totale de temps écoulé, puis divise l’un par l’autre pour calculer le taux de dépôt en centimètres par millier d’années. »vi

Bien que maintenant engagés dans le néo-catastrophisme, ces évolutionnistes chercheront toujours à protéger la colonne géologique standard avec ses grands éons dans lesquels l’évolution peut se produire. Ils soutiennent que de multiples catastrophes ont constitué la colonne géologique; cependant, ils étaient séparés par de longues périodes de calme géologique. 

« L’ouragan, l’inondation ou le tsunami peuvent faire plus en une heure ou un jour que les processus ordinaires de la nature n’ont accompli en mille ans….En d’autres termes, l’histoire de n’importe quelle partie de la terre, comme la vie d’un soldat, se compose de longues périodes d’ennui et de courtes périodes de terreur. »vii

Mais il y a peu de preuves empiriques pour les “longues périodes d’ennui” puisque la plupart des couches géologiques sont conformes et ne montrent aucune preuve d’érosion ou de bioturbation. John Morris expose succinctement les choses:

« La preuve du temps est le manque de preuve physique. Pratiquement toutes les preuves réelles dans les roches indiquent des processus d’inondation catastrophiques qui ne durent que peu de temps. »viii

Paléontologie

La plus grande difficulté perçue pour le darwinisme il y a un siècle était l’absence de formes transitionnelles confirmatrices documentant la transformation graduelle proposée à partir d’un ancêtre commun. Darwin a écrit,

« La géologie ne révèle certainement aucune série organique si bien échelonnée, et c’est là, peut-être, que se trouve l’objection la plus apparente et la plus sérieuse qu’on puisse opposer à la théorie. Je crois que l’explication se trouve dans l’état d’imperfection des documents que la géologie met à notre disposition. »

Stephen Gould, de l’Université Harvard, a conclu,

« Les archives fossiles ont causé plus de chagrin que de joie à Darwin. Rien ne l’affligea plus que l’explosion cambrienne, l’apparence coïncidente de presque tous les dessins organiques complexes… »x

C’était l’espoir sincère de Darwin que plus tard les découvertes de fossiles résoudraient cette “objection sérieuse” contre sa théorie. Les principaux évolutionnistes ont admis que cet espoir doit maintenant être abandonné. 

« Darwin lui-même, …a prophétisé que les futures générations de paléontologues combleraient ces lacunes par une recherche diligente …Cent vingt ans de recherches paléontologiques plus tard, il est devenu très clair que le registre fossile ne confirmera pas cette partie des prédictions de Darwin. Le problème n’est pas non plus un registre misérable. Le registre fossile montre simplement que cette prédiction est erronée. »xi

Quatre caractéristiques non darwiniennes sont abondantes dans le registre fossile: l’apparition abrupte, la stase après cette apparition, les lacunes systématiques entre les formes de vie, et l’absence de phylogénie identifiable (ancêtres évolutionnaires et descendants). Stephen Gould a résumé cela dans son oeuvre maîtresse The Structure of Evolutionary Theory:

« …Le récit lui-même illustre si bien le fait central du registre fossile – l’origine géologiquement abrupte et la stase subséquente de la plupart des espèces…. L’anatomie peut fluctuer avec le temps, mais les derniers vestiges d’une espèce ressemblent beaucoup aux premiers représentants. »xii

Mais plutôt que de concéder que les fossiles ne fournissent aucune preuve convaincante d’une évolution graduelle et que l’explosion cambrienne ressemble beaucoup à la création, les évolutionnistes de premier plan ont postulé que toute l’évolution se produisait en effusions soudaines, trop rapidement pour être enregistrées dans le registre fossiles (équilibre ponctué). 

« Le registre révèle maintenant que les espèces survivent généralement pendant une centaine de milliers de générations, voire un million ou plus, sans beaucoup évoluer. Nous semblons obligés de conclure que la plupart des évolutions se déroulent rapidement…un modèle ponctuel d’évolution…opéré par un mécanisme naturel dont les effets majeurs sont provoqués exactement là où nous sommes le moins capables de les étudier – dans de petites populations localisées et transitoires…L’idée ici est que si la transition était généralement rapide et la population petite et localisée, les preuves fossiles de l’événement ne seraient jamais trouvées. »xiii

Ces effusions sont précédées et suivies de longues périodes de stase. Une fois de plus on dit que l’évolution se passe derrière le rideau où elle ne peut pas être observée, à l’abri de la falsification. 

« Les paléontologues ont payé un prix énorme pour l’argument de Darwin. Nous nous considérons comme les seuls vrais étudiants de l’histoire de la vie, mais pour préserver notre récit favori de l’évolution par la sélection naturelle, nous considérons nos données comme si mauvaises que nous ne voyons presque jamais le processus même que nous professons étudier…. »xiv 

Il s’agit d’une retraite claire vers une position métaphysique, et non empirique encore une fois!

La biologie

Les scientifiques classiques croyaient, il y a deux cents ans à peine, au vitalisme, l’idée que la matière non vivante comme la terre, le foin humide ou la viande en décomposition avait une vitalité innée telle qu’une vie “simple” en émanait spontanément. Seulement quelques années après que Darwin ait publié son travail séminal, Louis Pasteur a mené la fameuse réfutation scientifique de la génération spontanée dans laquelle il a stérilisé et scellé des pots de nutriments, démontrant que seule la vie engendre la vie – la loi de la biogenèse. Sans se laisser décourager, Thomas Huxley poursuivit courageusement un scénario naturaliste d’origine de la vie, inventant le terme d’abiogénèse. Dans un essai, il écrit,

« Le carbone, l’hydrogène, l’oxygène et l’azote sont tous des corps inanimés. Parmi ceux-ci, le carbone et l’oxygène s’unissent dans certaines proportions et dans certaines conditions pour donner de l’acide carbonique; l’hydrogène et l’oxygène produisent de l’eau; l’azote et d’autres éléments donnent naissance à des sels azotés. Ces nouveaux composés, comme les corps élémentaires dont ils sont composés, sont sans vie. Mais quand ils sont réunis, dans certaines conditions, ils donnent naissance à un corps encore plus complexe, le protoplasme, et ce protoplasma présente le phénomène de la vie. Je ne vois aucune rupture dans cette série d’étapes dans la complication moléculaire… »xv

Des millions de dollars et d’innombrables heures ont été dépensés en laboratoire pour essayer de mettre au point un mécanisme de synthèse de la vie. Mais plus on en apprend sur la structure de la cellule, plus le gouffre apparaît entre la chimie brute et la forme de vie autorépliquable imaginable la plus simple. Hoyle emprunta à ses collègues scientifiques leur croyance dans l’abiogénèse:

« Ils préconisent la croyance que caché dans la nature, en dehors de la physique normale, il y a une loi qui fait des miracles (à condition que les miracles soient une aide pour la biologie). Cette curieuse situation repose étrangement sur une profession qui a longtemps été consacrée à l’élaboration d’explications logiques des miracles bibliques. »xvi

La réponse de nombreux évolutionnistes a été de postuler des lois inconnues de la prédestination chimique. Paul Davies a imaginé que

« des sortes de processus physiques auto-organisants pourraient élever un système physique au-dessus d’un certain seuil de complexité et à partir de ce point ces nouvelles lois de complexité commenceraient à se manifester, conférant au système une efficacité inattendue à s’auto-organiser et s’auto-complexifier. 
« …Selon l’ordre de ces lois, le système pourrait être rapidement orienté vers la vie ».xvi 

ReMine souligne qu'”Il remplace simplement les anciennes forces mystiques inconnues par de nouvelles forces “naturalistes” inconnues. De toute façon il ne s’agit pas de science.”xviii

Au cœur de la biologie de l’évolution est l’idée de la sélection naturelle. Mais la sélection naturelle a été formulée de diverses manières pour donner aux théoriciens de l’évolution un avantage maximum. Lorsqu’ils sont confrontés au raisonnement circulaire inhérent à la

survie du plus apte,

les apologistes évolutionnistes se replient souvent vers des scénarios spéciaux simplistes ou montrent comment les monstres inaptes sont clairement éliminés par la sélection naturelle. L’argumentation de Kitcher suit cette ligne:

« L’exemple de coloration cryptique chez les mites fournit une démonstration particulièrement bonne de la façon dont les allégations sur les raisons de la valeur sélective peuvent être évaluées de façon indépendante. »xix 

Mais même si cela était vrai, elle n’a aucun pouvoir explicatif comme théorie générale. .

En fin de compte, le seul pouvoir explicatif large vient d’une formulation métaphysique qui est complètement impossible à tester. Voici l’orientation prise par Dobzhansky:

« Aucun biologiste ne peut juger de manière fiable quelles caractéristiques sont neutres, utiles ou nuisibles à une espèce donnée. »xx 

Les darwinistes semblent préférer l’équivoque et un assortiment amorphe de théories ad hoc (comme l’hypothèse de la reine rouge, l’hypothèse stationnaire, l’hypothèse de l’équilibre changeant, et d’autres histoires “ad hoc”) qu’admettre que la sélection naturelle scientifique se limite à être un simple mécanisme de conservation (comme les créationnistes l’ont toujours soutenu).

La génétique

Claude Shannon a d’abord formulé une définition de l’information dans son livre de 1948, The Mathematical Theory of Communications. La théorie de l’information de Shannon convient pour décrire les aspects statistiques de l’information, par exemple les propriétés quantitatives des langues qui dépendent des fréquences. Rien ne peut être dit sur le sens ou non d’une séquence donnée de symboles. La question de la correction grammaticale est également complètement exclue à ce niveau.”xxi Les créationnistes comme Werner Gitt ont mené la charge en développant la théorie de l’information moderne et en l’appliquant à la génétique et au débat sur les origines.xxii La théorie de l’information prédit que des routines informatiques tout aussi utiles ne se produiront pas de manière aléatoire, de sorte que l’augmentation de l’information de l’ADN pour coder les fonctions biologiques ne se produira pas sans une intervention intelligente.

Certains évolutionnistes reconnaissent le problème. “La théorie de la communication – ou la théorie de l’information, comme elle est connue aujourd’hui – dit que le bruit détruit l’information, et que le processus inverse, la création d’informations par le bruit, semblerait être un miracle. Un message émergeant par lui-même d’un silence radio serait aussi surprenant que la marée faisant des empreintes sur la plage. Nous revenons sans cesse au même vieux problème: la seconde loi de la thermodynamique insiste sur le fait que l’information ne peut pas plus naître spontanément que la chaleur peut passer du froid au chaud.”xxiii

Mais la plupart des darwinistes préfèrent brouiller les cartes en utilisant des définitions simplistes et imprécises de l’information comme celle développée par Shannon.xxiv Non seulement cette obfuscation joue en leur faveur, mais elle place l’analyse de l’information dans un domaine où la quantification et l’analyse rigoureuse deviennent extrêmement difficiles, voire impossibles.

Les évolutionnistes ont montré peu d’intérêt pour la modélisation précise de la génétique des populations. Les créationnistes ont développé un programme informatique remarquable appelé Mendel pour aider à cette modélisation.xxv La réponse des darwinistes a été décevante. La génétique des populations en général, et le dilemme de Haldane en particulier, ont été un défi pour les scénarios évolutifs. Haldane a démontré qu’il y avait des limites sévères à la vitesse à laquelle l’évolution pouvait se produire en raison de la rareté des mutations bénéfiques et des taux de reproduction réalistes.xxvi Les évolutionnistes ont cherché à enterrer le problème et à laisser la confusion régner plutôt que d’adopter une science vérifiable.

L’une des tactiques de débat préférées des évolutionnistes a été d’obscurcir ces questions avec des arguments de probabilité nébuleux. Qu’ils soient confrontés aux défis de l’origine de la vie, à la complexité biologique ou aux arguments de la génétique des populations, les darwinistes sont enclins à se replier vers le confort du temps long pour permettre les exploits biologiques impossibles. 

« Le temps est en fait le héros de l’intrigue…si on lui donne autant de temps, l’impossible devient possible, le possible probable, et le probable virtuellement certain. Il suffit d’attendre: le temps lui-même fait des miracles. »xxvii

Conclusion

Malheureusement, le retrait des positions scientifiquement vérifiables s’est accompagné d’une arrogance et d’une intolérance encore plus grandes de la part des évolutionnistes. Au lieu de débattre de ces questions, ils préféraient rabaisser l’opposition et déclarer pompeusement la théorie de l’évolution au-delà de tout besoin de vérification. Cela a commencé au milieu du XXe siècle et continue aujourd’hui avec le politiquement correct dans le milieu universitaire et le déni des opportunités scientifiques pour les créationnistes et les théoriciens du dessein intelligent.xxviii

La déclaration historique de Teilhard illustre une telle arrogance: “L’évolution est au dessus de toute vérification, comme aussi à l’abri de tout démenti ultérieur de l’expérience….Une théorie, un système, ou une hypothèse, l’évolution?… Non point : mais, bien plus que cela, une condition générale à laquelle doivent se plier et satisfaire désormais, pour être pensables et vrais, toutes les théories, toutes les hypothèses, tous les systèmes. Une lumière éclairant tous les faits, une courbure que doivent épouser tous les traits.”xxix

Peut-être qu’aucune meilleure confirmation du déplacement vers le métaphysique dans l’évolution ne peut être fournie que par le “volte-face” exécuté par l’évolutionniste Michael Ruse. Le Dr Ruse était le témoin expert en philosophie des sciences dans le procès historique de la Cour suprême, Edwards vs Aguillard. Sa position publique à cette époque était claire: “L’évolution est un fait, un fait, un FAIT!”xxx Tout en restant évolutionniste, Ruse a clairement reconnu ces dernières années le caractère métaphysique de la théorie évolutionniste moderne, l’appelant même une religion. 

“En particulier, je soutiens que tant dans l’évolution que dans la création nous avons des réponses religieuses rivales à une crise de foi – des histoires des origines rivales, des jugements rivaux sur le sens de la vie humaine, des ensembles de dictats moraux rivaux et surtout ce que les théologiens appellent des eschatologies rivales – des images du futur et de ce qui attend l’humanité.”xxxi

Le déplacement des évolutionnistes vers des théories métaphysiques et des modèles invérifiables laisse les défenseurs du dessein seuls dans l’arène du débat scientifique sur les origines! Ainsi notre travail en tant que créationnistes du 21ème siècle a quelque peu changé. Bien qu’il demeure important de faire du travail de terrain et de la recherche pour accumuler des preuves supplémentaires soutenant le créationnisme, le défi croissant est d’unifier les preuves confirmant que nous avons en un modèle cohérent. De plus, les créationnistes doivent diffuser le message, arracher le micro et le podium des griffes des évolutionnistes qui cherchent à dominer le dialogue national sur les origines. À cet égard, il est très utile, au cours de cette année historique, de faire connaître la retraite régulière de nos adversaires évolutionnaires de l’arène de la science testable.

  1.             Voir Gonzales, G., Richards, J., The Privileged Planet, Regnery Publishing, 2004.
  2.             Folger, Tim, “Science’s Alternative to an Intelligent Creator: the Multiverse Theory,” Discover, décembre, 2008.

   iii.            Voir Morris, Scientific Creationism, Creation-Life Publishers, San Diego, CA, 1974, p. 158.

  1.             Davies, Paul, The Edge of Infinity, New York: Simon and Schuster, 1981, p. 161.
  2.             Brett, Carlton L., “A Slice of the ‘Layer Cake’: The Paradox of ‘Frosting Continuity,'” Palalaios 15:495-498, 2000.
  3.             Raup, David M., Chicago Field Museum, Univ. of Chicago, “Geology and Creationism” Field Museum of Natural History Bulletin, Vol. 54, No. 3, mars 1983, pp. 16-25.

vii.            Ager, Derek, The Nature of the Stratigraphical Record, NY: John Wiley and Sons, 1981, p. 54, p. 141.

viii.            Morris, John, The Young Earth, Master Books, Green Forest AZ, 2007, p. 97.

  1.             Darwin, Charles, De l’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie, 1872, p. 307.
  2.             Gould, Stephen J., The Panda’s Thumb, 1980, pp. 238-239.
  3.             Eldredge, N. and Tattersall, I., The Myths of Human Evolution, 1982, p. 45-46.

xii.            Gould, Stephen Jay, The Structure of Evolutionary Theory, 2002, p. 749.

xiii.            Stanley, S.M., New Evolutionary Timetable, 1981, pp. 1577.

xiv.            Gould, Stephen J. The Panda’s Thumb, 1980, p. 181-182.

  1. Huxley, “On the Physical Basis of Life“.

xvi.            Hoyle, Sir Fred, “The Big Bang in Astronomy,” New Scientist, vol. 92, 1981, pp. 526-527.

xvii.            Davies, Paul, The Fifth Miracle, Simon & Schuster, 1999, p. 259.

xviii.            ReMine, Walter, The Biotic Message, 1993, p. 95.

xix.            Kitcher, Philip, Abusing Science: The Case Against Creationism, MIT Press, 1998, p. 59.

  1. Dobzhansky, T., Book review in Evolution: 29, 1975, pp. 376-378.

xxi.            Gitt, In the Beginning was Information, New Leaf Publishing Group, 2006, p. 170.

xxii.            Voir Gitt, “Implications of the Scientific Laws of Information,” Journal of Creation:23(2), 2009, pp. 96-109.

xxiii.            Davies, Paul, The Fifth Miracle, Simon & Schuster, 1999, pp. 56-57.

xxiv.            Voir Truman, Royal, “The Problem of Information for the Theory of Evolution: Has Dawkins Really Solved It?,” 1999.

xxv.            Voir Baumgardner, Sanford, Brewer, Gibson, and ReMine, “Mendel’s Accountant: A New Population Genetics Simulation Tool for Studying Mutation and Natural Selection,” Proceedings of the Sixth International Conference on Creationism, 2008, pp. 87-89.

xxvi.            Voir ReMine, The Biotic Message, St. Paul Science, 1993, pp. 215-236.

xxvii.            Wald, George, “The Origin of Life,” Scientific American, août 1954, p. 53.

xxviii.            Voir Bergman, Jerry, Slaughter of the Dissidents: The Shocking Truth about Killing the Careers of Darwin Doubters, Leafcutter Press, 2008; et le film documentaire de 2008 Expelled: No Intelligence Allowed par Ben Stein.

Conférence 2018 à Genève: Samedi 21 Avril

Le Samedi 21 Avril 2018, à Genève, conférence en français avec traduction en anglais

Prends donc garde
que la lumière qui est en toi
ne soit ténèbres.

Therefore pay careful attention
that the light in you is not darkness! 

(La Bible – Luc 11:35)

Les expériences de mort imminente : un point de vue biblique

Orateur: Jacques LEMAIRE, Pasteur retraité, membre du comité directeur de Vigi-Sectes, directeur du Centre de Formation Chrétienne.
3 sessions:
09:00 – 10:20
10:40 – 12:00
14:00 – 15:20

La traduction des Témoins de Jéhovah: une falsification !

(avec Référence à la dernière edition de la NWT de 2013 en anglais, aux 2 versions de la Kingdom Interlinear et à la TMN en une dizaine d’autres langues.)

Jésus, le plus grand Homme de tous les temps?

15:40 – 17:00 &   17:20 – 19:00:

Orateur: Eric PODICO, Ingénieur, membre du comité directeur de Vigi-Sectes

Peut-on être chrétien et Franc-Maçon?

20:00 – 21:30
Orateur: Frank VAN MUYLEM, pasteur de l’Église Protestante,  Évangélique « Temple du Bon Berger »,
membre du comité directeur de Vigi-Sectes

Lieu de la rencontre:
Bd Emile-Jaques-Dalcroze 13
1211 Genève  (en face du parking St Antoine)
voir Google Map – GPS : 46.19876, 6.15021

en Bus [36] Liszt; [3][5][7] M. d’art et d’histoire; [3][5][7][NO] Athénée

Les orateurs seront traduits en simultané : français – anglais. Il y aura des temps de pause, questions – réponses, cantiques.
Des traités, livres ou documents apologétiques de source chrétienne seront mis à disposition (gratuits, à vendre ou à emprunter), ainsi que divers documents à consulter sur place émanant des mouvements que nous mettons en lumière.

La conférence est gratuite et ouverte à tous. Notre souhait est de reprendre “les œuvres infructueuses des ténèbres” (Eph 5:11) , en faisant connaitre “les saintes lettres qui peuvent rendre sage à salut” (2 Tim 3:15) afin de “croître dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.” (2 Pierre 3:18).

 


David Wood: Why i am a christian? transcript

Transcript (Youtube) of the testimony of a former atheist

There is a way that seems right to a man, But its end is the way of death. (Prov 16:25)

Want to go for a ride?

David Wood
David Wood

Imagine an underground world made of concrete and steel, stairways and tunnels, just enough light to see the signs on the walls. Suppose there were people who live down there all their lives and were never allowed to visit the surface and that these people were told from the time they were born that this world is all that exists. Won’t they believe what they’re told to believe? Won’t they try to live like it’s true? Suddenly a mad man stumbles down the stairs and says to the people here

Don’t you realize that you’re underground? Don’t you know that there’s an amazing world right up those stairs?

A tomb, no matter how spacious is still a tomb. The people answered him, they said

We understand our world just fine without you rambling about another, go back to your flying spaghetti world fool. We’re the enlightened ones down here

and then rejecting the world above, they sunk a little deeper into the world below.

When I was five years old …

I had a dog named Goliath. One day, my mother received a phone call, she turned to me, it was tears in her eyes and informed me that Goliath had been run over by a bus. I looked at her and thought to myself ‘So what, it’s just a dog’, but my mother was sad and I couldn’t figure out why. I soon noticed that other people got sad when something die, it seemed really weird to me; crying isn’t going to change the fact that it’s dead so why are you crying? I also noticed that people didn’t share my amazing insight into the nature of reality. I remember sitting beside a lake when I was eight years old watching ants matching in perfect formation and it suddenly became entirely clear to me that ants rule the world and then tricked us human beings to think that we are in charge. Do you have any idea how powerful and brilliant they must be if they had managed to deceive the entire human population? Few years later, I figured out that pets actually control the planet. Whenever a cat or a dog would look me in the eyes, I would think that it was communicating with me, silently bragging that they were much more intelligent than humans are. So part of my youth was spent talking to animals telling them ‘I know what’s going on here, i’m on to you’, but I grew out of that silliness.

By the time I was in 10th grade …

I was convinced that I controlled the weather. I didn’t know how I controlled the weather, I just knew that I did. It would start raining and I would think :

okay, how did I do that?

I also had the ability to control time but I didn’t know how to use this ability yet. That summer, my best friend from elementary school died. Jimmy had always talked about going Para-sailing, he finally got the chance and his harness broke; he plummeted to his death. When I heard about it after knocking on his door, I had the same reaction I had when my dog Goliath died namely; so what?. But this time was different, it seemed like I should be bothered by Jimmy dying, so I started wondering if something might be wrong with me. After pondering this for several months, I realized why I was different; I had evolved to a higher stage of humanity. These sad little emotions the rest of you have are like vestigial tails leftover from our primitive life forms but humanity 2.0 had arrived and you earlier models were now obsolete.

The following year, I had a life changing experience.

I was running from the police in the middle of the night and they had me surrounded on three sides. The fourth side was the Mahoning river, so I jumped in and swarm across and started walking my way through the trees on the other side. I eventually emerged from a patch of woods and I found myself in someone’s backyard. In front of me was a beautiful garden, I started to walk around the garden but then I stopped to philosophize. I thought :

I don’t care about the people in that house, so why am I going out of my way to avoid stepping on their vegetables, why am I being so courteous?  because I had been brainwashed, that’s why. I’ve been breaking the law for years and yet society has been manipulating my behavior all along, greatness had been polluted by mediocrity.

As I stunt my way through that garden, I had an incredible rush of freedom. The world has all of us on a leash, a leash made of rules, ‘do this, don’t do that’, but it’s a leash that slips right off as soon as we recognize that we don’t have to do anything anyone tells us to do. Of course, if you really want to break free from your handlers, seems like you have to do the opposite of what you’ve been told. Going down.

Started studying bomb building when I was 18, nothing fancy, I got a copy of the N-August cook book. I learnt how to make pipe bombs, I learnt to put together a home-made grenade launcher, I bought a book on disguises so I won’t be recognized but it all felt a bit amateurish so I decided to become a chemistry major in college where I can learn to build something a little more sophisticated, but my plans of becoming a bomber had to be put on hold because there are more important things in life, anyone can blow up a bunch of random people, you don’t know them.

If you’re sick of life, dangling at the end of society’s puppet strings, the killing has to start much closer to home.

My dad was the only relative I had within a few hundred miles so he obviously needed to die and I had a ball pin hammer that would do the trick. Interestingly, some of my amazing insights into the nature of reality actually slowed me down. My dad was sitting beside me on the couch and I was about to beat him to death, I had the hammer under a cushion, but I suddenly realized that he was reading my mind; and not just him, everyone in the world was reading my mind, I was part of an experiment and billions of people were in on it, they’re all waiting to see what I would do and as soon as I attacked my dad, the walls would rise up, the observers would rush in and the experiment would be over. So as my dad is reading my mind, i’m channeling my thoughts to him as we sit there. He’s watching television, i’m thinking :

look at me while you’re reading my mind. Look at me right now or i’m going to burst your head open.

Finally I channelled to him, ‘you think i’m stupid, i’m not falling for this’, then I got up and walked out, but it wasn’t over. After a while, my senses returned to me and I walked into my dad’s bedroom at about two O’clock in the morning, thanksgiving day. I stood over him with the hammer and I tried to think of one wrong thing he had ever done to me; nothing came to mind. So I drew back my arm and came down on him with all 230 pounds. I didn’t know how fast blood could come out of somebody’s head. Kept hitting him until I was sure he was dead and I walked outside and drove away. There’s no rush of freedom this time, I didn’t feel anything anymore.

Did I mention that I was an atheist?

I understand that most of you atheists out there live perfectly normal lives but I can never understand why you would want to. Think about it, we’ve got this massive universe and over here is a tiny little crawl of a galaxy. Out of one the spiral arms of this galaxy is a thoroughly unremarkable ball of hot gas. Circling this ball of hot gas is a pathetic speck of cosmic dust we call earth and crawling all over the earth are these feeble, selfish, self-destructive lumps of cells constantly deluding themselves into thinking that what they do is so important but the universe couldn’t conceivably care less, whether you love your neighbour as yourself or you torture to death for fun, so you might as well do whatever you feel like doing with the little bit of time you’ve got, and what are my atheist friends going to do with your 80 years or so? Let me guess, you’re going to go to school for a while then get a job, work for a few decades, maybe pick up a family along the way, then retire and die of old age or some illness. How original. Free thinkers huh? Believe it or not, some people don’t want to live like cattle, some people don’t want to follow this pattern that we’re all expected to mindlessly follow. Some would rather bash a man’s head in or shoot up a theater or walk down a school hallway stabbing people.

Why shouldn’t they? Because it’s wrong? Says who, your grandma? or should they try not to hurt people because people have intrinsic value? Here I thought that human beings are nothing but machines for propagating DNA. Most people don’t want to kill and slaughter but for those who do, our civilization is rapidly destroying any significant reason they might have for resisting the urge to kill and slaughter. Young people are lining up to dance to the music of their DNA, all you can do now is hope that they get tackled when they stop to reload or that they make some huge blunder when their bloodbath begins.

I made a huge blunder when my bloodbath began; I underestimated the amount of damage the human head could endure, crushed skulls can apparently be pieced back together by doctors. My dad had brain damage but he survived the attack. I was taken to a mental hospital and later to jail.

Jail is a place to sit back and reflect on the things you’ve done.

You’ve got plenty of time to sit back and think :

why did I get caught? What steps can I take to avoid getting caught next time?

and without all of the empty repetitive tasks that ordinarily keep you mentally sedated, you’ve got plenty of time to figure out what’s most important to you. The most important thing to me was not being a slave to people for whom I had nothing but contempt, but people had controlled me in various ways throughout my life and this meant that they would need to be taught a lesson.

I had a list of people going back to kindergarten who were going to be brutally murdered but doubts occasionally crept in. I would ask myself

is there a point to any of these?

Nothing really matters, so what difference does it make whether I do everything i’ve been planning or I do nothing at all; there’s no blue ribbon for making the right decision here because there is no right. But when I would start to think that life off the leash was just as meaningless as life on the leash, I start to lose my mind. I was able to hold things together to some extent mentally because I had something to do, but if what I had to do was pointless, then holding things together was pointless. So I was at an edge and there was nowhere to go but over it, but life has a way of giving us an alternative at just the right moment

[Singing: When a man’s an empty peddle, he should be on his meddle, yet i’m torn apart just because i’m presuming that I could be kind of human if I only had a heart]

When I was in E Block in the jail, I met a Christian

… named Randy, a guy who had turned himself in for 21 felonies. Randy seemed like he was from another world; there would be a fight in the dorm and he wouldn’t watch, he would turn his head away and pray for it to stop, our main source of entertainment and he’s praying against it; Christians cracked me up.

Randy was lying on his bunk reading his bible one night and I walked up to him and said:

do you know why you’re reading the bible? You’re reading the bible because you were born in the United States. If you had been born anywhere else, you would have believed in something else. If you had been born in China, you would be a Buddhist, if you had been born in India, you would be a Hindu, if you had been born in Saudi Arabia, you would be a Muslim because people like you believe whatever you’re told to believe.

I’ve since heard other atheists saying the same thing in almost exactly the same words so I take it this is a common atheist view of Christians which is hilarious in its level of hypocrisy. I believe that the universe exploded out of nowhere for no reason, and that life formed on his own and that consciousness was a natural product of particle interactions in our brains and that moral values were nothing but societal indoctrination, and Jesus’ followers made up a story about him rising from the dead because they wanted his message to spread. I believed all of these without anything remotely resembling a careful investigation of the evidence which means I believed a lot of what I had been told but i’m pointing a finger at the Christian, why? Because it’s much easier to make fun of someone else than to do the difficult work of putting together a coherent well grounded believe set.

Something interesting happened when I made fun of Randy; he fought back. Lots of Christians will go into retreat mode if you start arguing with them, they don’t want to cause a scene but Randy sat up on his bunk and proceeded to embarrass me about some of the things I was saying. I was totally shocked, I didn’t know what was going on. I am the smartest, most advanced human being the world has ever seen and night after night when we’re arguing, Randy was just taking me to a school, and he wasn’t smarter than me, he didn’t have any special knowledge or degrees, he wasn’t a scientist or a philosopher, he just had an annoying habit of questioning everything I would say, and when I would try to answer his questions about what I was saying, it would become clear to him and to me that many of my beliefs when put into words sounded really really stupid. Things that made perfect sense when unquestioned made no sense at all when questioned.

I became so frustrated by our arguments that I began looking for other ways to defeat Randy. I made fun of him for getting molested when he was a child. I saw his 12 year old sister in the visiting room and I said some things about her (that i’m not going to repeat here). I keep messing with him till he got upset and when he got upset, I’d say

look at you, getting angry at me, you call yourself a Christian.

Oddly enough, Randy and I became friends. We would stay up all night playing cards, throwing a roll of toilet paper around like it’s a football, and of course arguing about the bible. But I was still looking for ways to defeat him at something so we got into the world’s first ever fasting battle; it wasn’t a battle for him, he wasn’t trying to out-do me at anything but I was certainly trying to out-do him. Randy would fast for long periods of time with nothing but water. After a while, I joined in, and whenever he would complete a fast, I would start my own fast and then go a few days longer than he did. For our first exchange, Randy fasted one week; I knew he wasn’t eating because he gave me all his meal trays. When he was finished, I said:

alright, i’m going ten days.

I had never gone a day without food in my life but I went ten days straight just so I would know that I had beaten the Christian.

We went back and forth with me always going a few days longer than he did. Eventually he asked me ‘hey, how come you always fast a little longer than I do? Are we in some sort of competition that I don’t know about?” I said no I hadn’t even noticed, just coincidence I guess. Randy fasted 40 days; he went 32 days on nothing but water and then he added liquids like Cool Aid for the rest. He told me that Jesus had gone 40 days, that’s why he picked the number 40. I said alright, i’m going 42. Even six weeks with nothing but water and rage;

I was going to beat Randy and Jesus.

On the 11th day of my fast, a guard came in and told me to pack my stuff. I had passed out earlier and hit my head on the way down. The medical staff knew my mental health history and they thought I was trying to starve myself to death. I’m trying to beat the Christian, they think that i’m trying to commit suicide really really slowly but they had seen that I had lost enough weight to realize that there was a problem and the blood pressure monitor that the nurse put on my finger said that I was dead so I had to pack up my books, philosophy and science, the apologetic books that Randy gave me and head to my new home- a cell with a camera where I can be watched day and night.

Living the dream, I lost about 80 pounds from fasting, I developed a horrible rash all over my body, it felt like poison ivy, it’s called Shingles, it’s caused by vitamin deficiency. I was having blackouts, I was getting tunnel vision, the doctor at the jail said he was going to tube feed me, the social worker was talking about having me sent to my third mental hospital and when I wasn’t reading, all I could think about was taking people out to the woods and peeling their skin off but I found renewed purpose in my lonely cell. With a library at my disposal and nothing else to do, I had a perfect opportunity to prepare for an epic showdown with Randy. I could study the bible, put together new arguments, go back to E-Block and destroy the faith of my friend.

I asked the chaplain for some bible studies, he gave a series of studies on the gospel of John with graded assignments. So here I am, a rapidly deteriorating atheist, sitting in a poorly lit cell, doing my bible homework, getting straight As. I haven’t eaten in days and I read about Jesus saying

I am the bread of life, he who comes to me will never go hungry.

I’m obsessed with liberating myself from a society that has me trapped in a six and a half plain foot cell and I read:

the son sets you free, you’ll be free indeed.

I’m wondering how long my body can take what i’m doing to it before my heart stops and I read :

I am the resurrection and the life; he who believes in me will live even though he dies.

Kind of creepy when a book talks to you about…what do I know, I used to think that cats were talking to me.

Lying on my back, day after day, reflecting on life and theology and philosophy,

… three things started to destabilize my entire belief system.

First, what’s called the design argument finally hit me. I was looking at a wall and how the bricks were arranged and I thought to myself,

if someone told me that these bricks went into this order by some process that didn’t involve intelligence, I would smack them in the mouth, and yet I believed that life formed without intelligence when the most basic living cell is unimaginably more complicated than some bricks stacked on a wall.

Why did I blindly accept the extraordinary claim that life arose spontaneously from non-life without demanding some very good evidence?

Second, I found out how Jesus’ apostles died; most of them went to their bloody death claiming that they had seen him risen from the dead. My explanation for the origin of christianity had always been that the apostles made up a story so that they could spread his message but now my explanation wasn’t making sense. If you’re willing to die for something, you have to believe it. When a terrorist blows himself up, he’s obviously sincere. So the disciples, the apostles had to believe what they’re dying for, but this means that they were convinced that they had seen Jesus risen from the dead. Now, usually, when someone is willing to lay down their life for something, it’s for an ideology that they got from someone else and that ideology could be true or false. The disciples were dying for something that they saw. What could have convinced so many different people that they had all seen a resurrected man? I could explain one witness by saying he’s crazy, but all of them? Something was going on here and I had to figure it out but I couldn’t come up with any explanation for why they had that level of confidence other than they actually saw him.

Third, I started worrying that Jesus might actually be better than me. Now if you’re not a complete moral relativist or maybe one of the new atheists, it’s probably obvious to you that Jesus is better than me but I wasn’t the clearest thinker on moral issues back then so getting my mind around this was very difficult. Here’s the problem that emerged: I had two beliefs that just didn’t go together. On the one hand, I believed that human beings are lumps of cells, meaningless lumps of cells, that everything we did was pointless. At the same time, I believed that I was the best, most important person in the entire world. How is it possible to be the best, most important worthless lump of cells? If there were to be some sort of best person, that would require something like a standard of good and that would require something like God, and then someone like Jesus would be better than me.

So my beliefs were breaking down at the foundational level,

and once the foundations start crumbling, everything starts coming down. I went from believing that I was the best person in the world to thinking that I was the worst person in the world, and in a moment of clarity, it all just hit me thinking i’m a guy who once choked my friend until bloody foam came out of his mouth. I hit him with a shovel because he disagreed with me, I don’t even remember what it was about. I used to watch my mum’s boyfriend beat her and I wouldn’t lift a finger to help her. Not because I was scared, I was 200 pounds and I had a gun, I could have stopped him at anytime, I just didn’t care and I was proud of the fact that I didn’t care.

I thought about what I had done to my family, what I was doing to myself. They brought me food every single day and I was starving to death because I wouldn’t eat it. There are other starving people in the world but at least they can think straight; I sat there thinking about torturing people. My skin was turning yellow, I was scratching myself bloody, what sense did it make to think that I am the best in anything?

When I was thinking about that situation, it feels like I had just been stomped relentlessly into the ground, and when I thought that, I started comparing it with the little hospital stay about a year and a half earlier. I got into a fight with seven guys; i’m not saying that to be tough, they won that one. I got one of them, he hit me with a gun and hit him with these guns and then his six friends got on me, and got me on the ground and then took turns soccer kicking me in the head. But I was comparing that to the situation I was in, I was thinking, I was okay the next day, I had scratches on my neck, I was dizzy walking around, I had my arm in a sling but I was okay. Fighting seven guys is a joke compared to what I was going through in that cell. I feel like I had just been stomped into the ground and when I thought that I felt like I had been stomped into the ground, I had another flashback.

One night I was walking home from a friend’s house and a storm hit. The rain was so bad I could barely see, lightning was striking all over the place and I looked up and mockingly said:

is that supposed to scare me?
If you want me to believe in you,
you better come down here and make me believe.

I wasn’t serious but given my circumstances in the jail, I had to start wondering if God had taken it seriously. That normally wouldn’t have been an option, I didn’t think like that but since my entire world view was crumbling, I wasn’t in a position to dismiss alternatives. But there’s a problem; if there was a God involved in all of these, if right and wrong weren’t merely useful fictions, I was in all kinds of trouble, not just for what I had done but for what I was. How is the worst person in the world going to ever do the right thing? There’s no magic switch that I can flip and “oh now I care about other people”. So how was I going to do anything right? And then it hit me that there are two possibilities; either i’m violent and selfish and uncaring and that’s just the way things are or there’s someone who can help people like me. Either i’m all messed up and I just had to live with that or there was someone who could deal with this sort of thing, and when you start thinking like that, I would say you are about two inches away from becoming a Christian because when we ask ourselves

who out of anyone ever, who had the ability to take psychologically, spiritually and morally shattered people and give them new life?

We had a list of one, there’s one person on the list, he’s the one who said :

I am the door, if anyone enters through me, he would be saved and we’ll go in and out and find pasture. The thief comes only to steal, and kill and destroy, I came that they may have life and have it abundantly.

I didn’t know what Jesus was,

who he claimed to be but I knew that it was Jesus or nothing, it was Jesus or nothing. If anyone has God’s stamp of approval, it’s the guy who rose from the dead. History is filled with dead options; Jesus is the last living option.

So I bowed down on my bunk, not sure of much of anything and I prayed, I didn’t know how to pray but I prayed and I said

God, I don’t know if i’m going to believe in you tomorrow but I believe in you right now. If you can do anything with me, you’re welcome to it,

and then I continued with the kind of sinner’s prayer that I had read in those bible studies, and when I sat up from that prayer, the entire world looked different, like everything was a different color. For the first time in a lot of years, I didn’t want to hurt anyone, and I had a strange sense that I had somehow known the truth all along. God created the universe but we’re something special, we’re created in God’s image, but we reject God and in rejecting God, we strive to twist and work His image which we bear.

For years, I was willing to sacrifice everything for a kind of freedom, just a freedom from external control. It’s a false freedom because we just end up using it to degrade and destroy ourselves; tarnishing the image of God so that we won’t be reminded of what we are and what responsibilities we share. True freedom is found in not having this inclination and desire to turn against our creator, that’s the true freedom.

After I prayed, I felt like I had been fighting; not figuratively fighting, I mean physically brawling my entire life and that I finally had a chance to sit down and rest.

That rest never went away.

As C.S Lewis put it

“I believe in Christianity because I believe that the son has risen, not only because I see it but because by it, I see everything else.”

Lots of people in their testimonies will share their stories of what happened after they became a Christian, we can talk about that some other time. Right now I just want to explain why i’m a Christian and my reason for being a Christian has never changed. I stand on the words of the who rose from the dead because there is no other place to stand, and just to show you that Jesus Christ is the same yesterday and today and forever, i’ll conclude my story with the words of another Christian from nearly 2000 years ago. The apostle Paul tried to annihilate Christianity before he met Jesus on the road to Damascus. Shortly before his death, he wrote a letter to his friend Timothy and said In words that can be echoed by thousands of other Christians over the centuries:

I thank Christ Jesus our lord who has given me strength that he considered me faithful, pointing me to his service. Even though I was once a blasphemer, and a prosecutor and a violent man, I was shown mercy because I acted in ignorance and unbelief. The grace of our Lord has poured out on me abundantly along with the faith and love that reigned in Christ Jesus. Here is a trustworthy saying that deserves full acceptance. Christ Jesus came into the world to save sinners of whom I am the worst but for that very reason, I was shown mercy so that then me, the worst of sinners, Christ Jesus might display his unlimited patience as an example for those who would believe in him and receive eternal life. As for the king eternal, immortal, invisible, the only God, we honour, glory forever and ever. Amen”.

Les chrétiens créationistes sont-ils sectaires?

Cette question se pose, en dehors et au sein des grandes Eglises. Cet article ne prétend pas répondre exhaustivement à la problématique, mais donne un aperçu des créationnistes.

La majorité de nos contemporains les considère comme des ignorants et bigots, mais ignorent tout d’eux. Les créationnistes eux, connaissent non seulement les Écritures, mais aussi l’idéologie de leurs adversaires et souvent les observations scientifiques contemporaines.

Que dit la Bible sur la création?

Le dernier compagnon de Job le ramène sur le bon chemin et lui permet de renouer le dialogue avec Dieu, son créateur.
Où étais-tu quand je fondais la terre?
Dis-le, si tu as de l’intelligence.

Job 38:4 
Personne n’était présent au moment de la création ! Comment Dieu a-t-il fait ? En combien de temps ? Ni la science, ni nul d’entre nous ne peut le savoir de lui-même avec certitude, et ce qui manque dans ce grand débat, à mon avis, c’est souvent l’humilité et le respect de la Parole de Dieu.

Dieu sait  comment cela s’est passé.  La Parole de Dieu dans les proverbes annonce le futur de manière humainement inexplicable. Le fils de Dieu est présenté ainsi que ses attributs, env. 1000 ans avant sa venue, à une époque ou la notion  même du Messie, le fils de Dieu, était encore largement mystérieuse. Prov 30:1-6

Certes, je suis plus stupide que personne, Et je n’ai pas l’intelligence d’un homme; 
Je n’ai pas appris la sagesse, Et je ne connais pas la science des saints. Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu? Qui a recueilli le vent dans ses mains? Qui a serré les eaux dans son vêtement? Qui a fait paraître les extrémités de la terre? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils? Le sais-tu? 

ici encore, cette question sarcastique doit nous remettre en face de notre ignorance. Ces paroles, montrent les limites de notre entendement, et devraient nous remplir d’humilité, comment les expliquer?  Il y plus de 2000 ans déjà que ces Paroles se sont réalisées, et nous les comprenons aujourd’hui. Mais qui pouvait à l’époque comprendre et répondre?

Les versets 5-6 tout à coup, montre l’importance de sa Parole pour parvenir à le connaitre.

Toute parole de Dieu est éprouvée.
Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge.
N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. (Proverbes 30:1-6) 

La Parole de Dieu et d’une valeur prophétique indéniable, et nous ne pourrons pas mieux comprendre les mystères du passé, que ceux du futur, sans elle!

Le consensus improuvable: Le darwinisme

Sachons que le Darwinisme (théorie de la sélection naturelle) a émergé à une époque ou le message du judéo-christianisme dérangeait. Il a fait figure de proue d’une multitude de mouvements  humanistes – naturalistes, et de certains mouvements racistes. Les chrétiens créationnistes (non-évolutionnistes) n’y adhèrent pas, mais sont tout de même régulièrement accusés d’être un danger pour la société et la démocratie. Ces accusations viennent aussi d’autres chrétiens, évolutionnistes. Sont-elles gratuites? scientifiques? idéologiques?

Les créationnistes sont-ils  bigots,  anti-scientifiques et arriérés?
L’article: Création Versus Evolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais tentera d’y répondre.

Le créationnisme…

a-t-il des bases scientifiques sérieuses?

Voir l’avis de quelques sites pro-créationnistes:

est-il majoritairement accepté ?

Non. Un consensus est-il une preuve par l’évidence? Bien que la théorie de l’Evolution fasse aujourd’hui le consensus de la communauté scientifique, elle est très hypothétique, elle a beaucoup de contradictions et de questions ouvertes, et les scientifiques évolutionnistes ne s’en cachent pas d’ailleurs.

Le créationnisme est une partie inhérente du judéo-christianisme. Dieu a formé l’homme, de la chute nous apprenons notre état, et besoin de Salut.

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 

O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi?  Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil? 

Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. 

(Genèse 1:1;  Romain  5:14-15 ; 9:20 -21)

Il y a parmi les créationnistes chrétiens aussi de nombreux scientifiques de renom talentueux, qui constatent que leurs découvertes scientifiques confirment ce que la Bible enseigne. Voir le site Au commencement et Réponses dans la Genèse

Créationnisme d’abord, et Darwinisme ensuite?

Le naturalisme (qui a donné naissance au Darwinisme) est un mouvement philosophique voulant expliquer l’univers sans Dieu. Peut-on tout de même croire en un Dieu créateur qui crée par l’évolution.

Beaucoup d’argument scientifiques s’y opposent. En voici un:

L’évolutionnisme appelle facilement le temps à son secours. Avec un temps suffisamment long, tout deviendrait possible. Mais non seulement le temps est incapable d’augmenter l’information d’un système, en plus, il travaille contre la théorie, et cela de deux manières. D’abord, il favorise la dispersion plutôt que la concentration. … Plus le temps avance, plus les découvertes de la science embarrassent la théorie. Plus on découvre les merveilles d’ingénierie du corps humain ―et la même chose vaut pour l’ensemble du monde vivant― plus on se rend compte que la théorie est incapable de fournir les réponses.

(source: extrait du texte: Pourquoi je suis créationniste)

Mais surtout, la Parole de Dieu s’y oppose. Voir Exode 20.

Le créationnisme: consensus au sein du christianisme:

Il n’en est plus ainsi. Des différents sont relancés lorsque des livres polémiques comme le suivant prétendent (sans arguments bibliques ni scientifiques) pouLe faux problème de l'évolutionvoir unifier la science de l’histoire (évolutionniste) et la Bible.

Le faux problème de l’évolution,
Plaidoyer pour une réconciliation de la science et de la Bible à propos de l’évolution (Roger Lefèbre)

De tels ouvrages éclairent-ils le sujet?
Voici l‘analyse critique d’Egbert Egberts , un chrétien qui répond à cet ouvrage, d’une manière  remarquable.


Extrait:

Je veux terminer avec ces paroles comme un appel à revenir à notre bon sens.
Ce livre [Le faux problème de l’évolution] n’aurait pas dû avoir besoin d’être écrit. Ecrire à des Chrétiens pour défendre la Bible devrait être un non-sens, un peu comme enfoncer une porte ouverte. Mais je l’ai écrit. Il le fallait. L’Évangile est en jeu. C’est comme une pomme dont on a enlevé le trognon. De l’extérieur, cela ressemble encore à une pomme. Ça goûte encore la pomme. Mais la vie a été enlevée. Elle n’est plus bonne qu’à être mangée. Mais n’est-ce pas le but de la pomme ? Alors, pourquoi se plaindre ? Parce qu’il n’y a plus que le plaisir instantané. L’avenir a disparu. La jouissance a remplacé l’espérance.
L’Évangile a subi un traitement comparable. De l’extérieur, cela ressemble encore à l’Évangile. Tout va bien. Alors, pourquoi s’inquiéter ? Parce qu’on a enlevé le cœur. L’apparence est encore la même. Le langage est encore évangélique. On promet encore d’abondantes jouissances. Mais l’espérance a été enlevée. Comment ? En enlevant le passé. Et sans passé, il n’y a pas d’avenir. En enlevant le fondement, la maison de la foi vacille. En enlevant les
raisons de l’Évangile, on reste avec un Évangile sans raison. En bricolant un mauvais diagnostic, on rend inopérable le traitement adéquat.
C’est vrai que parler de ces choses dans le monde actuel ne rend pas la foi chrétienne plus attrayante. Sauf, peut-être, auprès de ceux qui réfléchissent et qui trouvent difficile de croire dans les fables de l’évolution. Selon la Bible, ils font partie des bons observateurs de la nature:

Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses œuvres quand on y réfléchit. Ils n’ont donc aucune excuse, car alors qu’ils connaissent Dieu, ils ont refusé de lui rendre l’honneur que l’on doit à Dieu et de lui exprimer leur reconnaissance. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d’intelligence s’est trouvée obscurcie. Ils se prétendent intelligents, mais ils sont devenus fous. (Romains 1.20-22 Sem)

Pour le croyant, la question des origines n’est pas d’abord une question de science. Elle est d’abord une question de théologie. La Bible, et la foi judéo-chrétienne fondée sur elle, nous enseigne qu’il faut mettre le qui avant le comment et que le comment est déterminé par le qui.
L’évolution ne s’intéresse qu’au comment. Elle ne peut tolérer l’irruption du qui dans la question. Il n’y a donc pas de place pour la théologie. Il n’y a que de la mécanique.
Le problème du chrétien évolutionniste est qu’en voulant conserver la théologie, il est cependant forcé à sacrifier sur l’autel de la mécanique évolutionniste. C’est que la Bible ne lui rend pas les choses faciles. Ce qu’elle affirme si clairement est “scientifiquement” irrecevable.
Il se trouve alors devant un choix: sola scriptura ou sola scientia ? Pour ce qui est de la Genèse, les sirènes du sola scientia l’ont séduit. Mais sait-il à quel prix ?

Ah ! fais-nous revenir à toi, ô Eternel, pour que nous revenions ! Renouvelle pour nous les jours des anciens temps ! (Lamentations 5.21 Sem)
Ougrée, le 1 septembre 2014.


Extrait de: Les vrais problèmes du faux problème de l’évolution, Une analyse critique de: Roger LEFEBVRE, Le faux problème de l’évolution, Science et foi.com

Création Versus Évolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais

  … car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages… mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous;  (Rom 1:19-22)

 


Article de Maria Kneas: Lighthouse Trails Booklet Tract. (traduction de Vigi-Sectes)

Un article important

Comme le dit l’apologiste américain Roger Oakland ,

ce qu’on croit de la création ou de l’évolution,
détermine ce que l’on croira de la morale et du Sauveur.

Continuer la lecture de Création Versus Évolution: Les choses qu’ils ne vous disent jamais

témoignage d’une conversion

Ce témoignage de plus de 50 ans nous donne un aperçu de l’histoire des chrétiens de France.

Il Y a plus de cinquante ans… et… à cause de mon vélo!

De lointaine origine helvétique, je suis né sur le sol d’Alsace, peu avant que le monde ne s’enflamme pour le conflit 1939-1945 !
Mais Dieu veillait.
Grâce aux prières de plusieurs personnes et à cause d’un certain cadeau d’anniversaire – une revue chrétienne pertinente – je repris en main ma Bible et je lus:
– «Si nous disons que nous n’avons pas péché …», mais aussi:
– «Si nous confessons nos péchés, le sang de Jésus nous purifie.» (1 Jean 1:8-9).

Conduit dans une cathédrale alors que je n’étais âgé que de cinq semaines, j’ai été élevé ensuite dans un cadre familial fidèle à sa religion. Devenu adolescent, je demeurai attaché aux diverses activités de ma paroisse. N’étais-je point conscient, dès mon enfance, que je devrais un jour épouser quelque carrière au Service de Dieu et du prochain … !
En fait, en plus du péché, il me fallut surtout confesser ma «vaine manière de vivre», malgré mes activités d’église … et faire un choix de mort ou de vie !
En attendant, je devins coiffeur! rejoignant mon «Salon», jour après jour, à vélo! L’Amour divin fut le plus fort!
Un certain 14 août 1953 – veille de jour férié – je rejoignais le dit «salon» à vélo, encore. Affluence ce jour-là, chacun voulant être «beau» pour le lendemain. Il fallait rouler vite, trop vite. M’approchant de la ville alsacienne de Munster, je roulais si vite que je ne pus négocier un virage et… la suite?

un vol plané et des mois et des mois d’hôpital à Colmar!
Le 29 octobre 1954, j’abdiquai et me courbai devant le Très-Haut, pleurant sur moi-même et sur mon passé, confessant ma culpabilité, invoquant Son Pardon:

Pardon – Régénération – Paix – Vie Nouvelle.

Là, un voisin, paralysé accidentellement et converti à Jésus-Christ depuis quelques jours, me dit tout de go:

Fernand, ce qui te manque, c’est un Sauveur personnel. Il faut te convertir !

Je passai par la nouvelle Naissance, né une deuxième fois dans ma ville natale …, à dix-huit ans d’écart !

Non conscient que j’avais été arrêté pour cela sur mon chemin, comme un certain Saul de Tarse, dix-neuf siècles plus tôt, et surtout trop sûr de moi sur le plan religieux, je n’appréciai guère cette apostrophe!
Abandonné entre les mains divines, je réalisai tout de suite, toujours ce 29 octobre, ce que Dieu voulait de moi:
que je sois son serviteur «à plein temps» et me prépare à quitter la coiffure !
C’est ce que je fis en 1959 … pour un engagement qui perdure – au service de Dieu et de Sa Parole!

Je peux dire que dans ma vie à Suivre et Servir mon divin Maître, j’ai essayé de garder toujours les regards sur Lui Seul, mon unique exemple. Jésus-Christ a toujours été fidèle! Il le demeurera jusqu’au bout. Sa Grâce doit me suffire!

Pourvu que Sa Volonté soit faite! Aujourd’hui, comme naguère, conformément à la vocation reçue, le désir de mon cœur
reste le même:

Proclamer la Bonne Nouvelle de l’Evangile, pour le salut de chacun et pour la seule Gloire de Dieu!

Fernand BACHMANN
16, rue Brillai-Savarin
75013 Paris

William Branham et le racisme, relation avec le Ku Klux Klan

Je suis noire, mais je suis belle, filles de Jérusalem,
Comme les tentes de Kédar, comme les pavillons de Salomon.
Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes.
… Ses mains sont des anneaux d’or, Garnis de chrysolithes;
Son corps est de l’ivoire poli, Couvert de saphirs
;

La Bible –Cantique des Cantiques 1:5; 1:15 ; 5:14

  branham

Comme nous venons de le vérifier concernant l’église mormone  et les Témoins de Jéhovah, cette politique raciste fut aussi l’apanage de William Braham, le prédicateur du Kentucky décédé en 1965 !

Qui ne connaît le pasteur Martin Luther King ainsi que la longue lutte entreprise aux Etats-Unis afin d’obtenir une totale émanciaption pour les noirs de ce pays. William Braham n’a guère de sympathie pour le pasteur baptiste noir.

Relevons certains propos:

Je pense que Martin Luther King est inspiré par des idées communistes.
W. M. Branham, La Parole parlée, Il prend soin, et vous ?, série n° 3, n° 6, 1963, page 3.

Lutter pour un idéal de fraternité humaine entre diverses races, c’est selon Branham du communisme.

Comme ce prédicateur dont je vous ai parlé dimanche passé, ce Martin Luther King et ses âmes précieuses aux yeux de Dieu qu’il conduit à la mort… pensez donc, vouloir faire une révolution pour une simple question de règlements d’écoles.
W. M. Branham, J’accuse cette génération, n° 9, 1963, page 25.

Il faut savoir que le mouvement des droits civiques demandait une intégration des jeunes noirs dans les écoles jusque là réservée aux blancs.
Branham ne semble pas d’accord:

J’aimerais pouvoir parler à ce pasteur, Martin Luther King. Comment cet homme peut-il en tant que chef conduire son peuple dans un piège mortel ? … c’est mon créateur qui m’a fait ce que je suis. C’est ainsi qu’il désire que nous restions. C’est ainsi qu’il demande que chaque homme reste. Il a fait des fleurs blanches, des fleurs bleues, des fleurs de toutes les couleurs. Ne les croisez pas ! Vous iriez contre nature.
W. M. Branham, la Parole parlée, série n° 3, n° 3, le troisième exode, 1963 ,page 17.

Il est clair que Branham voyait d’un mauvais œil l’intégration totale des noirs aux Etats-Unis.

Pour peu, nous pourrions croire qu’il défend les même idées que le sinistre Ku Klux Klan.**

C. Piette


Branham aidé par le Ku Kux Klan

kkk

Roy E. Davis et le KKK

** C’est seulement en septembre 2017, 20 ans après la première redaction de cet article que nous réalisons, par l’intermédiaire de nos lecteurs, que W. M. Branham a bel et bien eu un rapport privilégié avec un membre du Ku Klux Klan.

C. Piette avait donc raison!

Le premier pasteur de Branham fut Roy E. Davis, c’est aussi lui qui l’a “baptisé du St-Esprit”. Roy Davis était aussi un chef de file du Ku Klux Klan (KKK) une organisation d’extrême-droite prônant la suprématie blanche. Une des doctrines du KKK concerne la semence du serpent. Cette doctrine justifie la haine raciale, ainsi que l’oppression des femmes. William Branham a appris cette doctrine de Roy Davis , et elle a été appliquée dans sa famille par sa belle-mère.

Dans un article de «Voice of Healing” magazine publié Octobre 1950,

il a été annoncé que le révérend Roy E. Davis Sr. a été le premier pasteur de William Branham. Selon Davis, il pouvait écrire plus intimement sur Branham que sur tout ministre vivant.

Toujours selon Davis, Branham a été … ordonné de prêcher l’Evangile dans une église baptiste bien connu au Texas. Pendant une brève période de temps, Davis … a présenté à William Branham la religion pentecôtiste.

Je suis le ministre qui a reçu Frère Branham dans la première assemblée pentecôtiste qu’il ait jamais fréquenté. Je l’ai baptisé, et j’ai été son pasteur depuis environ deux ans. J’ai aussi prêché son sermon d’ordination, et ai signé son certificat d’ordination, et l’ai entendu prêcher son premier sermon. (Rev. Roy E. Davis.)

vofhealingoct50pg14

William Branham a reconnu  Davis à plusieurs reprises tout au long de son ministère, en ajoutant des titres honorifiques  à Davis,  comme «médecin» ou «avocat».

Lorsque j’ai été converti et a été ordonné dans l’église baptiste, j’ai eu un bon vieux maître du nom de Dr Roy Davis. Il était un avocat avant sa conversion, et il regardait  la Bible en entier d’un point de vue juridique. [William Branham, 57-0306 – God Keeps His Word]

Quand Davis a quitté Tennessee pour le Kentucky, il a rencontré de l’opposition. Selon le Journal Louisville Courier, Davis a été arrêté pour avoir eu une relation sexuelle avec une jeune fille de dix-sept ans de Chattanooga, Tennessee. Au moment où il a été arrêté, Davis prêchait dans une «Église baptiste pentecôtiste» au «Holy Bible Mission Hall» sur 711 E. Jefferson Street à Louisville, KY. Son fils, Roy E. Davis Jr. était un membre du comité directeur de son  église.

Mais ce n’était pas le seul problème que Davis rencontrerait dans le Kentucky. De multiples accusations de fraude, de falsification etc… mettraient Davis régulièrement en prison. Davis a fui par la rivière à Jeffersonville, en Indiana pour échapper à certaines des accusations. Là, Davis s’est lié avec William Branham et a commencé une nouvelle église également appelée «Église baptiste de Pentecôte” où Davis prétendrait fonder ses missions d’évangélisation. Poursuivant une vie de criminel, Davis sera arrêté encore plus dans l’Indiana. Finalement, l’État de l’Indiana extradait Davis au Kentucky pour ses crimes dans cet état, bien qu’il continuait toujours à demander résidence dans l’Indiana.

Pendant ce temps, les membres de son église ont travaillé avec William Branham pour tenir des réunions dans leurs propres tentes et par la suite entraient dans le «tabernacle Pentecôtiste de Branham» qui devint le tabernacle de Branham. … Fait intéressant, William Branham nous donne un indice que le Ku Klux Klan était très actif à Jeffersonville au moment où il était dans les premiers stades de sa carrière:

Nous n’avions même pas de nourriture à manger dans la maison, alors comment pourrions-nous payer une facture d’hôpital, des centaines de dollars? Mais elle, par sa société d’église et le Ku Klux Klan, a payé la facture de l’hôpital pour moi, Mason. (Branham, 63-1110M) Voir plus ici

Conclusion:

Branham a donc été initié dans sa carrière spirituelle par un pasteur pentecôtiste hérétique et raciste, membre du Ku Klux Klan, qu’il appelle “bon vieux maître”.  

Branham en a été directement influencé, il a adhéré à la doctrine de la semence du Serpent. Cette doctrine du Ku Klux Klan annonce que Caïn n’est pas issu d’Adam, mais du serpent. La résultante de cette doctrine démoniaque est que certains croient en l’existence de 2 sortes de races: Les races nobles aux côtés de races viles.

Branham est censé avoir guérit beaucoup de gens, mais c’est le Ku Klux Klan qui a payé ses factures d’hôpital.

La Bible, elle, n’est pas raciste, voir notre numéro special sur le sujet: RD2011-02