Le berger/Pasteur Bushiri, fondateur d’une méga-église en Afrique du Sud, a fui vers son pays d’origine, le Malawi, enveloppé d’accusations de fraude et de blanchiment d’argent, laissant les deux nations se disputer sur son sort.

Par Monica Mark
JOHANNESBURG – 19 novembre 2020

Note de traduction: “To skip bail / Echapper à la caution” signifie :
Ne pas se présenter au tribunal pour un procès
et ainsi renoncer à la liberté sous caution

Shepherd Bushiri at an event held in a stadium in Soweto, South Africa, in January. His church has at least a million followers in South Africa alone, he says, with branches in several other African countries.
Shepherd Bushiri lors d’un événement organisé dans un stade de Soweto, en Afrique du Sud, en janvier.

Son église compte au moins un million de fidèles rien qu’en Afrique du Sud, dit-il, avec des branches dans plusieurs autres pays africains.
Shepherd Bushiri lors d’un événement organisé dans un stade de Soweto, en Afrique du Sud, en janvier. Son église compte au moins un million d’adeptes rien qu’en Afrique du Sud, dit-il, avec des succursales dans plusieurs autres pays africains. (Image: Agence France-Presse – Getty Images

Shepherd Bushiri, un pasteur multimillionnaire avec un réseau d’églises à travers l’Afrique, a affirmé qu’il pouvait marcher dans les airs et exploiter le pouvoir de Dieu pour guérir les gens du Sida.

La semaine dernière, M. Bushiri, 37 ans, a semblé accomplir un autre exploit remarquable: s’extirper de l’Afrique du Sud, où il fait face à des accusations de fraude et de blanchiment d’argent, et de retourner dans son pays d’origine, le Malawi, sans passeport et non détecté les officiers responsables de la loi.

Sa disparition a déclenché une lutte pour le pouvoir entre les gouvernements d’Afrique du Sud et du Malawi, le petit pays d’Afrique australe vers lequel il a fui, et qui fait maintenant face à des pressions politiques pour le dénoncer. En Afrique du Sud, les ministres se bousculent pour expliquer comment une personnalité aussi prestigieuse a pu s’enfuir et a révélé de graves lacunes dans la capacité des fonctionnaires à surveiller les frontières du pays.

M. Bushiri a amassé d’énormes richesses après avoir fondé l’Église Chrétienne Eclairée de Pretoria, capitale de l’Afrique du Sud. La méga-église, qui, selon lui, compte au moins un million d’adeptes rien qu’en Afrique du Sud, est l’une des églises à la croissance la plus rapide du continent, et a des succursales dans plusieurs autres pays africains.

Il prêche aux fidèles, dont beaucoup sont pauvres et désillusionnés, que s’ils donnent de l’argent à ses églises, Dieu les bénira avec richesse et santé – une sorte de christianisme pentecôtiste connu sous le nom d ‘«évangile de la prospérité». Il attire l’attention par son penchant pour les bijoux en or ostentatoires et les costumes d’apparence de luxe, et pour son style de vie voyageant entre ses congrégations dans un avion privé.

M. Bushiri a également bâti un empire commercial, avec une société d’investissement ayant des intérêts dans les mines et l’immobilier. Il a essayé d’utiliser son argent pour influencer la politique dans son pays le Malawi, et au moins un homme politique du Congrès national africain au pouvoir en Afrique du Sud attribue sa carrière aux bénédictions de M. Bushiri.

L’affaire contre M. Bushiri, sa femme, Mary, et deux co-défendants, implique ce que les procureurs appèlent un «stratagème d’investissement» frauduleux qui aurait rapporté environ 6,6 millions de dollars. Mais les procureurs n’ont jamais dévoilé les détails de l’affaire.

Les Bushiris ont été arrêtés pour la première fois en lien avec les allégations en février 2019 par l’unité d’élite sud-africaine de lutte contre la criminalité, connue sous le nom de Hawks.

M. Bushiri a nié les accusations et, après avoir échappé à la caution, il a publié sur Twitter que lui et sa femme avaient fui après des années de menaces contre leur vie. Il a déclaré que ses demandes de protection de l’État avaient été ignorées et que l’affaire contre lui était «de la persécution et non des poursuites».

«Notre retour au Malawi est donc un retrait tactique de la République sud-africaine uniquement destiné à préserver nos vies»

a-t-il déclaré. Son porte-parole n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires.

Les Bushiris avaient été libérés sous caution ce mois-ci après une audience au cours de laquelle des partisans ont scandé et prié à l’extérieur de la salle d’audience. Selon Aaron Motsoaledi, ministre sud-africain des affaires intérieures, Aaron Motsoaledi, ministre sud-africain des Affaires intérieures, s’exprimant mardi au Parlement, les conditions de mise en liberté sous caution comprenaient le fait de rester à Gauteng, la province qui comprend Johannesburg, où ils vivent, et de remettre les cinq passeports qu’ils possèdent chacun.

Praying at a mass gathering hosted by Mr. Bushiri in Soweto in December.
Prière lors d’un rassemblement de masse organisé par M. Bushiri à Soweto en décembre.
… Emmanuel Croset / Agence France-Presse – Getty Image

———

Note de Vigi-Sectes

Alors que les chrétiens devraient être des exemples de libérés par Christ, dénudé de l’amour de l’argent, celui-ci prétend être pasteur et son amour de l’argent en fait un hors-la-loi.

Nous ne connaissions pas Bushiri, mais ces faux pasteurs ultra-riches se multiplient en Afrique, on les appelle …

les apôtres de Mammon.
Ils ne font aucun miracle, sauf
faire des pauvres en masse.

Comment ouvrir les yeux des milliers d’ouilles afin qu’elles reconnaissent le loup?

Il est temps que tous les chrétiens matures se positionnent clairement, et dénoncent systématiquement et publiquement les protagonistes de l’évangile de la prospérité. Sans quoi, un amalgame sera fait par les médias entre les croyants équilibrés qui ont du discernement selon les écritures, et ceux qui se laissent plumer et engraissent des voleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *