THONON-LES-BAINS – JUSTICE, Le Dauphiné Libéré

Parce qu’elle ne voulait pas s’abaisser à la justice des hommes, Sylvie Letrouit, 61 ans, était absente des débats mardi 9 octobre. À la tête de l’association Les clés du futur, celle qui se présente comme la fille du Christ et la réincarnation de Jeanne d’Arc devait comparaître pour abus de confiance. Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains lui reproche d’avoir détourné plus de 120 000 euros à des fins personnelles entre 2015 et 2018.

L’affaire débute par un signalement de la Miviludes, vigie des dérives sectaires, début 2017. L’association, domiciliée à Lullin, embrasse effectivement tous les fondements de la secte : prosélytisme religieux, thèses apocalyptiques, promesse d’un sauvetage post-mortem… Pour le procureur Philippe Toccanier, elle trouve également une « filiation » sectaire encore plus incarnée dans son financement.

Parmi ses “bienfaiteurs”, les Clés du futur comptent notamment plusieurs rescapés de l’Ordre du temple solaire, responsable du suicide collectif de 74 de ses adeptes dans les années 90. Jean-Max Cotte, présenté comme l’ex-bras droit de Luc Jouret, a ainsi fait don de plus de 80 000 € à l’association chablaisienne.

Un ex de l’Amorc (ancien et mystique ordre de la Rose-Croix) avait lui aussi rejoint les rangs de la structure.

Religion, politique, questions sociétales…

« C’est un attrape-tout qui mobilise des gens d’horizons divers »,

résumait hier le juge Philippe Poitrineau.

« La fille de Jésus ne lésine pas sur les sous-vêtements »

Une dizaine de sites internet servaient au recrutement.

« Des gens faibles et vulnérables, parfois proches de la psychiatrie et sur lesquels Madame Letrouit exerçait pressions, chantages ou menaces »,

poussant l’une d’elles jusqu’à la tentative de suicide, heureusement avortée. Faute de plaintes, les poursuites se sont limitées à l’abus de confiance.

Au total, l’association aura collecté 250 000 € en trois ans, dont près de la moitié détournée par sa présidente, à des fins très prosaïques : mobilier, alimentation, vêtements, bijoux, produits cosmétiques, lingerie fine… « La fille de Jésus ne lésine pas sur les sous-vêtements », a relevé hier le président Poitrineau.

Sylvie Letrouit a été condamnée à dix-huit mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de trois ans comprenant une obligation de soins et l’interdiction de rentrer en contact avec les membres de la secte. Le tribunal a également prononcé la fermeture de l’association pendant cinq ans (le maximum légal) et la confiscation de l’ensemble des scellés (pour la plupart supports à la communication de la structure).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *