Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n’y aura plus de levain dans vos maisons; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d’Israël. (La Bible, Exode 12:15)

Nous sommes surpris de voir combien des croyances et pratiques païennes s’infiltrent dans le monde « évangélique », à peine saupoudrées d’un vocabulaire pieux et de quelques versets hors contexte.

Le diable voulu tenter Christ ainsi:

Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit: “Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, et ils te porteront sur leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre une pierre.  Mat 4:6 

Il incite sous-couvert d’une parole «ayant l’apparence de la piété », à une décision folle et inintelligible contre soi-même… et contre la volonté de Dieu. Il cite le Psaume 91:11-12 …

« Car il commandera à ses anges à ton sujet, de te garder… »,

mais en omettant le contexte de cette promesse de protection :

« en toutes tes voies ».

Cette parole ne nous encourage pas à une action « téméraire » (cf. 2Tim 3:4-5) prise de notre propre chef, ni à « tenter Dieu » en le manipulant à nos fins, pour assouvir notre propre volonté du moment, mais plutôt nous rappelle que dans notre impuissance, il nous protège tout au long de notre chemin avec Lui, dans les bons jours comme au pire de l’adversité:

« Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, tu fouleras le lionceau et le dragon. » (v.13)

Beni Johnson

Bethel's Beni Johnson Reveals The Power of Communion - Destiny Image

L’épouse de Bill Johnson, leader du centre charismatique de Bethel (Californie), a affirmé:

« L’acte prophétique de communion : Quand je prends la communion, je la prends comme un acte prophétique, je l’applique à toutes les situations qui pèsent sur mon cœur. Un acte prophétique est une action physique inspirée par le Saint-Esprit qui perturbe l’atmosphère. Parfois, j’ai l’impression que Dieu veut que je fasse quelque chose de concret pour activer quelque chose dans lequel je prie. Pendant ces moments, je demande simplement au Saint-Esprit: “Que dois-je faire à ce sujet?” Ensuite, je me sens incité, par exemple, à emmener mon shofar dans la maison de prière que nous avons à Bethel ou à aller à un endroit spécifique prendre la communion. En accomplissant l’acte prophétique, nous libérons quelque chose dans l’atmosphère qui aide la réponse à notre prière de percer. »

tinyurl.com/y5k66ew6 : site destinyimage.com

Beni Jonshon a écrit un livre :

Le pouvoir de la communion. Accéder aux miracles à travers le corps et le sang de Jésus.

Bethel's Beni and Bill Johnson Reveal The Power of Communion | God TV

Adepte de Bethel

Une connaissance charismatique ayant lu ce livre a proposé d’enterrer autour des bâtiments de son entreprise des petits piquets avec des versets bibliques, pour « protéger » ou « sanctifier » le bâtiment. Important était de savoir de quelle couleur choisir les piquets. Ce soit disant « acte prophétique » déguise du paganisme en christianisme.

Sa réaction a été très agressive quand une autre connaissance a aussi décliné l’invitation. J’ai aussi tenté d’expliquer que la Parole de Dieu doit être visible dans nos vie (Cf. Mat 5:14; 2Cor 3:3 ) et non pas enterrée comme un talisman, et que ces pratiques sont païennes. La même personne achète des huiles spéciales et oint d’huile à tout moment d’autres chrétiens, ou même des machines, ou des lieux de travail pour les bénir.

On se croirait en Indes où l’outil industriel reçoit une fois par an, offrandes et prières hindouistes. En Europe, ces adeptes de Bethel (pas tous) prennent la Sainte Cène tous les jours sur le lieu de travail, en premier lieu afin que le sang de Christ fasse réussir les activités professionnelles et puisse « convertir » les collègues de travail. En l’occurrence, il semble que le sang de Christ doit couler comme un talisman magique, pour couvrir nos problèmes du moment et protéger les lieux.

Nul n’est alors besoin de lire ou de citer les textes relatif à la Sainte Communion, ni un autre texte relatif à l’œuvre expiatoire de Christ, ou de rappeler les avertissements de Paul aux Corinthiens. Nul besoin d’être accompagné d’un ancien, un pasteur, ni même d’être à deux ou trois.

On « doit » prendre la « communion » journalière, même seul avec Jésus.

L’important c’est de le faire, persévérer dans le calendrier, et de ne pas manquer de fidélité au rendez-vous religieux. Cela me rappelle un livre d’occultisme, if fallait retourner une pierre tous les soirs à minuit, pendant un an, et prononcer une incantation, pour conférer à la pierre un pouvoir protecteur.

Le petit rire du partage :

Il y avait un petit rire2 au moment de l’échange du pain et du vin. Ce rire était très bref et discret, comme un toussotement, mais tout de même comme un rire, accompagné d’un sourire. Ceci aurait pu passer pour anodin, si ce n’était pas quotidiennement répété, par les adeptes de Bethel, et systématiquement au moment du partage. Je suppose qu’une expérience du « rire dans l’Esprit » était sous-jacente.

Est-ce le sacrifice de Christ à la croix qui fait rire, ou la conviction de péché et de justice venant du Saint Esprit ? (Cf. Jean 16:8)

La prise de la Sainte Cène « indignement » est passible d’une punition, même sévère : Cf. Luc 22:19 ; 1Cor 11:24-30 ; Apocalypse 1:5 ; Cf. aussi le parallèle avec l’ordonnance de la fête juive de la Pâque, ou « Pessah » en mémoire de la libération, et la punition associée : Exode 13:8, Exode 12:15. Je me suis attiré une réaction très agressive en rappelant ces passages à cette adepte de Bethel. Elle m’a alors rétorqué qu’elle ne se sent plus en sécurité avec moi, et ceci à mis fin à notre prise de Sainte Cène en commun. C’est ensuite seulement que j’ai appris l’origine de cette « nouvelle » pratique de la Sainte Cène.  

Le monde évangélique ne compte plus ses faux prophètes et fausses prophétesses, qui sont eux-même littéralement à l’écoute de voix démoniaques. Tout cela nous rappelle les apparitions de Marie à Lourdes. Elles veulent nous faire œuvrer, à une mission souvent primordiale, secrète et urgente, pour sauver une communauté, une ville ou encore un pays. Et tout dépend de nous et de nos pieuses actions : Prier le rosaire, etc.

La tâche de l’apologiste semble alors simple. Il suffirait de rappeler à ces « chrétiens » certainement zélés mais égarés, quelques « rudiments de la parole », comme :

  • la nécessité d’être vigilant (Mathieu 7)
  • le contexte des versets mal utilisés
  • … et enfin et surtout, un éclaircissement raisonnable selon les Écritures dans le contexte pertinent.

La tâche n’en demeure pas moins compliquée, en effet … 

  • ces gens sont littéralement liés à des « esprits séducteurs et à des doctrines de démons » qui leur parlent à tout moment. (1Ti 4:1). Ils ne « supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires » (2Ti 4:3)
  • Il faut qu’ils aient des « oreilles qui entendent », reconnaissent d’avoir été séduit, et aient un cœur prêt à se repentir.
  • Et enfin, il faut aussi que l’apologiste sache se remette aussi en cause constamment, afin d’annoncer la vérité avec humilité et patience.

Commentaires

    1. webmestre Article Author

      Cher frère

      Je n’arrive pas non plus à simplement expliquer que le fil de lance apologétique se soit si émoussé en Suisse.

      1) Les pasteurs (dits) de “référence” (les plus anciens) ou plus jeunes, ne peuvent remplacer La Référence de discernement: le canon.
      Le terme canon vient de cane, et signifie justement : le roseau comme référence de mesure.
      Je suis ingénieur en mesure et instrumentation industrielle te le verset Actes 17:11 me reste constamment à l’Esprit (cf. Rom 4:3)

      2) Beaucoup de chrétiens en Europe ne voulaient pas entendre en 1933, lorsqu’il fallait discerner qui était celui qui portait le titre de Führer.
      Certains ont su le faire et cela leur a coûté cher. Je me suis longtemps dit, que l’Homme en général ne VEUT PAS entendre. Mais récemment, je remarque que les disciples de Christ ont des oreilles, donc n’ont pas le choix : (Mat 11:15; Mat 13:9; Mat 13:43; Mar 4:9; Luc 8:8; Luc 14:35; Ap. 2:7; Ap. 2:11; Ap. 2:17; Ap. 2:29; Ap. 3:6; Ap. 3:13; Ap. 3:22)

      3) Il existe heureusement encore des frères en Suisse ayant le caractère des Béréens, qui sont plus tranchants, j’en met quelques uns en CC:
      Nous venons de mettre en ligne 2 textes suffisamment tranchants sur Bethel, le repère de Géraséniens de Californie (cf. Légion – Luc 8:30).

      Todd Bentley et les ingrédients ténébreux du “réveil” (le n.1 du Reveil à Bethel)

      Bethel: Beni Johnson et la Sainte Cène paganisée

      Fraternellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *