“Saint Coran, Iranian Kurlic Inscription, Datation : 11ème siècle.”
Musée national d’Iran. Photo Vigi-Sectes

The Quran Dilemma

La cinquième année de l’appel de Muḥammad à la Mecque, où les gens des Quraysh, les païens et les musulmans étaient réunis, Muḥammad vint se joindre à leur rassemblement. Peu après, il leur récita les premiers versets de la surā al-Najm :

« Que vous en semble [des divinités], Lât et Uuzzâ (19) ainsi que Manât, cette troisième autre? … ». (Q 53.19-20), ajoutant : « Ce sont les idoles de statut supérieur ; on attend leur intercession. » 1

Par cette phrase, Muḥammad admet que les idoles de Quraysh avaient le pouvoir d’intercéder. Il a fait cela, sans doute pour recevoir l’approbation de son auditoire. Immédiatement, tous les membres du conseil, musulmans et idolâtres, y compris Muḥammad, se sont précipités pour se prosterner devant le ciel. Il semblait aux Quraysh qu’une nouvelle ère avait commencé, au cours de laquelle les factions de la Mecque allaient se rapprocher. 2

Mais quelques jours plus tard, Muḥammad se rétracta, déclarant que ce qu’il avait dit était un lapsus, une intrusion de Satan, et qu‘Allah avait abrogé les paroles de Satan. Puis il récita :

« Nous n’avons envoyé, avant toi, ni Messager ni prophète qui n’ait récité (ce qui lui a été révélé) sans que le Diable n’ait essayé d’intervenir [pour semer le doute dans le cœur des gens au sujet] de sa récitation. Allah abroge ce que le Diable suggère, et Allah renforce Ses versets. Allah est Omniscient et Sage … ». (Q 22.52).

Ce verset (Q 22.52) contient l’une des premières allusions à l’abrogationD dans le Qur’ān. Plus tard, l’abrogation occupera un rôle crucial dans la science de l’interprétation.

L’abrogation dans le Qur’ān

Le mot arabe pour abrogation est naskh, qui signifie « copier ». Faire Naskh d’un livre signifie « copier le livre et l’écrire, mot pour mot ». Le mot abrogation signifie également « annuler ». Par exemple, lorsqu’on dit que le législateur a naskh-é une loi, cela signifie qu’il l’a annulée.

L’abrogation dans le Qur’ān signifie l’annulation de l’autorité ou de la décision d’un verset. Elle signifie également la substitution d’un verset à un autre. Le terme abrogation dans le Qur’ān inclut les cas suivants:3

  • Suppression du verset du Qur’ān.
    Cette suppression est facilement visible dans le verset relatif à l’incident des « versets satāniques » omis mentionné ci-dessus : « mais Dieu annule ce que Satan jette ; alors Dieu confirme ses signes … » (Q 22.52).
  • Substitution d’un verset par un autre.
    Il est fait allusion à ce cas dans le verset suivant : « Et chaque fois que nous remplaçons un verset par un autre … » (Q 16.101).
  • Modification de la décision d’un verset,
    où une position est transférée à une autre (par exemple, le droit d’hériter a été transféré d’un groupe à un autre concernant les héritages).

L’abrogation est l’une des branches des sciences du Qur’ān. Les savants islāmīques exigent la connaissance des principes et des usages connues de l’abrogation comme condition préalable avant de pratiquer l’interprétation du Qur’ān. Il a été dit :

« Nul n’est autorisé à interpréter le [Qur’ān], tant qu’il ne connaît pas les [versets] abrogatoires et les [versets] abrogés de celui-ci. » 4

Les livres de science coranique abondent en recommandations soulignant la nécessité de comprendre l’abrogation. 5

Le domaine de l’abrogation est le système jurisprudentiel dans lequel l’abrogation rend « le permis interdit, et l’interdit permis. Elle rend le permis illégal et l’illégal permis. » 6

L’abrogation inclut également les questions sociopolitiques. Par exemple, toute tendance à la paix dans le Qur’ān est abrogée. Le verset abrogatif le plus célèbre est celui de l’épée (al-Sayf ) :

« Mais lorsque les moisD sacrés sont passés, tuez les idolâtres où que vous les trouviez … ». (Q 9.5).

Ce verset particulier abroge 114 autres versets qui appellent à la paix et à la tolérance envers les non-musulmans. 7

Modes d’abrogation

L’abrogation divise les versets selon les modes suivants :

1. Les versets dont la récitation est abrogée mais dont les règles restent en vigueur.

Un exemple est le verset sur la lapidationD (al-rajm) :

« Si un homme âgé et une femme âgée ont commis l’adultère, lapidez-les. C’est certainement un châtiment d‘Allah. » 8

On raconte que le verset d’al-rajm faisait partie de la surā al-Aḥzāb (Q 33). 9 Les érudits musulmans affirment que la raison pour laquelle on annule la lecture de tels versets (en les retirant du Qur’ān – alors que la décision est toujours en vigueur) est de tester l’obéissance des musulmans.

La vérité est que l’existence de ce genre d’abrogation découle de la nature douteuse de la compilation du Qur’ān. (Voir l’article « Compilation du Qur’ān ».) Le Dr Nas.r Ḥāmid Abū Zayd » pense que la raison pour laquelle le verset d’al-rajm n’a pas été inclus dans le Qur’ān est due à la prévalence de l’adultère …

« dans la société, comme si le fait de ne pas écrire le texte [selon un récit] était pour ne pas repousser les gens à venir à l’Islām. » 10

2 – Les versets dont la décision a été abrogée mais dont la récitation reste en vigueur.

Ce mode est celui que l’on retrouve dans les écrits sur « l’abrogeant et l’abrogé ».11 Al-Zarkashī dit que ce type d’abrogation se retrouve dans soixante-trois sūras. 12 Un exemple est ce verset :

«  …mais pardonnez-leur et évitez-les jusqu’à ce que Dieu apporte Son ordre … » (Q 2.109).

Ce verset ordonne aux musulmans d’être gentils avec les gens du Livre, mais sa décision est abrogée par les textes qui leur ordonnent de combattre (Q 9.5, 29). 13

3 – Les versets dont les lectures et les règles sont abrogées.

Un exemple de ce mode a été décrit par ‘Ā’isha. Elle a dit qu’il y a dans le Qur’ān

« dix tétés [allaitement maternel pour adultes] connus. Puis elles sont abrogées par cinq autres connues. Puis il [Muḥammad] est mort et ils font partie de ce qui est lu dans le Qur’ān. » 14

Les érudits musulmans ont expliqué que dire « et ils [les versets] sont ce qui est lu » ne signifie pas que leur récitation avait encore lieu lorsque Muḥammad est mort, mais que leur récitation a été abrogée juste avant sa mort. Cela peut également signifier que leur récitation a été abrogée avant sa mort, mais que la nouvelle n’a pas atteint tous les musulmans. Par conséquent, certains de ces musulmans non informés, ont continué à l’utiliser. À propos de ces versets, Abū Mūsā al-Ash’arī a dit :

« Ils ont été envoyés ici bas [,] puis ont été repris en haut. » 15

Un autre cas, celui des « les versets oubliés », peut également être perçu comme un mode d’abrogation. Ces « versets oubliés » sont mentionnés dans Q 2.106 : «  …ou te font oublier. … ». Dans cette situation, l’oubli de Muḥammad est considéré comme une sorte d’abrogation. 16 Dans certaines lectures du Qur’ān, le mot oubli est mentionné. La phrase « Tout verset que nous pouvons annuler ou te faire oublier » est lue dans le codex d’Ibn Mas‘ūd comme « Nous ne te faisons pas oublier un verset ni l’abroger. ». En revanche, Sa‘d Ibn Abī Waqqās a une lecture variante du verset qui dit :

« Nous n’abrogeons aucune de nos révélations, sinon tu l’oublies », ici, la lecture de Sa‘d signifie «sinon tu l’oublies, ô Muḥammad » 17.

Outils d’abrogation

Les érudits musulmans, qui ont cherché à obtenir l’abrogation d’un verset, s’appuient principalement sur le Qur’ān pour se guider. Cependant, certains pensent que les paroles et les actions de Muḥammad peuvent également servir comme un outil :

1 – En se basant sur le verset :

« Tout verset que nous annulons ou que nous te faisons oublier, nous en apporterons un meilleur que lui ou un semblable … ». (Q 2.106),

les savants islāmiques disent que le Qur’ān ne peut être abrogé que par le Qur’ān. Il n’y a pas de désaccord sur ce principe parmi les savants musulmans.

2 – D’autres disent qu’il est possible que la sunna de Muḥammad, prescrivant un mode de vie islāmique basé sur des comptes rendus narratifs des paroles (ḥadīthsD) ou des actions de Muḥammad, abroge le Qur’ān. Cependant, les savants musulmans ne sont pas d’accord sur ce point. Bien que certains rejettent le principe selon lequel le ḥadīth abroge le Qur’ān, la majorité d’entre eux affirment que si le ḥadīth est fiable, l’abrogation est permise. Ce point de vue est basé sur la description de Muḥammad dans ce verset :

«  …et il ne parle pas par convoitise ! » (Q 53.3). 18

Pour fonder leur décision, les savants adoptent encore un autre verset qui commande l’obéissance à Muḥammad :

« Et ce que l‘Apôtre vous donne, prenez-le ; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous-en … » (Q 59.7). 19

Un exemple d’une telle application est que « le legs … aux … parents » (Q 2.180) est abrogé par la parole de Muḥammad :

« Ne faites pas de legs pour un héritier » 20.

L’abrogation unique au Qur’ān

Les érudits de l’Islām disent que le phénomène de l’abrogation est une caractéristique distinctive de l’Islām et ne s’applique à aucune autre religion. 21 Pour comprendre pourquoi ce phénomène est unique au Qur’ān, nous devons étudier l’histoire du texte coranique. La composition du Qur’ān est liée aux circonstances de l’appel de Muḥammad à la Mecque et à Médine. Là-bas, par le biais du Qur’ān, Muḥammad a tenté de traiter de diverses questions politiques et sociales. Les réalités locales étant en constante évolution, Muḥammad a continué à abroger, substituer et supprimer des parties du Qur’ān.

Par conséquent, nous trouvons que le phénomène de l’abrogation est un phénomène clairement explicable. Mais, comme Muḥammad avait dit que les versets du Qur’ān lui avaient été révélés d’en haut, il a transformé ce phénomène compréhensible en un phénomène qui prête à confusion, dans lequel … le processus d’abrogation donne l’impression qu‘Allah n’arrive pas à se décider, … une perception qui va à l’encontre de la nature de la divinité telle que la comprennent les chrétiens et les musulmans.

Importance de l’étude de l’abrogation

Muḥammad a travaillé pendant vingt-trois ans pour diffuser son message. Tout au long de ces années, il a connu des changements politiques et sociaux, dont le Qur’ān se fait l’écho, notamment l’abrogation. Ainsi, pour aborder le phénomène de l’abrogation, il faut étudier le quotidien du prosélytisme islāmique.

Lorsque Muḥammad était à la Mecque, il n’était qu’un donneur de bonnes nouvelles et un « avertisseur ». Par conséquent, ses oratoires (discours) étaient donnés de manière instructive ou éclairante. Cependant, à Médine, lorsqu’il est devenu un leader sans rival, le Qur’ān a commencé à traiter de questions législatives et politiques.

Par conséquent, l’étude de l’abrogation est l’un des outils de découverte du développement théorique et doctrinal de l’Islām. Connaître la décision abrogée, la raison pour laquelle un verset a été abrogé, et par quelle autorité il a été abrogé, aide à comprendre l’histoire de Muḥammad en particulier, et l’histoire ancienne de l’Islām en général.

De plus, puisque les versets abrogés appartiennent à la période antérieure du ministère de Muḥammad, l’étude de l’abrogation aide à étudier l’arrangement des textes coraniques. Lorsque le Qur’ān a été compilé, la question de l’arrangement de l’abrogeant et de l’abrogé n’a pas été prise en considération. En conséquence, il y a des cas dans le Qur’ān où le verset abrogeant précède le verset abrogé, au lieu de le suivre, comme il le devrait. De telles incohérences résultent de la procédure arbitraire de la compilation du Qur’ān. Le livre al-Burhān fī ‘Ulūm al-Qur’ān d’al-Zarkashī traite de cette question et inclut ces exemples 22.

1 . Le verset

«  …que ceux-ci attendent par eux-mêmes pendant quatre mois et dix jours … ». (Q 2.234)
abroge
« Ceux d’entre vous qui meurent et laissent des épouses, doivent léguer à leurs épouses une pension alimentaire pour une année, sans expulsion (de leur maison) … » (Q 2.240).

2. Le verset

« Ô toi, le prophète, nous te rendons licites tes femmes … ». (Q 33.50)
abroge
« Il ne t’est pas permis de prendre des femmes après (ceci), ni de les changer pour (d’autres) épouses … » (Q 33.52).

Conclusion

Pourquoi Muḥammad n’a-t-il pas abrogé selon le premier mode, en omettant à la fois les mots et la décision ? La réponse ne nous est pas accessible. Mais nous suggérons que Muḥammad n’a pas considéré la compilation du Qur’ān comme une priorité de son vivant. Comme il ne l’a pas compilé, il ne s’est apparemment pas préoccupé de traiter le phénomène de l’abrogation. Par conséquent, il a laissé ce « vide » comme une opportunité pour nous de découvrir les incohérences entre le texte coranique et la réalité historique, ce qui a révélé la nature historique terrestre du texte. Cette caractéristique nous donne l’opportunité de comprendre le texte coranique et de le scruter scientifiquement.

Même du vivant de Muḥammad, le Qur’ān faisait face à des critiques en raison du phénomène d’abrogation. Les Quraysh voyaient

« les règles d‘Allah [ …] fixes et immuables. Si ce que le Qur’ān disait venait d‘Allah, alors l’abrogation ne serait pas permise. » 23

Les Juifs de Médine doutaient également du caractère sacré du Qur’ān et voyaient l’abrogation comme un acte personnel de Muḥammad. Ils disaient à ceux qui les entouraient :

« Ne voyez-vous pas que Muḥammad ordonne à ses compagnons de faire quelque chose, puis qu’il leur interdit de le faire et leur donne des instructions contraires ? Ne dit-il pas quelque chose aujourd’hui et ne revient-il pas sur sa parole demain ? » 24

Le phénomène de l’abrogation dans le Qur’ān a semé la confusion chez certains penseurs musulmans d’envergure. Ils ont observé que l’abrogation suggère que la volonté d‘Allah change et que sa connaissance évolue, ce qui soumet toutes affirmations de foi, au doute. 25

Par conséquent, certains Mu‘tazilitesD, comme Abū Muslim al-As.fahānī, ont dit que l’occurrence de l’abrogation dans le Qur’ān n’est pas acceptable, en se basant sur la façon dont le Qur’ān se dépeint lui-même :

«  …le mensonge ne viendra pas à lui, de devant lui, ni de derrière lui – une révélation du sage, du louable » (Q 41.42).

À ce sujet, Shu‘la écrit :

« Si l’abrogation se produisait pour certains des versets du Qur’ān, cela signifierait que le mensonge s’en approcherait, ce qui est impossible, car Allah a déclaré que le mensonge ne peut s’en approcher. » 26

L’opinion mu’tazilite a tenté de concilier le phénomène de l’abrogation avec la revendication de l’inspiration divine du Qur’ān. Sinon, l’acceptation de l’abrogation imposerait aux savants cette question :

« L’abrogation ne rend-elle pas discutable la théorie de la présence [du] Qur’ān dans la Tablette Préservée (al-Lawḥal-Maḥfūẓ)D? » 27.

En fait, les savants musulmans ne discutent pas de la question de savoir si …

« le phénomène de l’abrogation de la récitation, ni celui de l’omission de textes, que sa décision soit restée ou ait été abrogée également, conduirait à l’élimination complète de leur perception … de la présence éternelle du texte écrit dans la Tablette Préservée » 28.

Les musulmans s’accordent à dire que toute abrogation du Qur’ān après la mort de Muḥammad n’est pas acceptable, même si les savants veulent unanimement la réaliser. Néanmoins, deux califes l’ont pratiquée.

Abū Bakr, le premier calife, a annulé la portion « ceux dont les cœurs sont réconciliés » (Q 9.60), qui parle des dirigeants de la Mecque, à qui Muḥammad avait accordé une part du butin après la bataille de Ḥunayn (8 H./ 630 J.-C.), afin de les attirer vers l’Islām. Il est probable que cette annulation ait été proposée par ‘Umar Ibn al-Khaṭṭāb. 29

‘Umar Ibn al-Khaṭṭāb, durant son califat, a également annulé le « mariage temporaire pour le plaisir » (mariage mut’aD), qui est autorisé par le Qur’ān dans la surā al-Nisā (Q 4.24).

De plus, les chiites ont cessé de pratiquer une observance Islāmic lorsqu’ils ont « abrogé la prière fixe du vendredi avec un texte coranique (Q 62.9) » 30.

Hormis ces cas exceptionnels, personne n’a depuis osé abroger d’autres versets du Qur’ān, quelle qu’en soit la nécessité. Sans l’abrogation de nombreux versets problématiques du Qur’ān, comme le verset de l’Épée (Q 9.5), le Qur’ān ne peut pas évoluer pour s’adapter à l’évolution du monde de ses adeptes dans leur vie quotidienne et leurs rapports avec les non-musulmans.

L’étude de l’abrogation dans le Qur’ān révèle la corrélation du Qur’ān avec les réalités quotidiennes de la vie de Muḥammad. Dans la composition du Qur’ān, Muḥammad a pris en considération les circonstances de cette réalité changeante. Aujourd’hui, sans aucun doute, l’avancée de l’Islām est conditionnellement dépendante, de la conscience de la nécessité d’activer à nouveau le phénomène de l’abrogation dans le Qur’ān, achevant ainsi le voyage de l’abrogation.


Notes

  1. Ibn Kathir 10 : 84-85.
  2. al-Ṭabari 16 : 603-604.
  3. al-Suyūṭi, al-Itqān 1435-1436 ; al-Zarkashi 2 : 29.
  4. al-Suyūṭi, al-Itqān 1435 ; al-Zarkashi 2 : 29.
  5. Ibn al-Jawzi, Nawāsikh 104-110.
  6. al-Ṭabari 2 : 388.
  7. al-Zarkashi 2 : 40.
  8. Ibid. 2 : 35.
  9. al-Zarkashi 2 : 35 ; comparer avec al-Baghdādi 52-53 et Ibn al-Jawzi, Nawāsikh 114-116.
  10. Abū Zayd 130.
  11. al-Suyūṭi, al-Itqān 1441.
  12. al-Zarkashi 2 : 37.
  13. Ibn al-Jawzi, Nawāsikh137.
  14. al-Suyūṭi, al-Itqān 1440 ; al-Zarkashi 2 : 39.
  15. al-Suyūṭi, al-Itqān 1440-1441 ; al-Zarkashi 2 : 39 ; comparer avec Ibn al-Jawzi, Nawāsikh 110­
  16. al-Ṭabari 2 : 391.
  17. Ibid. 2 : 392.
  18. al-Suyūṭi, al-Itqān 1436-1437 ; al-Zarkashi 2 : 31 ; comparer avec Shu‘la 44.
  19. al-Makki 79.
  20. Ibid. 78-79.
  21. al-Suyūṭi, al-Itqān 1436.
  22. al-Zarkashi 2 : 38.
  23. al-‘Alawi, Min Qāmūs al-Turāth 195.
  24. al-Rāzi, Tafsīr 3 : 244.
  25. Encyclopédie du Qur’ān 1 : 13.
  26. Shu‘la 46.
  27. Abū Zayd 131.
  28. Ibid.
  29. al-Ṭabari 11 : 522.
  30. al-‘Alawi, Min Qāmūs al-Turāth 200.

TheQ Dilemma English Book

All Rights Reserved. TheQuran.com Group. Originally printed in English, ISBN 978-1-935577-05-8
Tous droits réservés. Groupe TheQuran.com. Imprimé à l’origine en anglais, ISBN 978-1-935577-05-8

All Rights Reserved. Used and translated to french language by permission of TheQuran.com Group
Tous droits réservés. Utilisé et traduit en français avec la permission du groupe TheQuran.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *