William BRANHAM et l'occultisme

Dossier branhamisme

 


 

Nous pensons qu’il est très grave d’accuser un homme sans preuves formelles. Nous pouvons prouver sans l’ombre d’un doute que William Branham était en contact avec des puissances spirituelles qui ne sont pas du côté de Dieu. Voici de longues années que nous nous penchons sur ce phénomène et nous croyons qu’il est plus que temps de tirer vigoureusement la sonnette d’alarme. Nos indices de départ sont devenus des preuves palpables et vérifiables.

Nos preuves s’articulent sur des témoignages directs provenant de Branham lui-même, de ses proches ainsi que de certaines personnes qui l’ont approché de près. Tous sont d’accord pour admettre que la période de l’histoire que nous vivons est totalement ouverte aux petites et grandes manifestations occultes. William Branham pouvait dire :

« Regardons maintenant le texte et voyons ce qu’il nous dit : Ils produiront des signes et des miracles au point de séduire les élus s’il était possible »
(W.M. Branham, La Parole parlée, les oints du temps de la fin, 1965, page 5)

Beaucoup de personnes sont au courant du fait que Branham a visité l’Europe en organisant diverses réunions. Ayant écrit à Jean-Paul Kremer, témoin direct du passage de Branham à Lausanne, j’ai reçu la lettre suivante qui date du 25 juin 1990 :

« Cher frère en Christ,

Je vous adresse ces lignes en réponse à la lettre du 12 juin 90 à mon frère Etienne (au sujet des réunions de William Branham à Karlsruhe et à Lausanne) et qu’il m’a fait parvenir. Mon père (Emile Kremer) n’était pas présent aux réunions de Branham qui ont eu lieu à Karlsruhe, par contre il y est allé un jour à Lausanne. Bien des chrétiens étaient troublés par ces réunions de William Branham et avaient demandé des explications à mon père … des frères avaient eu à cœur d’aller pour avertir William Branham. C’est ainsi que mon père, moi-même (pour lui parler directement en anglais et traduire- j’oeuvrais alors avec la Faith Mission en Ecosse et j’étais juste en vacances à Colmar), ma mère et ma sœur, ainsi qu’un frère en Christ(un suisse, Monsieur Gyser, missionnaire en Italie). Nous nous sommes rendus un matin à Lausanne à l’hôtel où résidaient William Branham et son équipe. Nous avons intercepté William Branham peu avant midi dans le hall de l’hôtel alors qu’il revenait d’une réunion qu’il avait eue avec des responsables, des pasteurs et des équipiers. William Branham a dit : ‘ Nous venons à l’instant d’une réunion merveilleuse où la puissance de Dieu et du Saint-Esprit s’est manifestée d’une manière merveilleuse et puissante au milieu de nous … je n’ai pas le temps de vous recevoir et de m’entretenir avec vous, mais venez cet après-midi à la réunion publique … nous avons quitté l’hôtel et nous nous sommes rendus dans la voiture où nous avons prié que Dieu se manifeste d’une manière ou d’une autre … et en liant au nom de Jésus ces puissances de ténèbres … mais William Branham n’est pas venu … puis le Pasteur Scott a donné un message … et toujours pas de William Branham ! Et finalement il a été annoncé à ce large auditoire que William Branham avait été empêché de venir, mais que tous devaient revenir à la réunion suivante où William Branham sera présent. Nous sommes retournés pour cette réunion (vers 17 heures ou 18 heures, je ne me souviens plus). William Branham était là. Après les préliminaires, William Branham a commencé par dire qu’il ne comprenait pas ce qui lui était arrivé, alors qu’il était plein de force le matin, au moment d’aller à la réunion de l’après-midi, il s’était tout à coup senti faible et incapable d’aller dans la voiture pour se rendre à la réunion. Mais maintenant, je suis là par la force du Saint-Esprit. Il a ensuite donné une courte parole, puis à plusieurs reprises, comme c’était son habitude, il voulait commencer à désigner telle ou telle personne dans la salle pour lui dire la maladie qu’elle avait, mais il en était incapable. Nous étions intérieurement en prière, liant au nom de Jésus ces puissances de Satan- car il y avait là manifestement un esprit de divination. William Branham donnait alors un verset ou faisait une remarque, une prière et voulait à nouveau agir, mais ne le pouvait pas. Nous voyions qu’il était littéralement arrêté, parfois au début d’une phrase qu’il voulait prononcer envers une personne désignée, ceci à plusieurs reprises. Ensuite il a fait monter quelques malades sur l’estrade … et là aussi il n’a pas pu agir comme d’habitude. Puis il s’est à plusieurs reprises adressé à l’auditoire demandant aux chrétiens de prier … alors il recommençait, mais il était chaque fois arrêté … l’ennemi s’oppose à ce que la gloire de Dieu se manifeste … ensuite il a pu parler et a imposé les mains à quelques personnes qui attendaient toujours sur l’estrade, mais avec des difficultés chaque fois … les personnes tombaient en arrière et il a été lui-même emmené par deux de ses collaborateurs qui le soutenaient de chaque côté sous les bras … les malades qui étaient encore sur l’estrade ont été priés de retourner à leur place … bien des frères ont prié que William Branham ne puisse plus revenir en Europe et à ma connaissance il n’est plus revenu quoiqu’il avait à ce moment-là d’autres campagnes en préparation …

Avec toutes mes sincères et fraternelles salutations en Christ.

J.P Kremer,

(Lettre adressée à C.Piette le 25-6-1990 et postée à Gien dans le Loiret)

Lettre capitale, nous en conviendrons tous ! Disposons-nous maintenant d’éléments substantiels qui corroborent l’expérience de l’ami Kremer ? Nous désirons maintenant vous les présenter !

Le postiche de Branham et la chose

Un épisode lugubre devrait nous ouvrir les yeux sur la véritable identité de l’ange qui asservissait Branham. Un soir, son fils Billy Paul lui ayant fait une remarque concernant sa perruque, le dialogue suivant s’engage entre le père et le fils :

« Billy Paul : ‘C’est au sujet de ce que j’ai dit tout à l’heure à propos du fait que tu allais porter ton postiche pour aller à l’église ce soir’.
William : ‘Assois-toi’. (je sus alors que j’allais entendre quelque chose).
Il continua : ‘Crois-tu que tu pourrais blesser papa ?’
Je dis : ‘ Mais je l’ai fait’
Il dit : ‘Non, non, tu seras toujours mon fils. Mais cette chose à l’intérieur de moi que je ne peux contrôler n’a pas apprécié ce que tu as dit ».
(Biographie de William Branham, page 309).

Quel mélodrame ! Une petite discussion bien gentille avec de tels prolongements ! Quelle est donc l’identité de cette chose ? Dieu, Christ, l’Esprit, un ange divin ? L’expression serait plutôt irrévérencieuse, ne trouvez-vous pas ? Remarquez que cette chose n’apprécie pas une simple remarque bien inoffensive concernant le goût personnel de Billy Paul quant aux postiches, preuve que cette chose intervient avec colère dans les détails anodins de la vie. La chose se trouve à l’intérieur de Branham et est incontrôlable pour lui. Un ange de Dieu ne se trouve jamais à l’intérieur d’une personne tout au contraire d’un démon qui affectionne ce genre de situation !

Expérience nocturne à Vandalia

William Branham va réveiller le pauvre Billy Paul afin que celui-ci puisse contempler l’ange ou la chose dans un coin de la chambre d’hôtel où ils se trouvent :

« C’était au cours d’une réunion sous la tente à Vandalia(Illinois). Papa et moi étions dans une chambre … nous étions dans un petit hôtel bon marché … un matin, vers 2 ou 3 heures, papa me réveilla, il avait mis un oreiller sur mon visage. Il me dit : ‘Paul, te souviens-tu lorsque papa te parlait de l’ange du Seigneur qui venait le visiter ? Je répondis :’oui’. Il dit :’Eh bien, il est ici. Je lui ai demandé si je pouvais te réveiller. Aimerais-tu le voir ? … il ajouta :’Lorsque j’enlèverai l’oreiller de ton visage, alors regarde dans le coin et il se trouvera là’. Et lorsqu’il enleva l’oreiller de mon visage, je regardai. Là se tenait un homme portant un vêtement blanc. Il avait le teint foncé, ses mains étaient croisées. Oh ! cela me donna une peur bleue. Je me cramponnai à papa, je ne savais pas ce que c’était. Il ne m’a pas parlé, il m’a simplement regardé. Et, il est passé de cette forme … et ensuite il est devenu une lumière et il est sorti de la pièce »
(Billy P. Branham, Biographie de William Branham, 1983, page 307)

L’enfant est saisi d’une peur bleue ! (on le comprend), mais au lieu de réconforter Billy en lui parlant gentiment comme l’aurait fait tout ange de Dieu dans la révélation biblique, il l’observe froidement et il disparaît tel un spectre. Selon Fernand Fait, le branhamiste québecois, un ange de Dieu (un vrai) ne réagit pas comme cela :

« Un ange vient pour secourir, aider, communiquer et délivrer »
(Ma réponse au Docteur Kurt Koch, cassette n°8010)

Communication avec les trépassés ?

Nous savons en effet que le spiritisme est strictement interdit dans la Parole de Dieu. Bien des textes nous mettent en garde contre une telle pratique ! (Deutéronome 18 :11, Lévitique 20 :6 et 27, 2 Chroniques 33 :6, Ephésiens 5 :11, Luc 16 :27-31). Branham enseigne que tout ce qui fait intervenir des morts est du spiritisme et il a raison !

« Dans les églises protestantes, ils se lèvent et disent :’Je crois à la sainte église universelle et dans la communion des saints’. Voilez-vous la face, méthodistes, presbytériens et luthériens ! Tout ce qui fait intervenir les morts est du spiritisme »
(W.M. Branham, Révélation de Jésus-Christ, n°5, Age de Pergame, 1960, page 29)

Que devons-nous alors penser du texte suivant :

« Est-ce vous, Pasteur Branham ? Avant hier soir, je n’avais jamais entendu parler de vous. J’avais une bonne vieille maman qui est morte depuis plusieurs années. Elle croyait en Dieu de tout son cœur et ne m’a jamais dit un mensonge. Il y a longtemps que je suis aveugle et, la nuit passée, je l’ai vue se tenant auprès de mon lit et me disant :’Mon cher enfant, va à Camden(Arkansas), là tu trouveras le serviteur de Dieu, son nom est Branham, et tu recouvreras la vue »
(William Branham, Editions évangéliques, Peseux (NE), Suisse, pages 59 et 60, 1956)

Voici une apparition typiquement spirite et rien dans le contexte ne laisse paraître que Branham se soit opposé à ce récit, bien au contraire !

Astrologie, signes du zodiaque les jouets de William Branham !

Dans le large éventail de l’occultisme, l’astrologie et le zodiaque sont totalement interdits par la bible que Branham connaît si peu. Toucher à ces choses abominables équivaut à une prostitution spirituelle :

« Il chassa les prêtres des idoles, établis par les rois de Juda pour brûler des parfums … et ceux qui offraient des parfums à Baal, au soleil, à la lune, au zodiaque et à toute l’armée des cieux »
(2 Rois 23 :5)

« Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien … ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins, mais à toi, l’Eternel ton Dieu ne le permet pas ».
(Deutéronome 18 :10-14)

Or il est clair que Branham se délectait de toutes ces abominations !

«  Combien connaissent le zodiaque ? Beaucoup savent ce que c’est. Ce sont les étoiles, c’est la première bible de Dieu. Par quoi commence-t-il, quel est le premier signe du zodiaque ? C’est la vierge, n’est-ce pas ? Et quel est le dernier ?, léo, le lion. C’est la première et la seconde venue de Christ. Tout est représenté ! On a atteint l’âge du signe croisé, l’âge du cancer et nous y sommes maintenant »
(W.M. Branham, La Révélation de Jésus-Christ, le trône, 1961, page 45)

La recherche de l’orientation de son ministère trouve ses racines et ses marques dans les conseils d’un astrologue !

« Un astrologue m’a dit une fois que je devais aller à l’ouest. Je suis né sous un certain signe correspondant à une certaine conjonction des étoiles et je ne réussirais jamais rien à l’est. Je devrais aller à l’ouest pour accomplir le désir de toute ma vie »
(W.M. Branham, Les âmes qui sont en prison maintenant, La Parole Parlée, série 3, n°10, 1963, page 3)

Mais Branham écoute un astrologue or le texte biblique ne le permet pas ! Comment peut-il prétendre être le prophète de Dieu alors qu’il ne suit pas ses conseils ?

Est-il encore possible de suivre un tel homme lorsque l’on découvre l’envers du décor ? Cela devient un véritable hara-kiri spirituel et intellectuel. Découvrons le texte biblique suivant :

« S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t’a parlé en disant :
‘Allons après d’autres dieux, des dieux que tu ne connais point, et servons-les ! ’. Tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur … ce prophète ou ce songeur sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre l’Eternel, votre Dieu … tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi !  »
(Deutéronome 13 :1-5)

Concrètement pour nous : Si un prophète ou songeur provenant même de milieux chrétiens annonce des signes ou accomplit des miracles avec des accomplissements, mais qu’il te parle positivement d’astrologie, du zodiaque tu ne l’écouteras pas et tu l’écarteras de toi car il s’est révolté contre Dieu, tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi !

William Branham se fait lire la bonne aventure !

«  Peut-être que je ferais mieux de m’expliquer. Je suis astrologue. Je dis (Branham) :
‘Je pensais bien que vous étiez quelque chose comme cela … elle me demanda :

’ Vous a-t-on jamais dit que vous êtes né sous un signe ?’

Je répondis : ‘non, madame’, maintenant je lui ai menti, voyez-vous, je désirais savoir ce qu’elle allait dire. Et elle a dit :’ des ministres ne vous l’ont jamais dit ?’

‘non, madame’.

Elle dit : ‘je peux vous dire quand vous êtes né’.

Je répliquai :’Je ne le crois pas’.

Elle dit :’vous êtes né le 6 avril 1909, à 5 heures du matin’.

Je dis : ‘c’est exact. Comment savez-vous cela ? Dites à ce marin quand il est né’.

Elle dit :’je ne le peux pas’

Pourquoi ! comment le savez-vous ? lui demandai-je … et sur ce point, je demandai à l’ange :

’Pourquoi est-ce que tous ces médiums et ces gens possédés du démon me parlent toujours de cela, et que le clergé me dit que c’est l’esprit du mal ? »

(Biographie de William Branham, pages 113 et 114)

Posez la question, c’est y répondre ! Tout simplement parce que tous ces médiums perçoivent chez Branham des forces contre lesquelles les pasteurs mettent en garde ! Remarquez que cette dernière situation amène Branham dans le mensonge et n’oublions pas d’où provient ce dernier ! (Jean 8 :44).

Branham s’arroge le don de pouvoir lire dans les pensées des personnes !

« Je viens de recevoir cette pensée de quelqu’un d’entre vous … j’ai su ce que vous pensez »
(W.M. Branham, Révélation des 7 sceaux, n°6, page 58)

 Or seul Dieu possède cette capacité :

«  Seul tu connais le cœur des enfants des hommes »
(2 Chroniques 6 :30)

 Jésus-Christ étant Dieu possède également cet attribut divin :

« Et Jésus, qui connaissait leurs pensées dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans votre cœur ? »
(Matthieu 9 :4)

Quant au Saint-Esprit, rien ne lui échappe non plus :

«  … car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu »
(1 Corinthiens 2 :10)

 Il est donc clair que seul le Dieu Trinitaire possède cette capacité ! Faisons malgré tout remarquer que pour certains, Branham confine à la Divinité :

« Je vis Jésus ce soir-là dans la forme humaine appelée William Branham »
(T.L. Osborn, biographie de William Branham, pages 558-559)

Un genre d’incarnation dont nous ferions bien de nous méfier!

La grande tolérance de Branham concernant la franc-maçonnerie !

Les maçons sont connus pour être une fraternité aux rites assez particuliers. Bien de ces cérémonies sont secrètes ce qui va déjà à l’encontre de la position de Jésus-Christ qui n’a jamais rien fait en secret ! (Jean 18 :20). Il est bien étrange que Branham puisse trouver normal que les chrétiens puissent servir deux maîtres alors que l’Evangile affirme tout le contraire ! (Matthieu 6 :24).

«  Question : Frère Branham, il y a-t-il quelque chose de mal d’appartenir à une loge secrète telle que les maçons après être devenu chrétien ?

Réponse : Non Monsieur ! Vous pouvez être chrétien où que vous soyez. Je ne me soucie pas de savoir où vous êtes, vous pouvez encore être chrétien »
(W.M. Branham, Conduct, Order and Doctrine, question n° 162, page 680)

Souvenons-nous de la mise en garde du prophète Elie en  « 1 Rois 18 » !

Actes suicidaires

Ewald Frank, grande pointure branhamiste en Europe déclare qu’il a tenté de se suicider :

« Le 16 juin 1979 je me trouvais sur l’île de Fanö au Danemark … la vie n’avait pour moi plus aucun sens … juste avant le lever du jour, j’allai à la rencontre de la marée montante pour mettre fin à mes jours. Je rendis grâces au Seigneur de m’avoir accordé le privilège de le servir et le priai de me pardonner tout ce qui n’avait pas été juste devant lui, et de me prendre à lui dans sa grâce. Dans mon désespoir je lui criai :‘Seigneur, avant que j’aille à toi maintenant, dis-moi donc pourquoi tout ceci m’est tombé dessus ! ’. A ce moment même, un très fort coup de tonnerre retentit … de ce coup de tonnerre sortit la voix du Seigneur avec un ton de commandement courroucé : ‘C’est parce que tu as écouté la voix de ta femme »
(Ewald Frank, Lettre circulaire n°33, janvier 1987, page 22)

Dans ce même chapitre, Frank donne un précieux renseignement afin de se disculper :

« Celui qui connaît l’histoire de la vie de frère Branham sait que lui aussi, dans une période de profond désespoir, avait voulu se prendre la vie. Il tint le pistolet chargé contre sa tempe et tira, mais le coup ne partit pas. Il le jeta ensuite en l’air et le coup partit tout seul »
(Lettre circulaire n°33, janvier 1987, page 23)

Un rapprochement avec Elie ne peut être établi ! En effet, bien que dépressif, Elie s’il demande à Dieu de le reprendre ne cherche pas à se donner la mort lui-même. Il faut en convenir, William Branham n’est pas clair. Il nage dans l’occultisme le plus épais. Certains pourront dire : « Mais il a prié pour les malades, il a prophétisé, il a accompli des miracles, toutes ces choses tangibles ne prouvent-elles pas qu’il est envoyé par Dieu ? Pas du tout ! La bible et Branham sont clairs et explicites sur cette question capitale :

«  … Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons chassé des démons et en ton nom que nous avons fait de nombreux miracles ? Alors Je leur déclarerai : ‘Je ne vous ai jamais connus …  »
(Matthieu 7 :22-23)

Ecoutons Branham lui-même :

« C’est vrai. Un homme peut prier pour les malades, faire apparaître l’huile et le sang dans l’assemblée, faire des miracles : les gens viendront à lui, en proclamant qu’il est envoyé par le Seigneur … eh bien, puisqu’il obtient des résultats, il doit appartenir à Dieu. Cette réponse est absolument contraire à la bible. C’est terrible ».
(W.M. Branham, Exposé des 7 âges de l’Église, page 413)

Or c’est justement toute la démarche et l’apologétique des branhamistes qui est réfuté dans ce texte ! Branham demande que l’on ne recherche pas des choses extraordinaires :

« Souvenez-vous, mes amis, ne cherchez pas les choses spectaculaires »
(W.M. Branham, Révélation des 7 sceaux, n°1, 1963, page 68)

Or selon lui, le Saint-Esprit est venu dans la barque où il pêchait avec deux amis :

« Un jour, étant dans un bateau, pêchant avec Lyle Wood et Banks, il y avait un petit poisson mort depuis une demi-heure qui flottait sur l’eau, ses ouïes et ses entrailles avaient été arrachées et sortaient par sa bouche. La veille, le Saint-Esprit m’avait parlé et m’avait dit qu’Il nous montrerait sa gloire par un miracle. Ainsi, ce matin-là, le Saint-Esprit descendit dans le bateau et je me levai pour parler à ce poisson qui était mort depuis une demi-heure. Il revint à la vie et s’éloigna en nageant comme n’importe quel autre poisson »
(W.M. Branham, Révélation des 7 sceaux, n°1, Dieu caché et révélé dans la simplicité, 1963, page 53)

La bible nous apprend que le Saint-Esprit est venu non pas pour établir la démonstration de sa gloire mais pour mettre en évidence celle de Jésus-Christ ! (Jean 16 :13 et 14)

Nous terminons notre article par cette pensée correcte d’Ewald Frank :

« Personne ne devrait s’appuyer sur des expériences, des bénédictions ou des succès, lorsqu’il s’agit de l’obéissance à la Parole de Dieu … miracles sur miracles furent accomplis et pourtant le Seigneur ne trouva son plaisir en la plupart d’entre eux »
(Le conseil de Dieu, page 94)

Tirons-en des conclusions pratiques pour vos vies
et retournons vers le Bon Berger de nos âmes, Jésus-Christ !

Christian Piette